Le Noble Coran

Nouvelle traduction du sens de ses versets de Mohammed CHIADMI.
Comité de lecture et de validation : Shaykh Yusuf IBRAM, Shaykh Mohammed MINTA, Pr. Tarik RAMADAN, Shaykh Zakaria SEDDIKI.
Rédaction-Révision : Siham ANDALOUCI, Huë Trinh Hawwa BÂ, Zakaria MAKRI.
Correction : Malika DIF, Yusuf IBRAM, Djamila KAABÊCHE.

Version online : 1.0 (12/2016)

Liste des sourates :

1. Sourate du Prologue (Al-Fâtiha)
2. Sourate de la Vache (Al-Baqara)
3. Sourate de la Famille d’Imran (Âl-‘Imrân)
4. Sourate des Femmes (An-Nisâ’)
5. Sourate de la Table (Al-Mâ’ida)
6. Sourate des Bestiaux (Al-An‘âm)
7. Sourate des Murailles (Al-A‘râf)
8. Sourate des Prises de guerre (Al-Anfâl)
9. Sourate du Repentir (At-Tawba)
10. Sourate de Jonas (Yûnus)
11. Sourate de Hûd (Hûd)
12. Sourate de Joseph (Yûsuf)
13. Sourate du Tonnerre (Ar-Ra‘d)
14. Sourate d’Abraham (Ibrâhîm)
15. Sourate d’Al-Hijr (Al-Hijr)
16. Sourate des Abeilles (An-Nahl)
17. Sourate du Voyage nocturne (Al-Isrâ’)
18. Sourate de la Caverne (Al-Kahf)
19. Sourate de Marie (Maryam)
20. Sourate de Tâ-Hâ (Tâ-Hâ)
21. Sourate des Prophètes (Al-Anbiyâ’)
22. Sourate du Pèlerinage (Al- Hajj)
23. Sourate des Croyants (Al-Mu’minûn)
24. Sourate de la Lumière (An-Nûr)
25. Sourate du Discernement (Al-Furqân)
26. Sourate des Poètes (Ash-Shu‘arâ’)
27. Sourate des Fourmis (An-Naml)
28. Sourate du Récit (Al-Qasas)
29. Sourate de l’Araignée (Al-‘Ankabût)
30. Sourate des Byzantins (Ar-Rûm)
31. Sourate de Luqmân (Luqmân)
32. Sourate de la Prosternation (As-Sajda)
33. Sourate des Coalisés (Al-Ahzâb)
34. Sourate des Saba’ (Saba’)
35. Sourate du Créateur (Fâtir)
36. Sourate de Yâ-Sîn (Yâ-Sîn)
37. Sourate des Rangs (As-Sâffât)
38. Sourate Sâd (Sâd)
39. Sourate des Groupes (Az-Zumar)
40. Sourate du Pardonneur (Ghâfir)
41. Sourate des Versets détaillés (Fussilat)
42. Sourate de la Délibération (Ash-Shûrâ)
43. Sourate de l’Ornement (Az-Zukhruf)
44. Sourate de la Fumée (Ad-Dukhân)
45. Sourate de l’Agenouillée (Al-Jâthiya)
46. Sourate d’al-Ahqâf (Al-Ahqâf)
47. Sourate de Muhammad (Muhammad)
48. Sourate de la Victoire (Al-Fath)
49. Sourate des Appartements (Al-Hujurât)
50. Sourate Qâf (Qâf)
51. Sourate des Ouragans (Adh-Dhâriyât)
52. Sourate du Mont Sinaï (At-Tûr)
53. Sourate de l’Étoile (An-Najm)
54. Sourate de la Lune (Al-Qamar)
55. Sourate du Miséricordieux (Ar-Rahmân)
56. Sourate de l’Événement (Al-Wâqi‘a)
57. Sourate du Fer (Al-Hadîd)
58. Sourate de la Discussion (Al-Mujâdala)
59. Sourate de l’Exode (Al-Hashr)
60. Sourate de l’Éprouvée (Al-Mumtahana)
61. Sourate du Rang (As-Saff)
62. Sourate du Vendredi (Al-Jumu‘a)
63. Sourate des Hypocrites (Al-Munâfiqûn)
64. Sourate de la Déconvenue (At-Taghâbun)
65. Sourate de la Répudiation (At-Talâq)
66. Sourate de l’Interdiction (At-Tahrîm)
67. Sourate du Pouvoir (Al-Mulk)
68. Sourate de la Plume (Al-Qalam)
69. Sourate de l’Inéluctable (Al- Hâqqa)
70. Sourate des Degrés (Al-Ma‘ârij)
71. Sourate de Noé (Nûh)
72. Sourate des Djinns (Al-Jinn)
73. Sourate de Celui qui s’enveloppe (Al-Muzzammil)
74. Sourate du Revêtu d’un manteau (Al-Muddaththir)
75. Sourate de la Résurrection (Al-Qiyâma)
76. Sourate de l’Homme (Al-Insân)
77. Sourate des Envoyés (Al-Mursalât)
78. Sourate de la Grande Nouvelle (An-Naba’)
79. Sourate des Arracheurs (An-Nâzi‘ât)
80. Sourate du Renfrogné (‘Abasa)
81. Sourate de l’Extinction (At-Takwîr)
82. Sourate de la Fissure (Al-Infitâr)
83. Sourate des Fraudeurs (Al-Mutaffifîn)
84. Sourate de la Déchirure (Al-Inshiqâq)
85. Sourate des Constellations (Al-Burûj)
86. Sourate de l’Astre nocturne (At-Târiq)
87. Sourate du Très-Haut (Al-A‘lâ)
88. Sourate de l’Épreuve universelle (Al-Ghâshiya)
89. Sourate de l’Aube (Al-Fajr)
90. Sourate de la Cité (Al-Balad)
91. Sourate du Soleil (Ash-Shams)
92. Sourate de la Nuit (Al-Layl)
93. Sourate de la Clarté du matin (Ad-Duhâ)
94. Sourate de l’Épanouissement (Ash-Sharh)
95. Sourate du Figuier (At-Tîn)
96. Sourate de l’Adhérence (Al-‘Alaq)
97. Sourate de la Destinée (Al-Qadr)
98. Sourate de la Preuve (Al-Bayyina)
99. Sourate du Séisme (Az-Zalzala)
100. Sourate des Coursiers (Al-‘Âdiyât)
101. Sourate du Fracas (Al-Qâri‘a)
102. Sourate de la Passion des richesses (At-Takâthur)
103. Sourate du Temps (Al-‘Asr)
104. Sourate des Calomniateurs (Al-Humaza)
105. Sourate de l’Éléphant (Al-Fîl)
106. Sourate des Qurayshites (Quraysh)
107. Sourate de l’Aide (Al-Mâ‘ûn)
108. Sourate des Faveurs (Al-Kawthar)
109. Sourate des Négateurs (Al-Kâfirûn)
110. Sourate du Secours (An-Nasr)
111. Sourate de la Corde (Al-Masad)
112. Sourate de la Pureté du dogme (Al-Ikhlâs)
113. Sourate de l’Aube naissante (Al-Falaq)
114. Sourate des Hommes (An-Nâs)

1. Sourate du Prologue (Al-Fâtiha)

[1] Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[2] Louange à Dieu, le Maître de l’Univers, [3] le Clément, le Miséricordieux, [4] le Souverain du Jour du Jugement dernier ! [5] C’est Toi que nous adorons ! C’est Toi dont nous implorons le secours !
[6] Guide-nous dans la Voie droite ; [7] la voie de ceux que Tu as comblés de bienfaits, non celle de ceux qui ont mérité Ta colère ni celle des égarés !

2. Sourate de la Vache (Al-Baqara)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm.
[2] Voici le Livre qui n’est sujet à aucun doute. C’est un guide pour ceux qui craignent le Seigneur ; [3] ceux qui croient à l’invisible, qui s’acquittent de la salât et qui effectuent des œuvres charitables sur les biens que Nous leur avons accordés ; [4] ceux qui tiennent pour vrai ce qui a été révélé à toi et à tes prédécesseurs et qui croient fermement à la vie future.
[5] Ce sont ceux-là qui suivent la voie tracée par le Seigneur ; ce sont ceux-là qui connaîtront le vrai bonheur.
[6] Quant aux infidèles, il leur est égal que tu les avertisses ou que tu ne les avertisses pas. Ils sont rebelles à toute croyance, [7] et Dieu a scellé leur cœur et leur entendement. De même qu’un voile leur barre la vue, et ils sont voués à un terrible châtiment.
[8] D’aucuns parmi les hommes disent : « Nous croyons en Dieu et au Jour dernier », alors qu’ils ne sont pas croyants. [9] Ils cherchent seulement à tromper Dieu et les véritables croyants, mais en réalité ils ne trompent qu’eux-mêmes, sans en avoir conscience. [10] Ces gens-là ont le cœur rongé par un mal profond que Dieu laisse s’aggraver ; de même qu’un châtiment douloureux leur sera infligé, pour prix de leur mensonge, [11] car lorsqu’on leur dit : « Ne faites pas de mal sur la Terre ! », ils répliquent : « Nous ne sommes que des réformateurs. » [12] Qu’y faire ? Ce sont des êtres malfaisants, mais ils n’en ont pas conscience. [13] Et lorsqu’on les invite à croire en Dieu, à l’exemple des vrais croyants, ils s’écrient : « Quoi ! Vous voulez que nous croyions, comme croient ces insensés ? » Hélas ! Ce sont eux les insensés, mais ils n’en ont pas conscience.
[14] Cependant, lorsqu’ils rencontrent des croyants, ils leur disent : « Nous sommes des vôtres » ; mais, dès qu’ils se retrouvent avec leurs démons, ils se déclarent des leurs en disant : « Nous sommes avec vous. Nous ne faisions que plaisanter, rien de plus. » [15] C’est Dieu qui les tournera en dérision le moment venu mais, en attendant, Il les laisse divaguer dans leur égarement. [16] N’ont-ils pas troqué la Vérité contre l’erreur ? Ne se sont-ils pas fourvoyés en faisant ce marché de dupes ?
[17] Il en est d’eux comme des gens qui auraient allumé un feu ; mais à peine ce dernier jette-t-il sa clarté sur les alentours que Dieu en fait disparaître la lumière, les laissant comme aveugles, plongés dans les ténèbres. [18] Alors sourds, muets et aveugles, ils ne peuvent plus retrouver la Voie du Seigneur. [19] On peut les comparer aussi à des gens qui, au moment où les nues éclatent en pluie, tonnerre et éclairs, se mettent les doigts dans les oreilles, terrorisés par le fracas de la foudre et la menace de la mort. Ainsi, Dieu cerne les infidèles de toutes parts. [20] Et peu s’en faut que l’éclair ne leur ravisse la vue car, à la moindre lueur, ils se mettent à marcher mais, dès que le ciel s’obscurcit, ils se figent. Or, si Dieu l’avait voulu, Il les aurait privés de l’ouïe et de la vue, car Sa puissance n’a point de limite.
[21] Ô hommes ! Adorez votre Seigneur qui vous a créés, vous et ceux qui vous ont précédés ! Peut-être obtiendriez-vous ainsi le salut de votre âme. [22] C’est Dieu qui, de la terre, a fait pour vous un lit, et qui, du firmament, a fait pour vous un abri. C’est Lui qui précipite du ciel la pluie, grâce à laquelle Il fait germer toutes sortes de récoltes pour assurer votre subsistance. N’attribuez donc pas d’associés à Dieu ; vous savez parfaitement qu’il n’en existe point !
[23] Et si vous êtes dans le doute au sujet de ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, essayez donc de composer une seule sourate semblable à une sourate du Coran, et faites venir les témoins que vous vous êtes donnés en dehors de Dieu, si vous êtes véridiques. [24] Mais si vous n’y parvenez pas – et assurément vous n’y parviendrez jamais –, parez-vous contre l’Enfer qu’alimenteront les hommes et les pierres, et qui est réservé aux infidèles.
[25] Annonce la bonne nouvelle à ceux qui ont la foi et qui pratiquent le bien que Nous leur destinons pour demeure des Jardins baignés de ruisseaux. Et chaque fois qu’on leur en offrira un fruit, ils s’écrieront : « C’est bien là ce qui nous avait été autrefois servi ! » Or, c’est seulement quelque chose de semblable qui leur sera servi. Là, ils auront aussi des épouses immaculées et leur bonheur sera éternel.
[26] Dieu ne répugne nullement à prendre pour exemple un moustique ou tout être aussi grand soit-il. Les croyants y découvriront la vérité venue de leur Seigneur, pendant que les négateurs se demanderont : « Quelle signification Dieu a-t-Il voulu donner à cet exemple ? » Par de tels exemples, Dieu égare bon nombre de mortels, et en dirige autant vers leur salut éternel. En vérité, Dieu n’égare que les êtres pervers [27] qui violent le pacte qu’ils avaient conclu avec Lui, qui rompent les liens qu’Il avait ordonné de maintenir et qui provoquent le désordre sur la Terre. Ce sont ceux-là les vrais perdants.
[28] Comment pouvez-vous renier Dieu qui vous a donné la vie en vous tirant du néant, qui vous fera ensuite mourir, puis vous ressuscitera, pour vous ramener à Lui ? [29] C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui existe sur la Terre et qui, ensuite, S’est occupé du firmament, pour en tirer avec harmonie sept Cieux, dans Sa science infinie.
[30] Puis vint le jour où ton Seigneur dit aux anges : « Je vais installer un représentant khalîfa sur la Terre. » Et les anges de repartir : « Vas-Tu établir quelqu’un qui y fera régner le mal et y répandra le sang, alors que nous chantons Ta gloire et célébrons Tes louanges ? » Le Seigneur leur répondit : « Ce que Je sais dépasse votre entendement. » [31] Et Il apprit à Adam tous les noms ; puis les présenta aux anges en leur disant : « Faites-Moi connaître les noms de tous ces êtres, pour prouver que vous êtes plus méritants qu’Adam ! » [32] Et les anges de dire : « Gloire à Toi ! Nous ne savons rien d’autre que ce que Tu nous as enseigné ; Tu es, en vérité, l’Omniscient, le Sage. » [33] Dieu dit alors : « Ô Adam ! Fais-leur connaître les noms de ces choses ! » Et lorsque Adam en eut instruit les anges, Dieu ajouta : « Ne vous avais-Je pas avertis que Je connais le secret des Cieux et de la Terre, ainsi que les pensées que vous divulguez et celles que vous gardez dans votre for intérieur ? » [34] Et lorsque Nous dîmes aux anges : « Prosternez-vous devant Adam ! », ils s’exécutèrent tous à l’exception de Satan qui refusa avec orgueil, et fut ainsi du nombre des infidèles. [35] Nous dîmes alors : « Ô Adam ! Installe-toi avec ton épouse dans le Paradis. Mangez de ses fruits à satiété et où il vous plaira ; mais ne vous approchez sous aucun prétexte de l’arbre que voici, sinon vous vous mettriez du côté des injustes ! » [36] Or, Satan les fit trébucher et leur fit perdre les délices dont ils jouissaient. Nous leur dîmes alors : « Quittez ces lieux et installez-vous sur la Terre où vous serez ennemis les uns les autres. Ce sera pour vous un lieu de séjour provisoire et de jouissance éphémère ! » [37] Cependant, Dieu révéla à Adam une prière qu’il se mit à répéter pour exprimer son repentir. Et c’est ainsi que son péché fut pardonné, car Dieu est Plein de clémence et de mansuétude.
[38] Nous dîmes alors : « Descendez tous de ces lieux ! Et toutes les fois que Je vous ferai parvenir Mes directives, ceux qui les suivront n’auront à éprouver ni crainte ni chagrin. [39] Quant à ceux qui n’en tiendront pas compte et qui traiteront Nos signes de mensonges, ceux-là seront voués à l’Enfer qui constituera leur demeure éternelle. » [40] Ô fils d’Israël ! Reconnaissez les bienfaits dont Je vous ai comblés ! Tenez vos engagements vis-à-vis de Moi afin que Je tienne les promesses que Je vous ai faites ! Redoutez Ma colère ! [41] Ayez foi en ce que J’ai révélé et qui ne fait que confirmer les messages que vous aviez déjà reçus ; ne soyez donc pas les premiers à les renier et à troquer Mes signes contre un vil espoir ! Il vous faudra alors craindre Ma colère. [42] Ne dissimulez pas la Vérité derrière le mensonge ; ne cachez pas la Vérité, alors que vous la connaissez ! [43] Acquittez-vous de la salât, faites la zakât et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent.
[44] Seriez-vous hommes à ordonner de faire le bien, tout en oubliant de le faire vous-mêmes, alors que vous récitez la Lecture ? N’êtes-vous donc pas raisonnables ? [45] Cherchez du réconfort dans la patience et la salât ! Sans doute la salât est une lourde tâche, mais pas pour les humbles [46] qui savent qu’ils sont appelés à rencontrer leur Seigneur et que leur retour vers Lui est inéluctable.
[47] Ô fils d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont Je vous ai comblés ! Rappelez-vous que Je vous ai préférés à tous les peuples de la Terre ! [48] Redoutez un jour où nulle âme ne sera rétribuée à la place d’une autre, où nulle intercession ne sera acceptée, où nulle rançon ne sera admise ni aucun secours ne sera porté aux impies !
[49] Souvenez-vous du jour où Nous vous avons délivrés des gens de Pharaon qui vous faisaient endurer les pires souffrances en égorgeant vos fils et en épargnant vos filles ! Ce fut là une bien terrible épreuve de la part de votre Seigneur ! [50] Souvenez-vous aussi du jour où Nous avons fendu la mer devant vous, afin de vous sauver et d’engloutir, sous vos yeux, les gens de Pharaon ! [51] Souvenez-vous également du jour où Nous avons donné rendez-vous à Moïse pendant quarante nuits et que vous avez profité de son absence pour adopter le Veau d’or comme idole, faisant ainsi preuve de votre iniquité.
[52] Mais, malgré cela, Nous vous avons accordé Notre pardon, dans le but de vous voir manifester votre reconnaissance ! [53] Après quoi, Nous donnâmes à Moïse le Livre et le Critérium du Bien et du Mal, afin que vous soyez bien guidés.
[54] Souvenez-vous lorsque Moïse dit : « Ô mon peuple ! Vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en adoptant le culte du Veau d’or. Repentez-vous donc à votre Créateur ! Punissez de mort les coupables vous-mêmes ! Dieu appréciera sûrement ce geste de bonne volonté. » Et effectivement Dieu accepta votre repentir, car Il est Plein de mansuétude et de clémence. [55] Et quand vous dîtes : « Ô Moïse ! Nous ne croirons à ta mission que le jour où nous verrons Dieu face à face », n’aviez-vous pas vu de vos propres yeux la foudre s’abattre sur vous ? [56] Puis Nous vous rappelâmes à la vie pour vous voir manifester votre reconnaissance.
[57] Nous projetâmes alors sur vous un nuage pour vous recouvrir de son ombre, et Nous vous envoyâmes la manne et les cailles, en vous disant : « Mangez de ces mets délicieux que Nous vous offrons ! », car ce n’était pas à Nous qu’ils avaient fait du tort, mais c’était bien à eux-mêmes !
[58] Et rappelez-vous lorsque Nous dîmes : « Entrez dans cette cité et mangez de ses fruits à votre guise, partout où il vous plaira ! Mais, en y pénétrant, prosternez-vous et demandez la rémission de vos péchés. Vos fautes vous seront pardonnées et un traitement de faveur sera accordé aux plus vertueux d’entre vous. » [59] Or, à ces paroles, les prévaricateurs en substituèrent d’autres. Nous fîmes alors descendre sur eux, pour prix de leur fourberie, Notre courroux du ciel.
[60] Souvenez-vous lorsque Moïse demanda à Dieu d’étancher la soif de son peuple et lorsque Nous lui dîmes : « Frappe le rocher de ton bâton ! » Et aussitôt douze sources en jaillirent, et chaque tribu reconnut la source où elle devait se désaltérer. « Mangez et buvez des dons que Dieu vous a octroyés, leur fut-il dit, mais ne semez pas le trouble sur la Terre ! »
[61] Or, vous n’avez pas tardé à dire : « Ô Moïse ! Nous ne pouvons plus supporter toujours la même nourriture. Invoque ton Seigneur en notre faveur pour qu’Il fasse pousser pour nous, entre autres produits de la terre, des légumes, des concombres, de l’ail, des lentilles et des oignons. » – « Vous voulez donc échanger, leur répondit Moïse, ce qui est bon contre ce qui l’est moins ? Eh bien, descendez à n’importe quelle ville ! Vous y trouverez sûrement ce que vous demandez. » Là, ils furent frappés d’humiliation et d’indigence ; et la colère de Dieu s’abattit sur eux pour n’avoir pas voulu croire à Ses signes et pour avoir tué injustement Ses prophètes. Telles furent les suites de leur transgression et de leur désobéissance.
[62] Certes, ceux qui ont cru, ceux qui ont adopté le judaïsme, les chrétiens, les sabéens, quiconque parmi eux a cru en Dieu, au Jugement dernier et a pratiqué le bien trouvera sa récompense auprès de son Seigneur et ne ressentira ni crainte ni chagrin.
[63] Lorsque Nous acceptâmes votre engagement et redressâmes au-dessus de vos têtes le mont Sinaï, Nous vous dîmes : « Attachez-vous fermement à Nos lois et respectez-en les prescriptions. Cela fera peut-être de vous des hommes pieux. » [64] Mais vous n’avez pas tardé à vous en détourner. Et sans la grâce de Dieu et Sa miséricorde, vous auriez été du nombre des damnés. [65] Vous n’avez certainement pas oublié ceux d’entre vous qui ont transgressé le Sabbat et auxquels Nous avons dit : « Soyez transformés en singes répugnants ! » [66] Ce fut là une sanction qui servira d’exemple aux contemporains et à leurs descendants, et un sujet à méditer pour ceux qui craignent le Seigneur.
[67] Un jour, Moïse dit à son peuple : « Dieu vous ordonne d’immoler une vache », et il reçut cette réponse : « Est-ce que tu te moques de nous ? » – « Que Dieu me préserve, dit Moïse, d’être du nombre des gens inconvenants ! » [68] Les juifs reprirent alors : « Demande donc en notre nom à ton Seigneur de nous faire connaître de quelle vache il s’agit. » – « Dieu vous dit qu’il s’agit d’une vache ni trop vieille ni trop jeune, mais d’un âge moyen. Exécutez donc l’ordre qui vous est donné ! » [69] – « Demande à ton Seigneur de nous en indiquer la couleur », reprirent-ils. À quoi Moïse répondit : « Dieu vous dit qu’il s’agit d’une vache d’un jaune clair et agréable à voir. »
[70] – « Demande à ton Dieu, insistèrent les juifs, de nous donner plus de détails sur cette vache, car à nos yeux toutes les vaches sont semblables, et, s’il plaît à Dieu, nous saurons bientôt l’identifier. » [71] Moïse reprit : « Dieu vous dit qu’il s’agit d’une vache non assujettie aux labours ou à l’arrosage des champs, et qui n’a aucune infirmité ni aucune tache sur la robe. » – « Enfin, dirent-ils, tu nous apportes maintenant la vérité. » Et ils immolèrent alors la vache. Et peu s’en est fallu qu’ils ne l’eussent pas fait.
[72] Rappelez-vous le meurtre que vous aviez commis et dont chacun de vous cherchait à se disculper. Dieu, cependant, fit éclater la vérité que vous cherchiez à dissimuler. [73] Nous vous invitâmes à frapper le cadavre de la victime avec un membre de la vache immolée. C’est ainsi que Dieu rend la vie aux morts et c’est ainsi qu’Il vous montre Ses signes. Peut-être finirez-vous par comprendre. [74] Mais, depuis lors, vos cœurs n’ont fait que s’endurcir. Ils ont même acquis la dureté de la roche, et plus encore, car, parmi les roches, il en est qui donnent naissance à des ruisseaux, ou qui se fendent pour livrer passage à des rivières, tandis que d’autres s’affaissent par crainte du Seigneur. Dieu n’est pas inattentif à vos agissements.
[75] Gardez-vous encore l’espoir de les voir un jour partager votre foi, alors que certains d’entre eux ont déjà altéré sciemment la Parole de Dieu, après en avoir bien saisi le sens ? [76] Rencontrent-ils des croyants, ils affirment aussitôt : « Nous sommes des vôtres » ; mais dès qu’ils se retrouvent entre eux, ils se disent : « Allez-vous leur livrer ce que Dieu vous a enseigné pour qu’ils en tirent argument contre vous, auprès de votre Seigneur ? Est-ce raisonnable ? »
[77] Oublient-ils que Dieu connaît toutes leurs pensées, des plus apparentes aux plus intimes ? [78] Il y a parmi eux certains illettrés pour lesquels la connaissance du Livre se borne à quelques chimères ou à quelques simples conjectures. [79] Malheur à ceux qui rédigent de leurs propres mains des écrits et les attribuent à Dieu dans l’espoir d’en tirer un profit, aussi minime soit-il ! Malheur à eux pour ce que leurs mains ont tracé et malheur à eux pour le profit qu’ils en tirent ! [80] » De toute manière, disent-ils, si nous devons subir l’épreuve du Feu, ce ne sera que pour un nombre limité de jours. » Dis-leur : « Auriez-vous reçu, à ce sujet, une promesse de votre Seigneur ? Sachez que Dieu ne viole jamais Ses engagements. Ou est-ce plutôt une simple allégation de votre part ? »
[81] Grave erreur ! La vérité est que ceux qui font le mal au point d’être cernés par leurs péchés de toutes parts, ceux-là auront l’Enfer pour demeure éternelle ; [82] tandis que ceux qui croient en Dieu et qui font le bien auront le Paradis pour séjour éternel.
[83] Nous avons fait prendre aux fils d’Israël l’engagement de n’adorer que Dieu, d’être bons envers leurs père et mère, leurs proches, les orphelins et les pauvres ; de tenir des propos bienveillants aux gens, d’accomplir la salât et de faire la zâkat. Mais, à l’exception de quelques-uns d’entre vous, vous avez fait volte-face et vous vous êtes dérobés.
[84] Rappelez-vous aussi que vous Nous aviez donné votre engagement de ne pas verser le sang et de ne pas vous expulser les uns les autres de vos demeures. Et vous y avez souscrit avec votre propre témoignage. [85] Or, voilà que vous vous entretuez, que vous chassez de leurs foyers certains de vos frères, en vous liguant injustement contre eux, pour les accabler d’abus et d’oppression. Et quand ils tombent en captivité, vous les rançonnez, alors qu’il vous était interdit de les expulser. Admettriez-vous seulement une certaine partie du Livre et en rejetteriez-vous le reste ? Quel traitement devra être réservé à ceux qui agissent de la sorte, sinon l’ignominie dans ce monde et le châtiment le plus impitoyable dans l’autre ? Dieu n’est pas inattentif à vos agissements. [86] Ce sont ceux-là qui ont troqué la vie future contre la vie d’ici-bas. Aucun adoucissement ne sera apporté à leurs tourments et aucun secours ne leur sera accordé.
[87] Nous avons déjà transmis le Livre à Moïse et, après lui, Nous avons envoyé d’autres prophètes ; de même que Nous avons doté Jésus, fils de Marie, de preuves éclatantes, en le faisant soutenir par l’Esprit saint. Alors jusqu’à quand continuerez-vous à accueillir avec morgue les prophètes, traitant les uns d’imposteurs et massacrant les autres, chaque fois que le message qu’ils vous apportent ne flatte pas vos caprices ? [88] » Nos cœurs, disent-ils, sont inaccessibles à toute croyance. » Non ! C’est plutôt Dieu qui les a maudits pour leur incrédulité, car il est bien rare qu’ils croient réellement.
[89] Lorsqu’ils reçurent de la part de Dieu un Livre confirmant leurs propres Écritures, et alors qu’auparavant ils n’avaient cessé d’implorer l’assistance divine contre les infidèles, ils refusèrent de croire à ce Livre qui pourtant leur avait été prédit. Maudits soient donc les infidèles !
[90] Combien est vil le prix contre lequel ils ont troqué leurs âmes lorsqu’ils ont nié ce que Dieu a révélé et ce, uniquement par dépit, car ils n’ont pu admettre que Dieu, par un effet de Sa grâce, ait choisi certains de Ses serviteurs pour les gratifier de la révélation ! Ils se sont ainsi attirés doublement la colère du Seigneur et le châtiment ignominieux qui sera réservé aux infidèles. [91] Et quand on leur dit de croire à ce que Dieu a révélé, ils répliquent : « Nous croyons uniquement à ce qui nous a été révélé », et ils rejettent les révélations postérieures qui pourtant confirment, en toute vérité, les révélations antérieures. Demande-leur alors : « Pourquoi donc faisiez-vous périr auparavant les prophètes de Dieu, si vous étiez des croyants sincères ? »
[92] Déjà Moïse s’était adressé à vous avec des preuves évidentes ; mais, pendant son absence, vous avez adopté comme idole le Veau d’or. Vous êtes vraiment des créatures injustes ! [93] Or, Nous n’en fîmes pas moins, ensuite, alliance avec vous, et Nous élevâmes le mont Sinaï au-dessus de vos têtes, en vous disant : « Suivez rigoureusement les lois que Nous vous avons données et écoutez ce qu’elles vous édictent ! » – « Nous écoutons, mais nous n’avons cure d’obéir », répliquèrent-ils, car ces négateurs avaient été fortement marqués par l’amour du Veau d’or. Dis-leur : « Quel détestable enseignement comporte votre foi, si tant est que vous en ayez une ! »
[94] Dis-leur encore : « Si vous êtes sûrs que le séjour éternel auprès de votre Seigneur vous est réservé, à l’exclusion des autres hommes, souhaitez donc une mort immédiate, pour donner la preuve que vous êtes sincères ! » [95] Mais ils ne formuleront jamais pareil souhait, sachant tout le mal qu’ils ont perpétré de leurs mains sur la Terre. Et Dieu connaît bien les injustes. [96] Et si tu observes ces gens-là, tu constateras qu’ils sont de tous les hommes, même des païens, les plus avides de vivre, au point qu’il n’en est aucun parmi eux qui ne désire vivre mille ans. Or, même une telle longévité ne saurait pour autant les soustraire au châtiment qui les attend, car rien de ce qu’ils font n’échappe au Seigneur.
[97] Dis à qui se déclare ennemi de Gabriel que c’est lui qui, sur ordre de Dieu, a déposé progressivement dans ton cœur le Coran qui confirme les Écritures antérieures et qui constitue en même temps un guide et une bonne nouvelle pour les fidèles. [98] Que ceux qui s’érigent en ennemis de Dieu, de Ses anges, de Ses prophètes, de Gabriel et de Michaël sachent bien que Dieu sera toujours l’ennemi des négateurs.
[99] Prophète ! Nous t’avons révélé des signes évidents que seuls les pervers osent mettre en doute. [100] Eh quoi ! À chaque fois qu’ils prennent un engagement, il s’en trouve toujours parmi eux quelqu’un qui le viole ! Il est vrai qu’ils sont constitués en grande majorité d’infidèles. [101] Lorsqu’un envoyé de Dieu est venu leur confirmer ce qu’ils avaient déjà reçu, bon nombre de scripturaires rejetèrent délibérément le Livre de Dieu, comme s’ils n’avaient jamais été initiés aux Écritures.
[102] Ils ont préféré suivre ce que les démons rapportaient sur le règne de Salomon. Mais Salomon n’était pas négateur ; ce sont les démons qui l’étaient et qui apprenaient aux gens la sorcellerie et ce qui avait été inspiré aux deux anges de Babylone, Hârût et Mârût. Or, ces deux anges n’apprenaient rien à personne sans lui dire auparavant : « Nous ne sommes là que pour tenter les hommes ! Prends donc garde de perdre ta foi ! » Les gens apprenaient d’eux le moyen de séparer le mari de sa femme, mais ils ne pouvaient nuire à qui que ce soit sans la permission du Seigneur. D’ailleurs, de telles pratiques les initiaient beaucoup plus à ce qui était nuisible qu’à ce qui était utile, sans compter que ceux qui s’y adonnaient savaient bien qu’ils n’auraient aucune part de bonheur dans la vie future. À quel vil prix ont-ils ainsi aliéné leurs âmes ! Mais le savaient-ils ? [103] S’ils avaient cru et s’ils avaient craint Dieu, la récompense qu’ils auraient obtenue eût été bien meilleure ! Mais le savaient-ils ?
[104] Ô vous qui croyez ! Ne dites pas : « Râ`inâ », mais dites plutôt : « Unzurnâ ! » Aie pour nous de la sollicitude. Soyez attentifs à cet ordre ! Un châtiment douloureux est réservé aux infidèles. [105] Ni les négateurs parmi les gens du Livre ni les idolâtres ne voudraient qu’une faveur quelconque vous soit accordée par votre Seigneur. Mais Dieu réserve Sa grâce à qui Il veut, car Dieu est le Détenteur de la grâce infinie.
[106] Tout verset que Nous abrogeons ou que Nous faisons oublier aux gens, Nous le remplaçons aussitôt par un autre verset meilleur ou équivalent. Ne sais-tu pas que Dieu a pouvoir sur toute chose ? [107] Ne sais-tu pas que le Royaume des Cieux et de la Terre appartient à Dieu et que, en dehors de Lui, vous n’avez ni protecteur ni défenseur ?
[108] Voudriez-vous harceler votre Prophète des mêmes questions insidieuses qu’on posait autrefois à Moïse ? Sachez que quiconque échange la foi contre l’impiété sera totalement éloigné du droit chemin ! [109] Beaucoup de détenteurs des Écritures, après s’être rendu compte de la justesse de votre cause, brûlent d’envie, par pure jalousie, de vous faire abjurer votre foi et de vous ramener à l’impiété. Pardonnez-leur et soyez indulgents à leur égard jusqu’à ce que la volonté de Dieu s’accomplisse, car Dieu a pouvoir sur toute chose.
[110] Accomplissez régulièrement la salât et acquittez-vous de la zakât ! Tout bien que vous aurez avancé sur Terre pour votre salut, vous le retrouverez auprès de votre Seigneur, car Il est Attentif à tous vos actes. [111] Les gens des Écritures disent : « Seuls les juifs et les chrétiens entreront au Paradis », exprimant ainsi leurs propres désirs. Réponds-leur : « Apportez-en la preuve, si vous êtes véridiques ! »
[112] La vérité est que quiconque se soumet à la Volonté divine tout en faisant le bien, c’est celui-là qui recevra sa récompense du Seigneur et qui n’aura à éprouver ni crainte ni peine.
[113] Les juifs affirment : « Les chrétiens sont dans l’erreur ! » ; et les chrétiens, de leur côté, affirment : « Les juifs sont dans l’erreur ! », bien que les uns et les autres récitent les Écritures. Et les mêmes propos ont été repris par les non-initiés aux Écritures. Dieu tranchera sur leur différend, le Jour du Jugement dernier. [114] Y a-t-il pires prévaricateurs que ceux qui empêchent le Nom de Dieu de retentir dans Ses temples et qui œuvrent pour les détruire, alors que de pareilles gens ne devraient y pénétrer qu’en tremblant de peur ? Aussi l’ignominie sera-t-elle leur lot dans ce monde, et les pires tourments les attendront dans la vie future.
[115] C’est à Dieu qu’appartiennent et le Levant et le Couchant. Ainsi, de quelque côté que vous vous tourniez, vous trouverez toujours la Face du Seigneur, car Il est Omniprésent et Omniscient.
[116] Ils disent que Dieu S’est donné un fils. Tant s’en faut ! Sa gloire ne saurait y consentir ! C’est Lui le Maître des Cieux et de la Terre, et c’est devant Lui que toute la Création s’incline ; [117] c’est Lui le Créateur intégral des Cieux et de la Terre, et qui, quand Il décrète une chose, il Lui suffit de dire : « Sois ! » et la chose est.
[118] Les incrédules disent : « Pourquoi Dieu ne nous adresse-t-Il pas directement la parole ou ne nous envoie-t-Il pas un miracle ? » Ainsi parlaient déjà ceux qui les avaient devancés. Même raisonnement, même mentalité ! Nous avons pourtant donné suffisamment de preuves à ceux qui croient réellement.
[119] Prophète ! Nous t’avons envoyé, porteur d’un message de Vérité, en annonciateur de bonnes nouvelles et en avertisseur. Tu n’auras cependant aucun compte à rendre pour ceux qui sont voués à l’Enfer.
[120] Tu ne seras agréé ni des juifs ni des chrétiens que lorsque tu auras suivi leur confession. Dis : « Il n’est d’autre voie de la vérité que Celle de Dieu ! » Cependant, si par hasard tu accédais à leurs désirs, après la science que tu as reçue, tu te trouverais devant Dieu sans défense ni secours. [121] Ceux à qui Nous avons donné le Livre et qui le récitent correctement, ceux-là y croient réellement ; tandis que ceux qui en dénaturent le sens sont les véritables perdants. [122] Rappelez-vous, enfants d’Israël, les faveurs dont Je vous ai comblés et la préférence que Je vous ai accordée sur tous les peuples de la Terre ! [123] Redoutez le jour où aucune âme ne pourra prêter assistance à une autre âme, où aucun rachat ne pourra être effectué en sa faveur, où nulle intercession ne sera admise et où les négateurs ne pourront bénéficier d’aucun secours !
[124] Souvenez-vous lorsque Dieu, voulant mettre à l’épreuve Abraham, lui édicta certaines prescriptions dont il s’acquitta avec bonheur, et que Dieu lui dit alors : « Je ferai de toi un guide spirituel pour les hommes. » – « Et ma descendance bénéficiera-t-elle de cette faveur ? », demanda Abraham. « Ma promesse, dit le Seigneur, ne saurait s’appliquer aux pervers. » [125] C’est alors que Nous fîmes du temple de la Ka`ba un lieu de retraite et un havre de paix pour les hommes, en leur recommandant de faire de la station d’Abraham un lieu de prière. De même que Nous confiâmes à Abraham et à Ismaël le soin de préserver la pureté de Notre temple à l’intention de ceux qui viendront y accomplir des circuits rituels, faire une retraite ou s’incliner et se recueillir. [126] Abraham adressa au Seigneur cette prière : « Seigneur ! Fais de cette cité un lieu inviolable et prospère pour ceux de ses habitants qui croient en Toi et au Dernier Jour ! » Dieu répondit : « Quant aux infidèles, Je ne leur accorderai qu’une jouissance passagère, avant de les acculer au supplice de l’Enfer. Et ce sera pour eux un bien triste sort ! »
[127] Et pendant qu’Abraham et Ismaël élevaient les assises de la Ka`ba, ils disaient : « Seigneur ! Daigne accepter de nous cet ouvrage ! Tu es l’Audient, Tu es l’Omniscient ! [128] Seigneur ! Fais de nous des croyants entièrement soumis à Ta volonté, et de notre postérité, un peuple également soumis à Tes lois ! Fais-nous connaître les rites que nous devons observer et accepte notre repentir, car Tu es le Miséricordieux, Tu es le Clément ! [129] Seigneur ! Envoie-leur un prophète issu d’eux-mêmes, qui leur récitera Tes versets, leur enseignera l’Écriture et la sagesse et les purifiera de leurs fausses croyances ! Tu es, en vérité, le Puissant, le Sage ! »
[130] Mais qui donc se détournera, à moins d’être un esprit insensé, du culte d’Abraham ? Cet apôtre que Nous avons élu en ce monde, et qui siégera parmi les justes dans la vie future ; [131] Abraham auquel Dieu a dit : « Soumets-toi ! », et qui aussitôt répondit : « Je me soumets au Maître de l’Univers ! » [132] Abraham qui fit cette recommandation à ses enfants, suivi en cela par Jacob : « Ô mes enfants ! Dieu a choisi pour vous cette religion. Que votre soumission à Dieu soit totale et entière jusqu’à votre mort ! »
[133] Étiez-vous témoins lorsque, sur son lit de mort, Jacob demanda à ses enfants : « Qu’allez-vous adorer après moi ? » – « Nous adorerons, répondirent-ils, ton Dieu qui est aussi le Dieu de tes pères, Abraham, Ismaël, Isaac, l’Unique Dieu auquel notre soumission est totale et entière » ? [134] Une telle génération a disparu. À elle ce qu’elle a acquis et à vous ce que vous avez acquis. Vous n’aurez donc nullement à répondre de leurs actes.
[135] À ceux qui disent : « Faites-vous juifs ou chrétiens et vous serez dans le droit chemin ! » Réponds : « Non ! Suivons plutôt le culte d’Abraham, ce pur monothéiste qui ne s’est jamais compromis avec les païens ! » [136] Dites : « Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et aux Tribus ; à ce qui a été donné à Moïse et à Jésus ; à ce qui a été révélé aux prophètes par leur Seigneur, sans établir entre eux aucune différence. Et c’est à Dieu que nous sommes entièrement soumis. » [137] Si les gens du Livre adhèrent à votre croyance, ils seront dans la bonne voie ; et, s’ils s’en détournent, c’est qu’ils auront opté pour la rébellion. Dieu te protégera de leur mal, car Dieu entend tout et sait tout. [138] Baptême de Dieu ! Qui donc peut donner le baptême mieux que Dieu Lui-même ? C’est à Lui que nous vouons une adoration continuelle. [139] Dis-leur : « Qu’avez-vous à disputer avec nous à propos de Dieu, alors qu’Il est notre Seigneur et le vôtre ? Certes, nos œuvres sont à nous, comme les vôtres sont à vous, mais nous sommes sincères envers Dieu. »
[140] Ou bien dites-vous que Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus étaient juifs ou chrétiens ? Réponds-leur : « Qui en est le mieux renseigné, vous ou Dieu ? Y a-t-il quelqu’un de plus injuste que celui qui dissimule un témoignage qu’il détient du Seigneur ? Or, Dieu n’est pas inattentif à ce que vous faites. » [141] Une telle génération a disparu. À elle ce qu’elle a acquis et à vous ce que vous avez acquis. Vous n’aurez donc nullement à répondre de leurs actes.
[142] Les insensés parmi les hommes ne tarderont pas à dire : « Qui les a donc détournés de la direction qibla vers laquelle ils s’orientaient pour la salât ? » Dis-leur : « Orient et Occident appartiennent également à Dieu, qui dirige qui Il veut vers le droit chemin. »
[143] C’est ainsi que Nous avons fait de vous une communauté du juste milieu afin que vous soyez témoins parmi les hommes et que le Prophète vous soit témoin. Nous n’avions fixé la direction vers laquelle tu t’orientais initialement que pour distinguer ceux qui suivraient le Prophète de ceux qui se détourneraient de lui. Certes, le changement de direction fut une épreuve difficile, mais pas pour ceux que Dieu conduit dans le droit chemin. Et ce n’est pas Dieu qui vous ferait perdre votre foi, car Dieu est Plein de bonté et de compassion pour les hommes. [144] Nous t’avons vu souvent interroger le ciel du regard. Aussi t’orientons-Nous dorénavant vers une direction que tu agréeras sûrement. Tourne donc ta face vers la Mosquée sacrée ! Et vous, croyants, où que vous soyez, tournez-vous dans cette même direction ! Quant à ceux qui ont reçu l’Écriture, ils savent parfaitement que cette vérité émane du Seigneur qui n’est point inattentif à leur comportement.
[145] Quelles que soient les preuves que tu fourniras à ceux qui ont reçu l’Écriture, ils n’adopteront pas ton orientation qibla, pas plus que toi tu n’adopteras la leur. D’ailleurs, aucun d’eux-mêmes n’est disposé à adopter celle de l’autre. Si donc tu te laissais tenter par leurs caprices, malgré la science que tu as reçue, tu ferais certainement partie du contingent des injustes.
[146] Ceux à qui Nous avons donné l’Écriture connaissent bien le Prophète, comme ils connaissent leurs propres enfants. Mais certains d’entre eux cachent sciemment la vérité. [147] Or, la vérité vient de ton Seigneur. Ne te laisse donc pas gagner par le doute !
[148] À chacun une direction vers laquelle il s’oriente pour accomplir sa salât. Mais l’essentiel est de chercher à vous surpasser les uns les autres dans l’accomplissement du bien, car, où que vous soyez, Dieu vous ramènera tous à Lui. En vérité, la puissance de Dieu s’étend à toute chose.
[149] De quelque lieu que tu sortes, oriente-toi vers la Mosquée sacrée ! Là est la Vérité venue de Dieu qui n’est point inattentif à ce que vous faites. [150] De quelque lieu que tu viennes, oriente-toi vers la Mosquée sacrée ! Où que vous vous trouviez, tournez vos visages dans la même direction, afin de ne pas donner prise aux critiques des hommes, excepté celles qui émanent des injustes parmi eux. Ceux-là, vous n’avez pas à les craindre. C’est Moi que vous devez redouter, afin que Je parachève Ma grâce en votre faveur et que vous soyez guidés dans la Voie du salut.
[151] C’est ainsi que Nous vous avons envoyé un Prophète choisi parmi vous, qui vous récite Nos versets, vous purifie, vous apprend le Livre et la Sagesse et vous enseigne ce que vous ignoriez. [152] Souvenez-vous de Moi, Je me souviendrai de vous ! Soyez reconnaissants envers Moi ! Ne soyez pas ingrats ! [153] Ô croyants ! Cherchez du réconfort dans la patience et la salât ! Dieu est, en vérité, avec ceux qui savent s’armer de patience.
[154] Ne dites pas de ceux qui sont tombés au service de Dieu qu’ils sont morts, car ils sont bien vivants, mais vous n’en avez pas conscience. [155] Certes, Nous vous soumettrons à quelques épreuves en vous exposant de temps à autre à la peur et à la faim, en vous faisant endurer quelques pertes dans vos biens, dans vos personnes et dans vos récoltes. Mais tu Prophète peux annoncer une heureuse issue à ceux qui souffrent avec patience ; [156] à ceux qui, lorsqu’un malheur les touche, disent : « Nous sommes à Dieu et c’est à Lui que nous ferons retour ! » [157] C’est sur ceux-là que Dieu étendra Sa bénédiction et Sa miséricorde, et ce sont ceux-là qui sont dans le droit chemin.
[158] La course entre as-Safâ et al-Marwâ fait partie des rites prescrits par Dieu. Celui qui accomplit le hajj pèlerinage à La Mecque ou seulement la `umra simple visite peut sans inconvénient effectuer cette course. Dieu saura gré à quiconque se porte volontaire pour accomplir une œuvre pie, car Il sait tout. [159] Ceux qui dissimulent les signes évidents et la bonne direction que Nous avons clairement révélés dans le Livre, ceux-là seront maudits de Dieu et de tous ceux qui peuvent les maudire, [160] à l’exception de ceux qui se repentent, s’amendent, divulguent la vérité. À ceux-là J’accorderai Mon pardon, car Je suis Plein de clémence et de compassion. [161] Les négateurs qui vivent et meurent en tant que tels encourront à la fois la malédiction de Dieu, celle des anges et celle de tous les hommes. [162] Et cette malédiction les poursuivra éternellement, sans que leurs tourments puissent jamais connaître ni répit ni allégement.
[163] Votre Dieu est Unique. Il n’y a d’autre divinité que Lui. Il est le Dieu de la bonté et de la miséricorde.
[164] Dans la création des Cieux et de la Terre, dans l’alternance de la nuit et du jour, dans les vaisseaux qui sillonnent la mer, chargés de tout ce qui peut être utile aux hommes ; dans l’eau que Dieu précipite du ciel pour vivifier la terre, après sa mort, et dans laquelle tant d’êtres vivants pullulent ; dans le régime des vents et dans les nuages astreints à évoluer entre ciel et terre ; dans tout cela n’y a-t-il pas autant de signes éclatants pour ceux qui savent réfléchir ?
[165] Il est des hommes qui prennent en dehors de Dieu des associés qu’ils se mettent à aimer à l’égal de Dieu Lui-même ! Mais ce sont les croyants qui vouent à Dieu le plus grand amour. Ah ! Si les injustes pouvaient entrevoir le supplice qui les attend, ils verraient alors que la puissance entière appartient à Dieu seul et que Dieu, quand Il sévit, le fait toujours avec rigueur. [166] Et ce jour-là, à la vue du supplice, les meneurs renieront ceux qui les auront suivis, et toute attache sera rompue entre eux, [167] alors que leurs disciples s’écrieront à leur tour : « Ah ! S’il nous était possible de retourner sur Terre, nous désavouerions nos meneurs, comme ils nous ont désavoués. » Et c’est ainsi que Dieu les mettra en face de leurs œuvres, sans que leurs regrets les mettent pour autant à l’abri de l’Enfer.
[168] Ô hommes ! Mangez de ce que la terre vous offre de licite et d’agréable ! Ne marchez pas sur les traces de Satan qui est votre ennemi mortel ! [169] Il ne vous suggère que le mal et les turpitudes ; il vous incite à tenir sur Dieu des propos dont vous ne saisissez même pas le sens.
[170] Lorsqu’on dit aux infidèles : « Conformez-vous à ce que Dieu a révélé ! », ils rétorquent : « Non ! Nous devons plutôt nous conformer à ce que nous ont légué nos ancêtres ! » Eh, quoi ! Les suivraient-ils même s’ils manquaient de discernement, même s’ils étaient dans l’erreur ? [171] Ces infidèles font songer à des animaux qui n’entendent que les sons et les cris des appels confus qu’on leur lance, et qui, sourds, muets et aveugles, sont incapables d’en saisir le sens.
[172] Ô vous qui croyez ! Mangez de ces bonnes choses dont Nous vous avons gratifiés et rendez grâce au Seigneur, si c’est vraiment Lui que vous adorez ! [173] Il vous interdit seulement de consommer la bête morte, le sang, la viande de porc et celle de tout autre animal sur lequel on aura invoqué un autre nom que Celui de Dieu. Cependant, si on se trouve contraint d’en consommer par nécessité, et non par insoumission ni désinvolture, on ne commet aucun péché, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[174] Ceux qui dissimulent ce que Dieu a révélé du Livre et qui le troquent à vil prix, c’est comme s’ils remplissaient de feu leurs entrailles. Dieu ne leur adressera pas la parole le Jour du Jugement dernier et ne leur accordera pas Son pardon ; mais un châtiment douloureux leur sera infligé. [175] Voilà ceux qui échangent la Vérité contre l’erreur et qui troquent le pardon de Dieu contre le châtiment de l’Enfer ! Et quelle endurance il leur faudra pour supporter les affres de la Géhenne ! [176] Il en est ainsi parce que Dieu a révélé le Livre en tant que Message de vérité, et que ceux qui se livrent à des controverses à son sujet s’engagent dans une profonde divergence.
[177] La piété ne consiste pas à tourner sa face du côté de l’Orient ou de l’Occident ; la piété, c’est croire en Dieu, au Jugement dernier, aux anges, aux Livres et aux prophètes ; la piété, c’est donner de son bien – quelque attachement qu’on lui porte – aux proches, aux orphelins, aux indigents, aux voyageurs et aux mendiants ; la piété, c’est aussi racheter les captifs, accomplir la salât, s’acquitter de la zakât, demeurer fidèle à ses engagements, se montrer patient dans l’adversité, dans le malheur et face au péril. Telles sont les vertus qui caractérisent les croyants pieux et sincères !
[178] Ô vous qui croyez ! La loi du talion vous est prescrite en matière de meurtre : homme libre pour homme libre, esclave pour esclave, femme pour femme. Si l’ayant droit consent une remise de cette peine au meurtrier, ce dernier sera poursuivi modérément et il devra s’acquitter du prix du sang avec empressement. C’est là une mesure d’allégement et de miséricorde pour vous de la part de votre Seigneur. Mais quiconque transgresse, par la suite, ce compromis sera sévèrement sanctionné. [179] La loi du talion constitue pour vous une garantie de vie, ô gens doués d’intelligence. Peut-être finirez-vous ainsi par craindre Dieu. [180] Il vous est prescrit, lorsque l’un d’entre vous est sur le point de mourir en laissant quelques biens, de faire un testament en faveur de ses père et mère et de ses parents les plus proches, suivant l’usage établi. C’est un devoir pour ceux qui craignent le Seigneur. [181] Ceux qui dénaturent les dispositions d’un testament, après en avoir pris connaissance, commettent un délit dont ils sont seuls à supporter les conséquences, car Dieu sait tout et entend tout.
[182] Celui qui, craignant une partialité ou une illégalité de la part du testateur, fait accepter un compromis par les parties intéressées ne commet aucun péché, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[183] Ô croyants ! Le jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit aux peuples qui vous ont précédés, afin que vous manifestiez votre piété. [184] Ce jeûne devra être observé pendant un nombre de jours bien déterminé. Celui d’entre vous qui, malade ou en voyage, aura été empêché de l’observer devra jeûner plus tard un nombre de jours équivalant à celui des jours de rupture. Mais ceux qui ne peuvent le supporter qu’avec grande difficulté devront assumer, à titre de compensation, la nourriture d’un pauvre pour chaque jour de jeûne non observé. Le mérite de celui qui en nourrira davantage ne sera que plus grand. Mais savez-vous qu’il est préférable pour vous de jeûner ? [185] Le mois de Ramadan est celui au cours duquel le Coran a été révélé pour guider les hommes dans la bonne direction et leur permettre de distinguer la Vérité de l’erreur. Quiconque parmi vous aura pris connaissance de ce mois devra commencer le jeûne. Celui d’entre vous qui, malade ou en voyage, aura été empêché de le faire devra jeûner plus tard un nombre de jours égal à celui des jours de jeûne non observés. Dieu tient ainsi à vous faciliter l’accomplissement de vos devoirs religieux et non à vous le rendre difficile. Achevez donc la période du jeûne et louez Dieu pour vous avoir guidés, afin de Lui prouver votre reconnaissance.
[186] Si Mes serviteurs t’interrogent à Mon sujet, qu’ils sachent que Je suis tout près d’eux, toujours disposé à exaucer les vœux de celui qui M’invoque. Qu’ils répondent donc à Mon appel et qu’ils aient foi en Moi, afin qu’ils soient guidés vers la Voie du salut.
[187] Il vous est permis, la nuit qui suit une journée de jeûne, d’avoir des rapports avec vos épouses, qui sont un vêtement pour vous autant que vous l’êtes pour elles. Dieu sait que vous vous êtes clandestinement livrés à de tels rapports ; mais Il ne vous en tient pas rigueur et vous accorde Son pardon. Désormais, vous pouvez cohabiter avec vos femmes en vous tenant à ce que Dieu vous prescrit. Mangez et buvez jusqu’au moment où vous pourrez distinguer un fil blanc d’un fil noir, à la pointe de l’aube. À partir de cet instant, observez une abstinence totale jusqu’à la tombée de la nuit. N’ayez aucun rapport avec vos femmes, durant votre retraite spirituelle dans les mosquées. Telles sont les limites que Dieu vous impose, ne les transgressez pas. C’est ainsi que Dieu explique clairement Ses versets aux hommes afin qu’ils Le craignent.
[188] Ne vous dépouillez pas injustement les uns les autres de vos biens ! Ne les offrez pas non plus aux juges dans l’espoir de vous accaparer illégalement et en toute connaissance de cause d’une partie des biens appartenant à autrui ! [189] On t’interroge sur les nouvelles lunes. Dis-leur : « Ce sont des moyens pour les hommes de mesurer le temps et de déterminer l’époque du pèlerinage. » La piété ne consiste nullement à s’introduire dans les maisons par la porte de derrière. La vraie piété est dans la crainte révérencielle du Seigneur. C’est donc par les portes habituelles que vous devez entrer dans vos demeures, et c’est également Dieu que vous devez craindre, si vous tenez à réussir. [190] Combattez dans la Voie de Dieu ceux qui vous combattent, sans jamais outrepasser les limites permises, car Dieu n’aime pas ceux qui les transgressent.
[191] Tuez-les partout où vous les trouvez et chassez-les d’où ils vous ont chassés, car la subversion est pire que le meurtre. Ne les combattez pas, cependant, auprès de la Mosquée sacrée, à moins qu’ils ne vous y attaquent les premiers. Dans ce cas, n’hésitez pas à les tuer. Ce sera la juste récompense des infidèles. [192] S’ils cessent de vous attaquer, sachez que Dieu est Clément et Miséricordieux. [193] Combattez-les sans répit jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de subversion et que le culte soit rendu uniquement à Dieu. S’ils cessent le combat, ne poursuivez les hostilités que contre les injustes récalcitrants. [194] S’ils respectent votre mois sacré, respectez le leur. Mais s’il y a violation de leur part, la loi du talion devra être appliquée. Quand quelqu’un vous agresse, usez de réciprocité en proportion du dommage causé. Craignez Dieu et sachez qu’Il est avec ceux qui Le craignent.
[195] Faites des largesses pour soutenir la Cause de Dieu ! Ne vous exposez pas, de votre propre initiative, à la perdition ; mais agissez de la manière la plus bienfaisante et judicieuse, Dieu aime les gens bons et judicieux.
[196] Accomplissez, pour Dieu, le pèlerinage et la `umra. En cas d’empêchement, faites en compensation une offrande selon vos moyens. Mais abstenez-vous de vous raser la tête tant que l’offrande n’est pas parvenue à son lieu de destination. Celui d’entre vous qui, malade ou atteint d’une affection à la tête, était obligé de se raser sera tenu de se racheter par un jeûne, une aumône ou un sacrifice. Une fois la sécurité rétablie, celui qui aura profité de son séjour pour effectuer la `umra, en attendant la période du pèlerinage, devra faire une offrande selon ses moyens. Mais s’il n’en a pas, il devra jeûner trois jours pendant le pèlerinage et sept jours une fois rentré chez lui, soit dix jours au total, et cela incombe uniquement à celui dont la famille ne réside pas près de la Mosquée sacrée. Craignez donc Dieu et sachez que Dieu est Implacable quand Il sévit.
[197] Le pèlerinage s’effectue en des mois déterminés. Quiconque s’y engage devra s’interdire tout rapport sexuel, tout libertinage et toute dispute durant la période du pèlerinage. Quelque bien que vous fassiez, Dieu en a toujours connaissance. Prenez des provisions de route, mais votre meilleur viatique sera la crainte révérencielle du Seigneur. Craignez-Moi, hommes doués d’intelligence ! [198] Il n’est pas interdit, pendant le pèlerinage, de rechercher quelques faveurs de votre Seigneur par la pratique du négoce. Lorsque vous déferlez de Arafa, rappelez le Nom de Dieu auprès du Repère sacré et glorifiez-Le pour vous avoir mis sur la bonne voie, alors qu’auparavant vous étiez du nombre des égarés ! [199] Après quoi, déferlez par où s’effectuent les processions, et demandez pardon à Dieu, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [200] Une fois ces rites terminés, invoquez Dieu comme vous invoquez d’habitude vos pères, mais avec une ferveur plus vive encore. Mais il est certaines personnes qui disent seulement : « Seigneur ! Accorde-nous une belle part dans ce monde ! » Ceux-là n’auront aucune part dans la vie future. [201] Et il en est d’autres qui disent : « Seigneur ! Accorde-nous une belle part dans ce monde et une belle part dans la vie future, et préserve-nous des tourments de l’Enfer ! » [202] Ceux-là auront une part conforme à ce qu’ils auront mérité et Dieu est prompt dans Ses comptes.
[203] Invoquez Dieu pendant les jours fixés. Mais celui qui en réduit le nombre à deux jours ne commet point de péché, pas plus que celui qui retarde son départ, à condition qu’il fasse preuve de piété. Craignez donc Dieu et sachez que c’est vers Lui que vous serez rassemblés !
[204] Il est des gens qui te charment par les propos qu’ils tiennent sur la vie de ce bas monde, allant jusqu’à prendre Dieu à témoin de la pureté de leurs sentiments, alors qu’ils sont, au fond, les plus irréductibles des chicaneurs, [205] car, dès qu’ils te tournent le dos, ils s’empressent de semer le désordre sur la Terre, saccageant récoltes et bétail. Dieu n’aime pas les semeurs de désordre. [206] Et lorsqu’on leur dit : « Craignez Dieu ! », leur arrogance pécheresse ne connaît plus de limites. Ainsi l’Enfer aura-t-il raison d’eux. Et quelle affreuse demeure ! [207] Mais il en est d’autres qui se sacrifient pour être agréés par Dieu, et Dieu est Plein de bonté pour Ses serviteurs.
[208] Ô croyants ! Rangez-vous tous sous la bannière de l’islam ! Gardez-vous de suivre les traces de Satan ! Il est pour vous un ennemi déclaré. [209] Et si, malgré les preuves évidentes qui vous sont parvenues, vous cédez à la tentation, sachez que Dieu est Puissant et Sage !
[210] Qu’attendent ces infidèles ? Peut-être s’attendent-ils à voir venir vers eux Dieu et Ses anges, à l’ombre des nuages, et que leur sort soit ainsi réglé ? Mais c’est à Dieu que tout sera ramené.
[211] Demande aux fils d’Israël combien de preuves éclatantes ne leur avons-Nous pas données. Mais celui qui dénature les bienfaits que Dieu lui a accordés doit savoir que Dieu est Terrible quand Il sévit. [212] La vie d’ici-bas exerce sur les négateurs un tel attrait qu’ils se permettent de se moquer des croyants. Mais ceux qui craignent Dieu seront placés bien plus haut que ces négateurs, le Jour du Jugement dernier, car Dieu dispense Ses bienfaits à qui Il veut, sans compter.
[213] Les hommes ne formaient, à l’origine, qu’une seule communauté. Dieu leur envoya les prophètes pour annoncer la bonne nouvelle et lancer un avertissement ; de même qu’Il a fait descendre avec eux le Livre renfermant la Vérité afin d’arbitrer les différends qui opposent les hommes. Or, ce sont ceux-là mêmes qui avaient reçu le message qui entrèrent en désaccord à son sujet, en dépit des preuves évidentes qui leur furent apportées et ce, par pur esprit de rivalité. Puis Dieu, dans Sa sollicitude, voulut bien guider les croyants vers cette part de vérité sur laquelle justement les autres disputaient, car Dieu dirige qui Il veut dans le droit chemin.
[214] Espérez-vous accéder au Paradis sans avoir été éprouvés comme l’ont été ceux qui vous ont précédés ? Ils ont connu des malheurs et des calamités ; ils ont été secoués par l’adversité au point que leur prophète et ceux qui le suivaient en vinrent à se demander : « À quand donc le secours du Seigneur ? » Certes, le secours de Dieu est toujours proche ! [215] Ils te demandent à qui il faut porter aide. Dis-leur : « Que votre aide aille à vos père et mère, à vos proches, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs démunis, car quelque bien que vous fassiez, Dieu en est parfaitement Informé. »
[216] Il vous est prescrit de combattre, et cette prescription, vous l’avez en horreur. Mais il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose qui constitue pourtant un bien pour vous ; et il se peut que vous chérissiez une autre, alors qu’elle constitue un mal pour vous. Dieu le sait ; mais vous, vous ne le savez pas.
[217] Ils t’interrogent aussi sur le mois sacré et s’il y est permis de combattre. Réponds-leur : « Certes, combattre en ce mois est un vrai sacrilège ! Mais éloigner les gens de la Voie de Dieu, renier Dieu, détourner les fidèles de la Mosquée sacrée et chasser de son enceinte ceux qui l’habitent est un sacrilège bien plus grave encore auprès de Dieu, car la subversion est plus grave que la guerre. » Les infidèles ne cesseront de vous combattre tant qu’ils ne vous auront pas détournés de votre foi, si toutefois ils réussissent à le faire. Or, ceux d’entre vous qui renieront leur foi et mourront en état d’infidélité perdront à jamais le bénéfice de leurs œuvres dans cette vie et dans la vie future, et seront voués au châtiment du Feu. [218] Tandis que ceux qui ont cru, qui ont émigré et qui ont combattu pour la Cause de Dieu, ceux-là peuvent espérer en Sa miséricorde, car Il est Clément et Miséricordieux.
[219] Ils t’interrogent sur le vin et le jeu de hasard. Réponds-leur : « Dans l’un comme dans l’autre, il y a un grave péché et quelques avantages pour les hommes ; mais le péché l’emporte largement sur les avantages qu’on peut en tirer. » Ils t’interrogent également sur ce qu’ils doivent dépenser en aumône, dis-leur : « Selon vos moyens ! » Tels sont les enseignements que Dieu vous donne pour vous amener à réfléchir,
[220] sur la vie présente et sur la vie future. Quant aux orphelins, tu diras à ceux qui t’interrogent à leur sujet : « Améliorer leur condition est une bonne œuvre. Si vous les fréquentez, traitez-les en frères ! » Dieu sait qui fait le mal et qui fait le bien. Et si Dieu l’avait voulu, Il aurait rendu votre tâche plus difficile à supporter, car Il est Puissant et Sage.
[221] N’épousez pas les femmes idolâtres tant qu’elles n’ont pas acquis la foi. Une esclave croyante est préférable à une idolâtre libre, même si celle-ci a l’avantage de vous plaire. Ne mariez pas vos filles aux idolâtres tant qu’ils n’ont pas acquis la foi. Un esclave croyant vaut mieux qu’un négateur libre, même si ce dernier a l’avantage de vous plaire, car les négateurs vous convient à l’Enfer, alors que Dieu, par un effet de Sa grâce, vous invite au Paradis et à l’absolution de vos péchés. Dieu explique avec clarté Ses versets aux hommes, afin de les amener à réfléchir.
[222] Ils t’interrogeront aussi sur les menstrues. Réponds-leur : « La menstruation est une souillure. Tenez-vous à l’écart de vos femmes durant cette période ; n’ayez point de rapports charnels avec elles tant qu’elles ne se sont pas purifiées. Mais une fois qu’elles sont en état de pureté, reprenez vos rapports avec elles, comme Dieu vous l’a prescrit. » Dieu aime ceux qui se repentent et ceux qui se purifient. [223] Vos femmes sont pour vous comme un champ de culture. Allez à vos champs comme vous l’entendez. Constituez-vous un capital de bonnes œuvres et craignez Dieu, en vous rappelant que vous aurez à Le rencontrer ! Annonce donc cette bonne nouvelle aux croyants ! [224] Ne faites pas du Nom de Dieu, dans vos serments, un prétexte pour vous dispenser de faire le bien, d’être pieux ou d’établir la bonne entente entre les gens, alors que Dieu entend tout et sait tout.
[225] Dieu vous tiendra rigueur non pas d’un serment que vous aurez prononcé à la légère, mais de celui que vous aurez proféré en toute conscience, car Dieu est Clément et Plein de mansuétude. [226] À ceux qui jurent de ne plus approcher leurs femmes, un délai d’attente de quatre mois est accordé. Mais s’ils reviennent sur leur serment avant l’expiration de ce délai, Dieu sera à leur égard Clément et Miséricordieux. [227] Si, au contraire, le serment est maintenu, alors Dieu entend tout et sait tout. [228] Les femmes divorcées sont tenues d’observer un délai d’attente de trois périodes menstruelles. Il leur est interdit de dissimuler les germes de maternité que Dieu a pu déposer en leur sein, pour peu qu’elles croient en Dieu et au Jour dernier. Durant cette attente, les maris ont un droit prioritaire à reprendre leurs épouses, s’ils désirent se réconcilier. Les épouses ont autant de droits que de devoirs qu’il faut respecter suivant le bon usage, bien qu’une certaine préséance reste acquise aux maris. Dieu est Puissant et Sage.
[229] La répudiation ne peut être prononcée que deux fois. En cas de reprise : ou on garde sa femme et on la traite avec égards, ou on lui rend sa liberté sans lui causer aucun préjudice. Il n’est pas permis au mari de reprendre quoi que ce soit de la dot qu’il lui avait donnée, à moins que les deux conjoints ne craignent d’outrepasser les limites que Dieu a fixées en continuant à vivre ensemble. Si pareilles craintes existent, il n’y aura aucun inconvénient à ce que la femme rachète sa liberté au mari. Telles sont les limites établies par Dieu. Ne les transgressez pas, car c’est faire preuve d’injustice que de les transgresser. [230] Si le mari répudie une troisième fois sa femme, il ne lui est plus permis de la reprendre que lorsqu’elle aura épousé un autre homme, et que ce dernier l’aura, à son tour, répudiée. C’est à cette condition que les anciens époux pourront, sans tomber dans le péché, se remarier, s’ils pensent pouvoir respecter les prescriptions divines. Telles sont les lois que Dieu décrète à l’usage des gens doués d’entendement.
[231] Lorsque la femme répudiée arrive au terme de sa retraite légale, le mari devra soit la reprendre d’une manière convenable, soit la libérer décemment. Il lui est interdit de la retenir contre son gré avec l’intention de lui nuire. Agir ainsi, c’est se faire du tort à soi-même. Ne prenez pas à la légère les enseignements de Dieu, mais rappelez-vous plutôt les bienfaits dont Il vous a comblés, ainsi que le Livre et la Sagesse qu’Il vous a révélés pour vous exhorter. Craignez Dieu ! Sachez qu’Il connaît tout !
[232] Lorsque la femme que vous avez répudiée a accompli sa retraite, ne l’empêchez pas de revenir à son ex-mari, si tous les deux l’ont honnêtement décidé. Ce conseil s’adresse à ceux d’entre vous qui croient en Dieu et au Jour dernier. Cela est plus sain et plus honnête pour vous, car seul Dieu sait ce qui vous convient, et vous, vous ne le savez pas.
[233] Les mères qui veulent parfaire l’allaitement de leurs bébés les allaiteront deux années entières. Le père de l’enfant est tenu de pourvoir à la nourriture et à l’habillement de la mère d’une manière convenable. Mais à l’impossible nul n’est tenu, et un enfant ne doit pas être une source d’ennuis pour la mère ni pour le père. La même obligation incombera, le cas échéant, aux héritiers du père. Si les parents décident d’un commun accord de sevrer leur enfant, cela n’implique aucun inconvénient. De même qu’aucune faute ne vous sera imputée, si vous mettez votre enfant en nourrice, à condition que vous acquittiez la rétribution convenue. Craignez Dieu, et sachez qu’Il voit parfaitement ce que vous faites !
[234] Les femmes qui ont perdu leurs maris sont tenues d’observer une période de viduité de quatre mois et dix jours. Passé ce délai, vous n’êtes plus responsables de la manière dont elles disposeront honnêtement d’elles-mêmes. Dieu est bien Informé de ce que vous faites. [235] Vous ne commettez aucun péché en faisant discrètement une proposition de mariage à l’une de ces veuves en période de viduité ou en nourrissant simplement l’espoir de le faire. Il n’échappe pas à Dieu qu’une telle pensée peut vous effleurer l’esprit. Mais ne vous liez pas à elles par des promesses secrètes et ne leur tenez pas des propos malhonnêtes ! Ne concluez donc le mariage qu’à l’expiration du délai imparti. Sachez que Dieu connaît toutes vos pensées ! Craignez-Le et n’oubliez pas qu’Il est Clément et Miséricordieux.
[236] Aucun grief ne vous sera fait si vous répudiez une femme avec laquelle vous n’aurez pas cohabité, et à laquelle vous n’aurez pas fixé de dot. Faites-lui cependant, à titre de consolation, et de la manière la plus convenable, un présent dont l’importance variera selon que vous serez riche ou pauvre. C’est là une obligation pour les gens disposés à faire le bien. [237] Si vous répudiez une femme sans avoir consommé le mariage, mais après avoir fixé sa dot, la moitié de celle-ci devra lui être versée, à moins qu’elle n’en fasse remise elle-même ou son représentant. Mais il est méritoire de se montrer conciliant de part et d’autre. N’oubliez pas d’user de bonté et de générosité les uns envers les autres, car rien de ce que vous faites n’échappe au Seigneur.
[238] Soyez assidus aux prières, notamment à la prière médiane ! Et que le culte que vous rendez au Seigneur soit observé avec humilité ! [239] En cas de danger, il vous est permis d’accomplir vos prières en marchant ou en étant sur le dos de vos montures. Dès que la sécurité est rétablie, reprenez votre prière comme Dieu vous l’a enseignée lorsque vous ne le saviez pas encore. [240] Il est recommandé à ceux d’entre vous qui sont mariés d’assurer, avant de mourir, à leurs femmes, par testament, leur entretien pendant une année au domicile conjugal, sans risque d’en être expulsées. Mais si elles le quittent de leur propre gré, alors aucun reproche ne vous sera fait pour la manière dont elles disposeront honnêtement d’elles-mêmes. Dieu est Puissant et Sage. [241] Les femmes répudiées ont droit à un pécule convenable. Le leur assurer est un devoir pour ceux qui craignent le Seigneur. [242] C’est ainsi que Dieu vous expose clairement Ses signes. Peut-être saurez-vous y réfléchir.
[243] Considère le cas de ceux qui, par milliers, furent contraints de fuir leurs foyers, par crainte de la mort, et auxquels Dieu a dit : « Mourez donc ! » Puis Il les rappela à la vie, car Dieu est Plein de bonté pour les hommes ; mais la plupart d’entre eux ne reconnaissent pas Ses bienfaits. [244] Combattez donc pour la Cause de Dieu et sachez que Dieu entend tout et sait tout. [245] Quiconque consent à faire un prêt gracieux à Dieu, Dieu le lui rendra au décuple, car c’est Lui qui décrète l’abondance ou la parcimonie et c’est vers Lui que se fera votre retour.
[246] Connais-tu l’histoire de ces notables israélites qui allèrent trouver, après la mort de Moïse, un de leurs prophètes, pour lui dire : « Désigne-nous un roi sous les ordres duquel nous irons combattre pour la Cause de Dieu ! » – « N’est-il pas à craindre, leur dit le prophète, que vous refusiez de combattre, si l’ordre de le faire vous est donné ? » – « Et pourquoi ne combattrions-nous pas pour la Cause de Dieu, répliquèrent-ils, nous qui avons été chassés de nos foyers et séparés de notre progéniture ? » Mais, lorsque le combat leur fut prescrit, ils tournèrent tous le dos à l’ennemi, à l’exception d’une poignée d’entre eux. Dieu connaît bien les pervers. [247] Leur prophète leur dit : « Dieu vous envoie Saül comme roi. » Ils s’écrièrent alors : « Comment pourrait-il régner sur nous ? Nous avons plus de droits que lui au trône ! Et il n’a même pas l’avantage de la fortune ! » Le prophète répondit : « Dieu l’a choisi de préférence à vous tous et Il l’a favorisé en science et en force physique, car Dieu donne le pouvoir à qui Il veut ; Il est Omniprésent et Omniscient. » [248] Et leur prophète ajouta : « Le signe de son investiture sera le retour du reliquaire qui sera porté par des anges et contiendra, en guise de réconfort de la part de votre Seigneur, des reliques de la famille de Moïse et de la famille d’Aaron. C’est là un signe indubitable pour vous, pour peu que vous soyez des croyants sincères. »
[249] Et lorsque Saül se mit en route avec ses troupes, il leur dit : « Dieu va vous mettre à l’épreuve à la traversée de la rivière. Quiconque en boira ne sera plus des miens ; seul celui qui s’abstiendra d’y goûter ou se contentera d’en puiser une gorgée dans le creux de la main sera des miens. » Or, à la traversée de la rivière, ils y burent tous à l’exception de quelques-uns. Et lorsque Saül eut franchi avec ses compagnons la rivière, ces derniers s’écrièrent : « Nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui d’affronter Goliath et ses troupes. » Tandis que ceux qui avaient foi dans leur rencontre avec le Seigneur ripostèrent : « Que de fois n’a-t-on pas vu un petit groupe triompher d’une grande armée, par la grâce du Seigneur, car Dieu est avec ceux qui savent s’armer de patience ! »
[250] Et lorsqu’ils firent face à Goliath et à ses troupes, ils s’écrièrent : « Seigneur ! Arme-nous de patience ! Affermis nos pas et accorde-nous la victoire sur ce peuple infidèle ! » [251] Ils mirent leurs ennemis en déroute par la grâce de Dieu. David tua Goliath et Dieu lui donna le pouvoir et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulait. Si Dieu ne repoussait les hommes les uns par les autres, il y aurait partout le chaos sur la Terre. Dieu est Plein de bonté pour les hommes.
[252] Ce sont là des signes de Dieu. Nous te les communiquons en message de vérité, car tu es, à n’en point douter, du nombre des prophètes ;
[253] ces prophètes entre lesquels Nous avons établi une certaine hiérarchie. Dieu a parlé à certains d’eux ; à d’autres Il a accordé un rang privilégié. À Jésus, fils de Marie, Nous avons donné des preuves évidentes, et Nous l’avons fait assister par l’Esprit de sainteté. Et si Dieu l’avait voulu, les hommes, après les messagers qui leur furent envoyés et les preuves indubitables qui leur furent fournies, ne se seraient point entre-tués. Mais ils se divisèrent si bien que les uns crurent et les autres sombrèrent dans l’incrédulité. Si donc Dieu l’avait voulu, ils ne se seraient point entre-tués, mais la Volonté de Dieu doit toujours s’accomplir.
[254] Ô vous qui croyez ! Donnez en aumône une partie des biens que Nous vous avons octroyés, avant que ne vienne un jour où il n’y aura plus ni rachat, ni amitié, ni intercession. Ce sont les négateurs qui sont les vrais injustes.
[255] Dieu ! Il n’y a point de divinité que Lui, le Vivant, l’Immuable ! Ni l’assoupissement ni le sommeil n’ont de prise sur Lui, et tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre Lui appartient. Aucune intercession auprès de Lui ne peut être tentée sans Sa permission. Il connaît le passé et l’avenir des hommes, alors que ces derniers n’appréhendent de Sa science que ce qu’Il veut bien leur enseigner. Son Trône s’étend sur les Cieux et la Terre qu’Il tient sous Sa puissance sans difficulté. Il est le Très-Haut, Il est le Tout-Puissant.
[256] Point de contrainte en religion maintenant que la Vérité se distingue nettement de l’erreur. Désormais, celui qui renie les fausses divinités pour vouer sa foi au Seigneur aura saisi l’anse la plus solide, sans crainte de rupture. Dieu est Audient et Omniscient.
[257] Dieu est le Maître tutélaire de ceux qui ont foi en Lui. Il les fait émerger des ténèbres vers la lumière ; tandis que les infidèles ont pour patrons leurs fausses divinités qui les arrachent de la lumière pour les plonger dans les ténèbres et les faire choir pour l’éternité dans l’Enfer.
[258] Connais-tu l’histoire de cet homme à qui Dieu avait donné la royauté et qui, imbu de son pouvoir, engagea une dispute avec Abraham au sujet de son Seigneur ? Abraham avait dit : « C’est mon Dieu qui donne la vie et la mort. » – « Non, rétorqua l’homme, c’est moi qui fais vivre et mourir. » Abraham lui dit alors : « Dieu fait venir le soleil de l’Orient. Fais-le donc, toi, venir de l’Occident ! » Et l’impie resta confondu, car Dieu ne guide point les ingrats.
[259] C’est comme ce voyageur qui, passant près d’une ville déserte et en ruines, s’interrogea : « Comment Dieu ferait-Il pour rendre la vie à cette cité après sa mort ? » Dieu le fit alors mourir et le laissa ainsi pendant cent ans, puis le ramena à la vie, en lui disant : « Combien de temps es-tu demeuré ainsi ? » – « Un jour ou peut-être moins », répondit l’homme. « Non, dit le Seigneur, tu es resté cent ans inanimé. Jette un coup d’œil sur ta nourriture et ta boisson ! En sont-elles pour autant gâtées ? Regarde aussi ton âne ! Nous voulons faire de toi un signe pour le genre humain. Observe comment Nous rassemblons les os de ton âne et comment Nous les recouvrons de chair ! » Édifié, l’homme s’écria : « Je reconnais que Dieu a pouvoir sur toute chose ! »
[260] Rappelle-toi quand Abraham dit : « Seigneur ! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts. » – « Aurais-tu encore quelque doute à ce sujet ? », lui répondit Dieu. « Non, Seigneur, reprit Abraham, c’est seulement pour apaiser mon cœur. » – « Prends donc, lui dit le Seigneur, quatre oiseaux ; découpe-les et répartis-en les morceaux sur des collines différentes ; puis rappelle-les, ils accourront vers toi. Souviens-toi que Dieu est Puissant et Sage. »
[261] Ceux qui dépensent leurs biens pour la Cause de Dieu sont à l’image d’un grain qui produit sept épis contenant chacun cent grains. C’est ainsi que Dieu multiplie Sa récompense à qui Il veut, car Dieu est Omniprésent et Omniscient. [262] Ceux qui dépensent leurs biens pour la Cause de Dieu, sans chercher à en tirer vanité ni à porter préjudice à autrui, ceux-là trouveront leur rétribution auprès de leur Seigneur et n’auront à éprouver ni crainte ni peine.
[263] Une seule parole agréable, une simple excuse valent mieux qu’une aumône suivie de propos désobligeants. Dieu Se suffit à Lui-même et Il est Plein d’indulgence.
[264] Ô croyants ! Ne rendez pas vain le mérite de vos œuvres de charité par des gestes ou des propos désobligeants, à l’instar de celui qui fait des largesses par ostentation, sans croire ni en Dieu ni au Jugement dernier. Cet homme-là est comparable à un rocher que recouvre un peu de terre. Il suffit qu’une averse l’atteigne pour qu’il soit complètement dénudé. Et c’est ainsi que les impies ne tireront aucun profit des œuvres qu’ils avaient acquises, car Dieu ne dirige pas les infidèles.
[265] Ceux qui, au contraire, dépensent leurs biens en vue de plaire à Dieu et de fortifier leur foi font songer à un verger situé sur une colline. Qu’une forte pluie l’arrose, et sa récolte s’en trouvera doublée. Et même à défaut de pluie, une simple rosée suffira à l’humecter. Dieu observe parfaitement ce que vous faites.
[266] Quel est celui d’entre vous qui, atteint de vieillesse et chargé d’enfants en bas âge, voudrait avoir un jardin complanté de palmiers et de vignes, parcouru par des ruisseaux et rempli de toutes sortes d’arbres fruitiers, pour assister ensuite à sa destruction par une tempête infernale ? C’est par de tels exemples que Dieu vous explique Ses signes, afin de vous amener à réfléchir.
[267] Ô croyants ! Donnez en aumône du meilleur de ce que vous possédez et des produits que Nous faisons sortir pour vous de la terre ! Ne vous précipitez pas sur ce qui est vil pour en faire dépense et que vous n’accepteriez vous-mêmes qu’en faisant la grimace ! Sachez que Dieu est Riche et Digne de louange.
[268] Satan vous menace du spectre de la misère et vous recommande de commettre des turpitudes, pendant que Dieu vous fait espérer Son pardon et Sa grâce, car Dieu est Incommensurable et Omniscient. [269] Dieu donne la sagesse à qui Il veut et quiconque reçoit la sagesse jouira d’un immense bonheur. Mais seuls les êtres intelligents sont enclins à méditer et à se recueillir.
[270] Quelque aumône que vous fassiez, quelque vœu que vous formuliez, Dieu en a toujours connaissance. Quant aux injustes, ils n’ont personne pour les soutenir. [271] Faire l’aumône publiquement est certes une bonne action ; mais la faire discrètement au profit des pauvres est un acte plus méritoire qui contribuera davantage à la remise d’une partie de vos péchés, car de tout ce que vous faites, Dieu est parfaitement Informé.
[272] Il ne t’incombe pas, ô Prophète, de guider les hommes vers le droit chemin. C’est à Dieu seul qu’il appartient de diriger qui Il veut dans Sa Voie. Tout ce que vous dépensez en aumône le sera à votre seul profit, puisque vous ne le faites qu’en vue de plaire à Dieu ; et tout le bien que vous faites vous sera largement remboursé et vous ne serez nullement lésés.
[273] Que vos aumônes aillent de préférence aux indigents qui, se vouant à la Cause de Dieu, sont incapables de parcourir le monde en vue de gagner leur subsistance. À voir l’attitude si digne de ces pauvres, on les prendrait pour des gens à l’abri du besoin. C’est à cet aspect particulier qu’on les reconnaît, car ils n’importunent personne de leurs demandes. Quelque secours que vous leur portiez, Dieu en sera toujours Informé. [274] Tous ceux qui, de nuit et de jour, en secret et en public, dépensent leurs biens, par charité, trouveront leur récompense auprès de leur Seigneur et n’auront à connaître ni angoisse ni peine.
[275] Ceux qui pratiquent l’usure se présenteront, le Jour de la Résurrection, comme des aliénés possédés par le démon et ce, pour avoir affirmé que l’usure est une forme de vente, alors que Dieu a permis la vente et a interdit l’usure. Celui qui, instruit par cet avertissement, aura renoncé à cette pratique pourra conserver ses acquis usuraires antérieurs et son cas relèvera du Seigneur ; mais les récidivistes seront voués au Feu éternel. [276] Dieu réduira à néant le profit usuraire et fera fructifier le mérite des aumônes. Dieu n’aime pas tout impie endurci et tout pécheur.
[277] Ceux qui croient, font le bien, observent la salât et s’acquittent de la zakât auront leur récompense auprès de leur Seigneur et seront à l’abri de toute crainte et de toute peine.
[278] Ô vous qui croyez ! Craignez votre Seigneur et renoncez à tout reliquat d’intérêt usuraire, si vous êtes des croyants sincères ! [279] Et si vous ne le faites pas, attendez-vous à une guerre de la part de Dieu et de Son Prophète. Mais si vous vous repentez, vos capitaux vous resteront acquis. Ainsi, vous ne léserez personne et vous ne serez point lésés. [280] Si votre débiteur est dans la gêne, accordez-lui un délai jusqu’à ce qu’il soit en mesure de se libérer de sa dette. Si vous pouviez savoir pourtant quel mérite vous auriez en lui consentant une remise gracieuse, totale ou partielle !
[281] Redoutez le Jour où vous serez tous amenés à comparaître devant Dieu, et où chacun sera largement rétribué selon ses œuvres, sans subir la moindre injustice.
[282] Ô croyants ! Lorsque vous contractez une dette à terme, consignez-la par écrit et qu’un rédacteur requis par vous en enregistre les clauses avec fidélité. Un scribe n’a pas le droit de se dérober à cette obligation, mais il doit s’en acquitter comme Dieu le lui a enseigné. Qu’il note donc ce que lui dicte le débiteur qui doit avoir présent à l’esprit la crainte du Seigneur et ne doit rien dissimuler de la dette. Mais si le débiteur est frappé d’incapacité morale ou physique, ou s’il est incapable de dicter lui-même, c’est à son représentant légal de stipuler honnêtement pour lui. À cet effet, choisissez deux témoins parmi vous de sexe masculin ou, à défaut, un homme et deux femmes parmi les personnes présentant les garanties requises d’honorabilité, en sorte que si l’une oublie un détail, l’autre sera là pour le lui rappeler. Les témoins requis ne doivent pas refuser leur témoignage. N’omettez pas de mettre par écrit tout acte de prêt, quel qu’en soit le montant, et d’en préciser l’échéance. Cette façon de procéder est plus équitable auprès de Dieu, car non seulement elle confère plus d’autorité au témoignage, mais aussi elle écarte de lui toute espèce de doute ; à moins qu’il s’agisse d’une simple opération commerciale à vue, que vous réglez sur-le-champ, et auquel cas vous pouvez vous dispenser de la consigner par écrit. À part ce cas précis, faites toujours appel à des témoins pour constater vos transactions, mais toute contrainte ou violence qui serait exercée sur le scribe ou le témoin constituerait un acte immoral de votre part. Craignez donc Dieu ! Et Il vous instruira, car Sa science n’a point de limite. ^^* [283] Si vous êtes en voyage et ne trouvez pas de scribe, exigez la remise d’un gage. Si l’un d’entre vous confie sans témoin un dépôt à un autre, que le dépositaire le restitue à son propriétaire et qu’il craigne son Seigneur. Ne dissimulez pas le témoignage. Quiconque s’en rend coupable commettra un péché en son âme et conscience, car rien de ce que vous faites n’échappe au Seigneur.
[284] Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre appartient à Dieu. Que vous révéliez donc vos pensées ou que vous les dissimuliez, vous aurez à en rendre compte à votre Seigneur. Il pardonnera à qui Il veut et châtiera qui Il veut, car Sa puissance n’a point de limite.
[285] Le Prophète croit pleinement à ce que lui a révélé son Seigneur, ainsi que les fidèles. Tous ensembles croient en Dieu, à Ses anges, à Ses Écritures et à Ses messagers, sans faire aucune distinction entre Ses prophètes. Ils affirment : « Nous avons entendu et nous avons obéi. Pardonne-nous, Seigneur, car c’est vers Toi que tout doit faire retour ! »
[286] Dieu n’impose rien à l’âme qui soit au-dessus de ses moyens. Tout bien qu’elle aura accompli jouera en sa faveur, et tout mal qu’elle aura commis jouera contre elle. « Seigneur ! Ne nous tiens pas rigueur de nos omissions et de nos erreurs ! Seigneur ! Épargne-nous les terribles épreuves que Tu as fait subir à nos prédécesseurs ! Seigneur ! Ne nous impose pas d’obligations qui soient au-dessus de nos forces ! Accorde-nous Ton pardon, fais-nous remise de nos péchés et reçois-nous dans le sein de Ta miséricorde ! Tu es notre Maître ! Accorde-nous la victoire sur les peuples infidèles ! »

3. Sourate de la Famille d’Imran (Âl-‘Imrân)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm. [2] Dieu ! Il n’y a point de divinité que Lui, le Vivant, l’Animateur de l’Univers ! [3] Il t’a révélé graduellement le Livre en tant que Message de vérité, confirmant ce qui l’avait précédé, comme Il avait révélé la Thora et l’Évangile [4] auparavant, pour servir de direction aux hommes. Et Il a également révélé le Livre du discernement le Coran. À ceux qui renient les signes de Dieu est réservé un terrible châtiment, car Dieu est Puissant et Redoutable quand Il sévit. [5] Et rien de ce qui est sur la Terre ou dans le Ciel n’échappe à la vigilance du Seigneur. [6] C’est Lui qui, selon Sa volonté, vous forme dans le sein de vos mères, et il n’y a d’autre divinité que Lui, le Puissant, le Sage. [7] C’est Lui qui t’a révélé le Livre contenant des versets à la fois clairs et précis, qui en constituent la base même, ainsi que d’autres versets susceptibles d’être différemment interprétés. Et c’est à ces derniers versets que les sceptiques, avides de discorde, prêtent des interprétations tendancieuses, alors que nul autre que Dieu n’en connaît la signification exacte. Quant aux vrais initiés, ils se contentent de dire : « Nous croyons en ce Livre, car tout ce qu’il renferme vient de notre Seigneur. » Ainsi, seuls sont enclins à méditer ceux qui sont doués d’intelligence. [8] » Seigneur ! Ne fais pas dévier nos cœurs, après nous avoir mis dans le droit chemin ! Étends sur nous Ta grâce, car Tu es le Dispensateur de toutes les grâces ! [9] Seigneur ! Tu rassembleras le genre humain en un Jour au sujet duquel nul doute n’est possible. » Car Dieu ne faillit jamais à Sa promesse.
[10] Quant aux infidèles, rien ne les sauvera de la colère de Dieu, ni leurs richesses ni leurs enfants, car ils sont voués à servir de combustible au Feu éternel, [11] comme le furent les gens de Pharaon, ainsi que les peuples qui les avaient précédés, et qui avaient traité Nos signes de mensonges. Aussi Dieu les a-t-Il châtiés pour leurs péchés, car Dieu est Terrible quand Il sévit. [12] Dis aux négateurs : « Vous serez vaincus, puis précipités en masse dans la Géhenne. Et quel horrible refuge sera le vôtre ! » [13] N’y a-t-il pas eu un signe pour vous dans l’affrontement de ces deux armées, dont l’une combattait pour la Cause de Dieu et l’autre défendait l’impiété, lorsque le nombre des croyants parut, aux yeux des impies, le double de ce qu’il était réellement ? Dieu prête Son assistance à qui Il veut. Voilà bien une leçon à méditer pour des esprits clairvoyants !
[14] Les hommes sont irrésistiblement attirés, dans leurs passions trompeuses, par les femmes, les enfants, les amoncellements d’or et d’argent, les chevaux de race, les troupeaux et les champs. C’est là une jouissance éphémère de la vie d’ici-bas ; mais c’est auprès de Dieu que se trouve le meilleur séjour.
[15] Dis : « Vous annoncerai-je quelque chose de bien plus précieux que tout cela et qui est destiné à ceux qui craignent le Seigneur ? En effet, ces derniers trouveront auprès de leur Seigneur des Jardins baignés de ruisseaux, où ils vivront éternellement avec des épouses exemptes de toute souillure et bénéficieront de la grâce divine. » Car Dieu est toujours Bienveillant envers Ses serviteurs
[16] qui disent : « Seigneur ! Nous croyons en Toi ; fais-nous remise de nos péchés et préserve-nous du châtiment de l’Enfer ! » ; [17] qui font preuve de patience, de sincérité et de piété ; qui pratiquent la charité et implorent le pardon du Seigneur à la pointe de l’aurore.
[18] Dieu est Témoin, et avec Lui les anges et les initiés parmi les hommes, qu’il n’y a de divinité que Lui ; Lui, le Dieu de la justice. Il n’y a en vérité de divinité que Lui, le Puissant, le Sage.
[19] La vraie religion pour Dieu, c’est l’islam. Et si les gens des Écritures se sont divisés entre eux, c’est uniquement par pure jalousie, après que la science leur fut donnée. Que celui donc qui renie les signes de Dieu sache que Dieu est prompt dans Ses comptes.
[20] S’ils te contredisent, dis-leur : « Je me soumets à Dieu, moi et ceux qui me suivent. » Après quoi, demande à ceux qui ont reçu l’Écriture et aux non-initiés : « Et vous ? Êtes-vous soumis à Dieu ? » S’ils se déclarent soumis à Dieu, c’est qu’ils ont pris la bonne voie ; mais s’ils s’en détournent, rappelle-toi que ton rôle se limite à transmettre le Message. Dieu observe constamment Ses serviteurs.
[21] Annonce un châtiment douloureux à ceux qui nient les signes de Dieu, assassinent injustement les prophètes et tuent ceux, parmi les hommes, qui prêchent la justice. [22] Ce sont ceux-là qui perdent le bénéfice de leurs œuvres dans ce monde et dans la vie future, et qui ne trouveront personne pour les secourir.
[23] Ne vois-tu pas comment un bon nombre de ceux qui ont reçu une partie des Écritures tournent le dos et s’éloignent avec dédain, lorsqu’on les invite à se reporter au Livre de Dieu pour trancher leurs différends ? [24] C’est qu’ils prétendent que leur séjour en Enfer ne sera que de courte durée, et se laissent ainsi induire en erreur par leurs propres mensonges ! [25] Qu’en sera-t-il d’eux lorsque Nous les réunirons en un Jour inéluctable, où chaque âme recevra, en toute équité, la rétribution de ce qu’elle aura acquis et où aucun d’eux ne sera lésé ?
[26] Dis : « Ô mon Dieu, Souverain suprême ! Tu donnes le pouvoir à qui Tu veux et Tu l’enlèves à qui Tu veux ! Tu honores qui Tu veux et Tu abaisses qui Tu veux ! Tu détiens le Bien et Ta puissance n’a point de limite ! [27] Tu insères la nuit dans le jour et le jour dans la nuit ; Tu tires la vie de la mort et la mort de la vie. Tu enrichis qui Tu veux sans compter ! »
[28] Que les croyants ne prennent pas, à la place des fidèles, les négateurs pour alliés ! Quiconque le fera aura rompu toute alliance avec Dieu, à moins d’y être contraint par un péril à redouter. Dieu vous met en garde contre Sa colère, car c’est vers Lui que tout fera retour.
[29] Dis-leur : « Que vous dissimuliez ou que vous divulguiez ce que vous pensez, Dieu le saura toujours, car Il connaît tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre. Dieu a pouvoir sur toute chose. »
[30] Un jour viendra où toute âme sera mise en face du bien qu’elle aura accompli, comme elle sera confrontée au mal qu’elle aura commis, et elle souhaitera alors qu’un espace immense la sépare de ses mauvaises actions. Dieu vous avertit d’avoir à Le craindre. Il est Plein de bonté pour les hommes. [31] Dis-leur : « Si vous aimez Dieu réellement, suivez-moi et Dieu vous aimera et vous pardonnera vos péchés. Dieu est Indulgent et Miséricordieux. » [32] Dis-leur : « Obéissez à Dieu et à Son Prophète ! » Mais s’ils s’en détournent, sachez que Dieu n’aime pas les infidèles.
[33] Dieu a élu Adam, Noé, la famille d’Abraham et la famille d’Imran et les a élevés au-dessus de tous les hommes, [34] en faisant de ces familles une seule et même lignée, car Dieu entend tout et sait tout. [35] La femme d’Imran dit un jour : « Seigneur ! Je Te voue en toute exclusivité l’enfant que je porte en mon sein ! Daigne, Seigneur, l’accepter ! Tu es, en vérité, Celui qui entend tout, qui sait tout. » [36] Et lorsqu’elle eut mis son enfant au monde, elle s’écria : « Seigneur ! J’ai donné naissance à une fille. » Dieu le savait bien. Un garçon n’est pas pareil à une fille. « Je l’ai appelée Marie, ajouta-t-elle, et je la mets, Seigneur, sous Ta protection, elle et sa descendance, contre Satan le lapidé. » [37] Dieu reçut la petite fille en Sa grâce, lui assura une croissance heureuse et en confia la garde à Zacharie. Or, chaque fois que Zacharie allait la voir au temple, il trouvait auprès d’elle de la nourriture, et il lui demandait : « Ô Marie ! D’où cela te vient-il ? » Et elle lui répondait : « Cela vient de Dieu, car Dieu donne Ses biens à qui Il veut sans compter. »
[38] C’est dans ce temple que Zacharie adressa à son Seigneur cette prière : « Seigneur ! Veuille me donner une postérité vertueuse ! N’est-ce pas Toi qui exauces les prières ? » [39] Et les anges l’interpellèrent pendant que, debout, il priait dans le sanctuaire : « Dieu t’annonce la naissance de Jean qui confirmera un Verbe émanant du Seigneur ; qui sera un vrai chef, un homme chaste et un prophète parmi les justes. » [40] – « Comment pourrais-je, Seigneur, avoir un enfant alors que je suis vieux et que ma femme est stérile ? », demanda Zacharie. « Il en sera ainsi, lui fut-il répondu, la volonté de Dieu doit toujours s’accomplir. » [41] – « Seigneur, dit Zacharie, donne-moi un signe ! » – « Ton signe, lui fut-il dit, est que tu ne pourras parler aux hommes que par gestes et ce, pendant trois jours. Invoque donc souvent le Nom de ton Seigneur et glorifie-Le au crépuscule et à l’aurore ! »
[42] Et les anges de dire : « Ô Marie ! Dieu, en vérité, t’a choisie, t’a purifiée et t’a préférée à toutes les femmes de l’Univers. [43] Ô Marie ! Sois dévouée à ton Seigneur ! Prosterne-toi pour L’adorer et incline-toi avec ceux qui s’inclinent ! » [44] Ce sont là des récits qui relèvent du mystère et que Nous te révélons ici, car tu n’étais pas parmi eux lorsqu’ils tiraient au sort l’honneur de prendre Marie en charge, et encore moins lorsqu’ils se disputaient à son sujet. [45] Un jour, Marie entendit les anges lui dire : « Ô Marie ! Dieu te fait l’heureuse annonce d’un Verbe émanant de Lui, qui aura pour nom le Messie, Jésus, fils de Marie. Il sera illustre dans ce monde et dans l’autre, et comptera parmi les élus de Dieu.
[46] Dès le berceau, il parlera aux hommes et, quand il sera adulte, il sera parmi les justes. » [47] – « Seigneur, demanda Marie, comment pourrais-je avoir un enfant alors que nul homme ne m’a jamais touchée ? » – « Dieu crée ainsi ce qu’Il veut, lui fut-il répondu, et lorsqu’Il décrète qu’une chose doit être, il Lui suffit de dire : “Sois !”, et la chose est. [48] Dieu lui enseignera l’Écriture, la Sagesse, le Pentateuque et l’Évangile. [49] Puis il sera Son envoyé auprès des fils d’Israël à qui il dira : “Je vous apporte comme signe de la part de votre Seigneur la faculté qu’Il m’a donnée de façonner avec de la terre glaise la forme d’un oiseau qui sera vivant, par la grâce de Dieu, dès que j’aurai soufflé dessus. Je guérirai aussi l’aveugle-né et le lépreux, et je ressusciterai les morts, par la permission de Dieu. Je vous dirai également ce que vous mangez et ce que vous tenez en réserve dans vos demeures. Ce sont là autant de signes pour vous, si vous êtes de vrais croyants. [50] Je viens aussi confirmer la Thora qui vous a été transmise avant moi, lever pour vous certains interdits et vous apporter un signe de votre Seigneur. Craignez donc Dieu et suivez-moi. [51] Dieu est, en vérité, mon Seigneur et le vôtre. Adorez-Le, car c’est là la Voie du salut !” »
[52] Constatant leur incrédulité, Jésus demanda : « Quels sont ceux qui veulent être mes auxiliaires dans la Voie de Dieu ? » Et les apôtres de lui répondre : « C’est nous qui sommes les auxiliaires de Dieu, car nous avons foi en Lui. Sois donc témoin que nous Lui sommes totalement soumis !
[53] Seigneur ! Nous avons foi en ce que Tu as révélé et nous suivons Ton prophète. Nous Te demandons de nous inscrire au nombre des témoins. » [54] Les juifs complotèrent contre Jésus ; mais Dieu déjoua leur complot, car les ripostes de Dieu sont toujours infaillibles. [55] C’est alors que Dieu dit : « Ô Jésus ! Je vais mettre fin à ta mission sur Terre, t’élever vers Moi, te purifier, te débarrasser des négateurs et placer ceux qui t’ont suivi au-dessus de ceux qui t’ont renié jusqu’au Jour dernier. À la fin, vous ferez tous retour vers Moi et Je trancherai alors vos différends. [56] Quant aux négateurs, Je leur infligerai un terrible châtiment en ce monde et dans l’autre, sans qu’ils puissent bénéficier d’aucun secours. [57] En revanche, ceux qui auront cru et accompli des œuvres pies, Dieu leur réservera une récompense généreuse. Dieu n’aime pas les injustes. »
[58] Tels sont les enseignements et les sages avertissements que Nous te donnons. [59] Pour Dieu, l’origine de Jésus est similaire à celle d’Adam. Dieu l’a créé d’argile, puis lui a dit : « Sois ! » et il fut. [60] Voilà la Vérité qui émane de ton Seigneur. Ne sois donc point du nombre des sceptiques.
[61] À ceux qui engagent avec toi une polémique au sujet de Jésus, à présent que tu es bien informé, propose ce qui suit : « Appelons nos enfants et les vôtres, nos femmes et les vôtres, joignons-nous tous à eux et adjurons Dieu de maudire ceux d’entre nous qui sont des menteurs. »
[62] C’est là la version la plus authentique. En vérité, il n’est d’autre divinité que Dieu. Lui seul est le Tout-Puissant, le Sage.
[63] S’ils persistent cependant dans leur erreur, Dieu connaît bien les corrupteurs.
[64] Dis : « Ô gens des Écritures ! Mettons-nous d’accord sur une formule valable pour nous et pour vous, à savoir de n’adorer que Dieu Seul, de ne rien Lui associer et de ne pas nous prendre les uns les autres pour des maîtres en dehors de Dieu. » S’ils s’y refusent, dites-leur : « Soyez témoins que, en ce qui nous concerne, notre soumission à Dieu est totale et entière. »
[65] Ô gens des Écritures ! Pourquoi discutez-vous au sujet d’Abraham, alors que la Thora et l’Évangile n’ont été révélés qu’après lui ? Êtes-vous donc déraisonnables à ce point ? [66] Certes, vous pourrez discuter de choses que vous connaissez. Mais pourquoi disputez-vous de celles dont vous n’avez aucune connaissance ? Dieu sait ; mais vous, vous ne savez pas. [67] Abraham n’était ni juif ni chrétien ; mais il était un monothéiste convaincu et entièrement soumis à Dieu. Il n’a donc jamais appartenu au clan des païens. [68] Certes, les plus fondés à se réclamer d’Abraham sont sûrement ceux qui l’ont suivi, ainsi que ce Prophète et ceux qui ont cru en sa mission. Dieu est le Protecteur des croyants.
[69] Certains, parmi les gens des Écritures, auraient bien voulu vous induire en erreur ; mais, en réalité, ils n’égarent qu’eux-mêmes sans en avoir conscience.
[70] Ô gens des Écritures ! Qu’avez-vous à nier les signes de Dieu, alors que vous en êtes témoins ?
[71] Ô gens des Écritures ! Qu’avez-vous à mêler le mensonge à la vérité ? Qu’avez-vous à dissimuler la vérité, alors que vous la connaissez ? [72] Certains, parmi les détenteurs des Écritures, ont dit : « Faites semblant de croire, en début de journée, à ce qui a été révélé aux musulmans et rejetez-le le soir même. Peut-être les ferons-nous ainsi revenir à leurs anciennes croyances ? [73] Et surtout n’ayez foi qu’en vos coreligionnaires. » Dis-leur : « Certes, la meilleure voie est Celle de Dieu. Mais convenez cependant que quelqu’un d’autre que vous puisse recevoir une révélation semblable à celle que vous aviez reçue, ou qu’il puisse vous opposer ses arguments auprès de votre Seigneur ! » Et ajoute : « En vérité, la grâce est entre les mains de Dieu ! Il l’accorde à qui Il veut, car Dieu est Incommensurable et Omniscient. [74] Il dispense en exclusivité Sa miséricorde à qui Il veut, car Il détient la grâce infinie. »
[75] Parmi les gens des Écritures, il en est à qui tu peux confier un quintal d’or et qui se ferait un devoir de te le restituer ; il en est d’autres, en revanche, à qui tu ne confierais même pas un denier, car, pour le récupérer, il te faudrait les harceler sans répit. Ces gens-là agissent ainsi parce qu’ils disent : « Nous n’avons aucun scrupule à avoir à l’égard de ces gentils », prêtant ainsi sciemment à Dieu leurs propres mensonges. [76] Ceux qui, en revanche, restent fidèles à leurs engagements et qui craignent Dieu, ceux-là savent que Dieu aime les gens pieux. [77] Ceux qui troquent à vil prix aussi bien leur pacte avec Dieu que leurs serments, ceux-là n’auront aucune part dans la vie future. Dieu ne leur adressera pas la parole et ne les regardera point le Jour de la Résurrection. Tout pardon leur sera refusé et un châtiment douloureux leur sera infligé.
[78] Certains, parmi eux, vont jusqu’à altérer la récitation du Livre, pour faire croire que leurs fabulations s’y trouvent, alors qu’elles lui sont totalement étrangères. Ils affirment que cela vient de Dieu, alors que cela n’a rien à voir avec la Parole divine. Ainsi, ils attribuent sciemment à Dieu leurs propres mensonges. [79] Il n’appartient à aucun être humain à qui Dieu a accordé le Livre, la Sagesse et la prophétie de dire ensuite à ses semblables : « Adorez-moi à l’exclusion de Dieu ! » Mais il devra dire plutôt : « Soyez de vrais dévots de Dieu, puisque vous enseignez et étudiez l’Écriture. » [80] Dieu ne saurait vous ordonner de prendre pour divinités les anges et les prophètes, car ce serait vous prêcher le polythéisme, alors que vous êtes maintenant devenus musulmans.
[81] Dieu reçut un jour l’engagement des prophètes en leur disant : « Quelle que soit l’importance de l’Écriture et de la sagesse que Je vous ai données, lorsqu’un nouveau prophète viendra vous confirmer ce que vous savez déjà, croyez en lui et prêtez-lui votre entier concours. » Et Dieu insista : « Y consentez-vous ? En assumerez-vous la responsabilité ? » – « Nous y consentons », répondirent-ils. Et Dieu de conclure : « Soyez-en témoins ; J’en témoigne de même. » [82] Quiconque, après cet engagement, chercherait à s’y dérober serait du nombre des pervers. [83] Désirent-ils une autre religion que celle de Dieu, alors qu’à Lui se sont soumis de gré ou de force tous les êtres peuplant les Cieux et la Terre, et que c’est à Lui qu’ils feront tous retour ?
[84] Dis : « Nous croyons en Dieu, à ce qu’Il nous a révélé, à ce qu’Il a révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et aux Tribus ; à ce qu’ont reçu de leur Seigneur Moïse, Jésus et les prophètes. Nous ne faisons aucune distinction entre eux, et c’est à Dieu que nous nous soumettons. »
[85] Quiconque recherche en dehors de l’islam une autre religion, celle-ci ne sera point acceptée de Lui ; et dans l’autre monde, il sera du nombre des réprouvés.
[86] Comment Dieu mettrait-Il dans la bonne voie des gens qui L’ont renié après avoir cru, après avoir proclamé la véracité du Prophète et après avoir reçu tant de preuves irréfutables ? Dieu ne dirige pas les gens pervers dans la bonne voie. [87] Ceux-là ne pourront avoir pour rétribution que la malédiction de Dieu, des anges et de tout le genre humain. [88] Ils en seront éternellement couverts et leur châtiment ne connaîtra ni adoucissement ni répit, [89] à l’exception de ceux d’entre eux qui, par la suite, se repentiront et s’amenderont, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[90] Mais pour ceux qui, après avoir cru, renient leur foi et se complaisent dans leur impiété, jamais leur repentir ne sera accepté. Ce sont ceux-là les vrais égarés. [91] En vérité, tout l’or du monde ne suffira pas à racheter ceux qui vivent et meurent dans l’infidélité. Ceux-là subiront un châtiment cruel et aucun secours ne leur sera porté.
[92] Vous n’atteindrez la vraie piété qu’en faisant aumône d’une part des biens que vous aimez. Et quelque aumône que vous fassiez, Dieu en est parfaitement Informé.
[93] Tous les aliments étaient permis aux fils d’Israël, excepté ceux qu’Israël lui-même s’était interdits, avant que la Thora ne fût révélée. Dis-leur : « Apportez la Thora et lisez-la, si vous êtes de bonne foi ! » [94] Quiconque, après cela, forgera des mensonges sur le compte de Dieu sera du nombre des injustes. [95] Dis-leur : « Dieu a dit vrai. Suivez donc la religion d’Abraham, ce pur monothéiste, qui ne s’est jamais compromis avec les païens. »
[96] En vérité, le premier temple qui ait été fondé à l’intention des hommes est bien celui de La Mecque, qui est à la fois une bénédiction et une bonne direction pour l’Univers. [97] Terre de signes sacrés, c’est aussi l’Oratoire d’Abraham. Quiconque y pénètre sera en sécurité. En faire le pèlerinage est un devoir envers Dieu pour quiconque en a la possibilité. Quant aux infidèles, qu’ils sachent que Dieu se passe volontiers de tout l’Univers. [98] Dis : « Ô gens d’Écriture ! Qu’avez-vous à nier les signes de Dieu, alors que Dieu est Témoin de tous vos actes ? »
[99] Dis : « Ô gens d’Écriture ! Qu’avez-vous à détourner de la Voie de Dieu ceux qui ont la foi ? Voudriez-vous rendre cette Voie tortueuse, alors que vous êtes témoins qu’elle est rectiligne ? » Sachez que Dieu n’est point inattentif à vos agissements ! [100] Ô croyants ! Si vous écoutez certains adeptes des Écritures, ils feront de vous qui avez reçu la foi des négateurs.
[101] D’ailleurs, comment pourriez-vous perdre la foi alors que les versets de Dieu vous sont sans cesse récités et que Son Prophète se trouve parmi vous ? Certes, celui qui s’attache fermement à Dieu ne risque pas de quitter le droit chemin. [102] Ô croyants ! Craignez Dieu comme Il mérite d’être craint et veillez à ne mourir qu’en musulmans ! [103] Attachez-vous tous fermement au pacte de Dieu, et ne vous divisez pas. Rappelez-vous les bienfaits que Dieu vous a accordés lorsque, d’ennemis que vous étiez, Il a rétabli l’union entre vos cœurs et a fait de vous des frères, par un effet de Sa grâce ; de même que vous étiez sur le bord d’un gouffre infernal et Il vous en a sauvés. C’est ainsi que Dieu vous expose clairement Ses signes afin que vous trouviez le droit chemin.
[104] Puissiez-vous former une communauté qui prêche le bien, ordonne ce qui est convenable et interdise ce qui est répréhensible. Ce sont ceux qui agissent ainsi qui seront les bienheureux ! [105] Ne suivez pas l’exemple de ceux qui, après avoir reçu les preuves, se sont divisés et se sont opposés les uns aux autres. À ceux-là est réservé un châtiment exemplaire. [106] Un jour viendra où certains visages seront tout illuminés de bonheur, tandis que d’autres seront tout assombris d’horreur. Ce jour-là, il sera dit à ces derniers : « N’est-ce pas vous qui, après avoir cru, avez rejeté la foi ? Goûtez donc ces tourments pour prix de vos reniements ! » [107] Quant à ceux qui ont un visage rayonnant de bonheur, ceux-là seront pour l’éternité reçus en la grâce du Seigneur.
[108] Tels sont les signes de Dieu que Nous t’exposons en toute vérité, car Dieu n’a nullement l’intention de faire injustice aux hommes.
[109] C’est à Dieu qu’appartient tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre et c’est à Lui que tout fera retour.
[110] Vous êtes la meilleure communauté qui n’ait jamais été donnée comme exemple aux hommes. En effet, vous recommandez le Bien, vous interdisez le Mal et vous croyez en Dieu. Si les gens des Écritures voulaient croire, cela ne tournerait qu’à leur avantage. Mais il y a parmi eux si peu de croyants, alors que la plupart d’entre eux sont des pervers. [111] Désormais, ils ne peuvent vous causer que quelques dommages infimes. Et s’ils vous affrontent, ils vous tourneront vite le dos et ne seront pas secourus. [112] Partout où ils se feront prendre, ils seront couverts d’opprobre, à moins d’un secours émanant de Dieu ou des hommes. Ils se sont attiré la colère de Dieu et ont mérité un sort ignominieux, pour avoir rejeté les signes de Dieu, tué injustement Ses prophètes, ainsi que pour leur désobéissance et leur agressivité.
[113] Cependant, les détenteurs des Écritures ne sont pas tous les mêmes, car parmi eux il y a une communauté pieuse dont les membres passent des nuits entières à réciter les versets de Dieu et à se prosterner. [114] Ils croient en Dieu et au Jour dernier ; ils ordonnent le Bien, réprouvent le Mal et s’empressent d’accomplir de bonnes œuvres. Ceux-là sont au nombre des justes. [115] Quelque bien qu’ils fassent, il ne leur sera pas dénié, car Dieu connaît bien ceux qui Le craignent.
[116] Quant aux infidèles, ni leurs richesses ni leurs enfants ne les protégeront du châtiment de Dieu. Ils seront voués à l’Enfer qui constituera leur demeure éternelle. [117] Les aumônes qu’ils font en ce monde sont semblables à des champs cultivés par des gens qui ont été injustes envers eux-mêmes, et qu’un vent glacial accompagné de grêle aurait frappés et ravagés. Ce n’est donc point Dieu qui a été injuste envers eux. Ce sont plutôt eux qui l’ont été envers eux-mêmes.
[118] Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas de confidents en dehors de votre communauté, qui feraient tout pour vous corrompre, car rien ne leur ferait plus plaisir que de vous voir en difficulté. La haine qu’ils vous portent perce déjà dans leurs propos. Que dire alors de celle qu’ils cachent dans leurs cœurs ? Vous voilà donc suffisamment avertis ! À vous d’en juger ! [119] Vous musulmans, vous les traitez en amis, alors qu’ils vous traitent en ennemis ; et vous croyez au Livre dans sa totalité, pendant qu’eux, quand ils vous rencontrent, vous disent qu’ils sont eux aussi des croyants. Mais dès qu’ils se trouvent seuls, ils se mordent les doigts de colère contre vous. Dis-leur : « Puissiez-vous mourir de rage ! » Dieu connaît si bien le fond de leur pensée. [120] Le moindre bien qui vous arrive les afflige et tout mal qui vous atteint les remplit de joie. Mais si vous êtes patients et si vous craignez Dieu, leurs manœuvres ne vous causeront aucun tort, car Dieu cerne leurs agissements de toutes parts.
[121] Prophète ! Rappelle-toi le matin où tu quittas ta famille pour aller placer les croyants à leurs postes de combat, alors que Dieu entendait et savait tout !
[122] Deux groupes de votre armée étaient sur le point de faire défection ! Et c’est Dieu qui a raffermi leur courage. N’est-ce pas que c’est en Dieu que les croyants doivent placer leur confiance ? [123] Dieu ne vous a-t-Il pas accordé la victoire à Badr, malgré votre nombre insignifiant ? Craignez donc Dieu, afin de Lui témoigner votre reconnaissance. [124] Tu disais alors aux croyants : « Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous envoie en renfort trois mille anges, descendus à cette fin du ciel ? » [125] Bien plus, si vous faites preuve de patience et de piété et que vos ennemis viennent vous attaquer par surprise, Dieu vous enverra en renfort cinq mille anges d’élite. [126] Dieu n’a agi de la sorte qu’à titre d’heureuse nouvelle, destinée à vous redonner confiance, car la victoire ne peut venir que de Dieu, le Puissant, le Sage, [127] soit en faisant tailler les infidèles en pièces, soit en leur faisant subir une défaite humiliante et en les acculant au désespoir. [128] Le fait qu’ils soient coupables ne te permet pas de décider de leur sort. C’est à Dieu seul qu’il appartient de leur pardonner ou de les punir, [129] car tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre appartient à Dieu qui Seul peut absoudre qui Il veut et punir qui Il veut. Dieu est, en vérité, Plein de clémence et de miséricorde.
[130] Ô vous qui croyez ! Ne pratiquez pas l’usure pour multiplier sans cesse vos profits ! Craignez Dieu si vous voulez assurer le salut de votre âme ! [131] Redoutez l’Enfer destiné aux négateurs ! [132] Obéissez à Dieu et au Prophète afin de bénéficier de la grâce divine !
[133] Hâtez-vous de mériter l’absolution de votre Seigneur et un Paradis aussi vaste que les Cieux et la Terre, destiné à ceux qui craignent Dieu ; [134] à ceux qui font l’aumône, qu’ils soient à l’aise ou dans la gêne, qui savent réprimer leur colère et pardonner à leurs semblables, car Dieu aime les bienfaiteurs ; [135] à ceux qui, ayant commis un forfait ou une injustice envers eux-mêmes, invoquent Dieu pour Lui demander pardon de leurs péchés, car qui peut absoudre un pécheur si ce n’est le Seigneur ? À ceux enfin qui ne persistent pas dans le mal, dès qu’ils s’aperçoivent qu’ils sont dans l’erreur. [136] Ceux-là, leur récompense sera le pardon de leur Seigneur, ainsi que des Jardins sous lesquels coulent des rivières et où leur séjour sera éternel. Et quelle belle récompense pour ceux qui accomplissent des œuvres salutaires !
[137] Que de peuples ont connu avant vous les mêmes vicissitudes ! Parcourez donc la Terre et voyez quelle fut la fin de ceux qui criaient au mensonge. [138] Ceci est un avertissement adressé aux hommes. Mais c’est aussi un guide et une exhortation pour ceux qui craignent Dieu. [139] Ne vous découragez pas ! Ne vous affligez pas ! Et vous aurez bientôt la victoire, si vous avez la foi.
[140] Et si vous avez subi un revers douloureux, sachez que vos ennemis ont déjà connu un revers semblable. C’est ainsi que Nous faisons alterner les jours fastes et les jours néfastes parmi les hommes, afin que Dieu reconnaisse les vrais croyants et élise parmi vous des martyrs, car Dieu n’aime point les injustes.
[141] C’est aussi un moyen pour Dieu de purifier par l’épreuve ceux qui ont cru et d’anéantir les infidèles. [142] Pensiez-vous entrer au Paradis sans que Dieu n’ait jamais mis à l’épreuve la sincérité et l’endurance de ceux d’entre vous qui ont combattu pour Lui ? [143] Vous souhaitiez tant la mort avant de la rencontrer. Et vous l’avez bien vue, de vos propres yeux. [144] Muhammad n’est qu’un Prophète parmi tant d’autres qui sont passés avant lui. Seriez-vous hommes à abandonner le combat, s’il venait à mourir ou à être tué ? Ceux qui abandonnent le combat ne nuisent en rien à Dieu. Mais Dieu saura récompenser ceux qui sont reconnaissants.
[145] Aucune âme ne peut quitter cette vie sans la permission de Dieu et en dehors du terme fixé. Celui qui recherche sa récompense dans ce monde, Nous la lui accorderons ; celui qui désire obtenir la sienne dans la vie future, Nous la lui accorderons. Mais Nous traiterons avec faveur les âmes reconnaissantes.
[146] Combien de prophètes, suivis d’un grand nombre de disciples, ont combattu pour défendre la Cause de Dieu, sans jamais se laisser abattre par les épreuves, ni faiblir ni abandonner la lutte ! Dieu aime les gens persévérants. [147] Les seuls mots qu’ils répétaient étaient les suivants : « Seigneur ! Pardonne-nous nos péchés et nos excès ; affermis nos pas et accorde-nous la victoire sur les infidèles. » [148] Dieu leur accorda donc la récompense de ce monde et la belle récompense de la vie future, car Dieu aime les gens bienfaisants.
[149] Ô vous qui croyez ! Si vous écoutez les infidèles, ils vous feront retomber dans vos erreurs passées et vous serez perdus sans retour. [150] Ayez confiance ! Dieu n’est-Il pas votre Maître et le Meilleur des protecteurs ? [151] Nous jetterons bientôt l’épouvante dans le cœur des idolâtres, pour avoir associé à Dieu des divinités qui n’ont été nanties d’aucun pouvoir de Sa part. Leur demeure sera l’Enfer, cet affreux refuge des injustes. [152] Dieu a tenu Sa promesse envers vous en vous permettant de tailler vos ennemis en pièces, jusqu’au moment où vous avez fléchi pour contester l’ordre qui vous était donné et refuser de l’exécuter, alors que Dieu vous faisait déjà entrevoir la victoire qui vous tenait à cœur. Certains d’entre vous désiraient les biens de ce monde, pendant que d’autres aspiraient à la vie future. Aussi Dieu, pour vous mettre à l’épreuve, vous fit-Il reculer devant vos ennemis. Mais Il vous a ensuite pardonné, car Il est Plein de sollicitude pour les fidèles.
[153] Et au moment où vous battiez en retraite sans vous soucier les uns des autres, et pendant que le Prophète, sur vos arrières, tentait de vous ramener au combat, Dieu vous infligea déception sur déception, afin que vous n’ayez pas à regretter le succès qui vous échappait ni à vous lamenter sur le malheur qui vous frappait, car Dieu est bien Informé de ce que vous faites.
[154] Cette angoisse passée, Dieu fit descendre sur vous Sa sécurité ; et une espèce d’assoupissement s’empara d’une partie d’entre vous, pendant que d’autres, préoccupés uniquement d’eux-mêmes, proféraient sur Dieu, à la manière des idolâtres de l’époque de l’ignorance, des opinions non conformes à la vérité. « Quelle part de décision avions-nous dans cette affaire ? », disaient-ils. Dis-leur : « Le pouvoir de décision n’appartient qu’à Dieu. » En réalité, ils cachaient bien des pensées, qu’ils n’osaient t’exprimer. Ils se disaient : « Si nous avions pu donner notre avis, nous ne serions pas venus ici nous faire massacrer ! » Dis-leur : « Même si vous étiez restés chez vous, ceux qui devaient mourir seraient sortis pour venir tomber là où leur destin les appelait. Cela est arrivé, afin que Dieu mette à l’épreuve votre patience et votre courage dans l’adversité, car Dieu connaît bien ce que recèlent les cœurs. » [155] Et si certains parmi vous ont battu en retraite le jour de la rencontre des deux armées, c’est uniquement parce qu’ils avaient cédé aux instigations de Satan, en raison de quelques péchés qu’ils avaient commis. Néanmoins, Dieu leur a pardonné, car Il est Plein de miséricorde et de mansuétude.
[156] Ô vous qui croyez ! N’imitez pas l’exemple de ces infidèles qui disent de leurs frères morts en voyage ou à la guerre : « S’ils étaient restés avec nous, ils ne seraient pas morts, ou ils n’auraient pas été tués. » Cette idée, Dieu a voulu en faire un sujet de chagrin pour eux, car, en réalité, Dieu seul donne la vie et la mort, et observe clairement tous vos actes.
[157] Par ailleurs, que vous soyez tués au service de Dieu ou que vous soyez morts de mort naturelle, le pardon et la miséricorde de Dieu ne sont-ils pas plus précieux que toutes les richesses que vous pouvez accumuler ?
[158] Que vous mouriez de mort naturelle ou que vous soyez tués, n’est-ce pas que c’est devant votre Seigneur que vous serez tous rassemblés ? [159] C’est par un effet de la grâce de Dieu que tu es si conciliant envers les hommes, car si tu te montrais brutal ou inhumain avec eux, ils se seraient tous détachés de toi. Sois donc bienveillant à leur égard ! Implore le pardon de Dieu en leur faveur ! Consulte-les quand il s’agit de prendre une décision ! Mais, une fois la décision prise, place ta confiance en Dieu, car Dieu aime ceux qui mettent en Lui leur confiance ! [160] Si Dieu vient à votre secours, nul ne pourra vous vaincre ; et s’Il vous abandonne, qui donc, en dehors de Lui, pourra vous secourir ? Que les croyants mettent donc leur confiance en leur Seigneur !
[161] Il ne sied nullement à un prophète de dérober une partie du butin, car quiconque l’aura fait sera tenu de rapporter le butin dérobé le Jour du Jugement dernier. Et c’est le Jour où toute âme sera rétribuée selon ce qu’elle aura accompli et où personne ne sera lésé. [162] Peut-on comparer celui qui s’applique à être agréable à Dieu à celui qui s’attire Sa colère et qui aura pour séjour la Géhenne, cette affreuse demeure ? [163] Ils occupent des degrés différents auprès de Dieu qui perçoit parfaitement leurs œuvres.
[164] Dieu a été d’une extrême bonté envers les croyants en choisissant parmi eux un prophète pour leur réciter les versets divins, les purifier de leurs péchés et leur enseigner le Livre et la sagesse, bien qu’ils fussent autrefois dans un égarement manifeste.
[165] Ayant subi un revers pour la première fois, après en avoir infligé le double à vos ennemis, vous vous dites : « Comment avons-nous pu mériter cette disgrâce ? » Dis-leur : « Vous ne devez vous en prendre qu’à vous-mêmes ! » La puissance de Dieu n’a point de limite.
[166] Le revers que vous avez essuyé le jour où les deux armées se sont affrontées a été voulu par Dieu pour reconnaître les vrais croyants [167] et démasquer les hypocrites qui, invités à combattre pour la Cause de Dieu et à repousser l’ennemi, répliquèrent : « Nous vous suivrions, si nous savions qu’un vrai combat allait s’engager. » Ils étaient ce jour-là proches bien plus de l’impiété que de la foi, et ils disaient tout haut le contraire de ce qu’ils pensaient tout bas. Mais Dieu est le mieux Informé de ce qu’ils pensaient réellement. [168] Pendant qu’eux-mêmes étaient restés tranquillement chez eux, ils avaient dit de leurs frères tombés au champ de bataille : « S’ils nous avaient écoutés, ils ne se seraient pas fait tuer. » Dis-leur : « Empêchez donc la mort de vous atteindre vous-mêmes, si vous êtes véridiques ! »
[169] Ne crois surtout pas que ceux qui sont tombés pour la Cause de Dieu soient morts. Ils sont, au contraire, bien vivants auprès de leur Seigneur qui les comble de Ses faveurs ; [170] ils sont heureux d’être reçus au sein de la grâce du Seigneur, et ravis que leurs compagnons de combat qui ne les ont pas encore rejoints ne connaîtront ni peur ni chagrin.
[171] Et ils se réjouissent des bienfaits et de la grâce de Dieu, sachant que Dieu ne frustre jamais de leur récompense les croyants [172] qui ont répondu à l’appel de Dieu et du Prophète, malgré les blessures qu’ils avaient reçues. À ceux d’entre eux dont la conduite a été exemplaire et dont la foi a été inébranlable est réservée une magnifique récompense. [173] Ce sont ceux-là qui, lorsqu’on est venu leur dire : « Vos adversaires réunissent leurs forces pour vous attaquer, soyez vigilants ! », ont vu leur foi se décupler et se sont écriés : « Dieu seul nous suffit. N’est-Il pas le Meilleur des protecteurs ? »
[174] Et comblés des bienfaits du Seigneur et de Sa grâce, ils revinrent chez eux, sans avoir éprouvé le moindre mal. Ils ne recherchaient en fait que l’agrément du Seigneur dont la grâce n’a point de limite. [175] Ces nouvelles défaitistes ne sont que l’œuvre de Satan qui les utilise pour intimider ses adeptes. Ne les craignez donc pas ! Mais craignez-Moi, si vous êtes de vrais croyants ! [176] Que ceux qui courent à pas précipités vers l’impiété ne te causent aucune affliction ! En vérité, ils ne sauraient nuire en rien à Dieu. C’est plutôt Dieu qui ne veut leur accorder aucune part dans la vie future, où un châtiment terrible les attend, [177] car ceux qui troquent la foi contre l’incrédulité ne sauraient nuire en rien à Dieu, et un châtiment cruel leur est réservé.
[178] Que les négateurs ne s’imaginent pas que le long sursis que Nous leur accordons soit un bien pour eux. Ce long délai leur est plutôt accordé afin qu’ils accumulent les péchés. Aussi un châtiment avilissant leur sera-t-il infligé.
[179] Dieu ne saurait laisser les croyants dans l’état difficile où vous vous trouvez que le temps de distinguer le bon du mauvais ; de même qu’Il ne saurait vous dévoiler le mystère. Mais Il choisit, à cet effet, parmi Ses messagers qui Il veut. Ayez donc foi en Dieu et en Ses prophètes, car si vous croyez en Dieu et si vous Le craignez, une généreuse récompense vous sera attribuée. [180] Que ceux qui se montrent avares des biens que Dieu leur a généreusement octroyés ne s’imaginent pas que cela soit à leur avantage. C’est, au contraire, un malheur pour eux, car, le Jour de la Résurrection, ils porteront comme un carcan au cou les biens qu’ils auront amoureusement accumulés. En effet, l’héritage des Cieux et de la Terre appartient au Seigneur qui est parfaitement Instruit de tout ce que vous faites.
[181] Dieu a entendu les paroles de ceux qui ont dit : « Dieu est pauvre et nous sommes riches ! » Nous enregistrons leurs propos et Nous prenons acte du sang des prophètes qu’ils ont injustement versé, et Nous leur dirons : « Goûtez donc le supplice de l’Enfer [182] et ce, pour prix de ce que vos mains ont perpétré, car Dieu ne commet jamais d’injustice envers Ses serviteurs ! »
[183] À ceux qui disent : « Dieu nous a prescrit de ne pas croire en un prophète tant qu’il ne nous aura pas apporté une offrande que le feu du ciel viendrait aussitôt consumer », réponds : « Avant moi, bien des prophètes vous ont déjà apporté des preuves, y compris le miracle dont vous parlez. Pourquoi donc les avez-vous tués, si vous êtes de bonne foi ? » [184] S’ils t’accusent de mensonge, d’autres prophètes, avant toi, ont eux aussi été traités de menteurs, bien qu’ils aient apporté des preuves évidentes, des Psaumes et le Livre lumineux.
[185] Toute âme goûtera la mort ; mais vous ne recevrez votre totale rétribution que le Jour de la Résurrection. Quiconque échappera alors à l’Enfer et entrera au Paradis aura trouvé la félicité. En vérité, la vie d’ici-bas n’est faite que de plaisirs éphémères.
[186] Vous serez certainement éprouvés dans vos biens et dans vos personnes. Vous entendrez bien des injures de la part de ceux qui ont reçu les Écritures avant vous, et de la part des idolâtres. Mais si vous êtes endurants et pieux, vous verrez alors que c’est bien là la meilleure résolution à prendre.
[187] Dieu a pris acte de la promesse des gens de l’Écriture de l’expliquer aux hommes et de ne pas en dissimuler la teneur. Mais, au lieu de cela, ils l’ont rejetée derrière leur dos et l’ont vendue à vil prix, pour recevoir la plus ignoble des marchandises en retour. [188] Ne crois surtout pas que ceux qui s’extasient sur leurs œuvres et qui veulent qu’on les loue même pour ce qu’ils n’ont pas fait puissent échapper aux tourments, car un châtiment douloureux les attend.
[189] À Dieu appartient le Royaume des Cieux et de la Terre et Sa puissance n’a point de limite.
[190] En vérité, il y a dans la création des Cieux et de la Terre et dans l’alternance de la nuit et du jour tant de signes pour des gens doués d’intelligence [191] qui, debout, assis ou couchés, ne cessent d’invoquer Dieu et de méditer sur la création des Cieux et de la Terre en disant : « Seigneur ! Ce n’est pas en vain que Tu as créé tout cela ! Gloire à Toi ! Préserve-nous du châtiment de l’Enfer !
[192] Seigneur ! Celui que Tu voues aux flammes de la Géhenne, Tu le couvres d’opprobre, et les injustes ne bénéficieront d’aucun secours.
[193] Seigneur ! Nous avons entendu une voix qui nous conviait à croire en Toi, et nous avons cru. Seigneur ! Pardonne-nous nos péchés ! Absous nos mauvaises actions et reçois-nous, après notre mort, parmi les justes !
[194] Seigneur ! Accorde-nous ce que Tu nous as promis par l’intermédiaire de Tes messagers ! Épargne-nous toute humiliation au Jour de la Résurrection, Toi qui ne manques jamais à Tes promesses ! »
[195] Leur Seigneur a exaucé leurs prières : « Je ne ferai jamais perdre à aucun d’entre vous, homme ou femme, le bénéfice de ses œuvres. N’êtes-vous pas issus les uns des autres ? Ceux qui se seront expatriés, qui auront été chassés de leurs foyers, qui auront souffert pour Ma Cause, qui auront combattu ou auront été tués à Mon service, à ceux-là Je pardonnerai toutes leurs fautes et Je les recevrai dans des Jardins baignés de ruisseaux, à titre de récompense de la part de leur Seigneur, car c’est Dieu qui distribue les meilleures récompenses.
[196] Ne te laisse donc pas impressionner par l’agitation provoquée par les infidèles à travers le monde ! [197] Ce n’est là qu’une piètre jouissance qui sera vite suivie de leur séjour en Enfer. Et quel affreux séjour ! [198] Ceux qui, en revanche, craignent Dieu auront des Jardins sous lesquels coulent des rivières, où leur séjour sera éternel, en hôtes du Seigneur, et rien n’est meilleur, pour les justes, que ce qui est auprès du Seigneur.
[199] Certes, parmi les gens des Écritures, il en est qui croient en Dieu, qui tiennent pour véridique ce qui vous a été révélé ainsi que ce qui leur a été révélé et qui, entièrement soumis à Dieu, ne troquent jamais Ses enseignements contre un vil profit. Ceux-là trouveront leur juste récompense auprès de leur Seigneur, toujours prompt dans Ses comptes.
[200] Ô vous qui croyez ! Armez-vous de patience ! Rivalisez de constance ! Soyez vigilants et craignez Dieu, si vous désirez atteindre le bonheur !

4. Sourate des Femmes (An-Nisâ’)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être et qui, ayant tiré de celui-ci son épouse, fit naître de ce couple tant d’êtres humains, hommes et femmes ! Craignez Dieu au nom duquel vous vous demandez mutuellement assistance ! Respectez les liens du sang. En vérité, Dieu vous observe en permanence. [2] Restituez aux orphelins leur héritage ! Ne substituez pas ce que vous possédez de mauvais à ce qu’ils possèdent de bon ! Ne vous emparez pas de leur patrimoine en l’incorporant au vôtre, car ce serait là un crime abominable ! [3] Si vous craignez, en épousant des orphelines, de vous montrer injustes envers elles, sachez qu’il vous est permis d’épouser en dehors d’elles, parmi les femmes de votre choix, deux, trois ou quatre épouses. Mais si vous craignez encore de manquer d’équité à l’égard de ces épouses, n’en prenez alors qu’une seule, libre ou choisie parmi vos esclaves. C’est pour vous le moyen d’être aussi équitables que possible. [4] Remettez à vos femmes leur dot en toute propriété. Mais si elles vous en abandonnent une partie, de bon gré, vous pouvez en disposer en toute tranquillité. [5] Ne confiez pas aux incapables la gestion des biens que Dieu vous a donnés pour subsister. Assurez-leur cependant, sur ces biens, de quoi vivre et s’habiller, et tenez-leur toujours un langage empreint de bienveillance et de bonté. [6] Mettez à l’épreuve le degré de maturité des orphelins jusqu’à l’âge de la puberté ; et si vous constatez qu’ils ont acquis un bon jugement, remettez-leur leur héritage. Gardez-vous de vous empresser de le dilapider, avant leur majorité. Si le tuteur est riche, qu’il s’abstienne de toucher aux biens de ses pupilles ; et s’il est pauvre, il ne doit en user que de façon modérée. Au moment de remettre aux orphelins leurs biens, assurez-vous la présence de témoins, quoique Dieu, pour recevoir des comptes, suffise amplement.
[7] Il revient aux héritiers mâles une part dans l’héritage laissé par leurs ascendants ou leurs proches ; de même qu’il revient aux femmes une part dans l’héritage laissé par leurs ascendants ou leurs proches. Et quelle que soit l’importance de la succession, cette quotité est une obligation. [8] Lorsque des proches non héritiers, des orphelins ou des nécessiteux sont présents au partage de l’héritage, on leur en offrira quelque chose et on leur adressera quelques paroles aimables. [9] Que les tuteurs se représentent un instant les craintes qu’ils ressentiraient pour leurs propres enfants en bas âge, s’ils étaient eux-mêmes à l’article de la mort ! Qu’ils craignent donc Dieu et qu’ils traitent avec justice et tendresse leurs pupilles, [10] car ceux qui dévorent injustement les biens des orphelins n’introduisent que le feu dans leurs entrailles, et ils sont voués à l’Enfer.
[11] En ce qui concerne vos enfants, Dieu vous prescrit d’attribuer au garçon une part égale à celle de deux filles. S’il n’y a que des filles, et qu’elles soient au moins deux, il leur sera attribué les deux tiers de ce que laisse le défunt ; mais s’il n’y en a qu’une seule, elle en prendra la moitié. Si le défunt laisse un enfant, les ascendants, père et mère, auront chacun un sixième de l’héritage. Mais s’il ne laisse pas d’enfant, et que ses père et mère soient ses seuls héritiers, la mère aura droit au tiers. S’il laisse des frères et des sœurs, sa mère aura le sixième, après que les legs et les dettes du défunt auront été acquittés. De vos ascendants ou de vos descendants, vous ne savez pas lesquels vous sont les plus dévoués. C’est là une obligation divine à observer. Dieu est Omniscient et Sage.
[12] La moitié de ce que laissent vos épouses vous revient, si elles n’ont pas d’enfants ; mais si elles en laissent, vous n’aurez droit qu’au quart de ce qu’elles laissent, après que les legs et les dettes grevant la succession auront été acquittés. Vos épouses ont droit au quart de ce que vous laissez, si vous n’avez pas d’enfants ; mais si vous en avez, elles n’auront droit qu’au huitième de ce que vous laissez, déduction faite de tout legs ou dette grevant la succession. Quand un homme ou une femme meurt sans laisser d’ascendants ou de descendants, à la survivance d’un demi-frère ou d’une demi-sœur d’une même mère, chacun de ces derniers aura droit à un sixième ; mais s’ils sont plus nombreux, ils se répartiront le tiers de l’héritage, déduction faite de tout legs ou dette non préjudiciable aux héritiers. C’est ce que Dieu vous recommande, car Il est Omniscient et Plein de mansuétude. [13] Telles sont les limites fixées par Dieu. Tous ceux qui obéissent à Dieu et à Son Prophète seront accueillis dans des Jardins arrosés d’eaux vives où ils demeureront pour l’éternité, et ce sera pour eux la félicité suprême. [14] Celui qui, en revanche, désobéit à Dieu et à Son Prophète et qui transgresse Ses lois, Dieu le précipitera dans l’Enfer pour l’éternité, où un supplice avilissant lui sera infligé.
[15] Celles de vos femmes qui se rendent coupables de perversité, requérez contre elles le témoignage de quatre d’entre vous. Si le témoignage est confirmatif, enfermez les coupables sous un toit jusqu’à ce que la mort vienne mettre fin à leur vie ou que Dieu leur offre une autre issue. [16] Si deux individus parmi vous se livrent à la débauche, sévissez contre eux. S’ils se repentent et s’amendent, laissez-les en paix, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [17] Dieu pardonne seulement à ceux qui font le mal par ignorance et qui se repentent aussitôt. À ceux-là, Dieu accorde Son pardon, car Dieu est Omniscient et Sage. [18] Mais aucun pardon ne sera accordé à ceux qui continuent inlassablement à pécher et qui, à l’approche de la mort, disent : « À présent, nous nous repentons ! », ni à ceux qui meurent en état d’infidélité. À tous ceux-là seront réservées d’affreuses souffrances.
[19] Ô croyants ! Il ne vous est pas permis de vous attribuer des femmes par voie d’héritage contre leur gré. Ne les soumettez pas à des contraintes, dans le but de leur reprendre une partie de ce que vous leur avez donné, à moins qu’elles n’aient commis un adultère prouvé. Entretenez de bons rapports avec vos femmes ; et si vous avez quelque aversion pour certaines d’entre elles, sachez que l’on peut avoir parfois de l’aversion pour une chose qui peut cependant être pour vous la source d’un grand bonheur.
[20] Si vous voulez épouser une femme à la place d’une autre, et que vous ayez donné une dot d’un quintal d’or à celle que vous répudiez, il vous sera interdit d’en rien prélever, car ce serait une infamie flagrante et une injustice manifeste. [21] D’ailleurs, comment oseriez-vous leur reprendre quoi que ce soit, après l’union intime qui vous a liés et les promesses solennelles que vous avez échangées ? [22] Désormais, n’épousez plus les femmes que vos pères ont eues pour épouses. Cette interdiction ne s’applique pas au passé. En fait, une telle pratique constitue un acte abominable, une ignominie et une union odieuse. [23] Il vous est interdit d’épouser vos mères, vos filles, vos sœurs, vos tantes paternelles, vos tantes maternelles, les filles de vos frères, les filles de vos sœurs, les nourrices qui vous ont allaités, vos sœurs de lait, vos belles-mères, vos belles-filles, qui sont nées des femmes avec lesquelles vous avez consommé le mariage. Toutefois, il n’y a pas d’interdiction si le mariage avec la mère n’a pas été consommé. Il vous est également interdit d’épouser les femmes de vos propres fils et d’avoir pour épouses deux sœurs en même temps. Cette interdiction ne concerne pas le passé, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[24] Il vous est aussi interdit d’épouser des femmes déjà mariées, à moins qu’elles ne soient vos captives de guerre. Telles sont les prescriptions du Seigneur. Excepté ces interdictions, il vous est loisible d’utiliser vos biens pour vous marier honnêtement et non pour vivre en concubinage. C’est une obligation pour vous de remettre la dot convenue à celle avec laquelle vous aurez consommé le mariage. Mais il n’y a aucun inconvénient à ce que vous modifiiez le montant de la dot d’un commun accord par la suite, car Dieu est, en vérité, Omniscient et Sage.
[25] Quiconque d’entre vous n’a pas les moyens d’épouser des femmes de condition libre et croyantes prendra femme parmi vos jeunes esclaves croyantes. Dieu seul est à même d’apprécier la sincérité de votre foi. Vous êtes tous issus les uns des autres. Épousez-les donc avec l’autorisation de leurs maîtres et versez-leur une dot convenable à l’instar des femmes libres et non des débauchées ni des femmes de mœurs légères. Si, une fois affranchies par le mariage, elles commettent l’adultère, la peine à leur appliquer sera la moitié de celle qui est prévue pour une femme de condition libre. Telle est la règle à suivre par ceux d’entre vous qui redoutent de tomber dans le vice. Cependant, il est meilleur pour vous de patienter. Dieu est Clément et Miséricordieux.
[26] C’est ainsi que Dieu veut vous exposer clairement Ses enseignements, vous indiquer les traditions de ceux qui vous ont précédés et vous faire bénéficier de Son pardon, car Dieu est Omniscient et Sage.
[27] Dieu veut vous faire bénéficier de Son pardon, tandis que ceux qui se laissent dominer par leurs passions veulent vous entraîner sur une pente dangereuse. [28] Dieu veut alléger certaines de vos obligations, sachant bien que l’homme a été créé faible.
[29] Ô vous qui croyez ! Ne vous dépossédez pas les uns les autres de vos biens par des procédés malhonnêtes ! Que vos échanges soient fondés sur des transactions librement consenties. N’attentez pas non plus à vos jours, car Dieu est Plein de compassion pour vous. [30] Quiconque agira de la sorte en usant de méchanceté et d’injustice sera par Nous précipité dans l’Enfer, chose si aisée pour le Seigneur. [31] Si vous évitez de commettre les péchés les plus graves qui vous sont interdits, Nous effacerons vos péchés véniels et Nous faciliterons grandement votre accès au Paradis.
[32] N’enviez pas les faveurs par lesquelles Dieu a élevé certains d’entre vous au-dessus des autres. Aux hommes reviendra la part qu’ils auront méritée par leurs œuvres et aux femmes reviendra la part qu’elles auront méritée par leurs œuvres. Demandez à Dieu plutôt de vous accorder un peu de Sa grâce, car Il est parfaitement au courant de toute chose. [33] À chacun Nous avons désigné des héritiers de ce que laissent les père et mère, les proches et ceux auxquels vous êtes liés par un pacte. Donnez-leur la part qui doit leur revenir. Dieu est Témoin de tous vos actes.
[34] Les hommes ont la charge et la direction des femmes en raison des avantages que Dieu leur a accordés sur elles, et en raison aussi des dépenses qu’ils effectuent pour assurer leur entretien. En revanche, les épouses vertueuses demeurent toujours fidèles à leurs maris pendant leur absence et préservent leur honneur, conformément à l’ordre que Dieu a prescrit. Pour celles qui se montrent insubordonnées, commencez par les exhorter, puis ignorez-les dans votre lit conjugal et, si c’est nécessaire, corrigez-les. Mais dès qu’elles redeviennent raisonnables, ne leur cherchez plus querelle. Dieu est le Maître Souverain. [35] Si une rupture entre les deux conjoints est à craindre, suscitez alors un arbitre de la famille de l’époux et un arbitre de la famille de l’épouse. Si les deux conjoints ont le réel désir de se réconcilier, Dieu favorisera leur entente, car Dieu est Omniscient et parfaitement Informé.
[36] Adorez Dieu, sans rien Lui associer ! Soyez bons envers vos parents, vos proches, les orphelins, les pauvres, les voisins qu’ils soient de votre sang ou éloignés, ainsi que vos compagnons de tous les jours, les voyageurs de passage et les esclaves que vous possédez, car Dieu n’aime pas les arrogants vantards, [37] ainsi que les avares qui recommandent l’avarice à leurs semblables et dissimulent les faveurs dont Dieu les a gratifiés. Nous réservons un châtiment ignominieux aux impies
[38] qui ne font l’aumône que par ostentation alors qu’ils ne croient ni en Dieu ni au Jugement dernier. En réalité, celui qui a Satan pour acolyte ne peut avoir qu’un méchant compagnon. [39] Que perdraient-ils à croire en Dieu et au Jugement dernier, à donner en aumône une partie des biens que Dieu leur a prodigués ? Dieu les connaît si bien ! [40] En vérité, Dieu ne saurait léser personne, pas même du poids d’un atome ; et s’il s’agit d’une bonne action, Il en multiplie la valeur et lui attribue une récompense au-delà de toute limite.
[41] Qu’adviendra-t-il des négateurs lorsque, de chaque communauté, Nous amènerons un témoin à charge, et que Nous t’amènerons toi-même pour témoigner contre eux ? [42] Ce jour-là, ceux qui auront été incrédules et qui auront désobéi au Prophète souhaiteront être engloutis par la terre, sachant qu’ils ne pourront rien dissimuler à Dieu !
[43] Ô vous qui croyez ! Ne faites pas la salât lorsque vous êtes ivres ; attendez que vous ayez retrouvé votre lucidité ! Ne la faites pas non plus lorsque vous êtes en état d’impureté ; attendez que vous ayez fait vos grandes ablutions, à moins que vous ne soyez en voyage ! Si vous êtes malades ou en voyage, ou si vous venez de satisfaire vos besoins naturels, ou si vous avez approché une femme et que vous ne trouviez pas d’eau, utilisez alors de la terre propre pour vous en essuyer le visage et les mains, car Dieu est Indulgent et Miséricordieux.
[44] Ne vois-tu pas comment ceux qui ont reçu une partie du Livre ne font que courir après l’erreur, en souhaitant tant vous y précipiter à votre tour ?
[45] C’est Dieu qui connaît le mieux vos vrais ennemis, car Dieu est votre meilleur Maître et votre Allié le plus sûr. [46] Parmi les juifs, il en est qui altèrent le sens du discours, et disent : « Nous avons entendu et nous refusons d’obéir. Écoute ! Puisses-tu ne rien entendre ! » Et ils ajoutent : « Aie des égards pour nous ! », en employant le terme équivoque râ`inâ, avec l’intention de dénigrer la religion. Que ne disent-ils plutôt : « Nous avons entendu et nous avons obéi ! Écoute et regarde-nous ! » C’eût été préférable pour eux et plus loyal. Mais Dieu les a maudits pour leur impiété et pour la tiédeur de leur croyance.
[47] Ô vous qui détenez les Écritures ! Croyez au Coran que Nous révélons pour confirmer ce que vous aviez déjà, avant que Nous couvrions d’avilissement et d’humiliation certains visages ou que Nous les maudissions, comme Nous avons maudit les profanateurs du Sabbat. L’ordre de Dieu est toujours suivi d’exécution. [48] Dieu ne pardonne point qu’on Lui associe d’autres divinités ; mais Il pardonne à qui Il veut les autres péchés, car celui qui associe à Dieu d’autres divinités commet un forfait d’une exceptionnelle gravité ! [49] As-tu remarqué comment ces gens-là s’attribuent des vertus de leur propre autorité, alors que c’est Dieu qui en octroie à qui Il veut, sans jamais léser personne, même pas de la moindre brindille ? [50] Regarde comme ils débitent des mensonges sur le compte de Dieu ! Et c’est déjà là un crime monstrueux ! [51] N’as-tu pas remarqué que ceux qui ont reçu une partie des Écritures continuent à croire à la sorcellerie et aux idoles, en disant des païens qu’ils étaient sur une voie meilleure que celle des croyants ?
[52] Voilà ceux que Dieu a maudits ! Et jamais ceux que Dieu a maudits ne trouveront de protecteur ! [53] Parviendraient-ils à détenir une part de l’empire du monde qu’ils n’en céderaient pas la moindre particule ! [54] Seraient-ils jaloux de ceux que Dieu a honorés de Sa grâce ? Mais n’avons-Nous pas déjà octroyé à la famille d’Abraham l’Écriture et la Sagesse ainsi qu’un immense empire ? [55] Certains parmi eux y ont cru et d’autres s’en sont écartés. Mais, pour ces derniers, la Géhenne est une peine bien suffisante.
[56] En vérité, ceux qui auront renié Nos signes, Nous les précipiterons dans l’Enfer et, chaque fois que leur peau aura été consumée, Nous leur en donnerons une autre en échange, afin qu’ils savourent toute l’horreur de leur supplice, car Dieu est Puissant et Sage. [57] À ceux qui croient en Dieu et qui accomplissent de bonnes œuvres Nous donnerons, pour séjour éternel, des Jardins où couleront des ruisseaux et où ils auront des épouses exemptes de toute souillure avec lesquelles ils mèneront, sous de frais ombrages, une vie éternelle.
[58] Dieu vous prescrit de restituer les dépôts à leurs propriétaires et de vous montrer équitables quand vous êtes appelés à juger vos semblables. C’est là une noble mission que Dieu vous exhorte à remplir. Dieu entend tout, voit tout. [59] Ô croyants ! Obéissez à Dieu, obéissez au Prophète et à ceux d’entre vous qui détiennent le pouvoir. En cas de litige entre vous, référez-vous-en à Dieu et au Prophète, si votre croyance en Dieu et au Jugement dernier est sincère. C’est là la démarche la plus sage et la meilleure voie à choisir.
[60] N’est-il pas étonnant de voir ces gens qui prétendent croire à ce qui t’a été révélé et à ce qui a été révélé avant toi recourir à l’arbitrage des fausses divinités, qu’ils avaient pourtant reçu ordre de renier ? Ainsi, Satan veut les enfoncer encore davantage dans la voie de l’égarement. [61] Et lorsqu’on les invite à se rallier aux révélations de Dieu et à Son Prophète, on voit ces hypocrites faire la sourde oreille et littéralement s’enfuir. [62] Qu’adviendra-t-il lorsqu’un malheur, sanctionnant leurs propres agissements, s’abattra sur eux, et qu’ils viendront vers toi, jurant par Dieu qu’ils ne désiraient que la concorde et la bonne entente entre les hommes ? [63] Ces gens-là, Dieu sait ce que recèlent leurs cœurs. Cependant, ne leur tiens pas rigueur. Exhorte-les et adresse-leur des propos susceptibles de les convaincre.
[64] Si Nous envoyons un prophète, c’est uniquement pour qu’on lui obéisse avec l’aide du Seigneur. Si, donc, ces gens-là qui se sont fait du tort à eux-mêmes s’étaient adressés à toi pour implorer le pardon de Dieu, en sollicitant ton intercession, ils auraient sûrement trouvé auprès du Seigneur clémence et miséricorde. [65] Non ! Par ton Seigneur ! Ces gens ne seront de vrais croyants que lorsqu’ils t’auront pris pour juge de leurs différends et auront accepté tes sentences sans ressentiment, en s’y soumettant entièrement.
[66] Si Nous leur avions ordonné de se faire tuer ou de s’expatrier pour la Cause de Dieu, bien peu parmi eux auraient accepté de le faire. Et, pourtant, s’ils s’étaient conformés à Nos exhortations, c’eût été meilleur pour eux et leur foi en eût été certainement raffermie. [67] Nous les en aurions alors largement récompensés [68] et les aurions dirigés vers le droit chemin, [69] car ceux qui obéissent à Dieu et à Son Prophète feront partie de ceux que Dieu aura comblés de Sa grâce, parmi les prophètes, les justes, les martyrs et les saints. Et quels excellents compagnons que ceux-là ! [70] C’est là une grâce émanant du Seigneur qui Seul connaît ceux qui la méritent.
[71] Ô vous qui croyez ! Soyez toujours vigilants, et volez au combat par détachements ou en masse ! [72] Il y a parmi vous des traînards peu empressés à aller au combat qui, lorsque vous subissez un revers, s’écrieront : « C’est une bénédiction de Dieu que nous n’ayons pas pris part à cet engagement ! » [73] Mais, si Dieu vous favorise, ils déclareront comme si aucun lien ne les unissait à vous : « Ah ! Comme nous aurions voulu être avec eux à cette bataille ! Nous aurions certainement remporté un riche butin ! »
[74] Que ceux qui veulent sacrifier la vie d’ici-bas à la vie future combattent au service du Seigneur ! À ceux qui combattent pour la Cause de Dieu, qu’ils se fassent tuer ou qu’ils soient vainqueurs, Nous accorderons une immense récompense.
[75] Pourquoi ne combattriez-vous pas dans la Voie de Dieu pour défendre les opprimés, hommes, femmes et enfants dont les cris ne cessent de retentir : « Seigneur ! Délivre-nous de cette cité à la populace si cruelle ! Envoie-nous de Ta part un protecteur et désigne-nous un défenseur ! » ? [76] Pendant que les croyants se battent pour la Cause du Seigneur, les négateurs combattent pour leurs idoles. Combattez donc les suppôts de Satan ; en vérité, les stratagèmes de Satan sont des plus fragiles.
[77] N’as-tu pas remarqué la réaction de certains de ces gens à qui on avait dit de cesser les hostilités et de se consacrer à l’accomplissement de la salât et à la pratique de la zakât et qui, lorsque l’ordre de reprendre le combat fut ensuite donné, se mirent à craindre l’ennemi comme on craint Dieu, sinon plus encore ? « Seigneur, s’écrièrent-ils, pourquoi nous prescris-Tu de reprendre le combat ? Que ne reportes-Tu cette prescription à une date ultérieure ? » Dis-leur : « Le plaisir que procure la vie en ce monde est bien précaire, tandis que la vie future a bien plus de valeur pour les croyants qui n’y subiront pas la moindre injustice. » [78] Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dissimulés dans des tours inexpugnables ! Quand ils ont à se féliciter d’un événement heureux, ils disent : « Cela vient de Dieu ! » ; mais quand ils ont à déplorer un malheur qui les frappe, ils t’accusent, toi, Prophète, d’en être l’auteur. Dis-leur : « Tout événement procède de Dieu. » Que ces gens-là sont durs à comprendre ! [79] Tout bien qui t’arrive vient de Dieu et tout mal qui te frappe trouve son origine en toi-même. Nous t’avons envoyé comme Messager aux hommes. Le témoignage de Dieu est largement suffisant.
[80] Celui qui obéit au Prophète obéit en fait à Dieu. Quant à ceux qui se détournent de toi, Nous ne t’avons pas envoyé pour assurer leur sauvegarde.
[81] Ils disent en ta présence : « Nous t’obéissons » ; mais, aussitôt qu’ils te quittent, certains d’entre eux commencent à comploter en secret pour contrecarrer tes ordres. Or, Dieu enregistre toutes leurs manigances. Ne te laisse donc pas impressionner par leurs manœuvres ! Mets plutôt ta confiance en Dieu dont la seule garantie te suffira ! [82] Ne méditent-ils donc jamais le Coran ? S’il émanait d’un autre que Dieu, n’y trouveraient-ils pas de multiples contradictions ? [83] Reçoivent-ils une nouvelle, rassurante ou alarmante, ils s’empressent de la diffuser, alors qu’ils auraient dû, avant tout, en référer au Prophète et à leurs chefs qui seuls sont à même d’en connaître la portée et d’en apprécier la véracité. En vérité, n’eussent été la grâce du Seigneur et Sa miséricorde, vous auriez tous, à de rares exceptions, été entraînés par Satan.
[84] Persévère dans le combat pour la Cause de Dieu et, bien que tu ne sois responsable que de toi-même, stimule l’ardeur des fidèles au combat, car Dieu brisera bien, un jour ou l’autre, la puissance des infidèles ! Dieu est infiniment plus Puissant et autrement plus Redoutable dans Son châtiment. [85] Celui qui intercède dans un but louable en aura sa part et celui qui intercède dans un but blâmable en aura sa part. Dieu veille sur toute chose.
[86] Lorsqu’on vous adresse un salut, rendez-le de façon plus courtoise ou tout au moins rendez-le ! Dieu vous demandera compte de tout.
[87] Dieu, en dehors de qui il n’y a point de divinité, vous rassemblera au Jour du Jugement dernier. Il n’y a point de doute là-dessus, et il n’est de propos plus véridiques que Ceux du Seigneur.
[88] Qu’avez-vous à vous diviser en deux clans à propos des hypocrites ? Dieu ne les a-t-Il pas refoulés dans le camp des impies pour prix de leurs agissements ? Vous voulez donc remettre dans le droit chemin ceux que Dieu a égarés ? Mais il n’y a point de rachat pour ceux que Dieu a voués à l’égarement. [89] Ils souhaitent tant vous voir perdre votre foi comme ils l’ont eux-mêmes perdue, pour que vous soyez tous pareils. Ne formez pas de liaisons avec eux, tant qu’ils ne se seront pas engagés résolument dans la Voie du Seigneur. Mais s’ils optent carrément pour l’apostasie, saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez ! Gardez-vous de prendre parmi eux des amis ou des auxiliaires, [90] excepté ceux qui rejoignent un clan avec lequel vous avez conclu un pacte, ou ceux qui viennent à vous, le cœur meurtri, ne sachant s’ils doivent combattre contre vous ou contre leur propre clan. Or, si Dieu l’avait voulu, Il les aurait poussés contre vous et ils vous auraient attaqués. Si donc ces gens-là se tiennent à l’écart, et au lieu de vous attaquer vous offrent la paix, Dieu ne vous donne plus aucun droit de les inquiéter. [91] Vous en trouverez d’autres qui désirent avoir des rapports pacifiques aussi bien avec vous qu’avec les leurs, mais qui, chaque fois qu’ils sont invités à pratiquer l’idolâtrie, y retombent en masse. Si ces gens-là ne se mettent pas à l’écart, ne vous offrent pas la paix et ne s’abstiennent pas de vous agresser, alors saisissez-les et tuez-les où que vous les trouviez ! Nous vous donnons sur eux plein pouvoir.
[92] Aucun croyant n’a le droit de tuer un autre croyant, si ce n’est par erreur. Si un tel acte se produit, le coupable devra affranchir un esclave croyant et verser à la famille de la victime le prix du sang, à moins que les ayants droit n’en fassent remise. Si la victime est un croyant qui appartient à un groupe hostile, le meurtrier affranchira seulement un esclave croyant ; mais si la victime appartient à un groupe auquel vous êtes liés par un pacte, la remise du prix du sang à la famille et l’affranchissement d’un esclave croyant seront exigés du meurtrier. Si ce dernier n’en a pas les moyens, il devra observer un jeûne de deux mois consécutifs, à titre d’expiation prescrite par Dieu, l’Omniscient, le Sage. [93] Quiconque donne la mort intentionnellement à un croyant aura pour rétribution la Géhenne, où il demeurera éternellement, exposé à la colère et à la malédiction du Seigneur, et sera voué à d’immenses tourments.
[94] Ô vous qui croyez ! Lorsque vous entrez en campagne pour la Cause de Dieu, soyez clairvoyants ! Ne vous hâtez pas de traiter en ennemi celui qui vous adresse un salut amical en lui disant : « Tu n’es pas croyant ! », dans le but inavoué de lui prendre ses biens. Sachez que Dieu dispose d’immenses richesses. D’ailleurs, vous-mêmes, vous n’avez pas toujours été croyants avant que Dieu ne vous ait reçus dans Sa grâce. Agissez donc avec discernement, car Dieu est parfaitement Informé de ce que vous faites.
[95] Ceux des croyants qui restent tranquillement chez eux, sans y être astreints par une incapacité quelconque, ne peuvent être considérés comme égaux aux croyants qui, dans le combat qu’ils mènent au service de Dieu, s’exposent aux dangers corps et biens. Aussi Dieu tient-Il en plus grande estime ceux qui Lui sacrifient leurs biens et leurs personnes. Et bien que les promesses divines s’étendent aux uns et aux autres, un rang infiniment supérieur est réservé aux combattants, ainsi qu’une récompense sans limite. [96] Dieu les élèvera de plusieurs degrés auprès de Lui et leur accordera pardon et miséricorde. Dieu est Clément et Miséricordieux.
[97] Les anges, venus ôter la vie à ceux qui avaient agi iniquement envers eux-mêmes, leur demanderont : « Où en étiez-vous sur le plan de la croyance ? » – « Nous faisions partie des opprimés de la Terre », répondront-ils. À quoi les anges répliqueront : « La Terre de Dieu n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre de vous expatrier ? » Ceux-là auront pour séjour l’Enfer – et quelle triste fin sera la leur ! –, [98] à l’exception des impuissants parmi les hommes, les femmes et les enfants qui sont démunis de moyens et incapables de se frayer un chemin. [99] À ceux-là Dieu accordera Son pardon, car Dieu est Indulgent et Miséricordieux.
[100] Quiconque s’expatrie pour servir la Cause de Dieu trouvera sur la Terre de nombreux lieux où s’installer et vivre à l’aise. Quiconque s’expatrie pour servir la Cause de Dieu et de Son Prophète, et que la mort vient surprendre, la récompense de Dieu lui est acquise, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [101] Lorsque vous êtes en déplacement, rien ne s’oppose à ce que vous abrégiez la salât, si vous craignez d’être inquiétés par les infidèles qui sont pour vous des ennemis déclarés.
[102] Lorsque tu te trouves au milieu des combattants et que tu te disposes à diriger la salât, qu’une partie des troupes vienne prier avec toi, tout en gardant ses armes ; et pendant que ceux qui prient se prosternent, les autres devront se tenir derrière eux, prêts à intervenir en cas de danger. Puis un deuxième groupe qui n’a pas encore prié viendra accomplir sa salât avec toi, tandis que le premier groupe qui a déjà effectué sa salât assurera la garde, toujours en armes. En effet, les négateurs n’attendent que l’occasion de vous voir distraits de vos armes et de vos bagages pour fondre sur vous de tout leur poids. Toutefois, il n’y a aucun inconvénient à ce que vous vous soulagiez pour un moment de vos armes si vous êtes gênés par la pluie ou si vous êtes malades ; mais il faut rester constamment vigilants. En vérité, Dieu se charge de réserver aux négateurs un châtiment avilissant. [103] Quand la salât est terminée, continuez à invoquer Dieu, que vous soyez debout, assis ou couchés. Une fois la sécurité retrouvée, reprenez alors l’accomplissement de vos prières normalement, car la salât est une obligation pour les croyants et elle doit avoir lieu à des moments précis.
[104] Ne relâchez pas la pression que vous exercez sur vos ennemis, car si vous souffrez, eux aussi souffrent autant que vous, avec cette différence que la récompense que vous attendez de votre Seigneur, eux n’ont aucun espoir d’en bénéficier. Dieu est Omniscient et Sage.
[105] Nous t’avons révélé le Coran, ce Message de vérité, afin que tu puisses juger entre les hommes d’après ce que Dieu t’aura enseigné. Ne prends donc jamais sur toi de défendre les scélérats !
[106] Mais demande plutôt au Seigneur Son pardon, car Il est Plein de clémence et de compassion. [107] Ne prête pas assistance à ceux qui sont perfides avec eux-mêmes ! Dieu n’aime ni les perfides ni les criminels, [108] qui font tout pour se cacher des hommes et qui ne se cachent pas de Dieu, alors qu’Il est avec eux quand ils tiennent des conciliabules qui Lui déplaisent. Il n’est rien de ce qu’ils font qui puisse échapper à la vigilance du Seigneur. [109] Vous voilà plaidant leur cause en ce monde ! Mais qui, le Jour de la Résurrection, plaidera en leur faveur ? Qui osera leur venir en aide auprès de leur Seigneur ? [110] Celui qui commet une mauvaise action ou se fait du tort à lui-même trouvera toujours auprès de Dieu, s’il implore Son pardon, indulgence et miséricorde. [111] Celui qui commet un péché le commet, en fait, à son propre désavantage. Dieu est Omniscient et Sage. [112] Celui qui fait une faute ou commet un péché puis en accuse un innocent se rend coupable d’une infâme félonie et d’un grave péché.
[113] Sans la grâce et la sollicitude de Dieu en ta faveur, une bande de ces négateurs aurait tenté de t’égarer. Mais, en réalité, ils n’égarent qu’eux-mêmes et ne peuvent te causer aucun tort, car Dieu t’a révélé le Coran et la sagesse, et t’a enseigné ce que tu ne savais pas. Ainsi, la sollicitude du Seigneur à ton égard a été immense.
[114] Il n’y a rien de bon dans les conversations secrètes qu’ils tiennent, sauf lorsqu’il s’agit d’ordonner une aumône, d’accomplir une bonne action ou de rétablir la paix entre les hommes. Celui qui agit ainsi pour plaire à Dieu, Nous lui attribuerons une magnifique récompense. [115] Mais celui qui se détache volontairement du Prophète, après avoir eu connaissance de la Voie du salut, pour suivre un chemin autre que celui des croyants, celui-là Nous l’abandonnerons au destin qu’il s’est choisi et Nous le précipiterons ensuite dans la Géhenne, pour qu’il y subisse son triste sort.
[116] Dieu ne pardonne pas qu’on Lui associe quoi que ce soit, mais Il pardonne à qui Il veut des péchés de moindre importance, car qui associe à Dieu s’égare profondément. [117] Mais, au fond, qu’invoquent-ils en dehors de Dieu, sinon des symboles féminins, ainsi qu’un démon rebelle [118] que Dieu a maudit, et qui a eu l’insolence de dire au Seigneur : « Je prendrai, de Tes serviteurs, une partie déterminée. [119] Je les égarerai, je leur inspirerai de vains espoirs, je les inciterai à fendre les oreilles du bétail et je leur ordonnerai d’altérer la Création du Seigneur. » ? Quiconque prendra Satan pour maître à la place de Dieu est voué à une perte certaine, [120] car Satan fait des promesses aux hommes et les berce de vains espoirs ; mais ses promesses sont toujours trompeuses et illusoires. [121] Ceux qui le suivront auront pour séjour l’Enfer auquel ils ne pourront échapper.
[122] Quant à ceux qui ont la foi et qui accomplissent de bonnes œuvres, Nous les ferons entrer dans des Jardins baignés d’eaux vives, où ils demeureront éternellement, en vertu d’une promesse solennelle du Seigneur. Et quelle promesse est plus digne d’être crue que Celle du Seigneur ? [123] Votre salut ne dépend ni de vos souhaits ni des souhaits des gens des Écritures ! Quiconque fait du mal aura à en répondre et ne trouvera personne, en dehors de Dieu, pour le protéger ou le secourir. [124] Tous ceux, hommes ou femmes, qui, en revanche, auront accompli de bonnes œuvres tout en ayant la foi seront admis au Paradis ; et tout dommage, même le plus infime, leur sera épargné. [125] Qui donc professe une meilleure religion que celui qui se soumet à Dieu, tout en faisant le bien et en suivant le culte d’Abraham, ce monothéiste exemplaire dont Dieu a agréé l’amitié ? [126] Dieu est le Maître des Cieux et de la Terre et Sa science s’étend à toute chose.
[127] Ils te consultent au sujet des femmes, réponds-leur : « Dieu vous dictera Ses directives à leur sujet, en plus de ce qui vous a déjà été révélé dans le Coran à propos des orphelines auxquelles vous ne remettez pas ce qui leur est prescrit et que vous désirez épouser, et au sujet des mineurs sans soutien. » Sachez que Dieu vous prescrit de traiter tous ces orphelins avec la plus grande équité, car quelque bien que vous fassiez, Dieu en est parfaitement Informé.
[128] Au cas où une femme constate de la part de son mari une attitude hostile ou un certain refroidissement, il n’y a aucun inconvénient à ce que les deux époux s’ingénient à trouver une formule qui leur permette de se réconcilier, car rien ne vaut la réconciliation, étant donné que l’égoïsme est inhérent à la nature humaine. Sachez que si vous faites preuve de générosité et de piété, Dieu en sera parfaitement Informé ! [129] Vous ne parviendrez jamais à traiter toutes vos femmes sur le même pied d’égalité, quel que soit le soin que vous y apportiez. Ne soyez donc pas trop partiaux au point de laisser l’une d’entre elles dans une fausse situation. Si vous établissez la concorde dans vos foyers, si vous fuyez toute iniquité, sachez que Dieu est Clément et Miséricordieux.
[130] Si les deux époux préfèrent se séparer, Dieu, dans Sa généreuse bonté, assurera à chacun d’eux un meilleur destin, car Dieu est Plein de largesses et Sa sagesse est infinie !
[131] C’est à Dieu qu’appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre. Nous avons déjà recommandé à ceux qui ont reçu avant vous les Écritures, ainsi qu’à vous-mêmes, de craindre le Seigneur. Mais si vous préférez l’impiété, cela importe peu à Dieu, car à Lui appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre. Dieu Se suffit à Lui-même et Il est Digne de louange. [132] Dieu détient le Royaume des Cieux et de la Terre ; Sa protection est largement suffisante ; [133] et il ne tient qu’à Lui, s’Il le veut, ô hommes, de vous faire disparaître et de vous remplacer par d’autres créatures. Dieu a tout pouvoir pour le faire ! [134] Que celui qui recherche la récompense de ce monde sache que cette récompense et celle de la vie future sont entre les mains du Seigneur qui sait tout et entend tout.
[135] Ô vous qui croyez ! Observez la stricte vérité quand vous témoignez devant Dieu, fût-ce contre vous-mêmes, vos parents ou vos proches. Que ce témoignage concerne un riche ou un pauvre, Dieu porte plus d’intérêt à l’un et à l’autre que vous-mêmes. Ne vous fiez pas à vos impulsions au détriment de l’équité. Mais si vous portez un faux témoignage ou si vous refusez de témoigner, sachez que Dieu est de tous vos actes parfaitement Informé.
[136] Ô vous qui croyez ! Ayez toujours foi en Dieu, en Son Prophète, au Coran qu’Il lui a révélé et aux Écritures qui l’ont précédé ! Quiconque renie Dieu, Ses anges, Ses Livres, Ses prophètes et le Jour dernier s’écarte à jamais de la Vérité. [137] Ceux qui, après avoir cru, renient leur foi, puis la retrouvent pour la perdre à nouveau et s’enfermer dans l’impiété, Dieu ne leur pardonnera jamais ni ne les remettra dans la bonne voie. [138] Pour toute bonne nouvelle, annonce aux hypocrites qu’un châtiment douloureux leur est réservé ! [139] Ces hypocrites qui prennent leurs alliés parmi les infidèles, de préférence aux croyants, comme s’ils étaient à la recherche de la puissance auprès d’eux. Eh bien ! Qu’ils sachent que la puissance, toute la puissance, n’appartient qu’à Dieu !
[140] Il vous a déjà été enseigné dans le Coran que, lorsque vous entendez les impies traiter de mensonge les versets de Dieu et les tourner en dérision, vous devez aussitôt quitter leur compagnie, à moins qu’ils ne changent de sujet ; autrement, vous deviendriez leurs complices et Dieu réunira ensemble dans l’Enfer hypocrites et infidèles,
[141] qui sont toujours là à vous épier. Si Dieu vous accorde une victoire, ils disent : « N’étions-nous pas là pour vous appuyer ? » Mais si le combat tourne à l’avantage des infidèles, aussitôt ils leur déclarent : « N’étions-nous pas là pour vous couvrir et vous protéger des musulmans ? » Dieu vous départagera au Jour dernier. Mais Dieu ne permettra jamais aux infidèles de l’emporter sur les croyants.
[142] Les hypocrites croient pouvoir tromper Dieu, mais Dieu fait toujours retourner leurs stratagèmes contre eux-mêmes. C’est ainsi que, quand ils s’apprêtent à faire la salât, ils la font avec paresse et ostensiblement, et n’invoquent Dieu que très rarement. [143] Toujours indécis, ne sachant quel parti prendre, ils ne sont ni avec les uns ni avec les autres. Ceux que Dieu égare ne trouveront jamais plus leur voie.
[144] Ô vous qui croyez ! Gardez-vous de prendre vos alliés parmi les infidèles plutôt que parmi les croyants ! Voudriez-vous donner à Dieu une raison valable de vous punir ? [145] En vérité, les hypocrites seront relégués au plus bas degré de l’Enfer, où ils ne pourront recevoir aucun secours, [146] excepté ceux qui se repentent, s’amendent et s’attachent fermement à Dieu en Lui vouant un culte sincère. Ceux-là rejoindront les croyants auxquels Dieu attribuera une récompense sans limites. [147] Dieu n’a que faire de vous châtier si vous Lui êtes reconnaissants et si vous avez foi en Lui, car Dieu saura toujours gré à ceux qui Lui sont reconnaissants, et Sa science embrasse tout l’Univers.
[148] Dieu a horreur des propos méchants émis à haute voix, à moins que l’on ne soit victime d’une injustice. Dieu est Audient et Omniscient. [149] Que vous fassiez le bien publiquement ou secrètement, ou que vous pardonniez le mal, sachez que Dieu est Absoluteur et Omnipotent.
[150] Ceux qui nient Dieu et Ses prophètes, qui tentent de séparer Dieu de Ses messagers en disant : « Nous croyons aux uns et rejetons les autres », voulant ainsi se réserver une voie intermédiaire ; [151] ceux-là sont les véritables impies, et c’est à ces impies que Nous avons réservé un châtiment avilissant. [152] Ceux qui, en revanche, croient en Dieu et en Ses prophètes sans faire aucune distinction entre ces derniers, Dieu leur accordera leur rétribution, car Il est Clément et Miséricordieux.
[153] Les gens des Écritures insistent pour que tu fasses descendre à leur intention un Livre du Ciel ! N’avaient-ils pas demandé à Moïse bien plus encore quand ils lui avaient dit : « Fais-nous voir Dieu face à face ! » ? Aussi furent-ils frappés par la foudre en punition de tant d’insolence. Puis ils se mirent à adorer le Veau d’or, en dépit des preuves évidentes qu’ils avaient reçues. Nous leur pardonnâmes cependant leurs erreurs et Nous dotâmes Moïse d’une autorité certaine. [154] Nous avons dressé au-dessus de leurs têtes le mont Sinaï, en échange de l’alliance qu’ils ont contractée et Nous leur avons dit : « Prosternez-vous en franchissant la porte ! » Et Nous avons ajouté : « Ne transgressez pas le Sabbat ! », en leur faisant prendre à ce sujet un engagement solennel.
[155] Mais qu’est-il advenu de leur engagement ? Ils n’ont pas hésité à le dénoncer, à nier les signes de Dieu, à assassiner injustement les prophètes et à déclarer que leurs cœurs étaient insensibles à toute croyance, alors qu’en réalité c’est Dieu qui avait scellé leurs cœurs, en raison de leur infidélité, au point que seul un petit nombre parmi eux peuvent être considérés comme de vrais croyants. [156] Ce châtiment, ils l’ont bien mérité en raison de leur infidélité et à cause de l’ignoble calomnie qu’ils ont fait courir sur Marie, [157] et également pour avoir dit : « Nous avons tué le Messie, Jésus, fils de Marie, prophète de Dieu », alors qu’ils ne l’ont point tué et qu’ils ne l’ont point crucifié, mais ont été seulement victimes d’une illusion, car même ceux qui se sont livrés ensuite à des controverses à son sujet sont encore réduits, faute de preuves, à de simples conjectures. En réalité, ils ne l’ont point tué, [158] mais c’est Dieu qui l’a élevé vers Lui, car Dieu est Puissant et Sage. [159] Il n’est pas une personne, parmi les gens des Écritures, qui ne croira pas en lui avant sa mort. Et, au Jour du Jugement, il se présentera pour témoigner contre eux. [160] C’est en raison de leur iniquité et du grand nombre de gens qu’ils ont détournés de la Voie de Dieu que Nous avons interdit aux juifs l’usage d’excellentes nourritures autrefois autorisées. [161] C’est aussi à cause de la pratique de l’usure, bien qu’elle leur ait été interdite, et de leur habitude de s’accaparer injustement des biens d’autrui, que Nous avons préparé pour ceux d’entre eux qui sont infidèles de terribles tourments.
[162] Mais ceux d’entre eux qui sont enracinés dans la science, ainsi que ceux qui croient aux révélations qui t’ont été faites et à celles qui les ont précédées, qui observent la salât, s’acquittent de la zakât, croient en Dieu et au Jugement dernier, à tous ceux-là Nous accorderons une belle récompense.
[163] Nous t’avons fait des révélations, comme Nous en avons fait à Noé et aux prophètes qui l’ont suivi, comme Nous en avons fait à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, aux apôtres des douze Tribus ; à Jésus, Job, Jonas, Aaron, Salomon, et à David auquel furent révélés les Psaumes. [164] Il y a des prophètes dont Nous t’avons précédemment narré le récit, et d’autres sur lesquels Nous ne t’avons rien dit. Il est certain que Dieu a adressé la parole de vive voix à Moïse. [165] Tous ces prophètes ont eu pour mission d’annoncer la bonne nouvelle aux hommes et de les avertir, afin qu’ils n’aient, une fois la mission des prophètes accomplie, aucune excuse à invoquer devant le Seigneur. Dieu est Puissant et Sage.
[166] C’est Dieu Lui-même qui témoigne de ce qui t’a été révélé à bon escient, et les anges en témoignent aussi, quoique le témoignage de Dieu soit largement suffisant. [167] Ceux qui donc rejettent la foi et s’emploient à détourner les autres de la Voie de Dieu se fourvoient fort loin dans leur égarement. [168] Ceux qui rejettent la foi et se comportent iniquement, jamais Dieu ne leur pardonnera, ni ne les guidera vers une autre voie [169] que celle de la Géhenne où ils demeureront éternellement, car il n’est rien d’aussi facile pour le Seigneur !
[170] Ô hommes ! Le Prophète vous a apporté la Vérité de la part de votre Seigneur. Croyez-y dans votre propre intérêt ! Mais si vous refusez d’y croire, cela importe peu au Seigneur ! N’est-Il pas le Maître des Cieux et de la Terre, l’Omniscient, le Sage ?
[171] Ô gens des Écritures ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion ! Dites uniquement la vérité sur Dieu ! Le Messie Jésus, fils de Marie, est seulement l’envoyé de Dieu, Son Verbe déposé dans le sein de Marie, un Esprit émanant du Seigneur ! Croyez en Dieu et en Ses prophètes, mais ne parlez pas de Trinité ! Cessez d’en parler dans votre propre intérêt ! Il n’y a qu’un seul Dieu ! Et Il est trop Glorieux pour avoir un fils ! N’est-Il pas le Maître des Cieux et de la Terre ? N’est-Il pas suffisant comme Protecteur ? [172] Jamais le Messie n’a trouvé indigne de lui d’être le serviteur de Dieu, pas plus que les anges qui sont les plus proches de Son Trône. Dieu fera comparaître devant Lui pour les juger ceux qui, par orgueil, auront refusé de L’adorer.
[173] Ceux qui auront cru et auront fait le bien, Dieu leur accordera une large récompense, en y ajoutant un surcroît de Sa grâce ; quant à ceux dont l’arrogance et l’orgueil les auront détournés de la foi, un châtiment douloureux leur sera infligé et ils ne trouveront, en dehors de Dieu, ni défenseur ni protecteur.
[174] Ô hommes ! Une preuve irréfutable vient de vous être envoyée par votre Seigneur, et Nous avons fait descendre sur vous une Lumière éclatante ! [175] Ceux qui croient en Dieu et s’attachent à Lui, Dieu les admettra dans le sein de Sa miséricorde et de Sa grâce, et les guidera vers Lui, sur le droit chemin.
[176] Ils te consultent sur les droits des collatéraux. Dis-leur : « Voici ce que Dieu prescrit au sujet des collatéraux. Si un homme décède sans postérité, ne laissant qu’une sœur, celle-ci aura la moitié de l’héritage. Si c’est elle qui décède, sans laisser d’enfants, son frère aura droit à tout l’héritage. Si le défunt sans postérité laisse deux sœurs, celles-ci auront droit aux deux tiers de la succession. Mais s’il laisse des frères et des sœurs, la part d’un mâle sera égale à celle de deux sœurs. » Dieu vous donne cette explication pour que vous ne tombiez pas dans l’erreur, car Dieu a connaissance de toute chose.

5. Sourate de la Table (Al-Mâ’ida)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô croyants ! Respectez vos engagements ! Il vous est permis de consommer la chair des bêtes d’élevage, excepté celle des animaux qui vous seront énumérés. La chasse vous est interdite lorsque vous êtes en état de sacralisation. Dieu dicte, en vérité, ce qu’Il veut. [2] Ô vous qui croyez ! Ne profanez ni les rites de Dieu, ni le mois sacré, ni les offrandes, ni les guirlandes, ni les pèlerins qui se dirigent vers le Temple sacré en quête de la grâce et de l’agrément de leur Seigneur. Une fois désacralisés, il vous sera loisible de vous livrer à la chasse. Que l’aversion que vous ressentez pour ceux qui vous ont empêchés naguère de vous approcher de la Mosquée sacrée ne vous pousse pas à commettre des agressions ! Soyez plutôt solidaires dans la charité et la piété et non dans le péché et l’agression ! Craignez Dieu, car Dieu est Redoutable quand Il sévit.
[3] Il vous est interdit de consommer la bête morte, le sang, la viande de porc, celle d’un animal immolé à d’autres divinités qu’à Dieu, la bête étranglée, assommée, morte d’une chute ou d’un coup de corne, ou celle qui a été entamée par un carnassier – à moins qu’elle n’ait été égorgée à temps –, ainsi que celle qui a été immolée sur un autel païen. Il vous est également interdit de consulter le sort au moyen de flèches divinatoires, car cela ne peut être que perversité. Désormais, les négateurs ont perdu tout espoir de vous détourner de votre religion. Ne les craignez plus ! Mais craignez-Moi ! Aujourd’hui, J’ai amené votre religion à son point de perfection ; Je vous ai accordé Ma grâce tout entière et J’ai agréé l’islam pour vous comme religion ! Celui qui, en période de disette, aura contrevenu à ce qui précède, par nécessité et non par désir de mal faire, sera absous, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[4] Ils t’interrogeront sur ce qui leur est permis. Dis-leur : « Tout ce qui est bon vous est permis. Vous pouvez manger, après avoir invoqué sur lui le Nom de Dieu, le gibier saisi par les animaux de proie que vous avez dressés, comme les chiens de chasse, d’après ce que Dieu vous a enseigné. Craignez Dieu ! Dieu est prompt dans Ses comptes. [5] Toute nourriture bonne et pure vous est désormais permise. La nourriture de ceux qui ont reçu les Écritures est aussi licite pour vous, de même que la vôtre l’est pour eux. Pour ce qui est du mariage, il vous est permis de vous marier aussi bien avec d’honnêtes musulmanes qu’avec d’honnêtes femmes appartenant à ceux qui ont reçu les Écritures avant vous, à condition de leur verser leur dot, de vivre avec elles, en union régulière, loin de toute luxure et de tout concubinage. Celui qui trahit sa foi perd le fruit de ses bonnes œuvres et sera du nombre des perdants dans la vie future. »
[6] Ô croyants ! Lorsque vous vous disposez à faire la salât, faites d’abord vos ablutions en vous lavant le visage et les mains jusqu’aux coudes, en vous passant les mains mouillées sur la tête et en vous lavant les pieds jusqu’aux chevilles. Mais si vous êtes en état d’impureté, lavez-vous tout le corps. Si vous êtes malades ou en voyage, si vous venez de satisfaire vos besoins naturels, si vous avez eu commerce avec des femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, faites des ablutions symboliques avec de la terre propre en vous en essuyant le visage et les mains. Dieu n’entend vous imposer aucune gêne ; Il veut seulement vous purifier et parachever Ses bienfaits envers vous. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants ?
[7] Rappelez-vous les bienfaits que Dieu vous a accordés ! N’oubliez pas le pacte qu’Il a conclu avec vous, lorsque vous avez dit : « Nous avons entendu et nous avons obéi ! » Craignez donc Dieu, car Dieu sait parfaitement tout ce que recèlent les cœurs.
[8] Ô vous qui croyez ! Soyez fermes dans l’accomplissement de vos devoirs envers Dieu, et impartiaux quand vous êtes appelés à témoigner ! Que l’aversion que vous ressentez pour certaines personnes ne vous incite pas à commettre des injustices ! Soyez équitables, vous n’en serez que plus proches de la piété ! Craignez Dieu ! Dieu est si bien Informé de ce que vous faites. [9] Dieu a promis à ceux qui croient et accomplissent de bonnes œuvres Son pardon et une magnifique récompense.
[10] Quant à ceux qui rejettent la foi et traitent Nos signes de mensonges, ceux-là seront voués au Feu. [11] Ô vous qui croyez ! Souvenez-vous des bienfaits dont Dieu vous a comblés en détournant la main de ce peuple qui s’apprêtait à la porter sur vous ! Craignez Dieu, car c’est en Lui que les croyants doivent mettre leur confiance !
[12] Dieu avait reçu l’engagement des fils d’Israël et suscité douze chefs parmi eux. « Je suis avec vous, leur dit le Seigneur. Si vous observez la salât et acquittez la zakât ; si vous croyez en Mes prophètes et leur prêtez assistance ; si vous consentez un prêt gracieux à Dieu, Je vous pardonnerai vos mauvaises actions et vous admettrai dans des Jardins sous lesquels coulent des rivières. Quiconque parmi vous fera par la suite preuve d’infidélité aura bel et bien perdu le droit chemin. » [13] Mais comme ils ont par la suite violé leur engagement, Nous les avons maudits et avons endurci leurs cœurs. Depuis, ils s’emploient à altérer le sens des Écritures, allant même jusqu’à oublier une partie des avertissements qu’ils avaient reçus et, à l’exception d’un petit nombre d’entre eux, tu iras de trahison en trahison de leur part. Mais pardonne-leur et ne leur tiens pas rigueur, car Dieu aime, en vérité, ceux qui sont bienveillants.
[14] Nous avons accepté également l’engagement de ceux qui se disent chrétiens. Mais eux aussi ont oublié une partie des avertissements qui leur avaient été donnés. Aussi avons-Nous suscité entre eux inimitié et haine jusqu’au Jour de la Résurrection, où Dieu leur fera comprendre le sens de leurs actions.
[15] Ô gens des Écritures ! Notre Prophète est venu mettre en évidence pour vous une grande partie des Écritures que vous teniez cachée, tout en passant sur bien d’autres choses. C’est une lumière émanant de Dieu, qui est venue vous éclairer ainsi qu’un Livre explicite, [16] par lequel Dieu met sur les sentiers du salut ceux qui aspirent à Sa grâce et, par Sa volonté, les arrache des ténèbres vers la lumière et les dirige dans le droit chemin. [17] Ceux qui disent que Dieu n’est autre que le Christ, fils de Marie, sont de véritables négateurs. Dis-leur : « Qui donc pourrait s’opposer à Dieu s’Il voulait anéantir le Messie, fils de Marie, ainsi que sa mère et tous les êtres qui peuplent la Terre ? » Dieu n’est-Il pas le Maître des Cieux, de la Terre et de l’espace qui les sépare ? Il crée ce qu’Il veut et Sa puissance s’étend à tout l’Univers.
[18] Les juifs et les chrétiens affirment : « Nous sommes les fils de Dieu et Ses favoris ! » Dis-leur : « Pourquoi alors vous punit-Il pour vos péchés ? En réalité, vous n’êtes que de simples mortels faisant partie de ce qu’Il a créé. Il pardonne à qui Il veut et Il punit qui Il veut. » Car c’est Lui le Maître des Cieux, de la Terre et de l’espace interstellaire, et c’est à Lui que tout fera retour.
[19] Ô vous qui avez reçu les Écritures ! Notre Prophète est venu vous instruire, après une longue période restée sans prophétie, afin que vous ne puissiez dire : « Personne n’est venu nous annoncer la bonne nouvelle ni nous avertir. » Le voici donc cet annonciateur et cet avertisseur parmi vous ! Dieu a pouvoir sur toute chose !
[20] Souvenez-vous quand Moïse dit à son peuple : « Ô mon peuple ! Soyez reconnaissants des bienfaits de Dieu à votre égard, lorsqu’Il a choisi parmi vous des prophètes, a fait de vous des rois, et vous a accordé ce qu’Il n’a accordé à nul autre. [21] Ô mon peuple ! Entrez dans la Terre sainte que Dieu vous assigne. Évitez surtout de retourner sur vos pas, car vous seriez les grands perdants ! » [22] – « Ô Moïse, répondirent les israélites, cette terre est occupée par un peuple redoutable, et nous ne pourrons nous y risquer que quand ils l’auront évacuée. S’ils en sortent, nous sommes disposés à y entrer. » [23] Deux hommes d’entre eux qui craignaient Dieu et qui étaient animés par Sa grâce dirent alors : « Forcez leur porte et, une fois que vous l’aurez franchie, vous serez les vainqueurs ! C’est à Dieu que vous devez vous en remettre, si vous êtes des croyants sincères ! »
[24] – « Ô Moïse, s’écrièrent-ils, jamais nous n’y entrerons tant qu’ils ne l’auront pas quittée ! Allez-y, toi et ton Dieu, pour les combattre ! Quant à nous, nous resterons là à attendre ! » [25] – « Seigneur, dit Moïse, je n’ai de pouvoir que sur moi et mon frère. Éloigne de nous ce peuple pervers ! » [26] – « Cette terre, dit le Seigneur, leur sera interdite pendant quarante ans durant lesquels ils seront appelés à errer de par le monde. Ne te tourmente donc pas pour un peuple aussi pervers ! »
[27] Raconte-leur l’histoire des deux fils d’Adam telle qu’elle s’est déroulée. Chacun des deux frères avait fait une offrande ; mais celle de l’un fut acceptée, alors que celle de l’autre ne le fut point. « Je te tuerai », dit ce dernier à son frère, qui lui répondit : « Que veux-tu, Dieu n’accepte que de ceux qui Le craignent ! [28] Et si tu portes la main sur moi pour me tuer, je n’en ferai pas de même, car je crains trop mon Seigneur, le Maître de l’Univers, pour commettre un pareil crime ! [29] Je préfère que tu te charges, seul, de mes péchés et des tiens, et tu seras alors voué à la Géhenne qui est la juste récompense des criminels. » [30] Mais n’obéissant qu’à son instinct bestial, Caïn fut entraîné au meurtre de son frère. Il le tua donc et se trouva de ce fait du nombre des réprouvés. [31] Dieu envoya alors un corbeau qui se mit à gratter le sol pour lui indiquer comment inhumer le cadavre de son frère. Alors le meurtrier s’écria : « Malheur à moi ! Suis-je donc incapable d’imiter ce corbeau et d’ensevelir la dépouille de mon frère ? » Et, depuis lors, il ne cessa d’être rongé par d’intenses remords.
[32] Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d’Israël : « Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » Malgré les multiples et irréfutables preuves qui leur furent apportées par Nos prophètes, beaucoup d’entre eux n’en continuèrent pas moins à commettre des excès sur la Terre. [33] La seule récompense de ceux qui font la guerre à Dieu et à Son Prophète, et qui provoquent le désordre sur la Terre, est qu’ils soient mis à mort, crucifiés ou amputés d’une main et d’un pied par ordre croisé, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera une dégradation pour eux, dans ce monde, en plus du terrible châtiment qui les attend dans la vie future, [34] à l’exception de ceux qui se repentent avant de tomber en votre pouvoir. Sachez que Dieu est Clément et Miséricordieux.
[35] Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et efforcez-vous de trouver le moyen de vous rapprocher de Lui ! Déployez vos efforts pour Sa cause, ainsi vous réussirez ! [36] Les négateurs posséderaient-ils toutes les richesses de la Terre, voire le double de ces richesses, et les offriraient-ils pour échapper au châtiment du Jour de la Résurrection que leurs offres ne seraient pas acceptées. Leur supplice sera atroce,
[37] et tous les efforts qu’ils déploieront pour sortir de l’Enfer seront vains, car leur supplice y sera éternel.
[38] Au voleur et à la voleuse, coupez la main en punition de leurs forfaits. Telle est la sanction dissuasive prescrite par Dieu, et Dieu est Puissant et Sage. [39] Cependant, celui qui se sera repenti une fois son forfait accompli et se sera amendé, Dieu accueillera son repentir, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [40] Ne sais-tu pas que Dieu est le Maître des Cieux et de la Terre ? Il punit qui Il veut et pardonne à qui Il veut, car Sa puissance n’a point de limite.
[41] Ô Prophète ! Ne t’afflige pas à cause de ceux qui courent à l’envi vers l’infidélité, tant parmi ceux qui proclament du bout des lèvres leur foi sans que le cœur y soit que parmi les juifs qui, friands de mensonges, prêtent une oreille complaisante aux discours de ceux qui ne viennent jamais écouter les tiens, qui s’emploient à altérer le sens des Écritures et disent aux leurs : « Si on vous propose telle idée, acceptez-la ; sinon, soyez sur vos gardes ! » En vérité, tu ne pourras rien pour sauver ceux que Dieu a décidé de mettre dans le désarroi et dont Il ne veut pas purifier les cœurs. Ceux-là seront couverts d’opprobre dans ce monde et subiront de terribles tourments dans la vie future.
[42] Ils sont toujours friands de mensonges, toujours avides de gains illicites. S’ils s’adressent à toi pour arbitrer un différend, libre à toi d’en juger ou de t’en abstenir. Si tu t’abstiens d’intervenir, ils ne sauront te nuire en aucune manière ; mais si tu les juges, fais-le en toute équité ! Dieu aime ceux qui sont équitables. [43] D’ailleurs, pourquoi te soumettraient-ils leurs différends alors qu’ils détiennent la Thora où sont réunies les sentences du Seigneur, si ce n’est pour récuser ensuite tout jugement quand il leur est défavorable ? Ces gens-là n’ont rien de commun avec les croyants.
[44] En vérité, Nous avons révélé la Thora comme guide et comme lumière. Et c’est sur la base de ce Livre que les prophètes, soumis à la Volonté de Dieu, ainsi que les rabbins et les grands théologiens, en tant que gardiens et témoins de cette Écriture, devaient rendre la justice entre les juifs. Ne redoutez donc pas les hommes, mais redoutez-Moi ! Ne troquez pas Mes enseignements à vil prix ! Ceux qui ne jugent pas d’après ce que Dieu a révélé sont de véritables négateurs ! [45] Nous leur avons prescrit dans la Thora : vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille pour oreille, dent pour dent. Quant aux blessures, elles tombent sous la loi du talion. Quiconque renonce par charité à ce droit obtiendra la rémission de ses péchés. Ceux qui ne jugent pas d’après ce que Dieu a révélé, ceux-là sont les injustes.
[46] Nous envoyâmes, à leur suite, Jésus, fils de Marie, qui vint confirmer le contenu de la Thora précédemment révélée. Nous le dotâmes de l’Évangile qui est à la fois un guide et une lumière corroborant la Thora et servant en même temps de direction et d’exhortation pour ceux qui craignent le Seigneur. [47] Que les gens de l’Évangile jugent donc d’après ce que Dieu y a révélé ! Ceux qui ne se conforment pas, dans leur jugement, à ce que Dieu a révélé, ceux-là sont des pervers.
[48] À toi aussi Nous avons révélé le Coran, expression de la pure Vérité, qui est venu confirmer les Écritures antérieures et les préserver de toute altération. Juge donc entre eux d’après ce que Dieu t’a révélé. Ne suis pas leurs passions, loin de la Vérité qui t’est parvenue. À chacun de vous Nous avons tracé un itinéraire et établi une règle de conduite qui lui est propre. Et si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait de vous une seule et même communauté ; mais Il a voulu vous éprouver pour voir l’usage que chaque communauté ferait de ce qu’Il lui a donné. Rivalisez donc d’efforts dans l’accomplissement de bonnes œuvres, car c’est vers Dieu que vous ferez tous retour, et Il vous éclairera alors sur l’origine de vos disputes.
[49] Juge donc entre eux d’après ce que Dieu t’a révélé, sans rien céder à leurs passions. Prends garde que leur influence ne t’écarte de certains commandements qui t’ont été révélés ! S’ils refusent ton jugement, c’est le signe, sache-le, que Dieu veut leur infliger la sanction de quelques-uns de leurs crimes, car beaucoup d’hommes sont pervers. [50] Regretteraient-ils les sentences rendues au temps de la période païenne ? Mais qui donc est meilleur juge que Dieu pour un peuple qui a foi en Lui ?
[51] Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas les juifs et les chrétiens pour alliés. Ils sont alliés les uns des autres. Quiconque parmi vous les prend pour alliés sera des leurs. Dieu ne guide pas les traîtres. [52] C’est ainsi qu’on voit certains individus à la foi chancelante courir après de telles alliances, en disant : « Nous craignons d’être victimes d’un revirement du sort ! » Et, cependant, il est certain que Dieu accorde aux croyants la victoire ou leur ménage une issue favorable, et que ces gens-là soient alors réduits à regretter les projets qu’ils avaient secrètement nourris. [53] Et les vrais croyants de s’exclamer, en disant : « Sont-ce bien ceux-là qui attestaient par Dieu, par les plus graves de leurs serments, qu’ils étaient avec vous ? » C’est ainsi que toutes leurs bonnes œuvres ont été réduites à néant et qu’ils se sont retrouvés parmi les perdants.
[54] Ô vous qui croyez ! Si certains d’entre vous renient leur foi, Dieu fera surgir d’autres hommes qu’Il aimera et qui L’aimeront. Humbles avec les croyants, durs envers les négateurs, ils combattront au service de Dieu, sans la crainte d’aucun reproche. Telle est la grâce de Dieu, qu’Il accorde à qui Il veut, car Dieu est le Détenteur des faveurs et l’Omniscient.
[55] Vous n’avez d’autres alliés que Dieu, Son Prophète et les croyants qui accomplissent la salât, s’acquittent de la zakât et s’inclinent devant le Seigneur. [56] Ceux qui prennent pour alliés Dieu, Son Prophète et les croyants formeront le parti de Dieu, et c’est le parti de Dieu qui est le gagnant !
[57] Ô vous qui croyez ! Ne prenez vos alliés ni parmi ceux qui ont reçu l’Écriture avant vous ni parmi les idolâtres qui raillent votre religion et la tournent en dérision. Craignez Dieu, si vous êtes de vrais croyants.
[58] C’est ainsi que, quand ils entendent votre appel à la salât, ils le tournent en dérision et en font un sujet de plaisanterie. Et c’est là le signe de leur extravagance. [59] Dis : « Ô gens des Écriture ! Qu’avez-vous donc à nous reprocher, sinon de croire en Dieu et à Ses révélations présentes et passées, alors que la plupart d’entre vous sont pervers ? » [60] Dis : « Voulez-vous que je vous indique la pire des sanctions auprès de Dieu ? C’est celle qui est réservée à ceux que Dieu a maudits, à ceux qui ont encouru Sa colère et dont Il fait des singes et des porcs, et à ceux qui adorent des idoles ! Voilà ceux qui sont voués au plus misérable des destins, ceux qui sont les plus éloignés du droit chemin ! » [61] Quand ils se présentent à vous, ils vous disent : « Nous sommes des croyants. » Mais c’est en négateurs qu’ils sont entrés, et c’est en négateurs qu’ils sont sortis ! Dieu est le mieux Informé de ce qu’ils dissimulent. [62] L’on voit un grand nombre d’entre eux s’empresser de commettre des péchés et des agressions ; de se repaître de gains illicites. Quel ignoble comportement que le leur ! [63] Pourquoi leurs rabbins et leurs grands théologiens ne leur interdisent-ils pas de tenir des propos coupables et de vivre de spéculations illicites ? Quelle vilaine chose que leur silence ! [64] » La main de Dieu est entravée », disent les juifs. Entravées soient leurs propres mains, et maudits soient-ils eux-mêmes pour ce blasphème ! Bien au contraire, les deux mains de Dieu sont largement ouvertes et Il dispense Ses dons comme Il l’entend. Mais les révélations que tu reçois de ton Seigneur ne feront qu’accroître, chez beaucoup d’entre eux, leur esprit de révolte et leur impiété. Nous avons suscité parmi eux l’inimitié et la haine, et il en sera ainsi jusqu’au Jour du Jugement dernier. Chaque fois qu’ils allument le feu de la guerre, Dieu l’éteint aussitôt. Ils s’appliquent à répandre la corruption sur la Terre, alors que Dieu n’aime pas les corrupteurs.
[65] Si les gens des Écritures avaient la foi et craignaient Dieu, Nous aurions pardonné leurs péchés et Nous les aurions admis dans les Jardins du délice. [66] S’ils observaient la Thora, l’Évangile et les révélations que leur Seigneur leur a envoyées, ils jouiraient certainement des biens du Ciel et de ceux de la Terre. Certes, il existe bien parmi eux des gens du juste milieu, mais il en est tant d’autres dont la conduite est déplorable.
[67] Ô Prophète ! Communique ce que ton Seigneur t’a révélé ! Si tu négliges de le faire, tu auras failli à ta mission ! Dieu te protégera des hommes, mais Dieu ne guidera jamais les négateurs. [68] Dis : « Ô gens des Écritures ! Tant que vous ne vous conformerez pas à la Thora, à l’Évangile et à ce qui vous a été révélé par le Seigneur, vous n’accomplirez rien de valable ! » Certes, les révélations que tu as reçues de ton Seigneur ne feront qu’accroître chez beaucoup d’entre eux l’esprit de révolte et d’infidélité. Cesse donc de t’inquiéter d’un peuple aussi pervers.
[69] En vérité, ceux qui ont cru, ainsi que les juifs, les sabéens et les chrétiens, ceux qui ont cru en Dieu, au Jugement dernier et qui ont fait le bien, seront préservés de toute crainte et ne seront point affligés. [70] Nous avons pris acte de l’engagement des fils d’Israël et Nous leur avons envoyé des prophètes. Mais chaque fois que ces prophètes leur apportaient des messages qui heurtaient leurs penchants, tantôt ils les traitaient d’imposteurs, tantôt ils les mettaient à mort.
[71] Et, pensant qu’il n’y aurait aucune sanction contre eux, ils faisaient les aveugles et les sourds. Puis Dieu accepta leur repentir, mais beaucoup d’entre eux ne continuèrent pas moins à se montrer aveugles et sourds, pendant que Dieu observait parfaitement leurs agissements.
[72] Sont de véritables négateurs ceux qui disent : « Dieu, c’est le Messie, fils de Marie. » Le Messie n’a-t-il pas dit lui-même : « Ô Fils d’Israël ! Adorez Dieu qui est mon Seigneur et le Vôtre. » Quiconque donne des associés à Dieu, Dieu lui interdira l’entrée du Paradis et lui réservera l’Enfer pour séjour ; les injustes ne bénéficieront d’aucun secours.
[73] Sont aussi impies ceux qui disent : « Dieu est le troisième d’une Trinité ! », alors qu’il n’y a de divinité que Dieu l’Unique ! S’ils n’en finissent pas avec ce blasphème, un châtiment douloureux s’abattra sur les dénégateurs d’entre eux. [74] Pourquoi donc ne se repentent-ils pas et n’implorent-ils pas le pardon de Dieu ? Dieu est pourtant Clément et Miséricordieux.
[75] Le Messie, fils de Marie, n’est qu’un prophète comme tant d’autres qui l’ont précédé. Sa mère était véridique, et tous les deux se nourrissaient comme tous les mortels. Voyez avec quel soin Nous leur expliquons Nos versets ! Et voyez comme ils s’en détournent !
[76] Dis-leur : « Adorerez-vous, en dehors de Dieu, ce qui ne peut ni vous nuire ni vous être utile, alors que Dieu sait tout et entend tout ? »
[77] Dis-leur : « Ô gens des Écritures ! Ne soyez pas excessifs dans votre religion au point de vous éloigner de la vérité ! Ne cédez pas aux passions d’un peuple qui jadis s’est égaré, qui en a égaré bien d’autres à leur suite et qui a perdu la bonne direction ! » [78] Les renégats parmi les fils d’Israël ont été maudits par la bouche de David et par celle de Jésus, fils de Marie, en punition de leur désobéissance et de leurs méfaits, [79] car ils ne s’interdisaient pas les uns aux autres de commettre des actes blâmables. Quel détestable comportement ! [80] On voit un grand nombre d’entre eux s’allier avec des négateurs. Cette mauvaise décision qu’ils ont prise leur a valu la Colère de Dieu et leur supplice sera éternel. [81] S’ils avaient cru en Dieu, au Prophète et à ce qui lui a été révélé, ils n’auraient pas pris des négateurs pour alliés ; mais beaucoup d’entre eux sont pervers.
[82] Tu constateras sûrement que ceux qui nourrissent la haine la plus violente contre les musulmans sont les juifs et les païens, et que ceux qui sont les plus disposés à sympathiser avec les musulmans sont les hommes qui disent : « Nous sommes des chrétiens. » Cela tient à ce que ces derniers ont parmi eux des prêtres et des moines et à ce qu’ils ne font pas montre d’orgueil.
[83] Et lorsqu’ils entendent réciter ce qui a été révélé au Prophète, on voit leurs yeux déborder de larmes tant ils sont saisis par la Vérité du message, et ils disent : « Seigneur ! Nous croyons ! Inscris-nous au nombre des témoins ! [84] Pourquoi ne croirions-nous pas en Dieu et à la Vérité qu’Il nous a envoyée ? Pourquoi n’espérerions-nous pas que notre Seigneur nous fasse entrer en la compagnie des gens vertueux ? » [85] Dieu leur accordera en récompense de leur déclaration des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Et c’est là la récompense de ceux qui font le bien. [86] Quant à ceux qui n’auront pas cru et qui auront traité Nos signes de mensonges, ceux-là seront voués au Feu éternel.
[87] Ô vous qui croyez ! Ne vous interdisez pas les bonnes choses que Dieu a rendues licites pour vous, en évitant cependant tout excès, car Dieu n’aime pas ceux qui dépassent les limites permises ! [88] Mangez de ce que Dieu vous a donné de licite et d’agréable ! Craignez Dieu en qui vous croyez !
[89] Dieu ne vous tiendra pas rigueur des serments que vous aurez prêtés à la légère, mais seulement de ceux que vous aurez prêtés de propos délibérés. L’expiation en sera de donner à manger à dix pauvres de ce dont vous nourrissez habituellement votre famille, ou de les vêtir, ou d’affranchir un esclave. Celui qui n’en aura pas les moyens accomplira un jeûne de trois jours. Telle sera l’expiation de vos serments non respectés. Soyez donc fidèles à vos serments ! C’est ainsi que Dieu vous éclaire par Ses signes, peut-être saurez-vous Lui en être reconnaissants.
[90] Ô vous qui croyez ! Les boissons alcoolisées, les jeux de hasard, les bétyles et les flèches divinatoires ne sont autre chose qu’une souillure diabolique. Fuyez-les ! Vous n’en serez que plus heureux ! [91] Le démon n’a d’autre but que de semer, par le vin et le jeu de hasard, la haine et la discorde parmi vous, et de vous éloigner du souvenir de Dieu et de la salât. Allez-vous enfin renoncer à ces pratiques ? [92] Obéissez donc à Dieu ! Obéissez au Prophète ! Prenez garde ! Mais si vous vous détournez du Seigneur, sachez que Notre Prophète n’a d’autre mission que de vous transmettre clairement le Message. [93] Ceux qui croient et font le bien n’auront pas à se justifier pour ce qu’ils avaient auparavant consommé de prohibé, pourvu qu’ils s’en prémunissent désormais, qu’ils soient sincères dans leur conviction et qu’ils fassent le bien, sans jamais cesser de craindre le Seigneur, de proclamer leur foi et d’effectuer des œuvres salutaires. Dieu aime ceux qui effectuent des œuvres charitables.
[94] Ô vous qui croyez ! Pour vous éprouver, Dieu mettra à portée de vos mains et de vos lances du gibier, afin de connaître celui qui Le craint dans son for intérieur. Dorénavant, celui qui passera outre cet avertissement sera voué à un douloureux châtiment. [95] Ô vous qui croyez ! Ne tuez pas de gibier quand vous êtes en état de sacralisation. Quiconque en tuera volontairement devra envoyer en offrande à la Ka`ba une tête de bétail ayant la même valeur que le gibier tué, selon l’estimation de deux personnes intègres parmi vous. Il peut aussi expier sa faute en nourrissant un nombre déterminé de pauvres ou en endurant un jeûne équivalent, afin d’éprouver le tort qu’il aura commis. Dieu pardonne ce qui appartient au passé ; mais Il punit celui qui récidive, car Dieu est Puissant et Implacable quand Il sévit.
[96] Il vous est permis de pêcher en mer et de vous nourrir du produit de votre pêche, que vous soyez à demeure ou en voyage. Mais la chasse vous est interdite, tant que vous êtes en état de sacralisation. Craignez Dieu vers qui vous serez un jour ramenés.
[97] Dieu a érigé la Ka`ba en Maison sacrée et en lieu de rassemblement pour les hommes ; de même qu’Il a institué le mois sacré, les offrandes et les guirlandes, afin que vous sachiez que Dieu sait tout ce qu’il y a dans les Cieux et sur la Terre, et que Sa science embrasse toute chose. [98] Sachez que Dieu est Implacable quand Il sévit et qu’Il est aussi Clément et Miséricordieux. [99] La mission du Prophète ne consiste qu’à avertir les hommes. Quant à vos pensées, aussi bien celles que vous divulguez que celles que vous cherchez à cacher, elles sont toutes connues de Dieu.
[100] Dis : « Le mauvais et le bon ne pourraient avoir la même valeur, même si le mauvais te séduit par son exubérance. Craignez donc Dieu, gens doués d’intelligence, afin d’assurer votre salut ! » [101] Ô vous qui croyez ! Gardez-vous de poser des questions sur des choses qui, si elles vous étaient divulguées, vous causeraient du tort, alors que ces mêmes questions posées lors de la révélation pourront vous être expliquées. Mais Dieu vous a déjà pardonné de telles indiscrétions, car Il est Plein d’indulgence et de mansuétude. [102] D’autres peuples avant vous avaient posé les mêmes questions, puis devinrent de leur fait négateurs. [103] Dieu n’a jamais prescrit de consacrer aux idoles ni chamelle ayant donné cinq petits dont le dernier est un mâle, ni une autre qu’on a fait vœu de laisser en liberté, ni brebis ayant donné naissance cinq fois consécutives à des jumeaux, ni chameau étalon ayant fécondé dix chamelles. Ce sont les idolâtres qui forgent de pareils mensonges qu’ils prêtent à Dieu, car la plupart d’entre eux sont dénués de tout bon sens.
[104] Lorsqu’on leur dit : « Conformez-vous à ce que Dieu a révélé et à l’avis du Prophète ! », ils rétorquent : « L’exemple de nos ancêtres nous suffit ! » Quoi ! Et si leurs ancêtres étaient totalement ignorants et vivaient en plein égarement ?
[105] Ô vous qui croyez ! Vous n’avez à répondre que de vous-mêmes, et l’erreur d’autrui ne saurait vous nuire si vous êtes dans le droit chemin. C’est vers Dieu que vous retournerez tous et Il vous mettra alors en face de vos œuvres. [106] Ô croyants ! Lorsque vous sentirez venir la mort, et que vous vous disposerez à faire votre testament, faites appel à deux témoins honorables, choisis parmi les vôtres ou parmi des étrangers, si vous êtes en voyage et que vous sentez l’approche de la mort. Retenez ces témoins après la prière, et si vous avez des doutes à leur sujet, faites-leur prêter ce serment : « Nous jurons de ne vendre à aucun prix notre témoignage, fût-ce à un proche parent, et de ne pas dissimuler le témoignage de Dieu, sans quoi nous serions des criminels ! » [107] Et si l’on découvre que ces deux témoins sont de mauvaise foi, deux autres témoins plus intègres, choisis parmi les victimes du parjure, leur seront substitués et devront prêter serment devant Dieu en ces termes : « Nous jurons que notre témoignage sera plus sincère que celui des deux premiers témoins et que nous ne dirons que la vérité, sous peine d’être du nombre des injustes ! » [108] Par cette disposition, il sera facile d’obtenir d’eux un témoignage sincère ou de leur faire craindre de voir d’autres serments se substituer aux leurs. Craignez donc Dieu et soyez attentifs à Ses prescriptions, car Dieu ne guide point les pervers !
[109] Le jour où Dieu rassemblera les prophètes et leur demandera : « Que vous a-t-on répondu ? », ils diront : « Nous n’en savons rien ! Toi seul connais parfaitement les mystères. » [110] » Ô Jésus, fils de Marie, dira le Seigneur, rappelle-toi les bienfaits dont Je vous ai comblés, toi et ta mère quand, t’ayant soutenu par le Saint-Esprit, tu parlais aux gens, dans ton berceau, comme lorsque tu devins adulte ; quand Je t’ai appris le Livre, la Sagesse, le Pentateuque et l’Évangile ; quand Je t’ai permis de former de l’argile un corps d’oiseau qui devenait vivant dès que tu soufflais dedans ; quand Je t’ai permis de guérir l’aveugle-né et le lépreux ; quand Je t’ai permis de ressusciter les morts et quand Je t’ai défendu contre les fils d’Israël à qui tu apportas des signes évidents, pendant que les négateurs d’entre eux s’écriaient : “Tout cela n’est que pure magie !” [111] Et lorsque J’ai révélé aux Apôtres : “Croyez en Moi et en Mon Envoyé !”, ils répondirent : “Nous y croyons, et Tu es Témoin que nous sommes entièrement soumis.”« [112] » Ô Jésus, fils de Marie ! dirent les Apôtres. Ton Seigneur peut-Il faire descendre pour nous, du Ciel, une table toute servie ? » – « Craignez Dieu, leur répondit Jésus, si vous êtes des croyants sincères ! » [113] – « Nous voulons, dirent-ils, manger à cette table, en avoir le cœur net, nous assurer que ce que tu nous dis est bien la vérité et que nous puissions en témoigner nous-mêmes. »
[114] Alors Jésus, fils de Marie, adressa à Dieu cette prière : « Seigneur, Dieu ! Fais descendre sur nous une table servie du Ciel ! Qu’elle soit un festin pour nous, du premier jusqu’au dernier, et un signe de Ta part ! Donne-nous de Tes biens, car Tu es le Meilleur des donateurs ! » [115] Le Seigneur dit alors : « Je vous la ferai descendre. Mais quiconque d’entre vous Me reniera ensuite, Je le soumettrai à un supplice auquel Je n’ai jamais soumis encore personne dans l’Univers ! » [116] Et lorsque Dieu dit à Jésus : « Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux hommes : “Prenez-nous, ma mère et moi, pour divinités en dehors de Dieu” ? » – « Gloire à Toi !, dit Jésus, il ne m’appartient pas de dire ce qui n’est pas une vérité pour moi. Si je l’avais dit, ne l’aurais-Tu pas su ? Car Tu connais le fond de ma pensée, et je ne connais rien de la Tienne. En vérité, les mystères n’ont point de secret pour Toi. [117] Je ne leur ai dit que ce que Tu m’as ordonné de leur dire, à savoir : “Adorez Dieu, mon Seigneur et le vôtre !” Et je fus témoin contre eux, aussi longtemps que je vécus parmi eux. Mais depuis que Tu m’as rappelé à Toi, c’est Toi qui les observes, car Tu es le Témoin de toute chose. [118] Si Tu les châties, Tu en as le droit, car ce sont Tes créatures. Et si Tu leur pardonnes, Tu es, en vérité, le Puissant, le Sage ! » [119] Dieu dit alors : « Voici venu le jour où les sincères tireront profit de leur sincérité et auront pour séjour éternel des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux. » Dieu les comblera de Sa grâce et ils seront pleins d’amour pour leur Seigneur. Et leur bonheur sera sans limites, [120] car à Dieu appartient le Royaume des Cieux, de la Terre et de tout ce qu’ils contiennent ! Dieu a pouvoir sur toute chose.

6. Sourate des Bestiaux (Al-An‘âm)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Louange à Dieu qui a créé les Cieux et la Terre et qui a établi les ténèbres et la lumière ! Et pourtant les infidèles continuent à attribuer des égaux à leur Seigneur ! [2] C’est Lui qui vous a créés d’argile, puis a fixé un terme à chaque vie, et décrété ensuite un autre terme dont Lui seul a connaissance. Et pourtant vous continuez à douter encore de Lui ! [3] Il est Dieu aussi bien dans les Cieux que sur la Terre. Il sait ce que vous dissimulez et ce que vous divulguez. Il est au courant de tout ce que vous acquérez. [4] Et pourtant aucun signe, parmi les signes de leur Seigneur, ne leur parvient sans qu’ils s’en détournent ! [5] N’ont-ils pas déjà traité de mensonge la Vérité quand elle leur est parvenue ? Mais viendra un jour où ils auront des nouvelles de cela même dont ils se moquent. [6] Ne voient-ils pas combien de générations Nous avons fait périr avant eux ? Nous les avions pourtant dotées sur Terre de moyens beaucoup plus importants que ceux dont Nous vous avons pourvus. Et Nous leur avions envoyé du ciel des pluies abondantes et fait couler de grandes rivières à leurs pieds. Mais Nous les anéantîmes en punition de leurs crimes et Nous appelâmes à leur suite des générations nouvelles.
[7] Même si Nous avions fait descendre sur toi un Livre écrit sur parchemin et que les dénégateurs l’avaient touché de leurs propres mains, ils se seraient encore écriés : « Ce n’est là que de la magie flagrante ! » [8] » Que n’a-t-on fait descendre un ange pour l’assister ? », disent-ils. Or, si Nous lui avions adjoint un ange, leur sort aurait déjà été réglé et plus aucun répit ne leur aurait été accordé.
[9] Et à supposer même que Nous leur ayons envoyé un ange comme prophète, Nous lui aurions donné forme humaine et ils auraient été victimes de la même méprise qu’ils ont commise. [10] Certes, d’autres prophètes, avant toi, ont été tournés en dérision ; mais les railleurs furent assaillis de toutes parts par les châtiments mêmes dont ils se moquaient.
[11] Dis : « Allez de par le monde et voyez quelle a été la fin des négateurs ! » [12] Dis : « À qui appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre ? » Réponds : « À Dieu qui S’est prescrit à Lui-même d’être Miséricordieux et qui vous rassemblera sans nul doute au Jour de la Résurrection. Et, ce jour-là, ceux qui perdront leur âme sont ceux-là mêmes qui n’auront pas cru. [13] À Lui appartient tout ce qui est dans la nuit et le jour, et Il est l’Audient et l’Omniscient. »
[14] Dis : « Irais-je prendre pour protecteur un autre que Dieu, le Créateur des Cieux et de la Terre, Lui qui nourrit Ses créatures et qui n’a pas besoin d’être nourri ? » Dis : « J’ai reçu ordre d’être le premier de ceux qui se soumettent à Dieu et de n’être jamais du nombre des idolâtres. » [15] Dis : « Certes, je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d’un grand jour. »
[16] Celui à qui, ce jour-là, ce châtiment sera épargné bénéficiera de la grâce divine et ce sera pour lui le succès éclatant. [17] Si Dieu t’inflige un malheur, quel autre que Lui pourrait t’en délivrer ? Et s’Il te gratifie d’un bienfait nul ne saurait t’en priver, car Il est le Tout-Puissant. [18] Il est le Maître absolu de Ses serviteurs. Il est le Sage et le Parfait Informé.
[19] Dis : « Quel est le témoignage le plus digne de foi ? » Réponds : « C’est celui de Dieu que je prends comme Témoin entre vous et moi. Ce Coran m’a été révélé pour que je vous avertisse par sa voix, vous et ceux auxquels il parviendra. Alors persisterez-vous à témoigner qu’il existe en dehors de Dieu d’autres divinités ? » Réponds : « Moi, je n’en témoignerai pas ! » Et ajoute : « Il n’est qu’un Dieu Unique et je désavoue solennellement les divinités que vous Lui associez ! »
[20] Ceux à qui Nous avons donné l’Écriture connaissent le Prophète comme ils connaissent leurs propres enfants ; mais ceux qui œuvrent à leur propre perte sont ceux qui ne croient pas. [21] Qui donc est plus injuste que celui qui forge un mensonge pour l’attribuer à Dieu ou qui traite Ses signes de mensonges ? En vérité, les injustes ne réussiront pas. [22] Le jour où Nous les ferons tous comparaître devant Nous, Nous dirons aux idolâtres : « Où sont ces associés que vous prêtiez à Dieu ? » [23] Alors, dans leur désarroi, ils ne pourront que dire : « Par Dieu, notre Seigneur ! Nous n’avons jamais été des associateurs ! » [24] Vois comment ils mentent à eux-mêmes et comment les abandonnent leurs divinités mensongères !
[25] Il en est parmi eux qui viennent écouter tes propos. Mais Nous mettons des voiles épais sur leurs cœurs et Nous les rendons durs d’oreille, afin qu’ils n’en saisissent pas le sens. Aussi verraient-ils toutes sortes de signes qu’ils n’y croiraient pas, si bien que, venant à toi uniquement pour disputer, ces négateurs se contentent de dire : « Ce ne sont là que des fables qui remontent aux anciens ! » [26] Ils écartent les gens du Prophète et s’en éloignent eux-mêmes, sans se rendre compte qu’en agissant ainsi ils ne nuisent qu’à eux-mêmes ! [27] Ah ! Si tu pouvais les voir à l’entrée de l’Enfer, tu les entendrais alors dire : « Plût à Dieu que nous puissions revenir sur Terre ! Nous ne traiterions plus jamais de mensonges les versets de notre Seigneur et nous serions du nombre des croyants sincères ! »
[28] Ils parleront ainsi parce que ce qu’ils dissimulaient jadis sera étalé au grand jour. Or, même s’ils étaient ramenés sur Terre, ils referaient encore tout ce qu’on leur avait interdit, car ils ne sont, en réalité, que de fieffés menteurs. [29] Ne disaient-ils pas : « Il n’est pour nous d’autre vie que celle d’ici-bas, et nous ne serons jamais ressuscités ! » [30] Ah ! Si tu pouvais les voir lorsqu’ils comparaîtront devant leur Seigneur et lorsqu’Il leur demandera : « Ceci n’est-il pas la Vérité ? » – « Mais oui, répondront-ils, par notre Seigneur ! » – « Eh bien, leur sera-t-il dit, goûtez le châtiment en punition de votre impiété ! » [31] Ceux qui nient leur rencontre avec Dieu sont à jamais perdants et, lorsqu’ils seront surpris par l’Heure fatale, ils auront beau s’écrier : « Malheur à nous pour avoir négligé de nous y préparer ! », ils n’en porteront pas moins sur le dos le fardeau de leurs péchés. Et quel détestable fardeau sera le leur ! [32] La vie de ce monde n’est que jeu et futilité, tandis que la vie future est bien meilleure pour ceux qui craignent le Seigneur. N’y avez-vous pas songé ?
[33] Nous savons à quel point leurs propos te chagrinent. En réalité, ce n’est pas toi qu’ils traitent de menteur ; ce sont les signes de Dieu que ces iniques traitent d’imposture. [34] D’autres prophètes avant toi ont été accusés de mensonge. Mais ils ont supporté avec patience injures et persécutions jusqu’à ce que leur vînt Notre secours, car rien ne peut modifier les paroles du Seigneur, et tu es déjà au courant d’une partie de l’histoire des prophètes. [35] L’indifférence des négateurs te pèse tellement que, si tu pouvais, tu creuserais une galerie dans le sol ou tu dresserais une échelle vers le ciel pour leur en rapporter un miracle ! Or, si Dieu l’avait voulu, Il les aurait tous réunis et guidés dans la bonne voie. Ne sois donc pas du nombre des ignorants !
[36] Seuls ceux qui sont doués d’entendement répondront à ton appel. Quant aux négateurs semblables aux morts, Dieu les ressuscitera et c’est vers Lui que se fera leur retour. [37] Ils disent : « Que n’a-t-on fait descendre sur lui un miracle de la part de son Seigneur ? » Dis : « Certes, Dieu a tout pouvoir de faire descendre un miracle. » Mais la plupart d’entre eux ne le savent point ! [38] Nulle bête rampant sur terre, nul oiseau volant de ses ailes, qui ne vive en société à l’instar de vous-mêmes. Et Nous n’avons rien omis dans le Livre éternel. Puis c’est vers leur Seigneur qu’ils feront tous retour.
[39] Ceux qui traitent Nos signes de mensonges sont sourds, muets et perdus dans les ténèbres. Dieu égare qui Il veut et met qui Il veut sur le droit chemin. [40] Dis-leur : « Que vous en semble ? Si le châtiment de Dieu s’abattait sur vous ou si l’Heure du Jugement venait vous surprendre, feriez-vous appel à un autre qu’à Dieu, pour autant que vous soyez sincères ? » [41] C’est plutôt à Lui que vous feriez appel et, s’Il voulait, Il dissiperait les malheurs dont vous Lui demanderiez d’être délivrés et vous oublieriez alors toutes vos divinités mensongères. [42] Nous avons déjà envoyé d’autres prophètes aux communautés qui t’ont précédé. Puis en raison de leur négation Nous les fîmes plonger dans le malheur et la détresse, afin de les amener à implorer Notre secours. [43] Que n’ont-elles imploré la bonté divine lorsque Notre châtiment s’est abattu sur elles ? Mais leurs cœurs s’étaient endurcis et le démon avait embelli à leurs yeux leurs actes pervers. [44] Et lorsque ces gens-là eurent oublié ce qui leur avait été rappelé, Nous ouvrîmes toutes grandes devant eux les portes de la jouissance. Et c’est au moment où ils exultaient de joie devant tant de richesses qu’ils avaient reçues que Nous les saisîmes soudain et les jetâmes dans la consternation et le désespoir.
[45] Et c’est ainsi que furent anéanties toutes les générations injustes ! Louange à Dieu, le Souverain Maître de l’Univers !
[46] Dis-leur : « Qu’adviendrait-il de vous, si Dieu vous privait de l’ouïe et de la vue, et scellait à jamais la sensibilité de vos cœurs ? Quelle autre divinité, en dehors de Dieu, pourrait vous les rendre ? » Regarde comment Nous varions à leur intention Nos enseignements et comment ils s’en détournent ! [47] Demande-leur : « Que diriez-vous si le châtiment de Dieu fondait sur vous à l’improviste ou au grand jour ? Qui ferait-on périr, si ce n’est le peuple des injustes ? » [48] Les prophètes que Nous envoyons n’ont d’autre mission que d’annoncer la bonne nouvelle et d’avertir. En conséquence, ceux qui croient et s’amendent ne connaîtront ni crainte ni tristesse, [49] tandis que ceux qui traitent Nos signes de mensonges seront accablés de tourments, pour prix de leurs actes pervers.
[50] Dis-leur : « Je ne prétends pas posséder les trésors du Seigneur, ni connaître les mystères de l’Univers, pas plus que je ne prétends être un ange. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé. » Dis-leur encore : « L’aveugle serait-il jamais l’égal du clairvoyant ? N’y réfléchissez-vous donc point ? » [51] Sers-toi de ce Livre pour avertir ceux qui redoutent de comparaître devant leur Seigneur qu’ils n’auront en dehors de Lui ni protecteur ni intercesseur. Peut-être seront-ils amenés à Le craindre ! [52] Ne repousse pas ceux qui implorent leur Seigneur, matin et soir, dans le seul espoir de contempler Sa Face. Ils n’ont aucun compte à te rendre, pas plus que tu n’en as à leur rendre. Et les repousser constituerait alors une injustice flagrante de ta part ! [53] C’est ainsi que Nous mettons à l’épreuve les hommes les uns par les autres, afin qu’ils disent : « Sont-ce là ceux d’entre nous que Dieu a comblés de Ses faveurs ? » Mais n’est-Il pas le mieux Informé de ceux qui Lui sont véritablement reconnaissants ? [54] Lorsque viennent vers toi ceux qui croient en Nos versets, dis-leur : « Paix sur vous Soyez les bienvenus ! Dieu S’est prescrit à Lui-même d’être Miséricordieux. Ainsi, tous ceux qui d’entre vous commettent le mal par ignorance et qui ensuite s’en repentent et s’amendent, Dieu se montrera à leur égard Clément et Miséricordieux. » [55] C’est ainsi que Nous exposons clairement Nos signes, afin que soit bien distinct le chemin des criminels !
[56] Dis : « Il m’a été interdit d’adorer ceux que vous invoquez en dehors de Dieu. » Dis encore : « Je ne vous suivrai pas dans vos fantasmes, sinon je m’égarerais moi-même et ne compterais plus parmi ceux qui sont les bien-guidés. » [57] Dis : « Je me fonde uniquement sur une preuve indubitable que je tiens de mon Seigneur que vous niez. Le châtiment que vous êtes si pressés de voir se produire ne dépend nullement de moi. Seul Dieu en décidera et fera connaître la Vérité, car Il est le Meilleur des juges. »
[58] Dis-leur : « Si ce que vous êtes pressés de voir se produire dépendait de moi, l’affaire aurait déjà été réglée entre vous et moi ! » Dieu connaît mieux que quiconque les vrais coupables, [59] car Il détient les clefs du mystère qu’Il est Seul à connaître ; Il sait ce que recèlent le sein de la terre et le fond de la mer. Nulle feuille ne tombe sans qu’Il le sache, et il n’est point de grain dans les entrailles de la terre ni de brindille tendre ou sèche qui ne soient mentionnés dans un Livre explicite !
[60] C’est Lui qui reprend vos âmes pendant la nuit, et qui connaît ce que vous avez acquis dans la journée. Il vous rappelle ensuite à la vie, afin que le temps qui vous est imparti soit accompli. Puis c’est à Lui que vous ferez retour, et Il vous mettra alors en face de tout ce que vous faisiez. [61] Il est le Maître absolu de Ses sujets. Il vous envoie des anges gardiens ; et quand l’heure de l’un de vous aura sonné, Nos émissaires viendront recueillir son âme, sans jamais manquer à leur tâche. [62] Puis les hommes seront ramenés à Dieu, leur véritable Maître de qui procède toute décision et qui est le plus Prompt des comptables.
[63] Demande-leur : « Qui vous délivre des ténèbres de la terre et de la mer, lorsque vous L’implorez humblement et secrètement en disant : “S’Il nous délivre de ce péril, nous Lui serons à jamais reconnaissants” ? » [64] Réponds-leur : « C’est bien Dieu qui vous en préserve, ainsi que de tout autre danger. Mais cela ne vous empêche pas de Lui attribuer des associés. »
[65] Dis-leur : « Dieu a le pouvoir de susciter contre vous un cataclysme descendant du ciel ou surgissant de la terre, ou de vous diviser en sectes rivales et de faire goûter aux uns la brutalité des autres. » Regarde comment Nous varions Nos enseignements, afin de les amener à comprendre.
[66] Ton peuple qualifie le Coran d’invention, alors qu’il est la stricte Vérité. Dis : « Je ne suis nullement votre garant. » [67] Toute annonce arrive en son temps et en son lieu. Et vous le saurez bientôt. [68] Lorsque tu vois ceux qui dénigrent Nos versets, évite de te mêler à eux, à moins qu’ils ne changent de sujet. Et si Satan te fait oublier cette prescription, hâte-toi, dès que tu t’en souviendras, de t’éloigner de ce groupe d’iniquité !
[69] Certes, ceux qui craignent Dieu ne sont nullement responsables des agissements de ces impies. Tout au plus devraient-ils leur faire entendre le rappel du Seigneur, afin de les amener peut-être à Le craindre. [70] Éloigne-toi de ceux qui font de leur religion un jeu et un amusement, et que la vie de ce monde a subjugués totalement ! Exhorte par ce Coran afin qu’aucune âme ne soit entraînée à sa perte par les fautes qu’elle aura commises, sans qu’elle puisse trouver, en dehors de Dieu, ni allié ni intercesseur. Et quelles que soient les compensations qu’elle offrirait, elles ne seront pas acceptées d’elle. Voilà ceux que leurs péchés auront perdus, qui auront pour breuvage de l’eau bouillante et qui subiront un châtiment douloureux, pour prix de leur négation. [71] Dis-leur : « Invoquerons-nous, en dehors de Dieu, ceux qui ne peuvent ni nous être utiles ni nous nuire ? Reviendrons-nous sur nos pas, après que Dieu nous a déjà montré Sa Voie, pareils à cet homme rendu fou par les démons et qui erre perplexe, sur la Terre, pendant que ses compagnons l’appellent à les rejoindre : “Viens vers nous !”, cherchant ainsi à le remettre sur la bonne voie ? » Dis : « La voie la meilleure est Celle du Seigneur ! Et nous avons reçu ordre de nous soumettre au Maître de l’Univers, [72] d’accomplir la salât et de craindre le Seigneur, car c’est vers Lui que vous ferez tous retour. »
[73] C’est Lui qui, en toute vérité, a créé les Cieux et la Terre. Et le jour où Il dira : « Que cela soit ! » Son ordre sera exécuté sur-le-champ, car Sa Parole est Vérité, et il n’y aura plus de royaume que le Sien lorsque retentira la Trompette du Jugement dernier. Il connaît ce qui est caché et ce qui est visible ; Il est le Sage et le Bien-Informé.
[74] Rappelle-leur le moment où Abraham dit à son père Âzar : « Pourquoi prends-tu des idoles pour divinités ? À mon avis, vous êtes tous, toi et ton peuple, dans un égarement manifeste ! » [75] Et pour raffermir Abraham dans sa croyance, Nous étendîmes devant lui le Royaume des Cieux et de la Terre. [76] C’est ainsi que, voyant briller un astre à la tombée de la nuit, il s’empressa de dire : « C’est là mon Seigneur ! » Mais lorsque l’astre eut disparu, il déclara : « Je n’aime pas ceux qui disparaissent. » [77] Puis, voyant poindre la Lune, il s’écria : « C’est cela mon Dieu ! » Mais quand la Lune disparut à son tour, il déclara : « Si mon Seigneur ne m’indique pas la voie à suivre, je serai du nombre des égarés. » [78] Puis vint à se lever le Soleil, alors Abraham s’exclama : « Voilà mon Dieu ! Voilà le plus grand ! » Mais lorsque le Soleil eut disparu à son tour, Abraham s’écria : « Ô mon peuple ! Je désavoue tout ce que vous associez à Dieu. [79] En monothéiste sincère, je tourne ma face vers Celui qui a créé les Cieux et la Terre, et je ne suis point du nombre des associateurs. » [80] Et s’adressant à son peuple qui engagea une polémique avec lui, Abraham dit : « M’opposerez-vous au sujet de Dieu vos arguties, alors que c’est Lui qui m’a fait découvrir la Vérité ? Je ne redoute nullement vos fausses divinités, à moins que Dieu ne veuille m’éprouver, car Sa science embrasse toute chose. N’y avez-vous pas réfléchi ? [81] Comment craindrais-je vos fausses divinités, quand vous-mêmes ne craignez pas de donner à Dieu des associés sans qu’aucune preuve de leur existence ne vous ait jamais été révélée ? Lequel donc des deux partis a le plus droit à la sécurité ? Dites-le, si vous le savez ! »
[82] Ceux qui croient et qui n’entachent point leur foi par quelque iniquité, ceux-là seuls sont en sécurité ; ceux-là seuls sont les bien-guidés. [83] Tel est l’argument décisif que Nous avons fourni à Abraham contre son peuple. C’est ainsi que Nous élevons le rang de qui Nous voulons, car ton Seigneur est Sage et Omniscient.
[84] Et Nous lui donnâmes pour enfants Isaac et Jacob, que Nous avons dirigés dans la bonne voie, comme Nous l’avions fait pour Noé auparavant. Et Nous lui donnâmes aussi, comme descendants, David, Salomon, Job, Joseph, Moïse et Aaron. C’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien. [85] Il en fut de même de Zacharie, de Jean Baptiste, de Jésus et d’Élie, qui étaient tous des hommes vertueux ; [86] ainsi que d’Ismaël, d’Élisée, de Jonas et de Loth, qui furent tous, par Nous, élevés au rang d’élus. [87] Notre faveur est allée également à une partie de leurs ascendants, de leurs descendants et de leurs proches, que Nous avons élus et guidés dans la bonne voie.
[88] Telle est la Voie du Seigneur, vers laquelle Il dirige qui Il veut parmi Ses serviteurs. Mais s’ils avaient donné des associés à Dieu, toutes leurs œuvres auraient été vaines. [89] Voilà ceux auxquels Nous avons donné les Écritures, la Sagesse et la prophétie. Et si ceux qui t’entourent refusent d’y ajouter foi, du moins Nous en avons confié le dépôt à des gens qui ne les renieront pas. [90] Voilà ceux dont Dieu guide les pas ! Suis donc leur direction et dis aux négateurs : « Je ne vous demande pour cela aucun salaire. Ce n’est rien de moins qu’un rappel à l’intention de tout l’Univers. »
[91] Les négateurs n’estiment pas Dieu à Sa juste valeur quand ils disent : « Dieu n’a jamais rien révélé à un mortel. » Demande-leur : « Qui donc a révélé l’Écriture que Moïse a apportée comme lumière et direction pour les hommes ? – Ce Livre que vous écrivez sur des feuillets, pour n’en montrer qu’une partie, tout en cachant tout le reste, et dans lequel vous avez appris ce que vous ne saviez ni vous ni vos ancêtres ? » Réponds-leur : « N’est-ce pas que c’est Dieu ! » Puis laisse-les divaguer dans leurs vaines disputes.
[92] Et, à présent, voici révélé un Livre béni qui vient confirmer les précédentes Écritures, et que Nous te révélons afin que tu avertisses la Cité mère et ses alentours. Tous ceux qui croient au Jour dernier ajouteront foi à ce Livre et seront assidus à leur salât.
[93] Qui est plus injuste que celui qui attribue à Dieu des mensonges, ou qui dit : « Telle chose m’a été révélée », alors que rien ne lui a été révélé ; ou qui affirme : « Je suis capable de faire des révélations semblables à celles que Dieu a envoyées » ? Ah ! Si tu voyais ces imposteurs dans les affres de la mort, au moment où les anges, les mains tendues vers eux, les presseront de rendre l’âme, en leur disant : « Aujourd’hui, vous allez subir un supplice humiliant pour n’avoir pas dit la vérité sur Dieu et pour avoir traité Ses versets avec hauteur ! » [94] Vous voilà donc revenus à Nous un par un tels que Nous vous avons créés pour la première fois, ayant abandonné derrière vous tout ce que Nous vous avons octroyé. Mais Nous ne voyons plus avec vous les intercesseurs auxquels vous prétendiez être associés ! La rupture entre eux et vous est-elle donc consommée, et vos divinités mensongères se sont-elles donc à jamais évanouies ?
[95] En vérité, c’est Dieu qui fait fendre la graine et le noyau, qui tire la vie de la mort et la mort de la vie ! Tel est Dieu ! Comment pouvez-vous vous détourner de Lui ? [96] C’est Lui qui fait éclore l’aurore, qui fait de la nuit une phase de repos ; du soleil et de la lune, une mesure du temps. Tel est l’arrêt du Tout-Puissant, l’Omniscient. [97] C’est Lui qui a placé les étoiles dans le ciel pour vous guider dans les ténèbres de la terre et de la mer. Ce sont là autant de signes que Nous détaillons pour ceux qui comprennent. [98] C’est Lui qui vous a créés d’un seul et même souffle vital qui s’est dédoublé ensuite en germe et en réceptacle. Ce sont là des signes que Nous détaillons pour ceux qui comprennent. [99] C’est Lui qui fait descendre du ciel une eau par laquelle Nous faisons germer toutes sortes de plantes et faisons surgir des cultures verdoyantes, d’où sortent les grains sous forme d’épis. De même que Nous faisons surgir de lourds régimes de fruits de la spathe des palmiers. Et avec cette eau Nous faisons également croître des vergers de vignes, d’oliviers et de grenadiers, similaires ou d’espèces variées. Observez leurs fruits, et voyez comment ils fructifient et comment ils atteignent leur maturité ! Il y a là, en vérité, autant de signes pour ceux qui ont la foi.
[100] Les négateurs ont attribué à Dieu les djinns comme associés, alors que c’est Lui qui les a créés. Ils Lui ont même inventé, dans leur ignorance, des garçons et des filles. Gloire à Lui ! Il est très au-dessus de leurs allégations mensongères ! [101] Créateur des Cieux et de la Terre, comment aurait-Il un enfant, alors qu’Il n’a pas de compagne, et qu’Il a tout créé, Lui dont la science embrasse toute chose ?
[102] Tel est Dieu, votre Seigneur ! Il n’y a point de divinité excepté Lui, le Créateur de l’Univers. Adorez-Le ! C’est Lui qui a la charge de toutes les créatures. [103] Il est Inaccessible aux regards, alors que Lui pénètre tous les regards. Il est le Subtil, Il est le Bien-Informé.
[104] Des preuves évidentes vous sont parvenues de la part de votre Seigneur. Quiconque se montre clairvoyant le sera à son propre avantage ; et quiconque demeure aveugle le sera à son propre détriment. Je ne suis nullement chargé de votre sauvegarde. [105] C’est ainsi que Nous diversifions Nos versets, afin d’amener les incrédules à te dire : « Où as-tu étudié tout cela ? » Et afin aussi d’en rendre le sens plus clair pour ceux qui ont le désir de s’instruire.
[106] Conforme-toi à ce que t’a révélé ton Seigneur, l’Unique Dieu en dehors de qui il n’y a point de divinité, et éloigne-toi des associateurs [107] qui, si Dieu l’avait voulu, n’auraient adoré que Lui ! Tu n’as pas reçu mission de Nous pour être leur gardien ni pour assurer leur sauvegarde. [108] N’insultez pas ceux qui invoquent d’autres divinités que Dieu, car ils seraient tentés, dans leur ignorance, d’insulter à leur tour Dieu, par esprit de vengeance. C’est ainsi que Nous embellissons aux yeux de chaque peuple ses propres actions. Puis ils retourneront tous à leur Seigneur, qui les informera de leurs actes passés. [109] Ils jurent par Dieu de toute leur force que si un miracle leur était envoyé, ils y croiraient sans hésiter. Dis-leur que les miracles relèvent uniquement de Dieu. Mais qui vous dit que même si un miracle se produisait sous leurs yeux, ils y croiraient pour autant ? [110] Car Nous pourrions en détourner encore leurs cœurs et leurs yeux, comme Nous l’avions fait lorsqu’ils avaient refusé d’y croire la première fois, et Nous les laisserions alors se débattre dans leur aveuglement.
[111] Et même si Nous faisions descendre les anges sur eux, que les morts leur parlaient et que Nous faisions défiler toute la Création devant leurs yeux, ils ne croiraient pas pour autant, à moins que Dieu ne l’eût voulu. Mais la plupart d’entre eux sont trop inconscients pour s’ouvrir à la foi.
[112] C’est ainsi que Nous avons suscité à chaque prophète des ennemis, parmi les hommes et les djinns, qui inspirent les uns aux autres de jolis discours, par pure vanité. Et ils n’agiraient pas ainsi, si ton Seigneur le voulait. Laisse-les donc à leurs inventions mensongères ! [113] Laisse les cœurs de ceux qui ne croient pas à la vie future s’imprégner de ces faux discours ! Laisse-les s’y complaire et réaliser tous leurs vils désirs !
[114] Chercherais-je un autre juge que Dieu, Lui qui vous a envoyé ce Coran d’une si belle ordonnance ? Ceux qui ont déjà reçu l’Écriture savent qu’il émane en toute vérité de ton Seigneur. Ne te laisse donc pas gagner par le doute. [115] Telle est la Parole de ton Seigneur, qui s’est accomplie en toute vérité et en toute justice, car Ses Paroles sont immuables. Dieu entend tout et Sa science n’a point de limite.
[116] Si tu te fies à la majeure partie des habitants de la Terre, ils te feront dévier de la Voie de Dieu, car ils ne font que suivre des conjectures et se bornent à forger des mensonges. [117] Ton Seigneur connaît mieux que quiconque ceux qui s’écartent de Sa Voie, comme Il connaît ceux qui s’y maintiennent. [118] Mangez de toute viande sur laquelle a été prononcé le Nom de Dieu, si vous croyez en Ses signes.
[119] D’ailleurs, pourquoi ne mangeriez-vous pas des viandes sur lesquelles le Nom de Dieu a été prononcé, maintenant que celles qui sont interdites vous ont été décrites en détail, à moins que vous ne soyez contraints d’y recourir ? Il est vrai que beaucoup d’individus, obéissant à leurs penchants et sans la moindre science, s’emploient à égarer leurs semblables. Mais c’est ton Seigneur qui connaît le mieux les transgresseurs.
[120] Évitez le péché dans ce qu’il a d’apparent et dans ce qu’il a de caché, car ceux qui s’en rendent coupables seront rétribués selon la gravité du péché qu’ils auront commis.
[121] Ne mangez pas des viandes sur lesquelles le Nom de Dieu n’a pas été prononcé, car ce serait une véritable perversité. Certes, les démons incitent leurs adeptes à engager une dispute à ce sujet avec vous. Mais si vous les suivez, vous tomberez à coup sûr dans l’idolâtrie.
[122] L’homme qui était mort et que Nous rappelons à la vie par la foi et à qui Nous donnons une lumière pour se guider parmi les hommes, peut-on le comparer à cet autre, condamné à errer dans les ténèbres sans jamais pouvoir en sortir ? C’est ainsi que leurs œuvres se parent toujours de faux attraits aux yeux des infidèles.
[123] Et c’est ainsi que Nous avons placé, dans toute cité, de grands criminels pour y exercer leurs intrigues. Mais, sans s’en rendre compte, ils ne nuisent qu’à eux-mêmes.
[124] Lorsqu’un signe de Dieu leur parvient, ils s’écrient : « Jamais nous ne croirons tant que nous n’aurons pas reçu un signe semblable à celui qu’ont reçu les envoyés de Dieu. » Mais Dieu sait mieux que quiconque à qui confier Ses messages. Dieu couvrira d’opprobre ces criminels et leur infligera un châtiment exemplaire, en raison de leurs intrigues.
[125] Dieu ouvre à l’islam le cœur de celui qu’Il veut diriger ; mais celui qu’Il veut égarer, Il lui comprime la poitrine et lui coupe le souffle, comme à qui tenterait d’escalader le ciel. C’est ainsi que Dieu couvre d’opprobre les incrédules. [126] Telle est, dans toute sa rectitude, la Voie de ton Seigneur ! Nous avons suffisamment exposé Nos versets à ceux qui voudraient bien y réfléchir.
[127] À eux la demeure de paix auprès de leur Seigneur qui assurera leur protection, en récompense de leurs œuvres sur Terre.
[128] Le jour où Il les aura tous rassemblés, Dieu dira : « Ô race des djinns, vous avez trop abusé des hommes ! » – « Seigneur, répondront leurs adeptes parmi ces derniers, nous avons profité les uns des autres, et nous voici au terme que Tu nous as Toi-même fixé ! » Et Il leur dira : « L’Enfer sera votre séjour éternel, à moins que Dieu n’en décide autrement. » En vérité, ton Seigneur est Sage et Omniscient. [129] C’est ainsi que Nous désignons certains prévaricateurs comme chefs les uns des autres, pour prix de leurs méfaits.
[130] » Ô races des djinns et des hommes ! Des messagers pris parmi vous ne sont-ils pas venus vous exposer Mes signes et vous avertir de la rencontre de ce jour ? » – « Oui, répondront-ils, nous en témoignons contre nous-mêmes ! » Mais la vie d’ici-bas les aura séduits, et ils avoueront eux-mêmes avoir été infidèles. [131] Et il en est ainsi parce que ton Seigneur ne fait jamais périr injustement les cités dont les habitants n’ont pas été auparavant avertis.
[132] Tous les hommes seront récompensés en proportion de leurs actions, car ton Seigneur n’est point inattentif à ce qu’ils font. [133] Ton Seigneur est Celui qui Se suffit à Lui-même et Il est le Maître de la miséricorde. S’Il veut, Il peut vous anéantir et vous remplacer par ce qu’Il voudra, tout comme Il vous a fait descendre de peuples divers. [134] Certes, ce qui vous a été promis aura lieu sûrement, et ce n’est pas vous qui en empêcherez l’accomplissement !
[135] Dis-leur : « Ô mon peuple ! Agissez à votre guise ! J’agirai à la mienne ! Vous apprendrez un jour à qui reviendra la meilleure demeure ! » Mais quel succès pourront espérer les pervers ? [136] Ils destinent à Dieu une part de la récolte et des troupeaux qu’Il a Lui-même créés, et ils disent : « Ceci est à Dieu – par pure présomption –, et ceci est à nos divinités. » Or, ce qui est destiné à leurs divinités ne parvient jamais à Dieu, tandis que ce qui est destiné à Dieu parvient toujours à leurs divinités. Quel ignoble jugement ! [137] De même que leurs divinités ont fait croire à un grand nombre de païens que le meurtre de leurs enfants est un acte méritoire, afin de les perdre et jeter la confusion dans leur culte. Et si Dieu l’avait voulu, ils n’auraient jamais agi de la sorte. Laisse-les donc à leurs mensonges !
[138] Et ils déclarent encore : « Ces bestiaux et cette récolte sont frappés d’interdit. N’en mangera, prétendent-ils, que celui à qui nous l’aurons permis. Il y a aussi des bêtes sur le dos desquelles on ne doit pas porter de fardeaux, et d’autres sur lesquelles on ne doit pas prononcer le Nom de Dieu ! » Tout cela n’est que pure invention contre Dieu, qui les rétribuera à la mesure de leurs fabulations. [139] Et ils ajoutent : « Ce qui est dans le ventre de ces bêtes est réservé à nos hommes et interdit à nos femmes. Mais si c’est un mort-né, ils y participeront tous. » Dieu les rétribuera pour de telles élucubrations ! Il est Sage et Omniscient. [140] Ce sont de vrais perdants ceux qui, par sottise et par ignorance, tuent leurs enfants, et qui, inventant des mensonges sur Dieu, interdisent la nourriture que Dieu leur a dispensée. Ces gens-là s’égarent et ne suivent point le droit chemin.
[141] C’est Lui qui a créé les jardins treillagés et non treillagés, les palmiers et les cultures au goût si varié, l’olivier et le grenadier de même espèce ou d’espèces différentes. Mangez de leurs fruits quand ils ont atteint leur maturité, et acquittez-en la dîme le jour de la récolte ! Mais évitez tout gaspillage, car Dieu n’aime pas ceux qui gaspillent ! [142] Il a aussi créé, pour vous, des bestiaux en faisant des uns des animaux de trait et des autres des animaux de boucherie. Mangez donc de ce que Dieu vous a attribué ! Mais ne suivez pas les traces de Satan ; il est pour vous un ennemi déclaré !
[143] Et Il en a créé huit éléments formant des couples, dont deux pour les ovins, deux pour les caprins… Demande-leur : « Est-ce que Dieu vous en a interdit les deux mâles ou les deux femelles ou ce que ces dernières portent dans leurs matrices ? Faites-le-moi savoir avec exactitude, si vous êtes véridiques ! » [144] … ainsi que deux pour les camélidés et deux pour les bovins… Demande-leur : « Est-ce que Dieu vous en a interdit les deux mâles ou les deux femelles ou ce que ces dernières portent dans leurs matrices ? Étiez-vous présents lorsque Dieu aurait fait une telle recommandation ? » Quoi de plus injuste que de prêter de pareils mensonges à Dieu, afin d’égarer les hommes sans nul savoir ! Mais Dieu ne saurait guider ceux qui commettent de telles injustices.
[145] Dis : « Je ne trouve dans ce qui m’a été révélé d’autre interdit touchant les aliments susceptibles d’être consommés que celui qui frappe la bête morte, le sang répandu et la viande de porc, car leur consommation constitue une souillure. De même qu’il est illicite de manger la viande provenant des bêtes sacrifiées, par perversité, à de fausses divinités. » Cependant, celui qui est contraint d’en user, par nécessité et non par désobéissance ni désir de pécher, ton Seigneur ne lui en tiendra pas rigueur, car Il est Clément et Miséricordieux.
[146] Aux juifs Nous avons interdit toute bête à ongle unique, ainsi que les graisses des bovins et des ovins, excepté celles de leurs dos, de leurs entrailles et celles qui sont mêlées aux os. Nous les avons ainsi punis pour leur rébellion. Telle est la stricte vérité.
[147] S’ils t’accusent d’imposture, dis-leur alors : « Votre Seigneur est Détenteur d’une immense miséricorde, mais nul ne saurait soustraire les criminels à Son châtiment. » [148] Les polythéistes diront sans se gêner : « Si Dieu l’avait voulu, ni nous ni nos ancêtres ne Lui aurions associé aucune divinité, et nous n’aurions rien déclaré interdit. » C’est là l’excuse qu’invoquaient les négateurs qui les ont précédés et qui leur a valu d’encourir Notre colère. Demande-leur : « Avez-vous un argument solide à produire ? En vérité, vous ne suivez que des conjectures et ne faites que mentir. » [149] Dis : « C’est à Dieu seul qu’appartient l’argument décisif. Et s’Il l’avait voulu, Il vous aurait dirigés tous dans la bonne voie. » [150] Dis-leur : « Faites venir vos témoins pour attester que Dieu aurait prescrit de tels interdits ! » S’ils en témoignent, ne te joins pas à eux ! Ne suis pas ceux qui, dans leurs passions, traitent Nos versets de mensonges, qui ne croient pas à la vie future et qui donnent des égaux à leur Seigneur !
[151] Dis-leur : « Venez donc que je vous énumère ce que Dieu vous a interdit : c’est de Lui associer quoi que ce soit, de ne pas traiter vos père et mère avec bonté, de tuer vos enfants par crainte de pauvreté, car c’est Nous qui vous pourvoirons, vous et eux, de moyens de subsister ; c’est de commettre des turpitudes apparentes ou cachées, d’attenter, sauf pour une juste cause, à la vie d’autrui que Dieu a déclarée sacrée. Voilà ce que votre Seigneur vous a recommandé et que vous ferez bien de méditer.
[152] N’utilisez les biens de l’orphelin que dans son intérêt bien compris, et ce jusqu’à ce qu’il atteigne sa majorité ! Observez la juste mesure et le bon poids en toute équité ! Nous n’imposons à aucune âme une charge qu’elle ne puisse supporter. Et quand vous témoignez, soyez impartiaux, fût-ce à l’égard d’un proche parent ! Soyez également fidèles à vos pactes envers Dieu ! Voilà ce que le Seigneur vous recommande de faire. Peut-être serez-vous amenés à y réfléchir ? [153] Telle est Ma Voie dans toute sa rectitude. Suivez-la ! Ne suivez pas les pistes tortueuses qui ne feront que vous éloigner de la Voie du Seigneur ! » Voilà ce que Dieu vous recommande de faire ! Peut-être serez-vous ainsi amenés à Le craindre !
[154] Puis Nous avons donné à Moïse, en insigne récompense pour sa conduite exemplaire, l’Écriture qui constitue à la fois une explication détaillée de toute chose, une bonne direction et une miséricorde divine, afin que les juifs puissent croire à leur comparution devant leur Seigneur.
[155] Et, à présent, voici ce Coran béni que Nous révélons. Conformez-vous à son enseignement et craignez Dieu, dans l’espoir d’être touchés par Sa grâce, [156] afin que vous ne disiez point : « Seules deux communautés, avant nous, avaient reçu des Écritures, mais nous n’avons pas pris soin de les étudier » ; [157] ni que vous disiez : « Si nous avions, nous aussi, reçu des Écritures, nous aurions certainement été mieux dirigés que ceux qui nous ont devancés. » Or, voici que votre Seigneur vous envoie une preuve décisive qui constitue à la fois une direction et une bénédiction ! Qui donc est plus injuste que celui qui traite de mensonges les versets de Dieu et qui s’en détourne impudemment ? Nous infligerons les pires tourments à ceux qui renient Nos enseignements.
[158] Qu’attendent-ils au juste ? Que les anges, ou ton Seigneur Lui-même, ou quelques-uns de Ses signes viennent à eux ? Mais le jour où un des signes de ton Seigneur se manifestera, la profession de foi ne sera plus d’aucune utilité pour celui qui n’aura pas cru auparavant, ou qui, tout en ayant la foi, n’aura pas accompli de bonnes œuvres. Dis-leur : « Attendez donc ! Nous aussi, nous attendons. »
[159] Tu n’es nullement responsable de ceux qui provoquent des scissions dans leur religion pour former des sectes dissidentes. Leur sort ne dépend que de Dieu qui les mettra, le moment venu, en face de leurs œuvres. [160] Celui qui se présentera alors avec une bonne action en sera récompensé au décuple, tandis que celui qui se présentera avec une mauvaise action n’en sera rétribué que par un châtiment équivalent. Et aucun d’eux ne sera lésé.
[161] Dis : « Quant à moi, mon Seigneur m’a guidé vers la voie de la droiture, celle de la vraie religion d’Abraham, ce pur monothéiste qui ne s’est jamais compromis avec les idolâtres. » [162] Dis encore : « Ma salât et mes actes de dévotion, ma vie et mon trépas sont entièrement voués à mon Seigneur, le Maître de l’Univers, [163] qui n’a point d’associé. Tel est l’ordre que j’ai reçu et auquel je suis le premier à me soumettre. »
[164] Dis : « Devrais-je après cela chercher un autre maître que Dieu, alors qu’Il est le Maître Souverain de toute chose ? Nul ne commet le mal qu’à son propre détriment, et nul n’aura à assumer les fautes d’autrui. Puis c’est vers votre Seigneur que se fera votre retour et Il vous éclairera alors sur l’objet de vos différends. [165] C’est Lui qui a fait de vous sur Terre les successeurs de vos devanciers, et qui a établi entre vous des hiérarchies, afin de vous mettre à l’épreuve dans les tâches que vous êtes appelés à assumer. Et si ton Seigneur est prompt à sévir, Il est aussi Clément et Miséricordieux. »

7. Sourate des Murailles (Al-A‘râf)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm – Sâd. [2] C’est un Livre qui t’est révélé. Que ton cœur ne ressente aucune angoisse à son sujet ! Il te servira à avertir les hommes et à adresser un rappel aux croyants. [3] Suivez ce qui vous a été révélé de la part de votre Seigneur et ne suivez aucun autre maître que Lui ! Mais c’est bien peu que vous vous en souveniez !
[4] Que de cités n’avons-Nous pas anéanties ! Notre châtiment les a frappées pendant leur sommeil, dans la nuit, ou pendant leur sieste de la journée. [5] Et lorsque Notre rigueur s’est abattue sur elles, elles n’eurent qu’un seul cri : « Oui, nous avons été injustes ! »
[6] Certes, Nous interrogerons ceux à qui les messages ont été envoyés et Nous interrogerons également les messagers. [7] Nous leur relaterons leur histoire en toute connaissance, car Nous n’avons jamais cessé de les observer. [8] Et, ce jour-là, la pesée sera équitable. Ceux dont les bonnes actions pèseront lourd seront les bienheureux, [9] tandis que ceux dont les bonnes œuvres ne feront pas le poids, pour avoir été injustes envers Nos signes, seront des damnés.
[10] Nous vous avons installés sur la Terre et Nous vous y avons pourvus de multiples ressources. Mais vous en êtes rarement reconnaissants ! [11] Nous vous avons créés, Nous vous avons modelés, puis Nous avons dit aux anges : « Prosternez-vous devant Adam ! » Tous s’exécutèrent, Satan seul refusa de s’incliner.
[12] » Pourquoi, lui dit le Seigneur, ne t’es-tu pas prosterné, comme Je te l’ai ordonné ? » – « Je suis meilleur que lui, répondit Satan. Tu m’as tiré du feu, alors que Tu l’as créé d’argile ! » [13] – « Descends d’ici, dit alors le Seigneur. Il ne te sied pas de t’enorgueillir en ces lieux. Hors d’ici, méprisable que tu es ! » [14] – « Accorde-moi un délai, demanda Satan, jusqu’au jour où les hommes seront ressuscités. » [15] – « Ce délai t’est accordé », dit le Seigneur. [16] – « Puisque Tu as décrété ma perte, reprit Satan, je guetterai désormais les hommes le long de la Voie droite, [17] pour les harceler, par-devant et par-derrière, sur leur gauche et sur leur droite, en sorte que Tu en trouveras bien peu qui Te seront reconnaissants ! » [18] – « Hors d’ici, dit le Seigneur, couvert d’opprobre et à jamais banni ! De tous ceux parmi eux qui t’auront suivi et de toi-même, Je remplirai la Géhenne ! [19] Quant à toi, Adam, habite le Paradis, toi et ton épouse. Mangez de ses fruits à votre guise ! Mais n’approchez, sous aucun prétexte, de l’arbre que voici ! Sinon, vous seriez du nombre des injustes. » [20] Mais Satan s’employa à les tenter, afin de découvrir à leurs yeux les parties de leurs corps tenues jusqu’alors cachées, en leur disant : « Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous empêcher de devenir des anges ou des immortels. [21] Je suis pour vous, leur jura-t-il, un conseiller sincère. » [22] Et il réussit ainsi à les séduire par ses supercheries. Mais lorsqu’ils eurent goûté à l’arbre, ils virent apparaître leur nudité qu’ils s’empressèrent de couvrir avec des feuilles du Paradis. Le Seigneur les interpella alors : « Ne vous ai-Je pas interdit cet arbre ? Ne vous ai-Je pas dit que Satan était votre ennemi déclaré ? »
[23] – « Seigneur, dirent Adam et son épouse, nous avons agi injustement envers nous-mêmes. Si Tu ne nous pardonnes pas, et si Tu nous refuses Ta grâce, nous serons à jamais perdus. » [24] – « Descendez, dit le Seigneur. Vous serez ennemis les uns des autres sur Terre où vous trouverez un séjour et une jouissance temporaires. » [25] Et Il ajouta : « C’est là où vous vivrez, c’est là où vous mourrez et c’est de là qu’on vous fera sortir un jour ! »
[26] Ô fils d’Adam ! Nous vous avons dotés de vêtements pour couvrir votre nudité, ainsi que de parures. Mais le meilleur vêtement est la crainte révérencielle du Seigneur ! C’est là un des signes de Dieu. Peut-être s’en souviendront-ils ! [27] Ô fils d’Adam ! Ne vous laissez pas tenter par Satan, comme vos parents qu’il a fait sortir du Paradis, en les dépouillant de leurs vêtements pour leur montrer leur nudité, car lui et sa cohorte ne cessent de vous observer alors que vous, vous ne les voyez pas. Nous avons fait des démons les alliés des négateurs [28] qui disent quand ils commettent une turpitude : « C’est une coutume que nos ancêtres nous ont léguée et que Dieu a ordonné d’observer ! » Dis-leur : « Dieu n’ordonne jamais de commettre des turpitudes. Allez-vous attribuer à Dieu des choses dont vous n’avez aucune connaissance ? » [29] Dis-leur : « Mon Seigneur ordonne l’équité, comme Il vous ordonne de vous adresser exclusivement à Lui dans chaque prière, et de L’invoquer toujours d’une foi pure et sincère, car, de même qu’Il vous a créés pour la première fois, Il vous ressuscitera pour vous ramener tous à Lui, [30] aussi bien ceux qu’Il a mis sur la bonne voie que ceux qui ont mérité d’être égarés, pour avoir pris, en dehors de Dieu, les démons pour maîtres et alliés, pensant qu’ils étaient bien guidés. »
[31] Ô fils d’Adam ! Mettez vos plus beaux habits à chaque prière ! Mangez et buvez en évitant tout excès ! Dieu n’aime pas les outranciers.
[32] Dis : « Qui a déclaré illicites les parures et les mets succulents dont Dieu a gratifié Ses serviteurs ? » Réponds : « Ils sont destinés en cette vie aux croyants et ils seront leur apanage dans la vie future. » C’est ainsi que Nous exposons clairement Nos signes à des gens qui comprennent. [33] Dis encore : « Mon Seigneur a interdit seulement les turpitudes apparentes ou occultes, le mal et toute violence injustifiée ; de même qu’Il a interdit de Lui prêter des associés qu’Il n’a jamais accrédités et de dire de Lui des choses dont vous n’avez aucune connaissance. »
[34] À chaque communauté humaine un terme est fixé ; et quand ce terme échoit, nul ne peut, ne serait-ce que d’une heure, ni le retarder ni l’avancer.
[35] Ô fils d’Adam ! Si des prophètes issus de vous-mêmes viennent vous rappeler Mes enseignements, sachez que quiconque aura cru et fait le bien ne connaîtra ni crainte ni tristesse ; [36] tandis que ceux qui auront traité Nos signes de mensonges et qui, par orgueil, s’en seront détournés, ceux-là seront voués à l’Enfer pour l’éternité, [37] car qui est plus injuste que celui qui forge des mensonges sur le compte de Dieu ou qui traite Ses signes d’imposture ? Ceux qui s’en rendent coupables auront, certes, la part qui leur est destinée ; mais lorsque les anges de la mort viendront recueillir leur âme, ils leur demanderont : « Où sont donc ceux que vous invoquiez en dehors de Dieu ? » Et ils répondront : « Ils nous ont bel et bien abandonnés », témoignant ainsi contre eux-mêmes qu’ils étaient infidèles.
[38] Et Dieu leur dira alors : « Allez rejoindre en Enfer les générations de djinns et d’hommes qui vous ont précédés ! » Et chaque fois qu’une communauté y pénétrera, elle maudira son aînée, jusqu’au moment où elles seront toutes réunies. Alors la dernière entrée dira de la première arrivée : « Voilà, Seigneur, ceux qui nous ont égarés ! Double donc leur châtiment par le feu ! » Le Seigneur répondra : « À chacun de vous sera infligé un double châtiment, mais vous ne le saviez pas jusqu’à présent ! » [39] Et la première fournée dira aux derniers arrivés : « Vous ne valez guère mieux que nous. Goûtez donc le supplice que vous avez mérité par vos crimes ! » [40] Ceux qui traitent Nos signes de mensonges et s’en détournent avec dédain, ceux-là ne verront jamais s’ouvrir devant eux les portes du Ciel ni n’auront accès au Paradis que quand le chameau aura traversé le chas d’une aiguille ! C’est ainsi que Nous rétribuons les criminels [41] qui auront pour lit le brasier de l’Enfer et pour couverture des flammes ardentes. C’est ainsi que Nous rétribuons les injustes.
[42] Mais à ceux qui croient et font le bien, Nous n’imposerons aucune charge qui soit au-dessus de leurs moyens. Et ceux-là auront le Paradis pour séjour éternel. [43] Nous extirperons toute haine de leurs cœurs, et des ruisseaux couleront à leurs pieds. Alors, ils s’écrieront : « Louange à Dieu qui nous a conduits en ce lieu ! Si Dieu n’avait pas voulu nous guider dans la bonne voie, nous n’aurions jamais pu y accéder. Ainsi, tout ce que les envoyés de notre Seigneur nous avaient annoncé s’est réalisé ! » Et, au même moment, une voix les interpellera : « Voici le Paradis ! C’est l’héritage qui vous échoit pour prix de vos bonnes œuvres. »
[44] Et les habitants du Paradis crieront aux habitants de l’Enfer : « Voilà que se réalise pour nous la promesse de notre Seigneur ! Et celle qu’Il vous a faite se réalise-t-elle ? » – « C’est fait ! », répondront-ils. Un crieur proclamera alors au milieu d’eux : « Que la malédiction de Dieu s’abatte sur les coupables, [45] qui détournaient leurs semblables de la Voie de leur Seigneur, voulant la rendre tortueuse, et qui ne croyaient pas à la vie future ! »
[46] Et entre les deux séjours et au-dessus des murailles (al-A`râf) qui les séparent se tiendront des hommes qui, reconnaissant chacun à son signe distinctif, diront aux habitants du Paradis : « Que la paix soit avec vous ! », sans pouvoir les y rejoindre eux-mêmes malgré leur vif désir de le faire.
[47] Puis, lorsque leur regard tombera sur les habitants de l’Enfer, ils imploreront : « Seigneur, ne nous réunis pas avec ces pervers ! » [48] Et, s’adressant à certains damnés qu’ils reconnaîtront à leurs signes distinctifs, les gens d’al-A`râf leur diront : « Alors, à quoi vous ont servi toutes les richesses que vous aviez amassées et tout ce qui faisait l’objet de votre fierté ? » [49] Sont-ce ceux-là au sujet desquels vous juriez qu’ils n’obtiendraient aucune grâce du Seigneur ? Eh bien, heureux élus, entrez au Paradis où plus jamais vous ne connaîtrez ni crainte ni peine ! [50] Et les hôtes de l’Enfer crieront aux hôtes du Paradis : « Répandez sur nous un peu d’eau ou un peu de ces biens que Dieu vous a accordés ! » – « En vérité, leur répondront les bienheureux, Dieu a interdit l’un et l’autre aux impies [51] qui faisaient de leur religion un jeu et un divertissement, et qui se laissaient séduire par les plaisirs éphémères de la vie terrestre. » Ceux-là, Nous les oublierons en ce jour, comme ils en ont eux-mêmes oublié l’avènement, et ont refusé de croire à Nos enseignements.
[52] Et pourtant Nous leur avions bien apporté une Écriture que Nous avions détaillée en toute connaissance, à titre de guide et de bénédiction pour les croyants. [53] Qu’attendent-ils, sinon la réalisation des prédictions de ce Livre ? Mais le jour où elles se réaliseront, ceux qui l’auront auparavant oublié s’écrieront : « Les prophètes de notre Seigneur avaient donc bien prédit la vérité ! Pourrons-nous avoir des intercesseurs pour plaider en notre faveur ? Ou pourrons-nous être ramenés sur Terre pour agir autrement que nous l’avions fait ? » Ainsi, ils auront été les artisans de leur propre perte et les divinités qu’ils inventaient se seront à jamais évanouies !
[54] En vérité, votre Seigneur, c’est Dieu qui a créé les Cieux et la Terre en six jours et S’est ensuite établi sur Son Trône. Il couvre le jour de la nuit que celle-ci poursuit sans arrêt. De même qu’Il a créé le Soleil, la Lune et les étoiles et les a soumis à Ses lois, car la Création et le Commandement suprême ne relèvent que de Lui. Béni soit donc Dieu, le Seigneur de l’Univers !
[55] Invoquez votre Seigneur humblement et secrètement. En vérité, Dieu n’aime pas les transgresseurs. [56] Ne semez pas le désordre sur la Terre, après que l’ordre y a été établi. Invoquez votre Seigneur avec crainte et espoir. La miséricorde de Dieu est à la portée de ceux qui font des œuvres salutaires. [57] C’est Dieu qui envoie les vents, annonciateurs de Sa miséricorde. Et quand ils sont chargés de lourdes nuées, Nous les dirigeons vers une contrée morte de sécheresse et Nous en déversons l’eau avec laquelle Nous faisons pousser toutes sortes de fruits. C’est ainsi que Nous ressusciterons les morts. Peut-être saurez-vous y réfléchir.
[58] Un sol généreux produit toujours, par la grâce du Seigneur, une abondante récolte, tandis que le sol ingrat ne donne qu’une maigre végétation sans grande valeur. C’est ainsi que Nous varions les exemples pour ceux qui sont reconnaissants.
[59] Nous avons envoyé Noé à son peuple : « Ô mon peuple, dit-il, adorez Dieu ! Vous n’avez d’autre divinité que Lui. Je crains pour vous le châtiment d’un grand jour ! » [60] Mais les chefs de son peuple lui répondirent : « Tu nous parais être en pleine extravagance ! » [61] – « Ô mon peuple, reprit le prophète. Je ne suis nullement un égaré. Je suis seulement un envoyé du Seigneur de l’Univers ! [62] Je viens vous communiquer les messages de mon Seigneur et vous donner de bons conseils. Je sais, de la part de Dieu, des choses que vous ne pouvez savoir. [63] Trouvez-vous étrange qu’un message de votre Seigneur vous soit transmis par l’intermédiaire d’un homme issu de vous-mêmes, afin de vous mettre en garde et de vous exhorter à craindre Dieu en vue de mériter Sa miséricorde ? » [64] Mais ils le traitèrent de menteur. Nous le sauvâmes ainsi que ceux qui étaient avec lui sur l’arche, et Nous fîmes engloutir ceux qui traitaient Nos signes de mensonges. C’était un vrai peuple d’aveugles !
[65] Et aux gens de `Âd Nous avons envoyé leur frère Hûd qui leur dit : « Ô mon peuple ! Adorez Dieu ! Il n’y a pour vous d’autre divinité que Lui. Ne craignez-vous pas votre Seigneur ? » [66] Les grands de son peuple qui étaient des négateurs lui répondirent : « Nous voyons bien que tu dis des sottises et que tu ne rapportes que des mensonges ! » [67] – « Non, reprit-il, je ne suis pas un insensé. Je suis un envoyé du Seigneur des Mondes.
[68] Je vous apporte les messages de mon Seigneur, et je suis pour vous un conseiller digne de confiance. [69] Trouvez-vous étrange qu’un message de votre Seigneur vous soit transmis par l’intermédiaire d’un homme issu de vous-mêmes, afin de vous avertir ? Souvenez-vous que Dieu a fait de vous les successeurs du peuple de Noé et qu’Il a accru votre puissance. Souvenez-vous des bienfaits de Dieu si vous voulez assurer votre salut. » [70] – « Es-tu venu nous dire, répondirent-ils, de n’adorer que Dieu seul et de renoncer à ce qu’adoraient nos pères ? Fais donc surgir les malheurs dont tu nous menaces, si tu es sincère ! » [71] – « Vous venez d’attirer sur vous la malédiction et la colère de Dieu, reprit Hûd. Allez-vous disputer avec moi sur des divinités irréelles à qui vous avez, vous-mêmes et vos pères, donné des noms et qu’aucune révélation de Dieu n’a accréditées ? Attendez donc ! Je saurai attendre avec vous. » [72] Nous le sauvâmes alors, ainsi que ceux qui le suivaient, par un effet de Notre grâce, et exterminâmes ceux qui avaient traité Nos signes de mensonges et refusé de croire.
[73] Aux gens de Thamûd Nous avons envoyé leur frère Sâlih qui leur dit : « Adorez Dieu ! Vous n’avez d’autre divinité que Lui. Votre Seigneur vous envoie une preuve irréfutable. Voici la chamelle de Dieu ; elle est un signe pour vous. Laissez-la paître sur la terre de Dieu et ne lui faites aucun mal, sinon vous subirez un châtiment impitoyable.
[74] Souvenez-vous que Dieu a fait de vous les successeurs de `Âd et qu’Il vous a bien établis sur la Terre, où vous avez édifié des palais dans les plaines et creusé des demeures dans les montagnes. Proclamez les bienfaits de Dieu et ne commettez pas de corruption sur la Terre ! » [75] Les notables de son peuple, pleins d’orgueil, dirent aux faibles, parmi eux, qui s’étaient convertis : « êtes-vous bien sûrs que Sâlih soit réellement envoyé par son Dieu ? » – « Oui, répondirent les croyants, nous avons entièrement foi dans le message qu’il vous a transmis ! » [76] – « Et nous, répliquèrent les arrogants, nous renions absolument ce en quoi vous croyez ! » [77] Puis, désobéissant aux ordres de leur Seigneur, ils égorgèrent la chamelle et dirent à Sâlih : « Exécute maintenant les menaces que tu brandis contre nous, si tu es vraiment un prophète ! » [78] C’est alors que le cataclysme vint les surprendre et que, le lendemain matin, leurs demeures étaient jonchées de leurs cadavres. [79] Puis Sâlih se retira en disant : « Ô mon peuple ! Je vous ai bien transmis le message de mon Seigneur. Je vous ai loyalement conseillés, mais vous n’aimez pas entendre les bons conseils ! »
[80] Rappelez-vous aussi Loth, quand il dit à son peuple : « Comment osez-vous pratiquer un vice qu’aucun peuple avant vous n’avait pratiqué ? [81] Vous vous obstinez à assouvir vos désirs charnels sur les hommes, plutôt que sur les femmes ! N’est-ce pas là l’œuvre d’un peuple pervers ? »
[82] Mais, pour toute réponse, son peuple s’écria : « Bannissez de votre cité ces faux puritains ! Nous n’en avons que faire ! » [83] Cependant, Nous sauvâmes Loth et les siens, excepté sa femme qui eut le même sort que ceux qui devaient périr. [84] Nous fîmes tomber sur eux une pluie de pierres d’argile. Observe comment finissent les criminels !
[85] Aux habitants de Madyan fut envoyé leur frère Shu`ayb. « Ô mon peuple, leur dit-il, adorez Dieu ! Il n’y a pour vous d’autre divinité que Lui. Votre Seigneur vous envoie un signe irréfutable. Donnez bon poids et juste mesure ! Ne frustrez pas les gens de leurs biens ! Ne semez pas le désordre sur la Terre après que l’ordre y a été établi ! Cela vous sera profitable, si vous avez la foi. [86] Ne vous portez pas sur tous les chemins pour terroriser les croyants et les détourner de la Voie de Dieu, cette Voie droite que vous cherchez à rendre tortueuse ! Souvenez-vous du petit nombre que vous étiez avant qu’Il ne fît de vous un peuple prospère. Considérez quelle a été la fin des pervers ! [87] S’il en est parmi vous un certain nombre pour croire à ma mission alors que d’autres n’y ont pas cru, patientez jusqu’à ce que Dieu nous départage, car Il est le Meilleur des juges ! »
[88] Mais les chefs de son peuple, enflés d’orgueil, répliquèrent : « Ô Shu`ayb ! Nous te chasserons de notre cité, ainsi que ceux qui ont cru avec toi, à moins que vous ne reveniez à notre culte. » – « Comment !, riposta Shu`ayb. Y revenir, même si nous l’avons en aversion ! [89] Ce serait de notre part une véritable trahison à l’encontre de Dieu que de revenir à votre religion après qu’Il nous en a délivrés. Il n’est donc plus question pour nous d’y retourner, à moins que Dieu, notre Seigneur dont la science embrasse toute chose, ne le veuille ! C’est en Lui que nous mettons notre confiance. Seigneur ! Veuille trancher, en toute équité, le différend qui nous oppose à notre peuple, car Tu es le Meilleur des juges ! »
[90] Et les négateurs parmi les notables de son peuple dirent : « Si vous suivez Shu`ayb, vous êtes assurément perdants. » [91] Alors un violent tremblement les secoua. Et le lendemain, ils gisaient, inanimés, dans leurs demeures. [92] Ainsi fut la fin de ceux qui avaient traité Shu`ayb d’imposteur, comme s’ils n’avaient jamais hanté ces demeures ; ce sont eux qui furent les perdants. [93] Shu`ayb s’éloigna alors d’eux en disant : « Ô mon peuple ! Je vous ai transmis les messages de mon Seigneur. Je vous ai prodigué les conseils les plus salutaires. Après tout, dois-je m’affliger sur le sort d’un peuple infidèle ? »
[94] C’est ainsi que Nous n’avons jamais dépêché un prophète dans une cité sans accabler ses habitants de malheurs et de calamités, afin de les inciter à reconnaître leurs péchés et à s’en repentir. [95] Puis Nous substituions le bonheur à l’adversité, si bien que, se sentant en pleine prospérité, ces gens-là finissaient par dire : « Après tout, nos pères ont déjà connu aussi bien le bonheur que le malheur ! » C’est alors que Nous les saisissions à l’improviste, au moment où ils s’y attendaient le moins.
[96] Et si les habitants de ces cités avaient cru et avaient craint Dieu, Nous aurions à coup sûr répandu sur eux des bénédictions du Ciel et de la Terre ; mais ils ont crié au mensonge. Aussi les avons-Nous sanctionnés en raison de leurs péchés. [97] Ces gens-là étaient-ils sûrs que Notre châtiment ne viendrait pas les frapper de nuit, en plein sommeil ? [98] Ou que Nos supplices ne s’abattraient pas sur eux en plein jour, au milieu de leurs divertissements et de leurs plaisirs ? [99] Se sentaient-ils à l’abri des ripostes divines ? Or, seuls les perdants croient échapper à la rigueur du Seigneur. [100] N’a-t-Il pas montré à ceux qui ont hérité de la Terre après ses anciens occupants que si Nous le voulions, Nous les punirions pour leurs crimes et scellerions leurs cœurs au point qu’ils n’entendraient plus rien ? [101] Telles sont les cités dont Nous te relatons quelques-unes des histoires. Des prophètes leur furent envoyés avec des preuves. Mais leurs habitants n’étaient pas prêts à croire à ce qu’ils avaient auparavant renié. C’est ainsi que Dieu scelle à jamais le cœur des infidèles. [102] Nous n’avons trouvé, chez la plupart d’entre eux, aucune trace de fidélité à leurs engagements. Nous avons, en revanche, constaté que la plupart d’entre eux étaient pervers.
[103] Après ces prophètes, Nous avons envoyé Moïse avec Nos signes à Pharaon et aux dignitaires de son peuple qui ont commis l’injustice de les renier. Considère donc quelle fut la fin des corrupteurs !
[104] » Ô Pharaon, dit Moïse, je suis un messager du Seigneur de l’Univers.
[105] Il est de mon devoir de ne dire sur Dieu que la vérité. Je vous apporte une preuve évidente de votre Seigneur. Laisse donc partir avec moi les fils d’Israël ! » [106] – « Tu prétends apporter une preuve, dit Pharaon. Produis-la donc, si tu es sincère ! » [107] Moïse jeta alors son bâton, et aussitôt celui-ci se mua en véritable serpent ; [108] puis il étendit la main, et elle apparut toute blanche aux spectateurs. [109] » Ne voilà-t-il pas, s’écria l’entourage de Pharaon, un magicien fort habile ? [110] Il veut vous chasser de votre terre ! Qu’ordonnez-vous donc de faire ? [111] Fais-le attendre, lui et son frère, et envoie dans toutes les villes des émissaires [112] pour t’amener tout homme versé dans la magie. » [113] Réunis chez Pharaon, les magiciens lui dirent : « Nous aurons certainement une récompense si nous sommes les vainqueurs ! » [114] – « Bien sûr, dit Pharaon, mieux encore, vous siégerez parmi les membres de ma cour. » [115] Les magiciens dirent alors à Moïse : « Veux-tu commencer ou est-ce nous qui commençons ? » [116] – « Commencez ! », répondit Moïse. Et aussitôt qu’ils eurent jeté leurs sorts, ils fascinèrent la foule, lui inspirèrent une grande frayeur et déployèrent une magie extraordinaire ! [117] Nous inspirâmes alors à Moïse de jeter son bâton qui, aussitôt, se mit à engloutir ce que les magiciens avaient inventé. [118] Et c’est ainsi que la vérité éclata, mettant en échec toutes leurs manœuvres. [119] Vaincus et humiliés, [120] les magiciens se prosternèrent face contre terre,
[121] en disant : « Nous croyons au Maître de l’Univers, [122] au Dieu de Moïse et d’Aaron ! » [123] – « Comment osez-vous, s’écria Pharaon, vous convertir à son culte sans que je vous y autorise ? C’est là un complot que vous avez ourdi dans la cité pour en chasser les habitants ! Vous allez voir ! [124] Je vous ferai couper une main d’un côté et un pied de l’autre, avant de vous faire tous crucifier ! » [125] – « Qu’importe, répondirent-ils, puisque c’est à notre Seigneur que se fera notre retour ! [126] Au fond, qu’as-tu à nous reprocher, sinon d’avoir ajouté foi aux signes de notre Seigneur quand ils se sont manifestés à nous ? Seigneur ! Fortifie notre patience et fais-nous mourir en croyants soumis à Ta loi ! »
[127] Alors les dignitaires du royaume de Pharaon s’écrièrent : « Vas-tu laisser Moïse et son peuple semer le désordre dans le pays et entraîner ta déchéance et celle de tes divinités ? » – « Nous mettrons à mort, répondit Pharaon, leurs fils et conserverons la vie à leurs filles. De toute façon, nous les tenons à notre merci ! » [128] – « Demandez l’assistance de Dieu, dit Moïse à son peuple, et soyez patients ! La Terre est à Dieu. Il la donne en héritage à qui Il veut parmi Ses serviteurs, et l’heureuse fin est à ceux qui Le craignent. » [129] – « Nous avons été maltraités, lui dirent-ils, avant ton arrivée et nous le sommes encore ! » – « Peut-être votre Seigneur fera-t-Il périr votre ennemi, reprit Moïse, et fera-t-Il de vous Ses héritiers sur la Terre, pour voir comment vous vous y comporterez ? » [130] Nous infligeâmes alors au peuple de Pharaon des années de sécheresse et de mauvaises récoltes, à titre d’avertissement.
[131] Un bienfait leur arrivait-il, ils disaient : « Cela nous est dû ! » ; mais quand un malheur les frappait, ils qualifiaient Moïse et ses compagnons d’oiseaux de mauvais augure, alors que leur sort dépendait uniquement de leur Seigneur. Mais la plupart d’entre eux ne s’en doutaient guère. [132] Ils disaient à Moïse : « Quel que soit le signe que tu nous apportes pour nous fasciner, nous ne serons jamais disposés à te croire ! » [133] C’est alors que Nous envoyâmes contre eux le déluge, les sauterelles, la vermine, les grenouilles et le sang, en autant d’avertissements distincts. Mais ils s’obstinèrent dans leur orgueil, car c’était un peuple criminel.
[134] Et chaque fois que le châtiment tombait sur eux, ils disaient : « Ô Moïse ! Invoque ton Seigneur en notre faveur suivant l’alliance qu’Il a conclue avec toi. Si tu écartes de nous ce malheur, nous croirons en toi et nous laisserons partir avec toi les fils d’Israël. » [135] Mais une fois que Nous les eûmes arrachés à leur détresse pour le temps que Nous avions fixé, ils trahirent leurs serments. [136] Nous sévîmes alors contre eux en les engloutissant dans la mer pour avoir douté de Nos signes et les avoir méconnus. [137] Et Nous donnâmes en héritage au peuple, naguère opprimé, les contrées orientales et occidentales que Nous avions bénies. Et c’est ainsi que se trouva réalisée la belle promesse de ton Seigneur aux fils d’Israël, en récompense de leur constance. Nous détruisîmes tous les ouvrages que Pharaon et son peuple avaient édifiés ou érigés.
[138] Nous fîmes traverser la mer aux fils d’Israël et ils rencontrèrent un peuple qui vouait un culte assidu à ses idoles. Ils lui dirent alors : « Ô Moïse ! Fais-nous un dieu semblable aux leurs ! » – « Bande d’insensés que vous êtes !, leur répondit Moïse. [139] Le culte que professent ces gens-là les conduit à la ruine, et tout ce qu’ils font est nul et sans valeur ! » [140] Et il ajouta : « Dois-je choisir pour vous une autre divinité que Dieu, qui vous a préférés à tous les peuples de la Terre ? » [141] Souvenez-vous lorsque Nous vous avons délivrés des gens de Pharaon qui vous infligeaient les pires châtiments, tuant vos fils et épargnant vos filles. Ce fut là une terrible épreuve de la part de votre Seigneur !
[142] Nous fixâmes à Moïse un rendez-vous pour trente nuits, que Nous complétâmes par dix autres, en sorte que son entretien avec Dieu devait durer quarante nuits. Moïse dit alors à son frère Aaron : « Remplace-moi auprès de mon peuple ; agis avec justice et ne suis pas le chemin des pervers. » [143] Lorsque Moïse vint à Notre rencontre et que son Seigneur lui eut adressé la parole, il dit : « Seigneur, montre-Toi à moi pour que je Te voie ! » – « Non, tu ne Me verras pas, répliqua le Seigneur. Mais regarde plutôt la montagne. Si elle reste immobile à sa place, tu pourras alors Me voir. » Et lorsque son Seigneur se manifesta à la montagne, Il la réduisit en poussière, et Moïse tomba foudroyé. Revenu à lui, il s’écria : « Gloire à Toi ! Je reviens à Toi, plein de repentir, et je suis le premier des croyants. »
[144] – « Ô Moïse, dit le Seigneur, Je t’ai élu d’entre les hommes pour te confier Mon message et t’adresser Ma parole. Prends ce que Je te donne et sois-en reconnaissant ! » [145] Nous avons inscrit pour lui sur les Tables une règle morale à observer en toute circonstance, ainsi qu’un clair exposé de toute chose et lui avons dit : « Observe-les avec fermeté et ordonne à ton peuple de se conformer à ce qu’ils contiennent de meilleur. Je vous ferai bientôt voir la demeure des pervers. [146] Je priverai de Mes signes ceux qui affichent sans raison leur orgueil sur Terre, qui refusent de croire à tout signe qu’ils voient et qui, apercevant la voie de la droiture, s’en écartent obstinément ; mais, voyant celle de l’égarement, ils s’y engagent résolument. Il en est ainsi parce qu’ils ont traité Nos signes de mensonges et qu’ils s’y sont montrés indifférents ! » [147] Ainsi seront vaines les œuvres de ceux qui auront renié Nos signes et la vie future. Méritent-ils d’être rétribués autrement que selon leurs œuvres ? [148] Pendant l’absence de Moïse, son peuple avait façonné avec leurs parures le corps d’un veau doué de mugissement. Ne s’étaient-ils pas rendu compte que ce veau ne pouvait ni leur parler ni leur être utile en quoi que ce soit ? Toujours est-il qu’ils le prirent pour divinité, faisant ainsi preuve d’iniquité. [149] Puis, complètement déçus, ils reconnurent leur erreur, et s’écrièrent : « Si notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde et ne nous pardonne pas, nous serons très certainement du nombre des perdants. »
[150] Lorsque Moïse revint vers son peuple, il dit, plein de colère et d’amertume : « Quelle conduite lamentable a été la vôtre pendant mon absence ! Avez-vous voulu hâter le décret de votre Seigneur ? » Puis, jetant les Tables, il empoigna par les cheveux son frère et se mit à le tirer vers lui. « Ô fils de ma mère !, s’écria Aaron. Ces gens-là ont profité de ma faiblesse et ont failli me tuer. Ne réjouis donc pas à mes dépens nos adversaires et ne me range pas parmi les pervers ! » [151] – « Seigneur, dit Moïse, pardonne-moi, ainsi qu’à mon frère ! Reçois-nous au sein de Ta miséricorde, car Ta miséricorde n’a point d’égale ! » [152] En vérité, ceux qui ont pris le veau pour divinité encourront la colère de leur Seigneur et l’avilissement dans ce bas monde. C’est ainsi que Nous rétribuons les menteurs. [153] Ceux qui après avoir commis des péchés se repentent et retrouvent la foi, Dieu sera Indulgent et Miséricordieux à leur égard. [154] Lorsque la colère de Moïse se fut apaisée, il reprit les Tables, dont le texte constituait une direction et une grâce pour ceux qui craignent leur Seigneur. [155] Et il choisit soixante-dix hommes parmi son peuple, pour l’accompagner à Notre rendez-vous. Mais lorsqu’ils furent saisis par le cataclysme, Moïse dit : « Seigneur ! Si Tu l’avais voulu, Tu les aurais déjà fait périr, et moi avec eux. Vas-Tu nous faire périr pour des péchés que des sots d’entre nous ont commis ? Ce n’est là qu’une épreuve de Ta part par laquelle Tu égares qui Tu veux et diriges qui Tu veux. Tu es notre Maître ! Pardonne-nous et reçois-nous au sein de Ta miséricorde, car Tu es le Meilleur des absoluteurs !
[156] Réserve-nous un heureux destin en ce monde et en la vie future ! Nous revenons à Toi, pleins de repentir. » – « Mon châtiment, dit le Seigneur, tombera sur qui Je veux, et Ma miséricorde embrasse toute chose ; Je la destine à ceux qui Me craignent, qui font la zakât et qui croient en Nos signes ; [157] à ceux qui suivront l’Envoyé, qui est le Prophète illettré qu’ils trouvent mentionné chez eux dans le Pentateuque et l’Évangile, et qui leur recommande le Bien et leur interdit le Mal, qui déclare licite pour eux ce qui est bon et illicite ce qui est impur, qui les soulage de leur fardeau et les délivre de leurs chaînes. Ceux qui auront cru en lui, qui l’auront secouru et soutenu, qui auront pris pour guide la lumière descendue avec lui, ceux-là connaîtront le vrai bonheur. »
[158] Dis : « Ô hommes ! Je suis, en toute vérité, le Prophète de Dieu, envoyé à vous tous par Celui à qui appartient le Royaume des Cieux et de la Terre. Il n’y a de divinité que Lui. C’est Lui qui fait vivre et mourir. Croyez donc en Dieu et en Son Envoyé, le Prophète que les hommes n’ont pas instruit, qui a foi en Dieu et en Ses paroles ! Suivez-le ! Vous n’en serez que mieux guidés ! »
[159] Parmi le peuple de Moïse, il y a des gens qui se laissent guider par la vérité et qui, quand ils rendent un jugement, le font avec équité.
[160] Nous avons réparti les fils d’Israël en douze tribus formant douze communautés. Et lorsque le peuple de Moïse lui demanda de l’eau, Nous lui révélâmes : « Frappe le rocher de ton bâton. » Aussitôt douze sources en jaillirent et chaque tribu sut à quelle source elle devait se désaltérer. Puis Nous étendîmes sur eux l’ombre d’un nuage et fîmes descendre sur eux la manne et les cailles. « Mangez de ces bons mets que Nous vous octroyons. » C’est donc non pas à Nous qu’ils ont fait du tort, mais bien à eux-mêmes.
[161] Rappelez-vous lorsqu’on leur avait dit : « Installez-vous dans cette ville et mangez de ses produits, partout où vous voudrez ; mais demandez, en y entrant, la rémission de vos péchés, et franchissez-en la porte en vous prosternant. Vos fautes seront alors pardonnées et une meilleure récompense sera attribuée aux vertueux d’entre vous. » [162] Or, ceux d’entre eux qui étaient injustes substituèrent d’autres paroles au message qu’ils avaient reçu. Aussi fîmes-Nous descendre sur eux un châtiment du ciel, en sanction de leur iniquité.
[163] Interroge-les sur cette cité sise au bord de la mer, dont les habitants ne respectaient pas le repos du samedi, et auxquels les poissons ne se montraient plus à la surface de l’eau que le jour du Sabbat et disparaissaient les jours où il leur était permis de les pêcher. C’est ainsi que Nous les éprouvions pour les punir de leur perversité.
[164] Souvenez-vous lorsqu’un groupe d’entre eux dit aux autres : « Pourquoi exhortez-vous ces gens que Dieu va bientôt anéantir ou soumettre à un terrible châtiment ? » – « C’est pour dégager notre responsabilité vis-à-vis de votre Seigneur, répondirent-ils, et aussi dans l’espoir de les amener à Le craindre. » [165] Puis lorsqu’ils eurent oublié ce qu’on leur avait rappelé, Nous sauvâmes ceux qui avaient dénoncé le mal et infligeâmes un châtiment terrible aux injustes pour leurs actes pervers. [166] Et quand ils refusèrent d’abandonner ce qui leur avait été interdit, Nous leur dîmes : « Soyez transformés en singes répugnants ! »
[167] Souviens-toi lorsque ton Seigneur annonça qu’Il enverrait contre eux des adversaires qui leur feraient subir de terribles châtiments jusqu’au Jour dernier. En vérité, si ton Seigneur est prompt à châtier, Il est aussi Miséricordieux et Clément. [168] Nous les avons disséminés à travers le monde en plusieurs communautés parmi lesquelles il y avait des gens vertueux et d’autres qui l’étaient moins. Et Nous les avons éprouvés tantôt en les gratifiant de faveurs, tantôt en les soumettant à des malheurs, afin de les faire revenir de leurs erreurs.
[169] Puis vinrent après eux leurs successeurs qui héritèrent de l’Écriture et qui se mirent à profiter de tout bien qui leur tombait sous la main en disant chaque fois : « Cela nous sera pardonné ! » Mais chaque fois que l’occasion se présentait, ils récidivaient, comme si l’Écriture ne leur faisait pas obligation de ne dire sur Dieu que la vérité ! Ils en ont pourtant étudié le contenu et y ont appris que l’ultime demeure est bien meilleure que celle d’ici-bas, pour ceux qui craignent le Seigneur. Ne le comprenez-vous donc pas ?
[170] Pour ceux qui se conforment au Livre et accomplissent la salât, Nous ne laisserons pas perdre la récompense due à ceux qui font le bien.
[171] Souvenez-vous lorsque Nous élevâmes la montagne comme une ombrelle au-dessus de leurs têtes, au point qu’ils crurent qu’elle allait s’écrouler sur eux. « Recevez avec résolution ces enseignements que Nous vous donnons, leur dîmes-Nous. Méditez-en le contenu. Peut-être deviendrez-vous ainsi des gens pieux ! »
[172] Et lorsque ton Seigneur tira des lombes des fils d’Adam leurs descendants et les fit témoigner contre eux-mêmes, en leur demandant : « Ne suis-Je pas votre Seigneur ? » Et ils répondirent : « Oui, nous en témoignons ! » Et ce, afin que vous ne puissiez plus dire le Jour de la Résurrection : « Nous avons été pris au dépourvu » ; [173] ou que vous ne disiez : « Ce sont nos ancêtres qui, les premiers, donnaient des associés à Dieu, et nous, en tant que leurs descendants, nous n’avons fait qu’hériter leur culte. Vas-Tu nous châtier pour ce que faisaient ces négateurs ? » [174] C’est ainsi que Nous exposons en détail Nos signes. Peut-être reviendront-ils de leurs erreurs ?
[175] Raconte-leur l’histoire de celui à qui Nous avions communiqué Nos signes, mais qui s’en est volontairement écarté et qui, marchant dans le sillage du démon, alla grossir le rang des égarés. [176] Et si Nous avions voulu, Nous l’aurions sauvé, grâce à Nos signes ; mais il avait opté pour la vie matérielle de ce monde et obéi à ses instincts, donnant ainsi l’exemple du chien qui ne cesse de haleter, qu’on le traque ou qu’on le laisse en paix. Telle est l’image de ceux qui traitent Nos signes de mensonges ! Raconte-leur ces récits ! Peut-être les feront-ils réfléchir ?
[177] Quelle détestable image que celle qu’offrent ceux qui nient Nos signes et qui, en réalité, ne font du tort qu’à eux-mêmes ! [178] Seul est dans la bonne voie celui que Dieu guide. Quant à ceux qu’Il égare, ce sont ceux-là les perdants.
[179] Nous avons destiné à l’Enfer un grand nombre de djinns et d’hommes qui ont des cœurs pour ne pas comprendre, des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre. Comparés à des bestiaux, ils sont plus égarés encore. Tels sont ceux qui vivent dans l’insouciance ! [180] C’est à Dieu qu’appartiennent les plus beaux Noms. Servez-vous de ces Noms quand vous L’invoquez ! Éloignez-vous de ceux qui les profanent et qui seront rétribués selon leurs actes.
[181] Il y a cependant, parmi ceux que Nous avons créés, une communauté dont les membres s’attachent à la vérité et jugent avec équité. [182] Quant à ceux qui traitent Nos signes de mensonges, Nous les conduirons insensiblement vers leur perte sans qu’ils s’en rendent compte. [183] Et Je leur accorderai un délai, car Mes ripostes sont infaillibles. [184] Ne comprennent-ils pas enfin que leur compagnon n’est point un possédé, mais qu’il est seulement un avertisseur explicite ? [185] N’ont-ils jamais dirigé leur regard vers le Royaume des Cieux et de la Terre et vers toutes les choses merveilleuses que Dieu a créées ? Ne pensent-ils pas que leur terme est peut-être proche ? Quel autre discours, après cela, faut-il leur tenir pour les amener à croire ? [186] Mais il n’y a point de guide pour ceux que Dieu égare. Il les abandonne dans leur rébellion et les laisse errer en aveugles.
[187] Ils t’interrogent sur l’Heure : « Quand viendra-t-elle ? » Réponds-leur : « Seul mon Seigneur en a connaissance. Lui Seul est à même de la faire surgir au terme fixé. Et du coup, les Cieux et la Terre en seront bouleversés ! D’autant qu’elle ne vous prendra qu’à l’improviste. » On t’interroge à son sujet comme si tu en possédais le secret ! Réponds-leur : « Dieu Seul en a connaissance. » Mais la plupart des hommes ne s’en doutent guère.
[188] Dis : « Je ne détiens aucun pouvoir de me faire du bien ou du mal, sinon ce que Dieu veut. Si j’avais accès à l’insondable, j’aurais des biens en abondance et aucun mal ne saurait m’atteindre. Je ne suis qu’un avertisseur et un annonciateur pour les gens qui croient. »
[189] C’est Lui qui vous a créés d’un seul être dont Il a tiré son épouse afin qu’il pût trouver sa sérénité auprès d’elle. Après que l’homme eut cohabité avec sa femme, celle-ci conçut et sentit un léger fardeau qui ne lui causait aucune gêne. Puis, lorsqu’elle s’en trouva plus lourde, les deux époux adressèrent à leur Seigneur cette prière : « Si Tu nous donnes un enfant sain, nous T’en serons reconnaissants ! » [190] Puis, quand Il leur eut donné un fils bien fait, ils prêtèrent à Dieu des associés en ce qu’Il leur avait donné. Mais Dieu est infiniment au-dessus de ce qu’on peut Lui associer !
[191] Peut-on concevoir des associés qui n’ont aucun pouvoir de créer et qui sont eux-mêmes créés ; [192] qui ne peuvent en rien secourir leurs adeptes ni se secourir eux-mêmes ? [193] Si vous les appelez à la bonne voie, ils ne vous suivront pas. D’ailleurs, le résultat pour vous est le même, que vous les appeliez ou que vous gardiez le silence. [194] Tous ceux que vous invoquez en dehors de Dieu ne sont que de simples créatures comme vous. Priez-les et voyez s’ils vous exaucent, si vous croyez réellement en eux ! [195] Ces associés ont-ils des pieds pour marcher, des mains pour appréhender, des yeux pour observer, des oreilles pour entendre ? Dis-leur : « Faites appel à vos associés et usez contre moi de vos perfidies, sans m’accorder aucun répit !
[196] En vérité, mon Protecteur, c’est Dieu, qui a révélé le Coran et qui est le Soutien de tous les justes, [197] alors que ceux que vous invoquez en dehors de Lui ne peuvent ni vous secourir ni se secourir eux-mêmes. »
[198] Si tu les invites à suivre la bonne voie, ils ne t’entendent pas. Ils semblent te fixer du regard sans rien voir. [199] Sois conciliant ! Ordonne le bien et écarte-toi des ignorants ! [200] Et si le démon t’incite au mal, cherche refuge auprès de Dieu, car Il est Audient et Omniscient ! [201] Lorsque ceux qui craignent Dieu se sentent effleurés par le souffle de Satan, ils se souviennent de leur Seigneur et aussitôt redeviennent clairvoyants, [202] pendant que les partisans des démons, enfoncés sans cesse par ces derniers dans l’aberration, ne peuvent plus se retenir. [203] Lorsque tu ne leur apportes pas de miracle, ils disent : « Que ne l’inventes-tu pas ? » Réponds-leur : « Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé par mon Seigneur. Ce Coran n’apporte-t-il pas des preuves lumineuses, une bonne direction et une grâce pour ceux qui croient ? »
[204] Lorsque le Coran est récité, observez le silence et écoutez-le attentivement, afin de mériter la miséricorde du Seigneur. [205] Invoque ton Seigneur au fond de toi-même avec humilité et crainte ! Invoque-Le à voix basse, matin et soir, sans jamais te laisser distraire ! [206] Ceux qui sont auprès de ton Seigneur ne dédaignent jamais de L’adorer, de célébrer Ses louanges et de se prosterner devant Lui.

8. Sourate des Prises de guerre (Al-Anfâl)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] On t’interroge sur les prises de guerre. Réponds : « Les prises de guerre sont à Dieu et à Son Prophète. Craignez Dieu ! Maintenez la concorde entre vous et obéissez à Dieu et à Son Prophète, si vous êtes des croyants sincères, [2] car les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand le Nom de Dieu est évoqué ; ceux dont la foi augmente quand Ses versets leur sont récités et qui, en tout, s’en remettent à Lui ; [3] ceux qui sont assidus à la salât et qui donnent en aumône une partie des biens que Nous leur avons accordés. [4] Les voilà, les véritables croyants auxquels une place de choix auprès de leur Seigneur sera réservée, ainsi qu’une rémission et une généreuse récompense !
[5] De même qu’un groupe de croyants ne t’a suivi qu’à contrecœur, lorsque ton Seigneur t’a fait sortir de ta demeure, pour assurer le triomphe de la Vérité, [6] de même, ils continuent à contester cette même Vérité qui s’est pourtant clairement manifestée, comme si on les conduisait à une mort certaine ! [7] Dieu vous avait promis la victoire sur l’une des deux troupes ennemies, et vous auriez préféré triompher de celle qui n’était pas armée. Or, Dieu aux arrêts immuables voulait faire triompher la Vérité dans tout son éclat et anéantir les infidèles jusqu’au dernier ; [8] cela afin d’avérer le Vrai et de dissiper le faux, quelle que fût la répulsion qu’en avaient les criminels.
[9] Lorsque vous imploriez l’assistance de votre Seigneur, n’a-t-Il pas exaucé vos prières, en disant : « Je vous envoie en renfort mille anges qui déferleront par vagues successives » ? [10] Et ce n’était là, de la part du Seigneur, qu’une heureuse annonce destinée à vous mettre en confiance, tant il est vrai qu’il n’y a que Dieu pour accorder la victoire, car Il est Puissant et Sage. [11] Et, étendant Sa sécurité sur vous, Dieu vous enveloppa d’un sommeil apaisant et envoya une eau du ciel pour vous purifier, afin de vous débarrasser des souillures du démon, de relever votre courage et de raffermir vos pas. [12] Puis Il révéla aux anges : « Je suis avec vous ! Rassurez les croyants ! Je me charge de jeter l’épouvante dans le cœur des infidèles. Frappez-les à la nuque ! Frappez-les sur les doigts ! » [13] Et il en fut ainsi, parce qu’ils se sont insurgés contre Dieu et Son Prophète. Quiconque s’insurge contre Dieu et Son Prophète doit savoir que Dieu est Terrible dans Son châtiment.
[14] Tel est, impies, votre supplice ! Goûtez-le, en étant assurés que c’est le supplice du feu qui est réservé aux infidèles ! [15] Et vous qui croyez ! Quand une armée ennemie marche contre vous, ne lui tournez pas le dos ! [16] Quiconque, ce jour-là, tournera le dos à l’ennemi, à moins que ce ne soit par tactique de combat ou pour rallier un autre groupe, s’exposera à la colère de Dieu et sera voué à la Géhenne qui constituera pour lui la pire des demeures.
[17] Ce n’est pas vous qui les avez tués ! C’est Dieu qui les a tués ! Ce n’est pas toi Prophète qui les a déstabilisés par ton geste ! C’est Dieu qui l’a fait ! Il voulait ainsi donner aux croyants cette belle marque de Sa sollicitude. Il est Audient et Omniscient. [18] Voilà ce que Dieu a fait pour vous ! Dieu fera toujours échouer la perfidie des infidèles ! [19] Si vous cherchiez la victoire, impies, vous voilà servis ! Cessez donc toute hostilité, cela vaudra mieux pour vous ! Mais si vous reprenez la lutte, Nous la reprendrons et votre armée, quel qu’en soit le nombre, ne vous sera d’aucune utilité, car Dieu est avec les croyants. [20] Ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu et à Son Prophète ! Ne vous détournez pas de lui, quand vous l’entendez vous interpeller ! [21] Ne faites pas comme ceux qui disent : « Nous avons entendu ! », alors qu’ils n’ont même pas écouté !
[22] Les plus viles des bêtes au regard de Dieu sont celles qui sont sourdes et muettes et qui sont incapables de raisonner. [23] Si Dieu leur avait reconnu quelque mérite, Il leur aurait permis d’entendre Son enseignement. Mais, même s’Il leur avait permis de l’entendre, ils s’en seraient encore détournés et s’en seraient sûrement éloignés ! [24] Ô vous qui croyez ! Répondez à l’appel de Dieu et du Prophète lorsque celui-ci vous convie à ce qui peut assurer votre salut. Sachez que Dieu peut S’interposer entre l’homme et son cœur, et que c’est devant Lui que vous serez tous rassemblés. [25] Redoutez une épreuve qui n’atteindra pas uniquement ceux d’entre vous qui sont injustes. Sachez que Dieu est Implacable quand Il sévit.
[26] Rappelez-vous lorsque vous n’étiez qu’une poignée d’opprimés dans la contrée, craignant à tout moment d’être capturés par vos adversaires ! Dieu vous a alors donné un refuge, vous a prêté assistance et vous a pourvus de bonnes choses, afin que vous Lui en témoigniez votre reconnaissance.
[27] Ô vous qui croyez ! Ne trahissez pas Dieu et le Prophète, car ce serait trahir sciemment la confiance placée en vous ! [28] Sachez que vos richesses et vos enfants ne sont qu’une épreuve pour vous, et qu’auprès de Dieu il y a de magnifiques récompenses !
[29] Ô vous qui croyez ! Si vous craignez Dieu, Il vous accordera la faculté de discerner entre le Bien et le Mal, absoudra vos péchés et vous recevra en Sa grâce, car Il est le Détenteur de la grâce infinie !
[30] Rappelle-toi Prophète le temps où les infidèles tramaient des complots contre toi pour t’emprisonner, te tuer ou te bannir. Ainsi complotaient-ils ; mais Dieu déjoua tous leurs complots, car Dieu maîtrise tous les stratagèmes. [31] Lorsque Nos versets leur sont récités, ils disent : « Oui, nous les avons déjà entendus ! Et si nous le voulions, nous en dirions autant, car ce ne sont là que des histoires anciennes ! » [32] Et ils disent aussi : « Ô Dieu ! Si c’est là la Vérité que Tu nous envoies, fais pleuvoir sur nous des pierres, ou inflige-nous quelques terribles tourments ! » [33] Mais Dieu ne saurait les châtier tant que tu te trouves parmi eux ; de même qu’Il ne saurait les punir tant qu’ils demandent Son pardon !
[34] Sinon, qu’auraient-ils de particulier pour que Dieu ne les soumette pas au supplice, eux qui empêchent les fidèles d’accéder à la Mosquée sacrée, comme s’ils en étaient les gardiens, alors que ses vrais gardiens sont ceux qui craignent le Seigneur ? Mais la plupart d’entre eux ne le comprennent pas ! [35] Même leur prière dans l’enceinte sacrée n’était que sifflements entre les doigts et battements des mains. « Goûtez donc au châtiment que vous méritez par votre impiété ! » [36] Les négateurs dépensent leurs biens pour détourner les gens de la Voie du Seigneur. Et quand ils les auront gaspillés, ils en éprouveront du regret. Puis, après avoir connu la défaite, c’est vers la Géhenne qu’ils seront conduits, [37] afin que s’accomplisse la distinction entre les bons et les mauvais, et afin que Dieu entasse ces derniers les uns sur les autres pour n’en faire qu’un monceau qu’Il jettera en Enfer. Et ce sont eux, en fin de compte, les perdants ! [38] Avertis les infidèles que s’ils mettent fin à leur impiété, leurs fautes passées seront pardonnées, mais que s’ils récidivent, ils n’auront plus qu’à méditer l’exemple des peuples qui les ont précédés. [39] Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition et que tout culte soit rendu uniquement à Dieu. Mais, s’ils désarment, qu’ils sachent que Dieu voit parfaitement ce qu’ils font. [40] Et s’ils tournent le dos, sachez que Dieu est votre Maître. Quel excellent Maître et quel excellent Protecteur !
[41] Sachez que, sur tout butin que vous faites, le cinquième revient à Dieu, au Prophète, à ses proches, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs démunis, pour peu que vous croyez en Dieu et à ce que Nous avons révélé à Notre Serviteur, le jour où le vrai s’est distingué du faux (al-furqân), le jour où les deux armées se sont rencontrées. La puissance de Dieu n’a point de limite !
[42] Ce jour-là, vous vous trouviez sur le versant le plus proche et vos ennemis sur le versant le plus éloigné, tandis que la caravane se trouvait en contre-bas. Votre rencontre, donc, aurait pu ne pas avoir lieu, même si vous vous étiez donné rendez-vous. Mais Dieu veillait à l’exécution d’un arrêt pris par Lui de toute éternité pour que pérît, en connaissance de cause, celui qui devait périr, et survécût à la mêlée, en connaissance de cause, celui qui devait survivre. En vérité, Dieu entend tout et sait tout.
[43] Dieu t’avait montré en songe une armée ennemie peu nombreuse, car s’Il te l’avait montrée plus forte, vous vous seriez certainement découragés et la discorde se serait installée dans vos rangs. Mais Dieu vous en a préservés, car Dieu connaît parfaitement ce que recèlent les cœurs. [44] Et lorsque vous vous êtes rencontrés avec vos ennemis, Dieu les fit apparaître à vos yeux moins nombreux qu’ils n’étaient en réalité ; de même qu’Il vous fit apparaître à leurs yeux peu nombreux, afin que fût parachevé le Décret divin qui devait être exécuté. C’est à Dieu que tout doit être ramené.
[45] Ô vous qui croyez ! Lorsque vous êtes en face d’une armée ennemie, soyez fermes et invoquez sans cesse le Nom de votre Seigneur ! Votre succès est à ce prix.
[46] Obéissez à Dieu et à Son Prophète ! Ne vous livrez pas entre vous à des disputes qui entameraient votre union et compromettraient vos chances de succès ! Soyez patients ! Dieu est avec ceux qui font preuve de patience. [47] N’imitez pas ces gens qui ont quitté leurs demeures, pleins d’ostentation et de gloriole, pour détourner leurs semblables de la Voie de Dieu, et dont aucun de leurs gestes n’a échappé au Seigneur. [48] Satan avait embelli aux yeux de ces négateurs leurs propres actions et leur avait dit : « Qui, aujourd’hui, est en mesure de vous vaincre ? D’ailleurs, je suis là, à vos côtés ! » Mais, lorsque les deux troupes étaient en vue l’une de l’autre, Satan tourna sur ses talons et leur dit : « Je vous désavoue ; je vois des choses que vous ne voyez pas. En vérité, je crains Dieu, car Dieu est Terrible quand Il sévit ! » [49] Quant aux hypocrites et aux sceptiques, ils disaient des vrais croyants : « Ces gens-là, abusés par leur religion, surestiment leur force. » Mais seuls ceux qui s’en remettent à Dieu en éprouvent la Puissance et la Sagesse.
[50] Ah ! Si tu pouvais voir comment les anges ôtaient la vie aux négateurs, les frappant au visage et au dos en leur criant : « Goûtez donc le supplice du Feu, [51] en expiation des fautes que vous avez commises ! Dieu n’est point injuste envers Ses créatures. »
[52] Et il en fut de même des gens de Pharaon, ainsi que de ceux qui, avant eux, avaient nié les signes de Dieu, et que Dieu a anéantis en punition de leurs péchés, car Il est Fort et Implacable quand Il sévit.
[53] C’est que, en effet, Dieu ne modifie en rien les bienfaits dont Il gratifie un peuple qu’autant que ce peuple modifie lui-même son comportement, car Dieu est Audient et Omniscient.
[54] Et il en fut de même des gens de Pharaon, ainsi que de ceux qui avaient auparavant renié les signes de leur Seigneur et que Nous avons fait périr en punition de leurs péchés. Et Nous avons fait engloutir les gens de Pharaon, car ils ont été tous coupables.
[55] Les plus viles créatures pour Dieu sont les infidèles obstinément réfractaires à la foi [56] qui, à chaque instant, violent le pacte que tu as conclu avec eux, sans le moindre scrupule. [57] Si donc tu les maîtrises au cours d’un combat, inflige-leur un châtiment propre à dissuader ceux qui seraient tentés de suivre leur exemple. Peut-être seront-ils ainsi amenés à réfléchir. [58] Et si tu redoutes la trahison d’un peuple, dénonce en toute franchise l’acte qui te lie à lui, car Dieu n’aime point les traîtres.
[59] Que les négateurs ne s’imaginent surtout pas qu’ils ont pris de l’avance sur Nous, car ils ne sauraient jamais mettre Dieu en échec. [60] Préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme troupes et comme cavalerie, afin de tenir en respect les ennemis de Dieu et les vôtres, ainsi que d’autres encore que vous ne connaissez pas, mais que Dieu connaît ! Tout ce que vous aurez dépensé pour la Cause de Dieu vous sera largement remboursé et vous ne serez nullement lésés.
[61] S’ils penchent pour la paix, fais de même en te confiant à Dieu, car Il est l’Audient et l’Omniscient.
[62] S’ils cherchent à te tromper, qu’il te suffise d’avoir Dieu avec toi ! N’est-ce pas Lui qui t’a déjà prêté Son assistance, ainsi que celle des croyants [63] dont Il a uni les cœurs que toi, tu n’aurais jamais pu unir, même si tu avais dépensé tous les trésors de la Terre ? Seul Dieu a réalisé cette union, car Il est Puissant et Sage.
[64] Prophète ! Qu’il te suffise d’avoir avec toi Dieu, ainsi que les croyants qui te suivent ! [65] Prophète ! Incite les croyants à combattre ! S’il en est parmi vous seulement vingt qui soient endurants, ils en vaincront deux cents, et s’il en est cent, ils vaincront mille négateurs, car les négateurs sont des gens qui manquent de discernement. [66] Mais, pour l’instant, tenant compte de votre faiblesse, Dieu entend alléger votre tâche. S’il se trouve donc, parmi vous, une centaine de combattants à être endurants, ils en vaincront deux cents, et s’il s’en trouve mille, ils vaincront deux mille négateurs, avec l’aide de Dieu, car Dieu est avec ceux qui sont persévérants.
[67] Il ne sied pas à un prophète de faire des captifs tant qu’il n’a pas réduit les infidèles à l’impuissance. Vous aspirez aux biens éphémères de ce monde, quand Dieu vous convie à la vie future ! Dieu est Puissant et Sage. [68] Et n’eût été une prescription déjà décrétée par Dieu, un châtiment terrible vous aurait été déjà infligé pour ce que vous avez pris. [69] Disposez donc de ce qui vous est échu en tant que butin licite et pur, et craignez Dieu. En vérité, Dieu est Clément et Compatissant.
[70] Ô Prophète ! Dis aux captifs qui sont entre vos mains : « Si Dieu discerne quelque bien dans vos cœurs, Il vous apportera mieux que ce qui vous a été pris et vous pardonnera vos péchés, car Il est Clément et Miséricordieux ! » [71] S’ils cherchent à te trahir, sache qu’ils ont déjà trahi Dieu avant toi, et c’est pourquoi Dieu a permis leur capture, car Dieu est Omniscient et Sage.
[72] Ceux qui ont cru, émigré et mis leurs biens et leurs personnes au service de Dieu, ainsi que ceux qui les ont accueillis et secourus, ceux-là sont solidaires les uns des autres. Mais ceux qui ont cru sans avoir quitté leurs foyers, vous ne serez liés à eux par les mêmes liens que lorsqu’ils auront, à leur tour, émigré. S’ils sollicitent votre aide au nom de la religion, vous devez la leur donner, à moins qu’elle ne soit dirigée contre un peuple auquel un pacte vous lie. Dieu voit parfaitement ce que vous faites. [73] Les négateurs sont solidaires les uns des autres. Si donc vous n’en faites pas autant, la Terre connaîtra de graves désordres et des troubles profonds.
[74] Ceux qui ont cru, qui ont émigré, qui ont combattu au service de Dieu, ainsi que ceux qui les ont accueillis et secourus, ceux-là sont les vrais croyants auxquels l’absolution de leurs péchés et une généreuse récompense seront accordées. [75] Ceux qui se sont convertis par la suite, qui ont émigré et combattu avec vous, ceux-là sont également des vôtres. Cependant, ceux que des liens du sang unissent sont encore plus proches les uns des autres, comme Dieu l’a prescrit. En vérité, Dieu a connaissance de toute chose.

9. Sourate du Repentir (At-Tawba)

[1] Voici un avis de rupture de la part de Dieu et de Son Prophète à l’adresse des idolâtres auxquels vous êtes liés par un pacte : [2] » Pendant quatre mois encore vous pourrez circuler dans le pays ; mais sachez que vous ne saurez jamais réduire Dieu à l’impuissance et que Dieu couvrira d’ignominie les négateurs. » [3] Et il sera proclamé, d’ordre de Dieu et de Son Prophète, à l’adresse des hommes, le jour du grand pèlerinage, que Dieu et Son Messager sont déliés de tout engagement vis-à-vis des polythéistes : « Si vous vous repentez, cela vaudra mieux pour vous ; mais si vous vous obstinez dans votre impiété, sachez que vous ne saurez jamais réduire Dieu à l’impuissance ! » Annonce donc un châtiment douloureux aux incrédules, [4] à l’exception des polythéistes avec lesquels vous avez conclu un pacte qu’ils ont toujours respecté, sans jamais soutenir un mouvement dirigé contre vous. Exécutez fidèlement les clauses de l’engagement qui vous lie à ces gens-là jusqu’à l’expiration du terme fixé, car Dieu aime les gens de bonne foi. [5] À l’expiration des mois sacrés, tuez les polythéistes partout où vous les trouverez ! Capturez-les ! Assiégez-les ! Dressez-leur des embuscades ! S’ils se repentent, s’ils accomplissent la salât, s’ils s’acquittent de la zakât, laissez-les en paix, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [6] Si un idolâtre te demande asile, accorde-le-lui afin qu’il puisse entendre la Parole du Seigneur. Puis fais-le parvenir en lieu sûr, car les idolâtres sont des gens qui vivent dans l’ignorance.
[7] Comment pourrait-il y avoir un pacte liant Dieu et Son Prophète aux idolâtres, excepté celui que vous aviez conclu avec certains d’entre eux auprès de la Mosquée sacrée ? Soyez donc loyaux avec ceux-ci tant qu’ils le seront avec vous. Dieu aime ceux qui sont de bonne foi. [8] Comment admettre que, quand ils sont les plus forts, ils ne tiennent compte à votre égard ni des liens du sang ni de la foi jurée ? Ils ne cherchent qu’à vous plaire par de belles paroles sans que leurs cœurs y adhèrent, car ils sont pour la plupart des scélérats [9] qui troquent à vil prix les enseignements de Dieu et se dressent en obstacle sur Sa Voie, dans une attitude des plus exécrables, [10] sans jamais respecter à l’égard d’un croyant ni les liens du sang ni la parole donnée. Ils agissent toujours en véritables transgresseurs. [11] S’ils se repentent, s’ils accomplissent la salât, s’ils s’acquittent de la zakât, ils deviendront vos frères en religion. Nous détaillons ainsi les versets pour ceux qui peuvent les comprendre. [12] Mais s’ils violent leurs serments, après avoir conclu un pacte avec vous, et s’attaquent à votre religion, alors combattez les meneurs de la dénégation, qui n’ont aucun sens de la loyauté. Peut-être mettront-ils fin à leur hostilité ? [13] Comment ne pas combattre des gens qui ont violé leurs serments et qui ont cherché à expulser le Prophète ? N’est-ce pas eux qui ont déclenché les hostilités ? Les craignez-vous ? Mais c’est Dieu que vous devez craindre si vous êtes des croyants !
[14] Combattez-les donc ! Dieu les châtiera par vos mains et les couvrira d’ignominie. Il vous donnera la victoire sur eux, apaisera les cœurs des croyants, [15] en bannira la rancœur et accueillera le repentir de qui Il veut, car Il est Omniscient et Sage. [16] Pensez-vous que vous serez laissés à l’abandon, que Dieu ne connaît pas ceux d’entre vous qui combattent pour Sa Cause et qui ne cherchent d’autre alliance que celle de Dieu, de Son Prophète et des croyants ? Dieu est parfaitement Instruit de ce que vous faites. [17] Il n’appartient pas aux païens de fréquenter les mosquées de Dieu, quand ils sont eux-mêmes les témoins à charge de leur propre dénégation, car les œuvres de ces gens-là sont vaines et c’est le Feu qui constituera leur demeure éternelle. [18] Seuls ont le droit de fréquenter les mosquées de Dieu ceux qui croient en Dieu et au Jugement dernier, qui accomplissent la salât, s’acquittent de la zakât et ne redoutent que le Seigneur. Ceux-là ont toutes les chances d’obtenir leur salut.
[19] Comment pouvez-vous assimiler celui qui est chargé de distribuer l’eau aux pèlerins ou d’entretenir la Mosquée sacrée à celui qui croit en Dieu, au Jugement dernier et qui combat pour la Cause de Dieu ? Non, ils ne sont pas égaux devant Dieu, et Dieu ne guide point les injustes. [20] Ceux qui ont cru, qui ont émigré et qui ont combattu au service de Dieu, par leurs biens et leurs personnes, ceux-là occuperont auprès de Lui un très haut rang, et ce sont ceux-là qui seront les victorieux.
[21] Leur Seigneur leur annonce, à titre d’heureuse nouvelle, miséricorde et agrément, ainsi que des Jardins où ils jouiront d’un délice permanent, [22] et où ils séjourneront éternellement, car Dieu dispose de récompenses sans limites !
[23] Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour confidents vos pères et vos frères s’ils préfèrent l’impiété à la foi. Ceux d’entre vous qui en feraient des confidents seraient eux les injustes.
[24] Dis : « Si vos pères, vos enfants, vos frères, vos conjoints, vos proches, les biens que vous avez acquis, le commerce dont vous redoutez le déclin, les demeures où vous vous prélassez, vous sont plus chers que Dieu, Son Prophète et la lutte pour Sa Cause, alors attendez que vienne s’instaurer l’Ordre du Seigneur ! Car Dieu ne guide pas les gens pervers. »
[25] Dieu vous a déjà assistés en maints endroits, notamment lors de la bataille de Hunayn où, abusés par votre grand nombre qui ne vous a servi à rien, vous n’avez pas tardé à sentir que la terre, pourtant si vaste, était devenue trop étroite et vous avez tourné le dos en fuyant. [26] C’est alors que Dieu apaisa Son Envoyé et les croyants en faisant descendre Sa quiétude, ainsi que des armées invisibles. Il châtia les négateurs et telle a été leur rétribution.
[27] Après quoi, Dieu accueillera le repentir de qui Il voudra, car Dieu est Clément et Compatissant.
[28] Ô vous qui croyez ! Les païens sont une véritable souillure. Interdisez-leur donc, à l’expiration de cette année, l’accès à la Mosquée sacrée ! Si vous craignez un manque à gagner, Dieu y pourvoira par Sa grâce, s’Il veut, car Il est Omniscient et Sage. [29] Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour dernier ; ceux qui ne s’interdisent pas ce que Dieu et Son Prophète ont déclaré interdit ; ceux qui, parmi les gens d’Écriture, ne pratiquent pas la vraie religion. Combattez-les jusqu’à ce qu’ils versent directement la capitation en toute humilité ! [30] Les juifs disent : « Uzayr est fils de Dieu ! » et les chrétiens disent : « Le Messie est fils de Dieu ! » Telles sont les paroles qui sortent de leurs bouches, répétant ainsi ce que les négateurs disaient avant eux. Puisse Dieu les maudire pour s’être ainsi écartés de la Vérité ! [31] Ils ont élevé au rang de divinités en dehors de Dieu leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Messie, fils de Marie, alors qu’ils avaient reçu ordre de n’adorer que Dieu l’Unique, en dehors duquel il n’y a point de divinité. Gloire à Lui ! Il est infiniment au-dessus de ce qu’ils prétendent Lui associer.
[32] Ils veulent par leurs mensonges éteindre la Lumière de Dieu, mais Dieu tient à parachever Sa Lumière, n’en déplaise aux négateurs ! [33] C’est Lui qui a envoyé Son Prophète, avec la bonne direction et la religion de la Vérité, pour la faire prévaloir sur toute autre religion, n’en déplaise aux idolâtres !
[34] Ô vous qui croyez ! Un grand nombre de rabbins et de moines dévorent d’une manière illégale les biens de leurs semblables et les écartent de la Voie de Dieu. Annonce à ceux qui thésaurisent or et argent, au lieu de les consacrer à la Cause de Dieu, un châtiment douloureux, [35] le jour où ces métaux seront portés à l’incandescence dans le feu de la Géhenne et appliqués sur leurs fronts, leurs flancs et leurs dos : « Voici, leur sera-t-il dit, ce que vous thésaurisiez pour vous-mêmes ! Savourez donc ce que vous avez thésaurisé ! »
[36] En vérité, le nombre des mois est de douze, auprès de Dieu, ainsi que c’est écrit dans Son Livre depuis le jour où Il a créé les Cieux et la Terre. Quatre de ces mois sont sacrés. Telle est la religion dans sa rectitude. Évitez donc durant cette période de vous faire du tort à vous-mêmes. Liguez-vous pour combattre les païens, comme ils se liguent contre vous ! Sachez que Dieu est avec ceux qui Le craignent.
[37] Le report d’un mois sacré à une autre date n’est qu’un surcroît d’impiété et ne contribue qu’à égarer davantage les négateurs. Ils le déclarent profane une année, puis l’année suivante ils le déclarent sacré, prétextant qu’ils veulent être en accord avec le nombre de mois que Dieu déclare sacrés. Ils ne se rendent pas compte qu’ils déclarent licite ce que Dieu a interdit ! Et c’est ainsi que leurs méfaits leur apparaissent pleins d’attraits ; mais Dieu ne guide point les négateurs !
[38] Ô vous qui croyez ! Qu’avez-vous à rester cloués au sol, lorsqu’on vous dit : « Allez combattre pour la Cause de Dieu ? » Préférez-vous la vie présente à la vie future ? Mais les plaisirs de cette vie ne sont-ils pas bien peu de chose, comparés à la vie future ? [39] Si vous refusez d’aller au combat, Dieu sévira durement contre vous et choisira un autre peuple pour Le servir, sans que vous puissiez Lui nuire en quoi que ce soit, car Sa puissance n’a point de limite. [40] Si vous ne voulez pas prêter assistance au Prophète, Dieu lui a déjà prêté la Sienne lorsque, chassé par les négateurs et se trouvant dans la grotte avec son seul compagnon, il disait à celui-ci : « Ne t’afflige pas ! Dieu est avec nous. » Dieu étendit alors sur lui Sa sérénité, envoya à son secours des troupes invisibles, faisant ainsi échec aux négateurs et assurant le triomphe de la Parole divine, car Dieu est Puissant et Sage.
[41] Courez au combat, légèrement ou lourdement équipés ! Mettez vos biens et vos personnes au service de Dieu ! Cela sera toujours dans votre propre intérêt, si vous pouviez le savoir ! [42] S’il s’était agi d’un butin facile ou d’une expédition sans risque, ils t’auraient facilement suivi. Mais, cette fois-ci, le parcours leur paraît bien long. Aussi ne manquent-ils pas de jurer en disant : « Si nous le pouvions, nous partirions volontiers avec vous ! », s’exposant ainsi à leur propre perte, car Dieu sait bien qu’ils mentent. [43] Que Dieu te pardonne ! Pourquoi les as-tu dispensés d’aller au combat avant de reconnaître ceux qui avaient une excuse valable et ceux qui ne faisaient que mentir ? [44] Certes, ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier ne viendront jamais te demander de dispense quand il s’agit d’aller combattre pour la Cause de Dieu avec leurs biens et leurs personnes. Dieu connaît toujours les véritables croyants. [45] En effet, ne viendront te demander cette dispense que ceux qui ne croient pas en Dieu et au Jour dernier, et dont les cœurs, pleins de scepticisme, ne font que vaciller d’incertitude.
[46] S’ils avaient réellement voulu partir au combat, ils s’y seraient préparés. Mais Dieu les en jugea indignes et les rendit apathiques et indolents. Aussi s’entendirent-ils dire : « Restez donc avec les invalides et les impotents ! » [47] D’ailleurs, s’ils étaient sortis avec vous, ils n’auraient fait qu’ajouter à votre trouble et que semer, par leurs manœuvres, la discorde dans vos rangs, d’autant plus qu’il y a parmi vous des gens disposés à écouter tout ce qu’ils disent. Dieu connaît bien les comploteurs.
[48] Ils ont déjà, auparavant, cherché à semer la discorde entre vous et à contrarier tes projets par leurs intrigues jusqu’au jour où la Vérité se manifesta et où l’ordre de Dieu fut instauré, en dépit de leur hostilité. [49] Tel d’entre eux vient te dire : « Dispense-moi de la guerre ! Ne m’expose pas à la tentation ! » Mais cette tentation, n’y sont-ils pas déjà tombés ? En vérité, la Géhenne cerne les négateurs de toutes parts. [50] Obtiens-tu un succès ? Ils en éprouvent du dépit ; mais si tu subis un revers, ils s’écrient : « Heureusement que nous avions pris d’avance nos précautions ! » Et ils se retirent pleins de joie.
[51] Dis-leur : « Rien ne nous atteindra, en dehors de ce que Dieu nous a déjà prescrit. Il est notre Maître ! Et c’est en Lui que les croyants doivent mettre leur confiance ! » [52] Dis-leur : « En ce qui nous concerne, vous ne pouvez vous attendre qu’à l’une des deux éventualités également agréables la victoire ou le martyre, alors que ce que nous attendons pour vous, c’est que Dieu vous inflige un châtiment directement ou par notre intermédiaire. Attendez donc ! Et nous sommes là à attendre à notre tour ! » [53] Dis-leur enfin : « Faites des aumônes de votre propre gré ou à contrecœur, jamais elles ne seront agréées, venant de vous, car vous êtes des gens pervers. » [54] Ce qui empêche leurs aumônes d’être agréées, c’est qu’ils ne croient pas en Dieu et en Son Prophète ; c’est qu’ils ne se rendent qu’avec nonchalance à la salât et ne font l’aumône qu’à contrecœur.
[55] Que leurs richesses et le nombre de leurs enfants ne t’émerveillent guère ! Dieu ne les leur accorde que pour les faire souffrir ici-bas et les voir rendre péniblement l’âme en négateurs. [56] Ils jurent par Dieu qu’ils sont vraiment des vôtres, alors qu’ils sont loin de l’être. En réalité, seule la peur les pousse à agir de la sorte, [57] et s’ils trouvaient un abri, une caverne ou un souterrain, ils s’y précipiteraient à toutes jambes pour s’y camoufler.
[58] Il en est parmi eux qui te critiquent au sujet de la répartition des aumônes. Si on leur en donne une part, ils sont satisfaits ; mais ils se fâchent, s’ils n’en reçoivent rien. [59] Que n’acceptent-ils de bon cœur ce que Dieu et Son Prophète leur dispensent et disent : « Dieu nous suffit ! Dieu saura nous accorder quelque faveur ainsi que Son Prophète ! C’est en Dieu que nous mettons tous nos espoirs. »
[60] Les aumônes sont destinées aux pauvres, aux nécessiteux, à ceux qui sont chargés de recueillir ces dons et de les répartir, à ceux dont les cœurs sont à gagner, au rachat des captifs, aux endettés insolvables, à ceux qui se consacrent à la cause de Dieu et aux voyageurs démunis. C’est là un arrêt de Dieu, et Dieu est Omniscient et Sage.
[61] Et il en est parmi eux qui critiquent le Prophète en disant : « Il écoute tout ce qu’on lui raconte ! » Réponds-leur : « Il est, en effet, tout oreilles, mais pour votre bien. Il croit en Dieu et fait confiance aux croyants ; il est une miséricorde pour ceux d’entre vous qui ont la foi. Mais à ceux qui lui causent du tort est réservé un terrible châtiment. »
[62] Ils jurent par Dieu devant vous pour avoir votre agrément, alors que c’est Dieu et Son Prophète qu’ils auraient dû chercher à satisfaire, s’ils étaient de vrais croyants. [63] Ne savent-ils donc pas que quiconque s’oppose à Dieu et à Son Prophète est voué au feu de la Géhenne, pour un séjour éternel ? Et ce sera pour lui le comble de l’opprobre ! [64] Les hypocrites redoutent qu’une sourate ne vienne dévoiler ce que recèlent leurs cœurs. Dis-leur : « Libre à vous de vous moquer ! Dieu étalera au grand jour ce que vous redoutiez tant de divulguer ! » [65] Si tu les interroges, ils te répondront certainement : « Nous ne faisions que badiner et plaisanter ! » Dis-leur : « Ainsi, vous vous moquiez de Dieu, de Ses versets et de Son Prophète ? [66] Ne vous excusez pas ! Vous avez bel et bien renié la foi après avoir cru. Si Nous pardonnons à certains d’entre vous, les autres seront châtiés en tant que criminels. »
[67] Les hypocrites, qu’ils soient hommes ou femmes, sont tous du même acabit. Ils incitent à la pratique du mal, déconseillent la pratique du bien et ferment leurs mains pour ne rien donner. Ils ont ainsi oublié Dieu et Dieu les a oubliés. En vérité, les hypocrites sont des pervers. [68] Dieu a promis aux hypocrites, hommes et femmes, ainsi qu’aux infidèles, le feu de la Géhenne, pour l’éternité. Et c’est là leur juste châtiment. C’est ainsi que, maudits de Dieu, ils auront un supplice permanent.
[69] Il en fut de même de ceux qui vous ont précédés et qui pourtant étaient plus forts que vous, plus riches et avaient plus d’enfants. Ils ont eu leur part de jouissance en ce monde et vous jouissez aujourd’hui de la vôtre, comme vos prédécesseurs ont joui de la leur. Vous discutez des mêmes questions vaines dont ils discutaient. Les œuvres de ces gens-là seront réduites à néant dans cette vie et dans l’autre. Et ce sont eux qui sont les véritables perdants !
[70] L’histoire de ceux qui vécurent avant eux ne leur est-elle pas parvenue ? Celle des peuples de Noé, des Âd, des Thamûd, d’Abraham, des Madyan et des villes ensevelies ? À tous ces peuples, Dieu a envoyé des messagers avec des preuves à l’appui. Ce n’est donc pas Dieu qui les a lésés ; mais ce sont eux qui ont été à l’origine de leur perte.
[71] Les croyants et les croyantes sont solidaires les uns des autres. Ils incitent à la pratique du bien, déconseillent la pratique du mal, accomplissent la salât, s’acquittent de la zakât et obéissent à Dieu et à Son Prophète. À ceux-là, Dieu fera miséricorde, car Il est Omnipotent et Sage. [72] Dieu a promis aux croyants et aux croyantes des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, pour l’éternité, ainsi que de magnifiques demeures situées dans les jardins d’Éden. Et leur satisfaction d’avoir été agréés par le Seigneur sera bien plus grande encore, et c’est là, pour eux, le suprême bonheur !
[73] Ô Prophète ! Combats les négateurs et les hypocrites, et traite-les avec rigueur. Leur dernier refuge sera la Géhenne, cette détestable demeure. [74] Ils jurent par Dieu qu’ils n’ont dit aucun mal, et pourtant ils ont bien proféré des paroles impies et renié la foi musulmane, après l’avoir embrassée. Ils ont ourdi un complot qu’ils n’ont pu réaliser. D’ailleurs, de quoi pouvaient-ils se plaindre, sinon d’avoir été comblés de faveurs par Dieu et Son Prophète ? S’ils se repentent, cela ne peut être qu’à leur avantage ; mais s’ils persistent dans leur erreur, Dieu leur infligera de terribles châtiments, aussi bien en ce monde que dans la vie future ; et ils ne trouveront, sur Terre, ni allié ni défenseur.
[75] Il en est parmi eux qui se sont engagés vis-à-vis de Dieu en disant : « S’Il nous gratifie de Ses largesses, nous ferons de larges aumônes zakât et nous serons du nombre des vertueux ! » [76] Mais lorsque Dieu les combla de Ses dons, ils s’en montrèrent avares et tournèrent le dos en oubliant leurs promesses. [77] Aussi a-t-Il suscité dans leurs cœurs une hypocrisie permanente qui doit les accompagner jusqu’au Jour de leur comparution devant Lui, et ce pour avoir violé les promesses qu’ils Lui ont faites et pour avoir débité des mensonges. [78] Ne savent-ils pas que Dieu connaît leurs pensées les plus intimes et leurs entretiens les plus secrets, car pour Dieu il n’y a point de mystère ? [79] Certains d’entre eux dénigrent et raillent aussi bien les croyants qui font bénévolement de généreuses aumônes zakât que ceux qui n’en font que selon leurs faibles moyens. Dieu se moquera bien de ces impies et les soumettra à de terribles tourments.
[80] Peu importe que tu demandes à Dieu de leur pardonner ou non ! Jamais Dieu ne leur pardonnera, dusses-tu répéter ta demande soixante-dix fois, car ils ont renié Dieu et Son Prophète, et Dieu ne guide pas les gens pervers.
[81] Ceux qui sont restés dans leurs foyers et qui n’ont pas accompagné le Prophète au combat s’en félicitaient, car il leur répugnait de mettre leurs biens et leurs personnes au service de Dieu, en disant : « Ne vous mettez pas en campagne par ces chaleurs ! » Dis-leur : « Le feu de l’Enfer est bien plus ardent encore ! » Mais peuvent-ils le comprendre ? [82] Qu’ils rient donc un peu, pour le moment ! Un jour viendra où ils verseront des larmes à torrents, en punition de leurs actes.
[83] Si Dieu veut que tu te retrouves un jour parmi un groupe de ces gens-là, et qu’ils te demandent la permission d’aller combattre avec toi, dis-leur : « Jamais plus vous ne partirez au combat avec moi, et jamais plus vous ne combattrez d’ennemis avec moi ! Vous avez été contents de rester chez vous une première fois. Eh bien ! Restez donc avec ceux qui se tiennent à l’arrière ! »
[84] Quand l’un d’eux vient à mourir, ne célèbre jamais la prière des morts sur sa dépouille et ne te recueille jamais sur sa tombe ! Ils ont renié Dieu et Son Prophète et ils sont morts en pervers. [85] Que leurs richesses et le nombre de leurs enfants ne t’émerveillent point ! Dieu ne les leur accorde ici-bas que pour leur plus grand tourment et pour qu’ils rendent péniblement l’âme en tant que négateurs.
[86] Lorsqu’une sourate est révélée prescrivant de croire en Dieu et de combattre avec Son Prophète, les plus riches d’entre eux ne songent qu’à se faire dispenser d’aller au combat, en te demandant : « Laisse-nous avec ceux qui se tiennent à l’arrière ! »,
[87] acceptant ainsi de rester avec les femmes et les vieillards. Un sceau a été imprimé sur leurs cœurs les rendant incapables de rien comprendre.
[88] Et pendant ce temps, le Prophète et ceux qui ont cru avec lui engageaient dans le combat leurs biens et leurs vies. Voilà ceux qui jouiront de toutes les faveurs ! Voilà ceux qui seront les bienheureux ! [89] Dieu leur a préparé des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, où leur séjour sera éternel. Et ce sera pour eux le bonheur sans limites ! [90] Puis vinrent les défaitistes, parmi les bédouins, pour demander d’être dispensés du combat, tandis que ceux qui manquaient de sincérité envers Dieu et Son Prophète s’étaient contentés de rester chez eux. Aussi un terrible châtiment sera-t-il infligé à ceux, parmi eux, qui sont négateurs.
[91] Les faibles, les malades ainsi que ceux qui manquent de moyens pour s’équiper ne sont pas tenus d’aller à la guerre, pourvu qu’ils soient sincères envers Dieu et Son Prophète. On ne doit pas s’en prendre à ceux qui font le bien, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [92] Nul reproche n’est à faire non plus à ceux qui sont venus te demander des montures pour aller au combat et qui, lorsque tu leur as dit : « Je ne dispose d’aucune monture à vous donner », s’en allèrent les yeux débordant de larmes et désolés de ne pouvoir en faire eux-mêmes la dépense.
[93] Mais il y a lieu de s’en prendre à ceux qui, quoique riches, te demandent de les dispenser de se battre, acceptant d’être relégués avec les invalides à l’arrière. Dieu a imprimé un sceau sur leurs cœurs les rendant incapables de rien comprendre.
[94] Et ils ne manqueront pas de vous présenter des excuses dès votre retour de la bataille. Dis-leur : « Ne vous excusez pas, car jamais nous ne vous croirons ! Dieu nous a déjà instruits sur votre compte. Dieu et Son Prophète verront vos actes. Puis vous retournerez à Celui qui connaît l’apparent et l’occulte, et qui vous informera de tous vos actes. »
[95] Quand vous serez de retour parmi eux, ils prendront Dieu à témoin de leur loyauté afin d’éviter vos reproches. Détournez-vous de ces êtres immondes dont le dernier refuge sera la Géhenne, pour prix de leurs forfaits. [96] Ils vous adjurent d’accepter leurs excuses. Sachez que si vous les agréez, Dieu n’agréera point les excuses des gens pervers ! [97] Les nomades sont les négateurs les plus endurcis, les hypocrites les plus sournois et les plus enclins à ne pas faire cas des préceptes que Dieu a révélés à Son Prophète. Dieu est Omniscient et Sage. [98] Parmi les nomades, certains considèrent leur contribution comme une corvée et attendent avec impatience les malheurs qui pourraient vous atteindre. Puissent-ils en être victimes eux-mêmes ! Car Dieu est Audient et Omniscient.
[99] Il en est d’autres qui croient en Dieu et au Jour dernier et qui considèrent ce qu’ils dépensent comme un moyen de se rapprocher de Dieu et de bénéficier des prières du Prophète. Certes, c’est là un moyen sûr de se rapprocher de Dieu, et Dieu les admettra dans le sein de Sa miséricorde, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[100] Quant aux émigrés et aux auxiliaires qui ont été les premiers à se joindre au Prophète et à l’accueillir, ainsi que ceux qui les ont suivis dans un élan sincère, Dieu est Satisfait d’eux comme ils seront satisfaits de Ses faveurs, car Il a préparé à leur intention des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux et où leur séjour sera éternel. Et ce sera pour eux le comble de la félicité.
[101] Il y a parmi les nomades qui vous entourent des hypocrites, et il y en a aussi parmi les habitants de Médine, qui sont passés maîtres dans l’art de la traîtrise. Tu ne les connais pas ; mais Nous, Nous les connaissons. Nous les châtierons doublement. Puis ils seront livrés à un affreux supplice.
[102] D’autres ont reconnu leurs péchés, car ils n’avaient pas su établir la différence entre bonnes actions et mauvaises actions. Ceux-là, Dieu acceptera certes leur repentir. Dieu est, en effet, Plein de clémence et de miséricorde. [103] Prélève une aumône sur leurs biens pour les purifier et les bénir. Prie pour eux, afin que leurs âmes retrouvent leur quiétude. Dieu est Audient et Omniscient. [104] Ne savent-ils pas que Dieu accueille le repentir de Ses serviteurs, qu’Il agrée les aumônes et qu’Il est l’Indulgent et le Miséricordieux ? [105] Dis-leur : « Agissez ! Dieu appréciera vos œuvres, ainsi que le Prophète et les croyants. Et quand vous serez ramenés vers Celui qui connaît l’invisible et l’apparent, Il vous renseignera sur ce que vous aurez fait. » [106] D’autres enfin devront attendre la décision du Seigneur qui soit les punira, soit les absoudra. Dieu est Omniscient et Sage.
[107] Il en est qui ont édifié une mosquée par rivalité et par impiété pour semer la discorde entre les croyants et faire de ce lieu le repaire de celui qui, auparavant, avait combattu contre Dieu et Son Prophète. Ce sont ces gens-là qui, aujourd’hui, viennent jurer de toute leur force qu’ils ne voulaient faire que du bien, alors que Dieu est Témoin qu’ils ne racontent que des mensonges ! [108] Ne fréquente jamais une telle mosquée ! Car il en est une autre qui a été fondée dès le premier jour, sur la crainte révérencielle du Seigneur et qui est plus digne de ta présence. On y trouve des hommes qui aiment se purifier, et Dieu aime ceux qui sont propres. [109] Lequel vaut mieux ? Celui qui a fondé son édifice sur la piété et l’agrément de Dieu ou celui qui a fondé son édifice sur le bord d’un précipice prêt à s’écrouler en l’emportant dans le feu de la Géhenne ? Dieu ne guide jamais les infidèles. [110] La mosquée qu’ils ont édifiée ne cessera d’être pour eux un sujet d’angoisse jusqu’au moment où ils en auront le cœur brisé. Dieu est Omniscient et Sage. [111] En vérité, Dieu a acheté aux croyants leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis, en vue de défendre Sa Cause : tuer et se faire tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Évangile et le Coran. Et qui est plus fidèle à sa promesse que le Seigneur ? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez effectué ! N’est-ce pas que c’est là le comble de la félicité ?
[112] Heureux sont ceux qui se repentent à Dieu, L’adorent, Le glorifient, jeûnent, s’inclinent, se prosternent, ordonnent le bien, désavouent le mal et observent les commandements de Dieu ! Annonce cette bonne nouvelle aux croyants ! [113] Il ne sied ni au Prophète ni aux croyants d’implorer le pardon de Dieu en faveur des polythéistes, fussent-ils leurs proches, une fois bien établi que ceux-là sont destinés à être les hôtes de l’Enfer. [114] Et si Abraham avait demandé pardon en faveur de son père, c’est uniquement à cause d’une promesse qu’il lui avait faite jadis. Mais dès qu’il eut la certitude que son père était un ennemi de Dieu, il le désavoua. Et pourtant Abraham était la bonté et la compassion mêmes !
[115] Dieu ne laisse jamais s’égarer un peuple qu’Il avait mis sur la bonne voie, avant de le mettre en garde contre les périls qu’il doit craindre. Dieu a une parfaite connaissance de toute chose. [116] À Dieu appartient le Royaume des Cieux et de la Terre, et c’est Lui qui donne la vie et la mort. Vous n’avez en dehors de Lui ni allié ni protecteur. [117] Dieu a agréé le repentir du Prophète, des émigrés et des auxiliaires qui l’ont suivi aux heures les plus difficiles, alors que plusieurs d’entre eux étaient si près de faillir à leur devoir. Il a agréé leur repentir, en se montrant Bienveillant et Compatissant à leur égard.
[118] Dieu a également accueilli le repentir des trois individus qui étaient restés à l’arrière et à qui la terre, toute vaste qu’elle est, parut se rétrécir autour d’eux, au point qu’ils se sentirent à l’étroit dans leurs propres personnes et qu’ils comprirent enfin qu’il n’y avait pas de refuge contre Dieu qu’en Dieu Lui-même. C’est alors que Dieu revint vers eux pour les amener au repentir, car Dieu est Plein de clémence et de mansuétude.
[119] Ô croyants ! Craignez Dieu et joignez-vous à ceux qui sont véridiques ! [120] Il ne sied pas aux habitants de Médine et aux nomades des alentours d’abandonner le Prophète de Dieu et de préférer leur propre vie à la sienne, car ils n’endureront nulle soif, nulle fatigue ni privation au service de Dieu, n’arracheront aucun terrain à l’ennemi ni ne remporteront aucun succès sur lui sans que cela soit inscrit comme une bonne action à leur actif. Dieu, en effet, ne laisse jamais perdre la récompense de ceux qui font le bien. [121] De même qu’ils ne consentiront aucune dépense, grande ou petite, ne franchiront aucune vallée sans que cela soit inscrit à leur actif, et rétribué par Dieu de la manière la plus généreuse.
[122] Mais il n’est nullement souhaitable que les croyants partent tous en expédition. Il serait bon que, de chaque groupement, un certain nombre d’hommes s’emploient à parfaire leur éducation religieuse, afin d’en faire profiter leurs compagnons après leur retour, et de les amener ainsi à se tenir sur leur garde.
[123] Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des infidèles qui vivent dans votre voisinage ! Qu’ils trouvent en vous de rudes combattants ! Sachez que Dieu est toujours avec ceux qui Le craignent ! [124] Lorsqu’une sourate est révélée, il en est parmi les négateurs qui disent : « Duquel d’entre vous cette sourate a renforcé la foi ? » Eh bien ! Cette sourate a renforcé la foi des vrais croyants et les a remplis de joie. [125] Quant à ceux dont les cœurs sont malades, elle n’a fait que les rendre plus immondes qu’auparavant, et ils mourront en infidèles. [126] Ne se rendent-ils pas compte qu’on les met à l’épreuve, chaque année, une ou deux fois, sans qu’ils pensent pour autant à se repentir et à méditer ces événements ? [127] Quand une sourate est révélée, ils se regardent les uns les autres et se disent : « Quelqu’un vous voit-il ? », avant de se dérober furtivement. Dieu détourne ainsi leurs cœurs de la Vérité, car cela dépasse leur entendement. [128] Un Prophète, issu de vous-mêmes, est venu vers vous ! Il compatit à ce que vous endurez et il est plein de sollicitude pour vous, car il est toute bonté et toute compassion pour les croyants ! [129] Mais s’ils persistent dans leur indifférence, dis : « Dieu me suffit ! Il n’y a d’autre divinité que Lui ! C’est en Lui que je place ma confiance. Il est le Maître Souverain du Trône sublime ! »

10. Sourate de Jonas (Yûnus)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Râ. Voici les versets du Livre plein de sagesse.
[2] Qu’y a-t-il d’étonnant pour les hommes que Nous ayons révélé à l’un d’entre eux d’avoir à les avertir et à annoncer à ceux qui croient qu’ils bénéficieront d’une présence bien méritée auprès de leur Seigneur ? Mais les incrédules s’écrient : « Cet homme est un vrai sorcier ! » [3] Votre Maître est Dieu qui a créé les Cieux et la Terre en six jours et qui S’est ensuite établi sur Son Trône, pour régler la marche de l’Univers. Aucune intercession ne peut avoir lieu sans Sa permission. Tel est Dieu, votre Seigneur ! Adorez-Le ! C’est bien le moment de vous en souvenir. [4] C’est vers Lui que vous ferez tous retour, et c’est là un arrêt irrévocable du Seigneur. C’est Lui qui crée les êtres une première fois et qui les ressuscite après leur mort, afin de rétribuer en toute équité ceux qui auront cru et accompli de bonnes œuvres. Quant aux négateurs, il leur sera servi un breuvage bouillant et infligé de cruels tourments, pour prix de leur négation.
[5] C’est Lui qui a fait du soleil une lumière et de la lune une clarté. C’est Lui qui a déterminé les phases de celle-ci, afin que vous puissiez dénombrer les années et calculer la durée du temps. Ce n’est pas sans but sérieux que Dieu a créé tout cela. C’est ainsi qu’Il expose Ses signes pour ceux qui comprennent. [6] Certes, dans l’alternance de la nuit et du jour, dans tout ce que Dieu a créé dans les Cieux et sur la Terre, il y a aussi des signes pour ceux qui Le craignent.
[7] En vérité, ceux qui n’espèrent pas Notre rencontre, qui s’abandonnent en toute quiétude aux plaisirs de ce monde et se montrent indifférents à Nos signes, [8] ceux-là, comme prix de leurs œuvres, auront pour refuge l’Enfer. [9] Mais ceux qui croient et font le bien, Dieu les dirigera en raison de leur foi, et à leurs pieds couleront des ruisseaux dans les Jardins du délice. [10] Là, leur prière sera : « Gloire à Toi, ô Seigneur ! » Tandis que leur salutation sera le mot : « Paix ! » et leur invocation se terminera toujours par : « Louange à Dieu, Maître de l’Univers ! »
[11] Si Dieu faisait fondre le malheur sur les hommes avec autant d’empressement que ceux-ci recherchent le bonheur, ils auraient tôt fait d’arriver à la fin de leurs jours. Aussi laissons-Nous ceux qui n’espèrent pas Notre rencontre se débattre dans leur aveuglement et dans leurs erreurs. [12] Quand un malheur atteint l’homme, il Nous appelle à son secours, qu’il soit couché sur le côté, debout ou assis. Mais aussitôt que Nous l’en délivrons, il reprend son train de vie, comme s’il n’avait jamais sollicité de Nous de le débarrasser de ce qui l’accablait. C’est ainsi que les plus mauvaises actions se trouvent embellies aux yeux de leurs auteurs.
[13] Nous avons déjà fait périr des générations avant vous, lorsqu’elles se montrèrent injustes, malgré les preuves évidentes que leur avaient apportées leurs prophètes, car ces peuples n’étaient pas disposés à croire. Et c’est ainsi que Nous rétribuons les peuples criminels. [14] Puis Nous avons fait de vous leurs successeurs sur la Terre pour voir comment vous vous y comporteriez à votre tour.
[15] Lorsque Nos versets sont récités, comme preuves évidentes, à ceux qui n’espèrent pas Notre rencontre, ils te disent : « Apporte-nous un autre Coran que celui-ci, ou changes-en la teneur ! » Réponds-leur : « Il ne m’appartient pas de le changer de ma propre initiative. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé. En vérité, je crains, si je désobéis à mon Seigneur, le châtiment d’un grand jour ! » [16] Dis-leur : « Si Dieu l’avait voulu, je ne vous l’aurais pas récité et Il ne vous l’aurait pas fait connaître. Et avant cela, je suis bien demeuré parmi vous toute une vie sans le faire. Ne raisonnez-vous donc point ? »
[17] Y a-t-il plus injuste que celui qui invente des mensonges sur Dieu ou qui traite Ses versets d’impostures ? Mais Dieu ne permettra jamais à ces coupables de réussir. [18] En dehors de Dieu, ils adorent des idoles qui ne peuvent ni les servir ni leur nuire, en disant : « Voilà nos intercesseurs auprès de Dieu ! » Dis-leur : « Auriez-vous donc la prétention d’apprendre à Dieu ce qu’Il ne connaîtrait pas dans les Cieux et sur la Terre ? » Gloire à Lui ! Il est très au-dessus de ce qu’ils Lui associent !
[19] Les hommes ne formaient à l’origine qu’une seule et même communauté. Puis des divisions surgirent entre eux ; et si ton Seigneur n’avait pas pris une décision préalable à ce sujet, Il aurait déjà mis fin à leurs points de divergence. [20] Ils disent : « Si seulement son Seigneur lui permettait d’accomplir un miracle ! » Réponds-leur : « Le mystère relève uniquement de Dieu ! Attendez donc ! Je serai avec vous, parmi ceux qui attendent ! »
[21] Lorsque Nous faisons goûter aux hommes Notre miséricorde après qu’un malheur les a frappés, ils ne tardent pas à user de perfidie pour dénigrer Nos signes. Dis-leur : « Dieu est plus prompt à déjouer vos intrigues, et Nos anges sont là pour enregistrer toutes vos manigances ! » [22] C’est Lui qui dirige vos déplacements sur terre et sur mer. Et quand vous vous trouvez à bord d’un navire qui vogue au gré d’un vent favorable, tous les hommes qui y sont embarqués s’en réjouissent. Mais qu’une tempête survienne, déchaînant contre eux des vagues de toutes parts et les mettant en péril, aussitôt ils se mettent à implorer Dieu avec la plus grande ferveur en disant : « Si Tu nous sauves de ce péril, nous Te vouerons une vive reconnaissance ! » [23] Mais dès que Dieu les sauve, ils se remettent à commettre des injustices sur la Terre. Ô hommes, vos injustices ne retomberont que sur vous-mêmes ! Car, après de brèves jouissances en ce monde, c’est vers Nous que se fera votre retour, et Nous vous rappellerons alors tout ce que vous aurez fait !
[24] En vérité, la vie de ce monde est comparable à l’eau que Nous faisons descendre du ciel et grâce à laquelle toutes sortes de plantes dont se nourrissent les hommes et les bêtes s’entremêlent sur le sol. Et au moment où la terre revêt ainsi sa plus belle parure et s’embellit, les hommes s’imaginent qu’ils en sont les maîtres incontestés. C’est alors que Notre arrêt la frappe de nuit ou de jour, et les récoltes se trouvent anéanties, comme si cette végétation n’était pas florissante la veille. C’est ainsi que Nous exposons Nos signes pour ceux qui savent réfléchir. [25] Dieu appelle les hommes à la Demeure de la paix et guide qui Il veut vers la Voie du salut.
[26] À ceux qui auront fait le bien sera réservée la plus belle récompense et davantage encore, et leurs visages ne seront assombris ni par la tristesse ni par la vilenie. Voilà ceux qui seront les hôtes du Paradis où leur séjour sera éternel. [27] Mais à ceux qui auront mal agi sera réservée une rétribution égale au mal qu’ils auront commis. Couverts de honte et n’ayant aucun protecteur contre Dieu, ils auront le visage comme enveloppé par d’épaisses couches d’un noir foncé. Voilà ceux qui seront les hôtes de l’Enfer où leur séjour sera éternel. [28] Le Jour où Nous rassemblerons tous les hommes, Nous dirons aux polythéistes : « Restez à votre place, vous et vos associés ! » Puis Nous les séparerons les uns des autres. Et leurs fausses divinités leur diront alors : « Ce n’est pas nous que vous adoriez ! [29] Dieu suffit comme Témoin entre nous et vous, car, en réalité, nous étions totalement indifférents à votre adoration ! » [30] Là, chaque âme connaîtra la juste valeur des actes qu’elle aura accomplis, car les idolâtres auront été déjà ramenés à Dieu, leur vrai Maître, et des mensonges qu’ils inventaient, plus rien n’aura subsisté.
[31] Demande-leur : « Qui vous procure du ciel et de la terre votre nourriture ? Qui est le Maître de l’ouïe et de la vue ? Qui fait sortir le vivant du mort et le mort du vivant ? Qui règle la marche de l’Univers ? » Ils répondront : « C’est Dieu ! » Dis-leur alors : « Qu’attendez-vous donc pour Le craindre ? [32] Tel est Dieu, votre véritable Seigneur ! Et qu’y a-t-il au-delà de la Vérité, si ce n’est l’erreur ? Comment pouvez-vous alors vous détourner de la Vérité ? » [33] C’est ainsi que se trouve justifié l’arrêt pris par ton Seigneur à l’encontre des pervers qui plus jamais ne croiront.
[34] Dis-leur : « Lequel de vos associés serait capable de procéder à la création des êtres et de les ressusciter après leur mort ? » Dis : « Seul Dieu peut créer et ressusciter. Comment pouvez-vous donc vous détourner de la Vérité ? » [35] Dis-leur : « Lequel de vos associés serait capable de guider vers la Vérité ? » Dis : « Seul Dieu guide vers la Vérité. Qui est alors le plus digne d’être suivi ? Celui qui guide vers la Vérité ou celui qui ne guide qu’autant qu’il est lui-même guidé ? Qu’avez-vous à formuler un jugement pareil ? »
[36] La plupart d’entre eux s’en tiennent à des conjectures. Mais les conjectures ne sauraient en rien tenir lieu de vérité. Dieu est parfaitement au courant de leur manière d’agir.
[37] Ce Coran n’est nullement une œuvre apocryphe conçue en dehors de Dieu, mais il vient confirmer les révélations qui l’ont précédé et constituer un clair exposé du Livre émanant, à n’en point douter, du Maître de l’Univers !
[38] S’ils disent : « C’est cet homme qui l’a inventé », réponds-leur : « Composez donc une seule sourate semblable à celles de ce Livre, et faites-vous aider, pour ce faire, de qui vous voudrez, en dehors de Dieu, si vous détenez réellement la Vérité ! » [39] En réalité, ce qu’ils traitent de mensonge, c’est ce qu’ils ne peuvent pas comprendre et dont l’interprétation ne leur est pas encore parvenue. Ainsi avaient crié au mensonge ceux qui les ont précédés. Mais considère quelle a été la fin des injustes ! [40] Il en est parmi eux qui y croient, et il en est d’autres qui n’y croient point. Ton Seigneur est le mieux Informé de ceux qui sèment le désordre. [41] S’ils te traitent d’imposteur, dis-leur : « À moi mes actes, et à vous les vôtres. Vous n’aurez donc pas à répondre de ce que je fais, et je n’aurai point à répondre de ce que vous faites. » [42] Il en est parmi eux qui viennent t’écouter. Mais pourras-tu jamais te faire entendre des sourds, s’ils ne veulent pas raisonner ?
[43] D’autres viennent t’observer. Mais comment pourrais-tu indiquer la voie à des aveugles, alors qu’ils sont incapables de voir ? [44] En vérité, Dieu ne commet jamais d’injustice envers les hommes, mais ce sont plutôt les hommes qui se font du tort à eux-mêmes. [45] Le jour où Dieu les rassemblera tous, ils auront l’impression de n’être restés sur Terre qu’une heure de la journée ; et ils se reconnaîtront entre eux. C’est alors que ceux qui n’avaient pas eu foi en leur rencontre avec le Seigneur auront tout perdu, car ils ne se seront pas bien dirigés. [46] Que Nous te fassions assister à une partie du châtiment que Nous leur réservons ou que Nous te rappelions auparavant auprès de Nous, c’est vers Nous de toute façon que se fera leur retour. Dieu est, en outre, Témoin de tous leurs actes. [47] Et à chaque communauté il a été désigné un prophète en présence duquel elle sera jugée en toute justice, sans qu’elle subisse la moindre iniquité. [48] Les incrédules disent : « À quand cette promesse, si vous êtes véridiques ? » [49] Réponds-leur : « Je ne détiens aucun pouvoir sur ce qui peut m’arriver en bien ou en mal, en dehors de ce que Dieu veut. » À chaque communauté est fixé un terme que, quand il échoit, elle ne peut, ne serait-ce que d’un instant, ni avancer ni reculer. [50] Dis : « Que vous en semble ? Si le châtiment de Dieu devait venir vous surprendre de nuit ou de jour, à quoi servirait aux coupables d’avoir hâte de le voir se produire ? [51] Est-ce au moment où ce châtiment s’abattra sur vous que vous croirez enfin ? Alors que, la veille encore, vous en réclamiez avec ironie la prompte arrivée ! » [52] Et il sera dit à ceux qui auront commis des injustices : « Goûtez le châtiment éternel ! Pouvez-vous être rétribués autrement que selon vos propres acquis ? »
[53] Ils viendront s’informer auprès de toi en disant : « Est-ce bien vrai tout cela ? » Réponds-leur : « Oui, par mon Seigneur, c’est bien vrai ! Et aucun de vous ne pourra échapper à la puissance divine. »
[54] Si chaque âme injuste possédait tout ce qu’il y a sur la Terre, elle le céderait volontiers pour se racheter. Et les pécheurs, en présence du châtiment, dissimuleront leurs regrets ; mais il sera décidé entre eux en toute équité et aucun d’eux ne sera lésé. [55] Dieu n’est-Il pas le Maître des Cieux et de la Terre ? Et Ses promesses ne constituent-elles pas la Vérité même ? Mais la plupart des hommes sont loin de le savoir. [56] N’est-ce pas Lui qui donne la vie et la mort ? Et n’est-ce pas à Lui que vous ferez retour ?
[57] Ô hommes ! Voici venu à vous un appel de votre Seigneur, qui est à la fois un remède pour le mal qui ronge les cœurs, un guide et une miséricorde pour les fidèles.
[58] Dis : « C’est là une grâce et une miséricorde de Dieu dont les hommes devraient se réjouir, car elles sont bien plus précieuses que toutes les richesses qu’ils accumulent. » [59] Dis : « Avez-vous vu tous les biens que Dieu vous a prodigués pour subvenir à vos besoins et dont vous avez déclaré une part interdite et une autre licite ? » Dis : « Est-ce Dieu qui vous l’a permis ? Ou est-ce une invention que vous mettez sur le compte du Seigneur ? » [60] Que diront, le Jour de la Résurrection, ceux qui inventent des mensonges sur le compte de Dieu ? Pourtant, Dieu est d’une infinie bonté envers les hommes ; mais la plupart d’entre eux ne sont pas reconnaissants.
[61] Quel que soit l’état dans lequel tu te trouves, quel que soit le passage du Coran que tu récites, quelque œuvre que vous accomplissiez, Nous en sommes toujours Témoin à l’instant même où vous vous y engagez, car rien n’échappe à ton Seigneur : ni le poids d’un atome sur Terre ou dans le Ciel, ni un poids plus infime ou plus grand. Tout est inscrit dans un Livre évident.
[62] En vérité, les servants de Dieu ne connaîtront ni crainte ni peine, [63] car ceux qui ont la foi et qui craignent le Seigneur [64] recevront la bonne nouvelle en ce monde et dans la vie future, et la Parole de Dieu est immuable. Ce sera pour eux la félicité suprême !
[65] Que leurs propos ne t’affligent point ! Toute la gloire appartient à Dieu. Il est l’Audient et l’Omniscient. [66] N’est-ce pas que c’est à Dieu qu’appartiennent tous ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre ? Que suivent donc ceux qui invoquent, en dehors de Dieu, des divinités qu’ils Lui associent ? En réalité, ils ne sont que le jouet de leurs conjectures et la proie de leurs fantasmes !
[67] C’est Lui qui a conçu la nuit pour vous permettre de vous reposer, et le jour pour que vous puissiez voir clair. Certes, il y a en cela bien des signes pour ceux qui savent entendre.
[68] Ils disent : « Dieu S’est donné un fils ! » Gloire à Dieu qui Se suffit à Lui-même et à qui appartient tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre ! Vous n’avez aucune preuve à l’appui de ce que vous avancez ! Comment osez-vous tenir des propos sans fondement sur le compte du Seigneur ?
[69] Dis : « Ceux qui forgent des mensonges sur le compte de Dieu ne pourront jamais réussir. » [70] Éphémère jouissance sera leur vie en ce monde, puis c’est vers Nous que se fera leur retour, et Nous leur ferons subir alors un châtiment exemplaire, pour prix de leur impiété.
[71] Raconte-leur l’histoire de Noé lorsqu’il dit à son peuple : « Ô mon peuple ! S’il vous est pénible de me voir parmi vous et de m’entendre vous rappeler les signes de Dieu, c’est à Dieu que je m’en remets. Mettez-vous alors d’accord avec vos associés ; étalez vos desseins au grand jour et prenez votre décision à mon sujet sans plus attendre ! [72] Si vous tournez le dos à la foi, sachez que je ne vous réclame aucun salaire, car mon salaire n’incombe qu’à Dieu. Il m’a été ordonné d’être soumis à Sa volonté. » [73] Mais ils le traitèrent d’imposteur et Nous le sauvâmes, ainsi que ceux qui l’accompagnaient sur l’arche. Nous en fîmes les successeurs sur la Terre, et engloutîmes ceux qui avaient traité Nos signes de mensonges. Considère quelle fut la fin de ceux qui avaient été pourtant avertis !
[74] Après lui, Nous avons envoyé d’autres prophètes, munis de preuves évidentes, à leurs peuples respectifs. Mais ces derniers n’étaient pas disposés à croire en ce qu’ils avaient naguère traité d’imposture. C’est ainsi que Nous scellons le cœur des transgresseurs.
[75] Puis Nous avons envoyé Moïse et Aaron, munis de Nos signes, à Pharaon et aux dignitaires de sa cour. Mais ces derniers les accueillirent avec arrogance, en tant que peuple pervers. [76] Et, mis en face de la Vérité que Nous leur avons transmise, ils ne purent que s’écrier : « Ce n’est là que pure magie ! » [77] Et Moïse de répliquer : « Comment pouvez-vous traiter de magie la Vérité qui vous est transmise, alors que l’œuvre des magiciens ne peut jamais prospérer ? » [78] – « Es-tu venu, répondirent-ils, pour nous détourner du culte que pratiquaient nos ancêtres, et pour vous accaparer, tous deux, du pouvoir dans ce pays ? Non, nous ne croyons pas en vous ! »
[79] Et Pharaon d’ordonner : « Amenez-moi tout magicien habile ! » [80] Et lorsque les magiciens se présentèrent, Moïse leur dit : « Agissez comme bon vous semble ! » [81] Et quand les magiciens s’exécutèrent, Moïse leur dit : « Ce n’est là que de la magie que Dieu rendra vaine, car Dieu ne fait jamais prospérer l’œuvre des pervers ! [82] Dieu, par Ses arrêts, confirme toujours la Vérité, n’en déplaise aux criminels. »
[83] Mais ne crurent en Moïse que quelques jeunes de son peuple, par crainte des représailles de Pharaon et de leurs chefs, car Pharaon était dans son pays à la fois hautain et despote. [84] » Ô mon peuple, dit Moïse, si vous croyez en Dieu, mettez votre confiance en Lui, en tant que peuple soumis à leur Seigneur. » [85] Ils répondirent alors : « Nous mettons notre confiance en Dieu. Seigneur ! Ne fais pas de nous une tentation pour ce peuple d’oppresseurs. [86] Protège-nous par Ta miséricorde de ce peuple infidèle ! »
[87] Nous fîmes alors à Moïse et à son frère cette révélation : « Prenez pour votre peuple en Égypte des demeures. Faites-en des lieux de culte. Observez la prière et annoncez la bonne nouvelle aux fidèles. » [88] Et Moïse d’implorer : « Seigneur ! Tu as gratifié Pharaon et ses notables de faste et de grandes richesses en ce monde, qu’ils emploient, Seigneur, pour s’écarter davantage de Ta Voie. Seigneur ! Anéantis leurs richesses et endurcis leurs cœurs, afin qu’ils ne croient qu’au moment où ils seront en face du terrible châtiment. »
[89] – « Votre vœu est exaucé, répondit le Seigneur. Suivez le droit chemin, ton frère et toi ! Ne vous laissez pas entraîner par ceux qui ne savent pas ! »
[90] Nous fîmes franchir la mer aux fils d’Israël. Pharaon et son armée se lancèrent à leur poursuite par haine et par iniquité, jusqu’au moment où Pharaon, débordé par les flots, s’écria : « Oui, je reconnais qu’il n’y a d’autre dieu que Celui en qui croient les fils d’Israël, et me soumets totalement à Lui. » [91] – « C’est maintenant que tu te soumets, lui dit le Seigneur, alors que naguère tu désobéissais et tu te solidarisais avec les corrupteurs ? [92] Aujourd’hui, Nous allons épargner ton corps afin que tu serves d’exemple à tes successeurs, bien que la plupart des hommes restent indifférents à Nos signes ! »
[93] Nous avons installé les fils d’Israël en un lieu sûr et confortable, et Nous les avons pourvus d’une nourriture bonne et agréable. Ils ne se divisèrent par la suite que lorsqu’ils eurent reçu la science. Mais ton Seigneur les départagera au Jour de la Résurrection sur ce qui les divisait.
[94] Et si tu as quelque doute au sujet de ce que Nous t’avons révélé, interroge ceux qui, avant toi, lisaient l’Écriture. C’est la Vérité qui te parvient, émanant de ton Seigneur. Ne sois donc point du nombre des sceptiques ! [95] Et ne sois pas non plus de ceux qui traitent de mensonges les signes de Dieu, sinon tu serais du nombre des perdants !
[96] Certes, ceux contre lesquels la sentence de ton Seigneur a été prononcée ne croiront pas, [97] même si tous les signes leur étaient offerts, tant qu’ils ne seront pas mis en face du châtiment douloureux.
[98] Or, il n’y eut jamais de cité qui eut cru et qui eut tiré profit de sa conversion, excepté le peuple de Jonas : dès qu’il eut cru, Nous écartâmes de lui le châtiment de l’infamie, en ce monde, et Nous lui permîmes de jouir de la vie pendant le temps qui lui était imparti.
[99] Et si ton Seigneur l’avait voulu, tous les hommes peuplant la Terre auraient, sans exception, embrassé Sa foi ! Est-ce à toi de contraindre les hommes à devenir croyants, [100] alors qu’il n’appartient à nulle âme d’acquérir la foi sans la permission du Seigneur, qui couvrira d’opprobre ceux qui ne veulent pas comprendre ?
[101] Dis : « Contemplez ce que contiennent les Cieux et la Terre ! » Mais ni les signes ni les avertissements ne suffiront à convaincre un peuple incrédule. [102] Attendent-ils de vivre les mêmes jours néfastes qu’avaient vécus les générations éteintes ? Dis-leur : « Attendez donc ! Je serai avec vous, parmi ceux qui attendent ! » [103] Nous sauverons ensuite Nos envoyés et ceux qui auront cru, car c’est un devoir pour Nous de toujours sauver les croyants.
[104] Dis : « Ô hommes ! Si vous doutez de ma religion, sachez que je n’adore pas ce que vous adorez en dehors de Dieu ; mais j’adore Dieu qui vous rappellera à Lui, et j’ai reçu ordre d’être du nombre des croyants. » [105] Et le Seigneur m’a dit : « Tourne-toi vers la vraie religion en pur monothéiste et éloigne-toi des associateurs ! [106] N’invoque pas, en dehors de Dieu, ce qui ne peut ni te faire du bien ni te nuire, sinon tu serais du nombre des injustes ! »
[107] Si Dieu t’inflige un malheur, nul autre que Lui ne pourra t’en délivrer ; et s’Il te destine une faveur, nul ne pourra t’en priver, car Il favorise qui Il veut parmi Ses serviteurs et Il est le Clément, le Miséricordieux. [108] Dis : « Ô hommes ! La Vérité vous est parvenue de la part de votre Seigneur. Celui qui donc se met dans la bonne direction ne le fait que pour lui-même, tandis que celui qui s’égare ne le fait qu’à son propre détriment, car je ne suis nullement votre protecteur. » [109] Conforme-toi donc à ce qui t’est révélé, et prends patience jusqu’à ce que Dieu rende son verdict, car Il est le Meilleur des juges.

11. Sourate de Hûd (Hûd)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Râ. C’est un Livre aux versets solidement établis, suffisamment détaillés, émanant d’un Sage parfaitement Informé, [2] qui vous prescrit de n’adorer que Dieu ! Je suis chargé par Lui de vous avertir et de vous annoncer la bonne nouvelle. [3] Implorez donc le pardon de votre Seigneur ! Revenez repentants à Lui ! Il vous assurera une vie heureuse ici-bas jusqu’au terme fixé, et Il accordera Sa faveur à tout homme de mérite. Mais si vous vous détournez de Lui, je crains pour vous les tourments d’un grand jour, [4] car c’est vers Dieu que se fera votre retour, et Sa puissance n’a point de limite.
[5] Or, ne voilà-t-il pas qu’ils se replient sur eux-mêmes pour se cacher de Dieu ? Mais ne savent-ils pas que, au moment même où ils s’enfouissent sous leurs habits, Dieu connaît déjà ce qu’ils dissimulent et ce qu’ils divulguent, car Il voit dans le tréfonds des cœurs ?
[6] Il n’est point de créature sur Terre qui n’attende de Dieu sa pâture et dont Dieu ne connaisse le repaire et le lieu de sa mort, car tout est consigné dans un Livre explicite ! [7] C’est Lui qui a créé les Cieux et la Terre en six jours, alors que Son Trône reposait sur l’eau, pour vous mettre à l’épreuve et reconnaître ceux d’entre vous qui agiraient le mieux. Or, si tu leur dis : « Vous serez certainement ressuscités après votre mort », les incrédules ne manqueront pas de dire : « Cela relève manifestement de la pure magie ! » [8] Et si Nous reportons le châtiment qui doit les frapper à une date déterminée, ils diront : « Qu’est-ce donc qui le retient ? » Qu’ils sachent que le jour où il se produira, rien ne pourra les en sauver, et que ce dont ils se moquaient les enveloppera de toutes parts !
[9] Faisons-Nous goûter à l’homme un bienfait de Notre part et l’en privons-Nous ensuite, il est alors livré au désespoir et plein d’ingratitude ! [10] Lui faisons-Nous goûter un bienfait de Notre part, après qu’un malheur l’a frappé, alors aussitôt il s’écrie : « C’en est fini enfin de mes malheurs ! », plein de joie et de gloriole. [11] Seuls ceux qui patientent et pratiquent de bonnes œuvres obtiendront pardon et belle récompense.
[12] Il se peut que tu sois tenté de délaisser une partie de ce qui t’a été révélé et que tu ressentes un serrement de cœur lorsque tu les entends dire : « Que ne lui envoie-t-on un trésor du Ciel, ou que ne lui adjoigne-t-on un ange ? » Rappelle-toi que tu n’es qu’un avertisseur et que c’est Dieu qui est le Gérant de l’Univers !
[13] Diront-ils : « C’est Muhmmad qui a inventé ce Coran ! » Réponds-leur : « Eh bien ! Inventez vous-mêmes dix sourates pareilles ! Et faites-vous aider par qui vous pourrez, hormis Dieu, si vous êtes véridiques ! » [14] S’ils ne vous répondent pas, apprenez alors que ce qui a été révélé relève uniquement du savoir de Dieu, en dehors de qui il n’y a point d’autre divinité. Finirez-vous donc par vous soumettre à Lui ?
[15] Ceux dont l’ambition se limite aux plaisirs et au faste de ce monde, Nous rétribuerons leurs efforts dans ce monde même, sans leur faire subir la moindre injustice ; [16] mais ceux-là n’auront dans la vie future que le Feu, car toutes leurs œuvres ici-bas seront vaines et tout ce qu’ils auront accompli sur Terre sera sans valeur. [17] Peut-on comparer ces gens-là à ceux qui se réfèrent à une preuve évidente émanant de leur Seigneur, et qu’un témoin envoyé par Lui vient leur réciter, corroborant ainsi l’Écriture de Moïse, qui était révélée pour servir de guide et de bénédiction ? Ce sont ceux-là les vrais croyants ! Quant à ceux, parmi les factieux, qui refusent de croire, ceux-là, leur rendez-vous est déjà pris avec l’Enfer. N’aie aucun doute là-dessus, car c’est là la stricte Vérité émanant de ton Seigneur ! Mais la plupart des hommes n’y croient pas.
[18] Y a-t-il plus coupables que ceux qui inventent des mensonges sur le compte de Dieu ? Ceux-là comparaîtront devant leur Seigneur et les témoins s’écrieront : « Les voilà, ceux qui ont attribué des mensonges à leur Seigneur ! » Que la malédiction de Dieu s’abatte sur les coupables, [19] qui détournent leurs semblables de la Voie de Dieu, qu’ils cherchent à rendre tortueuse et qui ne croient pas à la vie future !
[20] Ceux-là ne sauraient tenir Dieu en échec sur Terre, pas plus qu’ils ne sauraient trouver contre Son châtiment de protecteur. Mais leurs tourments seront portés au double pour n’avoir voulu ni entendre ni voir. [21] Ceux-là auront été eux-mêmes les artisans de leur propre perte, de même qu’ils auront vu disparaître leurs divinités mensongères ! [22] Nul doute qu’ils seront les plus grands perdants dans la vie future ! [23] Ceux, au contraire, qui auront cru, accompli de bonnes œuvres et fait preuve d’humilité devant leur Seigneur, ceux-là auront le Paradis pour séjour éternel.
[24] Ces deux groupes ressemblent l’un à l’aveugle et au sourd, l’autre à celui qui voit et qui entend. Ces deux groupes sont-ils égaux ? Finirez-vous donc par le comprendre ?
[25] Nous avions déjà envoyé Noé à son peuple : « Je suis chargé solennellement, dit-il, de vous avertir, [26] afin que vous n’adoriez que Dieu. Je crains pour vous le châtiment d’un jour terrible. » [27] Mais les notables de son peuple qui étaient incrédules lui dirent : « Nous ne voyons en toi qu’un mortel semblable à nous. Nous constatons que seule la lie de notre peuple t’a suivi sans réfléchir et nous ne vous reconnaissons aucun avantage sur nous. Bien plus, vous n’êtes pour nous que des imposteurs ! » [28] – « Ô mon peuple !, répliqua Noé, que vous en semble ? Si, par la grâce de mon Seigneur, je suis pourvu par Lui d’une preuve évidente qui demeure pour vous incomprise, devrons-nous vous l’imposer en dépit de votre répugnance ?
[29] Ô mon peuple ! Je ne vous réclame en retour aucun salaire, car je n’attends de rétribution que de mon Seigneur. De plus, je ne puis repousser ceux qui ont cru, et qui auront un jour à rencontrer leur Seigneur. Mais je vois bien que j’ai affaire à un peuple d’ignorants ! [30] Ô mon peuple ! Qui viendrait à mon secours contre Dieu si jamais je les chassais ? Ne réfléchissez-vous donc point ? [31] Je ne prétends pas détenir les trésors de Dieu ni être au courant du mystère ; je ne dis pas que je suis un ange, et je ne dis pas à ceux que vous regardez avec mépris que Dieu ne leur accordera aucune faveur, car Dieu seul sait ce qu’ils recèlent dans leurs cœurs. Si je le disais, je serais moi-même du nombre des injustes ! »
[32] – « Ô Noé, dirent-ils, assez discuté ! Car nous avons jusqu’ici abondamment discuté. Provoque donc ce malheur dont tu ne cesses de nous menacer, pour autant que tu sois sincère ! » [33] Noé leur répondit : « C’est Dieu qui vous l’enverra, s’Il le veut, et ce n’est pas vous qui pourrez L’en empêcher ! [34] Les conseils que je pourrais vous donner ne vous serviraient à rien, si Dieu décidait de vous égarer, car Il est votre Seigneur et c’est à Lui que vous serez ramenés. »
[35] Diront-ils : « Il a inventé ce Coran », réponds-leur : « Si je l’ai inventé, c’est sur moi que retombera le poids de mon forfait, mais je suis totalement innocent de ce dont vous m’accusez. » [36] Puis il fut révélé à Noé : « Plus personne ne se convertira parmi ton peuple, à part ceux qui avaient déjà cru. Ne t’afflige donc point de ce qu’ils faisaient ! [37] Construis l’arche sous Nos yeux, d’après les directives qui te seront révélées ! Et n’interviens plus en faveur des impies, car ils sont voués à être noyés ! »
[38] Noé entreprit la construction de l’arche ; et chaque fois que les grands de son peuple passaient, ils se moquaient de lui. « Si vous vous moquez de nous aujourd’hui, leur disait Noé, nous nous moquerons bientôt de vous à notre tour ! [39] Et vous saurez bientôt qui subira un châtiment avilissant et à qui est réservé un supplice permanent ! »
[40] Et lorsque Notre ordre fut donné et que le four se mit à bouillonner, Nous dîmes alors à Noé : « Charge dans l’arche un couple de chaque espèce, ainsi que ta famille, excepté ceux contre qui l’arrêt a déjà été prononcé. Embarque aussi tous ceux qui avaient cru ! » Mais, en vérité, ceux-ci étaient fort peu nombreux.
[41] » Montez dans l’arche !, dit Noé. Et qu’au nom de Dieu s’accomplissent sa course et son mouillage ! En vérité, mon Seigneur est Clément et Miséricordieux ! »
[42] L’arche commença alors à voguer au milieu d’énormes vagues, aussi hautes que des montagnes. Noé appela son fils qui était resté à l’écart : « Mon cher fils, monte avec nous ! Ne reste pas avec les impies ! » [43] – « Je vais me retirer, dit-il, sur une montagne qui me mettra à l’abri des eaux ! » – « Nul n’échappera aujourd’hui à l’arrêt de Dieu, excepté celui qui aura bénéficié de Sa grâce ! », dit Noé. Puis les flots s’interposèrent entre eux ; et le fils de Noé fut submergé.
[44] Et il fut dit : « Ô terre, absorbe tes eaux ! Et toi, ciel, arrête tes pluies ! » Et aussitôt les eaux baissèrent, l’ordre de Dieu fut exécuté et l’arche s’arrêta sur le mont Jûdî. Et l’on entendit dire : « Loin d’ici la gent perverse ! » [45] Noé adressa alors cette prière à son Seigneur : « Seigneur, dit-il, mon fils fait partie des miens. Ta promesse est la Vérité même et Tu es le plus Équitable des juges ! »
[46] – « Ô Noé !, répondit le Seigneur, celui-là ne fait point partie des tiens, car il a commis un acte impie. Ne Me parle donc pas de ce que tu ne sais pas ! Je t’exhorte afin que tu ne sois pas du nombre des ignorants. » [47] – « Seigneur, dit Noé, je cherche refuge auprès de Toi contre toute demande de ma part au sujet de choses qui me dépassent. Si Tu ne me pardonnes pas et ne m’accordes pas Ta miséricorde, je serai du nombre des perdants. » [48] – « Ô Noé, lui fut-il dit, débarque en paix et avec Nos bénédictions, pour toi et pour les communautés qui seront les descendants de tes compagnons. Il est cependant d’autres communautés que Nous ferons jouir des biens de ce monde et auxquelles Nous infligerons ensuite un châtiment douloureux ! »
[49] Ce sont là quelques nouvelles du mystère du monde que Nous te révélons, et que ni toi ni ton peuple ne connaissaient jusqu’ici. Sois patient ! Une heureuse fin est réservée à ceux qui craignent le Seigneur.
[50] Aux `Âd Nous avons envoyé leur frère Hûd. « Ô mon peuple, dit-il, adorez Dieu, car vous n’avez d’autre divinité que Lui ! Tous les autres cultes que vous forgez ne sont que des mensonges. [51] Ô mon peuple ! Je ne vous réclame aucun salaire en échange. Je n’attends ma rétribution que de Celui qui m’a créé. Ne raisonnez-vous donc point ? [52] Ô mon peuple ! Demandez pardon à votre Seigneur, et repentez-vous à Lui. Il vous enverra du ciel une pluie abondante et accroîtra vos forces. Ne vous détournez donc pas de Lui en devenant rebelles ! » [53] – « Ô Hûd, lui dirent-ils, tu ne nous apportes aucun signe évident. Nous n’abandonnerons donc pas nos divinités sur tes simples paroles, car nous n’avons pas confiance en toi !
[54] Nous dirons plutôt que l’une de nos divinités t’a dérangé l’esprit ! » – « Je prends Dieu à témoin !, dit Hûd. Et témoignez vous-mêmes que je désavoue les divinités que vous adorez [55] en dehors de Dieu. Mettez en œuvre toutes vos perfidies contre moi et ne m’accordez aucun répit ! [56] Je m’en remets à Dieu qui est mon Seigneur et le Vôtre. Il n’est point d’être vivant qui ne soit soumis à Sa loi. Mon Dieu est, certes, sur un chemin droit. [57] Et si vous vous détournez, je vous aurai du moins transmis le message que j’étais chargé de vous faire parvenir, et mon Seigneur vous remplacera par un autre peuple, sans que vous puissiez Lui nuire, car mon Seigneur est de toute chose le Gardien vigilant. » [58] Et lorsque Notre ordre fut donné, Nous sauvâmes Hûd et ceux qui avaient cru avec lui, par un effet de Notre miséricorde. Nous les sauvâmes d’un terrible tourment.
[59] Telle fut l’histoire du peuple de `Âd qui avait nié les signes de son Seigneur, désobéi à Ses prophètes et suivi les ordres de tout tyran rebelle. [60] Maudit à jamais ici-bas, il le sera aussi dans l’autre monde. Le peuple de `Âd a, en effet, renié son Seigneur. Périsse donc `Âd, peuple de Hûd !
[61] Aux Thamûd Nous avons envoyé leur frère Sâlih. « Ô mon peuple, dit-il, adorez Dieu ! Vous n’avez d’autre divinité que Lui ! C’est Lui qui vous a formés de la terre et qui vous y a établis. Demandez-Lui pardon et revenez repentants vers Lui, car mon Seigneur est si Proche et si Prompt à exaucer les prières ! » [62] – « Ô Sâlih !, répondirent-ils, tu étais jusqu’ici l’objet de nos espérances. Vas-tu à présent nous interdire d’adorer ce que nos pères adoraient ? En vérité, nous avons des doutes troublants au sujet du culte auquel tu nous invites ! »
[63] – « Ô mon peuple !, dit-il, que vous en semble, si j’étais nanti d’une preuve évidente par mon Seigneur et s’Il m’avait accordé Sa miséricorde, qui me protégerait donc contre Dieu si je venais à Lui désobéir ? Vous ne feriez alors qu’ajouter à ma perte ! [64] Ô mon peuple ! Voici comme signe pour vous la chamelle de Dieu ! Laissez-la paître sur la terre de Dieu, et ne lui faites aucun mal ; sinon, votre châtiment ne se fera pas attendre ! » [65] Mais ils égorgèrent la chamelle. Sâlih leur dit alors : « Profitez de ces trois jours encore dans vos demeures ! Et c’est une promesse que rien ne viendra démentir. » [66] Et lorsque Notre ordre fut donné, Nous sauvâmes Sâlih et ceux qui avaient cru avec lui, par un effet de Notre miséricorde, de l’ignominie de ce jour-là, car, en vérité, ton Seigneur est le Fort et le Puissant. [67] Et le grondement terrifiant saisit alors ceux qui avaient été injustes et, le lendemain, ils gisaient inertes dans leurs demeures, [68] comme s’ils n’y avaient jamais prospéré. Les Thamûd ont, en effet, renié leur Seigneur. Arrière donc au peuple de Thamûd !
[69] Nos émissaires vinrent trouver Abraham pour lui annoncer la bonne nouvelle. « Salâm ! », lui dirent-ils. « Salâm ! », répondit Abraham. Et peu après, il leur servit un veau rôti. [70] Voyant qu’ils ne faisaient pas honneur au plat, il les trouva étranges et en eut peur. « N’aie crainte, lui dirent-ils. C’est vers le peuple de Loth que nous sommes envoyés. » [71] La femme d’Abraham, qui se tenait à côté, se mit à rire. Nous lui annonçâmes la naissance d’Isaac et celle de Jacob après lui.
[72] » Est-ce possible ?, s’écria-t-elle. Moi, avoir un enfant à mon âge si avancé et alors que mon mari que voici est un vieillard ? Ce serait là vraiment une chose bien étrange ! » [73] Et les émissaires de répliquer : « Comment peux-tu t’étonner de l’ordre de Dieu ? Que la miséricorde de Dieu et Ses bénédictions soient sur vous, ô habitants de cette demeure ! Dieu seul est Digne de louange et de gloire. »
[74] Lorsque Abraham fut remis de sa peur et qu’il eut reçu la bonne nouvelle, il se mit à plaider, devant Nous, la cause du peuple de Loth, [75] car Abraham était doux, compatissant et enclin au repentir. [76] » Ô Abraham, dirent les émissaires, cesse de défendre leur cause ! L’arrêt de ton Seigneur est déjà pris. Un châtiment irrévocable doit les frapper. » [77] Et quand Nos envoyés arrivèrent chez Loth, il en fut très affligé, car il ne savait pas comment les protéger. « Quelle pénible journée ! », dit-il.
[78] Aussitôt, des hommes de son peuple, habitués à commettre les pires turpitudes, se précipitèrent chez lui. « Ô mon peuple, leur dit Loth, voici mes filles ! Elles seraient plus indiquées pour vous. Craignez donc Dieu et ne me déshonorez pas dans la personne de mes hôtes ! N’y a-t-il pas un seul homme sensé parmi vous ? » [79] – « Tu sais très bien, dirent-ils, que nous n’avons pas envie de tes filles ! Et tu sais très bien ce que nous voulons. » [80] – « Que n’ai-je de la force pour vous résister, dit Loth. Ou que n’ai-je trouvé un solide appui ! »
[81] – « Ô Loth ! Nous sommes les émissaires de ton Seigneur ! Ces gens-là ne pourront jamais t’atteindre. Pars avec ta famille, à la fin de cette nuit, et que nul d’entre vous ne tourne la tête en cours de route ! Ta femme, cependant, subira le même sort que les impies. Cela se produira à l’aube, et l’aube n’est pas si loin ! »
[82] Et lorsque Notre ordre fut donné, Nous renversâmes la cité de fond en comble, et fîmes pleuvoir sur elle, par rafales, des cailloux brûlants d’argile, [83] portant une marque connue de ton Seigneur et toujours prêts à s’abattre sur les criminels !
[84] Aux gens de Madyan Nous avons envoyé leur frère Shu`ayb. « Ô mon peuple, leur dit-il, adorez Dieu, vous n’avez d’autre divinité que Lui ! Ne fraudez pas dans les mesures et ne faussez pas la balance ! Je vois que vous êtes en pleine prospérité ; mais je crains pour vous un jour où le châtiment vous enveloppera de toutes parts. [85] Ô mon peuple ! Faites pleine mesure et pesez avec équité ! Ne causez pas de tort aux gens en sous-estimant leurs biens ! Ne semez pas la corruption sur la Terre ! [86] Un bénéfice honnête, aussi petit soit-il, est infiniment meilleur pour vous, si vous êtes des croyants sincères. Je vous le dis sans être pour autant responsable de vos actes. »
[87] – « Ô Shu`ayb ! Sont-ce tes prières qui t’ordonnent de nous pousser à renier le culte de nos ancêtres ou à ne plus disposer de nos richesses comme nous l’entendons ? Est-ce toi l’homme sage et sensé que nous connaissons ? »
[88] – « Ô mon peuple, répliqua Shu`ayb, que diriez-vous si j’étais nanti d’une preuve évidente de mon Seigneur et si j’étais réellement gratifié d’une insigne faveur ? Soyez certains que, quand je vous interdis quelque chose, mon but n’est pas de vous contrarier, mais il est seulement de vous rendre meilleurs, dans la mesure de mes moyens. Et ma réussite ne dépend que du Seigneur. C’est à Lui que je me confie et c’est à Lui que je ferai retour.
[89] Ô mon peuple ! Que votre hostilité à mon égard ne vous entraîne pas à encourir les mêmes châtiments qui atteignirent le peuple de Noé, ou le peuple de Hûd, ou le peuple de Sâlih Et l’exemple du peuple de Loth n’est pas si éloigné de vous. [90] Implorez donc le pardon de votre Seigneur et revenez repentants vers Lui, car mon Seigneur est Plein d’indulgence et d’amour ! »
[91] – « Ô Shu`ayb, répliquèrent-ils, nous ne comprenons pas grand-chose à ce que tu nous dis. D’ailleurs, ta position n’est guère enviable parmi nous et, sans ton clan, nous t’aurions déjà lapidé, car rien ne nous aurait empêché de le faire ! »
[92] – « Ô mon peuple, reprit Shu`ayb, mon clan vous semble-t-il plus puissant que Dieu à qui vous tournez ouvertement le dos ? En vérité, mon Dieu embrasse de Sa science tout ce que vous faites. [93] Ô mon peuple ! Agissez à votre guise. J’agirai de mon côté, à ma manière. Vous saurez bientôt qui encourra un châtiment ignominieux et qui de nous aura été un imposteur. Attendez donc, je suis avec vous à attendre. »
[94] Et lorsque Notre ordre fut donné, Nous sauvâmes Shu`ayb et ceux qui avaient cru avec lui, par un effet de Notre miséricorde. Mais le grondement terrifiant saisit ceux qui avaient été injustes et, le lendemain, ils gisaient inertes dans leurs demeures, [95] comme s’ils n’y avaient jamais vécu ! Maudit soit donc le peuple de Madyan, comme l’avait été celui de Thamûd !
[96] Nous avons envoyé aussi Moïse, nanti de Nos signes et d’une preuve réelle, [97] à Pharaon et à ses dignitaires. Mais ces derniers suivirent l’ordre de Pharaon, bien que son ordre fût dénué de toute sagesse.
[98] Pharaon marchera, au Jour du Jugement dernier, à la tête de son peuple et le mènera à l’abreuvoir de l’Enfer. Et quel horrible abreuvoir que celui de l’Enfer ! [99] Poursuivis par la malédiction en ce monde, ils le seront aussi le Jour de la Résurrection ! Triste cadeau, s’il en fut !
[100] C’est là une partie de l’histoire des cités dont Nous te faisons ici le récit. Si les vestiges des unes sont encore debout, ceux des autres ont été complètement rasés. [101] Et ce n’est pas Nous qui avons été injustes envers ces peuples. Ce sont eux qui ont été les propres artisans de leur ruine. Quant aux divinités qu’ils invoquaient en dehors de Dieu, non seulement elles ne leur furent d’aucun secours, lorsque l’ordre de ton Seigneur fut lancé, mais elles n’ont fait qu’ajouter à leur malheur. [102] Tel est le châtiment de ton Seigneur quand Il sévit contre les cités criminelles. Ses coups sont toujours douloureux et portés avec violence.
[103] Il y a là un enseignement pour qui craint les tourments de la vie future, quand les hommes seront rassemblés en un jour solennel [104] dont Nous ne retardons l’avènement qu’en raison du terme qui lui a été fixé d’avance. [105] Et quand ce jour viendra, nulle âme ne soufflera mot sans la permission de Dieu. Et les hommes seront ou damnés ou bienheureux.
[106] Les damnés seront dans l’Enfer où retentiront leurs râles et leurs soupirs. [107] Ils y demeureront tant que dureront les Cieux et la Terre, à moins que ton Seigneur n’en décide autrement, car la Volonté de ton Seigneur doit toujours s’accomplir.
[108] Quant aux bienheureux, c’est au Paradis qu’ils iront pour y demeurer immortels tant que dureront les Cieux et la Terre, à moins que ton Seigneur n’en décide autrement. Et ce sera pour eux un don permanent.
[109] Ne te fais aucune illusion sur ce qu’adorent ces gens-là ! Ils n’adorent que ce qu’adoraient leurs pères auparavant. Et Nous leur attribuerons leur lot, sans en rien diminuer.
[110] Nous avons donné à Moïse l’Écriture au sujet de laquelle des controverses furent suscitées. Et sans un arrêt pris antérieurement par ton Seigneur, on aurait déjà tranché leurs différends. Aussi sont-ils toujours, à son sujet, dans un doute troublant. [111] À tous ceux-là ton Seigneur attribuera le mérite exact de leurs œuvres, car Il est parfaitement au courant de ce qu’ils font.
[112] Agis avec rectitude, comme il t’a été prescrit, ainsi qu’à ceux qui, avec toi, se sont repentis ! Ne vous livrez pas à des excès ! Dieu est bien au courant de ce que vous faites. [113] Ne vous rangez pas du côté de ceux qui commettent des injustices, de peur que le Feu ne vous atteigne ! Et vous n’aurez alors point d’allié en dehors de Dieu ni de protecteur. [114] Prie aux deux extrémités du jour et à certaines parties de la nuit. Certes, les bonnes actions chassent les mauvaises. C’est là un rappel qui s’adresse à ceux qui savent réfléchir. [115] Sois patient ! Dieu ne frustre jamais les hommes de bien de leur salaire.
[116] Que ne s’est-il trouvé parmi les générations d’avant vous assez d’hommes vertueux pour lutter contre la corruption sur la Terre, car, à l’exception de la petite minorité que Nous avons sauvée, les autres préféraient le luxe dont ils jouissaient et se comportaient en criminels. [117] Ton Seigneur, en effet, ne saurait anéantir injustement les cités dont les habitants sont vertueux.
[118] Et si ton Seigneur l’avait voulu, Il n’aurait fait des hommes qu’une seule communauté. Or, ils ne cessent de se dresser les uns contre les autres, [119] à l’exception de ceux auxquels ton Seigneur a accordé Sa miséricorde. Et c’est bien pour être si différents qu’Il les a créés. Ainsi se trouve accomplie cette parole de ton Seigneur quand Il a dit : « En vérité, Je remplirai la Géhenne à la fois de djinns et d’hommes, tous réunis ! »
[120] Tous les récits que Nous te rapportons sur les prophètes sont destinés à raffermir ton cœur. Tu y découvriras la vérité ainsi qu’une exhortation et un rappel à l’adresse des croyants. [121] Dis à ceux qui ne croient pas : « Restez fermes sur vos positions ! Nous aussi, nous le sommes sur les nôtres. [122] Et attendez ! Nous aussi, nous sommes avec vous à attendre ! » [123] Dieu seul détient le mystère des Cieux et de la Terre, et c’est vers Lui que tout fera retour. Adore-Le donc et place en Lui ta confiance ! En vérité, ton Seigneur n’est point indifférent à ce que vous faites.

12. Sourate de Joseph (Yûsuf)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Râ. Ce sont là les versets du Livre explicite. [2] Nous l’avons révélé en langue arabe, afin que vous puissiez le comprendre. [3] Nous allons te narrer, grâce à la révélation de ce Coran, l’un des plus beaux récits dont tu n’avais auparavant aucune connaissance.
[4] Un jour, Joseph dit à son père : « Ô mon père ! J’ai vu en rêve onze étoiles ainsi que le Soleil et la Lune prosternés devant moi ! »
[5] – « Mon fils, lui répondit son père, ne raconte pas ce rêve à tes frères, de peur qu’ils n’ourdissent un complot contre toi, car Satan est pour l’homme un ennemi juré ! [6] Ainsi, ton Seigneur t’a choisi pour t’instruire dans l’art d’interpréter les rêves et pour parachever Sa grâce en toi et en faveur de la famille de Jacob, comme Il l’avait parachevée, jadis, en faveur de tes ancêtres, Abraham et Isaac, car ton Seigneur est Omniscient et Sage. »
[7] En vérité, il y a pour ceux qui veulent s’instruire de multiples enseignements dans l’histoire de Joseph et de ses frères, [8] lorsque ces derniers dirent : « Joseph et son frère sont plus chers à notre père que nous, bien que nous soyons plus nombreux qu’eux. C’est là une préférence injuste de sa part. » [9] » Tuez donc Joseph, dirent-ils, ou éloignez-le quelque part, et de cette façon vous jouirez tout seuls de l’affection de votre père et vous serez, après sa disparition, des gens bien considérés. » [10] » Ne tuez pas Joseph, proposa l’un d’eux, mais jetez-le plutôt dans les profondeurs d’un puits ; si vous procédez ainsi, quelque voyageur de passage pourrait le recueillir. » [11] » Père, dirent-ils, pourquoi ne veux-tu pas nous confier Joseph, alors que nous ne lui voulons que du bien ? [12] Envoie-le avec nous demain, afin qu’il puisse s’ébattre et s’amuser sous notre garde ! » [13] – « Je ressentirais un grand chagrin, dit le père, de vous voir l’emmener avec vous et je crains qu’un loup ne le dévore dans un moment d’inattention de votre part. » [14] – « Pour qu’un loup le dévore, s’écrièrent-ils, malgré notre nombre, il faudrait que nous soyons bien lâches ! »
[15] Et lorsqu’ils l’eurent emmené avec eux, et se furent mis d’accord pour le faire disparaître au fond du puits, Nous révélâmes à Joseph ce qui suit : « Tu auras un jour à leur rappeler ce forfait, au moment où ils s’y attendront le moins. » [16] Le soir, ils s’en revinrent auprès de leur père en pleurant. [17] » Père, dirent-ils, nous sommes allés jouer à la course en laissant Joseph auprès de nos effets. C’est alors que le loup l’a dévoré. Mais tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité. » [18] Et ils lui présentèrent sa tunique frauduleusement tachée de sang. Le père dit alors : « Je pense plutôt que c’est un mauvais coup que vous avez monté vous-mêmes, et je n’ai plus qu’à me résigner et à implorer l’aide de Dieu pour supporter ce que vous venez de me dire. »
[19] Puis vint à passer une caravane près du puits. Pour se ravitailler en eau, ils y envoyèrent leur pourvoyeur qui, ayant jeté son seau, s’écria : « Quelle trouvaille ! Voici un jeune garçon ! » Ils le dissimulèrent pour le vendre telle une marchandise. Mais Dieu savait bien ce qu’ils faisaient. [20] Ils le vendirent à vil prix, pour quelque menue monnaie, car ils ne comptaient pas le garder.
[21] L’Égyptien qui l’avait acquis dit à sa femme : « Traite-le bien ! Peut-être nous sera-t-il utile ou serons-nous amenés à l’adopter. » Ainsi avons-Nous bien établi Joseph en ce pays et l’avons-Nous initié à l’interprétation des rêves, car, lorsque ton Seigneur décide une chose, elle s’accomplit toujours, bien que la plupart des hommes l’ignorent.
[22] Et quand Joseph eut atteint sa maturité, Nous lui accordâmes sagesse et savoir, car c’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien.
[23] Or, celle qui l’avait reçu chez elle tenta de le séduire et, fermant toutes les portes, elle lui dit : « Viens ! Je suis à toi ! » – « Dieu m’en préserve !, s’exclama Joseph. Je ne peux trahir mon maître qui m’a traité avec générosité, car les traîtres ne peuvent jamais prospérer. » [24] Mais elle avait complètement succombé à son charme et lui aussi l’aurait désirée s’il n’avait pas été éclairé par un signe de son Seigneur. Et c’est ainsi que Nous avons écarté de lui le mal et la turpitude. Il était, en effet, un de Nos serviteurs élus. [25] Tous deux se précipitèrent vers la porte, et elle lui déchira sa tunique par derrière. Ils trouvèrent le mari devant la porte, et aussitôt la femme s’écria : « Quel châtiment mérite celui qui a voulu déshonorer ta femme, sinon la prison ou un supplice exemplaire ? » [26] – « C’est elle, répliqua Joseph, qui a voulu me séduire ! » Un parent de l’épouse, qui assistait à la scène, intervint alors en disant : « Si la tunique de Joseph est déchirée par devant, c’est la femme qui dit vrai et c’est Joseph qui ment. [27] Mais si la tunique est déchirée par derrière, c’est elle qui ment et c’est Joseph qui est sincère. » [28] Ayant vu que la tunique était déchirée par derrière, le mari dit : « Voilà bien une de vos perfidies ! Les perfidies des femmes sont vraiment redoutables ! [29] Joseph, oublie cet incident ! Et toi, femme, implore le pardon de ton péché, car tu as été vraiment fautive ! »
[30] Et l’on se mit à dire entre femmes en ville : « L’épouse du grand intendant s’est éprise de son valet ; elle en est follement amoureuse, au point qu’elle a perdu tout contrôle sur elle-même ! »
[31] Lorsqu’elle eut vent de leurs méchants commérages, elle les invita chez elle à un banquet, et remit à chacune d’elles un couteau. Puis elle ordonna à Joseph de paraître. Dès qu’elles l’aperçurent, elles furent émerveillées au point que, dans leur trouble, elles se tailladèrent les mains, en s’écriant : « Grand Dieu ! Ce n’est pas un être humain, mais c’est un ange merveilleux ! » [32] – « Voilà donc, dit-elle, celui qui m’a valu vos reproches. J’ai voulu effectivement le faire céder à mes désirs, mais il a tenu à rester chaste. Or, s’il ne fait pas ce que je lui ordonne, il sera certainement jeté en prison et connaîtra un sort misérable. »
[33] » Seigneur, dit Joseph, je préfère la prison au crime auquel me convient ces femmes ; et si Tu ne me préserves pas de leurs stratagèmes, je finirai par céder à mon penchant pour elles et sombrerai dans le paganisme. » [34] Son Seigneur l’exauça et le préserva de leurs ruses, car Il est Celui qui entend tout et sait tout.
[35] Puis ils jugèrent bon, malgré les preuves évidentes de son innocence, de le jeter en prison pour un certain temps. [36] Deux jeunes gens entrèrent en prison en même temps que Joseph. L’un d’eux dit : « J’ai rêvé que je pressais du raisin. » – « Et moi, dit l’autre, j’ai rêvé que je portais sur ma tête du pain que des oiseaux venaient becqueter. Fais-nous connaître la signification de ces rêves, car nous voyons en toi un homme de bien. »
[37] Joseph leur répondit : « On ne vous aura pas encore apporté votre ration journalière que je vous aurai déjà expliqué vos rêves. Cet art fait partie de ce que mon Seigneur m’a enseigné. En vérité, j’ai abandonné la religion d’un peuple qui ne croit pas en Dieu et qui nie la vie future.
[38] Et j’ai suivi la religion de mes ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob. Nous n’associons aucune créature à Dieu. C’est là une grâce de Dieu pour nous et pour tous les hommes. Mais la plupart de ces derniers ne sont point reconnaissants. [39] Ô vous, mes deux compagnons de prison ! Que vaut-il mieux ? Une multitude de divinités ou Dieu l’Unique, le Dominateur suprême ? [40] Ceux que vous adorez en dehors de Dieu ne sont que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et auxquels le Seigneur n’a conféré aucun pouvoir. En vérité, le pouvoir n’appartient qu’à Dieu qui a prescrit de n’adorer que Lui. Telle est la vraie religion, mais bien peu de gens le savent. [41] Ô vous, mes deux compagnons de prison ! L’un de vous servira d’échanson pour donner du vin à son maître ; quant à l’autre, il sera crucifié et les oiseaux lui picoreront la tête. C’est la réponse irrévocable à la question que vous posez. »
[42] S’adressant à celui qui, à son avis, devait être sauvé, Joseph lui demanda d’attirer sur lui l’attention de son maître. Mais Satan lui fit oublier de parler à son maître de Joseph. Aussi ce dernier séjourna-t-il quelques années encore en prison.
[43] » J’ai vu en songe, dit le roi, sept vaches grasses dévorées par sept vaches maigres, et aussi sept épis verts et sept autres secs. Honorable assemblée ! Expliquez-moi ma vision, si vous savez interpréter les songes ! »
[44] – « Ce n’est là, dirent les courtisans, qu’un amas de songes confus. Du reste, nous n’entendons rien à l’interprétation des rêves. » [45] Or, celui des deux prisonniers qui avait eu la vie sauve se souvint enfin de Joseph et dit : « Moi, je suis en mesure de vous en donner l’interprétation. Laissez-moi aller la chercher ! »
[46] » Ô Joseph, le véridique ! Éclaire-nous au sujet de sept vaches grasses dévorées par sept vaches maigres, sept épis verts et sept autres secs, afin que de retour auprès de ceux qui m’attendent je puisse les renseigner. » [47] Joseph répondit alors : « Vous sèmerez durant sept années, comme à l’accoutumée. Laissez en épis tout ce que vous aurez moissonné, excepté une petite quantité que vous consommerez. [48] Viendront ensuite sept années de disette qui épuiseront toutes les réserves que vous aurez constituées, à l’exception d’une petite quantité que vous aurez épargnée. [49] Puis viendra une année où les gens auront beaucoup de pluie et où les pressoirs seront abondamment utilisés. »
[50] Le roi ordonna alors : « Qu’on m’amène cet homme ! » Et quand l’émissaire se trouva en présence de Joseph, celui-ci Joseph lui dit : « Retourne auprès de ton maître et demande-lui quelle était l’intention de ces femmes qui s’étaient tailladé les mains. Mon Seigneur connaît parfaitement leur perfidie ! »
[51] Le roi interrogea alors ces femmes : « Quelle a été votre intention, lorsque vous avez tenté de séduire Joseph ? » – « À Dieu ne plaise, répondirent-elles, Joseph n’a commis aucun mal que nous sachions. » Et la femme du grand intendant d’ajouter : « Maintenant la vérité a éclaté. C’est moi qui ai tenté de le faire céder à mes désirs, et tout ce qu’il a dit est l’absolue vérité ! [52] Si j’ai tenu à faire rétablir la vérité, c’est pour que mon maître sache que je ne l’ai point trompé pendant son absence, car Dieu ne guide point les intrigues des méchants.
[53] Je ne cherche pas à m’innocenter moi-même, car c’est le propre de la nature humaine à pousser au mal, à moins qu’on ne soit touché par la grâce de Dieu, car Il est Clément et Miséricordieux. » [54] » Qu’on me l’amène, dit le roi. Je veux l’attacher à ma personne ! » Et après s’être entretenu avec lui, le roi lui dit : « À partir de maintenant, je t’accorde un poste d’autorité et t’investis de ma confiance ! » [55] – « Confie-moi, dit Joseph, l’intendance des dépôts du pays, j’en serai le gardien vigilant. »
[56] C’est ainsi que Nous avons accordé à Joseph une forte position dans ce pays et qu’il pouvait désormais s’y installer, où il voulait. Nous touchons de Notre grâce qui Nous voulons et Nous ne laissons jamais les hommes de bien sans récompense ; [57] cependant, la récompense de la vie future est bien meilleure pour ceux qui auront cru et vécu dans la crainte du Seigneur.
[58] Les frères de Joseph vinrent en Égypte, et se présentèrent devant lui. Il les reconnut, mais eux ne se souvinrent plus de lui. [59] Et après leur avoir fait remettre leurs provisions, il leur dit : « Amenez-moi un frère consanguin à vous. Ne voyez-vous pas que je vous fais pleine mesure et que je vous réserve le meilleur accueil ? [60] Si vous ne l’amenez pas, il n’y aura plus de provisions pour vous et il est inutile que vous reveniez vers moi ! » [61] – « Nous nous efforcerons, dirent-ils, de convaincre notre père de le laisser partir, et nous espérons y parvenir. » [62] Puis Joseph dit à ses serviteurs : « Dissimulez dans leurs bagages les marchandises qu’ils avaient apportées. Peut-être que, en rentrant chez eux, ils s’en apercevront et que cela les incitera à revenir. »
[63] De retour auprès de leur père, ils lui dirent : « Père, on refuse de nous ravitailler à l’avenir si notre frère n’est pas avec nous. Envoie-le avec nous pour que nous obtenions des provisions. Nous en prendrons le plus grand soin. »
[64] Le père répondit : « Vais-je vous le confier, comme autrefois je vous avais confié son frère ? Mais Dieu est le Meilleur Gardien, et Il est le plus Miséricordieux des miséricordieux ! » [65] Et ayant déballé leurs bagages, ils trouvèrent que les marchandises qu’ils avaient troquées leur avaient été rendues. « Père, dirent-ils, que pouvons-nous espérer de plus ? Voilà que nos marchandises nous ont été rendues. Nous irons donc ravitailler les nôtres, tout en prenant soin de notre frère. Et cette fois-ci nous rapporterons la charge d’un chameau de plus. C’est une charge facile à obtenir ! » [66] – « Je ne l’enverrai avec vous, dit le père, que si vous vous engagez devant Dieu à me le ramener, à moins que vous ne soyez tous réduits à l’impuissance. » Et lorsqu’ils eurent pris cet engagement, le père dit : « Puisse Dieu être garant de ce que nous venons de conclure ! » [67] Puis il ajouta : « Mes enfants, n’entrez pas dans la cité où vous allez par la même porte, mais entrez par des portes différentes. Je ne puis cependant vous être d’aucun secours contre la volonté de Dieu, car c’est de Lui que relève toute décision. Je mets donc ma confiance en Lui, et c’est en Lui que mettent leur confiance ceux qui se résignent. »
[68] Ils entrèrent donc dans la ville en suivant la recommandation de leur père ; mais cela ne pouvait leur servir à rien contre les arrêts du Seigneur et ne faisait qu’apaiser les inquiétudes de Jacob, car ce dernier savait tirer profit de la science que Nous lui avions enseignée, ce que la plupart des hommes ne savent point. [69] Lorsqu’ils se présentèrent devant Joseph, celui-ci prit à part son frère et lui dit : « Je suis ton frère. Ne t’afflige pas de ce qu’ils m’ont fait autrefois ! »
[70] Et après leur avoir fourni leurs provisions, Joseph glissa dans les bagages de son jeune frère une coupe à boire ; puis, sur ses ordres, un héraut se mit à crier : « Hé, caravaniers ! Vous êtes des voleurs ! » [71] Se retournant, les fils de Jacob demandèrent : « Que cherchez-vous ? » [72] – « Nous cherchons, leur dit-on, la coupe du roi ! Quiconque la rapportera recevra une récompense en blé de la charge d’un chameau. » Et le héraut ajouta : « Je m’en porte garant. » [73] – « Par Dieu, répondirent les fils de Jacob, vous savez bien que nous ne sommes pas venus pour faire du mal et que nous ne sommes pas des voleurs ! » [74] – « Quelle sanction sera infligée au voleur, s’il s’avère que vous avez menti ? », dirent les autres. [75] – « Celui, répondirent les frères de Joseph, dans les bagages duquel la coupe sera trouvée vous sera livré lui-même à titre d’esclave. C’est ainsi que nous punissons les prévaricateurs. »
[76] Joseph commença par fouiller les bagages des autres avant de passer à ceux de son frère, et il en retira la coupe. Nous avons suggéré à Joseph d’avoir recours à ce moyen, sans lequel il ne pouvait pas retenir son frère près de lui selon la loi du pays, à moins que Dieu ne l’eût voulu. Nous élevons en rang qui Nous voulons. Mais, au-dessus de tout savant, il y a Celui dont la science n’a point de limite.
[77] » Il n’est pas étonnant qu’il ait commis ce vol, dirent les frères de Joseph, un frère à lui avait déjà commis un vol avant lui ! » Joseph garda pour lui cette réflexion et ne dévoila guère ce qu’il en pensait, se contentant de dire en lui-même : « Vous êtes encore plus mauvais que je ne croyais ! Mais Dieu est le mieux Informé de vos allégations. »
[78] – « Ô seigneur !, dirent les fils de Jacob. Le père de ce jeune homme est d’un âge très avancé. Prends l’un de nous à sa place. Nous voyons en toi un homme d’une grande bonté. »
[79] – « À Dieu ne plaise, dit Joseph, que je retienne un autre que celui chez qui notre coupe a été trouvée ! Nous serions alors vraiment injustes. » [80] Désespérant de le fléchir, les fils de Jacob se retirèrent pour se concerter. « Oubliez-vous, dit l’aîné, que notre père nous a fait prendre un engagement devant Dieu ? Oubliez-vous que vous avez déjà manqué à votre engagement en abandonnant Joseph auparavant ? Je ne quitterai pas ce pays, pour ma part, avant que mon père ne me le permette, ou que Dieu ne juge en ma faveur, car Il est le Meilleur des juges. [81] Retournez chez votre père et dites-lui : “Ô père ! Ton fils a réellement volé ! Nous ne te rapportons que ce dont nous avons été témoins, sans pouvoir répondre de ce qui a pu nous échapper. [82] Interroge la ville où nous étions, ainsi que la caravane dans laquelle nous sommes arrivés. Tous te confirmeront que ce que nous disons est la vérité.” »
[83] » C’est là, leur dit Jacob, un autre mauvais coup que vous avez monté vous-mêmes, et je n’ai plus qu’à me résigner ; peut-être que Dieu me les rendra tous les deux, car Il est Omniscient et Sage. » [84] Et il leur tourna le dos, en soupirant : « Que ma peine est grande pour Joseph ! » Et ses yeux devinrent aveugles par suite de son affliction, car il avait de la peine à contenir sa douleur. [85] » Par Dieu, lui dirent ses enfants, tu ne cesseras donc jamais d’évoquer le souvenir de Joseph, jusqu’à en dépérir ou en mourir. » [86] – « C’est à Dieu seul, dit-il, que je confie ma tristesse et ma douleur, car je sais de la part de Dieu des choses que vous-mêmes ne savez pas.
[87] Ô mes enfants ! Allez-vous enquérir de Joseph et de son frère, et ne désespérez point de la miséricorde de Dieu, car seuls les négateurs désespèrent de la bonté divine ! »
[88] De retour auprès de Joseph, ils lui dirent : « Seigneur ! Le malheur s’est abattu sur nous et sur les nôtres. Nous ne pouvons t’offrir qu’une marchandise sans grande valeur. Fais-nous bonne mesure et sois charitable envers nous, car Dieu récompense toujours les gens charitables. » [89] – « Vous souvenez-vous, leur dit-il, de ce que vous avez fait de Joseph et de son frère quand vous étiez plongés dans l’ignorance ? » [90] – « Serais-tu Joseph ? », dirent-ils. – « Oui, je suis Joseph et celui-ci est mon frère, dit-il. Dieu nous a accordé Sa faveur. Quiconque craint Dieu et se montre patient en reçoit la récompense, car Dieu ne frustre jamais les hommes de bien de leur récompense. » [91] – « Par Dieu !, dirent-ils. Dieu t’a vraiment préféré à nous ; et nous, nous avons été coupables. » [92] – « Soyez sans crainte, leur dit Joseph. Que Dieu vous pardonne ! Sa miséricorde n’a point d’égale. [93] Emportez ma tunique que voici, et passez-la sur le visage de mon père. Il recouvrera la vue. Et revenez avec tous les membres de votre famille. »
[94] Et dès que la caravane eut franchi la frontière, leur père dit : « Je décèle autour de moi l’odeur de Joseph. Mais vous allez me dire encore que je radote ! » [95] – « Par Dieu, lui dit-on. N’est-ce pas que c’est ta vieille rengaine ? »
[96] Mais lorsque le porteur de la bonne nouvelle arriva et appliqua la tunique sur le visage de Jacob, celui-ci recouvra aussitôt la vue et dit : « Ne vous avais-je pas affirmé que je savais de la part de Dieu des choses que vous-mêmes ne savez pas ? » [97] – « Ô père, dirent les fils de Jacob, implore de Dieu le pardon de nos péchés, car nous avons été vraiment coupables. » [98] – « Je vais, dit-il, implorer le pardon pour vous auprès de mon Seigneur. Il est si Plein de clémence et de miséricorde. »
[99] Et lorsqu’ils arrivèrent chez Joseph, celui-ci accueillit son père et sa mère, en disant : « Soyez les bienvenus en Égypte, où vous serez, s’il plaît à Dieu, en toute sécurité. » [100] Joseph fit asseoir son père et sa mère sur le trône, et tous les membres de sa famille se prosternèrent à ses pieds. Joseph dit alors : « Père, voilà l’interprétation du rêve que j’avais fait jadis. Dieu en a fait une réalité. Il m’a comblé de bienfaits, lorsqu’Il m’a fait sortir de prison et qu’Il vous a fait venir du désert auprès de moi, après que Satan eut jeté la discorde entre mes frères et moi. En vérité, mon Seigneur sauve toujours qui Il veut. Il est l’Omniscient, le Sage.
[101] Seigneur ! Tu m’as donné une parcelle d’autorité et Tu m’as appris à interpréter les songes. Créateur des Cieux et de la Terre, Tu es mon Maître dans ce monde et dans l’autre. Fais que je meure en état de soumission totale à Ta volonté, et permets-moi de rejoindre le camp des vertueux ! »
[102] Voilà l’un des récits inconnus de toi que Nous te révélons, car tu ne te trouvais pas parmi les frères de Joseph lorsqu’ils décidèrent de perpétrer leur forfait. [103] Mais la plupart des hommes ne croiront pas, quels que soient les efforts que tu déploieras.
[104] Pourtant tu ne leur réclames pour cela aucun salaire, car ce n’est là qu’un rappel adressé à tout l’Univers. [105] Que de signes évidents dans les Cieux et sur la Terre devant lesquels les hommes passent et dont ils se détournent ! [106] Et la plupart d’entre eux ne croient en Dieu qu’en Lui donnant des associés. [107] Sont-ils sûrs que le châtiment de Dieu ne viendra pas s’abattre sur eux ? Ou que l’Heure ne viendra pas les surprendre, au moment où ils s’y attendront le moins ?
[108] Dis : « Voici ma voie ! J’appelle les hommes à Dieu, moi et ceux qui me suivent, en toute clairvoyance ; et je ne suis pas, par la grâce du Seigneur, du nombre des idolâtres. » [109] Nous n’avons jamais envoyé avant toi, comme prophètes, que des hommes pris parmi les habitants des cités et auxquels Nous transmettions Nos révélations. Que ne parcourent-ils la Terre pour voir quel a été le sort final de leurs prédécesseurs ? Certes, la demeure de la vie future est d’une valeur autrement plus estimable pour ceux qui craignent le Seigneur. Le comprendrez-vous donc jamais ? [110] Et lorsque, à la fin, les prophètes désespéraient du succès de leur mission et croyaient qu’on les prenait pour des imposteurs, Nous leur envoyions Notre secours et Nous sauvions qui Nous voulions, sans que jamais Nos rigueurs fussent détournées de la gent criminelle.
[111] Il y a, à coup sûr, un enseignement dans l’histoire des prophètes pour les hommes doués d’intelligence. Ce Livre n’est point un récit inventé de toutes pièces, mais il est une confirmation des Écritures antérieures, un exposé détaillé de toute chose, une bonne direction et une grâce pour ceux qui croient en leur Seigneur.

13. Sourate du Tonnerre (Ar-Ra‘d)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm – Râ. Voici les versets du Livre, et ce que ton Seigneur te révèle est la stricte Vérité. Mais la plupart des hommes n’y croient pas.
[2] C’est Dieu qui a élevé les Cieux sans piliers visibles, et qui S’est établi ensuite sur Son Trône ; c’est Lui qui a imposé au Soleil et à la Lune de poursuivre chacun sa course jusqu’au terme fixé, et qui préside à l’ordre universel, et expose en détail Ses signes. Seriez-vous enfin convaincus de votre rencontre avec Lui ? [3] C’est Lui qui a étendu la terre, y a implanté des montagnes, y a placé des rivières ; c’est Lui qui a établi deux éléments de couple dans chaque espèce de fruits, et qui fait que la nuit couvre le jour. N’y a-t-il pas là des signes pour des gens qui réfléchissent ? [4] Et la terre ne comporte-t-elle pas des terrains qui se touchent et qui sont complantés de vignes, de céréales et de palmiers-dattiers, en touffes ou solitaires ? Et bien qu’une même eau les arrose, Nous leur faisons produire des fruits plus savoureux les uns que les autres. N’y a-t-il pas là encore des signes pour des gens qui raisonnent ?
[5] Certes, tu seras bien étonné d’entendre les négateurs répéter : « Comment pourrons-nous, une fois réduits en poussière, revenir à une vie nouvelle ? » Ce sont ceux-là qui renient leur Seigneur ; ce sont ceux-là qui comparaîtront un jour avec un carcan au col ; ce sont ceux-là qui seront les éternels hôtes de l’Enfer.
[6] Ces négateurs te mettent au défi de hâter l’arrivée du malheur dont ils sont menacés, plutôt que celle du bonheur, et pourtant ce ne sont pas les exemples de menaces exécutées qui ont manqué jusqu’ici. Mais ton Seigneur est Plein d’indulgence pour les hommes, malgré leur méchanceté, bien qu’Il soit également Terrible quand Il sévit. [7] Les impies ne cessent de répéter : « Pourquoi ne reçoit-il pas un miracle de son Seigneur ? » Or, ton rôle se borne à avertir, et chaque peuple a un guide.
[8] Dieu sait ce que porte chaque femelle en son sein, de même qu’Il connaît le moment où les matrices se contractent ou se dilatent, car toute chose chez Lui a sa mesure. [9] Il connaît le mystère de l’Univers et ce dont peuvent témoigner les hommes. Il est le Grand ; Il est le Sublime. [10] Pour Lui, il n’y a aucune différence entre celui qui dissimule sa pensée et celui qui la divulgue ; entre celui qui se cache la nuit et celui qui se manifeste le jour.
[11] Des anges sont attachés à chaque être humain et, placés devant et derrière lui, le protègent sans cesse, sur ordre du Seigneur. En vérité, Dieu ne modifie point l’état d’un peuple tant que les hommes qui le composent n’auront pas modifié ce qui est en eux-mêmes. Et quand Dieu décide de punir un peuple, nul ne peut L’en empêcher, car les hommes en dehors de Lui n’ont nul protecteur.
[12] C’est Lui qui vous fait voir l’éclair qui vous inspire tantôt la crainte, tantôt l’espoir ; c’est Lui qui suscite les nuages lourdement chargés de pluie. [13] Et pendant que le tonnerre, en grondant, Lui rend hommage et que les anges, en tremblant, célèbrent Ses louanges, le Seigneur lance Ses foudres pour atteindre qui Il veut. Et malgré toute cette puissance, les impies osent encore contester Son existence, Lui dont les ripostes sont si terrifiantes !
[14] C’est Lui Seul qui est Digne d’être invoqué, car ceux que les impies invoquent en dehors de Lui ne peuvent exaucer aucune de leurs prières ; de même que l’homme assoiffé qui se contente de tendre les deux mains vers l’eau ne réussira jamais à la faire parvenir à sa bouche. C’est ainsi que s’en vont en pure perte les prières des infidèles ! [15] Et c’est devant Dieu que se prosternent, bon gré mal gré, tous ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre, ainsi que leurs ombres qui s’inclinent devant Lui matin et soir !
[16] Dis aux impies : « Qui est le Maître des Cieux et de la Terre ? » Réponds : « C’est Dieu, bien sûr ! » Dis-leur : « Et, malgré cela, prendrez-vous en dehors de Lui des maîtres qui ne peuvent rien pour eux-mêmes ni en bien ni en mal ? » Dis-leur : « Peut-on confondre à ce point l’aveugle et le clairvoyant, ou comparer les ténèbres à la lumière ? Ou auraient-ils donné à Dieu des associés qui auraient créé comme Lui-même a créé, en sorte que l’œuvre de ces derniers et celle de Dieu se seraient confondues dans leur esprit ? » Dis-leur : « C’est Dieu qui est le Créateur de toute chose. Il est l’Unique et le Dominateur suprême. »
[17] Il fait descendre du ciel de l’eau qui coule dans les vallées à la mesure de leur capacité, et le courant charrie l’écume qui surnage, à l’image du laitier qui se dégage de la fonte des métaux dont on fabrique bijoux et ustensiles. Dieu use de cette image pour bien établir la différence qu’il y a entre le Vrai et le faux, car l’écume inconsistante s’en va au rebut, tandis que ce qui est utile aux hommes se dépose sur le terrain. Ainsi, Dieu propose des paraboles utiles.
[18] À ceux qui répondent à l’appel de leur Seigneur sera offerte la félicité ; tandis que ceux qui s’y refusent, dussent-ils offrir tous les trésors de la Terre ou même en doubler la mise, ne seront jamais rachetés ; l’Heure du règlement des comptes sera pour eux pleine d’angoisses et leur dernier refuge sera cette détestable demeure de souffrance qu’est la Géhenne.
[19] Peut-on comparer à un aveugle celui qui est convaincu que ce que ton Seigneur t’a révélé représente bien la vérité ? Mais seuls en saisissent le sens ceux qui sont doués d’intelligence ; [20] ceux qui respectent leur engagement envers Dieu et ne violent pas la foi jurée ; [21] ceux qui maintiennent les liens que Dieu a ordonné de maintenir, qui craignent leur Seigneur et redoutent une mauvaise reddition de leur compte ; [22] ceux qui se montrent patients pour être agréables à leur Seigneur, qui accomplissent la salât, qui font des prélèvements sur les biens que Nous leur avons donnés, pour faire des aumônes en secret et en public, et qui repoussent le mal par le bien. À tous ceux-là sont réservés, comme demeure finale, [23] les jardins d’Éden où ils entreront avec tous ceux de leurs pères, de leurs conjoints et de leurs enfants qui auront accompli de bonnes œuvres. Et les anges accourront de tous côtés pour les recevoir. [24] » Que la paix soit avec vous !, leur diront-ils. Recevez comme prix de votre patience cette belle demeure qui sera éternellement vôtre ! »
[25] Mais ceux qui violent le pacte de Dieu après s’y être engagés, qui brisent les liens que Dieu a ordonné de maintenir, qui sèment la corruption sur la Terre, ceux-là seront maudits et voués à la plus détestable des demeures. [26] Dieu prodigue Ses dons ou les mesure à qui Il veut. Ils se réjouissent de la vie de ce monde, alors que cette vie n’est qu’une jouissance éphémère par rapport à la vie future ! [27] Les négateurs disent : « Que n’a-t-on fait descendre sur lui un miracle de la part de son Seigneur ? » Dis : « Dieu égare qui Il veut et dirige vers Lui ceux qui se repentent ; [28] ceux qui croient et qui s’apaisent au souvenir de Dieu. N’est-ce pas que c’est au souvenir de Dieu que s’apaisent les cœurs ? »
[29] Ceux qui croient et qui pratiquent les bonnes œuvres, à ceux-là la béatitude et la plus douce des retraites.
[30] C’est ainsi que Nous t’envoyons à un peuple que d’autres peuples ont précédé, afin de leur transmettre le Message que Nous t’avons révélé, alors que ces gens se montrent incrédules à l’égard du Dieu de la bonté. Dis-leur : « C’est Lui mon Seigneur ! Il n’y a d’autre divinité que Lui ! C’est à Lui que je me confie et c’est à Lui que je ferai retour. »
[31] S’il y avait un Coran à soulever les montagnes, à disloquer les continents ou à faire parler les morts, ce serait bien celui-ci. Mais la décision finale appartient à Dieu en toute chose. Les croyants ne savent-ils pas que si Dieu l’avait voulu, Il aurait mis l’humanité tout entière sur le droit chemin ? Cependant, des calamités ne cesseront d’atteindre les impies ou de s’abattre aux abords mêmes de leurs demeures en raison de leurs agissements, jusqu’à ce que la promesse de Dieu s’accomplisse, car Dieu ne manque jamais à Sa promesse. [32] Avant toi, d’autres prophètes ont été tournés en dérision. J’ai accordé aux infidèles qui les raillaient un répit, puis Je les ai frappés ; et quel ne fut point alors le châtiment que Je leur ai infligé !
[33] Comment ? Est-ce à Celui qui lit dans chaque âme et sait ce qu’elle acquiert qu’ils osent donner des associés ? Dis-leur : « Définissez ces divinités par leurs attributs ! Auriez-vous la prétention d’apprendre à Dieu ce qu’Il ignorerait sur la Terre ? Ou bien est-ce que vos divinités n’ont aucune réalité, ou s’agit-il d’une simple manière de vous exprimer ? » La vérité est que les négateurs ont été tellement séduits par leurs fourberies qu’ils s’en trouvèrent à jamais dévoyés. Or, celui que Dieu égare ne trouvera plus personne pour le guider. [34] Ils seront punis dans la vie d’ici-bas. Mais le châtiment qui les attend dans la vie future sera bien plus pénible encore, et nul ne pourra intercéder pour eux auprès du Seigneur.
[35] Le Paradis promis à ceux qui craignent Dieu est à l’image d’un Jardin sous lequel coulent des ruisseaux, aux fruits intarissables et aux ombrages perpétuels. Telle sera la demeure des hommes pieux, tandis que celle des impies sera la Géhenne. [36] Ceux à qui Nous avons donné les Écritures se réjouissent de ce qui t’est révélé, mais il est des factieux qui en rejettent une partie. Dis-leur : « J’ai seulement ordre de n’adorer que Dieu, sans rien Lui associer. C’est à Lui que j’appelle les hommes et c’est vers Lui que se fera mon retour. » [37] Ainsi, Nous t’avons révélé en ce Coran un code de sagesse en langue arabe. Si tu cèdes à leurs chimères, après la science que tu as reçue, tu ne trouveras plus ni soutien ni protecteur contre ton Seigneur.
[38] Nous avons envoyé avant toi des prophètes et Nous leur avons donné des épouses et des enfants. Mais jamais il n’a été donné à un prophète d’accomplir un miracle sans la permission de Dieu. Chaque échéance a son terme prescrit. [39] Dieu abroge ou confirme ce qu’Il veut, car Il détient l’Archétype éternel auprès de Lui. [40] Que Nous te fassions voir une partie de ce dont Nous les menaçons ou que Nous te rappelions à Nous avant ce terme, ton seul devoir est de communiquer le Message. Et c’est à Nous ensuite de leur demander des comptes. [41] Ne voient-ils pas que Nous assaillons la terre pour en rogner les extrémités ? Dieu juge et Ses arrêts sont sans appel, et Il est prompt dans Ses comptes. [42] Ceux qui les ont devancés avaient eux aussi eu recours à des perfidies. Mais Dieu se joue de toutes les perfidies, car Il sait ce que chaque âme acquiert, et les impies sauront bientôt à qui reviendra l’ultime demeure.
[43] Les impies disent : « Tu n’es pas un prophète ! » Réponds-leur : « Il me suffit d’avoir pour témoins, entre vous et moi, Dieu et les gens qui possèdent la science de l’Écriture. »

14. Sourate d’Abraham (Ibrâhîm)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Râ. Nous te révélons ce Livre pour que tu fasses sortir, avec la permission de leur Seigneur, les hommes des ténèbres vers la Lumière, et les conduises dans la Voie du Tout-Puissant, du Digne de louange, [2] la Voie de Dieu à qui appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre. Et malheur aux impies pour le supplice impitoyable qui les attend ! [3] Ceux qui préfèrent la vie d’ici-bas à la vie future, qui détournent leurs semblables de la Voie du Seigneur, qu’ils cherchent à rendre tortueuse, ceux-là sont dans un profond égarement. [4] Nous n’avons envoyé aucun prophète qui n’ait utilisé la langue de son peuple pour les éclairer. Après quoi, Dieu égare qui Il veut et guide qui Il veut. Il est le Tout-Puissant, le Sage. [5] C’est ainsi que Nous avons envoyé Moïse, muni de Nos signes, en lui disant : « Fais sortir ton peuple des ténèbres vers la Lumière, et rappelle-leur les journées du Seigneur ! » Il y a là assurément des signes pour celui qui se montre patient et reconnaissant.
[6] Et Moïse de dire à son peuple : « Rappelez-vous les bienfaits de Dieu envers vous, lorsqu’Il vous a délivrés des gens de Pharaon, qui vous infligeaient les pires tourments en égorgeant vos fils et en épargnant vos filles. Ce fut là une terrible épreuve pour vous de la part de votre Seigneur ! [7] Votre Seigneur ne vous a-t-Il pas prévenus, en disant : “J’augmenterai Ma grâce, si vous êtes reconnaissants ; mais Mon châtiment sera impitoyable, si vous êtes infidèles” ? » [8] Et Moïse d’ajouter : « Seriez-vous infidèles, vous et tous ceux qui vivent sur la Terre, sachez que Dieu Se suffit à Lui-même et qu’Il est Digne de louange. »
[9] N’avez-vous pas été mis au courant de l’histoire des peuples qui vous ont précédés, du peuple de Noé, de `Âd, de Thamûd et de ceux qui vécurent après eux, et que seul Dieu connaît ? Chaque fois que leurs prophètes se présentaient à eux avec des preuves évidentes, ils portaient leurs mains à leur bouche et s’écriaient : « Nous dénions absolument le message que vous êtes chargés de nous transmettre, car nous sommes dans un doute profond au sujet de vos exhortations. »
[10] Leurs prophètes leur répondaient alors : « Est-il possible de douter de Dieu, le Créateur des Cieux et de la Terre, qui vous appelle, pour absoudre une partie de vos péchés et vous laisser vivre jusqu’au terme fixé ? » Mais ces peuples répliquaient : « Vous n’êtes que des humains comme nous, et votre seul but est de nous détacher du culte de nos ancêtres ! Apportez-nous donc une preuve incontestable ! »
[11] » Certes, nous ne sommes que des humains comme vous, reprenaient les prophètes, mais Dieu accorde Sa grâce à qui Il veut parmi Ses serviteurs. Il n’est pas en notre pouvoir de vous fournir une preuve quelconque sans la permission du Seigneur. C’est en Dieu que les croyants doivent placer leur confiance ! [12] Et pourquoi ne mettrions-nous pas notre confiance en Dieu, Lui qui nous a fait suivre les voies les plus salutaires ? Aussi sommes-nous décidés à supporter avec patience les outrages que vous nous faites subir, car ceux qui cherchent à se confier, c’est en Dieu qu’ils doivent placer leur confiance. » [13] – « Nous allons vous chasser de notre pays, dirent les païens à leurs prophètes, à moins que vous ne reveniez à notre religion. » Le Seigneur révéla alors aux prophètes : « Nous anéantirons assurément les impies [14] et vous installerons dans le pays à leur place. Telle est la récompense de celui qui redoute Ma puissance et craint Ma menace. » [15] Les prophètes demandèrent alors à Dieu la victoire. Et aussitôt tout tyran insolent fut déçu, [16] en attendant de se retrouver en Enfer, où sa boisson sera faite d’eau fétide, [17] qu’il tentera d’absorber à petites gorgées, et c’est avec peine qu’il pourra y arriver. Et la mort l’assaillera de toutes parts ; mais il n’en mourra pas pour autant, car il est appelé à subir un terrible châtiment.
[18] Les œuvres de ceux qui nient leur Seigneur sont semblables à de la cendre sur laquelle s’acharne le vent, en un jour d’orage. Ainsi, les négateurs ne tireront aucun profit, dans l’au-delà, des œuvres qu’ils auront accomplies. Et c’est là le profond égarement !
[19] Ne vois-tu pas que Dieu a, en toute vérité, créé les Cieux et la Terre, et que, s’Il le voulait, Il vous ferait disparaître et vous remplacerait par de nouvelles créatures ? [20] Cela est si facile pour Dieu ! [21] Tous les hommes comparaîtront devant Dieu, et les faibles diront alors aux superbes : « Nous vous prenions pour exemple. Ne pouvez-vous aujourd’hui nous préserver tant soit peu du châtiment de Dieu ? » Et les puissants de leur dire : « Si Dieu nous avait mis sur la bonne voie, nous vous aurions certainement bien guidés. Mais maintenant à quoi nous sert de nous affliger ou de nous résigner ? Il n’y a plus d’échappatoire possible pour nous ! » [22] Et lorsque le destin aura été accompli, Satan dira : « Dieu vous a fait une juste promesse, et moi aussi je vous ai fait des promesses, mais c’était pour vous tromper. D’ailleurs, quelle autorité avais-je sur vous ? Il m’a suffi de vous appeler pour que vous me suiviez. Ne vous en prenez donc pas à moi ! Ne vous en prenez qu’à vous-mêmes ! Je ne puis vous être d’aucun secours, et vous n’êtes pour moi d’aucune utilité. Je vous renie de m’avoir jadis associé à Dieu. » Que les négateurs subissent donc le châtiment implacable qu’ils méritent !
[23] Ceux qui, en revanche, auront cru et pratiqué de bonnes œuvres seront admis dans des Jardins arrosés d’eaux vives et où leur séjour sera éternel, par la volonté de leur Seigneur. Ils y seront accueillis par ces mots : « Paix à vous ! Salâm ! » [24] Vois-tu à quoi le Seigneur compare, à titre d’exemple, la bonne parole ? C’est à un bel arbre dont les racines se fixent solidement dans le sol et dont la ramure s’élance vers le ciel,
[25] en produisant, par la grâce de son Seigneur, des fruits à chaque instant. Dieu propose ainsi des paraboles aux hommes pour les amener à réfléchir. [26] Au contraire, une méchante parole est semblable à un arbre nuisible qui se développe à ras du sol, sans jamais y avoir une attache solide. [27] Dieu affermit ainsi les croyants par de fermes propos dans la vie présente et dans la vie future, et Il égare les méchants, car Sa volonté doit toujours s’accomplir.
[28] As-tu songé à ceux qui troquent les bienfaits de Dieu contre l’ingratitude et qui causent la perte de leurs peuples en les exposant [29] aux flammes ardentes de l’Enfer ? Et combien horrible sera leur séjour ! [30] Ils attribuent à Dieu des égaux afin de détourner de Sa Voie leurs semblables. Dis-leur : « Jouissez de cette vie éphémère, car votre destination finale sera l’Enfer ! » [31] Et recommande à Mes serviteurs qui ont cru d’observer la salât et de faire l’aumône, en secret et en public, sur les biens que Nous leur avons accordés, avant que ne vienne un jour où il n’y aura plus ni rachat ni faveur.
[32] C’est Dieu qui a créé les Cieux et la Terre. C’est Lui qui fait descendre du ciel une eau grâce à laquelle Il fait produire des fruits pour vous nourrir. C’est Lui qui a mis à votre service les vaisseaux qui, par Son ordre, voguent sur la mer, comme Il a mis à votre service les rivières. [33] Et c’est pour vous aussi qu’Il a assujetti le Soleil et la Lune à une gravitation perpétuelle, de même qu’Il a mis à votre service la nuit et le jour.
[34] Il a accédé à presque toutes vos demandes, au point que si vous essayez de compter les bienfaits du Seigneur, vous ne sauriez les énumérer. Mais l’homme est pétri d’injustice et d’ingratitude.
[35] » Seigneur, implora Abraham, fais de cette cité un havre de paix ! Préserve-moi ainsi que ma descendance de l’adoration des idoles [36] qui ont, Seigneur, égaré un grand nombre d’hommes ! Quiconque me suivra sera des miens. Mais quiconque me désobéira… Seigneur, Tu es Clément et Miséricordieux.
[37] Seigneur, j’ai installé une partie de mes descendants dans une vallée sans culture, auprès de Ton oratoire sacré afin, Seigneur, qu’ils puissent accomplir la salât ! Seigneur, dispose en leur faveur les cœurs d’un certain nombre d’hommes ! Veille à leur procurer des fruits pour leur subsistance. Peut-être seront-ils reconnaissants.
[38] Seigneur, Tu connais toutes nos pensées, des plus patentes aux plus intimes, car il n’y a rien qui soit caché à Dieu, ni sur Terre ni au Ciel.
[39] Béni soit Ton nom, Seigneur, Toi qui m’as gratifié d’Ismaël et d’Isaac, malgré mon grand âge ! Mon Seigneur est si prompt à entendre les prières !
[40] Seigneur ! Fais que je sois assidu à la salât, ainsi qu’une partie de ma descendance ! Seigneur, veuille exaucer ma prière !
[41] Seigneur ! Accorde-moi Ton pardon, ainsi qu’à mon père, à ma mère et à tous les croyants, au Jour du compte final ! »
[42] Ne crois surtout pas que Dieu soit inattentif aux agissements des injustes. Il ne fait que reporter leur châtiment au jour où les regards seront figés d’épouvante,
[43] où les damnés seront pris de panique, la tête levée au ciel, les yeux hagards et les cœurs vides ! [44] Avertis donc les hommes du jour où ils seront en face du châtiment et où les injustes diront : « Seigneur, accorde-nous un court délai pour que nous répondions à Ton appel et suivions les prophètes. » – « Quoi ! Ne juriez-vous pas autrefois, leur sera-t-il répondu, qu’il n’y aurait jamais pour vous de transfert hors de vos tombes ? [45] Pourtant, vous avez habité sur les lieux mêmes qu’avaient occupés ceux qui s’étaient fait du tort à eux-mêmes ! Vous n’étiez donc pas sans savoir comment Nous les avions traités, outre les multiples exemples que Nous n’avions cessé de vous prodiguer ! » [46] Certes, ils ont ourdi des complots. Mais leurs complots n’échappent pas à Dieu, fussent-ils de taille à déplacer les montagnes.
[47] Ne pense surtout pas que Dieu puisse manquer à Sa promesse envers Ses prophètes. En vérité, Dieu est Puissant et Terrible quand Il sévit. [48] Le jour où la Terre sera changée en autre chose que la Terre, de même que les Cieux, ce jour-là les hommes comparaîtront devant Dieu, l’Unique, le Dominateur suprême.
[49] Et on verra alors, ce jour-là, les criminels accouplés dans les chaînes ; [50] revêtus de goudron et les visages couverts de flammes, [51] car c’est ainsi que Dieu rétribue chacun selon ses œuvres, et Dieu est prompt dans Ses comptes.
[52] Voilà un message qui s’adresse aux hommes. Qu’ils y trouvent donc un avertissement salutaire et qu’ils sachent que Dieu est Unique ! Que les gens sensés y réfléchissent !

15. Sourate d’Al-Hijr (Al-Hijr)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Râ. Voici les versets du Livre et d’un Coran édifiant. [2] Au Jour du Jugement, les négateurs regretteront peut-être de n’avoir pas été musulmans. [3] Laisse-les faire bonne chère, s’adonner aux plaisirs de la vie et se bercer d’illusions. Ils connaîtront bientôt la Vérité. [4] Nous n’avons anéanti aucune cité qui n’ait eu son terme fixé en un Écrit connu d’avance. [5] Et aucune communauté ne saurait avancer ni retarder le terme qui lui est assigné. [6] Les négateurs disent : « Ô toi à qui le Coran a été révélé ! Tu n’es en vérité qu’un possédé ! [7] Pourquoi n’es-tu pas accompagné d’anges, si ce que tu dis est la vérité ? » [8] Nous n’envoyons les anges que pour porter des arrêts ; et alors, aucun répit ne sera plus accordé aux impies.
[9] C’est Nous, en vérité, qui avons révélé le Coran, et c’est Nous qui en assurons l’intégrité. [10] Et Nous avons déjà, avant toi, envoyé des messagers aux peuples anciens ; [11] mais aucun messager ne s’est présenté à eux sans qu’ils l’aient tourné en dérision.
[12] C’est ainsi que Notre message ne fera qu’effleurer le cœur des criminels sans y laisser aucune trace, [13] et sans qu’ils y croient, car le sort réservé aux peuples anciens ne les a point édifiés. [14] Et même si Nous leur ouvrions une porte sur le Ciel, et qu’ils pussent à chaque instant y monter, [15] ils diraient encore : « C’est une hallucination, ou plutôt nous sommes sous l’effet d’un envoûtement ! »
[16] Nous avons placé dans le ciel des constellations zodiacales et Nous l’avons embelli pour le plaisir de ceux qui veulent le contempler, [17] et Nous l’avons mis hors d’atteinte de tout démon maudit. [18] Celui qui s’en approche pour voler quelque secret, aussitôt une flamme éblouissante le poursuit. [19] Nous avons étendu la terre, y avons implanté des montagnes et y avons fait pousser toute chose dans une proportion mesurée. [20] Nous l’avons dotée d’éléments nutritifs pour vous, et pour tant d’autres créatures dont vous n’êtes pas les nourriciers. [21] Et il n’est rien dont Nous ne détenions les trésors. Mais Nous ne les faisons descendre qu’en quantité déterminée. [22] Nous envoyons des vents fécondants et Nous faisons descendre du ciel une eau avec laquelle Nous étanchons votre soif, et que vous n’aviez pas vous-mêmes emmagasinée.
[23] C’est Nous qui donnons la vie et la mort et c’est Nous qui sommes l’Héritier de l’Univers. [24] Certes, Nous connaissons parmi vous les générations révolues et Nous connaissons les générations à venir. [25] Et c’est ton Seigneur qui les rassemblera toutes, car Il est Sage et Omniscient. [26] Nous avons créé l’homme d’une argile extraite d’un limon fétide, [27] alors que Nous avions, auparavant, formé les djinns d’un feu subtil.
[28] Un jour, ton Seigneur dit aux anges : « Je vais créer un être humain avec de l’argile extraite d’un limon fétide. [29] Lorsque Je lui aurai donné sa forme et insufflé en lui de Mon Esprit, vous vous jetterez devant lui et vous vous prosternerez ! » [30] Tous les anges se prosternèrent ; [31] seul Satan refusa de le faire.
[32] Dieu lui dit alors : « Pourquoi n’es-tu pas parmi ceux qui se prosternent ? » [33] Satan répondit : « Je n’ai pas à me prosterner devant un être que Tu as tiré d’une argile extraite d’un limon fétide. » [34] – « Hors d’ici !, ordonna le Seigneur. Tu es à jamais maudit ! [35] Que la malédiction te poursuive jusqu’au Jugement dernier ! » [36] – « Seigneur, dit Satan, accorde-moi un répit jusqu’au Jour où les morts seront ressuscités. » [37] – « Soit, répondit le Seigneur, tu seras parmi ceux qui attendront, [38] jusqu’au délai fixé. » [39] – « Seigneur, dit Satan, puisque Tu m’as égaré, je m’emploierai à égarer les hommes, en embellissant, à leurs yeux, la vie sur Terre, [40] excepté les fidèles que Tu auras élus. » [41] – « Voici une règle qui sera souveraine, dit le Seigneur. [42] Tu n’auras aucune prise sur Mes serviteurs, excepté ceux qui te suivront parmi les dévoyés [43] et qui se retrouveront tous dans la Géhenne. »
[44] Cette dernière aura sept portes, dont chacune d’elles sera destinée à une catégorie de damnés. [45] Certes, les pieux auront accès à des Jardins et à des sources. [46] » Entrez-y en paix et en toute confiance ! », leur sera-t-il dit. [47] Leurs cœurs auront été purgés de toute haine. Ils y vivront en frères, se tenant face à face sur leurs trônes. [48] Toute souffrance leur sera épargnée et nul ne pourra jamais les déloger.
[49] Informe Mes serviteurs que Je suis le Clément, le Miséricordieux [50] et que, quand Je sévis, Je le fais avec rigueur.
[51] Rappelle-leur l’histoire des hôtes d’Abraham,
[52] qui s’étaient introduits chez lui en le saluant. « En vérité, vous me faites peur ! », leur dit-il. [53] – « N’aie crainte !, dirent les hôtes. Nous venons t’annoncer une bonne nouvelle, celle de la naissance d’un garçon plein de savoir. » [54] – « Et vous m’annoncez cette bonne nouvelle, dit Abraham, au moment où je ne suis plus qu’un vieillard ? Quelle étrange annonce ! » [55] – « Nous t’annonçons la vérité. Ne sois donc point de ceux qui désespèrent ! », dirent-ils. [56] – « Mais qui désespérerait de la grâce de son Seigneur, reprit Abraham, hormis les égarés ? » [57] Et il ajouta : « Quel est le but de votre visite, ô messagers ? » [58] – « Nous sommes envoyés, dirent-ils, pour sévir contre un peuple criminel. [59] Seule la famille de Loth sera épargnée tout entière, [60] excepté sa femme. » Nous avions décidé, en effet, qu’elle serait du nombre des réprouvés.
[61] Et lorsque les messagers se présentèrent chez la famille de Loth, [62] ce dernier leur dit : « Votre visite me surprend, étrangers ! » [63] – « Ne sois pas surpris, dirent-ils, nous venons réaliser ce dont ton peuple a toujours douté. [64] Nous t’apportons la Vérité et nous sommes de bonne foi. [65] Sauve-toi avec les membres de ta famille à la fin de la nuit ! Tiens-toi derrière eux et veille à ce qu’aucun d’entre vous ne se retourne ! Dirigez-vous là où il vous sera ordonné ! » [66] Et Nous lui signifiâmes alors cet arrêt, à savoir que son peuple serait anéanti, à la pointe du jour, jusqu’au dernier.
[67] Les gens de la ville étaient déjà chez Loth, tout joyeux. [68] Loth leur dit : « Ces gens sont mes hôtes. Ne me déshonorez pas ! [69] Craignez Dieu ! Épargnez-moi cette honte ! » [70] – « Ne t’avons-nous pas défendu, répliquèrent-ils, de recevoir des étrangers chez toi ? »
[71] – « Voici mes filles en mariage, reprit Loth, si vous tenez à assouvir vos désirs ! » [72] Mais ces gens, dans leur délire, avaient perdu tout contrôle sur eux-mêmes. [73] Aussi furent-ils saisis par le cri terrifiant au lever du jour. [74] Et Nous mîmes alors la ville sens dessus dessous et Nous fîmes pleuvoir sur elle des pierres brûlantes d’argile. [75] Il y a bien en cela des signes pour ceux qui savent en méditer la leçon. [76] Les ruines de cette ville sont encore visibles sur un chemin bien fréquenté. [77] N’y a-t-il pas là un véritable signe pour les croyants ?
[78] Les habitants d’al-Ayka étaient également injustes. [79] Aussi les avons-Nous châtiés. Et leur cité al-Ayka, comme l’autre Sodome, se trouve sur un chemin bien fréquenté. [80] Quant aux habitants de Hijr qui avaient traité les prophètes de menteurs [81] et qui s’étaient détournés de Nos signes, quand Nous les leur avions fait parvenir, [82] se contentant de creuser leurs demeures dans le roc des montagnes en toute sécurité, [83] eux aussi furent saisis par le cri terrifiant au lever du jour, [84] et tout ce qu’ils possédaient ne leur a en rien servi. [85] Nous n’avons créé les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires qu’en toute vérité. L’Heure du Jugement approche, fais donc preuve d’une noble indulgence, [86] car c’est ton Seigneur qui est le Créateur et le Connaisseur par excellence.
[87] Nous t’avons donné les sept versets qu’on répète à chaque salât, ainsi que le Coran sublime. [88] Ne te laisse donc pas éblouir par les richesses dont Nous avons doté quelques couples parmi les impies ! Ne t’afflige point à leur sujet ! Sois bienveillant à l’égard des croyants ! [89] Dis : « Je suis l’avertisseur explicite. » [90] De même Nous avons infligé un châtiment aux dissociateurs [91] qui ont qualifié le Coran de « fragments décousus » ! [92] Par ton Seigneur ! Nous les soumettrons tous à un interrogatoire sévère [93] au sujet de leurs agissements. [94] Proclame donc hautement les ordres que tu as reçus et détourne-toi des idolâtres ! [95] En vérité, Nous Nous chargeons des persifleurs, [96] ceux qui associent une autre divinité au Seigneur et qui seront un jour mis en face de leurs erreurs ! [97] Nous savons bien que leurs dénigrements t’oppressent le cœur. [98] Célèbre donc les louanges de ton Seigneur et sois du nombre de Ses adorateurs ! [99] Et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te parvienne la certitude !

16. Sourate des Abeilles (An-Nahl)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] L’ordre de Dieu s’accomplira. Ne cherchez pas à en précipiter l’avènement ! Gloire à Dieu ! Il est infiniment au-dessus de ce qu’on peut Lui associer ! [2] Il fait descendre, par Son ordre, les anges chargés de la révélation, auprès de qui Il veut parmi Ses serviteurs, pour qu’ils donnent cet avertissement aux hommes : « Il n’y a d’autre divinité que Moi, et c’est Moi que vous devez craindre ! » [3] Il a créé les Cieux et la Terre en toute vérité ! Il est infiniment au-dessus de ce qu’on peut Lui associer ! [4] Il a créé l’homme d’une goutte de sperme, et voilà que cet homme est devenu un disputeur acharné. [5] De même qu’Il a créé pour vous les bestiaux qui vous procurent de chauds vêtements, ainsi que d’autres profits et certains aliments. [6] Ces animaux sont aussi l’objet de votre fierté, qu’ils soient au bercail ou au pâturage.
[7] Ils assurent également le transport de vos fardeaux vers des contrées lointaines que vous ne pourriez atteindre qu’au prix de pénibles efforts. En vérité, Dieu est Bienveillant et Compatissant. [8] Il a créé aussi les chevaux, les mulets et les ânes qui vous servent à la fois de montures et d’apparat. Et Il crée d’autres choses dont vous ne soupçonnez même pas la nature !
[9] Dieu tient à montrer la Voie droite, bien que certains s’obstinent à suivre des voies tortueuses. Or, si Dieu le voulait, Il vous guiderait tous jusqu’au dernier.
[10] C’est Lui qui, du ciel, vous envoie de l’eau dont vous faites votre boisson et qui fait croître des pâturages pour vos troupeaux. [11] Grâce à cette eau, Il fait encore pousser les céréales, les oliviers, les palmiers, les vignes et toutes sortes d’arbres fruitiers. C’est là, en vérité, un signe pour ceux qui savent réfléchir !
[12] Il a mis aussi à votre service la nuit et le jour, le Soleil et la Lune. Et les étoiles sont aussi soumises à Son ordre. Que de signes à méditer pour ceux qui savent réfléchir ! [13] Et les multiples choses aux couleurs si variées que Dieu a répandues pour vous sur la Terre, ne sont-elles pas un autre signe pour des gens qui raisonnent ?
[14] C’est Lui qui a mis à votre service la mer dont vous tirez une chair fraîche pour vous en nourrir et de beaux joyaux pour votre parure. Et l’on voit aussi les vaisseaux y fendre les flots pour vous permettre d’aller à la recherche des bienfaits du Seigneur. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants ?
[15] Il a implanté des montagnes dans la terre pour l’empêcher de vaciller sous vos pieds, de même qu’Il y a créé des rivières et des sentiers pour que vous puissiez vous guider. [16] Il a établi d’autres points de repère, dont les étoiles qui permettent aux hommes de se diriger.
[17] Peut-on comparer Celui qui crée à celui qui ne peut rien créer ? Ne saisissez-vous donc pas la différence ? [18] Si vous essayiez de compter les bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer. En vérité, Dieu est Plein de mansuétude et de clémence. [19] Il est parfaitement Informé de ce que vous dissimulez et de ce que vous divulguez.
[20] Quant aux idoles que les négateurs invoquent en dehors de Dieu, non seulement elles n’ont rien créé, mais elles-mêmes sont créées. [21] Objets inertes et dépourvus d’âme, elles ne savent même pas quand leurs adorateurs seront ressuscités.
[22] Votre Dieu est un Dieu Unique. Ceux qui ne croient pas à la vie future ont un cœur négateur et ils sont pétris de gloriole ! [23] Nul doute que Dieu connaît parfaitement ce qu’ils dissimulent et ce qu’ils étalent au grand jour. En vérité, Dieu n’aime pas les gens pleins de gloriole. [24] Quand on leur demande : « Qu’a révélé votre Seigneur ? », ils répondent : « Des histoires anciennes ! » [25] Qu’ils portent donc, au Jour de la Résurrection, tout le poids de leurs propres péchés, ainsi qu’une partie des péchés de ceux qu’ils auront égarés dans leur ignorance. Et quel terrible fardeau sera le leur ! [26] Leurs devanciers eurent également recours à la perfidie. Aussi Dieu sapa-t-Il les fondements de leur édifice, dont le toit s’écroula sur leurs têtes, causant leur perte sans qu’ils l’aient pressentie.
[27] Puis, le Jour de la Résurrection, Dieu les couvrira d’opprobre et leur demandera : « Où sont donc Mes associés à propos desquels vous faisiez sécession ? » C’est alors que ceux qui auront reçu la science diront : « Ce jour n’apporte aux négateurs qu’ignominie et malheur ! » [28] Et c’est ainsi que ceux à qui les anges auront ôté la vie, alors qu’ils étaient encore en état d’injustice envers eux-mêmes, se soumettront, en disant : « Nous ne faisions aucun mal ! » – « Mais si !, leur sera-t-il dit. Dieu sait parfaitement ce que vous faisiez. [29] Franchissez donc les portes de l’Enfer qui constituera votre demeure éternelle ! » Combien est lugubre la demeure des arrogants !
[30] Et à ceux qui auront craint Dieu il sera demandé : « Qu’a révélé votre Seigneur ? » – « Un bienfait ! », répondront-ils. C’est ainsi que ceux qui font le bien auront une belle récompense ici-bas, mais leur récompense dans la dernière demeure sera bien meilleure. Quel excellent séjour sera celui de ceux qui craignent le Seigneur ! [31] Et c’est aux jardins d’Éden, sous lesquels coulent des rivières, qu’ils auront accès, et c’est là où tous leurs désirs seront satisfaits, car c’est ainsi que Dieu récompense ceux qui Le craignent, [32] et auxquels les anges de la mort, quand ils viendront les cueillir en état de pureté, diront : « Que la paix soit avec vous ! Entrez au Paradis en récompense des bonnes actions que vous avez accomplies ! »
[33] Qu’attendent donc les infidèles pour se convertir ? Que les anges viennent les cueillir ou que s’accomplisse l’ordre de ton Seigneur ? Telle a été la conduite de leurs prédécesseurs que Dieu n’a point lésés, mais qui se sont fait du tort à eux-mêmes, [34] au point que les maux issus de leurs actes se sont retournés contre eux et que le châtiment dont ils se moquaient les cerna de toutes parts.
[35] » Si Dieu l’avait voulu, disent les polythéistes, nous n’aurions adoré que Lui, nous et nos ancêtres, et nous n’aurions rien déclaré interdit sans Lui ! » C’est ainsi que se comportaient ceux qui les ont précédés ; mais la mission des prophètes ne se limite-t-elle pas à transmettre le Message en toute clarté ?
[36] En vérité, Nous avons envoyé un prophète à chaque communauté avec le message suivant : « Adorez Dieu et éloignez-vous du culte des idoles ! » Et si certaines de ces communautés ont suivi la Voie du Seigneur, d’autres ont préféré le chemin de l’erreur. Allez donc de par le monde et voyez quelle a été la fin de ceux qui criaient au mensonge !
[37] Quoique tu fasses pour leur montrer la bonne voie, sache que Dieu ne guide pas ceux qui s’égarent, et qu’il n’y a personne pour les secourir. [38] Ils jurent par les serments les plus solennels que Dieu ne ressuscitera point les morts. Bien au contraire ! C’est une véritable promesse qu’Il a faite, mais la plupart des hommes ne s’en doutent guère. [39] Il les ressuscitera pour les éclairer sur l’objet de leurs divergences, et pour que les négateurs sachent qu’ils ont été des menteurs.
[40] Lorsque Nous voulons une chose, il suffit que Nous disions : « Sois ! », et la chose est. [41] Ceux qui ont émigré pour la Cause de Dieu, après avoir subi des injustices, Nous leur affecterons un séjour agréable en ce monde, et leur rétribution dans la vie future sera encore plus belle. Mais le savent-ils ? [42] Ces gens-là avaient fait preuve de patience et avaient placé leur confiance dans leur Seigneur.
[43] Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes auxquels Nous avons fait des révélations. Interrogez à leur sujet, si vous ne le savez pas déjà, ceux qui détiennent les Écritures. [44] Ces prophètes étaient munis de preuves irréfutables et des Écritures. Et à toi aussi, Nous envoyons ce Coran, afin que tu expliques clairement aux hommes ce qui leur a été révélé. Peut-être seront-ils amenés à y réfléchir.
[45] Ceux qui ont recours à des procédés perfides, sont-ils sûrs que Dieu ne les fera pas engloutir par la terre, ou qu’un malheur ne s’abattra pas sur eux au moment où ils s’y attendront le moins ? [46] Ou qu’Il ne les surprendra pas en pleine activité, sans qu’ils puissent en atténuer les rigueurs ? [47] Ou encore qu’Il ne les saisira pas dans un moment de terreur ? Mais votre Seigneur est Plein de bienveillance et de mansuétude. [48] N’ont-ils pas remarqué que les ombres de toute chose que Dieu a créée s’allongent à droite et à gauche, en signe d’adoration et d’humilité devant Lui ? [49] Tous les êtres vivants, dans les Cieux et sur la Terre, se prosternent devant le Seigneur, ainsi que les anges sans le moindre orgueil, [50] car tous redoutent leur Seigneur qui est au-dessus d’eux, et exécutent ce qu’Il leur ordonne.
[51] Dieu dit : « N’adorez pas deux divinités. Il n’est, en vérité, qu’un Dieu Unique. C’est donc Moi seul que vous devez craindre. » [52] À Lui appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre, et c’est à Lui qu’est dû le culte éternel. Craindriez-vous donc un autre que Dieu ? [53] Il n’est de bien dont vous puissiez jouir qui ne soit un don du Seigneur. De même que c’est Lui que vous implorez, quand vous êtes frappés par un malheur. [54] Mais, lorsqu’Il vous en délivre, certains d’entre vous se mettent à donner des associés à leur Seigneur,
[55] niant ainsi les bienfaits que Nous leur avons accordés. Jouissez donc ! Vous en saurez les conséquences un jour !
[56] Ils réservent une partie des biens que Nous leur avons accordés à des divinités dont ils n’ont aucune connaissance. Par Dieu, vous aurez à répondre de vos inventions mensongères ! [57] Ils attribuent des filles à Dieu. Qu’Il soit exalté ! Et à eux-mêmes ils attribuent ce qu’ils désirent. [58] Et lorsqu’on annonce à l’un d’entre eux la naissance d’une fille, son visage s’assombrit et il arrive à peine à contenir sa colère. [59] Et il se dérobe aux regards des gens, le cœur meurtri par cette nouvelle, se demandant s’il va conserver cet enfant malgré le déshonneur ou s’il va l’ensevelir dans la poussière. Quel odieux jugement !
[60] Ceux qui ne croient pas à la vie future représentent l’image du mal ; tandis que Dieu représente la perfection suprême. Il est le Tout-Puissant, le Sage. [61] Si Dieu tenait rigueur aux hommes de leur injustice, Il ne laisserait subsister aucun être vivant sur la Terre. Mais Il les renvoie jusqu’au terme fixé. Puis, quand ce terme échoit, ils ne pourront ni le retarder d’une heure ni l’avancer. [62] Ils attribuent à Dieu ce qu’ils détestent pour eux-mêmes, et leurs langues profèrent un mensonge en disant qu’ils sont destinés à la félicité suprême. Nul doute que leur destination est l’Enfer, et qu’ils seront les premiers à en subir les rigueurs.
[63] Par Dieu ! Nous avons envoyé des messagers à d’autres peuples avant toi. Mais Satan a embelli à leurs yeux leurs agissements, et c’est lui qui est aujourd’hui leur allié. Un châtiment douloureux les attend. [64] Nous ne t’avons révélé ce Coran qu’afin que tu éclaires les hommes sur le motif de leurs différends, et pour qu’il soit aussi un guide et une miséricorde pour ceux qui ont la foi.
[65] Dieu fait descendre du ciel une eau par laquelle Il rend la vie à la terre après sa mort. Il y a là un vrai signe pour des gens qui savent entendre. [66] Vous pouvez tirer un autre enseignement de vos troupeaux, car, de leurs entrailles, et à travers le chyme et le sang, Nous vous abreuvons d’un lait si pur et si agréable. [67] Et des fruits du palmier et de la vigne vous tirez une boisson enivrante et une nourriture excellente. Il y a également en cela une leçon pour des gens qui raisonnent.
[68] Ton Seigneur a inspiré aux abeilles : « Prenez des demeures dans les montagnes, dans les arbres et dans les treillages que les hommes érigent. [69] Butinez ensuite de toutes les fleurs et suivez en toute humilité les voies de votre Seigneur ! » De leur abdomen est sécrétée une liqueur de diverses couleurs et aux effets salutaires pour les hommes. N’y a-t-il pas là encore un signe pour des gens qui réfléchissent ?
[70] Dieu vous a créés, puis vous fera mourir. L’âge de certains parmi vous se prolonge jusqu’à la décrépitude où ils finissent par oublier tout ce qu’ils avaient appris. Dieu est Omniscient et Omnipotent. [71] Dieu a favorisé certains d’entre vous plus que d’autres, dans la répartition de Ses dons. Or, ceux qui ont été favorisés ne sont nullement disposés à se démettre du surplus de leurs richesses au profit de leurs esclaves, au point que maîtres et esclaves y deviendraient tous égaux. Renieraient-ils donc les bienfaits de Dieu ? [72] Dieu vous donne des épouses issues de vous-mêmes, et de vos épouses Il vous donne des enfants et des petits-enfants. Et Il vous pourvoit d’excellents aliments. Vont-ils donc croire à ce qui est faux et renier les bienfaits du Seigneur ?
[73] Adoreront-ils, en dehors de Dieu, ce qui ne peut leur procurer aucun bien ni des Cieux ni de la Terre et qui, de plus, ne détient aucun pouvoir ? [74] Ne prêtez donc pas d’égaux à Dieu, car Dieu sait, tandis que vous ne savez rien !
[75] Dieu propose en parabole un serviteur réduit à l’esclavage et dénué de tout pouvoir, et un homme libre à qui Nous avons accordé d’amples ressources dont il use en secret et en public. Ces deux hommes sont-ils égaux ? Non, louange à Dieu ! Mais la plupart des hommes manquent de jugement. [76] Dieu propose aussi en parabole deux hommes. L’un d’eux est muet, impotent et totalement à la charge de son maître ; partout où celui-ci l’envoie, il ne lui rapporte rien de bon. Cet homme serait-il l’égal d’un autre qui prescrit la justice et qui suit le droit chemin ? [77] C’est à Dieu qu’appartient le mystère des Cieux et de la Terre. Et la fin du monde se produira en un clin d’œil, ou plus rapidement encore, car la puissance de Dieu n’a pas de limite.
[78] Dieu vous a fait naître du sein de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, la vue et l’intelligence. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants ? [79] Que n’observent-ils les oiseaux assujettis en plein ciel, où rien ne les soutient en dehors de Dieu ? N’y a-t-il pas là des signes pour ceux qui ont la foi ?
[80] Dieu a fait de vos maisons un lieu de repos ; et des peaux de vos bêtes, Il vous procure aussi des demeures, dont vous appréciez la légèreté lors de vos déplacements et lors de vos campements. De leur laine, de leur crin et de leur poil, Il vous pourvoit d’effets et d’ustensiles d’un usage précaire. [81] Et de ce qu’Il a créé, Dieu vous a procuré des ombrages, vous a procuré des abris dans les montagnes, vous a procuré des vêtements qui vous protègent de la chaleur, et des armures pour vous défendre contre votre propre violence. C’est ainsi que Dieu parachève sur vous Ses bienfaits, afin de vous amener à vous soumettre à Lui.
[82] S’ils te tournent le dos, sache que ta mission se limite à transmettre clairement le Message. [83] Ils connaissent bien les bienfaits de Dieu et pourtant ils les nient, car ils sont pour la plupart des impies.
[84] Le jour où, de chaque communauté Nous susciterons un témoin, il ne sera plus permis aux négateurs de faire pénitence ou de faire valoir leurs excuses. [85] Et quand ces impies seront exposés au châtiment, ils ne bénéficieront plus d’aucun allégement ni d’aucun sursis à leur tourment. [86] Et mis en face de leurs fausses divinités, ils s’écrieront : « Seigneur ! Voilà nos associés que nous invoquions en dehors de Toi ! » Mais leurs fausses divinités leur répliqueront : « Vous n’êtes en vérité que des menteurs ! » [87] C’est alors que, voyant leurs chimères s’évanouir, ils présenteront leur soumission à leur Seigneur.
[88] À ceux qui n’auront pas cru et qui auront détourné leurs semblables de la Voie de Dieu, Nous infligerons alors un double supplice, pour prix de leurs agissements criminels. [89] Et le jour où Nous aurons suscité dans chaque communauté un témoin pour déposer contre eux, Nous t’amènerons comme témoin contre ces gens-là, en raison du Coran que Nous t’avons révélé, qui explicite toute chose et qui est aussi un guide, une miséricorde et une bonne nouvelle pour les musulmans.
[90] En vérité, Dieu ordonne l’équité, la charité et la libéralité envers les proches, et Il interdit la turpitude, les actes répréhensibles et la tyrannie. Dieu vous exhorte ainsi pour vous amener à réfléchir.
[91] Soyez fidèles à vos engagements envers Dieu après les avoir contractés. Ne violez pas les serments que vous avez solennellement prêtés, après avoir pris Dieu comme garant de votre sincérité, car Dieu sait tout ce que vous faites ! [92] Ne faites pas comme cette femme qui défaisait la laine qu’elle avait soigneusement filée, en faisant de vos serments un moyen de vous tromper les uns les autres, sous prétexte que tel groupe est plus puissant que tel autre. Dieu ne fait que vous mettre à l’épreuve ici-bas ; mais, le Jour de la Résurrection, Il vous indiquera clairement les vraies raisons de vos divergences.
[93] Si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait de vous une seule communauté. Mais Il égare qui Il veut et met sur la bonne voie qui Il veut ; et vous aurez certainement à rendre compte de toutes vos actions.
[94] Ne faites pas de vos serments un moyen de vous tromper les uns les autres, sinon vos pas glisseront après avoir été fermes et vous goûterez le malheur pour avoir écarté les hommes de la Voie de Dieu. Et un châtiment implacable vous sera infligé. [95] Ne troquez donc pas à vil prix vos engagements envers Dieu. En vérité, ce qui est auprès de Dieu est bien meilleur pour vous, si vous pouviez le savoir ! [96] Ce que vous possédez est périssable, mais ce que Dieu détient est durable. Nous récompenserons ceux qui auront été patients en fonction du meilleur de leurs œuvres. [97] Quiconque, homme ou femme, aura fait le bien tout en étant croyant, Nous lui assurerons une vie heureuse. Et Nous les récompenserons en fonction des meilleures de leurs œuvres. [98] Quand tu lis le Coran, demande la protection de Dieu contre Satan le maudit, [99] qui n’a aucun pouvoir sur ceux qui croient et qui se confient à Dieu. [100] Son pouvoir ne s’exerce que sur ceux qui en font leur protecteur et qui deviennent des associateurs à cause de lui. [101] Lorsque Nous substituons un verset à un autre – et qui mieux que Dieu connaît ce qu’Il révèle ? –, les idolâtres s’écrient : « Tu n’es qu’un faussaire ! », alors que la plupart d’entre eux n’ont aucune connaissance en la matière. [102] Réponds-leur : « C’est le Saint-Esprit Jibrîl qui l’a transmis de la part de ton Seigneur en toute vérité, pour conforter la foi de ceux qui croient, et comme guide et bonne nouvelle pour les musulmans. »
[103] Nous savons bien que les négateurs disent : « C’est un simple mortel qui l’instruit ! » Mais celui qu’ils visent parle une langue étrangère, alors que ce Coran est en langue arabe bien claire.
[104] En vérité, Dieu ne mettra pas sur la bonne voie ceux qui ne croient pas à Ses versets, et un châtiment douloureux leur sera infligé. [105] Ceux qui forgent le mensonge sont ceux qui ne croient pas aux versets de Dieu, et ce sont ceux-là les vrais menteurs. [106] Quiconque renie Dieu après avoir cru – à moins d’y être contraint tout en demeurant fidèle intérieurement à sa foi –, ainsi que ceux qui ouvrent délibérément leur cœur à l’impiété, ceux-là, la colère de Dieu s’abattra sur eux et ils seront voués à un terrible châtiment, [107] pour avoir préféré la vie d’ici-bas à celle de l’au-delà, car Dieu ne dirige pas les négateurs. [108] Voilà ceux dont Dieu a scellé le cœur, l’ouïe et la vue ! Voilà ceux qui sont inconscients ! [109] Et nul doute que, dans la vie future, ce sont ceux-là qui seront les vrais perdants !
[110] Quant à ceux qui ont émigré après avoir été persécutés, et qui ont ensuite combattu et enduré, ton Seigneur sera à leur égard Plein de sollicitude et de bienveillance,
[111] le jour où chaque âme viendra plaider sa propre cause, et où tout un chacun recevra l’exacte rétribution de ses actes, sans que nul ne soit lésé.
[112] Dieu propose la parabole d’une cité qui vivait dans la paix et la tranquillité, et vers laquelle coulaient à flots des richesses de toutes parts. Or, elle méconnut les bienfaits de son Seigneur, qui, en punition de ses méfaits, lui fit connaître les affres de la faim et de la peur. [113] Un prophète issu d’eux-mêmes est bien venu les avertir, mais ils l’ont traité d’imposteur, et c’est ainsi que le châtiment les saisit en pleine iniquité. [114] Mangez de ce que Dieu vous a attribué de licite et d’agréable ! Remerciez Dieu pour Ses bienfaits, si c’est bien Lui que vous adorez ! [115] Il vous interdit seulement la bête morte, le sang, la viande de porc, ainsi que celle de tout animal sur lequel on aura invoqué un autre nom que Celui de Dieu. Mais celui qui serait contraint d’en manger sans esprit de rébellion et sans excès, Dieu sera pour lui Indulgent et Miséricordieux. [116] Ne dites pas au gré de vos caprices : « Ceci est licite, et cela est illicite ! », en attribuant ainsi à Dieu des mensonges. En vérité, ceux qui attribuent des mensonges à Dieu ne connaîtront jamais le bonheur ! [117] Piètre jouissance au regard du terrible châtiment qui les attend ! [118] Nous avons interdit aux adeptes du judaïsme ce que Nous t’avons déjà relaté. Et Nous n’avons pas été injustes envers eux ; ce sont eux qui l’ont été envers eux-mêmes.
[119] Cependant, le pardon de Dieu est acquis à ceux qui font le mal par ignorance et qui, par la suite, se repentent et s’amendent, car ton Seigneur est Plein de clémence et d’indulgence. [120] Abraham était un patriarche, un modèle de dévouement à Dieu et un pur monothéiste qui ne s’est jamais compromis avec les idolâtres. [121] Il rendait grâce à Dieu pour Ses bienfaits, et Dieu l’avait élu et guidé vers une voie de rectitude. [122] Nous l’avons comblé de faveurs en ce monde et il sera dans l’autre au nombre des saints. [123] Puis Nous t’avons révélé : « Suis le culte d’Abraham, ce pur monothéiste qui ne s’est jamais compromis avec les païens. » [124] En vérité, le Sabbat n’a été imposé qu’à ceux qui furent en désaccord à son sujet. Ton Seigneur tranchera sûrement leurs différends au Jour dernier. [125] Appelle à la Voie de ton Seigneur avec sagesse et par de persuasives exhortations. Sois modéré dans ta discussion avec eux. Du reste, c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’écarte de Sa Voie, comme Il connaît le mieux ceux qui sont bien guidés. [126] Si vous devez exercer des représailles, que cela soit à la mesure de l’offense subie ; mais si vous pardonnez, cela vaudra mieux pour ceux qui sont capables de se dominer. [127] Sois patient ! Mais tu n’y parviendras qu’avec l’aide de Dieu. Ne t’afflige donc pas au sujet des négateurs, et ne te laisse pas envahir par l’angoisse à cause de leur perfidie, [128] car Dieu est avec ceux qui Le craignent et qui accomplissent des œuvres salutaires !

17. Sourate du Voyage nocturne (Al-Isrâ’)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Gloire à Celui qui fit voyager de nuit Son Serviteur de la Mosquée sacrée à la Mosquée la plus éloignée dont Nous avons béni les alentours, afin de lui faire découvrir certains de Nos signes ! Dieu est, en vérité, l’Audient et le Clairvoyant.
[2] Nous avions donné à Moïse l’Écriture dont Nous avions fait un guide pour les enfants d’Israël, en leur prescrivant : « Ne prenez pas de protecteur en dehors de Moi, [3] ô vous, les descendants de ceux que Nous avions portés sur l’arche avec Noé, car celui-ci fut un serviteur plein de reconnaissance ! » [4] Et Nous avions décrété dans le Livre pour les fils d’Israël : « En vérité, vous sèmerez, par deux fois, la corruption sur la Terre et vous ferez montre d’une arrogance extrême. » [5] Et lorsque échut le terme de la première des deux prédictions, Nous envoyâmes contre vous certains de Nos serviteurs doués d’une force inouïe, qui envahirent les demeures. C’est ainsi que la première prédiction fut accomplie. [6] Puis Nous vous donnâmes la revanche sur eux en multipliant vos richesses et vos enfants et en vous donnant l’avantage du nombre, [7] en vous disant : « Si vous faites le bien, vous le ferez pour vous-mêmes ; si vous faites le mal, vous le ferez à vos dépens. » Et lorsqu’échut le terme de la seconde prédiction, c’était pour permettre à vos ennemis de vous accabler de malheurs, de profaner votre temple comme ils l’avaient fait la première fois et de tout détruire sur leur passage.
[8] Il se peut que votre Seigneur vous fasse miséricorde. Mais si vous récidivez, Nous reviendrons à la charge. Nous avons fait de la Géhenne un lieu de détention pour les infidèles. [9] En vérité, ce Coran conduit vers la voie la plus droite ; et annonce à ceux qui croient et font le bien qu’ils auront une belle récompense, [10] et à ceux qui ne croient pas à la vie future qu’un affreux supplice les attend. [11] L’homme appelle de ses vœux le mal comme il appelle le bien, car l’homme, par nature, est toujours pressé. [12] Nous avons fait de la nuit et du jour deux signes de Notre puissance. Nous avons effacé le signe de la nuit, et Nous avons rendu visible celui du jour pour vous permettre de rechercher les bienfaits de votre Seigneur, et de connaître le nombre des ans et le calcul du temps. Nous avons exposé toute chose dans ses moindres détails. [13] Nous avons rendu tout homme responsable de sa destinée et, le Jour de la Résurrection, Nous lui présenterons un livre qui sera, sous ses yeux, étalé. [14] » Lis ton livre ! Aujourd’hui, tu seras seul à te demander des comptes. » [15] Quiconque suit le droit chemin le suit dans son propre intérêt et quiconque s’égare ne s’égare qu’à son propre détriment. Nul n’aura à assumer les péchés d’autrui. Nous n’avons jamais sévi contre un peuple, avant de lui avoir envoyé un messager. [16] Et lorsque Nous décidons d’anéantir une cité, Nous ordonnons à ses habitants les plus opulents d’obéir, mais ils s’y comportent en scélérats. C’est alors que Notre arrêt se trouve justifié et que Nous la détruisons de fond en comble. [17] Que de générations n’avons-Nous pas exterminées depuis Noé ! Il n’est que ton Seigneur pour être parfaitement au courant des péchés de Ses créatures.
[18] À celui qui désire la vie immédiate Nous Nous empressons d’en accorder ce que Nous voulons à qui Nous voulons. Puis Nous le vouons à la Géhenne, dont il aura à subir l’ardeur, couvert d’opprobres et réprouvé. [19] Ceux qui recherchent la vie future et qui font l’effort nécessaire pour la mériter, tout en étant croyants, ceux-là verront leur zèle récompensé. [20] Nous accordons abondamment Nos bienfaits aux uns et aux autres, sans que personne n’en soit exclu. [21] Considère comment Nous avantageons les uns par rapport aux autres. Mais les différences seront bien plus grandes et les privilèges bien plus marqués encore dans la vie future. [22] Ne prends donc aucune autre divinité à côté de Dieu, sans quoi tu te trouveras honni et abandonné.
[23] Ton Seigneur t’ordonne de n’adorer que Lui, de traiter avec bonté ton père et ta mère. Et si l’un d’eux ou tous les deux atteignent, auprès de toi, un âge avancé, ne leur dis pas : « Fi ! » Ne leur manque pas de respect, mais adresse-leur des paroles affectueuses ! [24] Et par miséricorde, fais preuve à leur égard d’humilité et adresse à Dieu cette prière : « Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux comme ils l’ont été envers moi, quand ils m’ont élevé tout petit ! »
[25] Votre Seigneur est Celui qui connaît le mieux le fond de vos cœurs. Si vous êtes justes, sachez qu’Il pardonne toujours aux repentants sincères. [26] Donne à ton proche ce qui lui est dû, ainsi qu’au pauvre et au voyageur ! Mais évite toute prodigalité, [27] car les prodigues sont frères de Satan et Satan a été très ingrat envers son Seigneur.
[28] Et si tu ne peux venir à leur secours, étant toi-même dans l’attente de la miséricorde de ton Seigneur, aie pour eux au moins un mot aimable ! [29] Ne tiens pas la main collée à ton cou par avarice, et ne donne pas non plus à pleines mains, si tu ne veux pas être blâmé ni éprouver des regrets ! [30] En vérité, ton Seigneur comble qui Il veut de Ses bienfaits ou les donne avec parcimonie. Il connaît si bien les hommes et Il lit parfaitement dans leurs cœurs.
[31] Ne tuez pas vos enfants par crainte de la misère. C’est Nous qui leur donnons de quoi vivre ainsi qu’à vous-mêmes, car les tuer est un crime abominable. [32] N’approchez pas la fornication ! Cela est en vérité une turpitude et une voie néfaste. [33] N’attentez pas à la vie de votre semblable, que Dieu a rendue sacrée, à moins d’un motif légitime. Pour quiconque serait injustement tué, Nous donnons à son ayant cause le droit d’exiger réparation. Mais que ce dernier ne commette pas d’excès en voulant venger la victime lui-même, car la loi est là pour l’assister. [34] Ne touchez aux biens de l’orphelin que de la manière la plus conforme à ses intérêts et ce, jusqu’à ce qu’il ait atteint sa majorité. Soyez fidèles à vos engagements, car vous aurez à en rendre compte. [35] Donnez une juste mesure quand vous mesurez ; employez une balance exacte quand vous pesez. C’est la meilleure manière d’agir et qui aura pour vous les conséquences les plus heureuses. [36] N’affirme rien dont tu ne sois sûr ! Car il sera demandé compte à l’homme de ce qu’il aura fait de l’ouïe, de la vue et du cœur. [37] Ne marche pas avec faste sur la terre, car jamais tu ne sauras la fendre ni te hausser au niveau des montagnes. [38] Ce sont là autant d’actes répréhensibles que ton Seigneur abhorre.
[39] Tout cela fait partie des principes de la sagesse que le Seigneur t’a révélée. Ne place donc aucune autre divinité à côté de Dieu, sans quoi tu serais jeté dans la Géhenne, honni et réprouvé. [40] Quoi ? Votre Seigneur vous aurait-Il octroyé des fils et aurait-Il pris, pour Lui, des filles parmi les anges ? Quel horrible blasphème dites-vous là ! [41] Nous avons eu beau multiplier Nos enseignements dans ce Coran pour amener les hommes à réfléchir, mais cela ne fait qu’aviver leur dissentiment.
[42] Dis-leur : « S’il y avait d’autres divinités que Lui, comme vous le prétendez, celles-ci ne chercheraient-elles pas à Lui disputer Son Trône ? » [43] Gloire à Lui, le Très-Haut ! Il est infiniment au-dessus de leurs blasphèmes ! [44] Les sept Cieux, la Terre et tout ce qu’ils renferment célèbrent le Nom du Seigneur, et il n’est rien dans la Création qui ne proclame Sa gloire. Mais vous ne comprenez pas leur façon de L’exalter. En vérité, Dieu est Plein de compassion et de mansuétude.
[45] Quand tu récites le Coran, Nous plaçons un rideau invisible entre toi et ceux qui ne croient pas à la vie future. [46] Nous voilons leurs cœurs et les rendons si durs d’oreille qu’ils ne peuvent rien en saisir. Et quand tu évoques, dans le Coran, ton Seigneur, l’Unique, ils tournent le dos en manifestant leur dissentiment. [47] Nous savons parfaitement quel but ils poursuivent quand ils viennent t’écouter ou quand ils tiennent des conciliabules au cours desquels les injustes, parmi eux, disent : « Vous ne suivez là qu’un homme ensorcelé ! » [48] Observe ce à quoi ils te comparent dans leur égarement et comment ils ont perdu tout contrôle sur eux-mêmes ! [49] » Est-il possible, disent-ils, qu’une fois réduits en ossements et en poussière nous puissions être appelés à une vie nouvelle ? »
[50] Réponds-leur : « Oui, vous le serez ! Que vous soyez de pierre ou de fer, [51] ou de toute autre matière que vous puissiez concevoir ! » – « Mais qui nous fera revenir ? », rétorqueront-ils. Dis-leur : « Celui qui vous a pour la première fois créés ! » Sceptiques, ils hocheront leurs têtes et te diront : « Mais quand cela aura-t-il lieu ? » Réponds-leur : « Il se peut que cela soit imminent. »
[52] Le jour où Dieu vous appellera, vous Lui répondrez aussitôt en Le glorifiant, pensant n’être restés dans vos tombes que très peu de temps. [53] Dis à Mes serviteurs d’employer dans leurs propos des mots aimables, de peur que Satan ne sème entre eux la discorde, car Satan est l’ennemi mortel de l’homme. [54] Votre Seigneur vous connaît mieux que quiconque. Il vous fera miséricorde, s’Il veut ; ou, s’Il veut, vous punira. Nous ne t’avons pas envoyé ô Prophète pour assurer leur protection. [55] Ton Seigneur connaît mieux que quiconque ce que renferment les Cieux et la Terre. Nous avons établi une hiérarchie entre les prophètes, et donné à David des Psaumes. [56] Dis : « Invoquez ceux que vous prétendez être des divinités en dehors de Dieu. Ils ne peuvent ni vous guérir du mal ni vous en préserver. » [57] Or, ceux qu’ils invoquent recherchent eux-mêmes à l’envi le moyen de se rapprocher le plus de leur Seigneur, espérant Sa miséricorde et redoutant Son châtiment. En vérité, le châtiment de ton Seigneur est redoutable. [58] Il n’est point de cité injuste que Nous ne fassions périr, avant le Jour de la Résurrection, ou dont Nous ne soumettions les habitants à de terribles châtiments, sans que cela soit tracé dans le Livre de toute éternité.
[59] Rien ne Nous empêche d’envoyer des miracles, si ce n’est que les anciens les avaient déjà traités de mensonges. Nous avions bien apporté aux Thamûd la chamelle qui était un vrai miracle, mais ils la tuèrent injustement. Du reste, Nous n’envoyons les miracles qu’à titre d’avertissement. [60] Rappelle-toi que Nous n’avons cessé de te dire que ton Seigneur contrôle souverainement les hommes. Quant à la vision que Nous t’avons montrée, elle ne l’a été qu’à titre de tentation pour les hommes, tout comme l’arbre maudit mentionné dans le Coran. Mais plus Nous les menaçons, plus leur rébellion s’aggrave.
[61] Rappelle-toi que, lorsque Nous avions dit aux anges : « Prosternez-vous devant Adam ! », ils se prosternèrent tous, à l’exception de Satan qui dit : « Vais-je me prosterner devant celui que Tu as créé d’argile ? » [62] » Vois-Tu cet être que Tu honores plus que moi ?, ajouta-t-il. Si Tu reportes mon supplice jusqu’au Jour du Jugement dernier, je dominerai à coup sûr toute sa progéniture, excepté un petit nombre d’entre eux ! » [63] – « Va-t’en ! C’est reporté !, lui dit le Seigneur. La Géhenne sera une ample rétribution pour toi et pour ceux qui te suivront de sa descendance ! [64] Ébranles-en qui tu pourras par ta voix ! Lance contre eux ta cavalerie et ta piétaille ! Associe-toi à eux dans leurs biens et leur progéniture ! Fais miroiter à leurs yeux tes promesses ! Mais les promesses du Diable ne sont que des chimères ! [65] Cependant, tu n’auras aucun pouvoir sur Mes fidèles serviteurs, car ton Seigneur leur suffira comme Protecteur. »
[66] C’est votre Seigneur qui fait voguer pour vous le vaisseau sur la mer, pour vous faire bénéficier de Ses largesses, car Il est Plein de miséricorde à votre égard.
[67] Et si un danger vous menace en mer, vous ne trouverez plus trace de ceux que vous invoquiez en dehors de Lui. Mais une fois qu’Il vous a ramenés à terre sains et saufs, vous vous détournez aussitôt de Lui, car l’homme a toujours été ingrat. [68] Êtes-vous sûrs que Dieu ne vous fera pas engloutir par un pan de terre ou qu’Il ne déchaînera pas contre vous une tempête de pierres, sans nul espoir de secours ? [69] Ou bien êtes-vous sûrs qu’Il ne vous ramènera pas une deuxième fois en mer, qu’Il n’y soulèvera pas une tempête furieuse et qu’Il ne vous fera pas engloutir pour prix de votre impiété, sans que vous puissiez exercer contre Nous aucun recours ?
[70] Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam. Nous les avons portés sur terre et sur mer. Nous leur avons procuré d’agréables nourritures. Nous leur avons donné la préférence sur beaucoup d’autres de Nos créatures. [71] Le jour où, par la voix de leurs chefs, Nous ferons comparaître tous les groupements humains, ceux auxquels sera remis leur bilan dans la main droite en prendront connaissance avec plaisir et ne seront même pas lésés d’un fil ; [72] mais quiconque aura été aveugle ici-bas le sera également dans l’au-delà, et il y perdra encore davantage sa voie.
[73] Il s’en est fallu de peu que leur tentation ne te fît abandonner ce que Nous t’avons révélé, dans l’espoir de t’amener à forger de fausses révélations et à Nous les imputer, moyennant quoi ils t’auraient adopté pour ami intime. [74] Et si Nous ne t’avions pas apporté Notre soutien, tu aurais failli leur faire un tant soit peu confiance. [75] Et Nous t’aurions alors fait goûter le double des tourments de la vie et le double des tourments de la mort, sans espoir pour toi de trouver contre Nous un quelconque secours.
[76] Ils ont failli t’obliger à quitter le pays. Mais si tu l’avais quitté, ils n’y seraient pas restés longtemps après toi, [77] conformément à Notre loi, déjà connue de Nos prophètes avant toi et à laquelle il ne sera porté aucun changement.
[78] Acquitte-toi de la salât du déclin du soleil jusqu’à la tombée de la nuit, sans oublier de réciter une partie du Coran à l’aube, car la récitation du Coran à l’aube ne se passe jamais sans témoins. [79] Et de la nuit consacre une partie à des prières surérogatoires, car ton Seigneur, en te ressuscitant, t’accorde un rang digne de louange.
[80] Dis : « Seigneur ! Fais que j’entame ma mission en homme véridique et que je l’achève en homme véridique ! Accorde-moi Ton appui et viens à mon secours ! » [81] Dis encore : « Voici que la Vérité est venue et que l’erreur a disparu ! » Certes, l’erreur est vouée à disparaître. [82] Ce Coran que Nous révélons et qui apporte aux croyants guérison et miséricorde ne fait, en réalité, qu’aggraver la ruine des méchants. [83] Quand Nous accordons quelques bienfaits à l’homme, il se détourne et s’éloigne de Nous ; mais quand un malheur l’effleure, il se laisse gagner par le désespoir.
[84] Dis : « Chacun agit à sa manière ; mais votre Seigneur connaît parfaitement celui qui suit le meilleur chemin. » [85] Ils t’interrogent sur l’âme. Dis-leur : « L’âme relève de l’ordre exclusif de mon Seigneur et, en fait de science, vous n’avez reçu que bien peu de chose. » [86] Si Nous le voulions, Nous retirerions tout ce que Nous t’avons révélé, et tu ne trouverais alors personne pour te défendre contre Nous, [87] excepté la grâce même de ton Seigneur, car Sa grâce à ton égard n’a point de limite.
[88] Dis-leur : « Si les hommes et les djinns se concertaient pour produire quelque chose de semblable à ce Coran, ils ne sauraient y parvenir, même s’ils se prêtaient mutuellement assistance. » [89] Nous avons proposé aux hommes, dans ce Coran, toutes sortes d’exemples ; mais la plupart des hommes refusent de se départir de leur impiété. [90] Ils disent : « Nous ne croirons pas en toi, à moins que tu ne fasses jaillir pour nous une source du sol ; [91] ou que tu n’aies un jardin de palmiers et de vignes, entre lesquels tu feras couler des ruisseaux en abondance ; [92] ou que tu ne fasses tomber sur nous, comme tu le prétends, des fragments du ciel ; ou que tu n’amènes devant nous Dieu et les anges ; [93] ou encore que tu n’aies une maison ornée de dorures ; ou que tu n’escalades le ciel. Et encore nous ne croirons à ton escalade que si tu nous en ramènes un livre que nous puissions tous lire. » Réponds-leur : « Gloire à mon Seigneur ! Suis-je donc autre chose qu’un être humain envoyé comme Prophète ? »
[94] Rien n’empêche les hommes de croire quand la bonne voie leur est indiquée, si ce n’est cette question qu’ils posent : « Comment Dieu peut-Il envoyer un simple mortel comme Messager ? » [95] Dis-leur : « Si les anges vivaient en permanence sur la Terre, c’est un ange que Nous leur aurions envoyé comme messager. » [96] Dis-leur : « Dieu me suffira comme Témoin entre vous et moi, car Il a une claire vision de Ses créatures et Il en est parfaitement Informé. »
[97] Celui que Dieu guide, c’est celui-là qui est le mieux guidé. Mais ceux qu’Il égare, tu ne leur trouveras point d’alliés en dehors de Lui. Au Jour de la Résurrection, Nous les rassemblerons tous, face contre terre, aveugles, sourds et muets. Et leur refuge sera la Géhenne, dont Nous rallumerons la flamme chaque fois qu’elle tendra à s’éteindre. [98] Telle sera leur sanction pour avoir renié Nos preuves en disant : « Est-ce possible qu’une fois réduits en ossements et en poussière nous puissions être rappelés une nouvelle fois à la vie ? »
[99] Quoi ! Ne pensent-ils pas que Dieu qui a créé les Cieux et la Terre soit aussi capable de créer des êtres semblables à eux ? Il leur a fixé un terme indubitable, mais les injustes s’obstinent dans leur négation. [100] Dis-leur : « Dussiez-vous posséder les trésors de la miséricorde de mon Seigneur que vous lésineriez encore de peur d’en faire dépense tant l’avarice fait partie intégrante de l’homme ! »
[101] Nous avons accordé à Moïse neuf prodiges évidents. Interroge à ce sujet les fils d’Israël lorsque Moïse se présenta à eux et que Pharaon lui dit : « J’estime, Moïse, que tu es sous l’effet d’un ensorcellement ! » [102] – « Tu sais bien, répondit Moïse, que des preuves aussi évidentes ne peuvent émaner que du Seigneur des Cieux et de la Terre. J’estime, ô Pharaon, que tu es totalement perdu. » [103] Pharaon voulut les expulser du pays. Mais Nous l’engloutîmes, lui et les siens, jusqu’au dernier. [104] Et après lui, Nous dîmes aux fils d’Israël : « Habitez la terre ; et lorsque s’accomplira la promesse de la vie future, Nous vous ferons revenir en foule. »
[105] C’est en toute vérité que ce Coran est révélé et il est l’expression même de la Vérité. Quant à toi Prophète, c’est pour annoncer la bonne nouvelle et avertir que tu as été envoyé. [106] C’est un Coran que Nous avons révélé fragment par fragment, afin que tu le récites lentement aux gens. C’est pour cela que Nous l’avons fait descendre graduellement. [107] Dis-leur : « Croyez-y ou n’y croyez pas ! Ceux qui ont reçu la science avant sa révélation tombent prosternés sur la face lorsqu’on leur en donne lecture, [108] et disent : “Gloire à Notre Seigneur ! La promesse de Notre Seigneur se réalise toujours.” » [109] Et ils tombent sur la face en pleurant, et cela ne fait qu’accroître leur humilité.
[110] Dis-leur : « Appelez-Le “Dieu” dans vos prières ou appelez-Le “le Miséricordieux”. Sous quelque nom que vous L’invoquiez, les plus beaux noms sont toujours les Siens ! » N’élève pas trop la voix dans la salât et ne l’effectue pas non plus à voix basse. Mais entre les deux, adopte le juste milieu, [111] et dis : « Louange à Dieu qui ne S’est jamais donné de progéniture, qui n’a point d’associé dans la Royauté, qui n’a jamais eu besoin de protecteur contre la moindre vilenie ! » Proclame donc hautement Sa grandeur !

18. Sourate de la Caverne (Al-Kahf)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Louange à Dieu qui a révélé à Son Serviteur le Coran, sans y introduire le moindre détour, [2] faisant de lui un Livre d’une parfaite droiture, afin de mettre les hommes en garde contre Ses terribles rigueurs et d’annoncer aux croyants qui font le bien une belle récompense [3] dont ils auront une jouissance éternelle ; [4] et afin aussi d’avertir ceux qui prêtent à Dieu une progéniture,
[5] alors qu’ils n’en ont aucune preuve, pas plus que n’en avaient leurs pères. Quel monstrueux blasphème et quel horrible mensonge ! [6] Tu vas peut-être te consumer de chagrin parce qu’ils se détournent de toi et refusent de croire à ce message !
[7] En vérité, Nous avons fait de ce qui existe sur la Terre une parure pour elle, afin de mettre à l’épreuve les hommes et reconnaître ceux d’entre eux qui effectuent les œuvres les plus salutaires. [8] Puis Nous transformerons tout ce décor en sol aride et en poussière.
[9] Vas-tu penser que les hommes de la caverne, dont l’histoire est gravée sur l’épitaphe, constituent un de Nos signes les plus étonnants ? [10] Lorsque ces jeunes gens se réfugièrent dans cette caverne, ils firent cette prière : « Seigneur ! Assiste-nous par un effet de Ta grâce et fais que notre conduite soit conforme à la rectitude ! » [11] Nous les plongeâmes alors dans un profond sommeil, dans la caverne, de longues années durant. [12] Puis Nous les réveillâmes pour savoir lequel des deux partis saurait évaluer le mieux la durée exacte de leur séjour.
[13] Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. C’étaient des jeunes gens qui croyaient en leur Seigneur et que Nous avions fortifiés dans la bonne voie. [14] Nous avions raffermi leurs cœurs lorsqu’ils s’étaient levés pour proclamer : « Notre Dieu est le Seigneur des Cieux et de la Terre ! Jamais nous n’invoquerons une autre divinité que Lui, sans quoi nous commettrions la pire des iniquités ! [15] Ces gens-là, qui sont des nôtres, ont adopté des divinités en dehors de Dieu. Si seulement ils pouvaient justifier ce culte par une preuve évidente ! Qui donc est plus injuste que celui qui invente des mensonges contre Dieu ? »
[16] » Maintenant, se dirent-ils, que vous les avez fuis, eux et ce qu’ils adorent en dehors de Dieu, réfugiez-vous dans la caverne. Dieu étendra sur vous les effets de Sa miséricorde et apportera une amélioration à votre sort. »
[17] Tu aurais vu alors le soleil à son lever obliquer à droite de leur caverne, et passer à gauche au moment de se coucher, tandis qu’ils dormaient dans un endroit spacieux de la caverne. C’est là un des signes de la puissance de Dieu. Seul celui que Dieu dirige est dans la bonne voie ; mais celui qu’Il égare, tu ne trouveras personne pour le protéger ni le guider. [18] Et à les voir, tu aurais cru qu’ils étaient éveillés alors qu’en réalité ils dormaient. Nous les retournions tantôt à droite, tantôt à gauche, pendant que leur chien était couché à l’entrée, les pattes allongées. Si tu les avais vus dans cet état, tu aurais certainement pris la fuite, le cœur rempli de crainte.
[19] Nous les avons ensuite réveillés pour leur permettre de s’interroger mutuellement. C’est ainsi que l’un d’eux demanda : « Combien de temps sommes-nous restés ici ? » – « Peut-être un jour ou même moins encore », répondirent d’autres. Puis ils reprirent : « Dieu le sait mieux que nous. Envoyez plutôt l’un de vous à la ville avec l’argent que voici, pour qu’il cherche l’aliment le plus pur et qu’il vous en apporte de quoi vous nourrir. Qu’il agisse avec tact pour ne révéler à personne votre retraite, [20] car s’ils vous découvraient, ils vous lapideraient ou vous ramèneraient à leur culte, et vous ne parviendriez alors plus jamais à la félicité. »
[21] C’est ainsi que Nous avons fait connaître leur retraite pour bien montrer aux habitants de la cité que les promesses de Dieu s’accomplissent toujours et que la résurrection ne fait pas l’ombre d’un doute. Une dispute s’engagea alors à leur sujet, entre les gens de la cité. « Murons-les sous une maçonnerie, de manière que seul leur Seigneur soit au courant de leur mystère », dirent quelques-uns. Mais ceux dont l’avis l’emporta furent ceux qui dirent : « Élevons au-dessus d’eux un sanctuaire ! » [22] On disputera aussi sur leur nombre. « Ils étaient trois, leur chien étant le quatrième », diront les uns. « Ils étaient cinq, et leur chien le sixième », diront d’autres en conjecturant sur leur mystère. « Ils étaient sept, et leur chien le huitième », affirmeront d’autres encore. Dis-leur : « Mon Seigneur est le mieux Informé de leur nombre, mais il n’en est que peu qui le savent. » Ne pousse pas trop loin la discussion à leur sujet et ne prends l’avis de personne à cet égard.
[23] Ne dis jamais à propos d’une chose : « Certes, je ferai cela demain », [24] sans ajouter : « Si Dieu le veut ! » Invoque Ton Seigneur, s’il t’arrive d’oublier, et dis : « Plaise à mon Seigneur de me guider vers le chemin de la rectitude ! »
[25] Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cents ans, auxquels s’en ajoutèrent neuf. [26] Dis : « Dieu est le mieux Informé du temps qu’ils y ont passé, car Il détient le mystère des Cieux et de la Terre. Et nul n’entend ni ne voit mieux que Lui ! Les hommes n’ont point d’autre protecteur que Lui, car Il n’associe personne à Son autorité. » [27] Récite ce qui t’a été révélé du Livre de ton Seigneur, dont nul ne saurait altérer les paroles et en dehors de qui tu ne saurais trouver de refuge.
[28] Fais preuve de patience en compagnie de ceux qui invoquent leur Seigneur, matin et soir, recherchant Sa satisfaction ! Ne les quitte pas pour courir après les plaisirs de ce monde ! N’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le cœur inattentif à Notre rappel, qui suit ses passions et se complaît dans ses excès ! [29] Dis : « La Vérité émane de votre Seigneur. Croira qui voudra et niera qui voudra ! » Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cerneront de toutes parts. S’ils demandent à boire, on leur servira un liquide bouillant, semblable à un métal en fusion qui leur brûlera le visage. Quel détestable breuvage et quel lugubre séjour ! [30] Ceux qui auront cru et qui auront accompli des œuvres pies sauront que Nous ne laissons jamais perdre la récompense de celui qui fait le bien. [31] À ceux-là sont réservés les jardins d’Éden, où coulent des ruisseaux et où ils seront parés de bracelets d’or, vêtus d’habits verts de soie et de brocard, et accoudés sur des divans. Quelle belle récompense et quel magnifique séjour !
[32] Propose-leur la parabole de deux hommes. À l’un d’eux Nous avons donné deux jardins plantés de vignes que Nous avons entourés de palmiers et séparés par des champs ensemencés. [33] Les deux jardins produisaient de bonnes récoltes, sans la moindre défaillance, d’autant plus que Nous avions fait surgir un ruisseau entre eux. [34] Il récolta donc ses fruits et dit, au cours d’une conversation à son compagnon : « Je suis plus riche que toi et plus puissant aussi grâce à mon clan. »
[35] Il entra dans son jardin et se fit tort à lui-même en disant : « Je ne pense pas que ce jardin puisse jamais dépérir ; [36] et je ne crois pas que l’Heure du Jugement dernier puisse sonner un jour. Et si, ma foi, je dois retourner à mon Seigneur, j’aurai certainement un sort bien meilleur ! » [37] Son compagnon qui conversait avec lui répliqua : « Aurais-tu renié Celui qui t’a créé de poussière, puis de sperme et qui, ensuite, t’a donné ta forme humaine ? [38] Pour moi, c’est Dieu qui est mon Seigneur auquel je n’associe personne. [39] Que n’as-tu dit en entrant dans ton jardin : “Telle est la volonté de Dieu ! Il n’y a de puissance qu’en Dieu !” Et si tu vois que je suis moins pourvu que toi en biens et en enfants, [40] il se peut que mon Seigneur me donne quelque chose de meilleur que ton jardin et qu’Il envoie sur ce dernier une calamité du ciel, qui le réduise en terrain stérile ; [41] ou que l’eau qui l’arrose tarisse sans que tu puisses jamais la retrouver. »
[42] Or, sa récolte fut détruite et il ne lui restait plus qu’à se tordre les mains de regret, en pensant à toutes les dépenses qu’il avait effectuées et en se lamentant sur ses treilles complètement ravagées. « Plût à Dieu, gémissait-il, que je n’eusse jamais donné d’associés à mon Seigneur ! » [43] Et il ne trouva aucun parti pour le secourir contre Dieu, pas plus qu’il ne put se secourir lui-même, [44] car, en pareil cas, la souveraine protection n’appartient qu’à Dieu qui est la Vérité suprême, et qui accorde la meilleure récompense et assure la fin la plus heureuse.
[45] Propose-leur encore la parabole de la vie en ce bas monde. Elle est semblable à cette eau que Nous faisons descendre du ciel, et dont les plantes s’imprègnent un instant pour se transformer ensuite en chaume à la merci des vents, car la puissance de Dieu n’a point de limite.
[46] Richesses et enfants ne sont que la parure de la vie de ce monde, tandis que les bonnes œuvres qui perdurent ont auprès de ton Seigneur une meilleure récompense et suscitent dans le cœur des fidèles une belle espérance.
[47] Le jour où Nous mettrons les montagnes en mouvement et où la terre sera tout aplanie, Nous rassemblerons les hommes sans en omettre aucun. [48] Et ils seront présentés en rangs devant ton Seigneur qui leur dira : « Vous voilà revenus à Nous tels que Nous vous avons créés pour la première fois ! Pourtant vous prétendiez que jamais ce rendez-vous n’aurait lieu ! » [49] Et quand le registre sera déposé, tu verras alors les coupables saisis de frayeur par son libellé. « Malheur à nous !, s’écrieront-ils. Qu’a donc ce registre à n’omettre ni péché véniel ni péché capital sans les porter à notre compte ? » Et c’est ainsi qu’ils se retrouveront en présence de toutes leurs œuvres, car ton Seigneur ne fait jamais de tort à personne.
[50] Rappelle-toi lorsque Nous avons dit aux anges : « Prosternez-vous devant Adam ! » Ils se sont tous prosternés à l’exception de Satan, qui était du nombre des djinns et qui refusa d’obéir à l’ordre de son Seigneur. Allez-vous le prendre, ainsi que sa descendance, pour maître en dehors de Moi, alors qu’ils sont vos ennemis mortels ? Quel détestable échange pour les pervers !
[51] Je ne les ai pas pris pour témoins lors de la création des Cieux et de la Terre ni lors de leur propre création, car Je n’ai jamais fait appel au concours des corrupteurs ! [52] Un jour, Dieu dira aux infidèles : « Appelez à votre secours ceux que vous prétendiez être Mes associés ! » Et ils les invoqueront, mais ils ne recevront d’eux aucune réponse, car entre les uns et les autres Nous aurons ouvert un abîme. [53] Et en voyant le Feu, les négateurs auront la certitude qu’ils y seront précipités sans trouver aucun moyen d’y échapper.
[54] Nous avons proposé dans ce Coran toutes sortes d’exemples à l’intention des hommes, mais la controverse reste leur passion dominante. [55] Qu’est-ce donc qui les empêche de croire, alors que la bonne voie leur est tracée, et de demander pardon à leur Seigneur ? Attendent-ils de subir le sort de leurs aînés ou que le châtiment vienne les frapper de plein fouet ?
[56] Nous n’envoyons les prophètes que pour annoncer la bonne nouvelle et avertir, pendant que les négateurs s’emploient à combattre la Vérité avec de faux arguments et à tourner en dérision Nos signes et Nos avertissements. [57] Qui est plus injuste que celui qui tourne le dos aux signes de son Seigneur, quand ils lui sont rappelés, et qui va même jusqu’à oublier ses propres péchés ? Nous avons placé des voiles épais sur leurs cœurs pour les empêcher de comprendre, et Nous les avons rendus durs d’oreille, si bien que tu auras beau les appeler à la bonne voie, jamais ils ne sauront se guider. [58] Et si ton Seigneur, l’Indulgent, le Clément, voulait les punir selon leurs œuvres, Il hâterait certainement leur châtiment. Mais un rendez-vous, pour cela, leur a été fixé et ils ne trouveront aucun moyen pour s’y soustraire.
[59] Rappelle-toi ces cités que Nous avons anéanties en raison de leurs iniquités, après avoir fixé le moment de leur destruction !
[60] Rappelle-toi quand Moïse dit à son valet : « Je ne cesserai de marcher que lorsque j’aurai atteint le confluent des deux mers, dussé-je y mettre des années ! » [61] Mais lorsqu’ils eurent atteint le confluent, ils oublièrent leur poisson qui retrouva librement son chemin vers la mer.
[62] Et lorsqu’ils eurent dépassé cet endroit, Moïse dit à son valet : « Apporte-nous notre repas, cette étape nous a durement éprouvés. » [63] – « Te souviens-tu, lui dit le valet, lorsque nous nous sommes abrités près du rocher ? Eh bien, c’est là où je n’ai plus prêté attention au poisson, et c’est certainement le démon qui m’a empêché de m’en rappeler. C’est alors que le poisson a repris miraculeusement son chemin vers la mer ! » [64] – « Eh bien ! C’est justement ce que nous cherchions ! », repartit Moïse. Et ils retournèrent sur leurs pas.
[65] Ils rencontrèrent un de Nos serviteurs qui avait été touché par Notre grâce et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Notre part. [66] Moïse lui dit : « Puis-je te suivre pour que tu m’enseignes un peu de la sagesse à laquelle tu as été initié ? » [67] – « Tu n’aurais jamais assez de patience, répondit l’inconnu, pour rester en ma compagnie, [68] car comment pourrais-tu assister, sans manifester ta curiosité, à des choses dont tu ne saisiras pas le sens ? » [69] Moïse lui répondit : « Tu trouveras, s’il plaît à Dieu, en moi un homme toujours patient, et je ne te désobéirai point. » [70] – « Eh bien, dit le personnage, si tu me suis, ne m’interroge sur rien ! Attends que je t’en parle le premier ! »
[71] Ils partirent donc ensemble et montèrent à bord d’un navire, sur le flanc duquel l’inconnu s’empressa de pratiquer une brèche. « Pourquoi, s’écria Moïse, y as-tu pratiqué cette brèche ? Est-ce pour en noyer les passagers ? En vérité, c’est un acte abominable que tu viens de commettre ! » [72] – « Ne t’avais-je pas dit, rétorqua l’inconnu, que tu n’aurais jamais assez de patience pour rester avec moi ? » [73] – « Ne me blâme pas trop, reprit Moïse, pour mon oubli et ne me soumets pas à une trop dure épreuve ! » [74] Puis ils reprirent ensemble leur route et firent la rencontre d’un jeune homme que l’inconnu ne tarda pas à mettre à mort. « Quoi ?, s’indigna Moïse. N’as-tu pas tué là un être innocent qui, lui, n’a tué personne ? Ne viens-tu pas de commettre une chose affreuse ? »
[75] – « Ne t’avais-je pas averti, dit l’étranger, que tu n’aurais pas assez de patience pour supporter ma compagnie ? » [76] – « Si je te questionne encore sur quoi que ce soit, dit Moïse, tu auras le droit de me priver de ta compagnie. Tu n’as été, en vérité, que trop patient avec moi ! » [77] Puis ils se remirent en route et, arrivés près d’une cité, ils demandèrent l’hospitalité aux habitants qui la leur refusèrent. Après quoi, ils aperçurent un mur qui menaçait de s’écrouler. L’inconnu s’empressa alors de le redresser. « Tu pourrais, lui dit Moïse, si tu le voulais, réclamer un salaire pour ce travail ? » [78] – « Voilà le moment venu de notre séparation, repartit l’étrange personnage. Je vais cependant t’éclairer sur la signification des choses que tu as été impatient de savoir. [79] Pour ce qui est de la barque, elle appartenait à de pauvres gens qui travaillaient en mer. J’ai voulu lui donner l’apparence d’être défectueuse, parce que derrière eux il y avait un roi qui s’emparait de toute embarcation et l’usurpait. [80] Quant au jeune homme, il avait pour père et mère deux bons croyants. Nous eûmes peur qu’il ne les entraînât dans sa rébellion et son impiété, [81] et nous voulûmes que leur Seigneur leur donnât à sa place un fils plus vertueux et plus affectueux. [82] Pour ce qui est du mur, il appartenait à deux orphelins de la ville, et il recelait à sa base un trésor qui leur revenait. Comme leur père était un homme vertueux, le Seigneur, dans Sa bonté, a voulu qu’ils ne pussent le déterrer qu’à leur majorité. Je n’ai donc rien fait de mon propre chef. Voilà toute l’explication que tu n’as pas eu la patience d’attendre ! »
[83] À ceux qui t’interrogent au sujet de Dhû-l-Qarnayn, réponds : « Je vais vous en narrer quelques faits mémorables qui méritent d’être rappelés. »
[84] Nous avons consolidé sa puissance sur Terre et Nous l’avons favorisé dans tous ses projets. [85] Et aussitôt il entreprit une première expédition qui dura [86] jusqu’à ce qu’il eût atteint le point le plus extrême de l’Occident. Là, il vit que le soleil se couchait sur une source bouillante aux bords de laquelle vivait une peuplade. Nous lui dîmes : « Ô Dhû-l-Qarnayn ! Libre à toi de les châtier ou de les traiter avec bienveillance ! » [87] – « Celui qui est injuste, dit-il, nous le châtierons. Après quoi, il sera ramené à son Seigneur qui lui infligera un châtiment des plus sévères. [88] Quant à celui qui croit et pratique le bien, une très belle récompense lui est réservée et nous ne lui donnerons que des ordres faciles à exécuter. »
[89] Puis il suivit une autre voie, [90] jusqu’à ce qu’il eût atteint le point le plus extrême de l’Orient. Là, il vit que le soleil se levait sur une peuplade à laquelle Nous n’avions donné aucun abri pour s’en protéger. [91] Et il en fut ainsi. Nous embrassions de Notre science tous les moyens dont il disposait.
[92] Puis il suivit un autre itinéraire, [93] jusqu’à ce qu’il eût atteint une gorge formée par deux chaînes de montagnes, en deçà de laquelle il découvrit une peuplade qui comprenait à peine le langage humain. [94] Cette peuplade lui dit : « Ô Dhû-l-Qarnayn ! Les Yâjûj et les Mâjûj dévastent notre territoire. Acceptes-tu, contre tribut, de construire une digue entre eux et nous ? » [95] – « La puissance que Dieu m’a conférée est bien meilleure que ce que vous me proposez, dit-il. Aidez-moi de toutes vos forces et je construirai un remblai entre eux et vous. [96] Apportez-moi des blocs de fer. » Puis, quand il en eut comblé l’espace compris entre les deux monts, il ajouta : « Soufflez ! » Et quand le métal fut fondu, il ordonna : « Versez maintenant, par-dessus, de l’airain en fusion. » [97] Depuis lors, les Yâjûj et les Mâjûj ne purent plus ni escalader l’obstacle ni le transpercer.
[98] » Cet obstacle, dit-il, est une miséricorde émanant de mon Seigneur. Mais, quand Dieu accomplira Sa promesse, Il le réduira en poussière, car la promesse de Dieu est infaillible. »
[99] Ce jour-là, Nous laisserons les hommes déferler les uns sur les autres. Puis la Trompette sonnera et ils seront tous rassemblés. [100] Et ce jour-là, la Géhenne, dans toute son horreur, sera présentée aux négateurs, [101] dont les yeux demeuraient voilés pour ne pas voir Mes signes et dont les oreilles refusaient d’entendre Mes avertissements. [102] Les incrédules s’imaginent-ils donc pouvoir prendre Mes serviteurs pour maîtres en dehors de Moi ? Nous réservons aux incrédules la Géhenne pour séjour.
[103] Dis : « Voulez-vous que nous vous fassions connaître ceux dont les œuvres sont les plus vouées à l’échec ; [104] ceux dont les efforts, dans cette vie, s’en vont en pure perte, et qui croient cependant bien agir ? » [105] Ce sont ceux qui nient les signes de leur Seigneur ainsi que leur comparution devant Lui. Les œuvres de ces gens-là n’auront aucune valeur et ne pèseront pas lourd dans la vie future. [106] Et c’est l’Enfer qui sera leur rétribution, pour avoir rejeté la foi et tourné en dérision Mes signes et Mes prophètes ; [107] tandis que ceux qui croient et font des œuvres pies auront, pour séjour, les jardins du Paradis, [108] où ils demeureront éternellement, sans jamais désirer aucun changement.
[109] Dis : « Si la mer se changeait en encre pour transcrire les paroles de mon Seigneur, la mer serait assurément tarie avant que ne soient épuisées les paroles divines, dussions-nous y ajouter une quantité d’encre égale à la première. »
[110] Dis : « Je ne suis qu’un être humain comme vous. Il m’a été révélé que votre Dieu est un Dieu Unique. Que celui qui espère donc rencontrer son Seigneur accomplisse de bonnes actions et Lui voue son adoration sans jamais Lui associer personne ! »

19. Sourate de Marie (Maryam)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Kâf – Hâ – Yâ – Ayn – Sâd.
[2] Ceci est l’évocation de la grâce que ton Seigneur fit à Son serviteur Zacharie, [3] lorsque celui-ci Lui avait adressé en secret cette prière : [4] » Seigneur, dit-il, mes forces déclinent, ma chevelure s’illumine de blancheur. Et jamais, Seigneur, je n’ai été déçu en T’adressant mes prières. [5] Je crains la parentèle, après ma mort, car ma femme est stérile. Accorde-moi, par un effet de Ta grâce, un successeur, [6] qui héritera de moi et de la famille de Jacob. Et fais, Seigneur, qu’il soit agréé de Toi ! » [7] – « Ô Zacharie, lui fut-il dit, Nous te faisons l’annonce d’un garçon qui portera le nom de Jean et auquel Nous n’avons pas donné d’homonyme auparavant. » [8] – « Comment, Seigneur, pourrais-je, dit Zacharie, avoir un fils, quand mon épouse est stérile et que moi-même j’ai atteint l’âge de la décrépitude ? » [9] Il lui fut répondu : « Ton Seigneur a dit : “Il en sera ainsi ! Rien de plus facile pour Moi. Et toi-même, tu n’étais rien quand Je t’ai créé !” » [10] – « Seigneur, reprit Zacharie, donne-moi un signe de cet événement. » – « Ton signe, lui fut-il dit, sera que tu ne pourras pas parler aux gens durant trois jours, quoique bien portant. » [11] Zacharie quitta alors le sanctuaire et, se dirigeant vers les siens, il les invita à prier matin et soir.
[12] » Ô Jean ! Applique-toi à l’étude du Livre avec ferveur ! » Et Nous lui donnâmes dès son enfance la sagesse, [13] ainsi que la tendresse et la pureté, par un effet de Notre grâce. Il craignait Dieu, [14] il était plein de piété filiale pour ses parents et il n’était ni violent ni désobéissant. [15] Que la paix soit sur lui le jour où il naquit, le jour où il mourra et le jour où il sera ressuscité !
[16] Rappelle aussi l’histoire de Marie, telle qu’il est fait mention dans le Coran, lorsqu’elle se retira en un endroit situé à l’est, loin de sa famille, [17] et étendit un voile entre elle et les siens. C’est alors que Nous lui envoyâmes Notre Esprit qui se présenta à elle sous la forme d’un homme accompli. [18] Elle lui dit : « Je cherche refuge contre toi auprès du Tout-Miséricordieux, si tant est que tu Le craignes. » [19] – « Je ne suis, dit-il, qu’un envoyé de ton Seigneur, chargé de te faire présent d’un garçon immaculé. » [20] – « Comment, s’étonna-t-elle, pourrais-je avoir un enfant alors qu’aucun être humain ne m’a jamais touchée et que je n’ai jamais été une femme de mœurs légères ? » [21] Il lui fut répondu : « Ainsi en a décidé ton Seigneur qui a dit : “Rien n’est plus facile pour Moi. Nous ferons de cet enfant un signe pour les hommes et une miséricorde émanant de Nous.”« Et il en fut ainsi.
[22] Elle devint donc enceinte de l’enfant et se retira avec lui en un lieu éloigné. [23] Puis, saisie par les douleurs de l’accouchement, elle s’adossa au tronc d’un palmier en s’écriant : « Plût à Dieu que je fusse morte et oubliée bien avant cet instant ! » [24] Une voix l’appela alors de dessous d’elle : « Ne t’afflige point ! Ton Seigneur a fait jaillir un ruisseau à tes pieds. [25] Secoue vers toi le tronc du palmier, il en tombera sur toi des dattes mûres et succulentes.
[26] Mange, bois et réjouis-toi ! S’il t’arrive de voir quelqu’un, dis-lui : “J’ai fait vœu d’un jeûne au Tout-Miséricordieux. Je ne parlerai donc aujourd’hui à aucun être humain.”«
[27] Puis elle revint auprès des siens avec l’enfant dans ses bras. « Ô Marie, lui dirent-ils, quel acte monstrueux as-tu commis là ! [28] Ô sœur d’Aaron ! Ton père n’a jamais été un homme dépravé ni ta mère une femme prostituée ! » [29] Marie leur fit signe de s’adresser à l’enfant. « Est-il possible, s’étonnèrent-ils, de parler à un enfant encore au berceau ? »
[30] – « Je suis, dit l’enfant, un serviteur de Dieu. Il m’a donné l’Écriture et a fait de moi un prophète. [31] Il a fait de moi un être béni où que je sois. Il m’a ordonné de pratiquer la salât et la zakât, ma vie durant, [32] ainsi que d’être bon envers ma mère, et Il n’a point fait de moi un être violent ni méchant. [33] Que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai et le jour où je serai ressuscité ! » [34] Tel est, en toute vérité, Jésus, fils de Marie, qui fait encore l’objet de tant de querelles.
[35] Il est inconcevable que Dieu Se donne un fils. Sa gloire ne saurait y consentir ! En vérité, quand Il décide une chose, il Lui suffit de dire : « Sois ! », et la chose est. [36] » En vérité, Dieu est mon Seigneur et le vôtre. Adorez-Le ! Telle est la voie de la rectitude ! »
[37] Par la suite, les factions divergèrent entre elles. Malheur donc aux négateurs, lors de leur comparution en un jour terrifiant ! [38] Comme ils entendront bien et comme ils seront clairvoyants le jour où ils se présenteront devant Nous ! Mais, aujourd’hui, les injustes sont dans un égarement évident.
[39] Préviens-les du Jour des regrets quand on aura irrévocablement prononcé les arrêts, alors qu’ils vivent encore dans l’insouciance et l’impiété. [40] C’est Nous qui hériterons de la Terre et de tout ce qu’elle porte, et c’est à Nous qu’ils feront tous retour.
[41] Et rappelle l’histoire d’Abraham, telle qu’elle se trouve dans le Coran. C’était un homme véridique et un prophète, [42] quand il dit à son père : « Cher père ! Pourquoi adores-tu ce qui ne peut ni entendre, ni voir, ni t’être d’aucun secours ? [43] Cher père ! J’ai reçu une part de science qui ne t’est point parvenue. Suis-moi ! Je te guiderai vers le droit chemin. [44] Cher père ! N’adore pas Satan, car Satan a toujours été rebelle au Miséricordieux. [45] Cher père ! Je crains qu’un châtiment du Tout-Clément ne vienne te frapper et que tu ne deviennes un suppôt du démon. » [46] – « Serais-tu hostile à mes divinités ?, rétorqua son père. Ô Abraham ! Si tu ne cesses pas de les dénigrer, je te ferai lapider. Et maintenant disparais de ma vue, et pour bien longtemps ! » [47] – « Adieu, répondit Abraham. J’implorerai en ta faveur le pardon de mon Seigneur, car Il a toujours été Bienveillant à mon égard. [48] Je me retire loin de vous et des divinités que vous invoquez en dehors de Dieu, pour me consacrer à l’invocation de mon Seigneur. Il se peut que je ne sois pas déçu dans mon appel ! »
[49] Puis, quand il se fut séparé d’eux et de ce qu’ils adoraient en dehors de Dieu, Nous lui fîmes don d’Isaac et de Jacob, et Nous élevâmes chacun d’eux au rang de prophète. [50] Nous les reçûmes en Notre grâce et Nous les dotâmes d’un franc et sublime parler.
[51] Rappelle également l’histoire de Moïse, telle qu’elle est citée dans le Coran. C’était un véritable élu de Dieu, un messager et un prophète.
[52] Nous l’appelâmes du versant droit du Sinaï et Nous en fîmes un confident. [53] Et par un effet de Notre grâce, Nous lui donnâmes son frère Aaron comme prophète. [54] Rappelle aussi l’histoire d’Ismaël, telle qu’elle est citée dans le Coran. Il était fidèle à ses promesses et il était un messager et un prophète. [55] Il recommandait à sa famille la prière et la zakât, et il était agréé auprès de son Seigneur. [56] Rappelle aussi l’histoire d’Idrîs, telle qu’elle est citée dans le Coran. C’était un homme véridique et un prophète [57] et Nous l’avons promu à un rang élevé.
[58] Tels sont ceux que Dieu a gratifiés de Ses bienfaits parmi les prophètes qui descendent directement d’Adam, ou qui sont issus des rescapés de l’arche de Noé, ou de la postérité d’Abraham et d’Israël, ou de ceux que Nous avons mis sur la bonne voie et que Nous avons élus. Lorsque les enseignements du Miséricordieux étaient récités à ces hommes, ils se prosternaient face au sol en pleurant. [59] Vinrent à leur suite d’autres générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions, se vouant ainsi au malheur et à la perdition, [60] à l’exception de ceux qui se repentent, croient et font le bien. Ceux-là auront accès au Paradis, sans être en rien lésés ; [61] ils seront admis aux jardins d’Éden que le Miséricordieux a promis à Ses serviteurs qui croient au mystère, car Ses promesses sont toujours tenues. [62] Là, ils n’entendront nulle parole frivole, mais entendront uniquement des salutations et des paroles aimables. Quant à leur nourriture, elle leur sera servie matin et soir.
[63] Tel est le Paradis que Nous donnerons en héritage à ceux de Nos serviteurs qui auront été pieux. [64] » Nous ne descendons disent les anges, que sur ordre de ton Seigneur qui est le Maître de notre présent, de notre passé et de notre avenir. Ton Seigneur n’est point oublieux,
[65] car Il est le Seigneur des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires. Adore-Le donc avec constance et patience ! Lui connais-tu un homonyme ? » [66] L’homme interroge : « Lorsque je serai mort, me fera-t-on sortir vivant de ma tombe ? » [67] Mais l’homme ne se rappelle-t-il pas qu’en le créant la première fois, Nous l’avons bien tiré du néant ? [68] Par ton Seigneur, Nous rassemblerons les humains et les démons et Nous les mettrons à genoux autour de l’Enfer ; [69] puis Nous séparerons, de chaque groupe, ceux qui auront été les plus hostiles au Miséricordieux, [70] car Nous connaissons mieux que quiconque ceux qui méritent le plus d’y être brûlés. [71] Et il n’est pas un seul de vous qui ne doive aborder l’Enfer. C’est là un arrêt irrévocable de ton Seigneur. [72] Nous sauverons ensuite ceux qui auront vécu dans la piété et y abandonnerons, agenouillés, les injustes.
[73] Lorsqu’on leur récite Nos versets, comme preuves évidentes, les négateurs disent aux croyants : « Qui de nous ou de vous mène la meilleure vie et a la situation la plus confortable ? » [74] Or, combien de générations, avant eux, n’avons-Nous pas anéanties, qui pourtant les surpassaient par leurs richesses et leur splendeur ?
[75] Dis-leur : « Que le Miséricordieux prolonge suffisamment la vie de ceux qui vivent dans l’égarement jusqu’à ce qu’ils voient ce dont ils sont menacés, soit le châtiment de ce monde, soit l’Heure de la Résurrection ! Ils sauront alors qui des croyants ou des impies occupe la plus mauvaise position et dispose des plus faibles moyens. » [76] Dieu guidera encore mieux ceux qui se trouvent déjà sur la bonne voie, et ce sont les bonnes œuvres durables qui trouveront auprès de ton Seigneur la meilleure des récompenses et les suites les plus heureuses.
[77] Que penses-tu de cet impie qui, après avoir renié Nos signes, continue à affirmer : « J’aurai malgré tout richesses et enfants ! » [78] A-t-il percé le mystère ou détient-il une promesse du Miséricordieux ? [79] Bien au contraire ! Nous inscrirons ses propos et Nous prolongerons en durée son châtiment. [80] C’est Nous qui hériterons des richesses et des enfants dont il parle. Quant à lui, il comparaîtra devant Nous, tout seul.
[81] Les hommes adoptent des divinités en dehors de Dieu, dans l’espoir d’accroître leur puissance. [82] Quelle erreur ! Ces divinités renieront un jour leurs adorateurs et seront pour eux des adversaires. [83] Ne vois-tu pas que Nous envoyons les démons à l’assaut des négateurs pour les inciter à la révolte ? [84] Ne sois donc pas trop pressé à leur sujet, car Nous tenons un compte précis de tous leurs actes.
[85] Le jour où Nous rassemblerons les hommes pieux devant le Miséricordieux, tels des hôtes de marque, [86] et où Nous pousserons les criminels vers l’Enfer, tel un troupeau qu’on conduit à l’abreuvoir, [87] seul pourra intercéder auprès de Dieu celui qui aura conclu un pacte avec le Miséricordieux. [88] Ils disent que le Miséricordieux S’est donné un enfant ! [89] Quel blasphème abominable proférez-vous là ! [90] Car, à vous entendre, peu s’en faut que les Cieux ne se fendent, que la Terre ne s’entrouvre et que les montagnes ne s’écroulent ! [91] Ils attribuent au Miséricordieux un enfant, [92] alors qu’il ne sied nullement au Miséricordieux d’avoir un enfant !
[93] En vérité, tous ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre devront comparaître devant le Miséricordieux, en humbles serviteurs, [94] car Il les a tous recensés et dénombrés un à un. [95] Et au Jour du Jugement dernier, chacun d’eux se présentera seul devant Lui.
[96] Ceux qui auront cru et accompli de bonnes œuvres, le Miséricordieux sera pour eux Plein de sollicitude. [97] Nous avons rendu le Coran facile en te le révélant dans ta propre langue, afin que tu t’en serves pour annoncer la bonne nouvelle à ceux qui craignent le Seigneur et adresser un avertissement aux esprits rebelles. [98] Que de générations avant eux avons-Nous fait périr ! En aperçois-tu un seul individu qui vive encore ou en entends-tu le moindre murmure ?

20. Sourate de Tâ-Hâ (Tâ-Hâ)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tâ – Hâ. [2] Nous t’avons envoyé le Coran non pas pour te rendre malheureux, [3] mais plutôt comme rappel pour celui qui craint le Seigneur [4] et comme révélation émanant de Celui qui a créé la Terre et les Cieux sublimes, [5] le Miséricordieux qui S’est établi sur le Trône, [6] le Souverain des Cieux, de la Terre, des espaces interstellaires et de tout ce qui se trouve dans les profondeurs du sol. [7] Que tu élèves la voix ou non, Il connaît tous les secrets et même les pensées les plus intimes. [8] Il est Dieu ! Il n’y a de divinité que Lui ! Et Il porte les Noms les plus sublimes !
[9] Es-tu au courant de l’histoire de Moïse [10] qui, ayant aperçu un feu, dit à sa famille : « Restez ici ! J’aperçois au loin un feu. Peut-être vous en rapporterai-je un tison ou trouverai-je, à l’aide de ce feu, quelques indications pour me guider dans ma route ? » [11] Et lorsqu’il s’en approcha, une voix l’interpella : « Ô Moïse ! [12] Je suis ton Seigneur. Ôte tes sandales, car tu es dans la vallée sacrée de Tuwâ !
[13] Je t’ai élu. Écoute donc ce qui te sera révélé. [14] En vérité, Je suis Dieu. Il n’y a d’autre dieu que Moi ! Adore-Moi donc et accomplis la prière en souvenir de Moi. [15] Certes, l’Heure doit immanquablement arriver, mais Je tiens à en garder le secret, afin que chaque âme soit rétribuée selon ses mérites. [16] Surtout ne t’en laisse pas détourner par celui qui n’y croit pas et s’abandonne à ses passions, car ce serait ta perte assurée ! [17] Quel est cet objet, Moïse, que tu tiens dans ta main droite ? » [18] – « C’est mon bâton, dit-il, sur lequel je m’appuie, avec lequel j’abats du feuillage pour mes moutons, et que j’emploie à d’autres usages encore. »
[19] Le Seigneur lui dit alors : « Jette-le, ô Moïse ! » [20] Moïse jeta son bâton et vit que celui-ci était devenu un serpent qui rampait ! [21] » Prends-le, lui dit le Seigneur. Ne crains rien ! Nous allons le ramener à son état premier. [22] Maintenant, serre ta main sous ton aisselle ; elle en ressortira toute blanche sans aucun mal, et ce sera là un autre prodige, [23] pour te montrer certains de Nos plus grands signes. [24] Va trouver Pharaon dont l’impiété ne connaît plus de limites ! »
[25] – « Seigneur, dit Moïse, fais cesser l’angoisse qui me serre le cœur ! [26] Facilite ma tâche ! [27] Délie ma langue et débarrasse-la de toute ambiguïté, [28] afin qu’on comprenne ce que je dis ! [29] Donne-moi un assistant pris parmi les miens ; [30] et que ce soit mon frère Aaron ! [31] Fais-en pour moi un soutien, [32] en l’associant à ma mission, [33] afin que, sans cesse, nous Te glorifions [34] et que, sans cesse, nous T’invoquions, [35] car, Seigneur, Tu nous connais si bien ! » [36] Dieu dit alors : « Ta prière est exaucée, ô Moïse ! [37] Nous t’avons déjà favorisé une première fois,
[38] quand Nous avons inspiré à ta mère ce qui suit : [39] “Mets ton fils dans un coffret et laisse ce dernier flotter sur les eaux qui le rejetteront sur le rivage. Là, un ennemi à Moi et à lui le recueillera.” Car, par un effet de Ma bonté, J’avais inspiré aux hommes de l’amitié pour toi, afin que tu fusses élevé sous Ma garde. [40] Puis vint à passer ta sœur qui dit : “Voudriez-vous que je vous indique une personne qui prendra soin de cet enfant ?” Et c’est ainsi que Nous t’avons rendu à ta mère, pour qu’elle se consolât et qu’elle cessât de s’affliger. Puis tu as tué un homme. Nous t’avons alors sauvé des craintes qui t’oppressaient, mais Nous t’avons soumis à de multiples épreuves. Et tu as vécu ensuite durant des années parmi les habitants de Madyan. Puis tu es venu ici, ô Moïse, en vertu d’un arrêt prédestiné ! [41] Je t’ai choisi pour servir Ma cause. [42] Partez, toi et ton frère, munis de Nos signes ; et ne négligez pas de M’invoquer. [43] Allez trouver Pharaon dont l’impiété ne connaît plus de limites. [44] Parlez-lui un langage conciliant ! Peut-être sera-t-il amené à réfléchir ou à Me craindre. »
[45] – « Seigneur, dirent Moïse et son frère, nous craignons qu’il ne se livre à quelques excès ou ne commette quelques brutalités à notre égard. » [46] – « Ne craignez rien, dit le Seigneur, Je serai avec vous pour voir et entendre. [47] Allez donc le voir et dites-lui : “Nous sommes deux envoyés de ton Seigneur. Laisse partir avec nous les fils d’Israël et cesse de les tourmenter. Nous t’apportons un signe de la part de ton Seigneur. Paix à ceux qui suivent le droit chemin ! [48] Il nous a été révélé que ceux qui refusent de croire et tournent le dos à la foi seront châtiés.”«
[49] – « Qui donc est votre Seigneur, ô Moïse ? », demanda Pharaon. [50] – « Notre Seigneur, répondit Moïse, est Celui qui a déterminé la nature propre de chaque créature et lui a montré la voie à suivre. » [51] – « Qu’en est-il alors des premières générations ? », demanda Pharaon.
[52] – « La connaissance de leur sort, dit Moïse, est inscrite dans un livre auprès de mon Seigneur qui n’est sujet ni à l’oubli ni à l’erreur, [53] qui a fait pour vous de la terre un berceau, y a tracé des chemins à votre intention, et qui fait tomber une eau du ciel. » Et c’est par cette eau que Nous faisons éclore des couples de plantes variées [54] en disant aux gens : « Mangez-en et faites paître vos troupeaux ! » Il y a là des signes certains pour des gens doués d’intelligence. [55] Et c’est de la terre que Nous vous avons créés ; c’est à elle que Nous vous ferons retourner et c’est d’elle que Nous vous ferons à nouveau surgir. [56] Nous avons fait voir tous Nos signes à Pharaon, mais il les tint pour mensonges et refusa d’y croire.
[57] » Ô Moïse, dit-il, es-tu venu chez nous pour nous chasser, par ta magie, de notre pays ? [58] Nous allons t’opposer une magie semblable. Fixe donc entre toi et nous un rendez-vous auquel ni toi ni nous ne manquerons, en un lieu convenable. » [59] – « Votre rendez-vous est fixé au jour de la fête, dit Moïse. Que les gens y soient rassemblés dans la matinée. » [60] Pharaon se retira alors. Et après avoir mis au point ses artifices, il vint au rendez-vous. [61] » Malheur à vous, leur dit Moïse, ne forgez pas de mensonges sur le compte de Dieu, sinon Il vous anéantira, car c’est l’échec qui est le lot de tout imposteur. » [62] Les magiciens discutèrent de la stratégie à suivre, mais gardèrent leur concertation secrète ; [63] puis déclarèrent : « Ces deux individus sont sûrement des magiciens qui veulent, par leur magie, vous chasser de votre pays et réduire à néant votre doctrine exemplaire. [64] Rassemblez donc vos artifices ! Serrez les rangs ! Car sera heureux celui qui, en ce jour, triomphera ! »
[65] Et ils ajoutèrent : « Ô Moïse ! Est-ce toi qui jetteras ta magie ou serons-nous les premiers ? » [66] – « Allez-y, vous, les premiers ! », répondit Moïse. Et aussitôt il lui sembla que leurs cordes et leurs bâtons, sous l’effet de leur magie, rampaient réellement ! [67] Moïse en éprouva alors une crainte secrète. [68] » N’aie pas peur, lui dîmes-Nous, c’est toi qui triompheras ! [69] Jette le bâton qui est dans ta main droite ! Il dévorera leurs artifices, car leurs artifices ne sont que des tours de charlatan. Or, jamais le charlatan ne réussira, où qu’il soit ! »
[70] Les magiciens se prosternèrent alors face au sol en disant : « Nous croyons au Seigneur d’Aaron et de Moïse ! » [71] – « Quoi !, dit Pharaon. Vous vous êtes ralliés à Moïse sans prendre mon accord ? C’est sans doute lui votre chef qui vous a enseigné la magie. Je vais vous faire couper les mains et les pieds en ordre croisé et vous faire crucifier sur des troncs de palmier. Et vous saurez alors qui de nous dispose du châtiment le plus sévère et le plus durable ! » [72] – « Jamais, répliquèrent les magiciens, nous ne te préférerons à ce qui nous est parvenu comme preuves évidentes ni à Celui qui nous a créés. Prends donc la décision que tu veux prendre ! Tu ne peux décider que des choses de ce bas monde. [73] Oui, nous croyons en notre Seigneur, afin qu’Il nous pardonne nos erreurs ainsi que la pratique de la magie à laquelle tu nous as contraints, car Dieu est Meilleur et Éternel. »
[74] En vérité, celui qui se présentera devant son Dieu chargé de crimes aura pour récompense la Géhenne, où il demeurera entre la vie et la mort. [75] Mais ceux qui se présenteront devant Lui en croyants et qui auront accompli des œuvres pies, ceux-là accèderont aux plus hauts rangs [76] des jardins d’Éden, sous lesquels coulent des rivières et où leur séjour sera éternel. Telle est la récompense réservée à ceux qui se seront purifiés de leurs péchés.
[77] Nous révélâmes alors à Moïse : « Pars de nuit avec Mes serviteurs ! Fraye-leur un passage à sec dans la mer sans craindre d’être rejoints et sans éprouver aucune inquiétude ! » [78] Pharaon se lança à leur poursuite avec son armée. Mais ils furent tous submergés par les flots. [79] Et c’est ainsi que Pharaon causa la perte de son peuple au lieu de le conduire dans le droit chemin.
[80] Ô fils d’Israël ! Nous vous avons délivrés de votre ennemi et Nous vous avons donné rendez-vous sur le versant droit du mont Sinaï et fait descendre sur vous la manne et les cailles. [81] » Mangez de ces aliments délicieux que Nous vous offrons, et évitez tout excès de peur d’encourir Ma colère, car quiconque encourt Ma colère sera perdu sans retour ! » [82] En vérité, Je suis toute indulgence pour celui qui se repent, croit en Moi, pratique le bien et suit le droit chemin.
[83] » Pourquoi, Moïse, t’es-tu hâté de t’éloigner de ton peuple ? » [84] – « Ils suivent mes pas, dit Moïse. Je me suis hâté vers Toi, Seigneur, pour que Tu sois satisfait de moi. » [85] Le Seigneur dit alors : « Nous avons mis à l’épreuve ton peuple, après ton départ, et le Samaritain les a égarés. » [86] Courroucé et plein d’amertume, Moïse revint vers son peuple : « Ô mon peuple, s’écria-t-il, votre Seigneur ne vous a-t-Il pas fait une belle promesse ? Avez-vous trouvé cette promesse trop longue à se réaliser ? Ou avez-vous voulu que la colère de Dieu s’abatte sur vous, pour avoir trahi votre engagement envers moi ? » [87] – « Nous n’avons pas manqué à notre engagement envers toi, répondirent-ils, de notre propre gré. Mais on nous a fait porter des charges de bijoux appartenant au peuple de Pharaon. Nous les avons jetées au feu ; le Samaritain en a fait de même, [88] et il leur a fait sortir des flammes un veau sous forme d’un corps mugissant. Et aussitôt l’assistance s’est mis à crier : “Voilà votre dieu et celui de Moïse qui l’a tout simplement oublié !”« [89] Quoi ! Ne voyaient-ils pas que ce veau était incapable de leur répondre et qu’il ne pouvait ni leur nuire ni leur être utile ?
[90] Pourtant, Aaron leur avait bien dit auparavant : « Ô mon peuple ! Ce veau n’est qu’une tentation pour vous, car votre vrai Seigneur est le Miséricordieux. Suivez-moi et obéissez à mes ordres ! » [91] – « Nous ne cesserons pas de l’adorer, avaient-ils répliqué, tant que Moïse ne sera pas de retour parmi nous ! » [92] Dès son retour, Moïse s’adressa à son frère : « Ô Aaron ! Qui t’a empêché, lorsque tu les as vus prendre le chemin de l’erreur, [93] de me rejoindre ? Est-ce par désobéissance à mes ordres ? » [94] – « Ô fils de ma mère, dit Aaron, ne me prends ni par la barbe ni par la tête. J’ai simplement craint que tu ne m’accuses d’avoir jeté la discorde entre les fils d’Israël et de n’avoir pas observé tes recommandations. »
[95] – « Et toi, Samaritain, dit Moïse, quelle raison t’a poussé à agir ainsi ? » [96] – « J’ai vu, dit-il, ce qu’ils n’ont pas vu ; j’ai alors pris une poignée de la trace de l’Envoyé et je l’ai jetée selon ce que mon âme m’a suggéré. » [97] – « Va-t’en, lui dit Moïse. Ton lot dans cette vie sera de dire à quiconque te rencontrera : “Ne me touche pas !”, sans parler du rendez-vous qui t’est fixé pour l’autre monde et auquel rien ne pourra te soustraire. Considère ton dieu que tu as tant adoré avec assiduité. Nous allons le brûler en totalité et en éparpiller les cendres dans la mer. [98] En vérité, votre Dieu est Dieu l’Unique, en dehors de qui il n’y a point de divinité. Il embrasse de Sa science toute chose. »
[99] Ainsi, Nous te contons certains récits des temps révolus et c’est bien un rappel de Notre part que Nous t’apportons. [100] Ceux qui s’en détournent comparaîtront au Jour de la Résurrection chargés d’un lourd fardeau [101] qu’ils auront à supporter éternellement. Et quelle pénible charge sera la leur le Jour de la Résurrection ! [102] Le jour où la Trompette sonnera, Nous rassemblerons les coupables qui, les yeux cernés de peur, [103] chuchoteront entre eux : « Vous n’êtes restés sur Terre que dix jours ! » [104] Et Nous comprenons parfaitement ce que voudront dire les plus sensés d’entre eux quand ils répliqueront : « En réalité, vous n’y êtes restés qu’un seul jour ! »
[105] Ils t’interrogeront sur les montagnes. Dis-leur : « Mon Seigneur les réduira en poussière, [106] et ne laissera à leur place qu’un bas-fond aplani [107] où on ne verra plus ni ondulations ni reliefs. » [108] Ce jour-là, les hommes suivront sans détour l’appel du héraut. Et les voix se feront basses devant le Miséricordieux. On n’entendra plus que des chuchotements. [109] Ce jour-là, aucune intercession ne sera acceptée, à moins qu’elle n’émane de ceux que le Miséricordieux aura autorisés et dont Il aura agréé la parole. [110] Dieu embrasse de Sa science le passé et l’avenir des hommes, alors que la science de ces derniers ne peut Le concevoir.
[111] Et les fronts se courberont tout bas devant l’Éternel, l’Immuable. Malheur donc à ceux qui se présenteront chargés d’iniquité ! [112] Celui qui aura pratiqué le bien, en étant croyant, n’aura à craindre ni injustice ni frustration. [113] C’est ainsi que Nous avons révélé ce Coran en langue arabe, en y multipliant les menaces, afin de susciter chez les hommes la crainte de Dieu ou de les pousser à en méditer le sens.
[114] Gloire à Dieu, le Souverain, l’Authentique ! Ne te hâte pas de répéter les versets du Coran, avant que leur révélation ne soit achevée ! Dis plutôt : « Seigneur, donne-moi encore plus de savoir ! »
[115] Nous avions fait une recommandation à Adam avant sa chute, mais il ne l’a pas observée, faisant ainsi preuve d’un manque total de résolution. [116] Lorsque Nous ordonnâmes aux anges de se prosterner devant Adam, ils se prosternèrent tous, sauf Satan qui s’y refusa. [117] Nous dîmes alors : « Ô Adam ! Cet être est un ennemi pour toi et pour ton épouse. Prenez garde qu’il ne vous fasse chasser du Paradis, car ce serait un grand malheur pour toi. [118] Au Paradis, tu ne connaîtras ni la faim ni la nudité. [119] Tu n’y souffriras ni de la soif ni de l’ardeur du soleil. » [120] Mais Satan le tenta en lui disant : « Ô Adam ! Veux-tu que je te montre l’arbre de l’immortalité et un royaume impérissable ? » [121] Adam et Ève mangèrent alors du fruit défendu et aussitôt leur apparut leur nudité qu’ils essayèrent de cacher avec le feuillage du Paradis. Adam désobéit ainsi à son Seigneur et se trouva égaré. [122] Puis son Seigneur le ramena à Lui, accepta son repentir et le remit sur le droit chemin. [123] » Quittez tous ces lieux, dit le Seigneur, vous serez ennemis les uns des autres. Attendez-vous à recevoir Mes directives. Celui qui les suivra ne sera ni égaré ni malheureux, [124] tandis que celui qui s’en détournera mènera une vie pleine d’amertume et sera frappé de cécité, lorsque Nous le ressusciterons, le Jour du Jugement dernier. » [125] – « Seigneur, dira-t-il, pourquoi m’as-Tu ressuscité aveugle alors que sur Terre je voyais ? »
[126] – « Il en est ainsi, lui dira le Seigneur. Nous t’avons bien envoyé Nos preuves et tu les as négligées ; eh bien, c’est ton tour, à toi d’être négligé ! » [127] C’est ainsi que Nous rétribuons celui qui aura commis des excès et n’aura pas cru aux signes de son Seigneur. Certes, le châtiment de la vie future est plus terrible encore et plus durable. [128] N’ont-ils pas été suffisamment édifiés par les nombreuses générations que Nous avions déjà fait périr avant eux et dont ils foulent aujourd’hui l’endroit où s’élevaient leurs demeures ? N’y a-t-il pas là des signes pour des hommes doués d’intelligence ? [129] N’eussent été un arrêt déjà pris et un terme déjà fixé par ton Seigneur, leur supplice eût été immédiat.
[130] Supporte patiemment leurs propos ! Célèbre les louanges de ton Seigneur avant le lever et le coucher du soleil ! Glorifie-Le au cours de la nuit ainsi qu’aux extrémités de la journée ! Peut-être seras-tu agréé. [131] Ne porte pas tes regards vers les jouissances éphémères que Nous avons accordées à certains groupes d’entre eux. Ce n’est là que le vain clinquant de ce monde, destiné à les mettre à l’épreuve. Mais les biens que ton Seigneur te réserve sont meilleurs et plus durables. [132] Recommande la salât à ta famille ! Et toi-même, persévère dans la salât ! Nous ne te réclamons aucun bien, c’est Nous qui t’en accorderons. Le meilleur destin est réservé aux gens pieux.
[133] Les négateurs disent : « Que ne nous montre-t-il un miracle de la part de son Seigneur ? » Mais n’ont-ils pas déjà reçu une preuve évidente dans les Écritures antérieures ? [134] Si Nous avions laissé s’abattre sur eux Notre châtiment avant de leur révéler ce Coran, ils n’auraient pas manqué de dire : « Seigneur ! Que ne nous as-Tu envoyé un prophète ? Nous aurions alors suivi Tes enseignements au lieu de tomber dans l’opprobre et l’avilissement. » [135] Réponds-leur : « Nous sommes tous dans l’attente. Attendez donc, vous aussi, et vous saurez bientôt ceux qui sont les bien-guidés et qui sont sur la bonne voie. »

21. Sourate des Prophètes (Al-Anbiyâ’)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Le jour où les hommes auront à rendre compte approche ; et, cependant, plongés dans leur insouciance, ils s’en détournent. [2] Aucun nouveau rappel ne leur parvient de leur Seigneur qu’ils ne l’écoutent d’un air amusé [3] et d’un cœur distrait. Et les injustes se disent en secret : « Qu’est-il, celui-là, sinon un mortel comme vous ? Allez-vous tomber sous le coup de la magie, en pleine connaissance de cause ? » [4] Et le Prophète de dire : « Mon Seigneur sait ce qui se dit dans le Ciel et sur la Terre. Il est Celui qui entend tout et qui sait tout. » [5] – « Ce Coran, disent-ils, n’est qu’un amas de rêveries ! Ou c’est plutôt lui qui l’a forgé ! Ou il s’agit plutôt de l’œuvre d’un poète ! Qu’il produise donc devant nous un signe miraculeux, comme celui dont furent chargés les premiers envoyés ! »
[6] Pas une seule cité parmi celles que Nous avons anéanties avant eux n’avait cru à la vue des miracles. Y croiront-ils, eux, s’ils les voyaient ? [7] Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes à qui nous faisions des révélations. Interrogez là-dessus les gens de l’Écriture, si vous l’ignorez ! [8] Et Nous n’en avons pas fait des corps pouvant se passer de nourriture ou des êtres immortels. [9] Puis Nous avons tenu envers eux Notre promesse en les sauvant, eux et ceux qu’il Nous a plu de sauver, et en anéantissant les transgresseurs. [10] En vérité, Nous vous révélons un Livre qui constitue un rappel pour vous. Finirez-vous par le comprendre ?
[11] Que de cités rebelles n’avons-Nous pas fait périr, pour les remplacer par des communautés nouvelles ! [12] Dès qu’ils sentirent la rigueur de Notre châtiment, ils s’enfuirent de leurs villes. [13] » Ne fuyez pas, leur fut-il dit. Revenez à votre vie de luxe et à vos demeures. Peut-être serez-vous interrogés. » [14] » Malheur à nous, s’écriaient-ils. Nous avons été vraiment injustes ! » [15] Et leurs lamentations ne cessèrent que lorsque Nous les eûmes réduits à l’état d’un champ fauché et sans vie.
[16] Nous n’avons pas créé le Ciel, la Terre et les espaces interstellaires, pour Nous divertir. [17] Si Nous avions désiré un divertissement, Nous l’aurions trouvé auprès de Nous-même, si toutefois Nous l’avions vraiment désiré. [18] Bien au contraire, Nous lançons la Vérité contre le faux pour le faire disparaître, et effectivement le faux ne tarde pas à s’évanouir. Malheur donc à vous pour vos allégations mensongères ! [19] À Lui appartiennent ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre ; et ceux qui se tiennent auprès de Lui ne ressentent en L’adorant ni arrogance ni lassitude. [20] Aussi Le glorifient-ils nuit et jour, sans relâche. [21] Ont-ils tiré de la terre des divinités capables de ressusciter les morts ? [22] Or, s’il y avait d’autres divinités que Dieu dans les Cieux et sur la Terre, la marche de ces derniers aurait été gravement compromise. Gloire donc à Dieu, Maître du Trône, qui est au-dessus de leurs allégations mensongères ! [23] Il n’a pas de compte à rendre de ce qu’Il fait, mais les hommes devront Lui rendre compte de leurs actes.
[24] Ont-ils pris d’autres divinités que Dieu ? Dis-leur : « Quelle preuve avez-vous que ce sont bien des divinités ? Référez-vous plutôt au rappel qui a été adressé à ceux qui sont avec moi et à cet autre rappel qui a été adressé à ceux qui m’ont devancé ! » Mais la plupart d’entre eux ne connaissent pas la vérité et s’en écartent délibérément.
[25] Nous n’avons envoyé avant toi aucun prophète à qui il n’ait été révélé qu’il n’y a point d’autre divinité que Moi et que c’est Moi que vous devez adorer. [26] » Le Miséricordieux S’est donné des enfants ! », disent les polythéistes. Gloire à Lui ! Les anges ne sont que Ses serviteurs honorés, [27] qui ne devancent jamais Ses décisions et agissent constamment sur Ses ordres. [28] Dieu connaît leur passé et leur avenir. Ils n’intercèdent qu’en faveur de ceux qu’Il a déjà agréés, et ils tremblent de crainte devant Lui.
[29] Et quiconque d’entre eux dirait : « Je suis un dieu en dehors de Lui ! », Nous lui donnerions la Géhenne pour récompense, car c’est ainsi que Nous récompensons les rebelles. [30] Les infidèles ne savent-ils pas que les Cieux et la Terre formaient à l’origine une masse compacte que Nous avons ensuite disloquée, et que Nous avons tiré toute matière vivante de l’eau ? Se décideront-ils à croire enfin ? [31] Nous avons fixé solidement des montagnes dans la terre, afin qu’elle ne branle pas sous leurs pieds. Et Nous y avons aménagé des défilés servant de chemins, afin qu’ils puissent facilement y circuler. [32] Et du firmament Nous avons fait une voûte inexpugnable. Et cependant ils demeurent insensibles à toutes ses merveilles. [33] C’est Lui qui a créé la nuit et le jour, le Soleil et la Lune, chacun voguant dans une orbite bien déterminée.
[34] Nous n’avons accordé l’immortalité à aucun être humain avant toi. Est-ce qu’ils croient qu’après ta mort ils seront, eux, immortels ? [35] Toute âme goûtera la mort. Nous vous éprouvons par le mal et par le bien à titre de tentation, et c’est à Nous que vous ferez retour.
[36] Dès que les infidèles t’aperçoivent, ils s’empressent de te tourner en dérision : « Est-ce cet homme-là qui médit de vos divinités ? », alors qu’ils nient, eux, tout rappel du Tout-Clément. [37] L’homme a été créé impatient par nature. Je vous montrerai le moment venu Mes signes. Modérez donc votre impatience ! [38] » À quand cette menace, insistent-ils, si vous êtes sincères ? » [39] Ah ! Si les négateurs pouvaient entrevoir le moment où ils ne pourront plus protéger ni leurs visages ni leurs dos des flammes de l’Enfer, et où ils seront privés de tout secours ! [40] L’Heure les saisira à l’improviste et les plongera dans la stupeur, sans qu’ils puissent l’éloigner ou en obtenir le report. [41] D’autres prophètes, avant toi, ont été tournés en dérision ; mais les railleurs ont été cernés de toutes parts par cela même dont ils se moquaient.
[42] Dis-leur : « Qui peut vous protéger, de nuit et de jour, des rigueurs du Miséricordieux ? » Mais rien n’y fait ! Ils demeurent insensibles au rappel de leur Seigneur. [43] Ont-ils donc, en dehors de Nous, des divinités capables de les protéger ? Mais celles-ci ne sauraient ni se protéger elles-mêmes ni se faire assister contre Nos rigueurs.
[44] La vérité, c’est que Nous avons permis à ces gens-là et à leurs ancêtres de jouir par trop longtemps des biens de ce monde. Or, n’ont-ils pas remarqué que Nous portons Notre action sur la Terre et que Nous en réduisons les limites de toutes parts ? Sont-ils donc, eux, les plus forts ?
[45] Dis-leur : « Je ne fais que vous avertir par ce qui m’est révélé. » Mais les sourds n’entendent point les appels quand on les avertit. [46] Qu’un souffle du châtiment de ton Seigneur les effleure, et les voilà qui crient : « Malheur à nous ! Nous avons été vraiment coupables ! »
[47] Au Jour de la Résurrection, Nous dresserons des balances d’une extrême sensibilité, de manière à ce que nul ne soit lésé, fût-ce du poids d’un grain de sénevé, car tout entrera en compte, et les comptes que Nous établissons sont infaillibles.
[48] Nous avons déjà donné à Moïse et à Aaron le Livre du discernement qui est à la fois lumière et guide pour les gens pieux, [49] qui craignent leur Seigneur dans le secret de leurs cœurs et qui tremblent à la pensée de l’Heure. [50] Et voilà à présent le Coran qui est un rappel béni révélé à votre intention. Allez-vous donc le renier ?
[51] Nous avions auparavant indiqué à Abraham la bonne voie, car Nous savions qu’il en était digne. [52] C’est ainsi qu’il dit un jour à son père et à son peuple : « Que signifient ces statues auxquelles vous montrez tant d’attachement ? » [53] – « Nous avons trouvé, répondirent-ils, nos ancêtres attachés à leur culte ! » [54] – « Vous étiez assurément, répliqua Abraham, vous et vos ancêtres, dans un égarement évident. » [55] – « Es-tu venu nous apporter la vérité, dirent-ils, ou est-ce une plaisanterie de ta part ? » [56] – « Bien au contraire, répondit Abraham, votre Dieu est le Maître des Cieux et de la Terre ! C’est Lui qui les a créés et je suis de ceux qui peuvent en témoigner ! » [57] » Par Dieu, se dit-il, je jouerai un mauvais tour à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné ! »
[58] Et, effectivement, il les mit en pièces et n’épargna que la plus grande statue, pensant que les idolâtres s’en prendraient à elle. [59] » Qui a osé commettre ce sacrilège à l’encontre de nos dieux ? Ce ne peut être qu’un criminel ! », dirent-ils. [60] – « Nous avons entendu, dirent certains d’entre eux, un jeune homme médire de nos dieux ; il s’appelle Abraham. » [61] – « Amenez-le devant la foule, cria-t-on, pour qu’elle apporte son témoignage contre lui ! » [62] – « Est-ce toi, Abraham, lui demandèrent-ils, qui as fait cela de nos dieux ? » [63] – « C’est le plus grand d’entre eux que voici qui l’a fait, répondit-il. Interrogez-les donc, si toutefois ils peuvent parler ! »
[64] Alors, s’étant concertés, ils se dirent : « Après tout, c’est nous qui étions dans l’erreur ! » [65] Puis, changeant brusquement d’avis, ils dirent à Abraham : « Tu sais bien que les idoles ne parlent pas ! » [66] – « Comment pouvez-vous alors, répliqua Abraham, adorer en dehors de Dieu des divinités qui ne peuvent ni vous être utiles ni vous nuire ? [67] Fi de vous et de ce que vous adorez en dehors de Dieu ! N’êtes-vous donc pas raisonnables ? » [68] – « Jetez-le au feu, s’écrièrent les idolâtres. Faites triompher vos dieux, si vous avez la volonté de les défendre ! »
[69] Nous dîmes alors : « Ô feu ! Sois pour Abraham d’une fraîcheur salutaire ! » [70] Ils voulaient la perte d’Abraham, mais c’est d’eux que Nous fîmes les plus grands perdants. [71] Nous le sauvâmes, ainsi que Loth, en les conduisant vers une terre que Nous avons bénie pour les hommes. [72] Nous lui donnâmes comme fils Isaac et de surcroît Jacob, et Nous en fîmes deux hommes vertueux.
[73] Et Nous en avons fait des dirigeants pour guider les hommes selon Nos ordres, et Nous leur avons inspiré la pratique du bien, l’accomplissement de la salât et l’acquittement de la zakât. Ce furent pour Nous de fidèles serviteurs. [74] Quant à Loth, Nous lui avons donné la sagesse et le savoir, et Nous l’avons sauvé de la cité où se pratiquait le vice et dont les habitants étaient malfaisants et pervers. [75] Et Nous l’avons admis dans le sein de Notre miséricorde, car c’était un homme de bien.
[76] Souviens-toi de Noé quand il lança autrefois son appel. Nous l’exauçâmes et le sauvâmes, lui et sa famille, du terrible cataclysme. [77] Nous l’avons délivré du peuple qui traitait Nos signes de mensonges. C’était un peuple de gens pervers que Nous fîmes tous engloutir.
[78] Souviens-toi aussi de David et de Salomon quand ils ont eu à rendre un jugement au sujet d’un champ cultivé que des ovins avaient saccagé de nuit. Nous avons été Témoin de leur jugement, [79] et avons inspiré à Salomon la bonne solution du litige, car à tous deux Nous avions donné la sagesse et le savoir ; de même que Nous avons assujetti les montagnes et les oiseaux à chanter avec David Nos louanges. Et c’est Nous qui en sommes l’Auteur. [80] Nous avons aussi appris à David l’art de fabriquer des cuirasses pour vous protéger contre votre propre violence. En êtes-vous reconnaissants ? [81] Nous avons également soumis à Salomon le vent impétueux, afin qu’il souffle, par son ordre, sur la terre que Nous avons bénie, car Notre science embrasse toute chose.
[82] Et parmi les démons, certains exploraient pour lui les fonds des mers, et exécutaient bien d’autres travaux encore, pendant que Nous assurions leur sauvegarde.
[83] Souviens-toi de Job quand il adressa à son Seigneur cette prière : « Le mal dont je suis atteint me fait souffrir. Mais Toi, Tu es le plus Miséricordieux de tous les miséricordieux ! » [84] Nous l’avons exaucé ; Nous l’avons délivré du mal dont il souffrait et Nous lui avons rendu sa famille doublement accrue, par un effet de Notre grâce, à titre d’exemple pour Nos serviteurs.
[85] Citons aussi Ismaël, Idrîs et Dhû-l-Kifl, qui avaient tous fait preuve d’endurance ; [86] et que Nous avons fait entrer en Notre grâce, car ils étaient tous des hommes vertueux.
[87] Rappelle-toi Jonas, qui avait quitté son peuple dans un moment de colère, pensant que Nous n’allions pas l’éprouver. Puis il lança, du fond des ténèbres, l’appel que voici : « Il n’y a point de Dieu que Toi ! Que Ton Nom soit exalté ! J’ai été vraiment du nombre des injustes ! » [88] Nous l’avons exaucé et délivré de ses angoisses. Et c’est ainsi que Nous sauvons les croyants.
[89] Et Zacharie aussi avait adressé à son Seigneur cette prière : « Seigneur ! Ne me laisse pas sans descendance, bien que Tu sois le Meilleur des héritiers ! » [90] Nous l’exauçâmes également, lui donnâmes Jean pour fils en rendant à sa femme sa fécondité. Ce sont des gens qui s’empressaient de faire le bien, Nous invoquaient par amour et par crainte et faisaient preuve d’humilité devant Nous.
[91] Rappelle-toi enfin celle qui avait préservé sa chasteté, et en qui Nous avons soufflé de Notre esprit, faisant d’elle ainsi que de son fils un miracle pour l’Univers.
[92] Certes, cette communauté religieuse, qui est la vôtre, est une seule et même communauté, et c’est Moi votre Seigneur que vous devez adorer. [93] Cependant, les hommes ont brisé les liens religieux qui les unissaient. Mais quoi qu’il en soit, c’est vers Nous qu’ils feront tous retour. [94] Et quiconque, tout en étant croyant, aura accompli de bonnes œuvres, ses efforts ne seront point méconnus, car c’est à son actif que Nous porterons toutes ses bonnes actions.
[95] Il est inconcevable que les habitants d’une cité que Nous avons fait périr puissent revenir à la vie d’ici-bas, [96] avant que ne soient libérés les Yâjûj et les Mâjûj, et qu’ils ne déferlent en masse de toutes les hauteurs. [97] C’est alors que la promesse de Dieu sera près de s’accomplir, et que les regards des infidèles seront figés de stupeur. « Malheur à nous, s’écriront-ils. Nous vivions dans l’insouciance, ou plutôt nous étions de vrais coupables ! »
[98] En vérité, vous serez, vous et les idoles que vous adoriez en dehors de Dieu, jetés en pâture à l’Enfer, où vous serez tous précipités. [99] Et si vos divinités étaient de véritables dieux, elles ne seraient pas précipitées dans l’Enfer, où vous êtes tous appelés à vous éterniser. [100] Ils y pousseront des gémissements sans pouvoir eux-mêmes rien entendre. [101] Mais ceux qui auront, auparavant, bénéficié de Notre faveur seront bien à l’abri d’un tel sort.
[102] Ils n’entendront point les vacarmes de la Géhenne, et de ce qu’ils désirent, leur jouissance sera éternelle ; [103] de même que la grande terreur ne les affligera point et les anges les accueilleront par ces mots : « Voici le jour qui vous a été promis ! »
[104] Et ce jour-là, Nous plierons le ciel, comme plie le scribe un parchemin. Et de même que Nous avons procédé à la première Création, de même Nous la recommencerons. C’est une promesse que Nous Nous sommes faite, et Nous l’accomplirons. [105] Nous avons certes écrit dans les Psaumes, après l’avoir gravé dans le Livre céleste, que la Terre serait l’héritage de Nos bons serviteurs. [106] Il y a en cela suffisamment d’enseignements pour des gens qui adorent le Seigneur.
[107] Ô Muhammad ! Nous ne t’avons envoyé que comme miséricorde pour l’Univers. [108] Dis : « Il m’a été seulement révélé que votre Dieu est un Dieu Unique. Êtes-vous disposés à vous soumettre à Lui ? » [109] Mais s’ils tournent le dos, dis-leur : « Je vous ai tous avertis en toute équité, mais j’ignore si ce qui vous est promis est proche ou lointain. [110] Dieu sait ce que vous dites à haute voix et ce que vous dissimulez. [111] Mais j’ignore si ce délai qui vous est accordé constitue une tentation pour vous ou une occasion de jouir encore un laps de temps de la vie. » [112] Et le Prophète de dire : « Seigneur, décide entre nous, en toute équité ! C’est de notre Seigneur, le Miséricordieux, que nous implorons assistance contre vos assertions mensongères ! »

22. Sourate du Pèlerinage (Al- Hajj)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô hommes ! Craignez votre Seigneur, car le tremblement de l’Heure dernière sera quelque chose de terrifiant ! [2] Le jour où il se produira, toute nourrice oubliera son nourrisson, toute femelle enceinte enfantera avant terme et les hommes donneront l’impression d’être ivres, bien qu’ils ne le soient pas, car le châtiment de Dieu sera terrible. [3] Tel, parmi les hommes, discute au sujet de Dieu sans détenir la moindre connaissance, et se laisse entraîner par tout démon rebelle, [4] prédestiné à égarer quiconque le prend pour allié, et à le conduire au supplice de l’Enfer.
[5] Ô hommes ! Si vous êtes dans le doute au sujet de la Résurrection, sachez que c’est Nous qui vous avons tirés de terre, puis d’une goutte de sperme, puis d’une adhérence, puis d’un embryon dont une partie est déjà formée et une autre non encore formée. C’est ainsi que Nous vous donnons une idée de Notre puissance. Nous maintenons dans les matrices ce que Nous voulons jusqu’au terme fixé, pour vous en faire ensuite sortir à l’état de bébé, et vous atteindrez ainsi plus tard votre maturité. Il en est parmi vous qui meurent encore jeunes, tandis que d’autres arrivent jusqu’à l’âge de la décrépitude au point de ne plus se souvenir de ce qu’ils savaient. Ne vois-tu pas aussi comment la terre desséchée reprend vie, dès que Nous l’arrosons de pluie, pour se gonfler et se couvrir de toutes sortes de couples de plantes luxuriantes ?
[6] Il en est ainsi, parce que Dieu est la Vérité même, qu’Il est Celui qui rend la vie aux morts, que Sa puissance s’étend sur toute chose, [7] que l’Heure viendra, sans nul doute, et que Dieu ressuscitera ceux qui sont dans les tombes.
[8] Tel, parmi les hommes, discute de Dieu sans aucune connaissance, sans direction et sans livre pour éclairer sa lanterne, [9] en affichant une attitude orgueilleuse pour éloigner ses semblables de la Voie du Seigneur. L’opprobre couvrira cet individu en ce monde, puis Nous lui ferons goûter, au Jour de la Résurrection, le supplice de l’Enfer. [10] » Voilà le prix des actes que tu as accomplis sur Terre ! », lui sera-t-il dit, car Dieu ne Se montre jamais injuste envers Ses créatures.
[11] Tel autre, parmi les hommes, adore Dieu d’une manière indécise. S’il lui arrive quelque bien, il en jouit avec quiétude, mais s’il est atteint par la moindre épreuve, il fait aussitôt volte-face, causant ainsi sa perte dans cette vie et dans la vie future. Et c’est là une perte irréparable ! [12] Il invoque en dehors de Dieu ce qui ne peut lui être ni nuisible ni utile. Et c’est là le comble de l’égarement ! [13] Il invoque celui qui lui est plus nuisible qu’utile. Quel détestable patron et quel détestable compagnon !
[14] Certes, Dieu fera entrer dans les Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux ceux qui croient et font de bonnes actions, car la volonté de Dieu doit toujours s’accomplir. [15] Que celui qui pense que Dieu ne secourra pas Son Prophète, ni en ce monde ni dans la vie future, se pende à une corde haut placée et qu’il tente de la couper. Il verra alors si ce moyen est de nature à dissiper ses rancœurs.
[16] C’est ainsi que Nous avons révélé ce Coran en versets évidents, et Dieu guide qui Il veut. [17] Certes, ceux qui croient, ceux qui pratiquent le judaïsme ainsi que les sabéens, les chrétiens, les zoroastriens et les polythéistes, Dieu les départagera le Jour de la Résurrection, car Il est Témoin de toute chose. [18] Ne vois-tu pas que devant Dieu se prosternent tous ceux qui sont dans les Cieux, tous ceux qui sont sur la Terre, ainsi que le Soleil, la Lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux et une grande partie des hommes ? Mais le châtiment sera le lot de beaucoup parmi ces derniers. Et celui que Dieu déshonore, nul ne saurait le réhabiliter, car la volonté de Dieu doit toujours s’accomplir.
[19] Voici deux clans adverses qui disputent au sujet de leur Seigneur. Les négateurs recevront des vêtements de feu, et il leur sera versé sur la tête un liquide bouillant [20] qui fera fondre leurs entrailles et leur peau, [21] pendant que des massues de fer seront préparées à leur intention. [22] Et toutes les fois que, transis de douleur, ils tenteront de s’en évader, on les y ramènera et on leur dira : « Goûtez donc le supplice de l’Enfer ! » [23] Quant à ceux qui croient et font des œuvres pies, Dieu les admettra dans des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, et ils seront ornés de parures d’or et de perles, et de soie vêtus.
[24] Ils auront été ainsi initiés à la bonne parole et guidés vers la Voie du Digne des louanges. [25] Mais les négateurs qui s’emploient à éloigner leurs semblables de la Voie de Dieu et du Temple sacré que Nous avons établi pour tous les hommes, aussi bien pour les résidents que pour ceux qui sont de passage, ainsi que quiconque s’avise d’y commettre un sacrilège par méchanceté, Nous leur ferons goûter un châtiment douloureux.
[26] Rappelle-toi que, lorsque Nous avons installé Abraham sur l’emplacement du Temple, Nous lui dîmes : « Ne Me donne aucun associé ! Veille à conserver Mon Temple en état de pureté pour ceux qui viennent y accomplir les tours rituels, ou y faire leurs dévotions, debout, agenouillés ou prosternés ! [27] Appelle les hommes au pèlerinage hajj ! Ils répondront à ton appel, à pied et sur toute monture, venant des contrées les plus éloignées, [28] pour participer aux bienfaits du pèlerinage et invoquer le Nom du Seigneur aux jours fixés, en immolant la bête prise sur le bétail que Dieu leur a accordé. Mangez-en vous-mêmes et donnez-en à manger aux pauvres démunis. [29] Puis qu’ils se délient de leurs interdits, accomplissent leurs vœux et effectuent autour du Temple antique les circuits rituels. »
[30] C’est ainsi qu’il faut agir. Quiconque respecte ces institutions sacrées en sera récompensé auprès du Seigneur. La chair du bétail vous est permise, à l’exception des interdictions qui vous ont déjà été désignées. Évitez la souillure des idoles, évitez les propos mensongers !
[31] Soyez des monothéistes sincères et ne prêtez aucun associé au Seigneur, car celui qui Lui donne des associés est comme quelqu’un qui, précipité du ciel, se trouve disputé par des oiseaux de proie ou emporté par le vent vers un abîme sans fond. [32] Ainsi en est-il. Se montrer respectueux des rites institués par Dieu est un acte qui s’inspire de la piété du cœur. [33] Libre à vous d’en tirer profit jusqu’au terme fixé. Puis leur immolation aura lieu auprès du Temple antique. [34] À chaque communauté, Nous avons assigné un rite sacrificiel, afin que ses membres invoquent le Nom de Dieu sur les bêtes prélevées sur le cheptel qu’Il leur a attribué. Votre Dieu est un Dieu Unique. Soumettez-vous donc à Lui. Et toi, Prophète, fais bonne annonce aux humbles [35] dont les cœurs frémissent quand le Nom de Dieu est prononcé, qui se montrent patients face à l’épreuve, qui s’acquittent de la salât et qui donnent en aumône une partie de ce que Nous leur avons accordé.
[36] Nous avons désigné, à votre intention, les chameaux pour servir dans les rites sacrificiels. Et c’est là une décision bénéfique pour vous. Invoquez le Nom de Dieu sur ceux qui sont prêts à être sacrifiés. Et une fois que la bête est abattue, vous pourrez vous nourrir de sa chair et en distribuer aux nécessiteux discrets et aux pauvres mendiants. C’est dans ce but que Nous vous avons assujetti ces animaux. Peut-être en serez-vous reconnaissants. [37] Ni la chair ni le sang de ces animaux n’ont d’importance pour Dieu. Seule compte pour Lui votre piété. Aussi a-t-Il mis ces animaux à votre service, afin que vous Le glorifiiez pour vous avoir dirigés sur le droit chemin. Prophète ! Annonce à ceux qui font le bien [38] que Dieu prendra toujours la défense de ceux qui ont la foi, car Dieu n’aime pas les traîtres ingrats.
[39] Toute autorisation de se défendre est donnée aux victimes d’une agression, qui ont été injustement opprimées, et Dieu a tout pouvoir pour les secourir. [40] Tel est le cas de ceux qui ont été injustement chassés de leurs foyers uniquement pour avoir dit : « Notre Seigneur est Dieu ! » Si Dieu ne repoussait pas certains peuples par d’autres, des ermitages auraient été démolis, ainsi que des synagogues, des oratoires et des mosquées où le Nom de Dieu est souvent invoqué. Dieu assistera assurément ceux qui aident au triomphe de Sa Cause, car la force et la puissance de Dieu n’ont point de limite. [41] Dieu prêtera assistance à ceux qui, une fois leur position consolidée, accompliront la salât, s’acquitteront de la zakât, ordonneront le Bien et dénonceront le Mal. En définitive, c’est à Dieu qu’appartient l’issue de toute chose.
[42] Si les impies te traitent d’imposteur, sache qu’avant eux le peuple de Noé, les `Âd, les Thamûd, [43] le peuple d’Abraham, le peuple de Loth, [44] les gens de Madyan avaient eux aussi crié au mensonge. De même que Moïse fut traité de menteur. J’ai accordé aux impies un long délai ; puis J’ai sévi contre eux. Et quel ne fut point alors Ma réprobation ! [45] Que de cités Nous avons anéanties en punition de leurs péchés, et dont il ne reste plus que de vagues vestiges : là, un puits comblé ; et là, un château puissamment édifié, aujourd’hui totalement abandonné ! [46] Que ne parcourent-ils la Terre pour acquérir des cœurs aptes à comprendre et des oreilles aptes à entendre ? En vérité, ce ne sont pas les yeux qui se trouvent atteints de cécité, mais ce sont les cœurs qui battent dans les poitrines qui s’aveuglent.
[47] Ils te demandent de hâter l’arrivée du châtiment. Mais Dieu ne manque jamais à Sa promesse. Cependant, un seul jour du Seigneur équivaut à mille ans selon votre manière de compter. [48] À combien de cités n’ai-Je pas accordé un sursis alors qu’elles étaient en pleine tyrannie ? Puis, soudain, Je les ai saisies, car c’est vers Moi que tout fera retour.
[49] Dis : « Ô hommes ! Je ne suis pour vous qu’un avertisseur explicite. [50] Ceux donc qui croient et pratiquent le bien auront le pardon de leurs péchés et une généreuse rétribution, [51] tandis que ceux qui s’acharnent à rendre Nos signes inopérants, ceux-là seront voués à la Géhenne. » [52] Nous n’avons envoyé avant toi aucun messager ni prophète sans que le diable ait tenté d’altérer le sens des versets qui leur étaient révélés. Mais Dieu a toujours aboli les suggestions du diable et rétabli le sens véritable de Ses versets. Dieu est Omniscient et Sage. [53] Et ce, afin de faire de ce que suggère le diable une tentation pour ceux dont les cœurs sont minés par le doute et pour ceux dont les cœurs sont endurcis. C’est pourquoi les iniques s’engagent si loin dans la scission. [54] Et afin aussi que les initiés sachent que ces versets expriment la vérité émanant de ton Seigneur, qu’ils y croient et que leurs cœurs s’y soumettent en toute humilité, car Dieu guide vers le droit chemin ceux qui croient.
[55] Quant aux impies, ils continueront à en douter jusqu’à ce que l’Heure dernière vienne les surprendre, ou que les atteigne le châtiment d’un jour terrifiant.
[56] La souveraineté, ce jour-là, appartiendra à Dieu seul qui jugera entre les hommes. C’est ainsi que ceux qui auront cru et auront accompli des œuvres salutaires iront aux Jardins du délice, [57] tandis que ceux qui auront été incrédules et qui auront traité Nos signes de mensonges, ceux-là subiront un châtiment avilissant. [58] Quant à ceux qui ont émigré pour la Cause de Dieu et qui ensuite ont été tués ou sont morts, Dieu leur accordera une belle récompense, car nul ne récompense mieux que Lui. [59] Il les fera sûrement admettre en un lieu qui les enchantera. Dieu est Omniscient et Magnanime.
[60] Ainsi en est-il. Celui qui se venge sans excès d’une agression qu’il avait subie, et qui est ensuite victime d’une nouvelle violence, Dieu lui prêtera assurément Son secours et Se montrera à son égard Indulgent et Clément. [61] Il en est ainsi, parce que Dieu insère la nuit dans le jour et le jour dans la nuit. En vérité, Dieu est Audient et Clairvoyant. [62] Et il en est ainsi parce que Dieu est la Vérité même, alors que ce qu’ils invoquent en dehors de Lui n’est que fausseté, et que Dieu est le Sublime et le Grand.
[63] Ne vois-tu pas que la terre ne tarde pas à reverdir, dès que Dieu fait descendre l’eau du ciel ? Dieu est, en vérité, Bienveillant et parfaitement Informé. [64] Il est le Maître des Cieux et de la Terre. Il est, en vérité, Celui qui Se suffit à Lui-même, et Il est le Digne de louange.
[65] Ne vois-tu pas que Dieu vous a soumis tout ce qui est sur la terre, ainsi que le vaisseau qui, sur Son ordre, vogue sur la mer, et qu’Il retient le ciel pour l’empêcher de tomber, sauf par Sa permission, sur la terre. Dieu est, en vérité, Plein de compassion et de miséricorde pour les hommes. [66] C’est Lui qui vous a donné la vie, qui vous fera ensuite mourir et qui vous fera à nouveau revivre. En vérité, l’homme est plein d’ingratitude !
[67] À chaque communauté Nous avons institué un ensemble de rites qu’elle doit observer. Qu’ils cessent donc de discuter avec toi l’ordre reçu ! Implore plutôt ton Seigneur, car tu es assurément dans le droit chemin. [68] S’ils s’obstinent dans leur polémique, dis-leur : « Dieu sait parfaitement ce que vous faites. [69] Il tranchera, au Jour du Jugement dernier, vos différends. » [70] Ne sais-tu pas que Dieu connaît tout ce qui se passe dans le Ciel et sur la Terre ? Tout cela est consigné dans un Livre, et il n’est rien d’aussi facile pour Dieu.
[71] Ils adorent en dehors de Dieu des divinités qu’Il n’a jamais accréditées et dont eux-mêmes n’ont aucune connaissance. Ces injustes ne bénéficieront d’aucun secours. [72] Quand on leur récite Nos versets, comme autant de preuves évidentes, on voit se dessiner la réprobation sur les visages des négateurs. Et peu s’en faut qu’ils ne fassent violence à ceux qui les leur récitent. Dis-leur : « Voulez-vous que je vous informe de quelque chose de plus terrible encore ? C’est l’Enfer que Dieu a promis aux infidèles ! Et quel affreux devenir ! »
[73] Ô hommes ! Voici une parabole qui vous est proposée. Écoutez-la ! Ceux que vous invoquez en dehors de Dieu ne sauraient même pas créer une mouche, dussent-ils s’y mettre ensemble. Et si une mouche leur enlevait quelque chose, ils seraient incapables de le lui reprendre. Solliciteur et sollicité sont aussi faibles l’un que l’autre. [74] Les hommes ne savent pas estimer Dieu à Sa juste valeur. Dieu est, en vérité, Fort et Puissant. [75] Il choisit des messagers parmi les anges et parmi les hommes. Dieu est Audient et Clairvoyant. [76] Il connaît tout leur passé et leur avenir. Et c’est à Lui que tout fera retour.
[77] Ô vous qui croyez ! Inclinez-vous ! Prosternez-vous ! Adorez votre Seigneur et faites le bien, dans l’espoir d’assurer votre salut !
[78] Luttez comme il se doit pour la Cause de Dieu ! C’est Lui qui vous a élus, sans vous imposer aucune gêne dans votre religion, qui est la religion de votre père Abraham, lequel vous a lui-même déjà nommés « les musulmans », nom que vous portez encore dans ce Coran, afin que le Prophète soit témoin contre vous, et que vous soyez vous-mêmes témoins contre les hommes. Accomplissez donc la salât ! Acquittez-vous de la zakât et attachez-vous fortement au Seigneur ! C’est Lui votre Protecteur ! Quel excellent Seigneur et quel excellent Soutien !

23. Sourate des Croyants (Al-Mu’minûn)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Bienheureux, en vérité, sont les croyants [2] qui prient avec humilité, [3] qui dédaignent toute futilité, [4] qui s’acquittent de la zakât, [5] qui s’abstiennent de tout rapport charnel, [6] sauf avec leurs épouses ou leurs esclaves, en quoi ils ne sont pas à blâmer, [7] car seuls sont coupables de transgression ceux qui recherchent d’autres unions ; [8] bienheureux sont ceux qui respectent les dépôts qui leur sont confiés ainsi que leurs engagements, [9] et qui s’acquittent régulièrement de leurs prières salât ! [10] Ce sont ceux-là les véritables héritiers [11] auxquels échoira le Paradis pour l’éternité. [12] Certes, Nous avons créé l’homme d’un extrait d’argile [13] dont Nous avons fait ensuite une goutte de sperme déposée en un réceptacle bien protégé ; [14] puis Nous avons transformé cette goutte en un caillot de sang dont Nous avons fait un embryon où s’est dessiné le squelette que Nous avons recouvert de chair, pour en faire, en fin de compte, un nouvel être, bien différencié. Béni soit donc Dieu, le Meilleur des créateurs ! [15] Après quoi, vous êtes appelés à mourir, [16] pour être ressuscités au Jour du Jugement dernier.
[17] Nous avons créé au-dessus de vous sept Cieux, et jamais Notre attention n’a été absente de ce que Nous avons créé.
[18] Nous faisons descendre du ciel en quantité bien mesurée de l’eau que Nous maintenons sous terre, bien qu’il soit en Notre pouvoir aussi de la faire disparaître. [19] Grâce à cette eau, Nous avons créé pour vous des palmeraies et des vignobles, qui vous donnent des fruits en abondance, que vous êtes appelés à consommer, [20] ainsi que cet arbre qui pousse au Sinaï et fournit de l’huile, condiment qui donne aux aliments une saveur fort appréciée.
[21] Certes, vous avez également dans les troupeaux un sujet à méditer. Nous vous faisons boire du lait qui se trouve dans leurs entrailles. Vous y trouvez aussi de nombreux avantages, et vous vous nourrissez également de leurs viandes. [22] Et ils vous servent enfin, à l’égal des vaisseaux, à vous transporter.
[23] Nous avions envoyé Noé à son peuple : « Ô mon peuple, leur dit-il, adorez Dieu, car vous n’avez d’autre divinité que Lui ! Ne Le craignez-vous donc point ? » [24] Mais les notables de son peuple, qui étaient impies, s’écrièrent : « Qui donc est cet homme, sinon un mortel comme vous, qui veut se distinguer à vos dépens ? Si Dieu avait voulu, ce sont des anges qu’Il nous aurait envoyés. Nous n’avons rien entendu de pareil chez nos premiers ancêtres. [25] Ce n’est, en vérité, qu’un homme atteint de folie ! Observez-le quelque temps ! » [26] – « Seigneur, supplia Noé, prête-moi Ton assistance ! Ils me traitent d’imposteur ! »
[27] Nous lui révélâmes alors : « Construis une arche sous Nos yeux et selon Notre inspiration. Dès que Notre ordre sera donné et que le four entrera en ébullition, embarque dans l’arche un couple de chaque espèce, ainsi que les tiens, à l’exception de ceux d’entre eux contre qui un arrêt aura déjà été prononcé. Ne M’adresse aucune prière en faveur des impies, car ils seront tous irrémédiablement engloutis !
[28] Et quand tu seras bien installé dans l’arche, toi et tes compagnons, tu diras : “Louange à Dieu pour nous avoir sauvés de ce peuple injuste !” [29] Et ajoute : “Seigneur ! Fais-moi débarquer en un lieu béni ! Tu es Celui qui conduit le mieux à bon port !” » [30] Il y a en cet événement des signes certains, bien que ce fût là une épreuve de Notre part.
[31] Nous avons créé, après eux, d’autres générations [32] auxquelles Nous avons envoyé un messager issu d’elles-mêmes pour leur dire : « Adorez Dieu ! Vous n’avez d’autre divinité que Lui ! Ne Le craignez-vous donc point ? » [33] Mais les notables de son peuple qui étaient sans foi, qui ne croyaient pas à la vie future et que Nous avions pourtant comblés de richesses dans ce bas monde, s’écrièrent : « Qui donc est cet homme, sinon un mortel comme vous ? Il mange de ce que vous mangez et boit de ce que vous buvez. [34] Si vous obéissez à un homme comme vous, vous serez du nombre des perdants, à coup sûr. [35] » Vous promet-il qu’une fois morts et réduits en os et en poussière vous serez de nouveau rendus à la vie ? [36] Quelles balivernes on vous promet là ! [37] Il n’y a point d’autre vie que celle dont nous jouissons ici-bas. Nous mourons, nous vivons et nous ne serons jamais ressuscités ! [38] Ce n’est qu’un homme qui raconte des mensonges sur Dieu, et nous ne sommes pas prêts à croire ce qu’il raconte ! » [39] – « Seigneur, supplia le messager, prête-moi Ton assistance ! Ils me traitent d’imposteur ! » [40] – « Encore quelques instants, répondit le Seigneur, et ils auront à le regretter. »
[41] Et soudain, un grondement terrifiant les saisit, en toute justice, et Nous les réduisîmes à l’état de débris charriés par le torrent. Arrière donc au peuple des pervers ! [42] Puis Nous fîmes naître après eux d’autres générations,
[43] car aucune communauté ne peut ni avancer ni reculer le terme qui lui est imparti. [44] Puis Nous fîmes succéder les prophètes les uns aux autres. Et chaque fois que l’un d’eux se présentait à son peuple, celui-ci le traitait d’imposteur. Aussi anéantîmes-Nous ces peuples les uns après les autres et en fîmes-Nous des sujets de légende. Arrière donc aux peuples infidèles !
[45] Nous envoyâmes ensuite Moïse et son frère Aaron, munis de Nos signes et de preuves évidentes, [46] à Pharaon et aux notables de son royaume, qui les accueillirent avec morgue, car c’étaient des gens pleins d’arrogance. [47] » Allons-nous croire, s’écrièrent-ils, en deux hommes identiques à nous, et dont le peuple est notre esclave ? » [48] Aussi furent-ils anéantis, pour avoir traité Moïse et Aaron de menteurs. [49] Et si Nous avions donné l’Écriture à Moïse, c’était bien pour amener son peuple à suivre la bonne voie.
[50] Puis Nous fîmes du fils de Marie, ainsi que de sa mère, un prodige. Nous leur donnâmes à tous deux pour refuge une colline paisible et dotée d’une source. [51] » Ô prophètes ! Mangez de ce qui est licite et agréable et faites de bonnes œuvres, car Je suis au courant de tout ce que vous faites ! [52] Et soyez certains que cette communauté religieuse, qui est la vôtre, ne forme qu’une seule et même communauté, et que c’est Moi, votre Seigneur, que vous devez craindre ! » [53] Mais ils se sont divisés en sectes ; et chaque secte se mit à se prévaloir de sa doctrine. [54] Laisse-les pour un temps dans leur erreur ! [55] Pensent-ils que les richesses et les enfants dont Nous les pourvoyons [56] soient une avance que Nous Nous empressons de leur faire sur les biens de la vie future ? Quelle inconscience !
[57] Au contraire, ceux que la crainte de leur Seigneur incite à l’humilité, [58] ceux qui croient aux signes de leur Seigneur, [59] ceux qui n’associent rien à leur Créateur,
[60] ceux qui, en accomplissant leurs actes de piété, sont pénétrés de crainte à l’idée qu’un jour ils retourneront auprès de leur Seigneur, [61] ce sont ceux-là qui courent à l’envi les uns les autres vers les bonnes œuvres et qui sont les premiers à les accomplir. [62] Nous n’imposons à l’homme aucune charge qui soit au-dessus de ses moyens. Nous détenons un Livre qui énonce la stricte vérité, et les hommes ne seront pas lésés.
[63] Mais les cœurs des impies restent, à l’égard du Coran, plongés dans l’erreur, sans compter d’autres méchantes actions qu’ils n’hésitent pas à accomplir. [64] Et lorsque enfin Nous aurons châtié les plus opulents parmi eux, ils pousseront des cris d’angoisse. [65] » Cessez de vous lamenter aujourd’hui, car vous ne recevrez de Nous aucun secours ! [66] Mes versets vous étaient bien récités ; mais vous vous en détourniez [67] avec morgue, et vous vous en moquiez au cours de vos veillées. »
[68] Ne méditent-ils donc pas la Parole de Dieu ? Ou est-ce parce qu’ils ont reçu ce qui n’est jamais parvenu à leurs ancêtres ? [69] N’ont-ils pas connu suffisamment leur Prophète pour le renier aujourd’hui ? [70] Ou bien disent-ils qu’il est atteint de démence, alors qu’il ne leur apporte que la stricte vérité ? Mais la plupart d’entre eux ont la vérité en horreur. [71] Et si la vérité était conforme à leurs caprices, les Cieux, la Terre et tout ce qu’ils contiennent seraient, à n’en point douter, plongés dans le désordre. Nous leur avons pourtant transmis un message de rappel ; mais en vain, car à chaque instant ils s’en détournent. [72] Craignent-ils que tu leur réclames une rétribution ? Mais la rétribution de ton Seigneur est infiniment plus importante, car Il est le Meilleur des dispensateurs.
[73] Or, tes appels ne visent qu’à les mettre sur la voie droite ; [74] mais ceux qui ne croient pas à la vie future ne peuvent que s’en écarter.
[75] Même si Nous leur faisions miséricorde et les débarrassions du mal qui les ronge, ils n’en persisteraient pas moins dans leur rébellion aveugle. [76] Nous avons été jusqu’à leur faire infliger Nos premières rigueurs, mais ils ne se sont pas pour autant soumis à leur Seigneur, pas plus qu’ils n’ont daigné Lui adresser des prières. [77] C’est seulement lorsque Nous ouvrirons devant eux la porte d’un châtiment plus terrible encore qu’ils se trouveront entièrement envahis par le désespoir.
[78] C’est Dieu qui a créé pour vous l’ouïe, la vue et l’intelligence. Mais vous en êtes rarement reconnaissants ! [79] C’est Lui qui vous a disséminés sur la Terre, et c’est à Lui que vous ferez retour. [80] C’est Lui qui donne la vie et qui donne la mort, et qui fait alterner la nuit et le jour. Ne pourrez-vous le comprendre ?
[81] Hélas ! Ils continuent à ressasser les mêmes propos que leurs devanciers. [82] » Quoi ? Une fois morts, disent-ils, et réduits en os et en poussière, serons-nous ressuscités ? [83] C’est ce qui nous a été promis, auparavant, à nous et à nos ancêtres. Ce ne sont là que des fables anciennes ! »
[84] Demande-leur : « À qui appartiennent la Terre et ceux qui y vivent ? Dites-le, si vous le savez ! » [85] – « Ils appartiennent à Dieu », répondront-ils. Dis-leur alors : « Que ne pouvez-vous donc vous en souvenir ? » [86] Demande-leur : « Qui est le Seigneur des sept Cieux, le Souverain du Trône sublime ? » [87] – « C’est Dieu », répondront-ils. Dis-leur alors : « Ne Le craignez-vous donc point ? » [88] Demande-leur : « Qui détient le pouvoir suprême sur toute chose ? Qui est Celui qui protège, et qui n’a pas besoin d’être protégé ? Dites-le, si vous le savez ! » [89] – « C’est Dieu », répondront-ils. Dis : « Pourquoi donc vous laissez-vous ainsi ensorceler, au point de ne pas croire en Lui ? »
[90] Certes, Nous leur avons apporté la vérité ; mais eux ne font que mentir. [91] Non, Dieu ne S’est donné aucun fils, et il n’existe aucune divinité avec Lui, sinon chaque divinité s’attribuerait ce qu’elle aurait créé, et certaines d’entre elles domineraient les autres. Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’ils inventent ! [92] Détenteur de la science de tout ce qui est visible ou invisible, Il est très au-dessus de ce qu’on Lui associe !
[93] Dis : « Seigneur, si jamais Tu décides de me montrer le châtiment qui leur est promis, [94] fais, Seigneur, que je ne sois pas du nombre des coupables. » [95] Nous avons tout pouvoir de te montrer ce que Nous leur promettons. [96] Rends le bien pour le mal, car Nous savons mieux que quiconque ce qu’ils inventent. [97] Dis : « Seigneur, je me réfugie en Toi contre les tentations des démons ; [98] et je me mets sous Ta protection, Seigneur, contre leur approche. »
[99] Puis, quand la mort se présente à l’un d’eux, il s’écrie : « Seigneur, fais-moi revenir sur Terre, [100] afin que j’accomplisse quelques bonnes actions que j’avais négligé de faire ! » Oh que non ! Ce n’est là qu’une vaine parole, car derrière eux se trouve dressée une barrière jusqu’au Jour de la Résurrection. [101] Puis, quand la Trompette sonnera, tout lien de parenté entre eux disparaîtra, ainsi que toute assistance mutuelle. [102] Ceux en faveur de qui penchera la balance seront les bienheureux. [103] Ceux dont les bonnes œuvres auront été, à la pesée, insuffisantes, ceux-là auront tout perdu et auront la Géhenne pour séjour éternel, [104] où les flammes leur lècheront le visage, pendant que leurs lèvres se crisperont de douleur.
[105] » Mes versets ne vous étaient-ils pas récités ? Ne les traitiez-vous pas de mensonges ? », leur sera-t-il dit. [106] » Seigneur, diront-ils, notre mauvaise fortune a prévalu contre nous, et nous étions des gens égarés ! [107] Seigneur, fais-nous sortir de la Géhenne, et si nous récidivons, nous serons alors de vrais coupables. » [108] Dieu leur dira alors : « Restez-y et ne M’adressez plus la parole ! [109] Il y avait bien un groupe de Mes serviteurs qui disaient : “Seigneur ! Nous croyons en Toi ; pardonne-nous et accorde-nous Ta grâce, car Tu es le Meilleur des miséricordieux !” [110] Vous en avez fait un sujet de raillerie, au point d’oublier Mon souvenir, et vous les tourniez en dérision ; [111] ceux-là, Je les récompense aujourd’hui pour ce qu’ils ont enduré, et ils sont désormais les bienheureux ! »
[112] » Combien d’années avez-vous vécu sur Terre ? », leur demandera-t-on. [113] » Nous y sommes restés, répondront-ils, un jour, ou moins encore. Interroge plutôt ceux qui savent compter ! » [114] – « Vous n’y êtes restés qu’un laps de temps très court, si vous pouviez le savoir !, dira le Seigneur. [115] Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but et que vous ne seriez jamais ramenés vers Nous ? »
[116] Exalté soit Dieu, le vrai Souverain ! Il n’y a point de divinité que Lui, le Seigneur du Trône sublime ! [117] Quiconque invoque avec Dieu une autre divinité, sans détenir la preuve de son existence, aura à en rendre compte à son Seigneur. Dieu ne fera point prospérer les infidèles. [118] Dis : « Seigneur, pardonne-nous et accorde-nous Ta grâce, car Tu es le Meilleur des miséricordieux ! »

24. Sourate de la Lumière (An-Nûr)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Voici une sourate que Nous révélons et prescrivons, en y exposant des versets clairs afin que vous puissiez y réfléchir.
[2] Administrez à la femme et à l’homme coupables de fornication cent coups de fouet chacun. Le respect de la loi de Dieu exige que vous n’ayez aucune pitié pour eux, si vous croyez en Dieu et au Jugement dernier. Ce châtiment devra être exécuté en présence d’un groupe de croyants. [3] Le débauché n’épouse qu’une femme débauchée ou une idolâtre, et la femme débauchée n’épouse qu’un homme débauché ou un idolâtre. Mais de telles unions sont interdites aux croyants. [4] Ceux qui lancent des accusations contre des femmes honnêtes, sans pouvoir produire quatre témoins, seront punis de quatre-vingts coups de fouet, et leur témoignage ne sera plus jamais admis, car ce sont des êtres pervers, [5] à moins qu’ils ne se repentent par la suite et ne s’amendent, car Dieu est Clément et Miséricordieux. [6] Ceux qui accusent leurs épouses d’adultère et qui n’ont d’autres témoins à produire qu’eux-mêmes, chacun d’eux aura à jurer quatre fois devant Dieu qu’il ne dit que la vérité, [7] et une cinquième fois pour invoquer la malédiction de Dieu sur lui, s’il dit des mensonges. [8] Aucune peine ne sera infligée à l’épouse, si elle jure quatre fois devant Dieu que son mari a menti, [9] et une cinquième fois pour invoquer la colère de Dieu sur elle, si c’est son mari qui dit la vérité. [10] Cette prescription témoigne de la bonté et de la miséricorde de Dieu pour vous, car Dieu, dans Sa sagesse, aime à pardonner.
[11] Certes, une bande parmi vous a propagé une abominable calomnie. Mais ne croyez pas que cela soit de nature à vous nuire ; au contraire, cela constitue un avantage pour vous, car chacun des complices est appelé à répondre de son forfait, alors que l’auteur principal de cette médisance subira, lui, un terrible châtiment. [12] Quand vous avez entendu cette calomnie, les croyants et les croyantes auraient dû avoir une meilleure opinion d’eux-mêmes et simplement dire : « C’est là une calomnie manifeste ! » [13] Que n’ont-ils amené quatre témoins pour appuyer leur accusation ? Ne l’ayant pas fait, ils ne sont au regard de Dieu que des menteurs !
[14] N’étaient la grâce et la bonté de Dieu envers vous dans ce monde et dans l’autre, vous auriez subi un terrible châtiment en punition de vos commérages [15] et des propos que vous colportiez de bouche en bouche, sans en avoir aucune preuve, croyant que la chose avait peu d’importance, alors qu’elle revêtait une gravité exceptionnelle auprès du Seigneur. [16] Que n’avez-vous dit, en entendant ces racontars : « Il ne nous sied pas de tenir de tels propos ! Grand Dieu ! C’est une calomnie atroce ! »
[17] Dieu vous exhorte à ne plus jamais commettre de pareilles erreurs si vous êtes de vrais croyants. [18] Dieu vous expose Ses signes avec clarté. Il est Omniscient, Il est Sage.
[19] Ceux qui se plaisent à discréditer les croyants subiront des tourments douloureux dans ce monde et dans l’autre, car Dieu sait et vous, vous ne savez pas.
[20] Et n’étaient la grâce de Dieu envers vous et Sa miséricorde, vous auriez déjà subi Ses rigueurs, mais Dieu est Plein de clémence et de mansuétude.
[21] Ô vous qui croyez ! Ne suivez pas les traces de Satan, car quiconque suit les traces de Satan, celui-ci ne manquera pas de l’entraîner vers la turpitude et le vice. Or, sans la grâce de Dieu envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’atteindrait jamais l’état de pureté. Dieu purifie qui Il veut, car Dieu entend tout et sait tout.
[22] Que les gens honorables et fortunés d’entre vous ne jurent point qu’ils ne viendront plus en aide à leurs parents, aux pauvres et à ceux qui se sont expatriés pour la Cause de Dieu ! Qu’ils se montrent, au contraire, indulgents et cléments ! Vous-mêmes, n’aimeriez-vous pas que Dieu vous absolve ? Dieu est infiniment Clément et Miséricordieux.
[23] Ceux qui lancent des calomnies contre des femmes vertueuses, innocentes et croyantes, seront maudits en ce monde et dans l’autre, où un châtiment terrible les attend, [24] le jour où leurs langues, leurs mains ainsi que leurs pieds témoigneront contre eux et désavoueront leurs forfaits. [25] Ce jour-là, Dieu rétribuera leurs œuvres en toute équité, et ils constateront alors que Dieu est la Justice même.
[26] Aux hommes malhonnêtes, femmes, actes malhonnêtes ; et aux femmes malhonnêtes, hommes, actes malhonnêtes. Aux hommes vertueux, femmes, actes vertueux ; et aux femmes vertueuses, hommes, actes vertueux. Ceux-ci sont désormais lavés des calomnies qu’on faisait courir sur eux, et le pardon de Dieu leur est accordé ainsi qu’une généreuse récompense.
[27] Ô croyants, ne vous introduisez pas sans autorisation préalable dans les maisons d’autrui et sans en saluer les habitants. C’est là une bonne règle à suivre. Vous ferez bien de vous en souvenir.
[28] Si vous n’y trouvez personne, n’entrez pas, à moins qu’on ne vous l’ait permis. Si on vous dit de vous retirer, faites-le. Cela relève des règles de la civilité. Dieu est au courant de tous vos actes. [29] Il ne vous est pas interdit d’entrer dans des demeures inhabitées où se trouve un objet vous appartenant. Dieu connaît bien ce que vous divulguez et ce que vous dissimulez.
[30] Invite les croyants à baisser pudiquement une partie de leurs regards et à se préserver de toute souillure charnelle. Cela contribuera à les rendre plus purs, car Dieu est si bien Informé de tous leurs actes. [31] Invite également les croyantes à baisser pudiquement une partie de leurs regards, à préserver leur vertu, à ne faire paraître de leurs charmes que ceux qui ne peuvent être cachés, à rabattre leurs voiles sur leurs poitrines, à ne montrer leurs atours qu’à leurs époux, leurs pères, leurs beaux-pères, leurs fils, leurs beaux-fils, leurs frères, leurs neveux, aux femmes musulmanes, leurs servantes, leurs esclaves, leurs serviteurs impuissants, ou aux garçons impubères. Dis-leur aussi de ne pas agiter les pieds pour faire deviner les autres atours de leur féminité. Ô croyants, revenez tous à Dieu, si vous voulez assurer votre salut !
[32] Mariez les célibataires qui vivent parmi vous, ainsi que vos serviteurs vertueux des deux sexes. S’ils sont pauvres, Dieu pourvoira, par Sa grâce, à leurs besoins, car Il est Plein de largesses et Sa science n’a point de limite. [33] Que ceux, cependant, qui, faute de moyens, ne peuvent pas se marier observent la continence jusqu’à ce que Dieu, dans Sa générosité, pourvoie à leur indigence. Établissez un contrat d’affranchissement en faveur de ceux de vos esclaves qui en expriment le désir, si vous les en jugez dignes. Faites-les bénéficier d’une part des biens dont le Seigneur vous a gratifiés. N’obligez pas vos jeunes esclaves, par esprit de lucre, à se prostituer alors qu’elles veulent rester chastes. Si une telle contrainte est exercée sur elles, Dieu leur accordera Son pardon et Sa miséricorde.
[34] Nous vous révélons des versets clairs. Ce sont des leçons tirées de la vie de ceux qui vous ont précédés, et une exhortation pour ceux qui craignent le Seigneur.
[35] Dieu est la lumière des Cieux et de la Terre, et le symbole de Sa lumière serait un foyer où se trouverait une lampe qui elle-même serait nichée dans un récipient de cristal ayant l’éclat d’un astre brillant qui tirerait sa luminosité d’un arbre béni, un olivier qui n’est ni de l’Orient ni de l’Occident et dont l’huile jetterait sa clarté presque d’elle-même, sans avoir été touchée par aucune étincelle, donnant ainsi lumière sur lumière. Dieu guide vers Sa lumière qui Il veut et propose des paraboles aux hommes, car Sa science n’a point de limite. [36] C’est cette lumière qui éclaire les temples que Dieu a permis d’élever afin que Son Nom y soit invoqué, et où Le glorifient, matin et soir,
[37] des hommes qu’aucun négoce ni transaction ne détournent de la joie d’exalter le Seigneur, d’accomplir la salât ou de faire l’aumône zakât, car ces hommes redoutent un jour où les cœurs seront bouleversés et les regards annihilés d’épouvante, [38] dans l’espoir que Dieu les récompensera pour le meilleur de ce qu’ils auront accompli et leur accordera un surcroît de Sa grâce, car Dieu dispense Ses bienfaits à qui Il veut sans compter.
[39] Quant aux œuvres des négateurs, elles sont semblables à un mirage du désert que l’homme assoiffé prend pour de l’eau ; mais quand il y arrive, il s’aperçoit qu’il n’en est rien. Ce qu’il trouve, c’est Dieu qui lui donne ce à quoi il a droit, car Dieu est prompt dans Ses comptes. [40] Leurs œuvres sont encore semblables à des ténèbres entassées au-dessus d’une mer profonde où des flots tumultueux se chevauchent et s’entrechoquent ; ténèbres si épaisses et si sombres qu’un homme qui y étend la main peut à peine l’apercevoir. C’est ainsi que celui que Dieu n’a pas pourvu de lumière ne la trouvera nulle part. [41] Ne vois-tu pas que tous les êtres vivants, dans les Cieux et sur la Terre, célèbrent la gloire du Seigneur, jusqu’aux oiseaux quand ils déploient leurs ailes ? Chaque être a sa manière de Le glorifier et de Le bénir, et Dieu comprend parfaitement leurs prières, [42] car c’est à Lui qu’appartient le Royaume des Cieux et de la Terre et c’est à Lui que tout fera retour.
[43] Ne vois-tu pas que Dieu pousse lentement les nuages, puis les regroupe et en fait des masses compactes, du fond desquelles tu vois sourdre de la pluie en abondance ? C’est aussi Lui qui fait descendre du ciel des avalanches de grêle, dont Il atteint qui Il veut et préserve qui Il veut, au moment même où l’éclair qui l’accompagne ravit presque les regards.
[44] Dieu fait alterner la nuit et le jour, et il y a là un sujet à méditer pour ceux qui savent réfléchir. [45] Dieu a créé à partir de l’eau tous les êtres vivants. Il en est parmi eux qui rampent sur le ventre, pendant que d’autres se déplacent sur deux ou quatre jambes. Dieu crée ce qu’Il veut, car Sa puissance n’a point de limite.
[46] Nous avons révélé des versets d’une clarté limpide. Cependant, Dieu met qui Il veut sur le droit chemin. [47] Ils affirment qu’ils croient en Dieu et au Prophète, et qu’ils leur obéissent. Puis une partie d’entre eux, après l’avoir affirmé, ne tardent pas à faire volte-face. Ces gens-là sont loin d’être des croyants ! [48] Quand on les convoque au tribunal de Dieu et de Son Prophète, pour que celui-ci arbitre leurs litiges, une partie d’entre eux refuse de comparaître ; [49] mais quand ils ont le droit pour eux, ils s’empressent de s’y rendre. [50] Seraient-ils atteints d’un mal au cœur ? Seraient-ils rongés par le doute ou craindraient-ils d’être brimés par Dieu et Son Prophète ? Non ! Ces gens-là sont plutôt, eux, les injustes.
[51] La seule réponse qu’il sied aux croyants de donner quand ils sont convoqués devant Dieu et Son Prophète pour que celui-ci juge leurs différends, est de dire : « Nous avons entendu et nous obéissons ! » Ce sont ceux-là les bienheureux, [52] car ceux qui obéissent à Dieu et à Son Prophète, qui craignent Dieu et Le redoutent, ceux-là sont sûrs de réussir.
[53] Ils jurent par Dieu, de la façon la plus solennelle, que si tu leur ordonnes d’aller au combat, ils s’exécuteront sans tarder. Dis-leur : « Inutile de jurer ; ce qui compte, c’est d’obéir ! Dieu est parfaitement au courant de ce que vous faites ! »
[54] Dis-leur : « Obéissez à Dieu, obéissez au Prophète ! » S’ils refusent d’obéir, le Prophète aura, au moins, assumé sa responsabilité. À vous d’assumer la vôtre ! Si vous lui obéissez, vous serez bien guidés. La mission du Prophète consiste uniquement à vous transmettre le Message en toute clarté.
[55] À ceux d’entre vous qui croient et font œuvres pies, Dieu a promis de faire d’eux des vicaires sur Terre, comme Il l’avait fait de ceux qui les ont précédés, d’affermir le culte qu’il Lui a plu de leur faire professer et de transformer leur crainte en sécurité. Qu’ils M’adorent donc sans rien M’associer, et ceux qui, après cela, renieront leur foi seront de véritables scélérats !
[56] Observez la salât ! Acquittez-vous de la zakât ! Obéissez au Prophète ! Peut-être vous sera-t-il ainsi fait miséricorde. [57] Ne crois pas que les infidèles puissent jamais tenir Dieu en échec sur Terre ! Leur refuge éternel sera l’Enfer, et quel affreux destin sera le leur !
[58] Ô vous qui croyez ! Que vos serviteurs et vos enfants encore impubères sollicitent votre permission avant de pénétrer dans vos appartements, aux heures suivantes : avant la prière de l’aube, à midi quand vous vous déshabillez pour la sieste et après la prière du soir. Ce sont là trois moments réservés à votre intimité, en dehors desquels libre à vous qui vivez sous le même toit de circuler et de vous rendre les uns chez les autres. C’est ainsi que Dieu vous expose clairement Ses préceptes. Il est Omniscient et Sage.
[59] Lorsque vos enfants atteignent leur puberté, ils seront tenus de demander la permission avant d’entrer chez vous à l’instar de leurs aînés. C’est ainsi que Dieu vous expose clairement Ses préceptes. Il est Omniscient et Sage. [60] Les femmes en retour d’âge et qui n’espèrent plus se marier peuvent alléger leur tenue, sans toutefois dépasser les limites de la décence. Mais il est préférable qu’elles évitent une pareille tenue. Dieu entend et sait tout.
[61] Aucun grief n’est à faire à l’aveugle, au boiteux, au malade ni à vous-mêmes si vous prenez vos repas en commun, dans vos propres demeures, ou dans celles de vos pères, de vos mères, de vos frères, de vos sœurs, de vos oncles paternels, de vos tantes paternelles, de vos oncles maternels, de vos tantes maternelles, dans une maison dont vous assurez la gestion ou celle d’un ami. Libre à vous de prendre vos repas en commun ou séparément. En pénétrant dans une demeure, saluez-vous mutuellement au nom de Dieu. C’est là un usage béni et agréé par le Seigneur, et c’est ainsi que Dieu vous expose clairement Ses préceptes, afin de vous amener à réfléchir !
[62] Les vrais croyants sont ceux qui ont foi en Dieu et en Son Prophète et qui, ayant débattu avec le Prophète une question d’intérêt général, ne le quittent qu’avec sa permission. Ceux qui sollicitent ton autorisation avant de se retirer, voilà ceux qui ont vraiment foi en Dieu et en Son Prophète. S’ils te demandent congé pour vaquer à une affaire personnelle, accorde-le à qui tu voudras. Implore pour eux l’indulgence du Seigneur, car Il est Clément et Miséricordieux ! [63] N’interpellez pas le Prophète comme vous vous interpellez entre vous ! Par ailleurs, Dieu connaît trop bien ceux d’entre vous qui se dissimulent les uns derrière les autres pour se retirer en douceur. Que ceux qui désobéissent aux ordres du Seigneur prennent garde d’être frappés par un malheur ou d’être accablés par un châtiment cruel, [64] car tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre n’appartient qu’à Dieu Seul qui est au fait de vos pensées les plus intimes et qui, le jour où les hommes seront ramenés à Lui, leur redira tout ce qu’ils ont fait sur Terre. La science de Dieu n’a point de limite.

25. Sourate du Discernement (Al-Furqân)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Béni soit Celui qui a révélé graduellement le Livre du discernement à Son serviteur, pour qu’il avertisse l’Univers ! [2] Béni soit Celui qui détient le Royaume des Cieux et de la Terre, qui ne S’est donné aucune progéniture, qui n’a pris aucun associé dans Son Royaume et qui a créé toute chose avec mesure !
[3] Cependant, certains Lui ont préféré d’autres divinités qui ne peuvent rien créer, étant elles-mêmes créées, qui sont incapables de faire du mal ou du bien, qui ne disposent d’aucun pouvoir de donner la vie ou de la retirer, et encore moins de ressusciter les morts.
[4] » Ce Coran, disent les négateurs, n’est qu’une imposture qu’il a forgée avec l’aide d’un groupe d’individus. » Mais, en disant cela, ils commettent une grave injustice et un affreux mensonge. [5] » Ce ne sont que de vieux contes recueillis par lui, ajoutent-ils, et qu’on lui dicte matin et soir. » [6] Réponds-leur : « Ce Coran est révélé par Celui qui détient les mystères des Cieux et de la Terre et qui est Clément et Miséricordieux. »
[7] Ils disent encore : « Qu’est-ce donc que ce Prophète qui se nourrit et circule comme tout le monde dans les marchés ? Si seulement il était assisté d’un ange descendu du Ciel, pour prêcher à côté de lui ! [8] Ou si seulement on lui avait envoyé du ciel un trésor ou octroyé un verger dont il tirerait sa nourriture ! » Et les injustes d’ajouter : « Vous ne suivez là qu’un mortel ensorcelé ! » [9] Vois à quoi ils te comparent ! Ils sont complètement égarés et ils ne peuvent plus retrouver le droit chemin.
[10] Béni soit Celui qui, s’Il le veut, peut te donner des biens plus précieux encore, à savoir des palais et des vergers sous lesquels coulent des rivières !
[11] Ils vont même jusqu’à traiter l’Heure du Jugement dernier de mensonge ; mais à ces négateurs Nous réservons un Brasier ardent
[12] qui, les voyant de loin venir, les recevra avec des pétillements et des grondements de colère ; [13] et quand ils y seront jetés, chargés de chaînes, en un étroit réduit, ils n’auront qu’un seul souhait, celui de leur destruction définitive ! [14] » Ce n’est pas une seule destruction que vous devez aujourd’hui souhaiter, leur sera-t-il dit, mais vous devez en souhaiter plusieurs ! »
[15] Dis-leur : « Cela vaut-il mieux ? Ou bien ce Paradis éternel promis comme rétribution et ultime séjour à ceux qui craignent le Seigneur, [16] où tous leurs désirs seront assouvis pour l’éternité ? » C’est une promesse de ton Seigneur, qu’Il a pris sur Lui d’accomplir.
[17] Et le jour où les impies seront réunis avec ceux qu’ils adoraient, Dieu demandera à ces derniers : « Est-ce vous qui avez égaré Mes serviteurs que voici ou sont-ce eux-mêmes qui se sont dévoyés ? » [18] – « Gloire à Toi !, répondront les idoles. Loin de nous l’idée de prendre des maîtres en dehors de Toi. Mais Tu les as comblés des biens de ce monde, eux et leurs pères, au point qu’ils ont oublié Tes rappels, pour perdre en fin de compte leur âme. » [19] – « Voilà que vos idoles vous désavouent, dira le Seigneur. Il n’y aura donc plus jamais pour vous ni échappatoire ni secours. C’est ainsi que quiconque parmi vous aura été injuste, Nous lui infligerons un châtiment des plus sévères. »
[20] Nous n’avons envoyé avant toi que des messagers qui se nourrissaient et qui fréquentaient les marchés, comme les autres hommes. Nous vous éprouvons les uns par les autres, afin de mesurer le degré de votre endurance, car rien n’échappe à la vigilance de ton Seigneur.
[21] Ceux qui n’espèrent pas Nous rencontrer disent : « Que Dieu ne nous envoie-t-Il des anges ou ne Se manifeste-t-Il Lui-même à notre regard ? » Ces gens-là sont vraiment enflés d’orgueil et leur insolence dépasse toute mesure ! [22] Mais le jour où ils verront réellement les anges ne sera pas un jour faste pour les criminels qui s’écrieront : « Désormais, le Paradis est inaccessible pour nous ! », [23] car toutes les œuvres qu’ils auront pu accomplir seront par Nous réduites en poussière. [24] Ce jour-là, les hôtes du Paradis auront un meilleur sort et un séjour des plus reposants et des plus agréables.
[25] Le jour où le Ciel se fendra pour livrer passage à des nuées et où les anges descendront par vagues successives, [26] ce jour-là, la vraie royauté appartiendra au Tout-Clément ; et ce sera pour les négateurs un jour terrifiant. [27] C’est le jour où l’injuste se mordra les doigts en s’écriant : « Plût à Dieu que j’eusse suivi la voie du Messager ! [28] Malheur à moi ! Si seulement je n’avais pas pris un tel pour ami ! [29] Il m’a détourné du rappel divin après qu’il me fut parvenu. » Satan a toujours délaissé l’homme, après l’avoir trompé.
[30] » Seigneur, dit le Prophète, mon peuple a adopté une attitude hostile à l’égard du Coran ! » [31] C’est ainsi que Nous avons toujours suscité à chaque prophète un ennemi parmi les criminels. Mais ton Seigneur te suffira, comme guide et comme soutien.
[32] Et les négateurs de dire encore : « Pourquoi le Coran n’a-t-il pas été révélé au Prophète d’une seule traite ? » Nous l’avons révélé ainsi pour raffermir ton cœur et afin qu’il soit soigneusement récité,
[33] et de manière à ce qu’aucune question ne te soit posée par les impies sans que Nous t’en fournissions la vraie réponse et la meilleure explication.
[34] Ceux qui seront rassemblés et traînés sur la face vers la Géhenne, ceux-là seront les plus mal lotis et les plus dévoyés.
[35] Nous avons donné le Livre à Moïse et lui avons adjoint son frère Aaron comme assistant. [36] » Allez tous deux, leur avons-Nous dit, trouver ce peuple qui traite Nos preuves de mensonges. » Et c’est un peuple que Nous avons fini par détruire de fond en comble.
[37] Ce fut aussi le cas du peuple de Noé qui avait traité Nos messagers d’imposteurs et que Nous avons englouti, faisant de lui un exemple à méditer par les autres hommes, car Nous réservons toujours un châtiment douloureux aux peuples pervers.
[38] Et il en fut de même des `Âd, des Thamûd, des habitants d’ar-Rass et de nombreuses générations intermédiaires. [39] À tous ces peuples Nous avions proposé – mais en vain – des exemples édifiants. Aussi les avons-Nous tous exterminés. [40] Les infidèles sont pourtant passés près de la cité qu’une pluie funeste avait détruite. Ne l’ont-ils donc pas vue ? Oh que si ! Mais ils ne s’attendent pas à être ressuscités un jour. [41] Quand ils te voient, ils ne manquent pas de te tourner en dérision : « Est-ce cet individu-là, disent-ils, que Dieu a envoyé comme Prophète ? [42] Il a bien failli nous égarer loin de nos divinités, n’était-ce l’attachement résolu que nous avions pour elles. » Cependant, ils verront bien, quand ils seront en face du châtiment, qui aura été le plus éloigné du droit chemin.
[43] N’as-tu pas vu celui qui prend sa passion pour une divinité ? Serais-tu disposé à en être le garant ?
[44] Estimes-tu que la plupart de ces gens entendent ou comprennent ? En vérité, leur niveau ne dépasse pas celui des bestiaux, ou plutôt ils sont plus égarés encore.
[45] As-tu remarqué comment ton Seigneur étend l’ombre ? Il l’aurait assurément faite immobile, s’Il l’avait voulu. Nous faisons du soleil un guide pour elle, [46] puis Nous en rétrécissons le champ avec douceur pour la ramener vers Nous.
[47] C’est Dieu qui étend sur vous la nuit comme un voile, qui vous envoie le sommeil comme un instant de repos et qui fait du jour un retour à la vie. [48] C’est Lui qui envoie les vents comme signes précurseurs de Sa grâce. Après quoi, Nous faisons tomber une eau pure du ciel, [49] par laquelle Nous faisons revivre les terres mortes, et abreuver les multitudes de bêtes et de gens que Nous avons créés. [50] Nous la répartissons de tous côtés parmi eux, afin qu’ils se souviennent de Nous ; mais la plupart des hommes ne veulent point se départir de leur ingratitude.
[51] Si Nous l’avions voulu, Nous aurions envoyé un messager à chaque cité pour l’avertir. [52] Ne cède donc point aux infidèles ! Que ce Coran te serve à les combattre avec vigueur !
[53] C’est Dieu qui fait confluer les deux mers, dont l’une est douce et agréable, l’autre est salée et saumâtre. Entre les deux, Il a établi une zone intermédiaire et une barrière infranchissable. [54] C’est Lui qui, de l’eau, a créé les êtres humains qu’Il a unis par la parenté et l’alliance. Ton Seigneur est Omnipotent. [55] Pourtant, ils adorent en dehors de Dieu ce qui ne peut ni leur être utile ni leur nuire. C’est ainsi que l’impie se fait toujours l’auxiliaire des ennemis de son Seigneur !
[56] Nous ne t’avons envoyé qu’à titre de porteur de bonnes nouvelles et d’avertisseur. [57] Dis-leur : « Je ne vous réclame pour cela nul salaire, et je n’ai d’autre ambition que de vous voir prendre la voie qui mène vers votre Seigneur. » [58] Mets ta confiance dans le Vivant, l’Immortel ! Célèbre Ses louanges ! Car Il connaît mieux que quiconque les péchés de Ses créatures.
[59] C’est Lui qui a créé en six jours les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires ; qui S’est ensuite établi sur Son Trône. Il est le Miséricordieux. Interroge sur Lui un connaisseur en la matière !
[60] Quand on leur dit : « Prosternez-vous devant le Miséricordieux ! », ils objectent : « Qui est le Miséricordieux ? Allons-nous, sur ton ordre, nous prosterner devant n’importe qui ? » Et cela ne fait qu’accroître leur répulsion. [61] Béni soit Celui qui a mis des constellations dans le ciel, et y a placé un luminaire et une lune qui éclaire ! [62] C’est Lui qui fait alterner le jour et la nuit pour celui qui veut s’en souvenir ou qui veut rendre grâce à son Seigneur.
[63] Les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur la terre ; ceux qui répondent avec douceur aux ignorants qui les interpellent ; [64] ceux qui passent la nuit, prosternés ou debout, à prier leur Seigneur ; [65] ceux qui disent : « Seigneur, épargne-nous le supplice de l’Enfer », qui est le plus implacable des supplices, [66] car la Géhenne est détestable à la fois comme asile et comme séjour. [67] Ceux qui, dans leurs dépenses, tiennent un juste milieu, de façon à n’être ni avares ni prodigues ;
[68] ceux qui n’invoquent aucune autre divinité à côté de Dieu ; ceux qui n’attentent pas à la vie de leurs semblables que Dieu a déclaré sacrée, à moins d’un motif légitime ; ceux qui ne s’adonnent pas à la fornication, car quiconque commet de tels péchés encourra la sanction de ses forfaits, [69] et le Jour du Jugement dernier, son supplice sera doublé et il le subira éternellement, couvert d’ignominie, [70] hormis ceux qui se repentent, qui croient sincèrement en Dieu et qui font des œuvres salutaires. Ceux-là Dieu transformera leurs mauvaises actions en œuvres méritoires, car Dieu est toute miséricorde et toute indulgence. [71] Celui qui se repent et fait œuvre pie, Dieu agréera son repentir. [72] Ceux qui ne portent pas de faux témoignages et qui, se trouvant en présence de frivolités, s’en écartent avec dignité ; [73] ceux qui ne font ni les sourds ni les aveugles, quand on leur rappelle les signes de leur Seigneur ; [74] ceux qui disent : « Seigneur, fais que nos épouses et nos enfants soient pour nous une source de bonheur ! Daigne faire de nous des modèles de piété pour ceux qui craignent le Seigneur ! »
[75] Voilà ceux qui, en récompense de leur endurance, occuperont les lieux les plus élevés du Paradis, et y seront accueillis par des vœux de salut et de paix, [76] pour demeurer éternellement dans cet agréable asile et ce beau séjour !
[77] Dis aux négateurs : « Mon Seigneur ne Se souciera point de vous, sans votre prière. Mais vous avez traité Sa révélation de mensonge. Désormais, votre châtiment est donc devenu inéluctable ! »

26. Sourate des Poètes (Ash-Shu‘arâ’)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tâ – Sîn – Mîm. [2] Voici les versets du Livre évident. [3] Vas-tu te consumer de chagrin parce qu’ils ne sont pas croyants ? [4] Si Nous l’avions voulu, Nous aurions fait descendre du Ciel un prodige devant lequel ils auraient humblement courbé l’échine. [5] Mais aucun nouveau rappel du Miséricordieux ne leur parvient sans qu’ils s’en détournent [6] en criant au mensonge ; bientôt ils auront des nouvelles de ce qu’ils tournent en dérision. [7] Que n’observent-ils la Terre et la grande variété d’espèces de plantes bienfaisantes que Nous y faisons pousser ? [8] Il y a vraiment là un signe ; mais la plupart d’entre eux ne croient pas. [9] Certes, ton Seigneur est le Tout-Puissant et le Tout-Clément.
[10] Souviens-toi lorsque ton Seigneur appela Moïse et lui dit : « Va trouver ce peuple pervers, [11] ce peuple de Pharaon, pour voir pourquoi ils ne craignent pas le Seigneur. » [12] – « Seigneur, dit Moïse, je crains qu’ils ne me traitent de menteur, [13] et de me sentir le cœur oppressé au point de ne pouvoir m’exprimer. Envoie plutôt Aaron ! [14] Au surplus, ils ont un crime à me reprocher et je crains qu’ils ne me mettent à mort. » [15] – « Il n’en sera rien, dit le Seigneur. Partez tous les deux munis de Nos signes. Nous serons avec vous et Nous écouterons. [16] Allez donc tous deux auprès de Pharaon, et dites-lui : “Nous sommes les messagers du Maître de l’Univers, [17] pour que tu renvoies avec nous les fils d’Israël.” »
[18] Pharaon dit à Moïse : « Ne t’avons-nous pas élevé tout enfant parmi nous ? N’as-tu pas passé plusieurs années parmi nous ? [19] C’est à ce moment-là qu’en ingrat tu as commis le forfait que tu connais. »
[20] – « C’est vrai, répondit Moïse. Je l’ai commis quand j’étais encore du nombre des égarés. [21] Et je me suis enfui par crainte de vous. Aujourd’hui, mon Seigneur m’a donné la sagesse et m’a mis au rang des prophètes. [22] Est-ce là le bienfait que tu me rappelles, alors que tu gardes les fils d’Israël en esclavage ? » [23] – « Qui donc est ce Seigneur de l’Univers ? », demanda Pharaon. [24] – « C’est, reprit Moïse, le Seigneur des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires, pour peu que vous ayez la foi ! » [25] – « Avez-vous entendu ? », dit Pharaon à son entourage. [26] – « Oui, répliqua Moïse, c’est votre Maître et Celui de vos premiers ancêtres. » [27] – « Ce prophète qu’on vous envoie, dit Pharaon, est un vrai possédé ! » [28] – « Oui, continua Moïse, c’est le Seigneur de l’Orient et de l’Occident et de ce qui les sépare, si seulement vous vouliez y réfléchir. » [29] – « Si tu adores une autre divinité que moi, je te jetterai en prison », s’écria Pharaon. [30] – « Et si je t’apportais, dit Moïse, une preuve éclatante ? » [31] – « Apporte-la donc, répliqua Pharaon, si tu es véridique ! »
[32] Moïse jeta alors son bâton qui se transforma aussitôt en vrai serpent. [33] Puis il étendit sa main qui apparut toute blanche aux assistants. [34] » Quel magicien extraordinaire !, dit Pharaon à son entourage. [35] Il veut vous expulser de votre pays au moyen de sa sorcellerie. Que prescrivez-vous » ? [36] – « Remets-le à plus tard, lui et son frère, dirent-ils, et envoie dans les villes des messagers, [37] pour t’amener les magiciens les plus habiles. » [38] Et les magiciens furent ainsi réunis au jour et au moment fixés. [39] Et il fut dit aux gens : « Voudriez-vous vous réunir,
[40] afin que nous suivions les magiciens, si ce sont eux les vainqueurs ? » [41] Et lorsque les magiciens arrivèrent, ils demandèrent à Pharaon : « Aurons-nous une récompense, si nous sommes les vainqueurs ? » [42] – « Assurément, répondit Pharaon, et vous ferez aussi partie de mon entourage. » [43] – « Jetez ce que vous avez à jeter », leur dit Moïse. [44] Ils jetèrent leurs cordes et leurs bâtons en disant : « Par la puissance de Pharaon ! C’est nous qui serons les vainqueurs ! » [45] Après quoi, Moïse jeta son bâton ; et celui-ci happa aussitôt tous leurs artifices.
[46] Les magiciens tombèrent alors prosternés, [47] en disant : « Nous croyons au Seigneur de l’Univers, [48] le Dieu de Moïse et d’Aaron ! » [49] – « Vous avez donc cru en lui, s’écria Pharaon, avant que je ne vous y autorise ? Il est donc votre chef qui vous a appris la magie ! Vous ne tarderez pas à apprendre que je vais vous faire couper une main d’un côté et un pied de l’autre et que je vous ferai tous crucifier. » [50] – « Qu’importe, dirent-ils, car c’est vers notre Seigneur que se fera notre retour. [51] Nous souhaitons qu’Il nous pardonne nos péchés pour avoir été les premiers à nous convertir. »
[52] Nous révélâmes alors à Moïse de partir de nuit avec Nos serviteurs et l’avertîmes qu’il serait poursuivi. [53] Pharaon dépêcha des envoyés dans toutes les villes pour proclamer : [54] » Ils ne sont en fait qu’une bande peu nombreuse, [55] qui nous ont créé bien des difficultés ; [56] mais nous sommes tous sur nos gardes. »
[57] C’est ainsi que Nous poussâmes Pharaon et les siens à quitter leurs jardins et leurs sources, [58] leurs trésors et leurs résidences somptueuses. [59] Ainsi en fut-il. Et Nous donnâmes tout cela en héritage aux fils d’Israël.
[60] Au lever du jour, Pharaon et les siens se lancèrent à leur poursuite.
[61] Et lorsque les deux groupes furent en vue l’un de l’autre, les compagnons de Moïse s’écrièrent : « Nous allons être rejoints ! » [62] – « Il n’en est rien, fit Moïse. Mon Seigneur est avec moi. Il me guidera. » [63] Nous ordonnâmes alors à Moïse de frapper la mer avec son bâton. Et aussitôt les flots se fendirent en deux, formant de chaque côté comme une énorme montagne. [64] Puis, après y avoir attiré Pharaon et son armée, [65] Nous sauvâmes Moïse et les siens, [66] et engloutîmes leurs ennemis.
[67] Il y a là sûrement un enseignement, mais la plupart des hommes ne sont pas croyants. [68] En vérité, ton Seigneur est le Tout-Puissant et le Tout-Clément.
[69] Raconte-leur aussi l’histoire d’Abraham, [70] qui demanda un jour à son père et à son peuple : « Qu’adorez-vous là ? » [71] – « Nous adorons, dirent-ils, des idoles auxquelles nous exprimons en permanence notre attachement. » [72] – « Vous entendent-elles, dit Abraham, quand vous les invoquez ? [73] Vous sont-elles utiles ou peuvent-elles vous nuire ? » [74] – « Non, répondirent-ils, mais c’est ainsi que nous avons vu agir nos pères. » [75] – « Sachez, dit Abraham, que les idoles que vous adorez [76] et qu’adoraient vos lointains ancêtres [77] sont mes ennemis, car il n’est pour moi qu’un seul Dieu, Celui de l’Univers. [78] C’est Lui qui m’a créé et qui me dirige ; [79] c’est Lui qui me nourrit et étanche ma soif ; [80] c’est Lui qui me guérit quand j’ai mal ; [81] c’est Lui qui me fera mourir et qui me ressuscitera [82] et c’est de Lui que j’espère l’absolution de mes péchés, le Jour du Jugement dernier.
[83] Seigneur ! Accorde-moi la sagesse et place-moi au nombre des saints !
[84] Fais que je laisse la réputation d’un homme sincère pour les générations futures ! [85] Fais que je sois parmi les héritiers du Jardin des délices ! [86] Accorde ton pardon à mon père qui était du nombre des égarés, [87] et ne me couvre pas d’opprobre le jour où ils seront ressuscités, [88] au jour où ni richesses ni enfants ne seront d’aucune utilité, [89] sauf pour celui qui viendra à Dieu avec un cœur sain ! »
[90] Ce jour-là, le Paradis sera rapproché des vertueux [91] et l’Enfer sera exposé aux réprouvés, [92] à qui il sera dit : « Où sont ceux que vous adoriez, [93] en dehors de Dieu ? Peuvent-ils vous porter secours ou se secourir eux-mêmes ? » [94] Ils y seront précipités, eux et leurs idoles, [95] ainsi que tous ceux qui avaient pris Satan pour conseiller. [96] Et, se querellant dans l’Enfer, ils diront : [97] » Par Dieu ! Nous étions dans un égarement manifeste, [98] quand nous vous mettions sur le même pied d’égalité que le Maître de l’Univers ! [99] Ce ne sont que des criminels qui nous ont induits en erreur ! [100] Et, aujourd’hui, nous n’avons plus ni intercesseur [101] ni ami sincère. [102] Si au moins nous pouvions revenir sur Terre pour y être du nombre des croyants ! »
[103] Il y a assurément en cela un enseignement ; mais la plupart d’entre eux ne sont pas croyants. [104] En vérité, ton Seigneur est le Puissant et le Compatissant.
[105] Le peuple de Noé a aussi traité les prophètes d’imposteurs, [106] et lorsque leur frère Noé leur dit : « Ne craindrez-vous pas Dieu ? [107] Je viens à vous en messager digne de confiance. [108] Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! [109] Je ne vous réclame aucun salaire ; je n’attends ma récompense que du Maître de l’Univers. [110] Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! »
[111] – « Allons-nous te croire, répondirent-ils, alors que tu n’as été suivi que par la lie du peuple ? »
[112] – « Pouvais-je savoir, dit Noé, ce que ces gens faisaient auparavant ? [113] Ils n’ont de compte à rendre qu’à Dieu. Pourriez-vous le comprendre ? [114] De plus, ce n’est pas moi qui repousserais les croyants, [115] n’étant moi-même qu’un avertisseur chargé de transmettre clairement le message. » [116] – « Ô Noé, lui dit-on, si tu ne cesses pas tes prêches, tu seras à coup sûr lapidé ! »
[117] » Seigneur, dit Noé, mon peuple me traite d’imposteur ! [118] Tranche clairement entre eux et moi, et sauve-moi ainsi que les croyants qui me suivent. » [119] Nous le sauvâmes, lui et ses partisans, dans l’arche pleinement chargée, [120] et Nous submergeâmes tous les autres.
[121] Il y a là assurément un enseignement ; mais la plupart des hommes ne sont pas croyants. [122] En vérité, ton Seigneur est Tout-Puissant, Tout-Compatissant.
[123] Les `Âd accusèrent aussi les prophètes d’imposture. [124] Et lorsque leur frère Hûd leur dit : « Ne craindrez-vous pas le Seigneur ? [125] Je viens vers vous en messager digne de confiance. [126] Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! [127] Je ne vous réclame aucun salaire. Je n’attends ma récompense que du Maître de l’Univers. [128] Construirez-vous sur chaque colline un pavillon pour vos plaisirs frivoles ? [129] Vous doterez-vous de monuments dans l’espoir de vous rendre immortels ? [130] Quand vous employez la violence, vous en usez sans mesure. [131] Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! [132] Craignez Celui qui vous a dispensé les biens dont vous jouissez, [133] qui vous a pourvus de troupeaux et d’une abondante postérité, [134] de jardins et de sources ! [135] Je crains pour vous le châtiment d’un grand jour. » [136] – « Il nous est égal, lui répondirent-ils, que tu nous exhortes ou que tu ne nous exhortes pas !
[137] Ce ne sont là que de vieilles histoires venant des anciens. [138] Nous n’encourrons donc aucun châtiment ! »
[139] Ils le traitèrent ainsi de menteur, et Nous les fîmes périr. Il y a là assurément un enseignement ; mais la plupart d’entre eux n’étaient pas croyants. [140] En vérité, ton Seigneur est Tout-Puissant et Tout-Compatissant.
[141] Les Thamûd traitèrent aussi les prophètes de menteurs, [142] et lorsque leur frère Sâlih leur dit : « Ne craindrez-vous donc pas Dieu ? [143] Je suis pour vous un messager digne de confiance ! [144] Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! [145] Je ne vous réclame aucun salaire ; je n’attends ma récompense que du Maître de l’Univers. [146] Croyez-vous qu’on vous laissera indéfiniment dans ces lieux en toute quiétude, [147] au milieu de jardins, de sources, [148] de champs cultivés, de palmiers-dattiers aux régimes surchargés, [149] et que vous continuerez toujours à tailler habilement dans les montagnes vos demeures ? [150] Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! [151] N’obéissez point aux ordres des outranciers [152] qui sèment le désordre sur la Terre et ne font jamais rien d’utile ! » [153] Ils lui répondirent : « Tu es vraiment un ensorcelé ! [154] Es-tu autre chose qu’un homme comme nous ? Apporte-nous une preuve, si tu es sincère ! » [155] – « Voici une chamelle, comme signe, leur dit-il. Elle aura sa part d’eau un jour ; et vous, la vôtre, un autre jour. [156] Ne lui faites aucun mal, sans quoi le châtiment d’un grand jour s’abattra sur vous ! »
[157] Or, ils l’égorgèrent et eurent le lendemain à s’en repentir, [158] car le châtiment ne tarda pas à les saisir. Il y a là assurément un signe ; mais la plupart d’entre eux n’étaient pas croyants. [159] En vérité, ton Seigneur est Tout-Puissant et Tout-Compatissant.
[160] Le peuple de Loth, lui aussi, traita les prophètes d’imposteurs, [161] lorsque leur frère Loth leur dit : « Pourquoi ne craignez-vous pas le Seigneur ? [162] Je suis pour vous un messager digne de confiance ! [163] Craignez Dieu et obéissez-moi ! [164] Je ne vous réclame aucun salaire, car je n’attends ma récompense que du Maître de l’Univers. [165] Pourquoi choisissez-vous les mâles, parmi les humains, pour assouvir vos désirs, [166] en délaissant vos épouses que Dieu a créées pour vous ? Vous êtes vraiment un peuple pervers ! » [167] – « Ô Loth, lui répondirent-ils, si tu ne cesses pas tes admonitions, tu seras expulsé à coup sûr. » [168] – « J’ai en horreur, dit Loth, ce que vous faites ! [169] Seigneur ! Préserve-moi, ainsi que les miens, de leurs turpitudes. »
[170] Nous le sauvâmes alors, lui et toute sa famille, [171] excepté une vieille femme qui fut parmi les exterminés. [172] Et Nous anéantîmes ensuite tous les autres, [173] en faisant fondre sur eux une pluie de pierres. Et qu’elle est funeste la pluie destinée à ceux qu’on avait en vain avertis !
[174] Il y a là assurément un enseignement ; mais la plupart d’entre eux n’étaient pas croyants. [175] En vérité, ton Seigneur est le Tout-Puissant et le Tout-Compatissant.
[176] Les habitants d’al-Ayka ont également traité les prophètes d’imposteurs, [177] lorsque Shu`ayb leur dit : « Pourquoi ne craignez-vous pas le Seigneur ? [178] Je suis pour vous un messager digne de confiance ! [179] Craignez Dieu et obéissez-moi ! [180] Je ne vous réclame aucun salaire, car je n’attends ma récompense que du Maître de l’Univers.
[181] Donnez la pleine mesure ! Ne soyez pas des fraudeurs ! [182] Utilisez une balance exacte dans vos pesées ! [183] Ne lésez pas vos semblables dans leurs biens et ne semez pas, en corrupteurs, le mal sur la Terre !
[184] Craignez Celui qui vous a créés, vous et les générations antérieures ! » [185] Ils lui répondirent : « Tu es vraiment un ensorcelé ! [186] » Es-tu autre chose qu’un homme comme nous ? Nous sommes persuadés que tu n’es qu’un menteur. [187] Fais donc tomber sur nous un fragment du ciel, si tu es sincère ! » [188] Shu`ayb leur dit alors : « C’est mon Seigneur qui est le mieux renseigné de ce que vous faites. » [189] Mais ils continuèrent à le traiter d’imposteur. Aussi furent-ils saisis par le châtiment du jour de la Nuée, et ce fut le châtiment terrible du grand jour. [190] Et il y avait bien là un enseignement ; mais la plupart d’entre eux étaient incrédules. [191] En vérité, ton Seigneur est le Tout-Puissant et le Tout-Compatissant. [192] En vérité, ce Coran est une révélation émanant du Maître de l’Univers, [193] que l’Esprit fidèle est venu déposer [194] en ton cœur pour que tu sois du nombre des avertisseurs. [195] C’est une révélation en langue arabe claire, [196] qui se trouvait déjà énoncée dans les anciennes Écritures. [197] N’est-ce pas une preuve pour eux que les docteurs du peuple d’Israël en étaient instruits ? [198] Si Nous l’avions révélé à un prophète de langue étrangère, [199] et qu’il le leur eût récité, ils n’y auraient certainement pas cru. [200] C’est ainsi que Nous faisons pénétrer le doute dans le cœur des criminels. [201] Certes, ils n’y croiront pas tant qu’ils ne seront pas en face du châtiment douloureux qui les attend, [202] et qui fondra sur eux à l’improviste au moment où ils s’y attendront le moins. [203] Alors ils s’écrieront : » Pouvons-nous bénéficier d’un délai ? » [204] Comment donc ? Ne sont-ils plus si pressés de voir arriver Notre supplice ? [205] En admettant que Nous leur permettions de jouir de la vie terrestre quelques années encore, [206] et qu’ensuite le châtiment qu’on leur avait annoncé viendrait les surprendre,
[207] à quoi leur aurait servi cette jouissance éphémère ? [208] Nous n’avons jamais détruit une cité sans l’avoir auparavant suffisamment avertie, [209] et rappelée à l’ordre, car Nous n’avons jamais sévi injustement. [210] Non, cette révélation n’a point été transmise par les démons. [211] Cela n’aurait été ni dans leur intérêt ni dans leur pouvoir. [212] D’ailleurs, ils sont à jamais écartés de l’audition du Message divin. [213] N’invoque donc aucune autre divinité avec Dieu, sinon tu serais du nombre des réprouvés. [214] Avertis les gens qui te sont les plus proches, [215] et sois bienveillant à l’égard des croyants qui te suivent ; [216] mais s’ils te désobéissent, dis-leur : « Je désavoue ce que vous faites. » [217] Confie-toi au Tout-Puissant, au Tout-Compatissant, [218] qui te voit quand tu te tiens seul pour prier, [219] et quand tu te trouves parmi ceux qui se prosternent. [220] Il est, en vérité, l’Audient et l’Omniscient.
[221] Voulez-vous que Je vous indique ceux sur qui descendent les démons ? [222] Ils descendent sur les imposteurs et sur les pécheurs. [223] Ils colportent ce qu’ils ont entendu, mais la plupart d’entre eux sont des menteurs. [224] Quant aux poètes, ce sont les égarés qui les suivent. [225] Ne vois-tu pas qu’ils errent au gré de leurs caprices, [226] et qu’ils se vantent de choses qu’ils n’ont jamais accomplies ? [227] Excepté ceux d’entre eux qui ont la foi, qui pratiquent le bien, qui invoquent fréquemment le Nom de Dieu et qui se servent de leurs poèmes pour se défendre quand ils sont agressés. Les agresseurs apprendront un jour quel sort funeste les attend !

27. Sourate des Fourmis (An-Naml)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tâ – Sîn. Ce sont là les versets du Coran, ceux d’un Livre à la clarté limpide, [2] qui constitue une bonne direction et une heureuse nouvelle pour les croyants [3] qui observent la salât, s’acquittent de la zakât et ont foi en la vie future. [4] Quant à ceux qui ne croient pas à l’au-delà, Nous embellissons à leurs yeux leurs œuvres et Nous les laissons divaguer dans leur erreur. [5] Ce sont ceux-là qui subiront les plus grands tourments dans l’autre monde ; ce sont ceux-là les plus grands perdants. [6] En vérité, c’est toi qui reçois le Coran de la part d’un Sage, d’un Omniscient.
[7] Rappelle-toi Moïse lorsqu’il dit un jour aux siens : « J’aperçois un feu au loin ! J’y vais. Peut-être y trouverai-je un renseignement sur notre route ou vous en rapporterai-je, pour vous réchauffer, un tison ardent. » [8] Et lorsqu’il y fut arrivé, il entendit une Voix l’interpeller : « Béni soit Celui qui est dans le feu et Celui qui est tout autour, et gloire à Dieu, le Maître de l’Univers ! [9] Ô Moïse ! C’est Moi, Dieu, le Tout-Puissant, le Sage ! [10] Jette ton bâton ! » Et Moïse, voyant son bâton se tortiller comme un démon, tourna le dos pour fuir sans revenir sur ses pas. « N’aie pas peur, Moïse, reprit la voix. Les messagers n’ont rien à craindre auprès de Moi, [11] excepté celui qui a commis une injustice. Mais à l’égard de celui qui remplace le mal par le bien Je serai Clément et Miséricordieux. [12] Introduis ta main dans l’ouverture de ta tunique. Elle en ressortira toute blanche et sans aucun mal. C’est là un des neuf signes destinés à Pharaon et à son peuple, qui ont toujours été des gens pervers. »
[13] Mais lorsque Nos signes parvinrent à ces derniers pour les éclairer, ils s’écrièrent : « Ce n’est là que de la pure magie ! »
[14] Et bien que convaincus dans leur for intérieur de la véracité de Nos signes, ils les nièrent par injustice et par vanité. Considère quelle a été la fin des corrupteurs.
[15] Nous avons fait don d’une part de Notre science à David et à Salomon, et ils dirent : « Louange à Dieu qui nous a favorisés par rapport à beaucoup de Ses fidèles serviteurs ! » [16] Et quand Salomon hérita de David, il dit : « Ô hommes ! Nous avons été initiés au langage des oiseaux, sans compter tous les autres bienfaits dont nous avons été gratifiés. C’est là, en vérité, une insigne faveur ! »
[17] Les armées de Salomon composées de djinns, d’hommes et d’oiseaux furent rassemblées et placées en rangs devant lui. [18] Et lorsqu’elles arrivèrent à la vallée des fourmis, l’une de celles-ci s’écria : « Ô fourmis ! Regagnez vos demeures de peur que Salomon et ses armées ne vous écrasent sans s’en apercevoir. » [19] Ces paroles firent sourire Salomon qui dit : « Seigneur ! Permets-moi de rendre grâce des bienfaits dont Tu nous as comblés, mon père, ma mère et moi-même. Fais que toutes mes actions Te soient agréables et admets-moi, par un effet de Ta grâce, parmi Tes saints serviteurs. »
[20] Puis, passant les oiseaux en revue, il dit : « Pourquoi ne vois-je pas la huppe ? Serait-elle absente ? [21] Je la punirai sévèrement ou je l’égorgerai sûrement, à moins qu’elle ne me fournisse une excuse valable ! » [22] Mais l’absence de la huppe fut de courte durée. « Je viens d’apprendre, dit-elle, des choses que tu ne connaissais pas et je t’apporte un renseignement sûr au sujet du peuple de Saba’.
[23] J’ai découvert que c’est une femme disposant de grandes ressources et ayant un magnifique trône qui règne sur eux ; [24] et j’ai découvert qu’elle et son peuple adorent le Soleil au lieu d’adorer Dieu, car Satan a embelli leurs actions à leurs yeux et les a détournés du droit chemin, en sorte qu’ils errent sans direction. [25] Que ne se prosternent-ils devant Dieu qui dévoile les secrets des Cieux et de la Terre ; qui sait ce que vous dissimulez et ce que vous divulguez ?
[26] Dieu en dehors de qui il n’y a point de divinité, le Maître du Trône sublime !
[27] – « Nous allons voir, dit Salomon, si tu dis la vérité ou si tu es une menteuse. [28] Emporte ma lettre que voici. Lance-la vers eux et mets-toi en retrait pour voir ce que sera leur réponse. »
[29] » Ô dignitaires, dit la reine, une illustre missive vient de me parvenir. [30] Elle est de Salomon. En voici la teneur : “Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. [31] Ne soyez pas orgueilleux envers moi ! Venez plutôt me faire votre soumission !” » [32] » Ô dignitaires, ajouta la reine, conseillez-moi dans cette affaire ; je ne prendrai aucune décision avant de connaître votre avis. » [33] – « Nous sommes, répondirent-ils, un peuple fort et d’une puissance redoutable. Mais la décision t’appartient. Vois donc toi-même les ordres que tu veux bien nous donner ! » [34] – « En vérité, dit-elle, lorsque les rois s’emparent d’une cité, ils y sèment la ruine et asservissent les plus honorables de ses habitants. C’est ainsi qu’habituellement ils se comportent. [35] Aussi vais-je leur envoyer un présent et attendre la réponse que me rapporteront les messagers. »
[36] Mais lorsque ces derniers se présentèrent à Salomon, celui-ci leur dit : « Vous voulez m’aider par vos présents, alors que ce que Dieu m’a accordé est bien meilleur que ce qu’Il vous a donné ! Vous semblez bien satisfaits de votre cadeau ! [37] Retournez donc chez les vôtres ! Nous allons marcher contre eux avec des armées auxquelles ils seront incapables de résister, et nous les expulserons de leur pays, avilis et humiliés. » [38] Puis, s’adressant à son entourage, Salomon dit : « Qui de vous m’apportera le trône de cette reine avant que son peuple ne vienne me présenter sa soumission ? » [39] – « Moi, répondit un djinn redoutable. Je te l’apporterai avant que tu ne te lèves de ta place. Pour cela, je suis fort et digne de confiance. » [40] – « Et moi, dit un autre qui était initié à l’Écriture, je te l’apporterai en un clin d’œil. » Et lorsque Salomon vit le trône déposé devant lui, il s’écria : « C’est là une faveur que mon Seigneur m’accorde pour m’éprouver si je suis reconnaissant ou ingrat ! Or, celui qui est reconnaissant l’est à son propre avantage. Mais celui qui est ingrat doit savoir que mon Dieu Se suffit à Lui-même, car Il est Riche et Généreux. » [41] Et il ajouta : « Rendez méconnaissable son trône. Nous verrons ainsi si elle va ou non le reconnaître. »
[42] Et lorsque la reine se présenta devant Salomon, on lui demanda : « Ton trône est-il ainsi ? » – « On dirait que c’est lui », dit-elle. – « Le savoir nous a été donné avant elle ; et nous étions déjà soumis », dit Salomon. [43] C’est ce qu’elle adorait auparavant en dehors de Dieu qui l’avait empêchée de croire, car elle appartenait à un peuple de négateurs. [44] » Entre dans ce palais », lui dit-on. Mais lorsqu’elle le vit, elle le prit pour une grande pièce d’eau et découvrit ses jambes pour ne pas se mouiller. Salomon lui dit alors : « C’est un palais dallé de cristal. » – « Seigneur, dit-elle, je me suis fait du tort à moi-même ; et avec Salomon, je me soumets à Dieu, le Maître de l’Univers. »
[45] Nous avons envoyé aux Thamûd leur frère Sâlih pour les inviter à adorer Dieu. Mais ils se divisèrent en deux groupes antagonistes. [46] » Ô mon peuple, leur dit-il, pourquoi cherchez-vous à hâter l’arrivée du mal plutôt que celle du bien ? Que n’implorez-vous le pardon de Dieu, peut-être vous prendra-t-Il en Sa miséricorde ? » [47] – « Nous vous tenons, dirent-ils, toi et tes compagnons, pour des oiseaux de mauvais augure ! » – « Votre sort, répondit Sâlih, relève du Seigneur. Mais vous êtes un peuple que Dieu veut éprouver. »
[48] Or, il y avait dans la ville neuf énergumènes, fauteurs de troubles et bons à rien, [49] qui se dirent : « Faisons serment par Dieu de tuer de nuit Sâlih et les siens et de dire ensuite à son ayant droit : “Nous n’avons pas assisté à leur meurtre. Vous pouvez nous croire.”« [50] Ce fut là le stratagème qu’ils avaient ourdi et que Nous avions déjoué sans qu’ils s’en rendissent compte. [51] Considère quelle a été la fin de leur stratagème, car Nous les fîmes périr, eux et leur peuple, jusqu’au dernier. [52] Et voilà leurs demeures à jamais désertes en raison de leurs méfaits. N’y a-t-il pas là un signe pour ceux qui savent réfléchir ? [53] Nous sauvâmes cependant ceux qui avaient cru et qui craignaient Dieu.
[54] Rappelle-toi aussi Loth qui avait dit à son peuple : « Comment pouvez-vous vous livrer sciemment à une telle infamie, [55] en vous adressant à des hommes plutôt qu’à des femmes pour assouvir vos désirs ? Vous êtes vraiment un peuple barbare ! »
[56] Pour toute réponse, son peuple se contenta de dire : « Chassez la famille de Loth de votre ville ! Ce sont des gens qui affectent la chasteté. » [57] Nous sauvâmes Loth et sa famille, à l’exception de sa femme dont Nous avions décrété la perte avec les autres damnés. [58] Et Nous fîmes tomber sur eux une pluie néfaste, car est toujours néfaste la pluie qui tombe sur ceux qu’on avait en vain avertis.
[59] Dis : « Louange à Dieu, et paix à ceux d’entre Ses serviteurs qu’Il a élus ! » Lequel donc est le meilleur ? Est-ce Dieu ou bien ce que les impies Lui associent ?
[60] N’est-ce pas Lui qui a créé les Cieux et la Terre ? Qui fait descendre, pour vous, du ciel une eau par laquelle Nous faisons croître des jardins splendides, dont vous n’auriez jamais pu faire pousser les arbres ? Y a-t-il donc une autre divinité avec le Seigneur ? Non, bien sûr ! Cependant, ces gens-là s’obstinent dans leur erreur.
[61] N’est-ce pas Lui qui a fait de la terre un lieu de séjour, qui l’a sillonnée de rivières, qui y a fixé des montagnes et qui a établi entre les eaux douces et les eaux salées une barrière ? Y a-t-il donc une autre divinité avec Dieu ? Non, bien sûr ! Mais la plupart de ces gens-là vivent dans l’ignorance.
[62] N’est-ce pas Lui qui exauce le malheureux qui L’implore, qui dissipe le mal et qui vous fait succéder les uns aux autres sur la Terre ? Ou bien existe-t-il une autre divinité avec le Seigneur ? Non, bien sûr ! Que vous êtes donc lents à réfléchir !
[63] N’est-ce pas Lui qui vous guide dans les ténèbres de la terre et de la mer et qui envoie les vents, comme annonciateurs de Sa miséricorde ? Ou bien existe-t-il une autre divinité avec Dieu ? Dieu le Très-Haut est au-dessus de tout ce qu’ils Lui associent.
[64] N’est-ce pas Lui qui instaure la Création, puis la renouvelle, et qui vous procure votre subsistance à la fois du ciel et de la terre ? Avec Dieu, peut-il y avoir une autre divinité ? Dis-leur : « Produisez donc vos preuves, si vous êtes véridiques ! »
[65] Dis : « Aucun de ceux qui peuplent les Cieux et la Terre ne connaît le mystère de l’Univers en dehors de Dieu. » Car ils n’ont même pas une idée du jour où ils seront ressuscités ! [66] Bien pis ! Ils n’ont qu’une vague idée de la vie future, ou plutôt ils en doutent encore, s’ils ne sont pas complètement aveugles à son égard, [67] car les négateurs disent : « Lorsque nous serons réduits en poussière, nous et nos pères, nous fera-t-on revenir à une vie nouvelle ? [68] C’est ce qu’on nous avait déjà promis, ainsi qu’à nos pères avant nous ! Ce ne sont là que de vieilles sornettes ! » [69] Dis-leur : « Parcourez la Terre et voyez quelle a été la fin des criminels. »
[70] Prophète ! Que leur sort ne t’afflige point ! Ne te laisse pas gagner par l’angoisse au sujet de leurs manigances ! [71] Ils disent : « À quand cette promesse, si vous êtes véridiques ? » [72] Réponds-leur : « Il se peut qu’une partie de ce que vous êtes si pressés de voir venir soit déjà à vos trousses. »
[73] En vérité, ton Seigneur est Plein de bonté pour les hommes, mais la plupart d’entre eux manquent de reconnaissance. [74] En vérité, ton Seigneur connaît bien ce que recèlent leurs cœurs et ce qu’ils dévoilent, [75] car il n’y a aucun mystère dans le Ciel et sur la Terre qui ne soit inscrit dans un Livre explicite. [76] En vérité, ce Coran expose aux Fils d’Israël la plupart des sujets qui les divisent,
[77] et il est aussi un guide et une bénédiction pour les fidèles. [78] En vérité, ton Seigneur les départagera par Son Jugement, car Il est Tout-Puissant et Sa science n’a point de limite.
[79] Place donc ta confiance en Dieu, car de toute évidence tu détiens la vérité et tu es dans le bon droit. [80] En vérité, tu ne saurais te faire entendre des morts ni communiquer l’appel aux sourds quand ils te tournent le dos, [81] pas plus que tu ne saurais tirer les aveugles de leur égarement. Seuls t’entendront ceux qui croient en Nos signes, en tant que musulmans.
[82] Le jour où la sentence prononcée contre eux devra être exécutée, Nous ferons surgir de terre une bête qui proclamera que les hommes ne croyaient pas à Nos signes avec certitude. [83] Le jour où Nous rassemblerons, de chaque communauté, une foule de ceux qui traitaient Nos signes de mensonges, ils seront répartis en groupes distincts. [84] Et quand ils se présenteront devant Dieu, Il leur dira : « Avez-vous traité Mes signes de mensonges faute d’en avoir saisi la portée, ou aviez-vous un autre motif d’agir ainsi ? » [85] Et la sentence tombera alors sur eux en punition de leurs crimes, sans qu’ils puissent prononcer aucun mot.
[86] N’ont-ils pas vu que Nous avons établi la nuit pour leur repos, et le jour pour leur assurer une claire vision ? N’y a-t-il pas là des signes pour un peuple qui croit ?
[87] Le jour où l’on soufflera dans la Trompette, tous ceux qui sont dans les Cieux et dans la Terre seront saisis d’effroi, excepté ceux que Dieu voudra bien épargner. Et tous, pleins d’humilité, se présenteront devant Lui. [88] Et tu verras alors les montagnes que tu croyais immobiles filer à la vitesse des nuages. C’est l’œuvre de Dieu qui a tout façonné à la perfection et qui est si bien Informé de tout ce que vous faites.
[89] Ceux qui se présenteront avec de bonnes œuvres en seront bien mieux récompensés, de même qu’ils seront à l’abri de l’épouvante de ce Jour ; [90] tandis que ceux qui se présenteront chargés de péchés, ceux-là seront précipités dans le feu, la face la première : « Pouvez-vous être récompensés autrement que selon vos œuvres ? », leur sera-t-il dit.
[91] Dis aux négateurs : « Je n’ai reçu pour ordre que d’adorer le Seigneur de cette cité qu’Il a Lui-même sanctifiée, car tout Lui appartient. Et il m’a été recommandé d’être du nombre des musulmans [92] et de réciter le Coran. » Quiconque suit la bonne voie ne le fait qu’à son propre avantage. Mais dis à celui qui s’en écarte : « Ma mission ne consiste qu’à avertir ! » [93] Dis encore : « Louange à Dieu ! Il vous montrera bientôt Ses signes et vous les reconnaîtrez. » Ton Seigneur n’est point inattentif à ce que vous faites.

28. Sourate du Récit (Al-Qasas)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tâ – Sîn – Mîm. [2] Voici les versets du Livre édifiant !
[3] Nous allons te raconter en toute vérité, à l’intention des croyants, une partie de l’histoire de Moïse et de Pharaon. [4] Pharaon se comportait en despote dans le pays. Il avait réparti ses habitants en clans et en opprimait une partie en mettant à mort leurs fils et en ne laissant en vie que leurs filles, car c’était un être malfaisant. [5] Or, Nous voulions apporter Notre aide à ces opprimés sur Terre, pour faire d’eux des dirigeants et des héritiers,
[6] en les rendant maîtres du pays, et faire subir à Pharaon, à Hâmân et à leurs armées ce qu’ils avaient tant redouté.
[7] Aussi fîmes-Nous la révélation suivante à la mère de Moïse : « Allaite ton fils et, si tu as peur pour lui, jette-le dans le fleuve, sans éprouver ni crainte ni chagrin à son sujet, car Nous allons te le rendre et en faire l’un de Nos messagers. » [8] La famille de Pharaon recueillit l’enfant sans se douter qu’il allait devenir pour eux un ennemi et une source d’ennuis, car Pharaon, Hâmân et leurs armées étaient dans l’erreur. [9] La femme de Pharaon lui dit : « Cet enfant sera une consolation pour nous deux. Ne le tuez pas ! Peut-être nous sera-t-il utile un jour ou le prendrons-nous pour fils. » Ils ne pressentaient rien de ce qui allait se produire.
[10] Pendant ce temps, le cœur de la mère de Moïse était accablé de douleur. Et peu s’en fallut qu’elle n’en divulguât l’origine, si nous n’avions pas raffermi son cœur afin qu’elle demeurât une vraie croyante. [11] » Ne perds pas de vue ton frère ! », dit-elle à la sœur de Moïse. Et celle-ci se mit à le suivre de loin sans qu’on l’eût remarquée.
[12] Mais comme Nous avions interdit à l’enfant le sein des femmes autres que sa mère, sa sœur leur dit : « Voulez-vous que je vous indique une famille qui pourra se charger du bébé et lui prodiguer les soins dont il a besoin ? » [13] Et c’est ainsi que Nous le rendîmes à sa mère, pour la consoler de sa douleur, faire cesser sa peine et lui montrer que Dieu tient toujours Ses promesses, bien que la plupart des hommes ne s’en doutent guère.
[14] Et lorsque Moïse eut atteint sa majorité et son plein développement, Nous lui donnâmes la sagesse et la science. C’est ainsi que Nous récompensons les gens vertueux.
[15] Un jour, entrant dans la ville à l’insu de ses habitants, Moïse y trouva deux hommes qui se battaient. L’un d’eux était de son clan et l’autre du clan adverse. L’homme qui était de son parti lui demanda son appui contre son adversaire. Moïse assena alors un coup de poing à ce dernier et le tua. Après quoi, il se dit en lui-même : « C’est là l’œuvre du démon ! Il est, en vérité, un ennemi déclaré des hommes qu’il s’acharne à égarer ! [16] » Seigneur ! J’ai été injuste envers moi-même ! Pardonne-moi ! » Dieu lui pardonna, car Il est, en vérité, l’Absoluteur, le Clément. [17] » Seigneur, ajouta Moïse, puisque Tu as été bienveillant à mon égard, je ne prêterai plus jamais assistance aux criminels ! »
[18] Le lendemain, il se retrouva dans la ville, tremblant de peur et toujours sur ses gardes, lorsque celui qui, la veille, lui avait demandé secours l’appela de nouveau à son aide à grands cris. « Décidément, tu es un vrai égaré ! », lui dit Moïse. [19] Et pendant qu’il se disposait à porter un coup à leur ennemi commun, celui-ci lui dit : « Ô Moïse ! Veux-tu me tuer comme l’homme que tu as tué hier ? Tu ne veux donc être qu’un tyran sur Terre et non un bienfaiteur ? » [20] Au même moment, accourant de l’autre bout de la ville, un homme vint dire à Moïse : « Ô Moïse ! Les responsables sont en train de se concerter pour te tuer. Sauve-toi ! C’est un conseil loyal que je te donne. » [21] Pris de peur et toujours sur ses gardes, Moïse quitta la ville en disant : « Seigneur ! Délivre-moi de ce peuple injuste ! »
[22] Et ayant pris la direction de Madyan, il se dit : « Peut-être que mon Seigneur me mettra sur la bonne voie. » [23] Arrivé enfin au point d’eau de Madyan, il y trouva un attroupement de gens occupés à abreuver leurs troupeaux, pendant que deux jeunes femmes, retenant leurs bêtes, se tenaient à l’écart. « Quel est votre problème ? », leur demanda Moïse. « Nous ne pouvons, répondirent-elles, abreuver notre troupeau que lorsque les bergers seront partis, car notre père est d’un âge fort avancé. » [24] Moïse fit alors boire le troupeau des deux jeunes filles et se retira à l’ombre en disant : « Seigneur, j’ai grand besoin de toute grâce dont Tu voudras bien me gratifier ! » [25] Puis l’une des deux jeunes filles revint vers lui, d’un pas timide, pour lui dire : « Mon père voudrait te voir pour te récompenser d’avoir abreuvé notre troupeau. » Moïse se rendit alors auprès du vieillard et lui raconta son histoire. Le vieillard lui dit : « Tu n’as plus rien à craindre. Tu es désormais hors de portée des injustes. » [26] » Ô père, dit l’une des deux jeunes filles, prends-le à ton service. Tu ne pourrais trouver un autre serviteur plus fort et plus digne de confiance. » [27] » Je voudrais, dit le vieillard, te marier à l’une de mes filles que voici, à condition que tu restes huit ans à mon service. Si tu veux aller jusqu’à dix ans, libre à toi de le faire. Je ne t’imposerai rien de pénible et, s’il plaît à Dieu, tu trouveras toujours en moi un homme équitable. » [28] – « C’est convenu entre nous, répondit Moïse, et, quelle que soit la période que j’accomplis, il n’y aura aucun reproche à me faire. Dieu est Garant de notre accord. »
[29] Puis, lorsque Moïse eut accompli la période convenue et qu’il eut prit la route avec sa famille, il aperçut un feu du côté du mont Sinaï. « Restez ici, dit-il. J’aperçois au loin un feu. Peut-être vous en rapporterai-je quelque nouvelle ou un tison ardent pour vous permettre de vous réchauffer. » [30] Et lorsqu’il s’y rendit, une voix l’interpella, du côté droit de la vallée, dans le site béni, et du sein de l’arbre : « Ô Moïse ! Je suis en vérité Dieu, le Maître de l’Univers. [31] Jette ton bâton ! » Mais quand Moïse vit son bâton s’agiter comme un serpent, il se mit à fuir sans se retourner. « Ô Moïse, ajouta la voix, approche et n’aie pas peur ! Tu es de ceux dont la sécurité est assurée. [32] Introduis ta main dans l’ouverture de ta tunique, elle en ressortira toute blanche sans aucun mal. Puis serre tes bras sur ton corps pour dissiper ta frayeur. Ce sont là deux preuves de ton Seigneur, destinées à Pharaon et à ses dignitaires qui forment, en vérité, un peuple pervers. » [33] – « Seigneur, dit Moïse, j’ai tué l’un des leurs, et je crains qu’ils ne me mettent à mort. [34] Mon frère Aaron est plus éloquent que moi. Envoie-le avec moi pour m’assister et confirmer mes dires, car je crains qu’ils ne me traitent de menteur. » [35] Dieu dit : « Nous allons t’accorder le soutien de ton frère et vous donner à tous les deux un tel pouvoir que vos ennemis ne sauront jamais vous atteindre. Et c’est ainsi que, grâce à Nos signes, vous serez, vous et ceux qui vous suivront, les vainqueurs. »
[36] Puis, quand Moïse se présenta à eux, nanti de Nos signes évidents, ils s’écrièrent : « Ce n’est là qu’une magie forgée de toutes pièces ! Nous n’avons jamais entendu parler de cela chez nos premiers ancêtres. » [37] – « Mon Seigneur, rétorqua Moïse, sait mieux que personne qui a reçu de Lui la bonne direction et qui aura le séjour éternel, car, en vérité, les injustes n’ont aucune chance de réussir. » [38] S’adressant alors aux dignitaires, Pharaon dit : « Vous n’avez pas, que je sache, un autre dieu que moi ! Et toi, Hâmân, fais-moi cuire des briques et construis-moi une tour pour que je monte jusqu’au Dieu de Moïse ! Je suis certain que Moïse est un imposteur. » [39] Pharaon et son armée se montrèrent, sans raison, pleins d’arrogance sur terre, pensant qu’ils ne seraient jamais ramenés vers Nous un jour ! [40] Nous le saisîmes, lui et ses troupes, et les précipitâmes tous dans la mer. Considère donc comment finissent les pervers ! [41] Nous avons fait d’eux des prédicateurs qui appellent les hommes à l’Enfer, et qui, le Jour de la Résurrection, ne bénéficieront d’aucun secours. [42] Nous les avons frappés de Notre malédiction dans ce monde, et Nous en avons fait des damnés dans la vie future.
[43] Et après avoir anéanti les premières générations, Nous avons donné à Moïse le Pentateuque, comme à la fois une lumière, une direction et une bénédiction pour les hommes. Peut-être sauront-ils s’en souvenir !
[44] Tu n’étais pas ô Muhammad sur le versant occidental du mont Sinaï, lorsque Nous avons investi Moïse de sa mission. Et tu n’en as pas été témoin. [45] Mais, depuis Moïse, que de générations n’avons-Nous pas fait se succéder et dont le souvenir se perd dans la nuit des temps ! Et tu n’as pas non plus vécu parmi les Madyan pour leur communiquer Nos enseignements. Aussi devions-Nous envoyer des messagers. [46] Tu n’étais pas du côté du mont Sinaï, lorsque Nous avons appelé Moïse. Mais c’est par une grâce émanant de ton Seigneur que te voilà appelé à prêcher un peuple que personne, avant toi, n’est venu avertir. Peut-être sauront-ils s’en souvenir, [47] afin qu’ils ne disent pas, si jamais une calamité les frappait pour prix de leurs œuvres : « Seigneur ! Si seulement Tu nous avais envoyé un prophète, Nous aurions suivi Tes signes, et nous aurions été croyants. »
[48] Mais, lorsque la vérité leur est parvenue de Notre part, ils ont dit : « Si seulement il avait reçu la même chose que Moïse ! » Eh, quoi ! N’avaient-ils pas déjà renié ce qu’avait reçu Moïse autrefois ? Ne disent-ils pas : « Ce sont deux variétés de magie qui se soutiennent mutuellement » ? Et ils ajoutent : « Nous ne croyons ni en l’une ni en l’autre. »
[49] Dis-leur : « Apportez donc de la part de Dieu un Livre qui soit meilleur guide que ces deux-là, et je le suivrai si vous êtes véridiques. » [50] S’ils ne répondent pas à ton appel, sache alors qu’ils ne font que céder à leurs passions. Or, qui est plus égaré que celui qui se laisse dominer par ses passions sans être guidé par Dieu ? Mais Dieu ne guide point les injustes.
[51] Nous leur avons fait parvenir la Parole le Coran, afin qu’ils se souviennent. [52] Ceux que Nous avions initiés aux Écritures avant le Coran croient à ce Livre, [53] et quand on le leur récite, ils disent : « Nous y croyons, parce qu’il exprime la vérité émanant de Notre Seigneur. Et nous étions, avant cette révélation, déjà totalement soumis. » [54] Voilà ceux qui seront rémunérés doublement, parce qu’ils font preuve d’endurance, répondent au mal par le bien, donnent en aumône une partie de ce que Nous leur avons attribué, [55] et se détournent, quand ils entendent un discours frivole, en disant : « À nous notre manière d’agir, et à vous la vôtre ! Que la paix soit avec vous ! Nous ne voulons pas engager de discussion avec des ignorants ! »
[56] Prophète ! Tu ne peux remettre dans le droit chemin un être que tu aimes. Mais seul Dieu dirige qui Il veut, car Il est le mieux à même de connaître ceux qui sont les bien-guidés. [57] » Si nous suivons avec toi la bonne direction, disent les idolâtres, nous serons expulsés de nos terres. » Mais ne les avons-Nous pas installés dans une enceinte sacrée et sûre, où sont acheminées, par un effet de Notre grâce, toutes sortes de produits pour leur subsistance ? Seulement la plupart d’entre eux l’ignorent.
[58] Combien de cités, dont les habitants vivaient dans l’opulence, n’avons-Nous pas anéanties pour leur ingratitude ? Voyez leurs demeures, devenues presque désertes, après leur mort. Et c’est Nous qui en fûmes l’Héritier suprême. [59] Ton Seigneur n’anéantit jamais les cités avant d’envoyer dans leur métropole un messager pour leur réciter Nos versets, car Nous n’avons à anéantir que les cités dont les habitants sont injustes.
[60] Tous les biens qui vous ont été impartis sur Terre ne sont que jouissance éphémère et vaine parure, alors que ce qui est auprès de Dieu est plus précieux et plus durable. Finirez-vous donc par le comprendre ? [61] Celui à qui Nous avons fait une belle promesse, dont il verra à coup sûr l’accomplissement, peut-il être comparé à celui à qui Nous avons accordé quelques brèves jouissances de ce bas monde et qui aura, ensuite, des comptes à rendre au Jour de la Résurrection ? [62] Le jour où Dieu les appellera, Il leur dira : « Où sont donc ceux que vous prétendiez être Mes associés ? » [63] Alors ceux qui auront mérité le châtiment diront : « Seigneur ! Voilà ceux que nous avons égarés comme nous nous sommes égarés nous-mêmes. Nous les désavouons devant Toi. Ce n’est pas nous qu’ils adoraient ! » [64] Et on dira aux négateurs : « Appelez vos associés ! » Et ils les appelleront sans recevoir de réponse. Alors, mis en face du châtiment, ils regretteront de n’avoir pas suivi le droit chemin. [65] Le jour où Dieu les appellera, Il leur demandera : « Qu’avez-vous répondu aux prophètes ? » [66] Mais, ce jour-là, ils seront à court d’arguments et ne pourront même pas s’interroger mutuellement. [67] Quant à celui qui se sera repenti, qui aura cru et fait œuvre pie, celui-là pourra espérer être du nombre des bienheureux.
[68] Ton Seigneur crée ce qu’Il veut et choisit pour les hommes ce qu’ils ne sauraient eux-mêmes choisir. Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de ce qu’on Lui associe ! [69] Ton Seigneur connaît les pensées que recèlent leurs cœurs, ainsi que celles qu’ils divulguent. [70] Il est Dieu ! Il n’est point de divinité en dehors de Lui ! À Lui la louange en ce monde et dans la vie future ! C’est à Lui qu’appartient le Jugement suprême et c’est à Lui que vous ferez retour.
[71] Dis-leur : « Que diriez-vous si Dieu vous avait plongés dans une nuit sans fin jusqu’au Jour du Jugement dernier ? Quelle divinité autre que Dieu aurait pu vous redonner la lumière ? Quand pourrez-vous le comprendre ? » [72] Dis-leur : « Et que diriez-vous si Dieu avait étendu sur vous un jour sans fin jusqu’au Jugement dernier ? Quelle divinité autre que Dieu aurait pu vous ramener la nuit pour votre repos ? Ne le voyez-vous donc pas ? » [73] Mais Dieu, par un effet de Sa miséricorde, a institué la nuit et le jour, pour vous permettre à la fois de vous reposer et d’aller à la recherche de Ses faveurs. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants.
[74] Le Jour de leur comparution, Dieu leur dira : « Où sont les associés que vous prétendiez Me donner ? » [75] Et Nous ferons sortir un témoin de chaque communauté, et leur dirons : « Apportez vos preuves ! » C’est alors qu’ils comprendront que la Vérité n’appartient qu’à Dieu et qu’ils verront leurs illusions s’évanouir.
[76] En vérité, Coré appartenait au peuple de Moïse ; mais sa violence envers ses congénères ne connut point de limite le jour où Nous lui donnâmes tant de trésors que les clefs en étaient trop lourdes à porter pour une bande d’hommes pourtant très forts. Son peuple lui disait : « Ne te réjouis pas trop ! Dieu n’aime pas les gens pleins de gloriole. [77] Emploie plutôt les richesses que Dieu t’a accordées pour gagner l’ultime demeure, sans pour autant renoncer à ta part de bonheur dans ce monde. Sois bon envers les autres comme Dieu l’a été envers toi ! Ne favorise pas la corruption sur la Terre, car Dieu n’aime pas les corrupteurs. »
[78] Mais Coré répondait : « Ce que j’ai, je le dois uniquement à la science que je possède. » Ne savait-il donc pas que Dieu avait déjà détruit avant lui tant de générations d’hommes plus redoutables que lui par leur force et leur nombre ? Mais les criminels ne seront même pas interrogés sur leurs péchés. [79] Coré se présenta un jour devant son peuple avec tout son faste, ce qui poussa ceux qui voulaient jouir de la vie présente à dire : « Si seulement nous possédions des richesses semblables à celles de Coré ! Il a vraiment une chance extraordinaire ! » [80] – « Malheureux que vous êtes, leur répliquèrent ceux qui avaient reçu la science. La récompense de Dieu est bien meilleure pour celui qui croit et pratique les bonnes œuvres. » Mais une telle récompense n’échoit qu’à ceux qui sont constants dans l’épreuve.
[81] Nous fîmes alors engloutir par la terre Coré et son palais, et sa suite fut impuissante à le secourir contre Dieu, pas plus qu’il ne put se secourir lui-même. [82] Et ceux qui, la veille, souhaitaient être à sa place se mirent le lendemain à dire : « Il est vrai que Dieu prodigue Ses richesses ou les restreint à qui Il veut parmi Ses serviteurs. Et si Dieu ne S’était pas montré bienveillant envers nous, Il nous aurait sûrement fait engloutir. Il est donc certain que les négateurs ne pourront jamais réussir ! »
[83] Cette dernière demeure, Nous la réservons à ceux qui ne veulent être, sur Terre, ni altiers ni corrupteurs. Et ce sont ceux qui craignent leur Seigneur qui auront la fin la plus heureuse. [84] Celui qui se présentera avec une bonne action en sera récompensé au-delà de ce qu’elle mérite. Quant à celui qui se présentera avec une mauvaise action, qu’il sache que ceux qui auront commis le mal n’en seront rétribués que selon les fautes qu’ils auront commises.
[85] En vérité, Celui qui t’a prescrit le Coran te ramènera sûrement là où tu aspires à faire retour. Dis : « Mon Seigneur connaît mieux que quiconque celui qui prêche la vérité et celui qui se trouve dans un égarement évident. » [86] Tu n’espérais point que le Livre te serait révélé. Et s’il l’a été, c’est uniquement par un effet de la miséricorde de ton Seigneur. Ne soutiens donc jamais les infidèles. [87] Ne te laisse pas détourner par eux des versets de Dieu, maintenant qu’ils te sont parvenus ! Invite les hommes au culte de Dieu, et ne sois pas du nombre des idolâtres ! [88] Et n’invoque nulle autre divinité que Dieu ! Il n’est de divinité que Lui ! Tout est voué à périr, excepté la Face du Seigneur. C’est à Lui qu’appartient le pouvoir suprême et c’est à Lui que vous ferez retour.

29. Sourate de l’Araignée (Al-‘Ankabût)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm.
[2] Les hommes s’imaginent-ils qu’on les laissera dire : « Nous croyons » sans les mettre à l’épreuve ? [3] Nous avons déjà mis à l’épreuve ceux qui les ont précédés. Dieu connaît parfaitement ceux qui disent la vérité et ceux qui ne font que mentir. [4] Ceux qui commettent de mauvaises actions croient-ils pouvoir Nous échapper ? Comme ils raisonnent mal ! [5] Celui qui espère rencontrer Dieu doit savoir que le terme fixé par Dieu aura immanquablement lieu et que Dieu est Celui qui entend tout et qui sait tout.
[6] Quiconque lutte pour la Cause de Dieu ne lutte en réalité que pour lui-même, car Dieu Se passe volontiers de tout l’Univers.
[7] Ceux qui croient et font le bien, Nous effacerons leurs péchés et Nous les rétribuerons selon les meilleures œuvres qu’ils auront accomplies. [8] Nous avons recommandé à l’homme d’être bon envers son père et sa mère ; mais « si ceux-ci te poussent à M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, ne leur obéis pas. » C’est vers Moi que vous ferez tous retour, et Je vous ferai, alors, connaître toutes vos œuvres ! [9] C’est ainsi que Nous admettrons au nombre des saints ceux qui auront cru et pratiqué le bien.
[10] Certains hommes disent : « Nous croyons en Dieu ! » Mais s’ils ont à souffrir pour la Cause de Dieu, ils considèrent l’épreuve infligée par les hommes comme un châtiment de Dieu. En revanche, quand un secours est accordé par ton Seigneur aux croyants, ils s’empressent de dire : « N’étions-Nous pas avec vous ? », comme si Dieu n’est pas le mieux Informé de ce que recèlent les cœurs.
[11] Certes, Dieu connaît parfaitement les croyants, comme Il connaît parfaitement ceux qui sont hypocrites. [12] Les négateurs disent aux croyants : « Suivez notre voie et nous nous chargeons du poids de vos péchés ! » En vérité, ils sont incapables de s’en charger ; ils ne font que mentir. [13] Mais ce qu’ils auront sûrement à porter le Jour de la Résurrection, c’est le fardeau de leurs propres péchés ainsi que d’autres fardeaux encore en plus des leurs ; de même qu’ils auront sûrement à répondre de leurs inventions mensongères !
[14] Nous avons envoyé Noé auprès de son peuple. Il demeura parmi eux neuf cent cinquante ans. Puis le déluge vint les surprendre en pleine iniquité.
[15] Nous sauvâmes Noé ainsi que ceux qui se trouvaient dans l’arche avec lui, et Nous fîmes de cet événement un signe pour la postérité.
[16] Nous avons également envoyé Abraham, qui dit à son peuple : « Adorez Dieu et craignez-Le ! C’est le mieux que vous puissiez faire, si vous saviez ! [17] » En réalité, vous n’adorez en dehors de Dieu que des idoles et vous n’inventez que des mensonges ! Les divinités que vous adorez en dehors de Dieu n’ont aucun moyen pour vous assurer votre subsistance. Recherchez-la plutôt auprès de Dieu ! Adorez-Le ! Louez-Le ! C’est vers Lui que vous ferez retour. [18] » Si vous criez à l’imposture, d’autres peuples avant vous l’ont déjà fait. Mais la mission d’un prophète ne consiste qu’à transmettre le message en toute clarté. » [19] Ne voient-ils pas comment Dieu instaure la Création, puis la reproduit à nouveau ? Cela est si aisé, en vérité, pour le Seigneur !
[20] Dis : « Parcourez la Terre et voyez comment Dieu a créé, une première fois, les êtres vivants qu’Il fera renaître de nouveau, pour la dernière fois, car Sa puissance n’a point de limite. » [21] Il châtie qui Il veut et Il pardonne à qui Il veut. C’est à Lui que vous ferez retour. [22] Vous ne pouvez aller contre Sa volonté ni sur la Terre ni dans le Ciel ; et il n’y a pour vous, en dehors de Lui, ni allié ni protecteur.
[23] Ceux qui nient les preuves de Dieu ainsi que leur rencontre avec Lui, ceux-là n’auront rien à espérer de Ma miséricorde ; ceux-là subiront un châtiment douloureux.
[24] Pour toute réponse, le peuple d’Abraham s’écria : « Tuez-le ou brûlez-le vif ! » Mais Dieu le sauva du feu. Il y a là vraiment des signes pour des gens qui ont la foi. [25] Et Abraham de leur dire : « Vous n’avez adopté des idoles en dehors de Dieu que pour consolider, entre vous, l’amour qui vous attache à ce bas monde ; mais, le Jour de la Résurrection, vous vous renierez et vous vous maudirez les uns les autres. Et, sans pouvoir bénéficier d’aucun secours, vous aurez l’Enfer pour dernière demeure. »
[26] Loth crut en lui et Abraham dit : « Je me réfugie auprès de mon Seigneur, car c’est Lui le Tout-Puissant, le Sage ! » [27] Nous avons fait don à Abraham d’Isaac et de Jacob, et Nous avons établi dans sa descendance la prophétie et l’Écriture. Nous l’avons récompensé en ce monde, et il siégera parmi les justes, dans la vie future.
[28] Nous avons également envoyé Loth qui dit à son peuple : « Vous pratiquez un vice auquel nul peuple avant vous, de par le monde, ne s’est livré ! [29] Ainsi, vous vous adonnez à l’homosexualité et au brigandage, et vous vous livrez à des actes abominables dans vos assemblées ! » Mais leur seule réponse fut la suivante : « Fais descendre sur nous le châtiment de Dieu, si tu es véridique ! » [30] » Seigneur, dit Loth, viens à mon secours contre ces corrupteurs ! »
[31] Et lorsque Nos émissaires vinrent annoncer à Abraham la bonne nouvelle, ils lui déclarèrent : « Nous allons anéantir les habitants de cette cité, car ce sont des gens véritablement pervers. » [32] » Mais Loth est parmi eux ! », dit Abraham. « Nous savons mieux que quiconque ceux qui s’y trouvent, répondirent les émissaires. Nous le sauverons, lui et les siens, excepté sa femme qui est du nombre des condamnés. » [33] Et lorsque Nos émissaires se présentèrent chez Loth, celui-ci, se sentant incapable de les protéger, fut très affligé à leur arrivée. Mais les émissaires le rassurèrent en lui disant : « N’aie crainte, et ne t’afflige point ! Nous allons te sauver, toi et les tiens, excepté ta femme qui est du nombre des condamnés. [34] Nous allons faire tomber du ciel un cataclysme sur les habitants de cette cité en punition de leurs crimes. »
[35] Et de cette catastrophe Nous avons laissé des traces visibles, pour ceux qui savent réfléchir.
[36] Aux Madyanites Nous avons envoyé leur frère Shu`ayb. « Ô mon peuple, leur dit-il, adorez Dieu et attendez-vous au Jugement dernier ! Ne semez pas le désordre sur la Terre ! » [37] Mais ils le traitèrent d’imposteur. Aussi furent-ils frappés par le séisme et, le matin suivant, le sol de leurs demeures était jonché de cadavres.
[38] Il en fut de même de `Âd et de Thamûd, comme vous pouvez le constater d’après ce qui reste de leurs demeures. Satan avait embelli leurs méfaits à leurs yeux, les détournant ainsi de la Voie salutaire. C’étaient pourtant des gens qui ne manquaient pas de clairvoyance.
[39] Et c’est le même sort que devaient subir Coré, Pharaon et Hâmân, à qui pourtant Moïse avait apporté des preuves évidentes. Mais ils se montrèrent orgueilleux sur la Terre et ne purent échapper à Nos rigueurs. [40] Chacun d’eux a reçu de Nous le châtiment de son crime. Contre les uns Nous avons déchaîné un ouragan, pendant que d’autres ont été saisis par un grondement terrifiant, ou engloutis par la terre, ou noyés sous les eaux. Mais ce n’est pas Dieu qui fut injuste envers eux. Ce sont eux qui furent les propres artisans de leur malheur.
[41] Ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Dieu sont semblables à l’araignée qui, à partir de sa toile, se donne une demeure. Mais y a-t-il une demeure plus fragile que celle de l’araignée ? Si seulement ils pouvaient le savoir !
[42] Dieu sait parfaitement que ce qu’ils invoquent en dehors de Lui n’est que pure fiction. Il est le Tout-Puissant, le Sage. [43] Ce sont là des exemples que Nous proposons aux hommes. Mais seuls les hommes sensés sont à même de les comprendre.
[44] C’est pour une juste cause que Dieu a créé les Cieux et la Terre. Il y a là bien un signe pour les croyants. [45] Récite ce qui t’est révélé du Livre. Accomplis la salât, car la salât préserve des turpitudes et des actes blâmables. Y a-t-il un acte plus grand que celui de se souvenir du Seigneur qui connaît parfaitement tout ce que vous faites ?
[46] Ne discutez avec les gens des Écritures que de la manière la plus courtoise, à moins qu’il ne s’agisse de ceux d’entre eux qui sont injustes. Dites-leur : « Nous croyons en ce qui nous a été révélé et en ce qui vous a été révélé. Notre Dieu et le vôtre ne font qu’un Dieu Unique et nous Lui sommes totalement soumis. »
[47] C’est dans cet esprit que Nous t’avons révélé le Coran. Ceux à qui Nous avons donné l’Écriture y ont foi, et il en est aussi parmi ton peuple qui y croient. Il n’est que les impies qui nient Nos signes. [48] Avant le Coran, tu ne récitais aucun livre ni n’en écrivais aucun de ta dextre. Sans quoi, les négateurs auraient trouvé argument pour douter de l’authenticité du Coran, [49] qui est, en fait, un ensemble de versets évidents qui illuminent le cœur de ceux qui ont reçu la science. Seuls les négateurs rejettent Nos signes [50] et disent : « Que n’a-t-on fait descendre sur lui des miracles de la part de son Dieu ? » Réponds-leur : « Les miracles sont du ressort du Seigneur. Quant à moi, mon rôle se limite à avertir. » [51] Ne leur suffit-il pas que Nous t’ayons révélé le Coran qui leur est récité ? Il y a là pourtant une bénédiction et un rappel pour ceux qui croient.
[52] Dis-leur : « Dieu suffit comme Témoin entre vous et moi. Il sait ce qu’il y a dans les Cieux et sur la Terre. Quant à ceux qui ont choisi l’erreur et qui refusent de croire au Seigneur, ce sont ceux-là les perdants. »
[53] Ils te défient de hâter l’arrivée de leur châtiment. Si le terme n’en était pas fixé d’une manière immuable, ce châtiment les aurait déjà atteints. Et assurément, il les frappera à l’improviste sans qu’ils l’aient pressenti. [54] Ils te défient de hâter leur supplice, alors que la Géhenne est là, cernant les négateurs de toutes parts !
[55] Le Jour où le châtiment les enveloppera de la tête aux pieds, il leur sera dit : « Goûtez le fruit de vos œuvres ! »
[56] Ô Mes serviteurs qui avez foi en Moi ! Ma Terre est assez vaste pour tout contenir ! N’adorez que Moi ! [57] Tout être vivant goûtera la mort et c’est vers Nous que se fera votre retour. [58] Et ceux alors qui auront cru et auront accompli de bonnes œuvres, Nous leur assignerons dans le Paradis, pour l’éternité, des demeures hautement situées et sous lesquelles coulent des rivières. Quelle belle récompense que celle de ceux qui font le bien, [59] qui se montrent endurants et placent leur confiance en leur Seigneur !
[60] Que d’animaux sont inaptes à se procurer leur nourriture ! Et, cependant, Dieu pourvoit à leur subsistance et à la vôtre. Dieu entend tout et sait tout. [61] Si tu leur demandes : « Qui a créé les Cieux et la Terre ? Qui a assujetti le Soleil et la Lune ? », ils répondront sûrement : « C’est Dieu ! » Pourquoi alors se détournent-ils de Lui ? [62] N’est-ce pas Dieu qui prodigue Ses richesses ou les mesure à qui Il veut parmi Ses créatures, et dont la science englobe toute chose ? [63] Et si tu leur demandes : « Qui fait tomber l’eau du ciel pour revivifier la terre après sa mort ? », ils répondront sûrement : « C’est Dieu ! » Dis : « Louange à Dieu ! » Mais la plupart d’entre eux ne raisonnent pas !
[64] La vie d’ici-bas n’est que jeu et divertissement, alors que la véritable vie est celle de la vie future. Mais les hommes le savent-ils ? [65] Quand ils se trouvent à bord d’un bateau, c’est Dieu qu’ils invoquent, en Lui vouant un culte sans partage. Mais dès que Dieu les sauve en les ramenant sur la terre ferme, ils ne tardent pas à Lui donner des associés. [66] Qu’ils manifestent donc leur ingratitude devant les bienfaits que Nous leur avons accordés, et qu’ils jouissent des biens éphémères de ce monde ! Un jour, ils comprendront leur erreur.
[67] Ne voient-ils pas que Nous avons établi pour eux une enceinte sacrée et sûre, pendant que l’insécurité et les rapts règnent tout autour ? Vont-ils continuer à croire au mensonge et à méconnaître les bienfaits du Seigneur ? [68] Qui donc est plus injuste que celui qui invente des mensonges sur Dieu ou qui nie la vérité quand elle lui parvient ? N’y a-t-il pas dans la Géhenne un asile pour les incrédules ?
[69] Ceux qui combattent pour Notre Cause, Nous les guiderons assurément sur Nos sentiers, car Dieu est avec ceux qui s’appliquent à accomplir des œuvres salutaires.

30. Sourate des Byzantins (Ar-Rûm)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm. [2] Les Byzantins ont été vaincus, [3] dans la contrée voisine, et après leur défaite, ils seront les vainqueurs, [4] dans quelques années. La décision finale, aussi bien avant qu’après, appartient à Dieu, et ce jour-là les croyants se réjouiront [5] du secours de Dieu, qui accorde la victoire à qui Il veut, car Il est le Tout-Puissant, le Tout-Compatissant.
[6] C’est là une promesse de Dieu, et Dieu ne faillit jamais à Sa promesse, bien que la plupart des hommes ne le sachent point, [7] car ils ne s’intéressent qu’aux apparences futiles de la vie d’ici-bas et se montrent insouciants de la vie future. [8] Que ne se rendent-ils compte par eux-mêmes que Dieu n’a créé les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires que dans un but bien défini et pour un terme fixé ? Mais la plupart des hommes ne croient point qu’ils sont appelés à comparaître devant leur Seigneur. [9] Que ne parcourent-ils la Terre pour voir quelle a été la fin de ceux qui les avaient devancés ? Pourtant, ils les surpassaient en puissance, savaient cultiver la terre, la peupler et la mettre en valeur beaucoup mieux qu’ils ne le font eux-mêmes. Et leurs messagers leur avaient bien apporté des preuves évidentes. Ce n’est donc pas Dieu qui leur fit du tort. Ce sont eux qui furent injustes envers eux-mêmes. [10] Telle fut la triste destinée de ceux qui faisaient le mal en traitant de mensonges les versets de Dieu et en les tournant en dérision.
[11] Dieu donne la vie une première fois, puis la fait renaître après la mort. Et c’est vers Lui ensuite que vous serez ramenés. [12] Et quand l’Heure sonnera, les criminels seront consternés, [13] car ils ne trouveront aucun intercesseur parmi ceux qu’ils associaient à Dieu, et eux-mêmes s’empresseront de renier leurs divinités. [14] Le jour où l’Heure sonnera, les hommes seront ce jour-là scindés en deux groupes : [15] ceux qui auront cru et fait le bien se réjouiront dans un jardin luxuriant ;
[16] quant aux impies qui auront traité Nos signes de mensonges et refusé de croire à la vie future, ceux-là seront exposés au châtiment.
[17] Glorifiez donc le Seigneur à la tombée de la nuit et au lever du jour ! [18] À Lui la louange dans les Cieux et sur la Terre, au déclin du soleil et au milieu du jour !
[19] Du mort Il fait sortir le vivant, et du vivant Il fait sortir le mort. Il revivifie la terre après sa mort. Et c’est ainsi qu’Il vous fera surgir. [20] C’est aussi un de Ses signes de vous avoir créés de poussière et fait de vous ensuite des êtres humains répandus sur la Terre. [21] Et c’en est un autre que d’avoir créé de vous et pour vous des épouses afin que vous trouviez auprès d’elles votre quiétude, et d’avoir suscité entre elles et vous affection et tendresse. En vérité, il y a en cela des signes certains pour ceux qui raisonnent. [22] Et parmi Ses signes, il y a aussi la création des Cieux et de la Terre, la diversité de vos langues et de vos couleurs. En vérité, il y a en cela des signes pour des esprits éclairés. [23] Parmi Ses signes, il y a également votre sommeil pendant la nuit et le jour, ainsi que votre quête de Ses faveurs. En vérité, il y a là des signes pour des gens qui savent écouter. [24] C’est aussi un de Ses signes que de vous montrer l’éclair qui provoque en vous à la fois la crainte et l’espoir, et de faire tomber du ciel une eau qui revivifie la terre après sa mort. Il y a en cela des signes certains pour ceux qui raisonnent.
[25] C’en est un encore lorsque le ciel et la terre obtempèrent à Son ordre, et qu’ensuite, au premier appel qu’Il vous lancera, vous surgirez aussitôt de la terre. [26] C’est à Lui qu’appartiennent tous ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre, et c’est à Lui qu’ils sont tous soumis. [27] Et c’est Lui qui instaure la première Création, puis la renouvelle avec plus de facilité encore. Il a la Transcendance absolue dans les Cieux et sur la Terre. Il est le Tout-Puissant, le Sage. [28] Dieu vous propose un exemple tiré de vous-mêmes. Seriez-vous disposés à associer vos propres esclaves dans les biens que Nous vous avons octroyés, de manière à en faire vos égaux et à les craindre comme vous vous craignez vous-mêmes ? C’est ainsi que Nous détaillons les signes pour des gens qui raisonnent. [29] Cependant, les injustes n’en continuent pas moins à suivre inconsciemment leurs passions. Mais qui donc peut guider ceux que Dieu égare ? Ceux-là n’ont personne pour les secourir.
[30] Consacre-toi à la religion, en monothéiste sincère ! C’est Dieu qui a voulu que cette croyance fût inhérente à la nature de l’homme. Et l’ordre établi par Dieu ne saurait être modifié. Telle est la religion de la rectitude, mais la plupart des hommes n’en savent rien.
[31] Revenez donc repentants vers le Seigneur ! Craignez-Le et observez la salât ! Ne soyez pas du nombre des idolâtres ; [32] de ceux qui ont fait éclater leur religion en sectes différentes, en sorte que chaque secte se mit à se prévaloir de sa doctrine.
[33] Lorsqu’un malheur frappe les hommes, ils invoquent leur Seigneur et reviennent à Lui, pleins de repentir ; mais sitôt qu’Il leur témoigne quelque miséricorde, voilà qu’un groupe d’entre eux Lui donne des associés, [34] manifestant ainsi leur ingratitude envers les bienfaits dont Nous les avons comblés. « Jouissez donc ! Bientôt vous en saurez les conséquences ! » [35] Leur avons-Nous jamais envoyé une seule preuve accréditant ceux qu’ils associent à Dieu ? [36] Lorsque Nous faisons goûter aux hommes Notre miséricorde, ils s’en réjouissent ; mais dès qu’un malheur les atteint, en punition de leurs péchés, ils se livrent au désespoir. [37] Ne voient-ils pas que Dieu dispense Ses bienfaits avec largesse ou parcimonie à qui Il veut ? En vérité, il y a là des signes certains pour des gens qui croient.
[38] Donne à chacun ce qui lui est dû, qu’il soit proche parent, pauvre ou étranger de passage. C’est la meilleure façon d’agir pour ceux qui cherchent à être agréables à Dieu. Et ce sont ceux-là qui connaîtront le vrai bonheur. [39] L’argent que vous prêtez à usure dans l’espoir de vous enrichir au détriment des biens de vos semblables ne vous sera d’aucun profit auprès de votre Seigneur ; mais l’argent que vous donnez en aumônes zakât, pour être agréables à Dieu, sera pour vous porté à plusieurs fois sa valeur.
[40] C’est Dieu qui vous a créés, qui vous a nourris, et qui ensuite vous fera mourir, puis vous ramènera à la vie. Existe-t-il parmi ceux que vous Lui associez un être qui soit capable d’accomplir un seul de ces prodiges ? Gloire à Dieu ! Il transcende tout ce qu’on Lui associe ! [41] La corruption est apparue sur la terre et dans la mer du fait des agissements des hommes. Dieu leur fera expier une partie de leurs péchés, afin qu’ils reviennent peut-être de leurs erreurs.
[42] Dis : « Parcourez la Terre et voyez quelle a été la fin des peuples qui vous ont devancés, et dont la plupart étaient des associateurs. »
[43] Consacre-toi entièrement à la religion de la droiture, avant que ne vienne, de la part de Dieu, un jour inéluctable où les hommes seront scindés en deux groupes : [44] ceux qui auront été impies et qui auront à répondre de leur impiété, et ceux qui auront accompli des œuvres méritoires et qui auront ainsi préparé leur avenir. [45] C’est ainsi que Dieu accorde Sa grâce à ceux qui croient et accomplissent des œuvres pies, car Il n’aime pas les infidèles.
[46] C’est encore un de Ses signes lorsqu’Il envoie les vents annonciateurs de bonnes nouvelles pour vous faire goûter de Sa miséricorde, et pour que le vaisseau vogue, par Son ordre, et que vous alliez à la recherche de Ses bienfaits. Peut-être en seriez-vous reconnaissants.
[47] Avant toi, Nous avons déjà envoyé des messagers, munis de preuves évidentes, à leurs peuples. Et Nous avons sévi contre les scélérats, car il était de Notre devoir de secourir les croyants.
[48] C’est Dieu qui envoie les vents qui soulèvent les nuages. Puis Il les étend dans le ciel, selon Sa volonté, en fragments, dont on voit sourdre la pluie qui provoque de la joie chez ceux de Ses serviteurs qu’Il a bien voulu faire bénéficier de cette ondée, [49] même si avant de recevoir cette pluie, ils étaient complètement désespérés.
[50] Admire donc les effets de la miséricorde de Dieu ! Vois comment Il redonne la vie à la terre après sa mort ! Tel est Celui qui ressuscite les morts, car Sa puissance n’a point de limite.
[51] Cependant, si Nous déchaînons un vent brûlant et qu’ils voient leurs champs jaunir, ils ne manquent pas, après son passage, de manifester leur ingratitude. [52] Il est certain que tu ne peux te faire entendre des morts ni faire entendre l’appel aux sourds quand ils s’en vont en te tournant le dos ; [53] de même que tu ne saurais guider des aveugles hors de leur égarement. Seuls t’entendront ceux qui ont foi en Nos signes en tant que musulmans.
[54] Dieu vous crée d’abord faibles, puis Il fait succéder la force à la faiblesse, pour vous réduire ensuite à la faiblesse et à la vieillesse ; et Il crée ce qu’Il veut, car Il est l’Omniscient, l’Omnipotent. [55] Et le jour où l’Heure sonnera, les coupables jureront qu’ils ne sont restés sur Terre qu’un court laps de temps, suivant leur habitude de déformer la vérité. [56] Mais ceux qui auront reçu la science et la foi leur diront : « Vous y êtes demeurés, selon le Livre de Dieu, jusqu’au Jour de la Résurrection. Et le voilà, ce Jour de la Résurrection, mais vous ne le saviez pas ! » [57] Ce jour-là, il ne servira à rien aux impies de présenter des excuses, pas plus qu’ils ne seront admis à se racheter.
[58] Nous avons proposé aux hommes dans ce Coran des paraboles de toutes sortes. Mais même si tu leur apportes un prodige, les négateurs diront à coup sûr : « Vous n’êtes que des imposteurs ! » [59] C’est ainsi que Dieu scelle le cœur des ignorants. [60] Sois donc patient ! La promesse de Dieu s’accomplira. Que ceux qui ne sont pas convaincus ne t’ébranlent point !

31. Sourate de Luqmân (Luqmân)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm. [2] Voici les versets du Livre plein de sagesse, [3] qui constitue un guide et une bénédiction pour ceux qui font le bien, [4] qui observent la salât, s’acquittent de la zakât et croient à la vie future. [5] Ceux-là sont sur la bonne voie, de par la volonté de leur Seigneur. Ceux-là sont sur la voie du bonheur.
[6] Il est des gens qui, au mépris de toute science, prônent de futiles discours pour écarter leurs semblables de la Voie du Seigneur, en la discréditant à leurs yeux. À ceux-là est réservé un supplice infamant. [7] Quand on leur récite Nos versets, ils s’en détournent avec orgueil, comme s’ils ne les avaient pas entendus ou comme s’ils étaient durs d’oreille. À ceux-là, pour toute bonne nouvelle, annonce un châtiment exemplaire. [8] Mais à ceux qui croient et pratiquent le bien seront réservés les Jardins du délice, [9] où leur séjour sera éternel. Et c’est ainsi que s’accomplira pour eux la promesse du Seigneur qui est le Tout-Puissant, le Sage.
[10] Il a conçu les cieux sans piliers que vous puissiez voir ; Il a implanté des montagnes dans la terre pour qu’elle ne branle pas sous vos pieds et Il y a disséminé des animaux de toutes sortes. Et du ciel, Nous envoyons de la pluie par laquelle Nous faisons pousser toutes sortes de couples de plantes bienfaisantes. [11] Telle est l’œuvre de Dieu ! Montrez-Moi à présent ce qu’ont créé les divinités que vous adorez en dehors de Lui. Les injustes sont vraiment dans un égarement manifeste !
[12] Nous avons donné, en vérité, la sagesse à Luqmân, en lui disant : « Sois reconnaissant envers Dieu ! Car quiconque est reconnaissant l’est à son propre avantage ; tandis que celui qui se montre ingrat, Dieu Se passera volontiers de sa gratitude, car Il est le Seul Digne de louange. [13] Luqmân exhorta un jour son fils, en lui disant : « Mon cher fils, n’attribue aucun associé à Dieu, car le polythéisme est un crime abominable ! » [14] Nous avons recommandé à l’homme d’être bienveillant à l’égard de ses parents, car sa mère a enduré de multiples souffrances en le portant dans son sein, en le mettant au monde et en l’allaitant deux années durant jusqu’au sevrage. Sois donc reconnaissant envers Moi et envers tes parents ! C’est vers Moi que se fera votre retour. [15] Mais s’ils exercent sur toi une contrainte pour t’amener à M’associer des divinités dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas, tout en continuant à te comporter envers eux en ce bas monde de façon convenable. Suis en cela la voie de celui qui revient repentant vers Moi, car c’est vers Moi que se fera ensuite votre retour, et Je mettrai alors chacun de vous en face des œuvres qu’il aura accomplies.
[16] » Ô mon cher fils, ajouta Luqmân, toute faute, fût-elle du poids d’un grain de moutarde dissimulé dans un rocher, dans les Cieux ou dans la Terre, Dieu la mettra en pleine lumière, car Dieu est Subtil et parfaitement Informé. [17] Ô mon cher fils ! Observe la salât, recommande le Bien et déconseille le Mal ! Supporte avec patience les maux qui peuvent t’atteindre ! Telle est la résolution à prendre et dont tu ne devras jamais te départir. [18] Ne prends pas un air arrogant en abordant tes semblables ! Ne te dandine pas avec insolence dans ta démarche ! Dieu n’aime pas les insolents pleins de gloriole. [19] Sois modeste dans ta démarche ! Baisse la voix quand tu parles, car le plus horrible des cris est bien le braiment de l’âne ! »
[20] Ne voyez-vous pas que Dieu a mis à votre service tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre, et qu’Il vous a prodigué Ses bienfaits aussi bien apparents que cachés ? Et, cependant, il est des gens qui discutent de Dieu à tort et à travers, sans méthode et sans avoir de livre pour les éclairer. [21] Et lorsqu’on leur dit : « Suivez ce que Dieu a révélé ! » Ils rétorquent : « Non, nous suivons plutôt ce que nos ancêtres nous ont légué ! » Quoi ! S’obstineraient-ils à les suivre, même si le démon les conviait au supplice de l’Enfer ?
[22] Quiconque se soumet à Dieu, tout en s’appliquant à faire le bien, se sera assuré la position la plus solide, car c’est de Dieu que dépend l’issue de toute chose.
[23] Que l’impiété des incrédules ne t’afflige point ! C’est vers Nous que se fera leur retour et Nous les mettrons alors en face de leurs actes, car Dieu connaît parfaitement ce que recèlent les cœurs. [24] Nous les laisserons se divertir pendant quelque temps, puis Nous les contraindrons à subir d’immenses tourments.
[25] Si jamais tu leur demandes qui a créé les Cieux et la Terre, ils répondront sûrement : « C’est Dieu ! » Dis-leur alors : « Gloire à Dieu ! » Mais, hélas !, la plupart des hommes ne savent pas reconnaître leurs erreurs. [26] C’est à Dieu qu’appartient tout ce qui est dans les Cieux et tout ce qui est sur la Terre. En vérité, Dieu est Celui qui Se suffit à Lui-même, et qui est le Digne de louange.
[27] Quand bien même tous les arbres de la terre se transformeraient en plumes, et quand bien même la mer, grossie de sept autres mers, deviendrait un océan d’encre pour écrire la Parole divine, que Dieu aurait encore d’autres messages à transmettre ! Car Dieu est, en vérité, le Tout-Puissant, le Sage. [28] Vous créer tous et vous ressusciter tous est aussi aisé pour Dieu que s’il s’agissait de créer un seul homme et de le ressusciter. Dieu entend tout et voit tout.
[29] Ne vois-tu pas que Dieu insère la nuit dans le jour et le jour dans la nuit, qu’Il astreint le Soleil et la Lune à poursuivre leur course, l’un et l’autre, jusqu’au terme fixé, et que Dieu est parfaitement Informé de tout ce que vous faites ? [30] Il en est ainsi parce que Dieu est la Vérité même, et ce que les impies invoquent en dehors de Lui n’est que pur mensonge. Dieu est, en vérité, l’Auguste, le Sublime.
[31] Ne vois-tu pas comment le vaisseau vogue sur la mer, par la grâce du Seigneur qui tient à vous montrer ainsi certains de Ses signes ? Et il y a bien en cela des signes pour qui sait se montrer patient et reconnaissant. [32] Et lorsque des vagues, aussi sombres que des ténèbres, recouvrent leur vaisseau, ils invoquent Dieu avec ferveur et une foi ardente ; mais une fois rendus sains et saufs sur le rivage, il en est parmi eux qui se montrent beaucoup moins fervents dans leurs prières. En vérité, seuls rejettent Nos signes les perfides et les infidèles.
[33] Ô hommes ! Craignez votre Seigneur ! Redoutez le jour où le père ne pourra plus rien pour son fils ni le fils pour son père ! La promesse de Dieu est inéluctable. Que la vie de ce bas monde ne vous induise pas en erreur, et que Satan, le tentateur, ne vous détourne pas de votre Seigneur.
[34] La connaissance de l’Heure du Jugement relève uniquement du Seigneur qui fait tomber la pluie salvatrice, et qui sait ce qu’il y a dans les matrices. Et nulle âme ne sait ce que lui réserve l’avenir, et nulle âme ne sait en quel endroit elle devra mourir. Dieu Seul est Omniscient et parfaitement Informé.

32. Sourate de la Prosternation (As-Sajda)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Alif – Lâm – Mîm. [2] La révélation du Livre émane sans nul doute du Maître de l’Univers. [3] Diront-ils qu’il Muhammad l’a inventé ? Certes, non ! Il est la Vérité même envoyée par ton Seigneur pour que tu avertisses un peuple que personne, avant toi, n’était venu avertir, afin de les amener à prendre le droit chemin.
[4] C’est Dieu qui a créé en six jours les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires, et qui S’est ensuite établi sur Son Trône. Vous ne saurez trouver en dehors de Lui ni protecteur ni intercesseur. Pouvez-vous donc y réfléchir ? [5] Il décide, dans le Ciel, du sort de toute chose sur la Terre, puis tout remonte vers Lui en l’espace d’un jour ayant la durée de mille ans, selon votre calcul. [6] Tel est Celui dont la connaissance englobe le monde mystérieux et le monde visible. Il est le Puissant, le Miséricordieux.
[7] C’est Lui qui a créé toute chose à la perfection et qui a instauré la création de l’homme à partir de l’argile ; [8] puis d’un vil liquide Il a tiré sa descendance ; [9] puis Il lui a donné une forme harmonieuse et a insufflé en lui de Son Esprit, vous dotant ainsi de l’ouïe, de la vue et de l’intelligence. Mais il est rare que vous Lui témoigniez votre reconnaissance !
[10] Ils disent : « Est-il possible que, une fois disparus sous terre, nous aurons à connaître une création nouvelle ? » En réalité, ces gens-là ne croient pas à leur comparution devant leur Seigneur.
[11] Dis-leur : « L’ange de la mort, chargé de vous, recueillera votre âme ; puis vous serez ramenés à votre Seigneur. »
[12] Si tu pouvais voir alors dans quel état d’humiliation comparaîtront les damnés devant leur Seigneur ! « Seigneur, diront-ils, nous avons tout vu et tout entendu à présent. Fais-nous retourner sur Terre, afin d’y faire du bien. Nous sommes maintenant convaincus. »
[13] Certes, si Nous l’avions voulu, Nous aurions mis chaque âme dans la bonne direction. Mais Ma décision de remplir la Géhenne de djinns et d’hommes mêlés ensemble doit s’accomplir. [14] » Goûtez, leur sera-t-il dit, le prix de l’oubli de votre comparution en ce Jour ! Nous vous avons oubliés à Notre tour. Subissez en raison de vos œuvres passées le supplice éternel ! »
[15] Seuls croient réellement à Nos versets ceux qui s’empressent de se prosterner lorsqu’on les leur rappelle, qui exaltent la louange de leur Seigneur et se dépouillent de tout orgueil ; [16] ceux dont les flancs s’arrachent à leurs lits pour prier leur Seigneur, avec crainte et espoir, et qui donnent en aumône une partie de ce que Nous leur avons accordé. [17] Nul ne peut soupçonner les multiples joies dont seront récompensées les œuvres de ces hommes ! [18] Le croyant serait-il semblable au pervers ? Il est certain qu’ils ne sont point égaux.
[19] C’est ainsi que ceux qui croient et pratiquent le bien seront accueillis au Paradis du refuge en récompense de leurs œuvres, [20] tandis que les impies auront pour séjour l’Enfer. Et chaque fois qu’ils tenteront d’en sortir, ils y seront ramenés et s’entendront dire : « Subissez le supplice du Feu que vous traitiez jadis de mensonge ! »
[21] Certes, Nous leur ferons goûter le châtiment mineur de ce monde avant de leur infliger le supplice majeur. Peut-être reviendront-ils de leurs erreurs. [22] Qui est plus injuste que celui qui se détourne des signes de son Seigneur quand on les lui rappelle ? Mais c’est avec rigueur que Nous sévirons contre les criminels. [23] Nous avons effectivement donné l’Écriture à Moïse que tu auras à rencontrer. N’aie aucun doute à ce sujet ! Et Nous en avons fait une bonne direction pour les fils d’Israël. [24] Nous avons élevé certains d’entre eux au rang de chefs spirituels, pour les diriger suivant Nos ordres, aussi longtemps qu’ils se sont montrés persévérants et fermement convaincus de Nos signes. [25] Certes, ton Seigneur les départagera, le Jour de la Résurrection, au sujet de leurs divergences. [26] N’est-ce pas une indication suffisante pour eux que Nous ayons anéanti avant eux tant de générations dont leurs pieds foulent aujourd’hui les anciennes demeures ? N’y a-t-il pas en cela des preuves évidentes ? Ne peuvent-ils pas en saisir le sens ? [27] Ne voient-ils pas que Nous dirigeons vers les terres arides la pluie, par laquelle Nous faisons germer les céréales dont se nourrissent leurs troupeaux et dont ils se nourrissent eux-mêmes ? Ne le voient-ils pas ? [28] Et ils disent : « Quand donc viendra cette victoire, si vous êtes sincères ? » [29] Dis-leur : « Le jour de la victoire, il ne servira à rien aux négateurs de se convertir, et plus aucun délai ne leur sera accordé. » [30] Éloigne-toi de ces impies et attends ! Car eux aussi sont dans l’expectative.

33. Sourate des Coalisés (Al-Ahzâb)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô Prophète ! Crains Dieu et n’obéis ni aux négateurs ni aux hypocrites ! Dieu est, en vérité, Omniscient et Sage. [2] Observe scrupuleusement ce qui t’est révélé de la part de ton Maître ! Dieu est parfaitement au courant de ce que vous faites. [3] Mets ta confiance en Dieu ! Dieu te suffit comme protecteur. [4] Dieu n’a pas doté l’homme de deux cœurs, pas plus qu’Il n’a assimilé à vos mères vos épouses à qui vous dites en les répudiant : « Tu es aussi illicite pour moi que le dos de ma mère » ; de même qu’Il n’a point assimilé vos enfants adoptifs à vos propres enfants. Ce ne sont là que des propos que vous prononcez à la légère. Dieu dit la vérité et c’est Lui qui montre le droit chemin. [5] Appelez les enfants adoptifs par le nom de leur vrai père ; cela est plus juste auprès de Dieu. Si vous ne connaissez pas leur père, considérez-les comme vos frères en religion ou comme vos alliés. Aucun grief ne vous sera fait de vos erreurs, mais seulement des fautes que vous commettez délibérément. Cependant, Dieu est Plein d’indulgence et de mansuétude. [6] Le Prophète a plus de droits sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-mêmes ; et ses épouses sont leurs mères. D’après le Livre de Dieu, les liens du sang ont la priorité dans les successions sur ceux qui unissent les croyants de Médine et les émigrés de La Mecque, à moins que vous ne fassiez quelque donation en faveur de vos alliés, tel que cela est inscrit dans le Livre.
[7] Rappelle-toi que Nous avons pris l’engagement des prophètes : le tien, celui de Noé, d’Abraham, de Moïse, de Jésus, fils de Marie, – et ce fut un engagement des plus solennels – [8] afin que Dieu demande compte aux véridiques de leur sincérité. Et Il a préparé un châtiment terrible pour les impies. [9] Ô vous qui croyez ! Souvenez-vous des bienfaits de Dieu à votre égard lorsque, pour vous délivrer des armées qui marchaient contre vous, Nous suscitâmes contre elles un ouragan et des troupes que vous ne pouviez voir, car rien n’échappe à la vigilance du Seigneur. [10] Et au moment où les ennemis vous assaillaient de toutes parts, vos yeux étaient hagards d’épouvante et la frayeur vous prenait à la gorge, pendant que vous vous livriez sur Dieu à toutes sortes de conjectures. [11] C’est là que les croyants furent mis à rude épreuve et ébranlés par une terrible secousse, [12] tandis que les hypocrites et les sceptiques disaient : « Dieu et Son Prophète ne nous ont fait donc que de vaines promesses ! », [13] et qu’au même moment certains d’entre eux s’écriaient : « Ô gens de Yathrib ! Vous n’avez plus rien à faire ici ! Retournez chez vous ! », alors que d’autres demandaient au Prophète la permission de se retirer de la bataille, en disant que leurs foyers étaient restés sans défense. Or, leurs foyers n’étaient pas en danger ; la réalité, c’est qu’ils voulaient seulement s’enfuir. [14] Et si la ville avait été envahie en quelques points, et que les envahisseurs leur avaient demandé d’abjurer leur foi, ils se seraient exécutés sans hésiter longtemps à le faire. [15] Et pourtant, ils s’étaient engagés, auparavant, devant Dieu à ne pas battre en retraite devant l’ennemi. Or, il est toujours rendu compte de tout pacte conclu avec le Seigneur.
[16] Dis-leur : « La fuite ne vous servira à rien, si vous fuyez pour ne pas mourir ou pour ne pas être tués au combat, car, de toute manière, vous ne jouirez que peu de temps de la vie. » [17] Dis-leur aussi : « Qui peut aller contre la volonté de Dieu s’Il veut vous accabler d’un malheur ou s’Il veut vous gratifier d’une faveur ? » Aussi ne trouveront-ils en dehors de Dieu ni allié ni protecteur.
[18] Certes, Dieu connaît bien ceux d’entre eux qui sèment le défaitisme et qui disent à leurs frères : « Ralliez-vous à nous ! », sans jamais déployer eux-mêmes au combat que peu d’ardeur, [19] par avarice à votre égard. Mais quand ils se sentent eux-mêmes en danger, tu les vois porter sur toi des regards angoissés, comme s’ils étaient à l’article de la mort. Et dès que le danger est passé, ils s’acharnent sur vous de leurs langues acérées, par cupidité pour le butin. Ces gens-là n’ont rien des vrais croyants. Aussi Dieu réduira-t-Il leurs œuvres à néant, et cela est si facile pour Lui. [20] Ils pensent que les coalisés sont toujours là. Mais même si ces derniers revenaient, les hypocrites préféreraient se trouver dans le désert, parmi les nomades, et se contenter de prendre de loin de vos nouvelles. D’ailleurs, fussent-ils parmi vous, ils n’auraient fait preuve au combat que de peu d’ardeur. [21] Vous avez, dans le Prophète de Dieu, un si bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier, et qui évoque souvent le Nom du Seigneur. [22] Et quand les croyants virent les coalisés, ils s’écrièrent : « Voici ce que nous avaient promis Dieu et Son Prophète ! Dieu et Son Prophète ont donc dit la vérité. » Et cela n’a fait que renforcer leur foi et leur soumission.
[23] Il est parmi les croyants des hommes qui ont tenu loyalement leur engagement vis-à-vis de Dieu. Certains d’entre eux ont déjà accompli leur destin ; d’autres attendent leur tour. Mais ils n’ont jamais rien changé à leur comportement, [24] de sorte que Dieu récompensera les hommes loyaux pour leur sincérité, et châtiera, s’Il le veut, les hypocrites ou leur pardonnera. En vérité, Dieu est Indulgent et Compatissant.
[25] Dieu a fait rebrousser chemin aux infidèles, le cœur plein de rage et sans qu’ils aient acquis aucun avantage. Dieu épargna ainsi le combat aux croyants, car Dieu est Fort et Puissant. [26] Et Il a fait descendre de leurs forteresses ceux des gens de l’Écriture qui avaient prêté assistance aux coalisés, et a jeté l’effroi dans leurs cœurs. Vous en avez tué une partie et vous en avez capturé une autre.
[27] Dieu vous a fait ainsi hériter de leur pays, de leurs demeures, de leurs richesses et d’une terre que vos pieds n’avaient jamais foulée. La puissance de Dieu n’a point de limite.
[28] Ô Prophète ! Dis à tes épouses : « Si vous désirez les plaisirs et le faste de ce monde, venez que je vous verse une indemnité honorable et que je vous libère dignement. [29] Mais, si c’est Dieu que vous recherchez ainsi que Son Prophète et la vie future, Dieu a préparé pour les bienfaisantes d’entre vous une magnifique récompense. » [30] Ô femmes du Prophète ! Une peine double sera infligée à celle d’entre vous qui aura commis une turpitude flagrante ; cela est si facile pour Dieu.
[31] Nous doublerons la récompense de celle d’entre vous qui est soumise à Dieu et à Son Prophète, et qui fait le bien. Et Nous lui réserverons une généreuse rétribution.
[32] Ô femmes du Prophète ! Vous n’êtes en rien comparables aux autres femmes. Si vous êtes pieuses, ne vous montrez pas trop complaisantes dans vos propos, afin de ne pas éveiller de désirs coupables dans certains cœurs malsains. Soyez décentes dans vos propos. [33] Restez avec dignité dans vos foyers ! N’étalez pas avec coquetterie votre beauté à la manière des femmes de l’époque antéislamique ! Observez la salât ! Acquittez la zakât ! Obéissez à Dieu et à Son Prophète ! Dieu ne veut qu’éloigner de vous toute infamie, ô gens de la famille du Prophète, et vous purifier de toute souillure. [34] Ayez constamment à l’esprit les versets de Dieu et les sages préceptes qui sont récités dans vos demeures ! Dieu est Plein de bonté et parfaitement Informé.
[35] Les musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les hommes pieux et les femmes pieuses, les hommes sincères et les femmes sincères, les hommes patients et les femmes patientes, ceux et celles qui craignent Dieu, ceux et celles qui pratiquent la charité, ceux et celles qui observent le jeûne, ceux et celles qui sont chastes, ceux et celles qui invoquent souvent le Nom du Seigneur, à tous et à toutes Dieu a réservé Son pardon et une magnifique récompense.
[36] Il ne convient pas à un croyant ni à une croyante de suivre leur propre choix dans une affaire, une fois que Dieu et Son Prophète en ont décidé autrement. Quiconque désobéit à Dieu et à Son Prophète s’égare de toute évidence. [37] Souviens-toi de celui que Dieu et toi-même avez comblé de bienfaits, et auquel tu disais : « Garde pour toi ton épouse, et crains Dieu », tout en dissimulant au fond de toi-même ce que Dieu allait rendre public. Tu redoutais l’opinion publique, alors que c’est Dieu que tu devais craindre. Lorsque Zayd eut cessé toute relation avec sa femme, Nous te la donnâmes en mariage afin qu’il ne soit plus interdit aux musulmans d’épouser les femmes avec lesquelles leurs fils adoptifs auront cessé tout commerce. L’ordre de Dieu devait être exécuté.
[38] Nul grief n’est à faire au Prophète pour ce que Dieu lui a accordé, conformément aux lois établies par Dieu pour les prophètes qui l’ont précédé – les décrets de Dieu étant inéluctables –, [39] pour ceux qui transmettaient les messages de Dieu, Le craignaient sans redouter nul autre que Lui, car Dieu suffit pour établir le compte exact des hommes. [40] Non, Muhammad n’est le père d’aucun homme d’entre vous, mais il est l’Envoyé de Dieu et le sceau des prophètes. Dieu est au courant de tout.
[41] Ô croyants ! Invoquez souvent le Nom de Dieu ! [42] Glorifiez-Le matin et soir ! [43] C’est Lui qui prie pour vous, ainsi que Ses anges, afin de vous faire passer des ténèbres à la lumière, car Dieu est Plein de mansuétude pour les croyants,
[44] qui seront accueillis, le jour où ils comparaîtront devant le Seigneur, par le mot : « Paix ! Salâm ! », car Dieu aura préparé pour eux une belle récompense.
[45] Ô Prophète ! Nous t’avons envoyé à la fois comme témoin, annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur, [46] afin que par la permission de Dieu, et tel un flambeau étincelant, tu appelles les hommes à Dieu. [47] Annonce donc aux croyants la grâce infinie qui les attend auprès de leur Seigneur ! [48] N’obéis ni aux infidèles ni aux hypocrites ! Que leurs offenses ne t’affectent point ! Fie-toi à Dieu ! Dieu suffit comme protecteur.
[49] Ô vous qui croyez ! Si vous épousez des croyantes et qu’ensuite vous les répudiez, avant d’avoir consommé le mariage, vous n’avez pas le droit de leur imposer une période de viduité. Accordez-leur un don de consolation et rendez-leur honnêtement la liberté.
[50] Ô Prophète ! Nous déclarons licites pour toi tes épouses que tu as dotées et les captives que Dieu t’a accordées au titre de butin de guerre, comme nous te permettons d’épouser les filles de ton oncle paternel, les filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, les filles de tes tantes maternelles qui ont émigré avec toi, ainsi que toute croyante qui aura offert sa main au Prophète, pourvu que tu donnes ton consentement. C’est là un privilège qui t’est accordé, à l’exclusion des autres croyants. Certes, Nous connaissons les règles que Nous leur avons prescrites au sujet de leurs épouses et de leurs esclaves, et ce afin qu’aucun grief ne te soit fait. Dieu est Indulgent et Miséricordieux.
[51] Libre à toi de faire attendre celle de tes épouses que tu voudras, de retenir près de toi celle que tu voudras et de reprendre l’une de celles que tu avais écartées. Cela est de nature à les consoler, à leur épargner la tristesse et à les rendre toutes heureuses des faveurs que tu pourras leur accorder. Dieu lit si bien dans vos cœurs. Il est Omniscient et Compatissant. [52] Il ne t’est plus permis désormais de prendre d’autres femmes ou de changer d’épouses, en dehors de tes esclaves, même si tu étais attiré par la beauté d’autres femmes. Rien n’échappe à la vigilance du Seigneur.
[53] Ô croyants ! N’entrez dans les demeures du Prophète que si vous êtes invités à un repas. Évitez d’être là à attendre que le repas soit prêt. Quand vous êtes invités, entrez et après avoir mangé, dispersez-vous, sans vous livrer à des propos familiers. En vérité, cela offenserait le Prophète qui aurait honte de vous en faire part. Mais Dieu n’a pas honte de dire la vérité. Quand vous demandez quelque chose aux épouses du Prophète, faites-le derrière un voile. Vos cœurs et les leurs n’en seront que plus purs. Vous ne devez pas offenser l’Envoyé de Dieu ni épouser ses femmes après lui. Ce serait une énormité auprès de Dieu.
[54] Que vous divulguiez une chose ou que vous la teniez secrète, Dieu en est parfaitement Informé.
[55] Il ne sera pas fait grief aux croyantes de paraître sans voile devant leurs pères, leurs enfants, leurs frères, leurs neveux, leurs femmes de ménage et leurs esclaves. Craignez donc Dieu ! Dieu est Témoin de toute chose. [56] Dieu et Ses anges bénissent le Prophète. Ô croyants ! Bénissez-le et appelez sur lui le salut ! [57] Ceux qui offensent Dieu et Son Prophète, Dieu les maudira en ce monde et dans l’autre, et leur fera subir un châtiment infamant. [58] Ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérité se chargent d’une infamie et commettent un grave péché.
[59] Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener un pan de leurs voiles sur elles. C’est le meilleur moyen pour elles de se faire connaître et d’éviter ainsi d’être offensées. Dieu est Plein d’indulgence et de compassion. [60] Si les hypocrites, les sceptiques et les alarmistes de Médine ne cessent pas leurs agissements, Nous te lancerons contre eux ; et leur présence dans ton voisinage sera de courte durée. [61] Toujours maudits, ils seront capturés en quelque lieu où ils se trouvent et éliminés sans pitié. [62] Telle est la loi établie par Dieu à l’égard des générations révolues, et la loi du Seigneur est immuable.
[63] On t’interroge sur l’Heure. Réponds : « Sa connaissance est du ressort exclusif du Seigneur ! » D’ailleurs, qu’en sais-tu, toi-même ? Elle est peut-être imminente. [64] Dieu maudit les impies et les voue à l’Enfer, [65] où leur séjour sera éternel, sans qu’ils puissent trouver ni allié ni protecteur. [66] Le jour où leurs visages seront tournés et retournés dans le Feu, ils s’écrieront : « Quel regret de n’avoir pas obéi à Dieu et de n’avoir pas obéi au Prophète ! » [67] Et ils ajouteront : « Seigneur ! Nous obéissions à nos chefs et à nos dignitaires et ce sont eux qui nous ont détournés du droit chemin. [68] Seigneur ! Inflige-leur le double de notre châtiment, et que leur malédiction ne connaisse jamais de fin ! »
[69] Ô croyants ! N’imitez pas ceux qui ont calomnié Moïse ! Dieu l’a innocenté de leurs accusations, car Moïse avait une place de choix auprès de son Seigneur.
[70] Ô croyants ! Craignez Dieu et dites des choses conformes à la vérité, [71] afin qu’Il rende vos œuvres plus méritoires et absolve vos péchés. Quiconque obéit à Dieu et à Son Prophète obtiendra un immense succès.
[72] En vérité, Nous avons proposé le dépôt de la foi aux Cieux, à la Terre et aux montagnes, mais tous refusèrent d’en assumer la responsabilité et en furent effrayés, alors que l’homme, par comble d’ignorance et d’iniquité, s’en est chargé. [73] Et il en fut ainsi afin que Dieu châtie les hypocrites et les idolâtres parmi les hommes et les femmes, et afin aussi qu’Il agrée le repentir des croyants et des croyantes. Dieu est Plein d’indulgence et de compassion.

34. Sourate des Saba’ (Saba’)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Louange à Dieu à qui appartient tout ce qui est dans les Cieux et tout ce qui est sur la Terre ! Louange à Lui dans la vie future ! Il est le Sage, le Bien-Informé. [2] Il sait ce qui pénètre dans la terre et ce qui en sort, ce qui descend du ciel et ce qui y monte. Il est le Compatissant, le Clément.
[3] Les négateurs disent : « L’Heure ne nous atteindra pas ! » Réponds-leur : « Mais si, par mon Seigneur qui connaît le mystère de l’Univers ! Elle vous atteindra à coup sûr, car rien de ce qui est dans les Cieux ou sur la Terre, fût-il du poids d’un atome, n’échappe à la connaissance du Seigneur. Et il n’est rien de plus petit ni de plus grand qui ne soit mentionné dans un Livre explicite, [4] afin que Dieu récompense ceux qui croient et font le bien, et auxquels sont réservés l’absolution et un don généreux, [5] contrairement à ceux qui s’emploient à rendre Nos signes inopérants et qui seront voués à de terribles et douloureux tourments, [6] et afin aussi que ceux qui ont reçu la science soient persuadés que le Livre qui t’a été révélé exprime bien la vérité et qu’il engage dans la Voie du Tout-Puissant, du Digne de louange.
[7] Ceux qui ne croient pas disent : « Voulez-vous que nous vous montrions un homme qui prétend que, lorsque vous serez décomposés et réduits en poussière, vous aurez à connaître une vie nouvelle ?
[8] S’agit-il d’un mensonge qu’il attribue à Dieu ? Ou est-il simplement devenu fou ? » Il n’en est rien ! La réalité est que ceux qui ne croient pas à la vie future et qui sont voués au châtiment se trouvent plutôt en plein égarement. [9] Ne voient-ils donc pas s’étendre autour d’eux, de toutes parts, les Cieux et la Terre ? Si Nous le voulons, Nous les ferons engloutir par la terre ou Nous ferons tomber sur eux des blocs du ciel. En vérité, il y a là un signe pour tout serviteur qui veut se repentir.
[10] David reçut une insigne grâce de Notre part : « Ô montagnes, faites écho à ses cantiques ! Et vous, oiseaux, reproduisez-en aussi les airs ! » Et Nous avons rendu le fer malléable entre ses mains [11] en lui disant : « Fabrique des cuirasses et que les mailles en soient bien ajustées ! Accomplissez de bonnes actions, car Je vois tout ce que vous faites. »
[12] Et à Salomon Nous soumîmes le vent qui se mit à parcourir, le matin, la distance d’un mois de marche, et autant, le soir, dans le sens contraire. Et Nous fîmes jaillir pour lui la source d’airain. Par ordre de son Seigneur, des djinns étaient affectés à son service. Et Nous aurions fait goûter le châtiment du Brasier à quiconque parmi eux se serait soustrait à Nos ordres. [13] Ils fabriquaient pour Salomon ce qu’il voulait en fait de sanctuaires, de statues, de chaudrons pareils à des bassins, et de marmites bien ancrées. Travaillez, ô gens de David, et rendez grâce au Seigneur, car peu de Mes serviteurs sont reconnaissants. [14] Et lorsque Nous eûmes décidé sa mort, les djinns ne s’en rendirent compte que grâce aux termites qui avaient rongé la canne qui lui servait d’appui. Et quand il s’écroula, les djinns convinrent que s’ils connaissaient le mystère, ils n’auraient pas continué à exercer aussi longtemps une tâche si avilissante.
[15] Le pays des Saba’ portait en lui la marque de la bonté divine : deux jardins qui s’étendaient de part et d’autre. « Mangez, leur fut-il dit, de ce que Dieu vous a accordé, et soyez-Lui reconnaissants : contrée heureuse et Maître Clément. »
[16] Mais ils se détournèrent de Nous. Nous déchaînâmes alors contre eux le torrent d’al-`Arim et Nous transformâmes leurs deux vergers en deux jardins qui n’offraient plus que des arbustes aux fruits amers, des tamaris et quelques rares jujubiers. [17] C’est ainsi que Nous les avons rétribués pour leur impiété. Sanctionnerions-Nous jamais un autre que l’impie obstiné ?
[18] Et Nous établîmes entre eux et les cités que Nous avions bénies d’autres cités à portée de regard et séparées par des étapes rapprochées. « Voyagez entre elles, de nuit et de jour, en toute sécurité. » [19] – « Seigneur, dirent les Saba’, fais que nos étapes soient plus longues », se faisant ainsi tort à eux-mêmes. Nous fîmes d’eux alors des sujets de légendes et les dispersâmes de tous côtés. En vérité, il y a là des signes pour tout homme patient et reconnaissant.
[20] Satan avait misé sur eux, et ils l’ont suivi, excepté un groupe de croyants parmi eux. [21] En vérité, il n’avait aucun pouvoir sur eux, si ce n’est que Nous voulions distinguer ceux qui croyaient à la vie future de ceux qui en doutaient. Ton Seigneur est le Gardien vigilant de toute chose.
[22] Dis-leur : « Appelez ceux que vous prenez pour divinités en dehors de Dieu ! Ils ne possèdent même pas le poids d’un atome ni dans les Cieux ni sur la Terre, à la création desquels ils n’ont jamais été associés, et Dieu ne compte pas d’auxiliaire parmi eux. »
[23] Nulle intercession auprès de Dieu n’est efficace qu’en faveur de celui à qui Il le permet. Et quand la frayeur de ceux qui sollicitent cette intercession aura disparu, ils demanderont : « Qu’a dit votre Seigneur ? » – « La Vérité, leur sera-t-il répondu. N’est-Il pas l’Auguste, le Sublime ? »
[24] Demande aux infidèles : « Qui vous procure votre subsistance des Cieux et de la Terre ? » Réponds : « C’est Dieu », et ajoute : « Alors de nous et de vous, à coup sûr, si l’un est dans la bonne voie, l’autre est totalement dans l’erreur. »
[25] Dis : « Vous n’aurez pas à répondre de nos fautes, pas plus que nous n’aurons à répondre des vôtres. »
[26] Dis : « Dieu, notre Seigneur, nous réunira ensemble et jugera entre nous en toute justice. Il est le Juge souverain dont la science n’a point de limite. »
[27] Dis : « Montrez-moi ceux que vous Lui donnez comme associés ! Mais Il n’en a point. Il est plutôt Dieu, le Tout-Puissant, le Sage. »
[28] Nous ne t’avons envoyé à l’ensemble de l’humanité que pour porter l’annonce et donner l’alarme. Mais la plupart des hommes ne le savent point.
[29] Ils disent : « À quand cette promesse, si vous êtes véridiques ? » [30] Réponds-leur : « Votre rendez-vous est pour un jour que vous ne pouvez ni reculer ni avancer, fût-ce d’un court instant. » [31] Les négateurs disent : « Nous ne croirons jamais à ce Coran ni aux Écritures qui l’ont précédé. » Ah ! Si tu pouvais assister à la comparution des injustes devant leur Seigneur, en train de s’accuser les uns les autres. « Sans vous, diront les humbles aux superbes, nous aurions certainement été croyants ! »
[32] Et les superbes de leur répondre : « Est-ce nous qui vous avons empêchés de suivre la bonne voie quand elle vous a été indiquée ? Non, vous étiez vous-mêmes des criminels ! » [33] – « Non, diront les humbles, ce sont vos manœuvres incessantes, de nuit et de jour, qui nous incitaient à nier Dieu et à Lui donner des associés ! » Et à la vue du châtiment, ils chercheront à dissimuler leurs regrets, car Nous aurons déjà mis les carcans aux cous des négateurs. Seront-ils rétribués pour autre chose que ce qu’ils ont fait ?
[34] Nous n’avons jamais envoyé d’avertisseur vers une cité sans que ses habitants opulents aient dit : « Nous dénions absolument le message dont vous êtes chargés ! [35] Nous sommes, disent-ils, trop bien pourvus en richesses et en enfants pour être passibles d’un quelconque châtiment ! » [36] Dis-leur : « Dieu dispense avec générosité ou parcimonie Ses dons à qui Il veut. Mais la plupart des hommes ne le savent pas. »
[37] Et ce ne sont ni vos richesses ni vos enfants qui vous rapprocheront de Nous. Seuls ceux qui croient et font le bien bénéficieront d’une double rétribution pour leurs œuvres et connaîtront une douce quiétude dans les hauts lieux du Paradis, [38] contrairement à ceux qui s’efforcent de rendre Nos versets inopérants, et qui seront livrés au châtiment.
[39] Dis : « Mon Seigneur dispense Ses dons avec largesse ou parcimonie à qui ll veut d’entre Ses créatures. Et toute dépense que vous faites, Dieu vous la restituera, car Il est le plus Généreux des dispensateurs. »
[40] Le jour où Dieu rassemblera tous les négateurs, Il demandera aux anges : « Est-ce vous que ces gens-là adoraient ? » [41] – « Gloire à Toi, répondront-ils, Tu es notre seul Maître. Ils adoraient plutôt les djinns en qui la plupart d’entre eux croyaient. » [42] Ce jour-là, vous serez incapables de vous faire du bien ou du mal les uns aux autres. Et Nous dirons alors à ceux qui auront été injustes : « Goûtez à présent au supplice de l’Enfer que vous traitiez d’imposture ! » [43] Quand Nos versets édifiants leur sont récités, ils disent : « Celui-ci n’est qu’un homme qui cherche à vous détourner de ce qu’adoraient vos ancêtres ! » Et ils ajoutent : « Ce Coran n’est qu’un mensonge fabriqué de toutes pièces ! » Et face à la vérité qui leur est parvenue, les impies disent : « C’est de la sorcellerie manifeste ! » [44] Pourtant, avant toi, Nous ne leur avions donné aucun livre à étudier ni aucun messager pour les avertir. [45] Leurs devanciers, que Nous avions dotés d’une puissance dix fois supérieure à la leur, ont eux aussi crié au mensonge et traité Mes messagers de menteurs. Et quelle ne fut point alors Ma riposte !
[46] Dis aux impies : « Je n’ai qu’un seul conseil à vous donner : vous recueillir devant Dieu deux par deux ou un à un, et réfléchir. Et vous vous apercevrez alors que votre concitoyen n’est point un possédé. Il n’est qu’un avertisseur chargé de vous mettre en garde contre un terrible châtiment qui vous menace. »
[47] Dis-leur : « Le salaire que je pourrais vous demander, gardez-le pour vous ! C’est de Dieu que j’attends mon salaire. Il est le Témoin de toute chose. »
[48] Dis : « C’est mon Dieu qui diffuse la Vérité et qui perce les mystères. »
[49] Dis : « Voici venu le règne de la Vérité. Quant au mensonge, il est à jamais révolu. » [50] Dis : « Si je suis dans l’erreur, j’en supporterai seul les conséquences ; et si je suis dans la bonne voie, c’est aux révélations de mon Seigneur que je le dois, car Il est Audient et Tout-Proche. »
[51] Ah ! Si tu les voyais lorsque, pris de panique, ils ne trouveront plus d’échappatoire et seront cernés de tout près ! [52] En vain, ils s’écrieront alors : « Oui, nous y croyons ! » Mais comment pourraient-ils atteindre la foi d’un lieu si éloigné, [53] alors qu’auparavant ils refusaient de croire et offensaient le mystère par leurs propos débités à tort et à travers ? [54] Désormais, un abîme s’interposera entre eux et l’objet de leurs désirs, comme cela s’est produit pour leurs émules de jadis qui étaient atteints, comme eux, d’un doute irrémédiable.

35. Sourate du Créateur (Fâtir)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Louange à Dieu, Créateur intégral des Cieux et de la Terre, qui fait des anges Ses messagers, dotés de deux, trois ou quatre ailes, et qui ajoute à la Création ce qu’Il veut, car Sa puissance s’étend sur toute chose. [2] La miséricorde que Dieu accorde aux hommes, nul n’est en mesure de la retenir. Et ce qu’Il retient, nul autre que Lui ne peut lui donner libre cours, car Il est le Tout-Puissant, le Sage.
[3] Ô hommes ! Rappelez-vous les bienfaits de Dieu envers vous ! Existe-t-il en dehors de Dieu un créateur qui vous attribue du ciel et de la terre votre subsistance ? Il n’y a point de divinité à part Lui. Comment pouvez-vous vous détourner de Lui ?
[4] S’ils te traitent de menteur, d’autres messagers l’ont été eux aussi avant toi. Mais c’est à Dieu que tout doit faire retour.
[5] Ô hommes ! La promesse de Dieu s’accomplira toujours. Que les plaisirs de ce monde ne vous séduisent donc point ! Et que Satan ne vous induise pas en erreur au sujet de Dieu, [6] car Satan est pour vous un ennemi mortel. Traitez-le comme tel ! Et s’il se fait des partisans, c’est dans le but de les conduire en Enfer. [7] Et pendant que les négateurs subiront un terrible châtiment, les croyants qui font de bonnes œuvres seront pardonnés et recevront une magnifique récompense.
[8] Peut-on convaincre celui dont on a embelli les mauvaises actions au point qu’il les croit réellement belles ? Mais Dieu égare qui Il veut et dirige qui Il veut. Ne t’épuise donc pas en regrets sur leur sort. Dieu est parfaitement au courant de ce qu’ils font.
[9] C’est Dieu qui envoie les vents qui soulèvent les nuages que Nous dirigeons vers une contrée morte de sécheresse, et dont Nous revivifions la terre après sa mort. C’est ainsi que se fera la résurrection.
[10] Celui qui recherche la puissance doit savoir que la puissance appartient tout entière à Dieu. C’est vers Lui que monte toute bonne parole et c’est Lui qui recueille toute bonne action. Ceux qui trament des perfidies seront durement châtiés et leurs manœuvres seront vouées à l’échec.
[11] Dieu vous a créés de terre, puis de sperme, pour faire de vous ensuite des couples. Aucune femelle ne porte ni ne met bas sans qu’Il le sache. Aucune vie n’est prolongée ni abrégée sans que cela soit déjà, dans un Livre, consigné. Et c’est une chose si facile pour Dieu.
[12] Il y a deux variétés de mer : l’eau de l’une est douce, limpide et d’un goût agréable, celle de l’autre est salée et saumâtre. Et pourtant l’une et l’autre vous procurent une chair fraîche que vous mangez, et vous en retirez des perles dont vous vous parez. Et l’on y voit des vaisseaux fendre avec bruit les flots, pour vous permettre d’aller à la recherche des bienfaits de votre Seigneur. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants !
[13] Il insère la nuit dans le jour et le jour dans la nuit. Il a soumis à Ses ordres le Soleil et la Lune, chacun d’eux devant poursuivre sa course jusqu’au terme fixé. Tel est Dieu, votre Seigneur à qui appartient la Royauté ! Quant à ceux que vous invoquez en dehors de Lui, ils ne possèdent même pas la pellicule d’un noyau de datte. [14] Si vous les priez, ils n’entendront pas vos prières ; et même s’ils les entendaient, ils ne sauraient vous répondre. Et le Jour du Jugement, ils nieront votre association. Nul ne peut mieux te renseigner que Celui dont la connaissance englobe toute chose.
[15] Ô hommes ! C’est vous les indigents qui avez besoin de Dieu, alors que Dieu est Celui qui Se suffit à Lui-même et qui est le Digne de louange. [16] S’Il veut, Il vous fera disparaître et vous remplacera par de nouvelles créatures. [17] Cela n’est pas difficile pour Dieu.
[18] Aucune âme chargée de son propre fardeau ne portera celui d’une autre âme. Et si une âme surchargée de péchés implore de l’aide, même auprès d’un proche parent, sa charge n’en sera pas pour autant allégée. Tes avertissements ne sauraient profiter qu’à ceux qui craignent leur Seigneur dans Son mystère et qui accomplissent régulièrement leur salât. Quiconque se purifie le fait dans son propre intérêt, car c’est vers Dieu que tout doit faire retour.
[19] L’aveugle ne saurait être assimilé à celui qui voit, [20] pas plus que les ténèbres à la lumière, [21] ni l’ombre fraîche à la chaleur ardente, [22] ni les vivants aux morts ! Dieu permet à qui Il veut d’entendre ; mais toi tu ne peux faire entendre ceux qui sont dans les cimetières, [23] et tu n’as d’autre mission que d’avertir.
[24] Nous t’avons envoyé, en toute vérité, en tant qu’annonciateur et avertisseur. Et il n’est pas un peuple qui n’ait déjà eu un prophète pour l’avertir. [25] S’ils te traitent d’imposteur, d’autres peuples avant eux avaient traité d’imposteurs leurs prophètes qui leur avaient apporté des preuves tangibles, des Psaumes et un Livre d’une clarté lumineuse. [26] Aussi ai-Je sévi contre les négateurs, et quelles ne furent point alors Mes rigueurs !
[27] Ne vois-tu pas que Dieu fait tomber du ciel une eau par laquelle Nous faisons sortir du sol des plantes qui donnent des fruits de couleurs différentes ? Et dans les montagnes aussi, il y a des stries de diverses couleurs, blanches et rouges aux tons variés, ainsi que des roches d’un noir foncé. [28] Sont également de couleurs différentes les hommes, les animaux et les bestiaux. Et c’est ainsi que, de tous les serviteurs de Dieu, seuls les savants Le craignent véritablement. En vérité, Dieu est Puissant et Clément.
[29] Certes, ceux qui récitent le Livre de Dieu, qui accomplissent la salât et qui, secrètement et en public, font aumône d’une partie de ce que Nous leur avons accordé, dans l’espoir de faire ainsi un commerce aux profits intarissables, [30] Dieu saura les en récompenser généreusement et les gratifier d’un surplus de Sa grâce, car Il est Indulgent et Plein de gratitude.
[31] Ce que Nous t’avons révélé du Livre est la Vérité même, confirmant les Écritures qui l’ont précédé. Dieu est parfaitement Informé de Ses serviteurs qu’Il observe en permanence. [32] Puis Nous avons donné l’Écriture en héritage à Nos serviteurs que Nous avons élus. Parmi eux, il en est qui se font tort à eux-mêmes, d’autres qui suivent une voie moyenne, et d’autres enfin qui, avec la permission de Dieu, surpassent tous les autres par leurs bonnes actions. Et c’est là la grâce suprême.
[33] Ceux-là entreront aux jardins d’Éden, où ils seront parés de bracelets d’or et de perles, et de soie vêtus. [34] » Louange à Dieu, s’écrieront-ils, qui a éloigné de nous toute angoisse ! Notre Seigneur est en vérité Plein d’indulgence et de gratitude. [35] Béni soit-Il pour nous avoir installés dans la demeure éternelle où nous n’aurons à connaître ni fatigue ni lassitude ! » [36] Quant à ceux qui ne croient pas, c’est au feu de la Géhenne qu’ils seront livrés, et ni la mort ne mettra fin à leurs tourments ni ces derniers ne connaîtront d’allégement. Tel est le châtiment que Nous infligerons à tout négateur endurci.
[37] Et de la Géhenne s’élèveront leurs hurlements : « Seigneur ! Fais-nous sortir d’ici pour que nous accomplissions de bonnes œuvres ! Plus jamais nous ne recommencerons ce que nous faisions autrefois. » – « Ne vous avions-Nous pas donné une vie assez longue pour réfléchir, si vous l’aviez voulu ?, leur sera-t-il répondu. Un messager n’est-il pas venu vous avertir ? Subissez donc vos tourments. Il n’y a point de secours pour les injustes. »
[38] En vérité, Dieu connaît les mystères des Cieux et de la Terre, comme Il connaît aussi bien ce que recèlent les cœurs.
[39] C’est Lui qui a fait de vous Ses vicaires sur la Terre. Quiconque est infidèle l’est à son propre détriment. Et l’incrédulité des infidèles ne servira qu’à les rendre plus odieux auprès de leur Seigneur, et qu’à accentuer davantage leur perte.
[40] Dis aux impies : « Voyez ces associés que vous invoquez en dehors de Dieu ! Montrez-moi leur contribution dans la création de la Terre ou dans celle des Cieux ! Leur avons-Nous révélé un livre dont ils pourraient tirer des preuves valables ? Non, bien sûr, car les promesses que se font les impies entre eux ne sont que des promesses fallacieuses ! »
[41] Dieu maintient les Cieux et la Terre pour les empêcher de s’affaisser. Et si jamais ils s’affaissaient, qui pourrait les soutenir si ce n’est Lui ? Il est toute indulgence et toute clémence.
[42] Ils juraient par Dieu en termes solennels que si jamais un prophète venait les avertir, ils seraient les mieux guidés des hommes. Or, lorsqu’ils eurent un Prophète, ils n’en furent que plus rebelles, [43] par orgueil sur Terre et par manœuvre perfide. Mais les manœuvres perfides ne retombent que sur leurs auteurs. À quoi s’attendent-ils d’autre qu’à la règle que Dieu a appliquée aux anciens ? Car la loi de Dieu est immuable, et nul ne saurait en dévier le cours. [44] N’ont-ils donc jamais parcouru la Terre pour voir ce qu’il est advenu de ceux qui les ont précédés, et qui étaient pourtant plus forts qu’eux ? Aucune force dans les Cieux ni sur la Terre ne saurait tenir celle du Seigneur en échec, car Il est Omniscient et Il a pouvoir sur toute chose.
[45] Et si Dieu s’en prenait aux hommes pour les péchés qu’ils commettent, il n’y aurait plus âme qui vive sur la Terre. Mais Il diffère leur châtiment jusqu’au terme fixé ; et quand ce terme échoit, Il les jugera en toute connaissance de cause.

36. Sourate de Yâ-Sîn (Yâ-Sîn)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Yâ – Sîn. [2] Par le Coran plein de sagesse ! [3] En vérité, tu es du nombre des messagers, [4] bien engagé dans la voie de la droiture ! [5] C’est une révélation du Tout-Puissant, du Tout-Miséricordieux, [6] afin que tu avertisses un peuple dont les ancêtres n’ont pas été avertis et qui, de ce fait, vivent dans l’insouciance.
[7] La sentence prononcée contre la plupart d’entre eux s’est déjà réalisée : ils ne croiront pas. [8] Nous avons mis à leurs cous des carcans qui leur arrivent jusqu’aux mentons, les rendant incapables de mouvoir leurs têtes ; [9] Nous leur avons barré les voies par-devant et par-derrière et Nous leur avons bandé les yeux, au point qu’ils ne peuvent plus rien voir. [10] Il leur est donc égal que tu les avertisses ou que tu ne les avertisses pas. Ils sont réfractaires à toute croyance.
[11] Adresse-toi plutôt à celui qui suit le rappel du Coran et redoute le Miséricordieux dans Son mystère. À celui-là annonce le pardon et une généreuse récompense !
[12] En vérité, c’est Nous qui ressuscitons les morts ; c’est Nous qui faisons enregistrer leurs actes et les suites, bonnes ou mauvaises, qui en découlent. En fait, tout est recensé par Nous dans un Livre d’une clarté limpide.
[13] Propose-leur comme exemple les habitants de cette cité, auxquels furent dépêchés des prophètes. [14] Nous leur en envoyâmes d’abord deux, mais ils les traitèrent d’imposteurs. Nous les renforçâmes alors par un troisième. Et tous les trois leur dirent : « Nous sommes envoyés vers vous ! » [15] – « Vous n’êtes que des mortels comme nous, s’écrièrent les gens de la cité. Le Miséricordieux n’a rien révélé. Vous n’êtes que des menteurs ! » [16] – « Notre Seigneur, répliquèrent les prophètes, sait, Lui, que nous sommes envoyés vers vous. [17] Et notre mission consiste uniquement à transmettre en toute clarté le Message. » [18] – « Votre venue, reprirent les gens de la cité, nous fait augurer un mauvais présage ! Si vous ne cessez pas vos prêches, nous vous lapiderons et vous ferons subir un affreux supplice. » [19] – « S’il y a mauvais présage, répondirent les prophètes, il est en vous-mêmes. Est-il possible qu’un simple rappel vous irrite à ce point ? Vous êtes vraiment des gens portés à l’excès ! »
[20] Sur ce, un homme accourut de l’autre bout de la ville et vint dire : « Ô mes concitoyens, écoutez ce que vous disent les prophètes ! [21] Suivez ceux qui ne vous réclament aucun salaire et qui sont sur le droit chemin ! [22] Pourquoi n’adorerais-je pas Celui qui m’a créé et vers qui votre retour est inéluctable ? [23] Dois-je prendre en dehors de Lui des divinités qui, si le Miséricordieux voulait me faire du mal, ne sauraient ni me soutenir ni assurer ma sauvegarde ? [24] Si jamais j’agissais ainsi, je serais dans un égarement manifeste. [25] Certes, je crois en votre Seigneur, messagers, soyez-en témoins ! »
[26] Et lapidé, l’homme s’entendit appeler : « Entre au Paradis ! », pendant que lui s’exclamait : « Ah, si mon peuple pouvait savoir [27] que mon Seigneur m’a pardonné et qu’Il m’a mis au rang de ceux qu’Il a honorés ! »
[28] Mais, après sa mort, Nous n’expédiâmes contre son peuple aucune armée du Ciel. Et Nous n’étions nullement disposés à le faire. [29] Il a suffi d’un seul cri pour qu’ils fussent tous anéantis. [30] Hélas ! Combien est triste le destin des hommes ! Aucun prophète ne vient vers eux sans qu’ils le tournent en dérision ! [31] Ne voient-ils pas combien de générations Nous avons anéanties avant eux et qui ne sont plus jamais revenues, [32] alors que toutes, sans exception, comparaîtront devant Nous ? [33] N’y a-t-il pas un signe pour eux dans la terre morte que Nous faisons revivre, et de laquelle Nous tirons des grains dont ils se nourrissent ? [34] Nous y avons créé des jardins complantés de palmiers et de vignes, et Nous y avons fait jaillir des sources, [35] afin que, de leurs fruits, ils se nourrissent, bien que ces fruits ne soient pas l’œuvre de leurs mains. Que n’en rendent-ils grâce au Seigneur ?
[36] Gloire à Celui qui a créé toutes sortes de couples de ce que fait pousser la terre, de ce que les hommes eux-mêmes engendrent et de tant d’autres choses dont ils ignorent la nature !
[37] N’est-ce pas un autre signe pour eux que la nuit qui, succédant au jour, plonge les hommes dans les ténèbres ? [38] Et le Soleil qui vogue vers le lieu qui lui est assigné, suivant l’ordre établi par le Très-Puissant, l’Omniscient ? [39] Et la Lune à laquelle Nous avons assigné des phases successives au terme desquelles elle devient aussi fine que la tige d’un vieux régime de dattes dégarni ? [40] Et le Soleil qui ne saurait rejoindre la Lune ni la nuit qui ne saurait devancer le jour, chaque astre devant voguer sur l’orbite qui lui est assignée !
[41] Que ce soit aussi pour eux un autre signe que Nous ayons porté leur progéniture sur l’arche bondée de tant de créatures. [42] Nous leur créons des vaisseaux d’autres modèles pour leur permettre de naviguer. [43] Et il ne dépend que de Nous de les noyer, sans qu’ils puissent être ni secourus ni sauvés, [44] à moins que, par un effet de Notre grâce, Nous leur permettions de jouir encore quelques instants de la vie.
[45] On a beau leur dire : « Craignez les châtiments de ce monde et ceux de la vie future, peut-être vous sera-t-il ainsi fait miséricorde ? », [46] mais il n’est pas un signe qui leur parvienne de leur Seigneur sans qu’ils s’en détournent. [47] Et quand on leur dit : « Donnez en aumône une partie de ce que Dieu vous a accordé ! », les infidèles disent aux croyants : « Est-ce à nous qu’il appartient de nourrir ceux que Dieu, s’Il le voulait, pourrait nourrir Lui-même ? Vous êtes vraiment dans un égarement manifeste ! » [48] Et ils ajoutent : « Quand donc se réalisera cette menace ? Dites-le, si vous êtes sincères ! »
[49] Quoi ! Attendent-ils qu’un cri vienne les saisir en pleine dispute, [50] et leur ôter toute possibilité de tester ou de rejoindre les leurs ?
[51] Mais quand il sera soufflé dans la Trompette, ils se précipiteront tous de leurs tombes vers leur Seigneur, [52] en s’écriant : « Malheur à nous ! Qui nous a donc arrachés à notre sommeil ? Voilà que se réalise la menace du Seigneur ! Les prophètes étaient donc sincères ! » [53] Un seul autre cri suffira et aussitôt tous les hommes seront astreints à comparaître devant Nous.
[54] Ce jour-là, aucune âme ne subira d’injustice. Chacun de vous sera rétribué selon les œuvres qu’il aura accomplies sur Terre.
[55] Et ce jour-là, l’allégresse régnera parmi les hôtes du Paradis, [56] qui seront ainsi que leurs épouses accoudés sur des divans bien ombragés, [57] disposant de fruits à profusion et de tout ce qu’ils désireront. [58] » Paix à vous ! Salâm ! » sera le mot de bienvenue que leur adressera un Maître Miséricordieux.
[59] Et il sera dit aux impies : « Vous autres scélérats ! Tenez-vous à l’écart, aujourd’hui !
[60] Ne vous ai-Je pas engagés, fils d’Adam, à ne pas adorer Satan ? Ne vous ai-Je pas dit qu’il était votre ennemi déclaré ? [61] Ne vous ai-Je pas dit de M’adorer, Moi, puisque c’est là la Voie du salut ? [62] Satan a déjà égaré des générations entières parmi vous ! Y avez-vous réfléchi ? [63] Voici donc l’Enfer qui vous était promis ! [64] Subissez-en l’épreuve aujourd’hui pour avoir refusé de croire ! »
[65] Et ce jour-là, Nous scellerons leurs bouches. Mais leurs mains les dénonceront et leurs pieds témoigneront de leurs actions. [66] Si Nous le voulions, Nous les frapperions de cécité, et ils chercheraient en vain leur voie, sans y parvenir. [67] Et si Nous le voulions, Nous les pétrifierions sur place, si bien qu’ils ne pourraient plus ni avancer ni reculer.
[68] Celui à qui Nous accordons une longue vie verra péricliter ses facultés mentales et physiques. Ne le comprennent-ils donc pas ?
[69] Nous n’avons pas enseigné la poésie au Prophète ; cela ne saurait lui convenir. Le Message qu’il apporte n’est qu’un rappel et une Lecture édifiante, [70] visant à avertir les âmes sensibles au bien et à montrer le bien-fondé des peines annoncées aux infidèles.
[71] Ne voient-ils pas que Nous avons créé pour eux, parmi les œuvres sorties de Nos mains, des troupeaux dont ils sont propriétaires ? [72] Nous les leur avons soumis pour qu’ils fassent des uns leurs montures et tirent des autres leur nourriture, [73] sans parler des autres profits et des breuvages qu’ils en tirent. Que n’en rendent-ils grâce au Seigneur ?
[74] Les impies adorent des divinités en dehors de Dieu dans l’espoir de bénéficier de leur assistance ; [75] mais ces divinités ne peuvent leur porter aucun secours. Elles forment plutôt une armée de requis qui sera appelée à témoigner contre ses adorateurs.
[76] Que leurs discours ne te chagrinent point ! Nous savons ce qu’ils disent en secret et ce qu’ils divulguent.
[77] L’homme oublie-t-il que Nous l’avons créé d’une goutte de sperme, au point de s’ériger en véritable adversaire ? [78] Et oubliant même jusqu’à sa propre création, il Nous lance ce proverbe : « Qui peut ranimer les ossements tombés en poussière ? » [79] Réponds-lui : « Les ranimera Celui qui les a créés la première fois, car Son pouvoir de créer n’a point de limite ! [80] C’est Celui qui fait jaillir de l’arbre vert une étincelle dont vous allumez vos feux. [81] Est-ce que Celui qui a créé les Cieux et la Terre ne serait pas capable de créer leurs pareils ? Oui, bien sûr ! N’est-Il pas le Créateur, l’Omniscient ? [82] Quand Il veut une chose, il n’est pour Lui que de dire : “Sois !”, et la chose est. »
[83] Gloire donc à Celui qui détient dans Sa main la souveraineté absolue sur toute chose ! C’est vers Lui que vous serez tous ramenés.

37. Sourate des Rangs (As-Sâffât)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Par les anges disposés en rangs serrés, [2] qui montent une garde vigilante [3] et bénissent inlassablement le Nom du Seigneur, [4] en répétant : « Votre Dieu est Unique ; [5] Il est le Maître des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires et Il est le Maître des Orients ! »
[6] En vérité, Nous avons donné au ciel le plus proche une parure d’étoiles, [7] afin de le protéger contre les démons rebelles [8] et les empêcher, en les harcelant de toutes parts, de venir surprendre quelques secrets du monde céleste. [9] Ainsi refoulés, ils seront livrés à un tourment permanent, [10] à moins que l’un d’eux ne saisisse au vol quelques bribes d’entretien ; mais il serait alors aussitôt poursuivi par un météore flamboyant.
[11] Demande aux infidèles lequel fut plus difficile pour Nous à créer, d’eux ou des autres créatures ? Eux, Nous les avons tirés d’une simple terre glaise. [12] Mais pendant que tu t’émerveilles devant la puissance divine, eux se contentent de s’en moquer ; [13] et lorsqu’on les exhorte, ils font preuve d’une totale insensibilité.
[14] Voient-ils quelque signe de Dieu, ils le tournent aussitôt en dérision. [15] » Ce n’est là que pure magie !, disent-ils. [16] Est-ce que, une fois morts et réduits en ossements et en poussière, nous allons être ramenés à la vie ? [17] Et nos premiers ancêtres aussi ? » [18] Réponds-leur : « Bien sûr que vous serez ressuscités et humblement soumis. » [19] Un seul cri retentira et voilà les morts hors de leurs tombes, bien réveillés [20] et s’écriant : « Malheur à nous ! Voilà que le Jour du Jugement dernier est arrivé ! » [21] Oui, voilà le Jour de la Décision que vous traitiez de mensonge !
[22] » Rassemblez, sera-t-il ordonné, les impies ainsi que leurs épouses et les divinités qu’ils adoraient, [23] en dehors de Dieu ! Conduisez-les en Enfer ! [24] Saisissez-vous-en ! Ils ont des comptes à rendre ! »
[25] Et il leur sera dit : « Pourquoi ne vous portez-vous pas mutuellement secours ? » [26] Mais, ce jour-là, ils se seront totalement soumis [27] et, se tournant les uns vers les autres, ils se feront de mutuels reproches : [28] » Vous nous avez entraînés dans votre sillage ! », diront les impies à leurs maîtres. [29] – « Ce n’est pas vrai, rétorqueront leurs maîtres, vous n’avez jamais été croyants ! [30] Nous n’avons exercé aucune contrainte sur vous ; mais vous étiez naturellement rebelles ! [31] Voici que se réalise, contre nous tous, l’arrêt de Notre Seigneur nous condamnant à expier nos fautes dans le tourment et la douleur. [32] Et si nous vous avons égarés, c’est que nous-mêmes étions dans l’erreur. »
[33] C’est ainsi qu’impies et démons seront tous, ce jour-là, associés dans le tourment et la douleur. [34] Et c’est ainsi, en vérité, que Nous traiterons les criminels [35] qui, quand on leur disait : « Il n’y a d’autre divinité que Dieu ! », s’enflaient d’orgueil [36] et rétorquaient : « Quoi ! Allons-nous abandonner nos divinités pour suivre un poète en délire ? »
[37] Bien au contraire, le Prophète apporte la Vérité et confirme la mission des autres envoyés !
[38] Vous serez, certes, exposés à un douloureux châtiment ; [39] mais vous ne serez rétribués que selon les œuvres que vous aurez accomplies, [40] pendant que les serviteurs élus de Dieu [41] recevront, eux, en don continuel [42] toutes sortes de fruits, et seront honorés [43] dans les Jardins des délices, [44] se faisant face et confortablement installés.
[45] On fera circuler entre eux, dans des coupes, une liqueur [46] limpide et d’une saveur exquise, [47] qui ne provoque ni ivresse ni malaise. [48] Et ils auront auprès d’eux leurs épouses aux grands yeux, au regard chaste, [49] et au teint d’une blancheur immaculée. [50] Puis, se tournant les uns vers les autres, ils se poseront des questions, [51] et l’un d’eux racontera : « J’avais un compagnon
[52] qui me disait : “Es-tu de ceux qui croient à la résurrection ? [53] Crois-tu que, une fois morts et réduits à des ossements et à de la poussière, nous aurons des comptes à rendre ?” [54] Voudriez-vous, proposera-t-il, jeter un regard d’en haut ? » [55] Et, apercevant son compagnon au fin fond de l’Enfer, [56] il lui dira : « Par Dieu ! Tu as bien failli causer ma perte ! [57] Et sans la grâce de Dieu, j’aurais été du nombre des damnés ! [58] Est-il donc vrai que nous ne sommes morts [59] que de notre première mort et que nous ne serons jamais suppliciés ? »
[60] En vérité, c’est cela le comble de la félicité ! [61] Et c’est pour accéder à pareille félicité que les énergies doivent se mobiliser !
[62] Que vaut-il mieux ? Ce lieu de séjour ou l’arbre de Zaqqûm [63] dont Nous avons fait, en vérité, une épreuve pour les injustes ? [64] C’est un arbre qui sort du fond de l’Enfer [65] et dont les fruits ressemblent à des têtes de démons. [66] Les réprouvés seront amenés à en manger et à s’en emplir le ventre ; [67] puis à se gorger par-dessus d’un liquide bouillant, [68] avant de retourner ensuite dans la Fournaise.
[69] C’est qu’ils avaient trouvé leurs ancêtres dans l’erreur [70] et s’étaient précipités sur leurs traces sans réfléchir.
[71] Mais, avant eux, la plupart des peuples se sont déjà égarés, [72] et ce ne fut pas faute de prophètes pour les avertir.
[73] Considère ce qu’il est advenu de ceux qu’on avait en vain avertis ! [74] Seuls les serviteurs élus de Dieu ont été épargnés.
[75] Noé avait imploré Notre secours et, certes, il ne pouvait en souhaiter de meilleur. [76] Nous le sauvâmes, lui et sa famille, d’une terrible calamité,
[77] en ne laissant subsister que sa descendance, [78] et Nous perpétuâmes son souvenir dans la postérité. [79] Que le salut soit sur Noé dans tout l’Univers ! [80] C’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien. [81] Il était du nombre de Nos fidèles serviteurs. [82] Et Nous avons ensuite noyé les autres.
[83] Parmi ses adeptes figurait Abraham, [84] qui, sincèrement dévoué à son Seigneur, [85] s’adressa à son père et à son peuple en ces termes : « Qu’est-ce que vous adorez ? [86] Préférez-vous adorer de fausses divinités à la place de Dieu ? [87] Mais que pensez-vous donc du Maître de l’Univers ? » [88] Puis, tournant son regard du côté des étoiles, [89] il déclara : « Je suis porteur d’une maladie ! » [90] Et aussitôt ses concitoyens tournèrent le dos et s’éloignèrent de lui. [91] Abraham se glissa alors auprès de leurs idoles et leur dit : « Pourquoi ne mangez-vous pas ? [92] Qu’avez-vous à ne pas répondre ? » [93] Puis, se précipitant sur les statues, il se mit à leur porter de violents coups de sa main droite, [94] ce qui fit revenir ses concitoyens en toute hâte vers lui. [95] » Est-il normal, leur dit-il, que vous adoriez les statues que vous sculptez vous-mêmes, [96] alors que c’est Dieu qui vous a créés, vous et ce que vous façonnez ? » [97] – « Qu’on lui dresse un bûcher et qu’on le livre aux flammes ! », cria la foule, [98] décidée à lui jouer un mauvais tour. Mais Nous leur infligeâmes une défaite humiliante. [99] Abraham dit alors : « Je m’en vais vers mon Seigneur ; Il me guidera dans Sa Voie. »
[100] » Seigneur, supplia-t-il, veuille m’accorder une vertueuse postérité ! » [101] Nous lui annonçâmes alors que son foyer serait égayé par la naissance d’un garçon plein de sagesse. [102] Et lorsque l’enfant fut en âge d’accompagner son père, celui-ci lui dit : « Mon cher fils ! J’ai vu en songe que je t’immolais. Vois ce qu’il y a lieu de faire ! » – « Père, dit l’enfant, fais ce qui t’est ordonné. Tu verras, s’il plaît à Dieu, que je suis de ceux qui savent s’armer de patience dans l’épreuve. »
[103] Tous les deux s’étaient résignés à la Volonté divine. Et déjà le père avait couché le front de son fils contre terre, [104] lorsque Nous l’appelâmes : « Ô Abraham ! [105] Tu as ajouté foi à ta vision ! C’est ainsi que Nous récompensons ceux qui font le bien. » [106] En vérité, ce fut là une bien rude épreuve. [107] Nous rachetâmes l’enfant par une offrande de grande valeur. [108] Et Nous perpétuâmes son renom dans les générations ultérieures. [109] Paix sur Abraham ! [110] C’est ainsi que Nous récompensons les gens de bien ; [111] Abraham était un de Nos fidèles serviteurs. [112] Nous lui annonçâmes également l’heureux avènement d’Isaac, comme prophète parmi les saints. [113] Et Nous lui accordâmes Notre bénédiction ainsi qu’à Isaac. Mais, parmi leur descendance, il y eut des hommes de bien et d’autres manifestement injustes envers eux-mêmes.
[114] Nous avons répandu aussi Nos bienfaits sur Moïse et Aaron. [115] Nous les avons sauvés, eux et leur peuple, d’une angoisse extrême. [116] Nous les avons secourus, et ils furent, eux, les vainqueurs. [117] Nous leur avons donné l’Écriture à la clarté limpide ; [118] Nous leur avons indiqué la bonne voie [119] et Nous avons perpétué leur souvenir dans les générations ultérieures. [120] Que le salut soit donc sur Moïse et sur Aaron ! [121] C’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien, [122] car ils font partie de Nos fidèles serviteurs.
[123] Élie aussi fut un de Nos envoyés. [124] C’est lui qui a dit à son peuple : « Ne craignez-vous pas Dieu ? [125] Allez-vous adorer Ba`l, en délaissant le Meilleur des créateurs, [126] Dieu, votre Seigneur et Celui de vos premiers ancêtres ? »
[127] Mais ils le traitèrent d’imposteur. Aussi auront-ils à répondre de ce péché devant le Seigneur, [128] à l’exception de Nos élus serviteurs. [129] Et Nous perpétuâmes son souvenir dans les générations ultérieures. [130] Que le salut soit donc sur la famille d’Élie ! [131] C’est ainsi que Nous récompensons les hommes de bien, [132] car Élie fait partie de Nos fidèles serviteurs.
[133] Loth aussi fut un de Nos envoyés. [134] Nous l’avons sauvé lui et toute sa famille ; [135] seule, sa vieille femme fut du nombre des réprouvés. [136] Puis Nous avons anéanti tous les autres. [137] Et ce sont leurs vestiges que vous foulez au pied matin [138] et soir. En avez-vous saisi le sens ?
[139] Jonas avait lui aussi fait partie de Nos envoyés. [140] Il s’était réfugié sur un vaisseau surchargé. [141] On tira au sort et il fut parmi les rejetés à la mer, [142] où une baleine l’avala, car il avait encouru Notre colère ; [143] et sans ses prières, [144] il serait resté dans le ventre de la baleine jusqu’au Jour dernier.
[145] Nous le fîmes rejeter, épuisé, sur une plage déserte [146] et Nous fîmes pousser au-dessus de lui un plant de citrouille. [147] Nous l’envoyâmes ensuite comme messager à une population de cent mille âmes ou plus encore, [148] qui crurent en Dieu. Aussi leur avons-Nous permis de jouir de la vie, pour une période déterminée.
[149] Demande-leur si les filles reviennent à ton Seigneur, et si les garçons reviennent à eux-mêmes ? [150] Aurions-Nous, en leur présence, créé les anges en les dotant du sexe féminin ? [151] Cédant à leur goût pour le mensonge, ils vont même jusqu’à dire : [152] » Dieu a engendré ! », ce qui est une pure invention. [153] Dieu, selon vous, préférerait avoir des filles plutôt que des garçons ?
[154] Sur quoi vous fondez-vous pour formuler un tel jugement ? [155] N’êtes-vous donc pas raisonnables ? [156] Ou tenez-vous à l’appui de vos dires quelque preuve irréfutable ! [157] Apportez alors votre Livre, si vous êtes sincères ! [158] Ils vont même jusqu’à établir des liens de parenté entre Dieu et les djinns ! Or, ceux-ci savent eux-mêmes que les auteurs de tels mensonges auront à en répondre devant leur Seigneur. [159] Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de leurs blasphèmes ! [160] Seuls seront sauvés Nos élus serviteurs. [161] En vérité, vous et les idoles que vous adorez [162] ne pourrez gagner à votre cause [163] que ceux qui sont déjà voués à l’Enfer. [164] » Il n’est aucun parmi nous, disent les anges, qui n’ait sa place fixée d’avance, [165] et nous sommes toujours disposés en rangs, [166] pour célébrer la gloire du Seigneur. » [167] Et tout en disant volontiers : [168] » Si nous avions reçu des anciens un Livre de rappel, [169] nous aurions été les serviteurs élus du Seigneur », [170] les négateurs n’hésitent pas à renier le Coran. Certes, ils connaîtront la vérité, un jour. [171] Nous avions déjà promis à Nos fidèles envoyés [172] que Notre assistance leur serait acquise, [173] et que ce sont Nos troupes qui remporteraient la victoire. [174] Éloigne-toi d’eux pour un temps [175] et observe-les ! Eux-mêmes verront à quoi ils s’exposent. [176] Trouveraient-ils que Notre châtiment est trop lent à venir ? [177] Or, quand celui-ci s’abattra sur eux, quel mauvais matin alors pour ceux qu’on aura vainement avertis ! [178] Éloigne-toi d’eux pour un temps encore [179] et observe-les ! Eux-mêmes verront à quoi ils s’exposent. [180] Gloire à Dieu le Maître Suprême que ne peuvent atteindre les calomnies des hommes ! [181] Paix et salut aux envoyés ! [182] Et louange à Dieu, le Maître Souverain de l’Univers !

38. Sourate Sâd (Sâd)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Sâd. Par le Coran plein d’enseignements édifiants ! [2] En vérité, les négateurs vivent dans l’orgueil et la dissidence ! [3] Pourtant, que de générations n’avons-Nous pas fait périr avant eux et qui, malgré leurs cris d’angoisse, ne purent échapper à Nos rigueurs ? [4] Les infidèles trouvent étrange que l’un d’eux soit venu les avertir et disent : « Cet homme est un sorcier et un imposteur ! [5] Veut-il réduire toutes les divinités à une seule ? Voilà une chose bien étrange ! » [6] Puis leurs notables se retirèrent, en disant : « Retirez-vous et gardez confiance dans vos dieux ! Ce n’est là qu’un complot ourdi contre vos idoles. [7] Nous n’avons rien entendu de pareil dans la dernière religion. Ce n’est là donc qu’une pure invention ! [8] Comment ! Il aurait été le seul de nous tous à recevoir le Coran ? » Ainsi, ils doutent de Mes révélations. Ou plutôt ils n’ont pas encore éprouvé Mon châtiment.
[9] Possèdent-ils les trésors de la grâce de ton Seigneur, le Tout-Puissant, le Généreux Dispensateur ? [10] Ou disposent-ils des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires ? Eh bien ! Qu’ils en gravissent donc les marches ! [11] Ce n’est là qu’une armée de factieux qui sera, ici même, mise en déroute ! [12] Avant eux, les peuples de Noé, de Âd et de Pharaon, le maître des pilastres, avaient déjà crié au mensonge, [13] ainsi que les Thamûd, le peuple de Loth et les gens d’al-Ayka. Tous étaient des factieux ! [14] Et tous ont traité les prophètes de menteurs et ont encouru Mon châtiment. [15] Ces gens-là n’auront à attendre qu’un seul cri qui ne sera pas répété. [16] » Seigneur, disent-ils, envoie-nous notre part de châtiment, avant le Jour du Jugement ! »
[17] Supporte avec patience leurs propos ! Souviens-toi de Notre serviteur David, si plein de dévotion et si prompt au repentir ! [18] Nous avons soumis les montagnes à célébrer avec lui Notre gloire, au soir et à l’aurore, [19] ainsi que les oiseaux rassemblés autour de lui, qui tous obéissaient à leur Seigneur. [20] Nous avons consolidé son royaume ; Nous lui avons donné la sagesse et Nous l’avons initié à l’art d’arbitrer les litiges.
[21] Connais-tu l’histoire de ces deux plaideurs qui escaladèrent le prétoire [22] et s’introduisirent auprès de David qui en fut saisi de frayeur ? « Ne crains rien, lui dirent-ils, nous sommes deux plaideurs. L’un de nous a agi iniquement envers l’autre. Départage-nous en toute justice et sans partialité ! Guide-nous vers le droit chemin ! [23] Cet homme est mon frère, déclara l’un d’eux. Il possède quatre-vingt-dix-neuf brebis et moi je n’en ai qu’une. Il m’a demandé de la lui céder pour compléter son troupeau, et j’ai dû m’incliner devant son insistance. »
[24] – « Ton frère, répondit David, a effectivement commis une injustice, en te demandant ta brebis pour l’ajouter à son troupeau. » Un grand nombre d’associés n’hésitent pas à se léser les uns les autres, excepté ceux qui croient en Dieu et font le bien. Mais, hélas ! Ces derniers sont fort peu nombreux ! Et David pensa que Nous le mettions à l’épreuve dans cet exemple. Il implora alors le pardon de son Maître, se prosterna et se repentit. [25] Nous lui avons alors pardonné la faute qu’il avait commise. Nous lui réservons auprès de Nous une place de choix et lui accordons un beau lieu de retour. [26] » Ô David ! Nous faisons de toi un vicaire sur Terre. Juge entre les hommes en toute équité et garde-toi de suivre tes penchants, si tu veux rester dans la Voie du Seigneur, car ceux qui dévient de la Voie du Seigneur subiront de terribles châtiments pour avoir oublié le Jour du Jugement. »
[27] Nous n’avons pas créé en vain les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires, comme le pensent les infidèles. Malheur donc aux infidèles, car ils sont voués à l’Enfer ! [28] Traiterons-Nous ceux qui croient et font le bien de la même façon que ceux qui sèment le mal sur la Terre ? Réserverons-Nous le même sort aux hommes vertueux et à ceux qui sont pervers ? [29] C’est un Livre béni que Nous t’avons révélé afin que les hommes de bon sens en méditent les versets et s’y arrêtent pour réfléchir. [30] Nous fîmes de Salomon un don à David. Et ce fils fut un excellent serviteur de Dieu, toujours enclin au repentir. [31] Un soir, pendant qu’on faisait défiler devant lui de magnifiques coursiers, [32] Salomon s’écria : « Ainsi, l’attachement aux biens de ce monde m’a fait oublier d’invoquer mon Seigneur ! Et le soleil s’est déjà couché sans que j’aie accompli ma prière ! [33] Ramenez-les-moi ! », dit-il. Et il leur fit trancher les jarrets et les encolures.
[34] Nous avons soumis Salomon à l’épreuve en déposant un spectre sur son trône. Mais il se repentit par la suite. [35] » Seigneur !, dit-il, pardonne-moi et accorde-moi un royaume que nul autre après moi ne puisse avoir ! Tu es le Dispensateur Suprême. » [36] Nous lui soumîmes le vent qui, sur son ordre, soufflait docilement là où il l’envoyait, [37] et les démons, tous bâtisseurs et plongeurs, [38] ainsi que d’autres démons, accouplés dans des chaînes. [39] » Tels sont Nos dons, Salomon. Distribue-les ou garde-les sans avoir à en rendre compte ! » [40] Salomon occupe une place de choix auprès de Nous et Nous lui avons assuré un beau lieu de retour.
[41] Rappelle-toi aussi Notre serviteur Job lorsqu’il adressa à son Seigneur cette plainte : « Satan ne fait que m’accabler de tourments et de tortures ! » [42] – « Frappe le sol du pied !, lui fut-il dit. Voici une source d’eau fraîche pour te laver et étancher ta soif ! »
[43] Et Nous lui rendîmes sa famille, deux fois plus nombreuse qu’elle n’était. Ce fut là une miséricorde de Notre part et un rappel pour les gens doués d’intelligence [44] Nous lui dîmes encore : « Prends une gerbe de brindilles, frappes-en ton épouse, pour ne pas violer ton serment. » Et Nous trouvâmes en lui un homme plein de patience dans l’épreuve et un excellent serviteur toujours enclin au repentir. [45] Souviens-toi également de Nos serviteurs Abraham, Isaac et Jacob, ces hommes si puissants et si clairvoyants. [46] Nous les avons dotés d’une rare qualité, celle d’avoir toujours présent à l’esprit la demeure éternelle. [47] En vérité, ils comptent auprès de Nous parmi les élus privilégiés.
[48] Mentionne aussi Ismaël, Élisée et Dhû-l-Kifl, tous trois serviteurs d’élite. [49] C’est là un simple rappel, car le meilleur destin sera toujours réservé à ceux qui craignent le Seigneur, [50] et devant lesquels s’ouvriront toutes grandes les portes des jardins d’Éden, [51] où ils se reposeront en toute quiétude et où, à leur demande, des fruits et des liqueurs leur seront abondamment servis, [52] auprès de leurs chastes épouses, toutes d’égale jeunesse. [53] Voilà ce qui vous est promis pour le Jour du Jugement dernier, [54] et tous ces biens que Nous vous offrons n’auront pas de fin !
[55] Tel est l’arrêt du Seigneur. Quant aux rebelles, ils auront la plus triste des destinées [56] et seront précipités dans cette affreuse demeure qu’est la Géhenne, [57] où ils auront pour boisson une eau bouillante et pleine d’immondices, [58] ainsi que d’autres supplices multiples et variés. [59] » Voici une foule de damnés qui viennent vous rejoindre », dira-t-on aux chefs des impies. – « Qu’ils soient les malvenus !, rétorqueront ces derniers. Ils tomberont dans le feu de l’Enfer ! » [60] – « Soyez les malvenus vous-mêmes, car c’est vous qui nous aviez préparé ce détestable guêpier ! [61] Seigneur, imploreront-ils, double le châtiment dans le Feu pour ceux qui nous l’ont préparé ! »
[62] Et ils ajouteront : « Pourquoi ne voyons-nous pas ici des hommes que nous comptions jadis parmi les malfaiteurs ? [63] Avons-nous eu tort de nous moquer d’eux ou leur présence ici échappe-t-elle à nos regards ? » [64] Et c’est ainsi, en vérité, que se dérouleront les disputes des damnés de l’Enfer. [65] Prophète ! Dis : « Ma mission consiste uniquement à avertir. Il n’y a de divinité que Dieu, l’Unique, le Dominateur Suprême, [66] le Maître Souverain des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires, le Tout-Puissant, l’Absoluteur ! » [67] Dis encore : « Ce Coran est un message solennel ; [68] et malgré cela, vous vous en détournez ! [69] Je ne détenais aucune science concernant le conseil suprême des anges lorsqu’ils délibéraient. [70] Il m’est seulement révélé que je ne suis qu’un avertisseur chargé de transmettre le Message en toute clarté. » [71] Lorsque ton Seigneur dit aux anges : « Je vais créer un être humain à partir de l’argile. [72] Une fois que Je lui aurai donné sa forme définitive et l’aurai animé de Mon souffle, vous vous prosternerez devant lui. » [73] Tous les anges, sans exception, se prosternèrent, [74] seul Satan refusa par orgueil d’obéir, se rangeant ainsi du côté des rebelles.
[75] » Ô Satan, dit le Seigneur, qui t’a empêché de te prosterner devant l’être que J’ai créé de Mes mains ? Est-ce par orgueil ou te considères-tu supérieur à lui ? » [76] – « Je suis, répondit Satan, meilleur que lui, car Tu m’as créé de feu et Tu l’as créé d’argile. » [77] – « Hors d’ici !, ordonna le Seigneur. Tu es à jamais maudit ! [78] Et Ma malédiction te poursuivra jusqu’au Jour dernier ! » [79] – « Seigneur, demanda Satan, accorde-moi un sursis jusqu’au jour où ils seront ressuscités. » [80] Dieu dit alors : « Tu es de ceux à qui un délai est accordé [81] jusqu’au jour du terme fixé. » [82] – « Par Ta puissance, dit Satan, je les égarerai tous, [83] à l’exception de ceux d’entre eux qui sont Tes serviteurs élus. »
[84] – « En vérité, dit le Seigneur, – et la Vérité est ce que Je dis – [85] Je remplirai la Géhenne de toi et de tous ceux, parmi les hommes, qui t’auront suivi. »
[86] Prophète ! Dis aux impies : « Je ne vous réclame aucun salaire pour ce que je vous enseigne et je ne suis pas un maniéré imposteur. [87] Ce Coran n’est qu’un rappel adressé à l’Univers, [88] et vous ne tarderez pas à en connaître la véritable portée. »

39. Sourate des Groupes (Az-Zumar)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] La révélation de ce Coran émane de Dieu, le Tout-Puissant, le Sage. [2] Nous te révélons ce Livre en toute vérité. Adore donc Dieu et voue-Lui un culte sans partage ! [3] N’est-Il pas le Seul Digne d’être exclusivement adoré ? Quant à ceux qui ont adopté en dehors de Lui d’autres divinités, en disant : « Nous ne les adorons que pour qu’elles nous rapprochent davantage de Lui », en vérité, Dieu tranchera le différend qui les oppose, mais Dieu ne guide point dans la bonne voie l’infidèle perfide.
[4] Si Dieu avait voulu Se donner un fils, Il eût choisi au sein de Sa Création ce qu’Il aurait voulu. Gloire à Lui ! Il est l’Unique, Il est le Dominateur. [5] Il a créé en toute vérité les Cieux et la Terre. Il fait succéder la nuit au jour et le jour à la nuit, de même qu’Il prescrit au Soleil et à la Lune de poursuivre chacun sa course jusqu’au terme fixé. N’est-ce pas Lui le Puissant, l’Absoluteur ?
[6] Il vous a créés d’un seul être dont Il a ensuite tiré sa compagne. Il a mis à votre service huit sortes de bestiaux en couples. Il vous crée dans le sein de vos mères où vous subissez des transformations successives dans les ténèbres d’une triple membrane. Tel est Dieu, votre Seigneur à qui appartient l’Univers. Il n’y a d’autre divinité que Lui. Comment pouvez-vous vous détourner de Lui ?
[7] Si vous êtes infidèles, sachez qu’en vérité Dieu n’a pas besoin de vous pour L’adorer. Toutefois, l’impiété des hommes Lui déplaît, alors qu’Il agrée leur reconnaissance. Aucune âme ne répondra des fautes d’une autre âme. Puis c’est à Lui qu’inéluctablement vous retournerez et vos œuvres vous seront alors rappelées, car Dieu connaît parfaitement ce que recèlent les cœurs.
[8] Lorsqu’un mal affecte l’homme, celui-ci implore son Seigneur en toute humilité ; mais quand Dieu lui accorde une faveur, il s’empresse d’oublier le mal qui avait suscité ses prières et il prête à Dieu des associés, en vue de pousser ses semblables à Le nier. Dis à cet impie : « Jouis, pour un instant, de ton impiété, car tu es voué à faire partie des hôtes de l’Enfer ! »
[9] Peut-on comparer ce pécheur à celui qui passe ses nuits en prière, prosterné ou debout, craignant la vie future et plaçant son espoir dans la miséricorde de son Seigneur ? Dis : « Sont-ils égaux, ceux qui ont reçu la science et ceux qui ne l’ont point reçue ? » Seuls des êtres doués d’intelligence sont à même d’y réfléchir.
[10] Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez la foi ! Craignez votre Seigneur ! Car à ceux qui font le bien ici-bas est réservée une belle récompense, et la Terre de Dieu est assez vaste pour qui veut Le servir. En vérité, les persévérants seront rémunérés au-delà de toute espérance. »
[11] Dis : « J’ai reçu ordre de vouer un culte exclusif à mon Seigneur. [12] Et Il m’a été ordonné d’être le premier des musulmans. »
[13] Dis : « En vérité, je crains de subir les châtiments d’un jour terrible, si je désobéis à mon Seigneur. »
[14] Dis : « C’est Dieu que j’adore, en Lui vouant un culte sans partage. [15] Quant à vous, idolâtres, libre à vous d’adorer qui vous voudrez en dehors de Dieu ! » Dis : « Les véritables perdants sont ceux qui auront causé à la fois la perte de leurs propres âmes et celles des leurs, au Jour de la Résurrection. La voilà la perte irréparable ! »
[16] Un nuage de feu s’étendra au-dessus de leurs têtes et un autre au-dessous de leurs pieds. Voilà contre quoi Dieu met en garde Ses serviteurs : « Ô Mes serviteurs, craignez-Moi ! »
[17] Ceux qui fuient les fausses divinités pour ne pas les adorer, et qui reviennent vers leur Seigneur, annonce-leur qu’ils auront accès à la félicité. Fais-en l’heureuse annonce à Mes serviteurs [18] qui écoutent Mes paroles et se conforment à ce qu’elles contiennent de meilleur. Ce sont ceux-là que Dieu dirige. Ce sont ceux-là qui sont doués d’intelligence. [19] Vouloir sauver celui contre qui la sentence du châtiment aura été prononcée équivaut à vouloir sauver celui qui est déjà dans les flammes de l’Enfer !
[20] Mais ceux qui craignent leur Seigneur auront des loges sur lesquelles sont bâties d’autres loges, et au-dessous desquelles coulent des rivières. Telle est la promesse de Dieu, et Dieu ne faillit jamais à Sa promesse.
[21] Considère comment Dieu fait descendre l’eau du ciel et comment Il la répartit sous terre en sources jaillissantes, pour faire germer des plantes de diverses espèces, qu’Il fait ensuite faner et jaunir ; et comment enfin Il en fait de simples brins desséchés. Certes, il y a dans ce phénomène matière à réflexion pour les hommes doués d’intelligence.
[22] Quel bonheur pour celui dont Dieu a ouvert le cœur à l’islam et qui détient ainsi une lumière venant de son Seigneur ! Malheur donc à ceux dont les cœurs demeurent insensibles à l’évocation de Dieu. Ceux-là sont dans un égarement manifeste.
[23] Dieu a révélé un discours sublime en un Livre aux versets concordants où alternent les promesses et les menaces, au point que ceux qui craignent Dieu et qui en font la lecture sentent d’abord un frisson traverser leurs corps, puis leurs peaux et leurs cœurs s’apaisent à l’évocation du Seigneur. Tel est le Livre de Dieu grâce auquel Il guide qui Il veut. Quant à celui que Dieu égare, nul ne pourra plus lui faire retrouver son chemin.
[24] Quelle triste destinée que d’avoir à affronter à visage découvert les affres d’un châtiment terrible le Jour de la Résurrection, lorsqu’on dira aux injustes : « Goûtez donc le fruit de vos œuvres ! » [25] Ceux qui les ont précédés ont, eux aussi, traité Nos signes de mensonges, et le châtiment les a assaillis au moment même où ils s’y attendaient le moins. [26] Dieu leur a fait goûter l’ignominie en ce monde, mais les châtiments qui les attendent dans l’au-delà sont plus atroces encore, s’ils pouvaient le savoir.
[27] Que d’exemples de toutes sortes sont donnés dans ce Coran aux hommes, afin de les amener à réfléchir ! [28] Révélé en langue arabe, ce Coran ne contient aucune équivoque. Peut-être seront-ils amenés à craindre le Seigneur.
[29] Dieu vous propose en parabole un serviteur qui a plusieurs maîtres associés, qui se disputent son service, et un autre serviteur qui n’a qu’un seul maître. Le sort de ces deux serviteurs est-il le même ? Louange à Dieu, la différence est claire ! Mais trop peu d’hommes en ont conscience !
[30] Certes, tu es appelé à mourir, comme ils sont aussi appelés à mourir ; [31] puis, au Jour dernier, vous vous disputerez auprès de votre Seigneur.
[32] Est-il homme plus injuste que celui qui invente des mensonges sur Dieu et qui nie la vérité quand elle s’offre à lui ? Comme si l’Enfer n’était pas réservé aux infidèles !
[33] En revanche, celui qui a apporté le message de vérité et ceux qui y ont adhéré, ceux-là sont les véritables pieux [34] dont Dieu satisfera tous les désirs, car c’est ainsi qu’Il récompense les vertueux ! [35] Dieu absoudra leurs péchés les plus graves et les rétribuera, compte tenu de leurs plus belles œuvres. [36] Dieu ne suffit-Il pas à Son serviteur comme Protecteur contre les fausses divinités dont ils te menacent ? Celui que Dieu égare, nul ne peut plus le guider. [37] Mais celui que Dieu guide, nul ne saurait jamais plus l’égarer. Dieu n’est-Il pas Tout-Puissant et Terrible dans Ses représailles ?
[38] Quand tu demandes aux négateurs : « Qui a créé les Cieux et la Terre ? » Ils répondent : « C’est Dieu ! » Dis-leur : « Considérez alors ces fausses divinités que vous invoquez en dehors de Dieu. Si Dieu voulait m’atteindre d’un mal, pourraient-elles m’en délivrer ? Au contraire, s’Il voulait m’accorder une faveur, seraient-elles capables de L’en empêcher ? » Dis : « Dieu me suffit pour Maître. C’est à Lui que se confient ceux qui cherchent un véritable appui ! »
[39] Dis : « Ô mon peuple ! Agissez à votre guise ; j’agirai à ma manière ! Vous saurez bientôt [40] qui de nous subira un châtiment infamant et encourra un supplice éternel ! »
[41] Nous t’avons révélé le Coran, en toute vérité, à l’intention des hommes. Quiconque choisit la bonne voie le fera à son propre avantage, et quiconque préfère l’égarement le fera à son propre détriment, car tu n’es point pour eux un répondant.
[42] Dieu accueille les âmes quand elles meurent, et quand elles sombrent seulement dans le sommeil. Il retient celles dont Il a décrété la mort et renvoie les autres jusqu’au terme fixé. N’y a-t-il pas là des signes pour qui sait réfléchir ?
[43] Si les impies prennent des intercesseurs en dehors de Dieu, dis-leur : « Qu’en ferez-vous s’ils sont dépourvus de tout pouvoir et de tout entendement ? » [44] Dis-leur : « L’intercession est du ressort exclusif du Seigneur. N’est-Il pas le Maître des Cieux et de la Terre ? N’est-ce pas vers Lui que se fera votre retour ? » [45] Lorsque le Nom de Dieu Seul est mentionné, ceux qui ne croient pas à la vie future en ont le cœur contracté de dépit. Mais lorsqu’on fait mention de leurs idoles, leur joie ne connaît plus de limites !
[46] Dis : « Ô mon Dieu ! Créateur des Cieux et de la Terre ! Toi qui connais ce qui est caché et ce qui est apparent ! C’est à Toi qu’il appartient d’arbitrer les différends qui divisent Tes serviteurs ! »
[47] Si les injustes possédaient tout ce que contient la Terre, et autant encore, ils n’hésiteraient pas à l’offrir, le Jour de la Résurrection, pour échapper aux affreux tourments de ce Jour, lorsqu’ils verront apparaître, de la part de Dieu, des choses dont ils ne se doutaient guère,
[48] car toutes les mauvaises actions qu’ils avaient commises leur apparaîtront et les menaces qu’ils avaient tournées en dérision les envelopperont de toutes parts ! [49] Lorsque l’homme est affligé d’un malheur, c’est à Nous qu’il fait appel ; mais lorsque Nous lui accordons quelques faveurs, il s’empresse de dire : « Je les dois à mon savoir », alors que c’est plutôt une épreuve à laquelle Dieu le soumet. Mais la plupart des hommes ne s’en doutent guère. [50] Cela avait déjà été dit par ceux qui les ont devancés, mais tous les biens qu’ils avaient accumulés ne leur ont été d’aucun secours. [51] Ainsi, les générations passées ont eu à subir les suites de leurs méfaits ; de même que les générations présentes auront à expier les leurs, car Dieu ne saurait être mis en échec. [52] Ne savent-ils pas que Dieu dispense Ses dons avec largesse ou parcimonie à qui Il veut ? Il y a là, en vérité, de multiples signes pour ceux qui ont la foi.
[53] Dis : « Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez point de la miséricorde divine ! En vérité, Dieu absout tous les péchés, car Il est le Clément et le Compatissant. [54] Revenez donc vers votre Seigneur ! Soumettez-vous à Lui, avant d’être surpris par le châtiment sans que vous puissiez bénéficier d’aucun secours ! [55] Suivez ce que votre Seigneur vous a révélé de plus beau, avant que le châtiment ne tombe sur vous à l’improviste, au moment où vous vous y attendriez le moins, [56] et avant que l’âme ne soit réduite à s’écrier : “Quel malheur d’avoir été si négligente envers Dieu et de m’être rangée du côté des railleurs !”
[57] ou à dire : “Si Dieu m’avait guidée, j’aurais été parmi ceux qui Le craignent !” [58] ou à dire, à la vue du châtiment : “Si je pouvais retourner sur Terre, je serais du nombre des vertueux !”« [59] – « Regrets bien tardifs, lui sera-t-il dit. Mes signes te sont bien parvenus, et tu les as, cependant, traités de mensonges, préférant par orgueil rejoindre le camp des infidèles ! »
[60] Le Jour de la Résurrection, ceux qui auront menti sur le compte de Dieu apparaîtront le visage noir d’épouvante. La Géhenne ne constitue-t-elle pas un asile pour les orgueilleux ? [61] Dieu sauvera ceux qui auront été pieux en leur faisant gagner leur place au Paradis. Nul mal ne leur sera infligé et toute souffrance leur sera épargnée.
[62] Dieu est le Créateur de toute chose et Il en est le Protecteur. [63] Il détient les destinées des Cieux et de la Terre. Et ceux qui doutent des signes de Dieu seront les véritables perdants.
[64] Dis-leur : « M’ordonnerez-vous, bande d’insensés, d’adorer un autre que Dieu ? » [65] Il t’a été révélé, ainsi qu’à ceux qui t’ont précédé : « Si jamais tu donnes des associés à Dieu, toutes tes œuvres seront réduites à néant et tu seras du nombre des perdants. [66] Bien au contraire, adore uniquement ton Seigneur et joins-toi à ceux qui Lui sont reconnaissants ! »
[67] Les hommes sauront-ils jamais estimer la puissance de Dieu à sa juste valeur ? Et, pourtant, le Jour de la Résurrection, Il ne fera qu’une seule poignée de la Terre tout entière, tandis que les Cieux seront ployés dans Sa dextre. Gloire à Lui ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’on peut Lui associer !
[68] Au premier son de Trompette, tous les êtres qui peuplent les Cieux et tous ceux qui peuplent la Terre seront foudroyés, à l’exception de ceux que Dieu voudra bien épargner. Puis on sonnera une deuxième fois, et les voilà tous debout, attendant leur sort. [69] Et aussitôt la Terre resplendira de la lumière de son Seigneur. De même que le bilan des actions des hommes sera déployé, et les prophètes et les témoins seront mandés, afin que justice soit rendue entre les hommes et que nul d’entre eux ne soit lésé. [70] Chaque âme recevra alors l’exacte rétribution de ses œuvres, Dieu étant bien Informé de ce que les hommes faisaient.
[71] Et les impies seront dirigés par groupes vers la Géhenne dont les portes s’ouvriront, à leur arrivée. Et les gardiens de leur dire : « Ne vous a-t-on pas envoyé des prophètes issus de vous-mêmes pour vous enseigner les versets de votre Seigneur et vous prévenir de l’arrivée de ce Jour ? » – « Oui, nous l’avons été ! », répondront les damnés. Mais l’arrêt de damnation des infidèles aura été déjà publié ; [72] aussi s’entendront-ils dire : « Franchissez les portes de l’Enfer et pour toujours, car c’est là l’horrible séjour des arrogants ! »
[73] Ceux qui, en revanche, auront craint leur Seigneur seront conduits par groupes vers le Paradis, dont les portes seront, à leur arrivée, grandes ouvertes. Et les gardiens de leur dire : « Que la paix soit sur vous ! Vous avez été vertueux. Franchissez donc pour toujours le seuil de cette Demeure ! » [74] Et les bienheureux diront alors : « Dieu soit loué ! Il a tenu envers nous Sa promesse et nous a fait hériter le Paradis, où nous allons nous installer à notre guise. » C’est là une récompense digne de si bons serviteurs !
[75] Et l’on verra alors les anges se presser autour du Trône en célébrant les louanges de leur Seigneur, car il aura été jugé en toute équité entre eux. Et l’on répétera en chœur : « Gloire à Dieu, le Seigneur de l’Univers ! »

40. Sourate du Pardonneur (Ghâfir)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] La révélation du Coran est l’œuvre de Dieu, le Tout-Puissant, l’Omniscient, [3] qui pardonne les péchés, agrée le repentir, réprime avec sévérité et dont la générosité n’a point de limite. Il n’y a d’autre divinité que Lui et c’est vers Lui que se fera tout retour.
[4] Il n’y a donc que les négateurs qui soulèvent des disputes au sujet des versets de Dieu. Mais que leur agitation dans le pays ne t’abuse point, [5] car, avant eux, le peuple de Noé ainsi que d’autres factions venues après lui avaient crié au mensonge. Chacune de ces communautés avait conçu le dessein de supprimer son prophète et avait usé de faux arguments pour étouffer la Vérité ; mais J’ai sévi contre eux, et combien a été sévère à leur égard Mon châtiment ! [6] C’est ainsi que s’accomplit l’arrêt de ton Seigneur, condamnant les impies à être les hôtes de l’Enfer, [7] pendant que les anges qui portent le Trône et ceux qui l’entourent exaltent les louanges de leur Seigneur, proclament leur foi en Lui et implorent Son pardon en faveur de tous les croyants : « Seigneur, disent-ils, Toi dont la miséricorde et la science embrassent toute chose, pardonne à ceux qui se repentent et se remettent sur Ta Voie ! Préserve-les du supplice de l’Enfer !
[8] Seigneur, accueille-les dans les jardins d’Éden que Tu leur as promis, eux et les vertueux parmi leurs ascendants, leurs épouses et leurs descendants ! Tu es le Puissant, le Sage. [9] Ne les laisse pas succomber au mal, car celui qui, par un effet de Ta grâce, aura été prémuni ce jour-là contre le mal sera appelé à jouir d’un immense bonheur ! »
[10] Et une voix interpellera les impies : « L’aversion de Dieu envers vous est plus grande que votre aversion envers vous-mêmes lorsque, invités à croire, vous persistiez dans votre négation. » [11] – « Seigneur, diront-ils, par deux fois Tu nous as fait mourir et par deux fois Tu nous as rappelés à la vie. Nous confessons nos péchés. N’y aurait-il pas moyen de nous faire sortir de ce lieu ? » [12] – « Vous n’avez, leur sera-t-il dit, que le sort que vous méritez. Car, lorsque l’unicité de Dieu était affirmée, vous refusiez d’y croire ; et lorsqu’on Lui donnait des associés, vous les admettiez. Il ne peut y avoir d’autre jugement que celui de Dieu, le Sublime, l’Auguste. » [13] C’est Lui qui vous montre Ses signes et vous envoie votre subsistance du ciel. Seul s’en rappelle celui qui revient repentant à Lui. [14] Priez donc Dieu en Lui vouant un culte exclusif, dussent en souffrir les infidèles ! [15] Dieu aux degrés célestes et au Trône sublime insuffle l’Esprit relevant de Son ordre sur qui Il veut parmi Ses serviteurs, afin que celui-ci avertisse les hommes du Jour de la Rencontre, [16] du jour où les ressuscités comparaîtront sans qu’aucune de leurs actions puisse échapper à la connaissance du Seigneur, car à qui appartiendra, ce jour-là, la Puissance suprême, si ce n’est à Dieu, l’Unique, le Dominateur ?
[17] C’est le jour où chacun sera rétribué selon les œuvres qu’il aura accomplies, sans qu’aucune injustice ne puisse être commise, car Dieu est prompt dans Ses comptes. [18] Avertis-les de l’échéance fatale du jour où les cœurs, terrifiés par l’angoisse, remonteront jusqu’à la gorge, et où les injustes ne trouveront plus ni ami intime ni intercesseur efficace.
[19] Dieu décèle la perfidie des regards et dévoile le secret des cœurs. [20] Dieu juge en toute équité, alors que ceux que les impies invoquent en dehors de Lui ne peuvent rien décider. Dieu est Celui qui entend tout et voit tout.
[21] Que ne parcourent-ils la Terre, pour voir ce qu’il est advenu de ceux qui ont vécu avant eux ? Ils étaient pourtant plus forts qu’eux et avaient laissé sur Terre bien plus de vestiges. Dieu les a châtiés pour leurs péchés et nul n’a pu les sauver de Ses rigueurs. [22] Il en fut ainsi parce que, chaque fois que leurs prophètes leur apportaient des preuves évidentes, ils les récusaient. Aussi Dieu les a-t-Il punis, car Il est Puissant et Redoutable quand Il sévit.
[23] Nous avons envoyé Moïse, porteur de Nos signes et nanti d’une autorité certaine, [24] à Pharaon, Hâmân et Coré. Mais ils le traitèrent de charlatan et d’imposteur ; [25] et lorsqu’il leur apporta la Vérité de Notre part, ils s’écrièrent : « Tuez les enfants mâles des partisans de Moïse et n’épargnez que leurs filles ! » Mais les manœuvres des impies restèrent comme toujours sans lendemain.
[26] » Laissez-moi tuer Moïse, s’écria Pharaon, et qu’il en appelle alors à Son Seigneur ! Je crains qu’il n’altère votre religion ou qu’il ne sème la corruption sur la Terre. » [27] – « Je cherche refuge, dit alors Moïse, auprès de Celui qui est mon Seigneur et le vôtre pour me protéger des méfaits de tout orgueilleux qui ne croit pas à la vie future. »
[28] Et à ce moment-là, un croyant de la suite de Pharaon, qui dissimulait sa foi, dit : « Tuerez-vous un homme pour la seule raison qu’il affirme : “Dieu est mon Maître !”, alors qu’il vous apporte des preuves évidentes de la part de votre Seigneur ? S’il ment, son mensonge retombera sur lui seul. Mais s’il dit la vérité, une partie de ses menaces s’abattra sur vous à coup sûr, car Dieu ne dirige ni les pervers ni les menteurs. » [29] » Ô mon peuple, ajouta-t-il, aujourd’hui vous détenez le pouvoir, et le pays entier vous est soumis. Mais qui nous défendra si jamais Dieu décide de nous punir ? » – « Ce que je vous propose, reprit Pharaon, est le meilleur parti à prendre, à mon avis ; et la solution que je vous indique est sûrement la bonne. » [30] – « Ô mon peuple, reprit le croyant, je crains pour vous un jour pareil à celui des peuples coalisés ; [31] un sort tel qu’avaient subi les peuples de Noé, des Âd, de Thamûd et de ceux qui leur avaient succédé. Dieu n’aime pas sévir injustement contre les hommes. [32] Ô mon peuple ! J’appréhende pour vous le Jour de l’Appel mutuel, [33] le jour où vous battrez en retraite et où, dans votre fuite éperdue, vous n’aurez contre Dieu nul défenseur, car celui que Dieu égare ne saurait trouver d’autre guide.
[34] Joseph était déjà venu parmi vous avec des preuves irréfutables, mais vous n’avez cessé de les contester jusqu’au jour de sa mort. Après quoi, vous dites : “Jamais Dieu n’enverra de prophète après lui.”« C’est ainsi que Dieu égare les outranciers et les sceptiques [35] qui, discutant sans preuve des versets de Dieu, s’attirent Sa colère et celle des croyants. Et c’est ainsi que Dieu endurcit le cœur de tout tyran orgueilleux.
[36] » Hâmân, dit Pharaon, construis-moi une tour. Peut-être atteindrai-je ainsi les voies [37] des sphères célestes, de façon à voir le Dieu de Moïse, car je soupçonne celui-ci d’être un menteur ! » C’est ainsi que Pharaon, s’illusionnant sur la justesse de ses décisions, fut détourné du droit chemin et ses manœuvres furent vouées à l’échec.
[38] Le croyant reprit ses exhortations : « Ô mon peuple ! Suivez-moi, je vous indiquerai la Voie du salut ! [39] Ô mon peuple ! La vie de ce monde n’est que jouissance éphémère. Seule la vie future constitue la demeure éternelle. [40] Celui qui commet une mauvaise action ne sera sanctionné que d’une peine équivalente. Mais ceux, hommes ou femmes, qui font le bien en étant croyants auront accès au Paradis où tous leurs désirs seront généreusement comblés.
[41] Ô mon peuple ! Qu’ai-je donc à vous convier à assurer votre salut, alors que vous tenez à m’entraîner vers l’Enfer ? [42] Vous m’incitez à renier Dieu et à Lui associer d’obscures divinités dont je n’ai aucune connaissance, alors que moi, je veux vous conduire vers le Tout-Puissant, l’Indulgent par excellence. [43] Nul doute que les divinités que vous m’invitez à adorer ne détiennent aucun pouvoir ni dans ce monde ni dans l’autre, que c’est vers Dieu que se fera notre retour et que les outranciers seront les hôtes de l’Enfer. [44] Vous vous souviendrez certainement un jour de mes paroles. Quant à moi, je remets mon sort à Dieu, car Dieu a une parfaite connaissance de Ses créatures. »
[45] Dieu préserva ce croyant des embûches que les impies lui tendaient, et c’est sur les partisans de Pharaon que s’abattit le châtiment le plus dur, [46] car ils seront exposés au Feu matin et soir ; et le Jour de la Résurrection, il sera ordonné : « Introduisez Pharaon et les siens au fin fond de la Géhenne ! »
[47] Et au cours de leurs disputes en Enfer, les faibles diront aux superbes de naguère : « Nous vous avons suivis aveuglément sur Terre. Pourriez-vous à présent atténuer tant soit peu le supplice que nous endurons en Enfer ? » [48] Et les superbes de dire : « Voilà à présent que notre sort est le même, car Dieu a déjà rendu Son verdict entre les hommes. »
[49] S’adressant aux gardiens de l’Enfer, les réprouvés leur demanderont : « Priez votre Seigneur d’alléger, ne serait-ce que d’un jour, notre souffrance ! »
[50] Et les gardiens de leur répondre : « Vos prophètes ne venaient-ils pas vous avertir avec des preuves évidentes ? » – « Si », avoueront les damnés. « Alors, priez ! », rétorqueront les gardiens. Mais, hélas ! Les prières des damnés ne sont jamais exaucées.
[51] Certes, Nous prêterons assistance à Nos prophètes et à ceux qui auront cru, aussi bien durant leur vie en ce monde qu’au jour où se lèveront les témoins ; [52] au jour où les excuses présentées par les injustes ne leur seront d’aucune utilité, et où la malédiction et la pire des demeures leur seront destinées.
[53] Nous avons indiqué à Moïse la voie à suivre, et légué en héritage le Livre aux enfants d’Israël, [54] pour servir de guide et d’avertissement aux hommes doués d’intelligence.
[55] Sois patient ! La promesse de Dieu s’accomplira sans conteste. Implore donc la rémission de tes péchés et célèbre les louanges de ton Seigneur, matin et soir !
[56] En vérité, ceux qui, sans aucune preuve, discutent des versets de Dieu n’agissent que par une ambition qu’ils ne pourront jamais satisfaire. Implore donc la protection de Dieu, car Il entend tout et voit tout !
[57] La création des hommes est bien peu de chose comparée à celle des Cieux et de la Terre, mais la plupart des hommes ne s’en doutent guère. [58] L’aveugle et celui qui voit ne sont pas comparables, pas plus qu’on ne saurait comparer les croyants qui font le bien aux injustes portés au mal, mais bien peu de gens y réfléchissent.
[59] En vérité, la fin du monde est un fait incontestable, et cependant la plupart des hommes n’y croient point. [60] Votre Seigneur a dit : « Implorez-Moi, Je vous exaucerai ! Mais ceux qui, par orgueil, refusent de M’adorer entreront tête basse en Enfer. »
[61] C’est Dieu qui a conçu la nuit pour votre repos et le jour pour que vous y voyiez clair. Dieu est si Généreux envers les hommes, mais bien peu d’entre eux Lui en témoignent de la reconnaissance.
[62] Tel est votre Dieu, votre Seigneur, le Créateur de l’Univers ! Il n’y a d’autre divinité que Lui ! Comment pouvez-vous vous en détourner, [63] ainsi que l’avaient fait jadis ceux qui récusaient les signes du Seigneur ?
[64] Tel est Dieu qui a fait pour vous de la Terre un lieu de séjour et du firmament une immense voûte, qui vous a pourvus de formes harmonieuses et qui vous a procuré une subsistance délicieuse. Tel est Dieu, votre Seigneur ! Béni soit Dieu, le Maître de l’Univers ! [65] Il est le Vivant ! Il n’y a point de divinité que Lui ! Priez-Le, en Lui vouant un culte sans partage ! Louange à Dieu, le Maître de l’Univers !
[66] Dis aux infidèles : « Il m’a été interdit d’adorer ceux que vous invoquez en dehors de Dieu. Des preuves évidentes à ce sujet me sont parvenues de la part de mon Seigneur, qui m’a ordonné de me soumettre au Maître de l’Univers.
[67] C’est Lui qui vous a créés de terre, puis d’une goutte de sperme, puis d’un caillot adhésif. Il vous fait ensuite sortir à l’état de bébé du sein de vos mères, pour que vous atteigniez votre maturité ; et vieillir ensuite, si vous ne mourez pas plus tôt. Mais le terme de la vie de chacun de vous est fixé d’avance. Peut-être serez-vous capables d’y réfléchir. »
[68] C’est Dieu qui donne la vie et la mort ; et quand Il décide une chose, il Lui suffit de dire : « Sois ! », et la chose est.
[69] Ne vois-tu pas jusqu’où vont dans leur égarement ceux qui discutent des versets du Seigneur ? [70] Ceux qui nient l’authenticité du Coran et la mission que Nous avons confiée à Nos prophètes seront fixés sur leur sort, [71] quand, carcan au cou et corps enchaîné, ils seront traînés [72] dans l’eau bouillante, puis jetés en pâture à l’Enfer.
[73] Puis il leur sera dit : « Où sont donc les idoles que vous associiez [74] à Dieu ? » Ils répondront : « Nous ne savons plus où elles sont passées, ou plutôt nous n’adorions que le néant ! » C’est ainsi que Dieu égare les négateurs.
[75] Et il leur sera dit : « Telle est la rétribution de vos réjouissances insensées sur Terre et de l’orgueil exubérant que vous affichiez sans pudeur. [76] Franchissez donc pour l’éternité le seuil de la Géhenne, cette affreuse demeure réservée aux superbes ! »
[77] Arme-toi de patience ! La promesse du Seigneur s’accomplira sans conteste. Que tu assistes à une partie des tourments que Nous leur réservons ou que tu sois rappelé auparavant à Nous, tous les hommes Nous feront inéluctablement retour.
[78] Nous avons envoyé bien des prophètes avant toi. Nous t’avons raconté l’histoire de certains d’entre eux et Nous Nous sommes tu sur celle des autres. Il n’appartient à aucun prophète de produire un signe sans la permission de Dieu. Et lorsque l’ordre de Dieu est donné, le verdict sera rendu en toute équité, et ce sont les négateurs qui seront les seuls perdants.
[79] C’est Dieu qui a créé pour vous les bestiaux ; des uns vous faites vos montures et des autres vous tirez votre nourriture, [80] sans compter d’autres avantages qu’ils vous procurent. C’est ainsi qu’ils vous aident à atteindre certains buts qui vous tiennent à cœur, et c’est sur eux et sur les vaisseaux que vous effectuez vos voyages.
[81] Dieu vous montre Ses signes. Lequel d’entre eux oserez-vous démentir ?
[82] Que ne parcourent-ils la Terre pour voir ce qu’il est advenu de ceux qui les ont précédés ? Bien que l’emportant sur eux par le nombre, la puissance et les vestiges qu’ils ont laissés sur la Terre, ils n’ont pu, malgré tous ces moyens, échapper à leur perte, [83] car, lorsque leurs prophètes venaient les prêcher avec des preuves évidentes à l’appui, ils se prévalaient de la science qu’ils détenaient. Mais les menaces dont ils se moquaient les assaillirent de toutes parts. [84] Et c’est seulement lorsqu’ils virent Notre rigueur qu’ils s’écrièrent : « Nous croyons en Dieu Seul et désavouons les idoles que nous Lui avions associées ! »
[85] Mais cette conversion tardive, en présence du châtiment, ne leur fut d’aucun secours. Telle est la loi que Dieu a toujours appliquée aux générations révolues. Et c’est ainsi que les négateurs devaient tout perdre.

41. Sourate des Versets détaillés (Fussilat)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] Voici une révélation du Tout-Clément, Tout-Compatissant ; [3] un Livre aux versets détaillés, un Coran en langue arabe pour des êtres doués d’entendement, [4] qui à la fois annonce une bonne nouvelle et met en garde contre le châtiment. Mais la plupart des hommes s’en détournent et refusent de l’entendre, [5] en disant : « Nos cœurs sont inaccessibles à ce à quoi tu nous appelles et nos oreilles sont frappées de surdité ! Entre toi et nous se dresse un obstacle. Agis donc comme tu l’entends et nous agirons, de notre côté, à notre manière. »
[6] Dis-leur : « Je ne suis qu’un homme comme vous, à qui il a été révélé que votre Dieu est un Dieu Unique. Servez-Le avec droiture et implorez Son pardon ! » Malheur à ceux qui Lui donnent des égaux, [7] qui ne s’acquittent pas de la zakât et qui s’obstinent à renier la vie future ! [8] Ceux, au contraire, qui ont la foi et qui font le bien recevront une récompense qui ne sera jamais interrompue.
[9] Dis : « Quoi ! Renierez-vous Celui qui a créé la Terre en deux jours, et Lui donnerez-vous des égaux, à Lui, le Maître de l’Univers, [10] qui a établi sur la Terre des montagnes comme des piliers et qui l’a bénie ; qui y a réparti, en quatre jours d’égale durée, les ressources répondant aux besoins exacts des vivants ? [11] Et qui, s’occupant ensuite du Ciel qui n’était encore qu’une nébuleuse, lui dit ainsi qu’à la Terre : “Soumettez-vous de gré ou de force !” – “Nous voilà entièrement soumis !”, répondirent-ils. »
[12] Et de cette nébuleuse, Il tira la substance de sept Cieux en deux jours et assigna à chaque ciel une fonction bien déterminée, tout en couvrant le ciel le plus bas de luminaires pour l’embellir et aussi pour le protéger. Tel fut l’ordre établi par le Tout-Puissant, l’Omniscient.
[13] Si les négateurs s’obstinent dans leur refus, dis-leur : « Je vous mets en garde contre un cataclysme pareil à celui dont furent frappés les `Âd et les Thamûd [14] qui, lorsque des prophètes s’étaient présentés à eux de toutes parts pour les exhorter à n’adorer que Dieu, leur dirent : “Si notre Seigneur avait voulu nous exhorter, Il aurait envoyé des anges ! Aussi récusons-nous totalement votre message !”«
[15] Les `Âd, de leur côté, se montrèrent d’une arrogance extrême sur la Terre : « Quel peuple, disaient-ils, a une puissance supérieure à la nôtre ? » Oubliaient-ils que Dieu qui les avait créés était infiniment plus Redoutable qu’eux ? Et, cependant, ils se sont obstinés à nier Nos signes. [16] Nous déchaînâmes alors contre eux un vent impétueux et glacial, durant des jours néfastes, pour leur faire goûter un supplice avilissant en ce monde, sans compter le supplice plus avilissant encore dans la vie future où ils ne pourront bénéficier d’aucun secours !
[17] Quant aux Thamûd, Nous leur avons bien indiqué la voie à suivre, mais ils lui préférèrent celle de l’égarement. Aussi furent-ils foudroyés par un fléau avilissant qui vint abattre leur arrogance et sanctionner leurs agissements, [18] tout en épargnant ceux d’entre eux qui étaient croyants et mus par la crainte du Seigneur.
[19] Un jour viendra où les ennemis de Dieu seront rassemblés et poussés en groupes vers l’Enfer. [20] Et quand ils y parviendront, leurs oreilles, leurs yeux et même leurs peaux témoigneront contre eux pour dénoncer leurs agissements.
[21] » Pourquoi témoignez-vous contre nous ? », diront-ils à leurs peaux. Et celles-ci de leur répondre : « C’est Dieu qui nous fait parler, comme Il fait parler toute chose. N’est-ce pas Lui qui vous a créés une première fois et vers qui vous faites maintenant retour ? [22] D’ailleurs, vous n’avez jamais cherché à vous cacher pour empêcher ainsi vos oreilles, vos yeux et vos peaux de témoigner contre vous ; mais vous pensiez plutôt que Dieu n’était pas au courant de la plupart de vos actes. [23] C’est ce que vous pensiez de votre Seigneur ; et c’est cette pensée-là qui a causé votre perte et vous a conduits à être du nombre des damnés ! »
[24] Aujourd’hui, même s’ils se résignent, l’Enfer n’en sera pas moins leur demeure ; et même s’ils s’excusent, ils ne seront pas pour autant excusés.
[25] Nous leur avions suscité de mauvais compagnons qui embellissaient tout à leurs yeux, aussi bien dans le présent que dans le futur ; et c’est ainsi que se réalisa contre eux le Décret divin qui avait condamné, dans le passé, tant de peuples de djinns et d’hommes, et que leur perte fut consommée.
[26] Les négateurs disent : « N’écoutez pas ce Coran, mais faites du chahut quand il est récité ! Peut-être en triompherez-vous ainsi ! » [27] Nous infligerons à ces impies un châtiment implacable et Nous leur ferons durement payer tout le mal qu’ils ont commis.
[28] C’est ainsi que la rétribution des ennemis de Dieu sera l’Enfer, où leur séjour sera éternel, pour avoir refusé de reconnaître Nos signes.
[29] » Seigneur, diront les infidèles, montre-nous ceux des djinns et des hommes qui ont été responsables de notre déchéance. Nous voudrions tant les humilier en les écrasant sous nos pieds ! »
[30] Mais à ceux qui affirment : « Notre Seigneur est Dieu ! » et se conduisent avec droiture, les anges descendront et s’adresseront en ces termes : « Ne craignez rien et ne vous tourmentez de rien ! Réjouissez-vous plutôt de la bonne nouvelle du Paradis qui vous a été promis ! [31] Notre soutien vous est acquis, aussi bien dans ce bas monde que dans la vie future, où tous vos désirs seront comblés et tous vos vœux exaucés. » [32] Tel sera l’accueil généreux du Tout-Clément, du Tout-Compatissant.
[33] Qui donc tiendrait un meilleur discours que celui qui appelle les hommes à Dieu, fait œuvre pie et proclame tout haut son appartenance à l’islam ?
[34] La bonne action et la mauvaise action ne sont pas pareilles. Rends le bien pour le mal, et tu verras ton ennemi se muer en fervent allié ! [35] Mais une telle grandeur d’âme est seulement le privilège de ceux qui savent faire preuve de patience et de ceux qui sont touchés par une grâce peu commune.
[36] Et si le démon t’incite à agir autrement, cherche aussitôt refuge auprès de Dieu, car Il entend tout et sait tout.
[37] Parmi les signes de Dieu, il y a la nuit et le jour, le Soleil et la Lune. Ne vous prosternez ni devant le Soleil ni devant la Lune, mais prosternez-vous uniquement devant Celui qui les a créés, si vous Lui vouez un culte sincère ! [38] S’ils sont trop orgueilleux pour adorer leur Seigneur, qu’ils sachent que ceux qui sont proches de Lui célèbrent Ses louanges nuit et jour, sans jamais éprouver de lassitude.
[39] C’est encore un de Ses signes, quand tu vois la terre qui était prostrée sous l’effet de la sécheresse, s’animer et s’épanouir, dès que Nous lui envoyons quelques ondées du ciel. Celui qui lui rend la vie est aussi Celui qui fait revivre les morts, car Sa puissance n’a point de limite. [40] Ceux qui s’emploient à dénaturer le sens de Nos versets ne sauraient Nous échapper. Que vaut-il mieux ? Être précipité en Enfer ou se présenter le Jour de la Résurrection en toute sécurité ? Agissez donc comme bon vous semble ! Dieu a une claire vision de ce que vous faites. [41] Ceux qui ont rejeté le Coran, quand il leur est parvenu, ne savaient pas que ce Livre est d’une valeur inestimable, [42] inaccessible à toute erreur, d’où qu’elle vienne, en tant que Révélation émanant d’un Sage, Digne de louange. [43] Les objections qui te sont faites aujourd’hui sont les mêmes que celles qui ont été faites aux prophètes qui t’ont précédé. Mais si ton Seigneur est Enclin au pardon, Il n’en est pas moins Implacable quand Il sévit.
[44] Si Nous avions révélé ce Coran en langue étrangère, on aurait objecté : « Si au moins ses versets étaient clairs et intelligibles ! Comment ? Un Coran en langue étrangère pour un peuple arabe ? » Réponds-leur : « Ce Coran est un guide et un baume pour les croyants ; seuls les négateurs, quand il s’agit de ce Livre, font la sourde oreille et simulent l’aveuglement. C’est comme si l’appel qu’on leur lance venait de trop loin pour être entendu. »
[45] Nous avions donné à Moïse l’Écriture, au sujet de laquelle des controverses furent suscitées. Et n’eût été une décision déjà prise par ton Seigneur, les renvoyant au Jugement dernier, il eût déjà été jugé entre eux. Aussi sont-ils encore à ce sujet dans un doute troublant.
[46] Quiconque fait le bien le fait dans son propre intérêt, et quiconque fait le mal le fait à son propre détriment, car ton Seigneur ne commet point d’injustice envers les hommes.
[47] La connaissance de l’Heure revient à Dieu, car aucun fruit ne sort de son enveloppe, aucune femelle ne conçoit ni ne met bas qu’Il n’en ait connaissance. Le jour où Dieu interpellera les impies : « Où sont les divinités que vous M’associiez ? », ils répondront : « Nous le reconnaissons, aucun de nous n’est à même de témoigner de leur existence ! » [48] Ainsi abandonnés par les fausses divinités qu’ils invoquaient, les idolâtres comprendront qu’ils n’ont plus d’issue pour échapper à leur sort.
[49] L’homme ne se lasse jamais de rechercher son bonheur ; mais il suffit qu’un malheur l’atteigne, pour qu’il se sente en proie à la tristesse et au désespoir. [50] Si Nous le faisons bénéficier de quelque grâce de Notre part, après qu’un malheur l’a atteint, il s’écrie : « Cela m’est dû. Je ne pense pas que l’Heure doive jamais sonner. Et même si je retourne un jour à mon Seigneur, je suis sûr que je trouverai auprès de Lui la plus parfaite félicité ! » En vérité, Nous mettrons les impies en face de leurs œuvres et Nous leur ferons goûter un dur châtiment. [51] Et lorsque Nous comblons l’homme de bienfaits, il se détourne de Nous et Nous fuit ; mais lorsqu’un malheur l’atteint, il ne tarit pas de prières.
[52] Dis-leur : « Que pensez-vous si le Coran provenait réellement de Dieu et que vous l’ayez quand même rejeté ? Qui donc se trouverait plus égaré que celui qui se serait ainsi engagé si loin dans la dissidence ? » [53] Nous continuerons à leur montrer Nos signes, aussi bien dans l’Univers qu’en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’ils reconnaissent que ce Coran est bien la Vérité. Ne suffit-il donc pas que ton Seigneur soit Témoin de toute chose ? [54] Mais ils continuent à avoir des doutes sur leur comparution devant leur Seigneur, comme si la science de Dieu n’embrassait pas toute chose !

42. Sourate de la Délibération (Ash-Shûrâ)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] `Ayn – Sîn – Qâf. [3] C’est ainsi que Dieu, le Tout-Puissant, le Sage, t’envoie des révélations comme à ceux qui t’ont précédé. [4] À Lui appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre. Il est l’Auguste, Il est le Sublime.
[5] Peu s’en faut que les Cieux ne s’affaissent les uns sur les autres, quand les anges célèbrent les louanges de leur Seigneur et implorent Son pardon en faveur des habitants de la Terre. Il est le Tout-Pardonneur, le Tout-Miséricordieux. [6] Dieu est Témoin de ce que font ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui, et tu n’es point le garant de leur salut.
[7] Ainsi, Nous te révélons un Coran en langue arabe, afin que tu avertisses la ville métropole et les alentours, et que tu les préviennes du Jour inéluctable du Jugement dernier, où une partie des hommes ira au Paradis et une autre ira en Enfer. [8] Si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait des hommes une seule communauté. Mais Il admet au sein de Sa miséricorde qui Il veut, et les injustes n’auront ni secours ni protection.
[9] Ont-ils donc pris d’autres maîtres en dehors de Dieu ? C’est pourtant Dieu qui est le seul Patron, car c’est Lui qui rend la vie aux morts et qui est Tout-Puissant. [10] Toute divergence qui surgira entre vous devra être soumise au Jugement de Dieu. Tel est Dieu, mon Seigneur ! C’est en Lui que je place ma confiance et c’est à Lui que je reviens repentant.
[11] Créateur des Cieux et de la Terre, Il vous a donné des épouses issues de vous-mêmes, comme Il a réparti les bestiaux par couples. C’est ainsi qu’Il vous multiplie. Rien ne Lui est comparable. Il entend tout et voit tout. [12] Il détient les rênes des Cieux et de la Terre. Il attribue Ses dons avec générosité ou parcimonie à qui Il veut. Il est Omniscient.
[13] Il a établi pour vous, en matière de religion, ce qu’Il avait prescrit à Noé, ce que Nous te révélons à toi-même, ce que Nous avions prescrit auparavant à Abraham, à Moïse et à Jésus : « Acquittez-vous, leur fut-il dit, du culte de Dieu et n’en faites pas un sujet de division entre vous ! » Combien doit paraître dure aux idolâtres cette foi à laquelle tu les invites ! Mais Dieu attire vers Lui qui Il veut et guide vers Lui le coupable repentant.
[14] Ils ne se sont divisés qu’après avoir reçu la science, et ce par pur esprit de rivalité entre eux. Et n’était l’arrêt de ton Seigneur ajournant Sa sentence à un terme fixé à l’avance de toute éternité, tout différend entre eux aurait déjà été tranché. D’ailleurs, ceux qui après eux ont reçu l’Écriture en héritage sont encore à son sujet dans un doute troublant.
[15] Appelle donc les hommes à la vraie religion ! Suis la voie droite comme il t’a été ordonné ! Ne suis pas les idolâtres dans leurs divagations et proclame : « Je crois à tout Livre révélé par Dieu ! J’ai reçu ordre de vous juger avec impartialité ! Dieu est notre Seigneur et le vôtre ! À nous nos œuvres et à vous les vôtres ! Il est inutile de nous disputer. Dieu nous réunira un jour, car c’est vers Lui que tout doit faire retour. »
[16] L’argument de ceux qui continuent à discuter au sujet de Dieu, après qu’il a été répondu à Son appel, n’a plus aucune valeur auprès de leur Seigneur. Ils seront voués à Sa colère et leur châtiment sera cruel.
[17] C’est Dieu qui a révélé le Livre et institué la justice en toute vérité. Qu’en sais-tu ? L’Heure du Jugement est peut-être imminente. [18] Seuls les impies sont impatients de la voir venir, alors que les croyants en redoutent l’avènement, sachant qu’elle est inéluctable. Il est vrai que ceux qui contestent l’Heure s’enfoncent trop loin dans leur erreur.
[19] Dieu est Plein de clémence pour Ses serviteurs. Il distribue Ses biens à qui Il veut. Il est le Fort et le Tout-Puissant. [20] Quiconque désire cultiver le champ de la vie future, Nous ferons prospérer son labour. Quiconque désire cultiver uniquement le champ de ce monde, Nous lui en donnerons quelques miettes, mais il n’aura aucune part dans la vie future.
[21] Ou bien auraient-ils des divinités qui auraient établi pour eux des lois religieuses non autorisées par Dieu ? Si l’arrêt décisif n’avait pas été prononcé, Dieu aurait déjà réglé leur compte. Mais un châtiment implacable est réservé aux injustes.
[22] Tu verras les injustes au Jour du Jugement transis de peur devant la gravité de leurs péchés et du châtiment qu’ils devront inéluctablement subir, pendant que ceux qui auront cru et fait le bien seront dans les jardins du Paradis, où ils verront tous leurs vœux exaucés auprès de leur Seigneur. Et ce sera pour eux la faveur suprême !
[23] Telle est la bonne nouvelle que Dieu annonce à Ses serviteurs qui croient et font le bien. Dis : « Je ne vous réclame pour cela aucun salaire, si ce n’est seulement l’affection due à vos proches. » Quiconque accomplit une bonne action, Nous lui en augmenterons le mérite, car Dieu est Plein d’indulgence et de gratitude.
[24] Ou diront-ils : « Il a forgé un mensonge qu’il attribue à Dieu » ? Mais Dieu pourrait alors, si cela Lui plaît, sceller à jamais ton cœur, et, par Son arrêt, dissiper l’erreur et imposer la Vérité, car Il sait ce que recèlent les cœurs. [25] C’est Lui qui agrée le repentir de Ses serviteurs, qui absout les mauvaises actions et qui sait ce que vous faites. [26] Il exauce ceux qui croient et accomplissent des œuvres salutaires, en multipliant envers eux Ses faveurs, mais Il fait subir aux négateurs d’affreuses tortures.
[27] Si Dieu avait prodigué sans mesure Ses richesses aux hommes, ces derniers auraient commis les pires excès sur la Terre. Aussi leur accorde-t-Il ce qu’Il veut, avec mesure, car Il connaît si bien la nature des hommes et lit si bien dans leurs cœurs.
[28] C’est Lui qui envoie la pluie bienfaisante au moment où les hommes en désespèrent, pour étendre ainsi sur eux Sa miséricorde. Il est le Protecteur et le Magnanime. [29] Parmi Ses signes, il y a la création des Cieux, de la Terre et de tous les êtres vivants qu’Il y a disséminés, et Il a tout pouvoir, quand Il voudra, de les réunir. [30] Tout malheur qui vous frappe ne peut être que le fruit de vos propres œuvres. Cependant, Dieu vous pardonne bien des fautes. [31] Vous ne sauriez vous opposer à la puissance divine sur Terre, et vous n’avez, en dehors de Dieu, ni maître ni défenseur.
[32] Parmi Ses signes, il y a les vaisseaux qui sillonnent les mers et s’y dressent comme des montagnes altières. [33] Et s’Il le voulait, Il apaiserait le vent, et les vaisseaux s’immobiliseraient à la surface des eaux. N’y a-t-il pas là des signes pour tout homme patient et reconnaissant ? [34] Ou bien Il les ferait sombrer, en sanction des fautes qu’ils ont commises. Et pourtant que de fautes Il leur pardonne !
[35] C’est ainsi que ceux qui contestent Nos signes apprendront qu’ils ne sauraient échapper à Nos rigueurs.
[36] Tous les biens que vous avez reçus en ce monde ne sont qu’une jouissance éphémère, tandis que ceux qui sont auprès de Dieu sont bien plus précieux et plus durables. Ils sont réservés aux croyants qui placent leur confiance en leur Seigneur ; [37] ceux qui évitent de commettre des péchés capitaux et des turpitudes, et qui savent pardonner quand ils sont en colère ; [38] ceux qui répondent à l’appel de leur Seigneur, observent la salât, se consultent entre eux au sujet de leurs affaires et qui, de ce que Nous leur avons donné, font des dépenses en œuvres charitables ; [39] ceux qui répondent à l’offense quand ils en sont victimes, [40] sans oublier que la riposte doit être égale à l’offense subie, et que celui qui pardonne et se montre conciliant trouvera sa récompense auprès du Seigneur, car Dieu n’aime pas les agresseurs.
[41] Mais ceux qui répondent à une injustice dont ils ont été victimes n’encourent aucune peine. [42] En revanche sont punissables ceux qui oppriment leurs semblables, et qui, sans souci d’équité, sèment le mal sur la Terre. À ceux-là un châtiment douloureux est réservé. [43] C’est un signe d’une grande sagesse que de faire preuve de patience et de clémence. [44] Celui que Dieu égare ne trouvera, en dehors de Lui, nul protecteur. On verra les injustes s’écrier à la vue du châtiment : « Y a-t-il un moyen de retourner sur Terre ? »
[45] Et tu les verras exposés au souffle de la Géhenne, les yeux voilés de honte et jetant des regards furtifs. Les croyants diront alors : « Voilà les réprouvés qui ont causé leur propre perte et celle des leurs au Jour du Jugement dernier. » En vérité, les injustes seront livrés à un supplice éternel. [46] Et, en dehors de Dieu, ils n’auront aucun protecteur pour les soutenir, car celui que Dieu égare ne peut plus trouver son chemin. [47] Répondez donc à l’appel de votre Seigneur, avant que ne vienne le jour inéluctable fixé par Lui de toute éternité. Ce jour-là, vous ne trouverez plus aucun refuge et il ne vous sera plus possible de renier vos œuvres. [48] S’ils se détournent de toi, sache que Nous ne t’avons pas envoyé pour assurer leur sauvegarde. Tu n’es chargé que de les avertir. Lorsque Nous accordons à l’homme quelques faveurs de Notre part, il s’en réjouit ; mais aussitôt qu’un malheur l’atteint pour le punir de ses fautes, il fait preuve d’une grande ingratitude. [49] À Dieu appartient le Royaume des Cieux et de la Terre. Il crée ce qu’Il veut. Il donne des filles à qui Il veut. Il donne des enfants mâles à qui Il veut, [50] ou à la fois des enfants, de sexe différent, et Il rend stérile qui Il veut. Il est Omniscient et Puissant.
[51] Il n’est pas donné à un homme que Dieu lui parle directement, si ce n’est par inspiration ou derrière un voile ou par l’envoi d’un messager qui lui révèle, par Sa permission, ce qu’Il veut. Dieu est Sublime et Sage.
[52] Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un Esprit le Coran par un effet de Notre ordre, alors qu’auparavant tu ne connaissais ni l’Écriture ni la foi. Nous en avons fait une lumière par laquelle Nous guidons qui Nous voulons parmi Nos serviteurs. Et toi, en vérité, c’est vers la Voie droite que tu guides les hommes, [53] vers la Voie de Dieu, le Maître de ce qui est dans les Cieux et sur la Terre, et vers Lequel inéluctablement tout fera retour.

43. Sourate de l’Ornement (Az-Zukhruf)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] Par le Livre explicite ! [3] Nous en avons fait un Coran en langue arabe, afin que vous en saisissiez le sens. [4] Il est auprès de Nous, dans l’Archétype, sublime et plein de sagesse.
[5] Quoi ! Renoncerons-Nous à vous avertir parce que vous êtes un peuple outrancier ? [6] Que de prophètes n’avons-Nous pas envoyés aux peuples anciens ! [7] Mais aucun prophète ne s’est présenté à eux sans qu’ils l’aient tourné en dérision, [8] alors que Nous avons anéanti de plus redoutables qu’eux, et Nous vous en avons donné précédemment des exemples.
[9] Si tu leur demandes : « Qui a créé les Cieux et la Terre ? » Ils répondront très certainement : « C’est le Tout-Puissant, l’Omniscient qui les a créés. » [10] C’est Lui, en effet, qui fit pour vous de la terre un berceau et qui la fit sillonner de routes pour vous permettre de vous guider ;
[11] c’est Lui qui fait descendre la pluie du ciel avec mesure, pour revivifier une terre morte. Et c’est ainsi que vous serez ressuscités un jour. [12] C’est Lui qui a créé toutes les espèces, par couples, et qui a fait des vaisseaux et des bestiaux un moyen de transport pour vous, [13] afin que, une fois à bord de vos navires ou sur le dos de vos montures, vous célébriez les bienfaits de votre Seigneur et que vous disiez : « Gloire à Celui qui nous a soumis toutes ces choses que nous n’aurions jamais pu dominer tout seuls. [14] En vérité, c’est vers notre Seigneur que se fera notre retour. »
[15] Cependant, les polythéistes attribuent à Dieu des enfants parmi Ses propres serviteurs. L’homme est vraiment d’une inqualifiable ingratitude ! [16] Dieu se serait-Il attribué des filles parmi Ses créatures en vous accordant par préférence des garçons ? [17] Lorsqu’on annonce à l’un d’eux la naissance d’un enfant du sexe qu’il attribue au Miséricordieux, il passe toute sa journée le visage sombre et le cœur serré : [18] » Quoi ! Engendrer un être qui sera élevé dans les colifichets et qui ne pourra même pas dans une dispute se défendre par des arguments clairs et précis ! » [19] Et ils firent des anges, qui sont les serviteurs du Miséricordieux, des êtres féminins. Étaient-ils témoins de leur création ? Leur témoignage sera consigné et ils auront à en répondre. [20] Ils ont dit également : « Si le Miséricordieux l’avait voulu, nous n’aurions pas adoré ces idoles. » Qu’en savent-ils, au juste ? Ce ne sont là que des affirmations gratuites. [21] Ou bien leur avons-Nous donné, avant le Coran, un Livre auquel ils se réfèrent ? [22] Il n’en est rien. Ils disent seulement : « Nous avons trouvé nos pères attachés à ce culte et nous suivons leurs traces. »
[23] Il en a toujours été ainsi. Nous n’avons jamais envoyé, avant toi, un messager pour avertir une cité sans que ses habitants les plus opulents lui aient dit : « Nous avons trouvé nos pères attachés à ce culte et nous suivons leurs traces. » [24] Et quand le messager leur disait : « Et si je vous indiquais une meilleure direction que celle sur laquelle vous avez trouvé vos ancêtres ? », les notables de la cité répondaient : « Nous ne croirons pas à votre message ! »
[25] Aussi tirâmes-Nous vengeance de ces peuples. Considère donc quelle fut la fin des négateurs !
[26] Souviens-toi de ce qu’Abraham avait dit à son père et à son peuple : « Je désavoue totalement ces dieux que vous adorez. [27] Je n’adore que Celui qui m’a créé, car c’est Lui qui, en vérité, me guidera. » [28] Et il en fit une parole qui devait se perpétuer parmi ses descendants, afin qu’ils reviennent vers leur Seigneur.
[29] Bien plus ! J’ai laissé ces gens et leurs ancêtres jouir des biens de ce monde jusqu’au moment où ils ont reçu la Vérité et un Prophète véridique. [30] Or, lorsque la Vérité leur est parvenue, ils se sont écriés : « Ceci n’est que de la magie, et nous refusons d’y croire ! » [31] Puis ils ajoutèrent : « Pourquoi n’a-t-on pas révélé ce Coran à quelque personnage important de l’une ou l’autre des deux villes ? » [32] Serait-ce à eux de distribuer la miséricorde de ton Seigneur ? Non ! C’est Nous qui répartissons entre eux leurs moyens d’existence en ce monde et qui les élevons les uns au-dessus des autres de quelques degrés, afin qu’ils se portent mutuellement assistance. Cependant, la miséricorde de ton Seigneur vaut mieux que tous les biens qu’ils amassent. [33] S’il n’était pas à craindre que l’humanité ne forme une seule communauté d’impies, Nous aurions pourvu les maisons de ceux qui ne croient pas au Miséricordieux de toits d’argent, avec des escaliers pour y accéder,
[34] de portes et de lits pour qu’ils puissent s’y reposer, [35] et Nous aurions couvert le tout d’ornements dorés. Mais tout cela n’aurait été qu’une jouissance éphémère d’ici-bas, car, pour ton Seigneur, la vraie vie est celle qui est dans la vie future et qu’Il réserve à ceux qui Le craignent.
[36] Quiconque reste insensible à l’appel de Dieu, Nous lui susciterons un démon qui deviendra son compagnon inséparable. [37] Les démons ont, en effet, pour habitude de détourner les hommes du droit chemin, lors même que ces derniers s’estiment être bien guidés.
[38] Et lorsque cet homme se présentera devant Nous, il s’écriera à l’adresse de son démon : « Plût à Dieu que nous fussions séparés l’un de l’autre par la distance qui existe entre l’Orient et l’Occident ! Quel funeste compagnon ! » [39] Mais ces regrets tardifs ne vous serviront à rien en ce Jour ! Et du moment que vous avez été associés dans l’injustice, vous le serez également dans le supplice !
[40] Pourras-tu jamais te faire entendre des sourds, faire marcher droit les aveugles ou guider celui qui est engagé dans un profond égarement ? [41] Soit que Nous te rappelions à Nous avant de sévir contre eux ; [42] soit que Nous te montrions le châtiment que Nous leur avions promis. De toute façon, Nous les tenons en Notre pouvoir. [43] L’essentiel est que tu t’attaches fermement à ce qui t’est révélé, car tu es dans la bonne voie ; [44] et ce Coran constitue pour toi et pour ton peuple un vrai rappel dont vous aurez à rendre compte.
[45] Demande aux messagers que Nous avons envoyés avant toi si Nous avons institué, en dehors du Miséricordieux, d’autres divinités dignes d’être adorées. [46] Nous avons envoyé Moïse avec Nos signes à Pharaon et aux gens de sa cour. « Je suis l’envoyé du Maître de l’Univers ! », leur dit-il. [47] Mais lorsqu’il produisit Nos signes sous leurs yeux, ils s’en moquèrent,
[48] alors que toutes les preuves que Nous leur montrions étaient plus probantes les unes que les autres. Mais ce fut en vain. Nous les éprouvâmes alors par le supplice, pour les faire revenir de leurs erreurs.
[49] » Ô magicien, dirent-ils à Moïse, implore ton Seigneur, au nom de la promesse qu’Il t’a faite, de mettre fin à nos épreuves, et nous nous engageons à te suivre dans la bonne voie ! » [50] Mais dès que Nous eûmes mis fin à leurs châtiments, ils s’empressèrent de violer leurs engagements, [51] et Pharaon s’adressa à son peuple en ces termes : « Ô mon peuple ! Ne suis-je pas le maître absolu du royaume d’Égypte avec tous ces canaux d’eau qui coulent à mes pieds ? Ne le voyez-vous pas ? [52] Ne suis-je donc pas supérieur à ce vil individu qui sait à peine s’exprimer ? [53] Si au moins il avait reçu d’en haut des bracelets d’or pour se parer, ou s’était présenté avec une escorte d’anges pour l’assister ! »
[54] Pharaon cherchait à égarer son peuple. Et celui-ci lui a obéi, car c’était un peuple pervers. [55] Ayant ainsi provoqué Notre colère, Nous sévîmes contre eux et les engloutîmes tous sous les flots, [56] faisant d’eux un exemple et une leçon pour les peuples à venir.
[57] Et quand le fils de Marie fut proposé en exemple, ton peuple s’en détourna avec dédain, [58] en disant : « Nos divinités ne sont-elles pas meilleures que lui ? » Il est clair qu’ils n’ont songé à cette comparaison que pour susciter des controverses, en tant que peuple chicanier. [59] Jésus n’était qu’un serviteur auquel Nous avons accordé Notre grâce et dont Nous fîmes un exemple pour les enfants d’Israël.
[60] Et si Nous le voulions, Nous aurions fait de vous des anges pour vous succéder sur la Terre.
[61] En vérité, il sera un signe certain de l’Heure. N’ayez nul doute à ce sujet et suivez-Moi ! C’est là la Voie de la rectitude ! [62] Que Satan ne vous en détourne pas, car il est votre ennemi déclaré !
[63] Lorsque Jésus se présenta aux hommes, nanti de preuves évidentes, il leur dit : « Je vous apporte la sagesse et je viens vous éclairer sur certaines questions qui vous divisent. Craignez donc Dieu et obéissez-moi ! [64] Dieu, en vérité, est mon Maître et le vôtre. Adorez-Le ! Voilà le droit chemin. »
[65] Mais les factions divergèrent entre elles. Malheur aux infidèles du châtiment d’un jour douloureux !
[66] Qu’attendent-ils au juste, sinon l’Heure qui viendra les surprendre sans qu’ils s’y soient préparés ?
[67] Ce jour-là, les amis les plus intimes deviendront ennemis les uns des autres, hormis ceux qui craignent le Seigneur [68] et auxquels il sera dit : « Ô Mes serviteurs ! N’ayez aucune crainte ni affliction en ce Jour ! [69] Vous qui croyez en Nos signes et qui êtes soumis, [70] entrez au Paradis, vous et vos épouses, où vous serez honorés ! »
[71] Et on fera circuler parmi eux des plats d’or et des coupes contenant tout ce qui flatte l’âme et réjouit l’œil. « Et vous y serez pour l’éternité. » [72] Tel est le Paradis qui vous sera donné en héritage pour prix de vos œuvres passées, [73] et où vous trouverez des fruits, en abondance, dont vous vous délecterez,
[74] pendant que les criminels subiront éternellement les supplices de l’Enfer, [75] où rien ne viendra atténuer leurs souffrances et où leur désespoir sera extrême.
[76] Et Nous n’aurons pas sévi injustement contre eux. Ce sont eux qui auront été injustes envers eux-mêmes. [77] » Ô Mâlik, supplieront-ils, que ton Seigneur nous achève ! » – « Vous êtes ici pour l’éternité », répondra l’archange. [78] » Nous vous avions jadis apporté la Vérité ; mais la plupart d’entre vous avaient la vérité en horreur », dira le Seigneur.
[79] Ont-ils arrêté un quelconque projet ? En réalité, c’est à Nous à qui revient la décision finale. [80] Croient-ils que Nous ne savons pas leurs secrets et que Nous n’entendons pas leurs conciliabules ? Mais si ! Nos anges, placés près d’eux, couchent tout par écrit.
[81] Dis aux polythéistes : « Si Dieu avait un fils, je serais le premier à l’adorer ! [82] Pureté au Seigneur des Cieux et de la Terre, au Seigneur du Trône qui transcende tout ce que pensent de Lui les hommes ! »
[83] Laisse-les se livrer à leurs débats futiles et à leurs jeux frivoles jusqu’à ce qu’ils rencontrent le jour qui leur est promis !
[84] C’est Lui qui est Dieu dans le Ciel et c’est Lui qui est Dieu sur la Terre ! C’est Lui le Sage, l’Omniscient ! [85] Béni soit Celui à qui appartient le Royaume des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires, de qui relève la connaissance de l’Heure et vers qui vous devez tous faire retour ! [86] Les idoles qu’ils invoquent en dehors de Lui n’ont aucun pouvoir d’intercéder. Ce privilège est réservé à ceux qui ont proclamé la vérité en pleine connaissance de cause. [87] Si tu demandes aux idolâtres qui les a créés, ils répondront certainement : « C’est Dieu ! » Comment se fait-il alors qu’ils s’En détournent ?
[88] » Seigneur ! Voilà des gens qui ne veulent pas croire ! », s’est plaint le Prophète. [89] Et il reçut cette réponse : « Sépare-toi d’eux, sur des paroles conciliantes ! Un jour, ils se rendront à l’évidence ! »

44. Sourate de la Fumée (Ad-Dukhân)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] Par le Livre explicite ! [3] Nous l’avons, en vérité, révélé en une nuit bénie, car Nous n’avons pas cessé d’avertir les hommes ! [4] Ce fut au cours de cette nuit où toute sage décision est prise, [5] en vertu d’un ordre émanant de Nous, car Nous avons l’habitude d’envoyer des messagers, [6] à titre de miséricorde de ton Seigneur qui entend tout et sait tout, [7] qui est le Souverain des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires. Si seulement vous pouviez y croire ! [8] Il n’est de divinité que Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Il est votre Seigneur et le Seigneur de vos premiers ancêtres.
[9] Mais loin de croire, ces sceptiques passent leur temps à s’amuser et à se divertir. [10] Eh bien ! Attends le jour où du ciel surgira une épaisse fumée [11] qui enveloppera les hommes. « Voilà un châtiment cruel !, diront-ils. [12] Seigneur, éloigne de nous ce châtiment ! Nous croyons, à présent, en Toi ! » [13] Mais d’où leur viendrait cette prise de conscience soudaine, alors qu’un Prophète au verbe clair et précis leur avait déjà été envoyé [14] et qu’ils l’avaient repoussé en disant : « C’est un fou qui répète une leçon apprise ! » [15] Que Nous dissipions pour un temps vos tourments, vous n’en reviendriez pas moins à vos errements ! [16] Le jour où Nous frapperons avec la dernière rigueur, Nous vous ferons expier vos fautes !
[17] Avant eux, Nous avions déjà éprouvé le peuple de Pharaon, quand un illustre prophète lui fut envoyé. [18] » Livrez-moi, leur dit-il, les serviteurs de Dieu ! Je suis, pour vous, un messager digne de confiance !
[19] Ne vous montrez pas hautains envers Dieu ! Je viens vers vous muni d’une preuve évidente. [20] Je me réfugie en Dieu qui est mon Seigneur et le vôtre, pour que vous ne me lapidiez pas. [21] Si vous n’êtes pas convaincus, éloignez-vous de moi. »
[22] Moïse se plaignit alors à son Seigneur : « C’est un peuple de criminels. » [23] – « Pars de nuit, avec Mes serviteurs, lui fut-il révélé, mais vous serez poursuivis ! [24] Laisse la mer béante telle que tu l’auras franchie. Tes poursuivants y seront engloutis. »
[25] Combien de jardins et de sources n’ont-ils pas laissés ! [26] Que de belles plantations et de magnifiques demeures ! [27] Que de bien-être dont ils savouraient les délices sans soucis ! [28] Tel fut leur destin. Tout cela passa entre les mains d’un autre peuple, [29] et ni le Ciel ni la Terre ne versèrent de larmes sur leur malheur, pas plus qu’aucun délai ne leur fut accordé !
[30] Nous avons ainsi délivré les enfants d’Israël de la servitude humiliante [31] à laquelle les réduisait Pharaon, cet arrogant outrancier. [32] Nous les avons choisis à bon escient parmi tous les peuples de l’Univers, [33] et Nous leur avons apporté des miracles qui constituaient pour eux une rude épreuve.
[34] Mais ces païens-là continuent à affirmer : [35] » Il n’y a pour nous qu’une seule mort, la première. Et nous ne serons point ressuscités ! [36] Ressuscitez donc nos ancêtres, si vous êtes sincères ! » [37] Sont-ils, eux, les meilleurs ou le peuple de Tubba` et les peuples antérieurs que Nous avons exterminés en raison de leurs crimes ?
[38] Ce n’est pas pour Nous divertir que Nous avons créé les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires. [39] En les créant, Nous visions, en réalité, un but bien défini, mais la plupart des hommes n’en savent rien.
[40] En vérité, le Jour de la Décision est le terme fixé où ils seront tous réunis. [41] Et, ce jour-là, aucun allié ne pourra rien pour son allié ni aucun secours ne leur sera porté, [42] exception faite de ceux à qui Dieu aura fait miséricorde, car Il est le Tout-Puissant, le Miséricordieux.
[43] En vérité, l’arbre de Zaqqûm [44] sera la seule nourriture du réprouvé. [45] Tel un métal fondu, il bouillonnera dans les entrailles [46] à la manière d’une eau surchauffée. [47] Et une voix s’élèvera : « Appréhendez-le et précipitez-le au fond du Brasier ! [48] Versez-lui de l’eau bouillante sur le crâne, pour augmenter son supplice ! » [49] Puis la voix s’adressant au réprouvé lui dira : « Savoure donc ce supplice ! N’est-ce pas toi le puissant, l’adulé ? [50] Voilà, en vérité, ce dont vous doutiez naguère ! »
[51] Ceux, en revanche, qui craignaient le Seigneur vivront en un lieu sûr, [52] parmi des jardins et des eaux vives, [53] vêtus de satin et de brocart, et se tenant face à face. [54] De plus, de jeunes épouses aux grands yeux noirs leur tiendront compagnie. [55] Là, ils mèneront une vie pleine de quiétude, se feront servir toutes sortes de fruits [56] et n’y goûteront plus les affres de la mort, après celles qu’ils avaient une première fois subies. Ils auront ainsi échappé pour toujours au supplice de l’Enfer, [57] par un effet de la grâce de ton Seigneur. Et ce sera pour eux le suprême succès.
[58] Nous avons rendu le Coran accessible par l’emploi de ta langue, dans le but de leur permettre d’en méditer le sens. [59] Attends donc la suite des événements ! Eux aussi sont également dans l’attente.

45. Sourate de l’Agenouillée (Al-Jâthiya)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] La révélation du Livre émane de Dieu, le Tout-Puissant, le Sage. [3] En vérité, il y a dans les Cieux et la Terre des signes pour ceux qui ont la foi. [4] Votre propre création et la multiplicité des espèces animales constituent aussi des signes pour ceux qui croient avec certitude. [5] L’alternance de la nuit et du jour, les pluies bienfaisantes que Dieu fait descendre du ciel pour faire revivre la terre après sa mort, ainsi que la variation des vents sont autant de preuves pour des gens qui raisonnent. [6] Ce sont là des versets de Dieu que Nous te récitons en toute vérité. En quel autre discours croiront-ils s’ils restent insensibles à la Parole de Dieu et à Ses preuves ? [7] Malheur à tout fieffé pécheur [8] qui, lorsqu’il entend réciter les versets de Dieu, s’enferme dans son dédain, comme s’il ne les avait pas entendus. Annonce-lui un châtiment douloureux ! [9] Retient-il quelques-uns de Nos versets, il s’emploie à les tourner en dérision. À ceux-là est réservé un châtiment avilissant, [10] car la Géhenne est à leurs trousses, et ni les richesses qu’ils ont amassées ni les maîtres qu’ils se sont donnés, en dehors de Dieu, ne leur porteront secours. Un terrible châtiment les attend. [11] Ce Coran est une bonne direction, et ceux qui récusent les versets de leur Seigneur subiront le supplice d’un châtiment douloureux.
[12] C’est Dieu qui vous a soumis la mer pour permettre aux vaisseaux de voguer sur ses flots, par Son ordre, et afin que vous alliez en quête de Ses faveurs. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants. [13] Et Il vous a soumis tout ce qui est dans les Cieux et tout ce qui est dans la Terre, car tout procède de Lui. N’y a-t-il pas en cela des signes pour des gens qui réfléchissent ?
[14] Dis à ceux qui croient de pardonner à ceux qui n’espèrent rien des journées de Dieu. C’est Dieu Lui-même qui les rétribuera selon leurs œuvres, [15] car quiconque accomplit de bonnes actions le fait dans son propre intérêt ; et quiconque fait le mal en subira les conséquences. Et c’est à votre Seigneur que vous serez tous ramenés.
[16] Nous avons donné aux fils d’Israël l’Écriture, la sagesse et la prophétie. Nous les avons pourvus d’une nourriture agréable et Nous en avons fait un peuple élu entre tous. [17] Nous leur avons apporté des preuves évidentes concernant Notre Ordre. Et ce ne fut qu’après avoir reçu la science qu’ils se sont divisés par esprit de rivalité. Ton Seigneur tranchera leur différend au Jour du Jugement dernier.
[18] Nous t’avons ensuite placé sur la Voie légale qui procède de Notre Ordre. Applique-toi à la suivre ! Ne suis pas les passions de ceux qui ne savent pas, [19] et qui ne peuvent t’être d’aucun secours contre Dieu. Certes, les injustes sont solidaires les uns des autres ; mais Dieu est le Protecteur des croyants.
[20] Ce Coran est une source de lumière pour les hommes, un guide et une miséricorde pour les gens qui croient avec certitude. [21] Ceux qui commettent de mauvaises actions pensent-ils que Nous allons les traiter, dans leur vie et dans leur mort, comme ceux qui croient et font le bien ? Comme ils jugent mal !
[22] Dieu a créé, en toute vérité, les Cieux et la Terre, afin que chaque âme soit rétribuée selon ses acquis, sans que personne ne soit lésé.
[23] Que penses-tu de celui qui prend sa passion pour sa propre divinité, et que Dieu égare malgré la science qu’il a reçue, en scellant son ouïe et son cœur et en lui mettant un bandeau sur les yeux ? Qui pourra donc, en dehors de Dieu, guider cet égaré ? Y avez-vous réfléchi ? [24] Ils disent : « Il n’y a d’autre vie pour nous que celle d’ici-bas. Nous mourons et nous vivons, et seul le temps nous fait périr. » Mais ils ne possèdent aucune preuve pour étayer ce qu’ils avancent, se contentant d’émettre de simples conjectures.
[25] Lorsque Nos versets leur sont clairement exposés, ils ne trouvent d’autre argument que celui-ci : « Ramenez-nous donc nos ancêtres, si ce que vous dites est vrai ! » [26] Réponds-leur : « Dieu vous donne la vie, puis vous fera mourir, puis vous réunira le Jour de la Résurrection dont l’arrivée ne fait pas l’ombre d’un doute. » Mais la plupart des hommes n’en ont pas connaissance.
[27] Le Royaume des Cieux et de la Terre appartient au Seigneur. Le jour où l’Heure du Jugement sonnera, ce jour-là sera celui de la perte des négateurs. [28] On verra alors chaque communauté agenouillée. Et chaque communauté sera invitée à se rendre devant son bilan, car, ce jour-là, vous serez rétribués selon vos œuvres. [29] Voici notre livre ! Il témoigne contre vous en toute justice, car Nous enregistrions toutes vos actions. [30] Ceux qui auront cru et pratiqué le bien, leur Seigneur les recevra au sein de Sa miséricorde. Et ce sera pour eux le comble de la félicité. [31] Quant aux impies, Dieu leur dira : « Ne vous a-t-on pas récité Nos versets ? Mais vous les avez traités avec dédain, pour être du nombre des criminels. [32] Et lorsqu’on vous disait : “La promesse de Dieu doit s’accomplir, et l’Heure du Jugement ne fait pas l’ombre d’un doute”, vous répliquiez : “Nous ne savons pas ce qu’est l’Heure. Tout au plus, nous n’en avons qu’une idée assez vague, sans aucune certitude.”«
[33] C’est alors que leurs mauvaises actions leur apparaîtront dans toute leur laideur, et que les châtiments qu’ils tournaient en dérision les cerneront de toutes parts. [34] » Aujourd’hui, leur sera-t-il dit, vous serez rejetés dans l’oubli, comme vous avez oublié le jour de votre comparution devant Nous. Aussi votre asile sera-t-il l’Enfer, sans que vous puissiez bénéficier d’aucun secours ! [35] Cela, pour avoir tourné en dérision les versets de Dieu et pour vous être laissés séduire par les plaisirs de ce monde. » Dorénavant, rien ne viendra les arracher à l’Enfer ni aucune de leurs excuses ne sera plus acceptée.
[36] Louange à Dieu, Seigneur des Cieux, Seigneur de la Terre, Seigneur de l’Univers ! [37] À Lui la grandeur dans les Cieux et sur la Terre. Il est le Tout-Puissant, Il est le Sage.

46. Sourate d’al-Ahqâf (Al-Ahqâf)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ – Mîm. [2] La révélation du Coran émane de Dieu, le Tout-Puissant, le Sage ! [3] Nous n’avons créé les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires qu’en toute vérité et pour un terme fixé. Mais les négateurs n’ont cure des avertissements qui leur sont donnés.
[4] Dis-leur : « Parlons de ceux que vous invoquez en dehors de Dieu ! Montrez-moi leur part dans la création de la Terre ! Indiquez-moi la contribution qu’ils auraient apportée dans la création des Cieux ! Apportez-moi un Livre qui vous aurait été transmis avant celui-ci, ou seulement un indice certain accréditant ces idoles, si vous êtes sincères ! »
[5] Y a-t-il un être plus égaré que ceux qui invoquent, en dehors de Dieu, des divinités qui n’exauceront jamais leurs prières jusqu’au Jour de la Résurrection, qui sont totalement insensibles à leurs invocations,
[6] et qui, lorsque les hommes seront rassemblés, se déclareront leurs ennemis et renieront le culte qu’ils leur vouaient ?
[7] Quand Nos versets leur sont exposés avec clarté, ces négateurs disent de la Vérité qui leur est offerte : « Ce n’est là que de la pure magie ! » [8] Ou ils affirment : « Il l’a inventé ! » Réponds-leur : « Si je l’ai inventé, vous ne pourrez rien pour me protéger du châtiment de mon Seigneur qui est mieux Informé que quiconque de ce dont vous m’accusez, et qui me suffit comme Témoin entre vous et moi. Il est le Clément, le Miséricordieux. »
[9] Dis : « Je ne suis pas le seul prophète qui ait jamais été envoyé ! J’ignore le sort que Dieu nous réserve aussi bien à moi qu’à vous. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé, et ma mission ne consiste qu’à avertir en toute clarté. »
[10] Dis : « Que direz-vous s’il s’avère que ce Coran que vous récusez émane réellement de Dieu et si, parmi les fils d’Israël, il se trouve un témoin qui en atteste la conformité au Pentateuque et qui y adhère lui-même, pendant que vous, vous le rejetez avec orgueil ? En vérité, Dieu ne guide point les injustes. »
[11] Les incrédules disent aux croyants : « Si ce Coran avait vraiment de la valeur, ces gens-là ne nous auraient jamais devancés pour y croire. » Mais, ne parvenant pas à se faire guider par ce Livre, ils diront : « C’est une vieille imposture ! »
[12] Avant ce Coran, il y a eu l’Écriture de Moïse qui fut tout à la fois un guide et une bénédiction. Et ce Coran confirme en langue arabe les Écritures anciennes et constitue un avertissement pour ceux qui font preuve d’injustice et une bonne nouvelle pour les bienfaisants.
[13] En vérité, ceux qui disent : « Notre Maître est Dieu » puis se conduisent avec droiture ne connaîtront ni crainte ni tristesse. [14] Ceux-là seront, pour l’éternité, les hôtes du Paradis, en récompense de leurs œuvres.
[15] Nous avons recommandé à l’homme d’être bienveillant envers son père et sa mère. Sa mère le porte dans la douleur et le met au monde dans la douleur. Et pendant trente mois, elle endure les fatigues de sa gestation et de son allaitement. Quand il atteint sa maturité, à l’âge de quarante ans, il dira : « Seigneur, fais que je sois reconnaissant envers Toi pour les bienfaits dont Tu nous as comblés, moi et mes parents, et que j’accomplisse de bonnes œuvres que Tu agréeras ! Fais aussi que ma postérité soit d’une bonne moralité ! Je reviens repentant vers Toi et me déclare du nombre des soumis. »
[16] Voilà ceux dont Nous agréerons les œuvres les plus méritoires en passant outre sur leurs méfaits. Ils feront partie des hôtes du Paradis, selon la promesse sincère qui leur a été faite. [17] Celui qui dit à ses parents : « Fi de vous ! Allez-vous encore me promettre que je renaîtrai de mon tombeau alors que tant de générations ont passé avant moi sans revenir à la vie ? » Et pendant que ses parents lui disent en implorant Dieu en sa faveur : « Malheureux ! Aie foi en Dieu ! La promesse de Dieu est vraie ! », lui insiste : « Ce ne sont là que de vieilles fables ! » [18] Voilà ceux contre qui se réalisera Notre arrêt, comme il a été réalisé contre de précédentes communautés parmi les djinns et les hommes. Et ce seront ceux-là les perdants. [19] Chacun d’eux sera classé selon les œuvres qu’il aura accomplies, afin que Dieu récompense leurs actes en toute justice et sans qu’aucun d’eux ne soit lésé. [20] Le jour où les impies seront conduits à l’Enfer, il leur sera dit : « Vous avez gaspillé vos dons les plus précieux en votre vie terrestre, et en avez joui pleinement. Aujourd’hui, subissez donc ce supplice infamant en punition de l’orgueil dont vous vous enfliez injustement et des excès auxquels vous vous êtes livrés sur Terre. »
[21] Rappelle le souvenir du frère de `Âd lorsqu’il vint avertir son peuple dans le pays d’al-Ahqâf, où des avertisseurs étaient déjà venus avant et où d’autres vinrent encore après lui. « N’adorez, dit-il, que Dieu ! Je crains pour vous un terrible châtiment ! » [22] – « Viens-tu, lui répondirent-ils, pour nous détourner de nos divinités ? Alors, si ce que tu dis est vrai, fais venir les malheurs dont tu nous menaces ! » [23] – « Dieu Seul en a connaissance, dit-il. Je ne fais que vous transmettre le Message dont je suis chargé. Mais je vois bien que j’ai affaire à un peuple d’ignorants. »
[24] Apercevant un nuage qui se dirigeait vers leurs vallées, les `Âd s’écrièrent : « C’est un nuage chargé de pluie pour nous. » – « Non ! C’est plutôt ce que vous étiez impatients de voir venir ! C’est un vent qui vous apporte un épouvantable malheur [25] et qui détruit tout sur son passage, par ordre de son Seigneur. » Et le lendemain matin, on ne voyait plus que les traces de leurs demeures. C’est ainsi que Nous rétribuons les criminels.
[26] Nous les avions pourvus pourtant de moyens dont vous n’avez pas bénéficiés vous-mêmes. Nous leur avions bien donné l’ouïe, la vue et l’intelligence ; mais ni l’ouïe, ni la vue, ni l’intelligence ne leur furent d’aucune utilité, pour avoir nié les signes de Dieu. Et les châtiments qu’ils tournaient en dérision les cernèrent de toutes parts.
[27] Nous avons fait périr nombre de cités qui vous entouraient, après avoir multiplié les signes à leur intention, dans l’espoir de les faire revenir au droit chemin. [28] Si seulement ceux qu’ils avaient pris, en dehors de Dieu, comme divinités pour prétendument les rapprocher de Lui les avaient secourus, au lieu de disparaître carrément sans laisser de trace ! Tel fut le résultat de leur imposture et de ce qu’ils inventaient comme mensonges.
[29] Souviens-toi de ce groupe de djinns que Nous dirigeâmes vers toi pour entendre réciter le Coran et qui, une fois en ta présence, dirent : « Soyons attentifs ! » Et quand la lecture fut achevée, ils s’en retournèrent auprès des leurs pour les avertir. [30] » Ô notre peuple, dirent-ils, nous venons d’entendre un Livre révélé après Moïse, qui confirme les Écritures anciennes, mène tout droit à la Vérité et conduit à la voie de la rectitude ! [31] Ô notre peuple ! Répondez à l’Apôtre de Dieu et croyez en lui ! Dieu absoudra une partie de vos péchés et vous épargnera de cruels tourments. [32] Ceux qui ne répondent pas à l’appel de Dieu ne sauraient ni défier la puissance du Seigneur sur Terre ni trouver d’alliés en dehors de Lui. Ceux-là sont manifestement des égarés. »
[33] Ne voient-ils pas que Dieu qui a créé sans la moindre peine le Ciel et la Terre est aussi Capable de ressusciter les morts ? En vérité, Dieu est parfaitement Capable de toute chose.
[34] Le jour où les impies seront conduits à l’Enfer, il leur sera demandé : « Ce Feu, n’est-il pas celui qui vous a été annoncé ? » – « Mais si, par notre Seigneur », répondront-ils. On leur dira alors : « Eh bien ! Goûtez ce supplice en punition de votre impiété ! »
[35] Prophète ! Sois patient, comme l’ont été avant toi les plus résolus parmi les prophètes ! Ne te montre pas trop pressé de voir fondre sur eux le châtiment ! Le jour où ils seront en face de ce qui leur est promis, il leur semblera n’être restés sur Terre qu’une heure de la journée. Les voilà donc suffisamment avertis. Mais qui périra, hormis les pervers ?

47. Sourate de Muhammad (Muhammad)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Dieu vouera à l’échec les agissements de ceux qui non seulement ne croient pas eux-mêmes mais s’emploient aussi à détourner leurs semblables de Sa Voie. [2] Mais ceux qui croient, qui font le bien et ont foi en la Vérité divine révélée à Muhammad, Dieu absoudra leurs péchés et rendra meilleur leur sort. [3] Et il en est ainsi parce que les impies s’attachent à l’erreur et que les croyants suivent la vérité émanant de leur Seigneur. C’est ainsi que Dieu propose leurs exemples aux hommes. [4] Quand vous êtes en guerre avec les impies, passez-les au fil de l’épée jusqu’à leur reddition. Enchaînez alors les prisonniers que vous pourrez ensuite libérer gracieusement ou contre rançon quand la guerre aura pris fin. Tel est l’ordre de Dieu qui, s’Il voulait, les réduirait Lui-même à l’impuissance, mais Il tient à vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués pour la Cause de Dieu, Il ne rendra jamais vaines leurs actions, [5] mais Il les guidera, améliorera leur condition [6] et les admettra au Paradis qu’Il leur aura fait connaître. [7] Ô croyants ! Si vous défendez la Cause de Dieu, Il vous soutiendra et raffermira vos pas. [8] Malheur donc aux négateurs ! Dieu réduira leurs œuvres à néant ; [9] et c’est en punition de l’aversion qu’ils éprouvent pour Ses révélations que Dieu rendra vaines toutes leurs actions.
[10] Que ne parcourent-ils la Terre pour voir ce qu’il est advenu des peuples qui les ont précédés ? Dieu les a exterminés et a réservé un pareil sort à tous les impies, [11] car Dieu est le Protecteur des croyants, tandis que les infidèles n’ont personne pour les soutenir.
[12] Dieu admettra dans des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux ceux qui croient et font le bien. Mais les infidèles ne pensent qu’à jouir de la vie terrestre et à se repaître comme de vils animaux. Aussi, c’est le Feu qui constituera leur dernière demeure.
[13] Que de villes plus puissantes que celle d’où tu as été chassé n’avons-Nous pas anéanties sans que personne ne pût leur prêter secours !
[14] Quoi ! Celui qui sait où il va, guidé par les enseignements de son Seigneur, peut-il être comparé à ceux qui se laissent séduire par les faux éclats de leurs mauvaises actions et qui s’abandonnent totalement à leurs passions ?
[15] Voici l’image du Paradis promis aux croyants : il y coulera des ruisseaux à l’eau toujours pure et limpide, des ruisseaux de lait à la saveur inaltérable, des ruisseaux d’un vin délicieux à boire, des ruisseaux d’un miel pur et distillé. Et des fruits de toutes sortes y seront offerts aux croyants, ainsi que le pardon de leur Seigneur. Ce sort est-il comparable à celui qui est réservé aux damnés qui seront voués, pour l’éternité, à l’Enfer, où leur boisson sera l’eau bouillante, qui leur déchirera les entrailles ?
[16] Parmi les infidèles, il en est qui t’écoutent, mais c’est à peine sortis de chez toi qu’ils demandent aux initiés : « Qu’a-t-il bien voulu dire tantôt ? » Dieu a scellé le cœur de ces gens-là qui demeurent esclaves de leurs passions.
[17] Quant à ceux qui se sont déjà mis dans la bonne voie, Dieu les guidera encore mieux et affermira leur piété.
[18] Qu’attendent les impies sinon l’arrivée de l’Heure qui viendra les surprendre et dont les indices se sont déjà manifestés ? Mais quand l’Heure sera venue, à quoi leur servira le rappel qui leur a été adressé ? [19] Sache qu’il n’y a d’autre divinité que Dieu ! Implore donc le pardon de tes péchés et de ceux des croyants et des croyantes ! Dieu connaît si bien le champ de vos activités sur Terre et votre demeure dans la vie future.
[20] Les croyants appellent parfois de leurs vœux une sourate décrétant le combat. Mais quand une sourate impérative est révélée dans ce sens, on voit ceux qui ont la foi chancelante jeter vers toi les regards de quelqu’un qui serait déjà à l’article de la mort, alors que le mieux pour ces gens-là [21] serait d’obéir et de tenir des propos convenables. Quand la guerre est déclarée, il est préférable pour eux de servir loyalement la Cause de Dieu.
[22] En vous dérobant, ne risqueriez-vous pas de répandre le désordre sur la Terre et de rompre vos liens de parenté ? [23] Ce sont ceux-là que Dieu a maudits en les frappant de surdité et de cécité.
[24] Que ne méditent-ils le Coran ? Auraient-ils les cœurs complètement verrouillés ? [25] Ceux qui sont revenus sur leurs pas après que la bonne direction leur a été clairement montrée, c’est Satan qui les a séduits et abusés par ses fausses promesses. [26] C’est qu’ils ont dit à ceux qui sont hostiles à ce que Dieu a révélé : « Nous vous obéirons seulement en partie. » Mais Dieu connaît bien leurs véritables pensées.
[27] Qu’adviendra-t-il d’eux lorsque les anges, venant recueillir leurs âmes, les frapperont au visage et sur le dos ? [28] Il en sera ainsi parce qu’ils auront suivi ce qui déplaît à Dieu et détesté ce qui Lui plaît. Dieu frappera donc de nullité leurs œuvres.
[29] Ou bien est-ce que ceux dont le cœur est atteint d’un mal profond s’imaginent que Dieu ne dévoilera jamais leur haine ?
[30] Et si Nous le voulions, Nous te les montrerions sous leur vrai visage. D’ailleurs, tu peux les reconnaître facilement à leurs traits et au ton ambigu de leurs propos. Dieu connaît si bien ce que vous faites. [31] Certes, Nous vous mettons à l’épreuve pour reconnaître ceux d’entre vous qui combattent et souffrent pour notre Cause, et pour apprécier votre comportement.
[32] En vérité, ceux qui rejettent la foi, qui détournent leurs semblables de la Voie de Dieu et qui déclarent leur opposition au Prophète après que la bonne voie leur fut montrée, ceux-là ne nuiront en rien à Dieu qui réduira leurs œuvres à néant.
[33] Ô fidèles ! Obéissez à Dieu, obéissez au Prophète et ne rendez pas vos œuvres vaines ! [34] Ceux qui ne croient pas, qui détournent les autres de la Voie de Dieu, puis meurent en état d’impiété, jamais le Seigneur ne leur accordera Son pardon. [35] Ne soyez pas pusillanimes en offrant la paix à l’ennemi quand vous êtes les plus forts et que Dieu est avec vous ! Dieu ne vous frustrera jamais du fruit de vos œuvres.
[36] La vie d’ici-bas n’est que jeu et amusement. Si vous croyez et craignez Dieu, Il vous donnera votre rétribution sans vous demander de Lui sacrifier toutes vos richesses, [37] car si de gros sacrifices vous étaient demandés, vous ne tarderiez pas à vous montrer avares et à faire éclater vos ressentiments.
[38] Vous voici appelés à effectuer des dépenses pour la Cause de Dieu. Certains parmi vous se montreront avares, mais celui qui est avare l’est à son propre détriment, car Dieu Se suffit à Lui-même et c’est vous qui êtes les indigents. Si vous vous dérobez, Dieu fera appel, pour vous remplacer, à un autre peuple qui ne vous ressemblera nullement.

48. Sourate de la Victoire (Al-Fath)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] En vérité, Nous t’avons accordé une victoire éclatante, [2] afin que Dieu te pardonne tes fautes, passées et présentes, parachève sur toi Sa grâce et te dirige dans la voie droite. [3] Dieu te prête ainsi un puissant secours.
[4] C’est Lui qui a fait naître la quiétude dans le cœur des croyants afin d’accroître sans cesse leur foi, et c’est à Lui qu’appartiennent les armées des Cieux et de la Terre. Il est l’Omniscient, le Sage. [5] Il a usé ainsi de Sa grâce en vue d’admettre, pour l’éternité, les croyants et les croyantes dans des Jardins baignés d’eaux vives, après les avoir absous de leurs péchés. Et ce sera, pour eux, un immense bonheur auprès du Seigneur ! [6] Et Il en use également ainsi pour punir les hypocrites, hommes et femmes, ainsi que les idolâtres, hommes et femmes, qui prêtent de mauvaises intentions à Dieu. Puisse le mal qu’ils Lui prêtent se tourner contre eux, car Dieu les poursuivra de Son courroux et de Sa malédiction, et leur réservera la Géhenne, cette affreuse demeure !
[7] C’est à Dieu qu’appartiennent les armées des Cieux et de la Terre. Il est l’Omniscient, le Sage.
[8] Nous t’avons envoyé comme témoin et comme Messager pour annoncer la bonne nouvelle et avertir, [9] afin que vous croyiez en Dieu et en Son Messager, que vous L’honoriez, que vous proclamiez Sa gloire et que vous L’invoquiez matin et soir.
[10] Ceux qui te prêtent serment d’allégeance, c’est à Dieu en réalité qu’ils le prêtent. La Main de Dieu est au-dessus des leurs. Celui qui viole son serment le viole à son propre détriment. Celui qui demeure fidèle à son engagement, Dieu lui accordera une magnifique récompense. [11] Ceux des bédouins restés en arrière te diront en guise d’excuses : « Nous avons été retenus par nos biens et nos familles. Prie donc Dieu de nous pardonner notre absence ! » Ainsi racontent-ils des choses qu’ils sont loin de penser. Dis-leur : « Qui donc peut aller contre la volonté de Dieu s’Il veut vous faire du mal ou du bien ? Dieu est parfaitement au courant de ce que vous faites. [12] En vérité, vous avez cru plutôt que le Prophète et ses Compagnons ne reviendraient plus jamais dans leurs foyers. Et cette méprise avait réjoui vos cœurs et suscité en vous des pensées malsaines, prouvant par-là que vous êtes un peuple de corrompus ! » [13] Que ceux qui ne croient pas en Dieu et en Son Prophète sachent que Nous avons préparé un Brasier ardent pour les négateurs ! [14] À Dieu la Royauté des Cieux et de la Terre ; Il absout qui Il veut ; Il punit qui Il veut, et Il est cependant Clément et Miséricordieux. [15] Ceux qui étaient restés en arrière diront, en vous voyant partir pour vous emparer d’un riche butin : « Laissez-nous vous suivre ! », voulant ainsi enfreindre l’arrêt de Dieu. Dis-leur : « Jamais vous ne nous suivrez ! Dieu en a déjà décidé ainsi ! » Ils diront alors : « Vous agissez ainsi par jalousie ! » Il n’en est rien, mais ils sont si peu intelligents.
[16] Dis aux bédouins restés en arrière : « Vous serez bientôt appelés à affronter un peuple doué d’une force redoutable, que vous aurez à combattre, à moins qu’ils ne se convertissent à l’islam. Si vous acceptez de combattre, Dieu vous accordera une belle récompense. Mais si vous refusez de prendre part au combat, comme vous l’avez déjà fait, Il vous infligera un douloureux châtiment. »
[17] Ne sont pas astreints à combattre l’aveugle, le boiteux et le malade. Quiconque se soumet à Dieu et à Son Prophète, Dieu le recevra dans des Jardins baignés d’eaux vives. Mais celui qui refuse le combat, Dieu lui infligera un terrible tourment.
[18] Dieu a été satisfait des croyants qui t’ont prêté serment d’allégeance sous l’arbre. Il savait quels sentiments les animaient. Aussi fit-Il naître la quiétude dans leurs cœurs, et leur accorda, en récompense, une victoire rapide, [19] suivie d’un riche butin qu’ils pourront saisir, car Dieu est Puissant et Sage.
[20] Dieu vous a promis un riche butin que vous réaliserez. Il a hâté pour vous cette prise-ci et vous a épargné les coups de vos ennemis, afin que cela soit un signe encourageant pour les croyants et qu’Il vous guide sur le droit chemin.
[21] Il y a d’autres victoires qui vous sont promises et que vous ne pourriez jamais remporter vous-mêmes, mais que Dieu tient en Son pouvoir, car Il est Omnipotent.
[22] Si les négateurs vous avaient livré combat, ils n’auraient pas tardé à tourner le dos, sans pouvoir trouver ensuite ni protection ni secours. [23] Telle est la Loi de Dieu, qui a de tout temps été appliquée et qui demeurera à jamais immuable.
[24] C’est Lui qui vous a épargné, comme à vos ennemis, les coups que vous pouviez vous porter les uns aux autres, dans la vallée de La Mecque, tout en vous donnant la victoire sur eux. Dieu a une claire vision de vos actes.
[25] Ce sont ces impies qui vous ont interdit l’accès à la Mosquée sacrée et qui ont empêché les offrandes, déjà entravées, de parvenir au lieu du sacrifice. Et si à la masse des impies ne s’étaient pas mêlés des croyants et des croyantes que vous risquiez de massacrer, sans les reconnaître, vous rendant ainsi, à votre insu, coupables d’une vilaine atrocité, le combat aurait pu avoir lieu, donnant l’occasion à Dieu de faire entrer dans Sa grâce qui Il veut. Si donc les croyants avaient été séparés des impies, Nous aurions infligé à ces derniers de cruels supplices.
[26] Et pendant qu’un fanatisme barbare s’emparait des négateurs, Dieu faisait naître de la quiétude dans le cœur du Prophète et dans les cœurs des croyants, en leur inspirant de suivre la voie de la piété dont ils sont les plus dignes et pour laquelle ils sont les plus qualifiés. Dieu est parfaitement Informé de toute chose.
[27] C’est ainsi que Dieu confirma le songe par lequel Il avait annoncé à Son Envoyé, en toute vérité : « Vous entrerez, en toute sécurité, par la volonté de Dieu, dans la Mosquée sacrée, tête rasée ou cheveux taillés courts, et à l’abri de toute crainte. » Dieu savait, en effet, des choses que vous ignoriez. Aussi a-t-Il décidé de vous accorder entre-temps une prompte victoire.
[28] C’est Lui qui a envoyé Son Prophète pour indiquer la bonne direction et instaurer la religion de la Vérité qu’Il fera prévaloir sur toute autre religion. Et Dieu suffit amplement pour en témoigner.
[29] Muhammad est le Prophète de Dieu. Autant ses Compagnons sont durs envers les infidèles, autant ils sont pleins de compassion entre eux. On les voit s’incliner et se prosterner, aspirant à obtenir la grâce et l’assentiment du Seigneur. On les reconnaît à l’empreinte laissée sur leurs fronts par leurs prosternations dans la prière. Telle est l’image qu’on donne d’eux dans la Thora, alors que dans l’Évangile ils sont comparés à une semence qui germe, se gonfle de sève et grandit pour se dresser sur sa tige, faisant l’admiration des laboureurs et soulevant le courroux des infidèles. Dieu promet à ceux d’entre eux qui croient et effectuent des œuvres salutaires rémission et immense salaire !

49. Sourate des Appartements (Al-Hujurât)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô croyants ! N’anticipez pas sur les ordres de Dieu et de Son Prophète ! Craignez Dieu ! Dieu entend tout et sait tout.
[2] Ô croyants ! Ne couvrez pas de votre voix celle du Prophète, et ne haussez pas le ton devant lui, comme vous le faites entre vous, si vous ne voulez pas perdre, à votre insu, le bénéfice de vos œuvres. [3] Ceux qui baissent la voix en s’adressant au Prophète sont ceux dont Dieu a éprouvé les cœurs pour y faire naître Sa crainte révérencielle. Ceux-là seront pardonnés et largement récompensés.
[4] Ceux qui t’interpellent de l’extérieur de tes appartements manquent pour la plupart de savoir-vivre.
[5] Il aurait mieux valu pour eux d’attendre que tu sortes à leur rencontre. Mais Dieu est Clément et Miséricordieux.
[6] Ô vous qui croyez ! Si un homme pervers vous apporte une nouvelle, vérifiez-en la teneur, de crainte de faire du tort à des innocents, par ignorance, et d’en éprouver ensuite des remords. [7] Sachez que l’Envoyé de Dieu est parmi vous. S’il écoutait trop souvent ce que vous lui racontez, vous seriez aux prises avec de grosses difficultés. Mais Dieu vous a fait aimer la foi qu’Il a embellie dans vos cœurs, tandis qu’Il vous a fait détester l’impiété, la perversité et la désobéissance. Ce sont ceux-là les bien-guidés [8] par la grâce et la générosité de Dieu, car Dieu est Omniscient et Sage.
[9] Si deux groupes de croyants en viennent aux mains, réconciliez-les ! Mais si l’un d’eux se montre intransigeant, combattez alors l’agresseur jusqu’à ce qu’il s’incline devant l’ordre de Dieu. S’il s’y conforme, réconciliez-les avec justice et impartialité, car Dieu aime les gens équitables. [10] Les croyants ne sont-ils pas des frères ? Réconciliez donc vos frères et craignez Dieu, afin de mériter Sa miséricorde.
[11] Ô vous qui croyez ! Ne vous moquez pas les uns des autres, car parfois ceux qui sont tournés en dérision valent mieux que ceux qui les raillent. Que les femmes ne se moquent pas non plus les unes des autres, car, là encore, les raillées sont parfois meilleures que leurs railleuses. Ne vous dénigrez pas et ne vous donnez pas de sobriquets injurieux. Quel vilain caractère que la « perversion » qui s’allie mal avec la foi ! Ceux qui ne se repentent pas sont les vrais injustes.
[12] Ô croyants ! Évitez de trop conjecturer sur les autres, car il est des conjectures qui sont de vrais péchés. Ne vous épiez pas les uns les autres ! Ne médisez pas les uns des autres ! Lequel d’entre vous voudrait manger la chair de son frère mort ? Non ! Vous en auriez horreur ! Craignez donc Dieu ! Il est Indulgent et Miséricordieux.
[13] Ô hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous vous avons répartis en peuples et en tribus, pour que vous fassiez connaissance entre vous. En vérité, le plus méritant d’entre vous auprès de Dieu est le plus pieux. Dieu est Omniscient et bien Informé.
[14] Les nomades affirment : « Nous croyons en Dieu ! » Dis-leur : « Vous n’avez pas encore la foi ! Dites plutôt : “Nous nous sommes seulement soumis”, car la foi n’a pas encore pénétré dans vos cœurs. Mais si vous obéissez à Dieu et à Son Prophète, Il ne vous lésera en rien dans vos œuvres, car Dieu est Clément et Miséricordieux. »
[15] Les vrais croyants sont ceux qui ont foi en Dieu et en Son Prophète, sans plus jamais connaître de doute, et qui mettent leurs biens et leurs personnes au service de Dieu. Tels sont les croyants sincères.
[16] Dis-leur : « Allez-vous apprendre à Dieu votre religion, alors qu’Il connaît tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre ? Dieu n’embrasse-t-Il pas de Sa science toute chose ? »
[17] Ils te rappellent leur conversion à l’islam comme si c’était un service qu’ils t’auraient rendu. Dis-leur : « Ne vous targuez pas ainsi de votre conversion. Ce serait plutôt à Dieu de vous rappeler la grâce qu’Il vous a faite en vous guidant vers la foi, si toutefois vous êtes sincères. »
[18] Dieu connaît parfaitement le mystère des Cieux et de la Terre, et Il a une claire vision de tout ce que vous faites.

50. Sourate Qâf (Qâf)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Qâf. Par le Coran sublime ! [2] Mais les hommes s’étonnent qu’un des leurs soit venu les avertir ! « Voilà une chose bien étrange !, disent les infidèles. [3] Quoi ! Une fois morts et réduits en poussière, pouvons-nous revenir à la vie ? Ce serait revenir de bien loin ! »
[4] Certes, Nous savons bien à quoi la terre les réduira, Nous qui détenons auprès de Nous un Livre où tout est enregistré. [5] Mais ils ont traité de mensonge la vérité quand elle leur est parvenue, si bien qu’ils se sont retrouvés fort embarrassés. [6] Que n’observent-ils le ciel au-dessus de leurs têtes ? Ils verraient alors comment Nous l’avons bâti et paré sans la moindre faille ; [7] et la terre, comment Nous l’avons étendue, comment Nous y avons implanté des montagnes et comment Nous y avons fait croître toutes sortes de magnifiques couples de plantes. [8] Tout cela, à titre d’appel à la clairvoyance et de rappel pour tout serviteur qui veut se repentir. [9] Et l’eau bénie que Nous envoyons du ciel et par laquelle Nous faisons pousser des vergers et des céréales qu’on moissonne, [10] ainsi que les palmiers aux troncs élancés et aux régimes bien ordonnés, [11] pour servir de nourriture aux hommes. C’est par cette eau que Nous redonnons la vie à une terre morte. Et c’est ainsi que Nous ressusciterons les morts. [12] Déjà, avant eux, le peuple de Noé, les gens d’ar-Rass et les Thamûd avaient crié au mensonge ; [13] de même que les `Âd, Pharaon et les contribules de Loth, [14] ainsi que les habitants d’al-Ayka et de Tubba`. Tous traitèrent Nos messagers de menteurs et méritèrent Notre châtiment. [15] Pensent-ils que la première création Nous a épuisé, pour qu’ils soient dans le doute au sujet d’une création nouvelle ?
[16] Nous avons créé l’homme et Nous connaissons les plus intimes secrets de son âme, car Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire. [17] En effet, deux anges se tiennent l’un à droite et l’autre à gauche de l’homme pour enregistrer tous ses faits et gestes, [18] en sorte qu’il ne prononce aucune parole sans avoir auprès de lui un observateur prêt à l’enregistrer. [19] Et puis voici les râles de la mort qui, du coup, font apparaître la vérité. « Voilà ce que tu as toujours voulu éviter ! » [20] Et l’on soufflera dans la Trompette. Voici le Jour promis ! [21] Chaque âme comparaîtra alors avec un guide et un témoin. [22] Et on lui dira : « Tu ne te souciais guère de ce Jour ! Nous t’avons ôté ton voile, et voilà que ta vue est devenue d’un coup perçante ! » [23] Et son compagnon dira alors : « Voilà celui dont j’ai la charge, prêt à subir son sort ! » [24] – « Jetez en Enfer, ordonnera le Seigneur, tout négateur rebelle, [25] adversaire invétéré du bien, injuste et sceptique, [26] qui associait à Dieu une autre divinité ! Livrez-le à d’affreux supplices ! »
[27] Et son mauvais génie s’écriera : « Seigneur ! Ce n’est pas moi qui l’ai incité à la révolte ; il se trouvait déjà dans un profond égarement. » [28] Dieu dira alors : « Cessez de vous disputer devant Moi ! Je vous ai déjà fait parvenir Mes avertissements. [29] Mes arrêts ne sauraient être modifiés et Je n’opprime jamais Mes serviteurs. » [30] Et, ce jour-là, Nous demanderons à l’Enfer : « As-tu encore de la place ? », et l’Enfer de répondre : « Envoyez-m’en toujours ! » [31] Cependant, le Paradis sera plus rapproché de ceux qui craignent le Seigneur, [32] et il sera dit à ces derniers : « Voilà ce qui vous était promis, ainsi qu’à tout homme plein de repentir et respectueux des prescriptions divines, [33] qui redoute le Miséricordieux en secret et qui revient à Lui d’un cœur attendri par le repentir. [34] Entrez-y en paix ! C’est le jour de l’éternité ! » [35] Et là, tous leurs désirs seront satisfaits ; bien plus, ils auront auprès de Nous beaucoup plus que ce qu’ils espéraient !
[36] Que de peuples qui leur étaient supérieurs en puissance n’avons-Nous pas anéantis avant eux ! Ils avaient pourtant vainement cherché un refuge pour échapper à leur sort. [37] Il y a là, en vérité, un rappel pour quiconque sait raisonner, entendre la leçon et la retenir. [38] Nous avons créé les Cieux, la Terre et les espaces interstellaires en six jours, sans avoir ressenti la moindre lassitude. [39] Supporte donc avec patience ce qu’ils disent et célèbre les louanges de ton Seigneur avant le lever et le coucher du soleil ! [40] Glorifie-Le une partie de la nuit et à la fin de chaque prière ! [41] Et sois à l’écoute, le jour où le crieur lancera son appel d’un endroit tout proche, [42] car le jour où retentira, en toute vérité, l’appel solennel sera le Jour de la Résurrection des morts ! [43] En vérité, c’est Nous qui faisons vivre et mourir, et c’est vers Nous que tout fera retour. [44] Le jour où la terre se fendra pour les rejeter brusquement de ses entrailles, il Nous sera très facile de les rassembler. [45] Nous savons fort bien ce que disent les infidèles, mais tu n’as pas mission d’exercer sur eux une quelconque contrainte. Contente-toi d’avertir, par ce Coran, ceux qui redoutent la menace de Mes rigueurs !

51. Sourate des Ouragans (Adh-Dhâriyât)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Par les ouragans qui éparpillent tout sur leur passage, [2] par les nuages chargés de lourds fardeaux, [3] par les vaisseaux qui glissent avec agilité [4] et par les anges qui répartissent les biens de Dieu selon l’ordre reçu ! [5] En vérité, les promesses qui vous ont été faites seront tenues [6] et le Jugement dernier aura inéluctablement lieu !
[7] Par le ciel émaillé de constellations ! [8] En vérité, les propos que vous tenez sont pleins de contradictions [9] et seul un dévoyé se détourne de la Révélation ! [10] Périssent donc les menteurs [11] qui, indifférents à leur sort, se laissent distraire par leurs passions [12] et continuent à demander : « À quand donc le Jour de la Rétribution ? »
[13] Le jour où, dans le Feu, ils seront éprouvés, [14] il leur sera dit : « Subissez votre tourment ! C’est celui dont vous vouliez hâter l’avènement ! » [15] En revanche, les gens pieux seront au milieu de Jardins et parmi des sources, [16] jouissant des bienfaits que leur Seigneur leur aura accordés, car ils pratiquaient auparavant le bien, [17] dormaient peu la nuit, [18] étaient à l’aurore déjà en prière [19] et réservaient sur leurs biens une partie au mendiant et au déshérité.
[20] Il est ainsi des signes sur la Terre pour ceux qui croient avec certitude. [21] Et il en est aussi en vous-mêmes. N’en êtes-vous donc pas conscients ? [22] C’est dans le Ciel que se trouve votre subsistance ainsi que ce qui vous a été promis. [23] Et cette promesse, par le Maître des Cieux et de la Terre, est aussi vraie que le fait pour vous de parler.
[24] Le récit des honorables hôtes d’Abraham t’est-il parvenu ? [25] Quand ils entrèrent chez lui et lui dirent : « Paix ! » Abraham leur répondit : « Paix ! Gens inconnus ! » [26] Puis il alla discrètement trouver les siens et apporta un veau bien gras, [27] qu’il présenta à ses hôtes, pour leur dire ensuite : « Quoi ? Vous n’en mangez pas ? » [28] Et il commençait à en ressentir quelque frayeur. Mais les inconnus lui dirent : « Ne crains rien ! » ; et ils lui annoncèrent la naissance d’un fils plein de savoir. [29] Là-dessus survint sa femme, poussant des cris et se frappant le visage : « Quoi ? Une vieille femme stérile comme moi ? », dit-elle. [30] – « Ainsi en a décidé ton Seigneur, répondirent les hôtes. N’est-Il pas le Sage, l’Omniscient ? »
[31] – « À propos, reprit Abraham, quelle est votre mission, ô messagers ? » [32] – « Nous sommes envoyés vers un peuple criminel, répondirent-ils, [33] pour lancer sur lui des pierres d’argile, [34] marquées auprès de ton Seigneur à l’intention des pervers. »
[35] Nous fîmes donc sortir de la ville tous ceux qui avaient la foi, [36] mais Nous n’y trouvâmes qu’une seule famille de croyants. [37] Et Nous y laissâmes un signe pour ceux qui redoutent le châtiment douloureux.
[38] Il y a aussi un signe dans la mission de Moïse quand Nous l’envoyâmes auprès de Pharaon, muni d’un pouvoir évident. [39] Mais Pharaon, confiant en sa puissance, se détourna de lui, en disant : « C’est sûrement un sorcier ou un possédé ! » [40] Nous le saisîmes alors, lui et ses armées, et les jetâmes dans les flots, en punition de son blâmable comportement.
[41] Il en fut de même pour les `Âd, lorsque Nous déchaînâmes contre eux un ouragan dévastateur, [42] qui ne laissait rien de ce qu’il touchait sans le réduire en poussière. [43] Et il en fut de même pour les Thamûd, qui, avertis d’avoir à jouir pour un temps des biens de ce monde, [44] transgressèrent l’ordre de leur Seigneur, et furent saisis par le cataclysme sous leur propre regard. [45] C’est ainsi que, paralysés sur place, ils ne purent recevoir aucun secours. [46] Et, avant eux, il en fut de même du peuple de Noé, pour s’être livré à la débauche. [47] Considère aussi le ciel que Nous avons solidement édifié et dont Nous élargissons constamment l’étendue ! [48] Et la terre que Nous avons déployée comme un tapis ! Et de quelle façon habile Nous l’avons déployée ! [49] De toute chose Nous avons créé un couple. Peut-être serez-vous amenés à y réfléchir.
[50] Fuyez donc vers Dieu ! Je suis pour vous, de Sa part, un avertisseur explicite ! [51] N’associez aucune divinité à Dieu ! Je viens vous en avertir solennellement de Sa part.
[52] Et il en fut toujours ainsi, car aucun prophète n’a été envoyé à leurs devanciers sans qu’ils l’aient traité de sorcier ou de possédé. [53] S’étaient-ils passé la consigne ? Nullement ! Ce sont plutôt des peuples pervers. [54] Laisse-les à leur sort ! Tu n’encourras aucun reproche. [55] Mais continue à prêcher, car les rappels sont utiles aux croyants !
[56] Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour M’adorer. [57] Je n’attends nul don de leur part, et Je n’exige d’eux aucune nourriture, [58] car c’est Dieu qui est le Dispensateur de tous les biens, le Tout-Puissant, l’Immuable. [59] En vérité, ceux qui commettent des injustices seront sanctionnés comme le furent leurs pairs dans le passé. Qu’ils ne cherchent donc pas à précipiter leur châtiment ! [60] Malheur aux négateurs pour le jour terrible dont ils sont menacés !

52. Sourate du Mont Sinaï (At-Tûr)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Par le mont Sinaï, [2] par le Livre transcrit [3] sur un parchemin déployé ; [4] par le temple vénéré ; [5] par la voûte élevée [6] et la mer en furie ! [7] En vérité, le châtiment de ton Seigneur est inéluctable [8] et nul ne saurait l’écarter ! [9] Le jour où le ciel sera agité d’un tourbillonnement, [10] où les montagnes se mettront en mouvement, [11] malheur, ce jour-là, aux négateurs impies [12] qui éprouvent du plaisir dans les vilenies ! [13] Ce jour-là, ils seront précipités dans le feu de la Géhenne. [14] » Voici, leur sera-t-il dit, le Feu que vous traitiez de mensonge !
[15] Est-ce de la magie, comme vous l’affirmiez, ou ne voyez-vous pas bien clair ? [16] Subissez-en l’épreuve ! Mais que vous le supportiez ou non, cela importe peu ! Vous récoltez là une juste récompense de ce que vous pratiquiez. »
[17] Quant à ceux qui sont vertueux, ceux-là seront dans des Jardins en plein délice, [18] jouissant des bienfaits de leur Seigneur qui leur aura ainsi épargné les supplices de l’Enfer. [19] » Mangez et buvez en paix ! C’est là le juste prix de ce que vous pratiquiez. » [20] Et ils seront accoudés sur des lits biens alignés, et Nous leur ferons épouser des houris aux grands yeux noirs.
[21] Quant aux croyants dont les enfants auront adopté la foi, Nous les réunirons à leur descendance, sans les frustrer de la moindre de leurs actions, chacun d’eux étant tenu responsable de ce qu’il aura acquis. [22] Nous les pourvoirons de tous les fruits et de toutes les viandes dont ils auront envie, [23] et ils y échangeront entre eux des coupes qui n’engendreront ni vain propos ni turpitude, [24] pendant que des éphèbes, aussi beaux que des perles dans leur écrin, circuleront autour d’eux pour les servir. [25] Et, se tournant les uns vers les autres, les hôtes du Paradis s’interrogeront. [26] » Jadis, diront-ils, nous vivions dans la contrition parmi les nôtres. [27] Aussi Dieu S’est-Il montré Bienveillant à notre égard, en nous préservant du supplice de l’Enfer ! [28] Nous ne cessions, jadis, de L’invoquer, car Il est Plein de bonté et de clémence ! »
[29] Prêche donc, car, par la grâce de ton Seigneur, tu n’es ni un devin ni un possédé ! [30] S’ils disent : « C’est un poète. Attendons que la mort nous en débarrasse ! » [31] Dis-leur : « Attendez ! Je suis avec vous à attendre ! »
[32] Serait-ce leur imagination qui les pousse à parler ainsi, ou sont-ce là les propos de gens qui ont perdu tout sens de la mesure ? [33] Ou bien disent-ils qu’il a lui-même inventé le Coran ? La vérité est que ce sont eux qui refusent d’y croire. [34] Eh bien ! Qu’ils produisent un texte semblable à celui du Coran, s’ils sont sincères ! [35] Ont-ils été créés par un pur hasard ou sont-ils eux-mêmes leurs propres créateurs ? [36] Ont-ils créé les Cieux et la Terre ? Bien sûr que non ! Mais ils refusent de se rendre à l’évidence. [37] Détiendraient-ils les trésors de ton Seigneur, ou se prendraient-ils pour les souverains de l’Univers ? [38] Auraient-ils une échelle pour avoir accès aux secrets du Ciel ? Que celui qui y a entendu quelque chose en apporte la preuve ! [39] Dieu aurait-Il, Lui, des filles, tandis que vous, vous auriez des garçons ? [40] Leur demanderais-tu un salaire dont ils se trouveraient lourdement grevés ? [41] Auraient-ils accès au mystère dont ils s’inspireraient dans leurs écrits ? [42] Voudraient-ils ourdir quelque complot ? Mais ce sont les impies qui en seraient les victimes ! [43] Auraient-ils une divinité autre que Dieu ? Gloire à Dieu ! Il est au-dessus de tout ce qu’ils Lui associent !
[44] Même s’ils voyaient tomber des pans du ciel, ils diraient : « Ce ne sont là que des nuages qui s’amoncellent ! » [45] Laisse-les donc jusqu’à ce que vienne le jour où ils seront foudroyés, [46] où leurs stratagèmes ne leur serviront à rien et où ils ne bénéficieront d’aucun secours ! [47] Mais les injustes subiront des tourments préalables, bien que la plupart d’entre eux ne s’en doutent guère. [48] Supporte donc avec patience l’arrêt de ton Seigneur ! Tu es de Notre part l’objet d’une protection vigilante. Célèbre les louanges de ton Seigneur à ton réveil ! [49] Et glorifie-Le une partie de la nuit et au déclin des étoiles !

53. Sourate de l’Étoile (An-Najm)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Par l’étoile lorsqu’elle décline ! [2] En vérité, votre compatriote n’est ni un égaré ni un illuminé [3] et il ne dit rien sous l’effet de la passion ! [4] Ce n’est en fait qu’une révélation inspirée [5] que lui a enseignée un être d’une force prodigieuse, [6] doué d’une sagacité inouïe, qui se manifesta devant lui sous sa forme angélique, [7] alors qu’il se trouvait à l’horizon suprême. [8] Puis l’être se laissa glisser et s’approcha [9] jusqu’à ce qu’il ne fût qu’à une distance de deux portées d’arc ou moins encore. [10] C’est alors que Dieu révéla à Son Serviteur ce qu’Il voulait lui révéler. [11] Et le cœur ne saurait démentir ce que les yeux ont vu. [12] Allez-vous donc lui contester ce qu’il a de ses propres yeux vu, [13] et alors qu’il l’avait déjà vu lors d’une précédente apparition, [14] près du Lotus de la limite, [15] non loin du Jardin du séjour des bienheureux, [16] au moment où un voile indéfinissable recouvrait le Lotus ? [17] Le regard du Prophète n’a ni dévié ni outrepassé la mesure, [18] et c’est ainsi qu’il lui fut donné de voir certains des plus grands signes de son Seigneur. [19] Que pensez-vous cependant d’al-Lât, d’al-Uzzâ [20] et de Manât, cette autre troisième divinité ? [21] Auriez-vous ainsi des enfants mâles ; et Dieu, seulement des filles ? [22] Ne voilà-t-il pas un partage des plus iniques ? [23] En vérité, ce ne sont là que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et que Dieu n’a investis d’aucune autorité. En réalité, les idolâtres ne font que suivre leurs conjectures et leurs caprices, alors que la bonne voie leur a bien été tracée par leur Seigneur. [24] L’homme aurait-il le droit de choisir sa divinité à sa guise ? [25] Mais la vie future et la vie présente n’appartiennent qu’au Seigneur.
[26] Que d’anges dans les Cieux dont l’intercession n’aura aucune valeur, à moins que Dieu ne l’ait autorisée et agréée en faveur de qui Il veut !
[27] Ceux qui ne croient pas à la vie future donnent volontiers aux anges des noms féminins, [28] alors qu’ils n’en savent rien, mais suivent en cela de simples conjectures. Or, les conjectures ne sauraient tenir lieu de certitude. [29] Éloigne-toi donc de ceux qui tournent le dos à Notre rappel et ne cherchent que les plaisirs éphémères ! [30] C’est là la somme de tout leur savoir ! En vérité, ton Seigneur connaît parfaitement celui qui s’éloigne de Sa Voie et celui qui s’applique à la suivre. [31] À Dieu appartient tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre, en sorte qu’Il rétribue, selon leurs œuvres, ceux qui font le mal, et accorde la meilleure récompense à ceux qui font le bien, [32] à ceux qui évitent de commettre les péchés capitaux et les turpitudes, à l’exception de quelques fautes vénielles. En vérité, ton Seigneur est d’une magnanimité sans limite. Il vous connaît si bien depuis qu’Il vous a tirés de la terre et depuis que vous n’étiez encore que des fœtus dans le sein de vos mères. Ne portez donc pas de jugement favorable sur vous-mêmes, car seul Dieu connaît mieux que quiconque ceux qui Le craignent. [33] As-tu vu celui qui a tourné le dos à la foi, [34] qui n’a que peu donné et s’est ensuite rétracté ? [35] Détiendrait-il la clef du mystère, au point d’y voir avec clarté ? [36] Ou n’aurait-il pas appris, d’après les feuillets de Moïse [37] et d’Abraham – ce modèle de fidélité –, [38] qu’aucune âme ne sera chargée des péchés d’une autre âme, [39] que l’homme ne récoltera que les fruits des efforts qu’il aura lui-même déployés [40] et qui seront appréciés à leur juste valeur [41] pour être ensuite amplement récompensés ; [42] que c’est vers ton Seigneur que tout aboutit, [43] que c’est Lui qui fait rire et pleurer, [44] que c’est Lui qui fait mourir et qui ramène à la vie,
[45] que c’est Lui qui crée les deux éléments du couple, le mâle et la femelle, [46] d’une goutte de sperme quand elle est éjaculée ; [47] que c’est à Lui qu’incombe la seconde création, [48] que c’est Lui qui pourvoit aux besoins de l’homme et l’enrichit, [49] que c’est Lui le Maître de Sirius, [50] que c’est Lui qui fit périr les premiers `Âd [51] et les Thamûd jusqu’au dernier, [52] ainsi que le peuple de Noé, avant eux, qui était, de tous les peuples, le plus injuste et le plus dévoyé ; [53] que c’est Lui qui a renversé les cités maudites [54] et qui les a, sous les décombres, ensevelies ? [55] Lequel donc des bienfaits de ton Seigneur oseras-tu renier ? [56] Ce Prophète est un avertisseur semblable aux précédents, [57] et l’Heure du Jugement dernier est imminente, [58] mais nul en dehors de Dieu ne peut la dévoiler. [59] Serait-ce ce discours qui provoque votre étonnement ? [60] Vous en riez au lieu d’en pleurer, [61] donnant ainsi la preuve de votre insouciance ! [62] Prosternez-vous plutôt devant Dieu et adorez-Le !

54. Sourate de la Lune (Al-Qamar)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] L’Heure du Jugement dernier approche et la Lune se fend ! [2] Mais, chaque fois qu’un miracle se produit sous leurs yeux, les impies s’en détournent en disant : « C’est la magie qui continue ! » [3] Et ils crient à l’imposture pour suivre leurs propres impulsions. Mais toute chose arrivera à son terme. [4] On leur a pourtant fait parvenir des récits de nature à les mettre en garde, [5] de par la haute sagesse qu’ils recèlent. Mais, hélas ! Tous ces avertissements sont demeurés sans effet sur eux. [6] Détourne-toi donc de ces gens-là ! Car le jour où l’appel retentira, annonçant l’horrible événement, [7] ces infidèles surgiront de leurs tombes, les yeux baissés, comme des sauterelles en nuées [8] et se dirigeront à pas précipités, le cou tendu vers l’appel, en disant : « Voilà un jour bien pénible ! »
[9] Avant eux, le peuple de Noé avait déjà crié au mensonge, traitant Notre serviteur d’imposteur, de possédé et le repoussant brutalement. [10] Et Noé implora son Seigneur en ces termes : « Je n’en puis plus ! Viens au secours de Ta religion ! » [11] Nous ouvrîmes alors les vannes du ciel à une pluie torrentielle, [12] de même que Nous fîmes jaillir des sources de la terre, au point que l’eau du ciel et celle de la terre se confondirent, suivant un arrêt fixé d’avance. [13] Et Nous sauvâmes Noé à bord de l’arche, faite de planches et de chevilles, [14] qui vogua sous Notre garde, afin de récompenser celui qu’on avait renié. [15] Et Nous fîmes de cet épisode un signe mémorable. Seulement est-il quelqu’un pour y réfléchir ? [16] Combien furent donc durs Mon châtiment et la sanction de Mes avertissements !
[17] Nous avons fait du Coran une œuvre facile à comprendre pour qu’il serve de rappel. Seulement est-il quelqu’un pour méditer ce rappel ? [18] Les `Âd ont, eux aussi, crié au mensonge. Et combien furent durs Mon châtiment et la sanction de Mes avertissements ! [19] Nous déchaînâmes contre eux, en un jour néfaste et interminable, un ouragan mugissant, [20] qui emporta les hommes comme de vieux troncs de palmiers déracinés. [21] Combien furent durs Mon châtiment et la sanction de Mes avertissements ! [22] Nous avons fait du Coran une œuvre facile à comprendre pour qu’il serve de rappel. Seulement est-il quelqu’un pour méditer ce rappel ?
[23] Les Thamûd qualifièrent également Nos avertissements de mensonges. [24] » Allons-nous suivre, s’écrièrent-ils, un seul mortel d’entre nous tous ? Il faudrait que nous soyons vraiment des égarés ou des fous ! [25] Comment ? Aurait-il été choisi de nous tous pour recevoir la révélation ? Non ! C’est un fieffé menteur ! » [26] Mais ils vont bientôt connaître qui aura été un fieffé menteur, [27] car Nous dîmes à Sâlih : « Nous allons leur envoyer la chamelle pour les éprouver. Observe-les et arme-toi de patience !
[28] Avertis-les que l’eau sera partagée entre eux et la chamelle, et qu’ils pourront en boire à tour de rôle. » [29] Mais les Thamûd appelèrent l’un des leurs qui eut l’audace de se saisir de la chamelle et de la mettre à mort ! [30] Combien furent alors durs Mon châtiment et la sanction de Mes avertissements ! [31] Il a suffi de déchaîner contre eux une seule clameur pour qu’ils fussent réduits à l’état de foin desséché. [32] Nous avons fait du Coran une œuvre facile à comprendre, pour qu’il serve de rappel. Seulement est-il quelqu’un pour méditer ce rappel ?
[33] Le peuple de Loth, lui aussi, traita Nos avertissements de mensonges. [34] Nous déchaînâmes contre lui une tempête de pierres, dont ne fut épargnée que la famille de Loth à la pointe de l’aurore, [35] par une insigne faveur de Notre part. C’est ainsi que Nous récompensons ceux qui font preuve de gratitude. [36] Loth les avait pourtant bien mis en garde contre Nos rigueurs ; mais ils avaient mis en doute tous ses avertissements, [37] allant même jusqu’à vouloir abuser de ses hôtes ! Alors, d’un seul coup, Nous leur ôtâmes la vue. « Goûtez donc Mon châtiment et la sanction de Mes avertissements ! » [38] Et, au petit matin, ils furent réveillés par un supplice persistant. [39] Goûtez donc Mon châtiment et la sanction de Mes avertissements ! [40] Nous avons fait du Coran une œuvre facile à comprendre pour qu’il serve de rappel. Seulement est-il quelqu’un pour méditer ce rappel ?
[41] Pharaon et les siens furent également avertis ; [42] mais ils traitèrent tous Nos signes de mensonges. Aussi les avons-Nous châtiés à la manière d’un Dieu Puissant auquel rien ne peut résister ! [43] Est-ce que vos négateurs à vous seraient meilleurs que ces gens-là ? Ou est-ce qu’une certaine immunité vous aurait été garantie par les Écritures ? [44] Ou bien diront-ils : « Nous sommes suffisamment nombreux pour assurer notre défense ! » [45] Eh bien ! Qu’ils sachent que ce grand nombre sera bientôt dispersé et mis en déroute ! [46] Mais leur vrai rendez-vous sera l’Heure du Jugement dernier. Et cette heure-là sera bien plus douloureuse et bien plus amère ! [47] En vérité, les impies sont partagés entre l’aberration et la folie. [48] Le jour où ils seront traînés sur la face vers la Géhenne, il leur sera dit : « Goûtez donc les affres de l’Enfer Saqar! » [49] En vérité, Nous avons donné une juste proportion à tout ce que Nous avons créé.
[50] Notre ordre ne tient qu’en un mot, qui est sitôt dit, sitôt exécuté. [51] Nous avons déjà fait périr des peuples semblables à vous. Seulement est-il quelqu’un pour s’en souvenir ? [52] Tout ce qu’ils ont accompli est, dans des registres, consigné ; [53] et tous leurs actes, grands ou petits, y sont mentionnés.
[54] Certes, ceux qui craignent Dieu seront dans des Jardins et parmi des ruisseaux, [55] dans un séjour tout de vérité, auprès d’un Souverain Tout-Puissant.

55. Sourate du Miséricordieux (Ar-Rahmân)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Le Miséricordieux [2] a enseigné le Coran, [3] créé l’homme [4] et lui a appris à s’exprimer clairement.
[5] Le Soleil et la Lune obéissent à des lois préétablies. [6] Les herbes et les arbres se prosternent devant Lui. [7] Le Ciel, Il l’a élevé ; et l’équité, Il l’a instituée, [8] afin que vous ne fraudiez pas dans les pesées [9] et que vous ne faussiez pas la balance. [10] Quant à la Terre, Il l’a aménagée pour tous les êtres vivants, [11] en la pourvoyant d’arbres fruitiers, de palmiers aux régimes bien protégés, [12] de grains empaillés et de plantes odoriférantes. [13] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [14] Il a créé l’homme d’une argile semblable à celle qui est utilisée en poterie [15] et Il a créé les djinns d’un feu subtil sans fumée. [16] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ?
[17] Il est le Maître Souverain des deux Orients et Il l’est aussi des deux Occidents. [18] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [19] Il a donné libre cours aux deux mers pour se rejoindre [20] et Il a établi entre elles une barrière à ne pas enfreindre. [21] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [22] Et c’est de l’une et de l’autre mers qu’on tire des perles et du corail. [23] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [24] C’est à Lui qu’appartiennent les vaisseaux qui sillonnent la mer, telles des montagnes altières. [25] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [26] Tout ce qui est sur la Terre est périssable ; [27] seule perdurera la Face de ton Seigneur, auréolée de majesté et de gloire. [28] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [29] Tous ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre implorent Son secours, pendant que Lui Se manifeste chaque jour dans la réalisation d’une œuvre nouvelle. [30] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [31] Nous aurons bientôt à vous juger, ô hommes et génies ! [32] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [33] Ô peuples de djinns et d’hommes ! Si vous pouvez traverser les espaces célestes et les espaces terrestres, faites-le ! Mais vous ne les traverseriez qu’à l’aide d’un pouvoir. [34] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [35] On lancera alors contre vous des jets de feu et d’airain fondu. Et de ce combat vous ne sortirez pas victorieux ! [36] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [37] Puis, lorsque le Ciel, devenu comme un cuir écarlate, se fendra [38] – lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? –, [39] ce jour-là, ni les hommes ni les djinns ne seront interrogés sur leurs péchés. [40] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ?
[41] Et les criminels, reconnaissables à leurs traits distinctifs, seront saisis par le toupet et les pieds. [42] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [43] » Voici la Géhenne, leur sera-t-il dit, que les criminels niaient ! » [44] Et, à partir de cet instant, ils ne feront que tournoyer entre le Brasier et une eau portée à sa température la plus élevée. [45] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ?
[46] En revanche, pour ceux qui auront craint de comparaître devant leur Seigneur, il y aura deux Jardins. [47] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [48] Deux Jardins aux multiples bosquets. [49] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [50] Deux Jardins arrosés par deux sources jaillissantes. [51] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [52] Deux Jardins produisant deux espèces de chaque variété de fruits. [53] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [54] Et les bienheureux s’y reposeront sur de magnifiques tapis aux revers de brocart, et les fruits des deux Jardins seront à leur portée. [55] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [56] Là, ils rencontreront les houris au regard chaste et que nul homme ni génie n’aura auparavant effleurées. [57] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [58] Des houris dont la beauté aura l’éclat de l’hyacinthe et du corail. [59] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [60] Y a-t-il d’autre récompense pour le bien que le bien lui-même ? [61] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [62] Et, en deçà de ces deux Jardins, il y en aura deux autres. [63] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [64] Deux Jardins bien ombragés. [65] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [66] Deux Jardins où coulent deux sources jaillissantes. [67] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ?
[68] Deux Jardins contenant des fruits, des palmiers et des grenadiers. [69] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [70] Deux Jardins habités par des houris aussi belles que vertueuses. [71] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [72] Des houris aux yeux grands et beaux, retirées dans leurs logis. [73] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [74] Des houris qu’avant eux nul homme ni génie n’avait effleurées. [75] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [76] Et les bienheureux reposeront sur des coussins et de magnifiques tapis. [77] Lequel donc des bienfaits de votre Seigneur oserez-vous renier ? [78] Béni soit donc le Nom de ton Seigneur, plein de majesté et de munificence !

56. Sourate de l’Événement (Al-Wâqi‘a)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Lorsque l’événement attendu s’accomplira [2] – et nul n’en contestera l’accomplissement –, [3] il abaissera les uns et élèvera les autres ; [4] lorsque la terre sera violemment secouée, [5] que les montagnes seront pulvérisées [6] et réduites à de la poussière disséminée, [7] vous serez alors répartis en trois catégories : [8] celle des gens de la dextre, qui formera le groupe des bienheureux ; [9] celle des gens de la sénestre, qui formera le groupe des malheureux ; [10] et les devanciers qui seront, eux, les premiers [11] à être, auprès de Dieu, les plus rapprochés, [12] dans les Jardins des délices. [13] Et, au milieu d’eux, il y aura une multitude d’élus parmi les premiers [14] et seulement un petit nombre parmi les derniers, [15] sur des lits ornés d’or et de pierreries, [16] accoudés face à face,
[17] pendant que, parmi eux, circuleront des éphèbes d’une éternelle jeunesse, [18] avec des calices, des aiguières et des coupes remplis d’une liqueur exquise, [19] dont ils ne seront ni déprimés ni enivrés. [20] Et on leur servira au choix toutes sortes de fruits, [21] ainsi que toute viande d’oiseaux dont ils auront envie. [22] Là, ils auront pour épouses des femmes aux yeux grands et noirs, [23] aussi belles que des perles soigneusement enchâssées, [24] en récompense de leurs actions passées. [25] Là, ils n’entendront ni parole frivole ni obscénité, [26] mais seulement le mot : « Paix ! Salâm ! » sans cesse répété.
[27] Et les gens de la dextre, cette heureuse catégorie, [28] séjourneront parmi des jujubiers soigneusement taillés [29] et des bananiers aux régimes bien garnis, [30] sous de spacieux ombrages, [31] au bord de ruisseaux coulant sans arrêt, [32] et au milieu de fruits variés, [33] toujours disponibles, jamais prohibés. [34] Ils reposeront sur des lits haut placés, [35] entourés de leurs épouses que Nous avons finement ciselées [36] et qui ne perdent jamais leur virginité. [37] Toujours gracieuses et d’égale jeunesse, [38] elles seront les compagnes des hommes de la dextre, [39] parmi lesquels il y aura une multitude d’élus appartenant aux devanciers [40] et une multitude d’élus parmi les derniers.
[41] Pour ce qui est des hommes de la sénestre, cette malheureuse catégorie, [42] ils seront exposés à un vent brûlant et au milieu d’une eau bouillante, [43] à l’ombre d’une épaisse fumée, [44] dépourvue de fraîcheur et de légèreté, [45] car ces damnés vivaient jadis dans le luxe, [46] s’acharnaient à commettre les plus graves péchés [47] et disaient : « Quoi ! Une fois morts, réduits en poussière et en ossements pourris, serions-nous ramenés à la vie, [48] nous et nos ancêtres premiers ? »
[49] Dis-leur : « En vérité, tous les hommes des premiers jusqu’aux derniers [50] seront rassemblés au rendez-vous fixé.
[51] Et alors, vous, hommes égarés qui refusez de croire, [52] vous mangerez du fruit de l’arbre de Zaqqûm ; [53] vous vous en emplirez le ventre [54] et vous boirez par-dessus cela de l’eau bouillante [55] à la manière des chameaux altérés. » [56] Tel est le premier repas qui leur sera servi le Jour du Jugement dernier.
[57] N’est-ce pas Nous qui vous avons créés ? Alors pourquoi ne croyez-vous donc pas à la résurrection ? [58] Avez-vous réfléchi à la goutte de sperme que vous éjaculez ? [59] Est-ce vous qui la créez ou en sommes-Nous le Créateur ? [60] Nous vous avons prédestinés à la mort, et rien ne Nous empêchera [61] de vous remplacer par des êtres semblables à vous ou ayant d’autres formes que vous ne sauriez même pas soupçonner.
[62] Certes, vous connaissez la première création. Eh bien ! Que cela vous invite à réfléchir [63] d’abord aux terres que vous labourez. [64] Est-ce vous qui y faites germer les semences ou est-ce Nous qui les faisons lever ? [65] Et si Nous voulions, Nous les dessécherions et vous en seriez réduits au désespoir [66] à crier à la ruine [67] et à la misère ! [68] Considérez également l’eau que vous buvez ! [69] Est-ce vous qui la faites descendre des nuages ou est-ce Nous qui la faisons précipiter ? [70] Et si Nous l’avions voulu, Nous l’aurions rendue saumâtre. Pourquoi donc n’êtes-vous pas reconnaissants ? [71] Et ce feu que vous faites jaillir ? [72] Est-ce vous qui créez l’arbre qui l’alimente ou en sommes-Nous le Créateur ? [73] Nous en avons fait un rappel de l’Enfer, et un élément utile pour les voyageurs du désert.
[74] Glorifie donc le Nom de ton Seigneur, le Très-Haut ! [75] Non ! J’en jure par les positions des étoiles [76] – et c’est là un serment solennel, si vous pouviez le savoir ! –
[77] que ce Coran est une noble Écriture [78] conforme à un Prototype bien gardé au Ciel, [79] que seuls les purifiés sont autorisés à toucher. [80] C’est une révélation émanant du Maître de l’Univers. [81] Est-ce qu’un pareil Livre mérite d’être traité avec tiédeur ? [82] Est-ce pour vous une façon de remercier Dieu que de traiter le Coran d’imposture ?
[83] Lorsque l’âme d’un moribond est sur le point de quitter son corps, [84] en votre présence, [85] Nous serons plus près de lui que vous qui l’entourez, sans que vous puissiez vous en apercevoir. [86] Alors, pourquoi donc, si vous ne deviez jamais être jugés, [87] n’empêcheriez-vous pas cette âme de s’envoler ? Dites-le, si vous êtes sincères ! [88] En vérité, si le mort est du monde de ceux que Dieu admet dans Sa proximité, [89] il trouvera dans les Jardins des délices repos et sérénité. [90] Et s’il fait partie des gens de la dextre, [91] c’est avec : « Paix à toi ! » qu’il sera de leur part accueilli. [92] Mais s’il est du nombre des négateurs égarés, [93] c’est dans l’eau bouillante qu’il sera jeté, [94] pour être ensuite dans le Brasier précipité.
[95] Telle est l’absolue Vérité ! [96] Glorifie donc le Nom de ton Seigneur, le Sublime !

57. Sourate du Fer (Al-Hadîd)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre célèbre la gloire du Seigneur. C’est Lui le Puissant, le Sage [2] à qui appartient le Royaume des Cieux et de la Terre, qui est l’Auteur de la vie et de la mort et dont la puissance n’a point de limite. [3] Il est le Premier et le Dernier, l’Apparent et le Caché ; Il est l’Omniscient.
[4] C’est Lui qui a créé les Cieux et la Terre en six jours et qui ensuite S’est établi sur le Trône. Il connaît ce qui pénètre dans la terre et ce qui en sort, ce qui descend du ciel et ce qui y monte. Où que vous soyez, Il est toujours avec vous et Il a une claire vision de tout ce que vous faites. [5] La souveraineté des Cieux et de la Terre Lui appartient, et c’est à Lui que tout fera retour. [6] Il insère la nuit dans le jour et le jour dans la nuit, et Il a une connaissance parfaite de ce que recèlent les cœurs.
[7] Croyez en Dieu et en Son Prophète ! Donnez en aumône une partie des biens dont Il a fait de vous les dépositaires, car ceux d’entre vous qui ont la foi et qui font l’aumône auront une magnifique récompense.
[8] Qu’avez-vous à ne pas croire en Dieu, alors que le Prophète ne cesse de vous convier à vous soumettre à votre Seigneur, Qui a déjà pris acte de votre engagement, si toutefois vous êtes sincères ? [9] C’est Lui qui révèle à Son Serviteur des versets d’une clarté limpide, afin de vous tirer des ténèbres vers la lumière, car Dieu est envers vous Plein de compassion et de mansuétude.
[10] Qu’avez-vous à ne pas faire dépense de vos biens pour la Cause de Dieu à qui revient l’héritage des Cieux et de la Terre ? Cependant, on ne saurait confondre ceux d’entre vous qui ont fait dépense de leurs biens et combattu avant la victoire – et qui, de ce fait, ont mérité un rang supérieur – avec ceux qui ont attendu, pour offrir leurs biens et s’engager dans le combat que la victoire ait eu lieu ! Néanmoins, Dieu a promis aux uns et aux autres la plus belle récompense, car Dieu est parfaitement Informé de ce que vous faites.
[11] Quiconque consent à Dieu un prêt gracieux, Dieu le lui rendra au décuple et lui accordera, en plus, une généreuse récompense.
[12] Le jour où tu verras les croyants et les croyantes avec leur lumière évoluant devant eux et à leur droite, ce jour-là, il leur sera annoncé : « C’est une bonne nouvelle pour vous, aujourd’hui ! Voici des Jardins sous lesquels coulent des rivières, et où vous serez éternels. » Tel est le comble du bonheur !
[13] Le jour où les hypocrites, hommes et femmes, diront à ceux qui auront cru : « Attendez que nous empruntions un peu de votre lumière ! », il leur sera répondu : « Allez chercher cette lumière ailleurs, s’il en est temps encore ! » Et aussitôt se dressera entre eux une muraille percée d’une porte à l’intérieur de laquelle il y aura la miséricorde et, à l’extérieur, juste en face, le châtiment. [14] Et, s’adressant aux croyants, les hypocrites crieront : « N’étions-nous pas autrefois avec vous ? » – « Oui, répondront les croyants, mais vous avez cédé à vos passions ; vous avez tergiversé, douté et nourri de vains espoirs, jusqu’à ce que la mort vînt vous surprendre. Le séducteur vous a trompés sur le compte de Dieu. [15] Aujourd’hui donc, aucune rançon ne sera acceptée ni de vous ni des infidèles. Vous aurez pour séjour et pour patron l’Enfer, cette détestable demeure ! »
[16] Alors, le moment n’est-il pas venu pour ceux qui croient de laisser leurs cœurs se remplir d’humilité à l’évocation de Dieu et devant la Vérité qu’Il a révélée ? Ne doivent-ils pas éviter de suivre l’exemple de ceux qui avaient reçu l’Écriture avant eux et dont les cœurs se sont desséchés avec le temps, au point que beaucoup d’entre eux devinrent pervers ? [17] Sachez que Dieu fait revivre la terre après sa mort. Nous vous exposons clairement les signes afin que vous puissiez en comprendre le sens. [18] En vérité, ceux et celles qui font la charité et consentent à Dieu un prêt gracieux, Dieu le leur rendra au décuple et leur attribuera, en plus, une généreuse récompense.
[19] Ceux qui auront cru en Dieu et à Ses messagers, ceux-là seront les grands véridiques et les témoins auprès de leur Seigneur ; et ils auront leur récompense et leur lumière, tandis que ceux qui auront mécru et auront traité Nos signes de mensonges, ceux-là seront les hôtes de la Géhenne.
[20] Sachez que la vie d’ici-bas n’est que jeu et frivolité, apparat et futiles rivalités, ainsi que joutes sur la quantité de richesses et le nombre d’enfants. Elle est semblable à une pluie qui fait pousser une végétation qui, après avoir charmé un instant les cultivateurs, se fane, jaunit et tombe en débris. Dans la vie future, il y aura soit un terrible tourment, soit le pardon de Dieu et Son agrément. Quant à la vie d’ici-bas, elle n’est que jouissance éphémère.
[21] Hâtez-vous donc d’obtenir le pardon de votre Seigneur et de mériter un Paradis aussi vaste que le Ciel et la Terre, destiné à ceux qui croient en Dieu et à Ses envoyés. C’est là la grâce de Dieu qu’Il accorde à qui Il veut, car Dieu est le Maître de la grâce suprême. [22] Aucun malheur ne s’abat sur la Terre ou sur vos propres personnes qui ne figure déjà dans un Livre, avant même que Nous le fassions survenir. Et c’est une chose si aisée pour le Seigneur.
[23] Il en est ainsi afin que vous ne vous tourmentiez pas au sujet d’un bien qui vous échappe ou que vous ne vous réjouissiez pas outre mesure de celui que Dieu vous accorde, car Dieu n’aime point les superbes pleins de gloriole [24] ni les avares qui prêchent l’avarice dans leur entourage. Quant à ceux qui tournent le dos à la charité, qu’ils sachent que Dieu Se suffit à Lui-même et qu’Il est Digne de louange.
[25] Nous avons envoyé Nos prophètes munis de preuves irréfutables, et Nous avons fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin de faire régner la justice parmi les hommes. Nous avons également fait descendre le fer qui comporte une force redoutable, et aussi de multiples avantages pour les hommes, afin que Dieu, dans Son mystère, reconnaisse ceux qui défendent Sa Cause et celle de Ses prophètes. En vérité, Dieu est Plein de force et de puissance.
[26] Nous avons envoyé Noé et Abraham et Nous avons confié à leur descendance la prophétie et l’Écriture. Et si certains d’entre eux ont suivi le droit chemin, beaucoup d’autres furent pervers.
[27] Nous avons envoyé ensuite sur leurs traces Nos autres prophètes que Nous avons fait suivre de Jésus, fils de Marie, à qui Nous avons donné l’Évangile. Et Nous avons fait naître dans le cœur de ceux qui l’ont suivi la bonté et la compassion. Quant au monachisme qu’ils ont instauré eux-mêmes, Nous ne le leur avons point imposé. Ils y étaient seulement poussés par leur propre désir d’être agréables à Dieu, sans pour autant l’observer comme ils auraient dû le faire. Nous avons donné leur récompense à ceux qui avaient cru parmi eux ; mais beaucoup d’entre eux furent des pervers.
[28] Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et croyez à Son Prophète, afin qu’Il vous gratifie de deux parts de Sa miséricorde, vous assigne une lumière pour vous guider et vous pardonne vos péchés. Dieu est Plein de clémence et de compassion. [29] Et ce, afin que les détenteurs de l’Écriture sachent bien qu’ils ne peuvent en aucune façon disposer de la grâce divine que seul Dieu a le pouvoir d’accorder à qui Il veut, car Dieu est le Maître de la grâce infinie.

58. Sourate de la Discussion (Al-Mujâdala)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Dieu a entendu les propos de celle qui discutait avec toi au sujet de son mari, au moment où elle adressait sa plainte à Dieu. Et Dieu entendait bien votre conversation, car Dieu est Audient et Clairvoyant. [2] Certains d’entre vous jurent pour répudier leurs femmes, en utilisant la formule suivante : « Tu es aussi interdite pour moi que l’est le dos de ma mère ! », alors qu’elles ne sont pas leurs mères ; leurs mères étant celles qui les ont mis au monde. Ils tiennent ainsi des propos aussi blâmables que mensongers. Cependant, Dieu est Clément et Miséricordieux. [3] Ceux qui auront répudié leurs femmes en usant de cette formule et qui reviennent ensuite sur leur parole devront affranchir un esclave, à titre d’expiation, avant de reprendre leurs rapports avec leurs épouses. Cela vous est prescrit par le Seigneur qui est Instruit de tout ce que vous faites. [4] Celui qui n’en a pas les moyens devra observer le jeûne pendant deux mois consécutifs avant tout rapport avec son épouse. S’il ne peut s’en acquitter, il devra donner à manger à soixante pauvres et ce, afin que vous croyiez fermement en Dieu et à Son Prophète. Telles sont les limites fixées par Dieu, et les infidèles qui les transgressent subiront un châtiment douloureux, [5] car ceux qui s’insurgent contre Dieu et Son Prophète seront humiliés et confondus, comme l’ont été ceux qui les ont précédés. Nous en avons apporté jusqu’à présent suffisamment de preuves évidentes, et les négateurs subiront des tourments humiliants.
[6] Le jour où Dieu ressuscitera tous les hommes, Il les mettra en face de leurs œuvres, car Il les aura toutes recensées, mais eux en auront perdu jusqu’au souvenir. Dieu est Témoin de toute chose.
[7] Ne vois-tu pas que Dieu est au courant de tout ce qui se passe dans les Cieux et sur la Terre ? Il n’est point de conciliabule à trois où Il ne soit le Quatrième ni à cinq où Il ne soit le Sixième. Que le nombre des participants soit en moins ou en plus, Dieu est tout le temps avec eux, en quelque lieu où ils se trouvent. Et Il leur rappellera leurs actes, le Jour de la Résurrection, car la science de Dieu n’a point de limite. [8] N’as-tu pas remarqué que ceux à qui on avait interdit les entretiens secrets ont repris leurs conciliabules pour discuter de projets malhonnêtes, d’agressions et de révoltes contre le Prophète ? Puis, quand ils viennent te voir, ils t’adressent des salutations que Dieu ne t’a jamais adressées, en se disant en eux-mêmes : « Pourquoi Dieu ne nous châtie pas pour ce que nous disons ? » Mais la Géhenne comme châtiment leur suffira, quand ils y seront précipités. Quelle affreuse destinée !
[9] Ô vous qui croyez ! Évitez dans vos apartés de vous concerter pour commettre des péchés, des agressions et des révoltes contre le Prophète ! Prenez plutôt comme sujet d’entretien la vertu et la piété. Craignez Dieu devant qui vous serez tous réunis ! [10] Les entretiens clandestins sont inspirés par Satan qui veut susciter des ennuis aux croyants ; mais il ne saurait leur causer aucun mal sans la permission du Seigneur. Que les croyants aient donc confiance en Dieu !
[11] Ô vous qui croyez ! Lorsqu’on vous dit : « Faites place aux autres dans les assemblées ! », faites-le, Dieu vous mettra à l’aise au Paradis ! Et lorsqu’on vous dit : « Levez-vous ! », faites-le, Dieu élèvera de plusieurs rangs ceux d’entre vous qui ont la foi et qui ont reçu la science. Dieu est parfaitement Informé de ce que vous faites.
[12] Ô vous qui croyez ! Lorsque vous voulez obtenir une audience confidentielle du Prophète, faites-la précéder d’une aumône. Vous n’en serez que meilleurs et plus purs. À défaut de moyens, sachez que Dieu est Clément et Miséricordieux. [13] Si vous avez craint d’éprouver quelque gêne, en faisant chaque fois une aumône avant de vous entretenir avec le Prophète, et si vous vous êtes abstenus effectivement de la faire, après avoir obtenu le pardon du Seigneur, du moins accomplissez la salât, acquittez la zakât et obéissez à Dieu et à Son Prophète ! Dieu est parfaitement Informé de ce que vous faites.
[14] Que penses-tu de ceux qui ont pactisé avec des gens qui ont encouru la colère de Dieu, alors qu’ils ne sont ni des vôtres ni des leurs ? Et ils appuient leurs mensonges en toute connaissance de cause, par de faux serments. [15] Dieu leur a préparé un terrible châtiment, pour prix de leur détestable comportement. [16] Ils utilisent leurs serments comme un bouclier pour détourner les gens de la Voie du Seigneur. Aussi sont-ils voués à un châtiment avilissant ; [17] et ni leurs richesses ni leurs enfants ne leur seront d’aucun secours auprès de Dieu, car ils sont voués à l’Enfer, où leur séjour sera éternel.
[18] Le jour où Dieu les ressuscitera tous ensemble, ils Lui feront les mêmes serments qu’à vous, croyant pouvoir ainsi s’en tirer à bon compte. Ce sont ceux-là, en vérité, les imposteurs. [19] Satan les a mis sous sa férule au point de leur faire perdre jusqu’au souvenir du Seigneur. Ce sont ceux-là les partisans de Satan. Or, les partisans de Satan sont toujours perdants, [20] à l’instar de ceux qui s’insurgent contre Dieu et Son Prophète et qui sont voués au sort le plus avilissant.
[21] Dieu a décrété de toute éternité : « Je vaincrai, Moi et Mes envoyés ! », car Dieu est Fort et Puissant.
[22] Tu ne verras jamais ceux qui ont foi en Dieu et au Jugement dernier sympathiser avec ceux qui s’insurgent contre Dieu et Son Envoyé, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou de leur tribu. C’est que Dieu a imprimé la foi dans leurs cœurs et les a fortifiés par un souffle émanant de Lui. Aussi les admettra-t-Il dans des Jardins arrosés d’eaux vives, pour l’éternité, car Il sera Satisfait d’eux et eux seront satisfaits de Lui. Ce sont ceux-là qui constituent le parti de Dieu, et c’est le parti de Dieu qui connaîtra la félicité.

59. Sourate de l’Exode (Al-Hashr)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre célèbre la gloire du Seigneur, le Puissant, le Sage. [2] C’est Lui qui a chassé de leurs demeures les négateurs parmi les gens des Écritures, lors de leur premier exode. Vous ne pensiez pas qu’ils s’en iraient, de même qu’eux s’imaginaient qu’ils seraient protégés contre Dieu par leurs forteresses. Mais Dieu les atteignit par où ils s’attendaient le moins. Il jeta l’effroi dans leurs cœurs au point qu’ils démolirent à l’aide des croyants leurs demeures avec leurs propres mains. Méditez cette leçon, vous qui êtes doués d’intelligence ! [3] Si Dieu n’avait pas décrété leur exil, Il les aurait déjà châtiés en ce monde. Néanmoins, le châtiment du Feu leur sera infligé dans la vie future,
[4] et ce pour s’être dressés contre Dieu et Son Prophète. Or, Dieu est Impitoyable dans Son châtiment envers ceux qui s’insurgent contre Lui.
[5] Les palmiers que vous avez coupés et ceux que vous avez épargnés le furent avec la permission de Dieu, dans le but de confondre les pervers.
[6] Le butin pris à l’ennemi et que Dieu a accordé à Son Prophète, vous n’avez engagé pour l’avoir ni chevaux ni chameaux. Mais Dieu permet à Ses envoyés de triompher de qui Il veut, car Dieu a pouvoir sur toute chose.
[7] Le butin que Dieu a octroyé à Son Prophète aux dépens des habitants des cités revient à Dieu, au Prophète, à ses proches, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs démunis, afin que ce butin ne soit pas partagé entre les seuls riches parmi vous. Prenez ce que le Prophète vous donne, et abstenez-vous de ce qu’il vous interdit. Craignez Dieu, car Il est Terrible quand Il sévit ! [8] Il revient également aux pauvres émigrés qui ont été chassés de leurs demeures et dépouillés de leurs biens, pendant qu’ils recherchaient la grâce et l’amour de Dieu, combattaient pour le triomphe de Sa Cause et portaient secours à Son Prophète. Ce sont ceux-là les vrais croyants ! [9] Et une partie en revient aussi à ceux qui, déjà installés dans le pays et dans la foi, accueillirent les émigrés avec joie, sans ressentir la moindre envie pour ce que ces derniers recevaient, allant même jusqu’à se priver en leur faveur, malgré leur propre indigence. Heureux les gens qui savent se prémunir contre leur propre avarice !
[10] Une part ira également à ceux qui sont venus après eux, en disant : « Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui se sont convertis avant nous ! Fais que nos cœurs n’aient jamais de haine contre les croyants ! Seigneur, Tu es toute bonté et toute compassion ! »
[11] N’as-tu pas remarqué ce que disent les hypocrites à leurs frères négateurs, parmi les gens des Écritures : « Si vous êtes exilés, nous vous suivrons ; nous n’obéirons jamais à ceux qui sont contre vous. Et si vous êtes attaqués, nous volerons à votre secours. » Mais Dieu est Témoin qu’ils ne racontent là que des mensonges, [12] car ces hypocrites ne suivront pas leurs alliés, s’ils sont expulsés, pas plus qu’ils ne les assisteront, s’ils sont attaqués ; et même s’ils leur prêtaient secours, ils ne tarderaient pas à s’enfuir. Et c’est ainsi que leurs alliés ne recevront, en définitive, aucun secours.
[13] En vérité, vous leur inspirez plus de peur que Dieu Lui-même, car ce sont des gens incapables de comprendre. [14] Même tous rassemblés ils ne vous combattront qu’à l’abri de leurs places fortes ou derrière leurs murailles. Leur violence les uns à l’égard des autres est extrême. On les croirait unis alors que leurs cœurs sont divisés. Et il en est ainsi, parce que ce sont des gens incapables de raisonner. [15] Ils sont semblables à leurs proches prédécesseurs qui eurent à éprouver les suites néfastes de leur comportement, et qui auront à subir un douloureux châtiment. [16] Et ils sont à l’image de Satan qui incite l’homme à renier sa foi. Mais quand l’homme devient impie, Satan lui dit : « Je te désavoue ! Car moi, je crains Dieu, le Maître de l’Univers ! »
[17] Et ils auront tous deux pour destinée d’être voués au Feu éternel. Telle est la rétribution que méritent les injustes.
[18] Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu ! Que chacun de vous songe à ce qu’il a avancé pour assurer demain son salut ! Craignez Dieu ! Dieu est parfaitement Informé de ce que vous faites. [19] Ne faites pas comme ceux qui ont oublié Dieu et auxquels Dieu a fait perdre jusqu’au souvenir d’eux-mêmes ! Ceux-là sont des pervers ! [20] Les hôtes de l’Enfer ne sauraient être comparés aux hôtes du Paradis. Ce sont les hôtes du Paradis qui sont les vainqueurs.
[21] Même si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, on la verrait s’affaisser et se fendre par crainte du Seigneur. Ce sont là des exemples que Nous offrons aux hommes pour les amener à réfléchir.
[22] C’est Lui Dieu en dehors de qui il n’y a point de divinité ; Il est le Connaisseur du monde visible et du monde invisible ; Il est le Clément, le Miséricordieux. [23] Il est Dieu en dehors de qui il n’y a point de divinité ; Il est le Souverain, le Saint, le Pacifique, le Protecteur, l’Arbitre Suprême, le Puissant, l’Irrésistible, le Superbe. Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de tout ce qu’on peut Lui associer ! [24] C’est Lui Dieu le Créateur, le Novateur, le Formateur. À Lui appartiennent les attributs les plus beaux. Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre célèbre Sa gloire. Il est le Tout-Puissant, le Sage.

60. Sourate de l’Éprouvée (Al-Mumtahana)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô vous qui croyez ! Ne prenez point Mes ennemis et les vôtres pour alliés ! Vous leur témoignez de l’amitié alors qu’ils ont renié la vérité qui vous a été révélée, expulsé le Prophète et vous-mêmes pour avoir cru en Dieu, votre Seigneur. Si vous êtes sortis réellement pour défendre Ma Cause et rechercher Mon agrément, comment expliquer les marques d’amitié que vous leur prodiguez secrètement ? Je connais parfaitement les pensées que vous cachez et celles que vous divulguez. Quiconque d’entre vous agit de la sorte se fourvoie loin du droit chemin. [2] Mais eux, si jamais ils réussissent à vous avoir à leur merci, ils ne manqueront pas de vous traiter en ennemis, de se livrer sur vous à des voies de fait et de vous accabler d’injures, dans leur vif désir de vous faire abjurer votre foi.
[3] Ni vos proches parents ni vos enfants ne vous seront d’aucune utilité le Jour de la Résurrection. Seul Dieu vous départagera, car Il a une claire vision de toutes vos actions. [4] Certes, vous avez eu un bel exemple en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : « Nous vous désavouons, vous et les divinités que vous adorez en dehors de Dieu. Nous vous renions, et désormais l’inimitié et la haine nous séparent jusqu’à ce que vous croyiez en Dieu Seul », à l’exception cependant de ce qu’Abraham avait concédé à son père, en lui disant : « J’implorerai le pardon de Dieu en ta faveur, bien que je ne puisse rien pour toi auprès du Seigneur. » – « Seigneur ! C’est en Toi que nous mettons notre confiance ! C’est vers Toi que se fera, en définitive, notre retour ! [5] Seigneur ! Ne fais pas de nous un sujet de tentation pour les dénégateurs ! Pardonne-nous, Seigneur, Tu es le Puissant, le Sage ! »
[6] Vous avez eu en ces gens-là Abraham et ses compagnons, un bel exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier. Quant à celui qui se détourne de la Voie de Dieu, qu’il sache que Dieu Se suffit à Lui-même et qu’Il est Digne de louange.
[7] Il se peut qu’un jour Dieu établisse entre vous et ceux d’entre eux qui étaient vos ennemis une cordiale entente. Dieu est Omnipotent et Il est Plein de compassion et d’indulgence. [8] Dieu ne vous défend pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Dieu aime ceux qui sont équitables. [9] Mais Il vous interdit toute liaison avec ceux qui vous combattent à cause de votre religion, qui vous chassent de vos foyers, ou qui contribuent à le faire. Une telle alliance constituerait une véritable injustice.
[10] Ô vous qui croyez ! Quand des croyantes se présentent en réfugiées auprès de vous, mettez leur foi à l’épreuve, bien que Dieu soit le mieux Informé de la sincérité de leur foi. Si vous êtes convaincus qu’elles sont de vraies croyantes, ne les renvoyez pas aux infidèles, car, désormais, elles ne sont plus licites pour eux ni eux licites pour elles. Mais restituez le montant des dots à leurs anciens maris, et vous pouvez alors vous-mêmes les épouser, en leur versant leur dot. En revanche, ne restez pas unis à des femmes non croyantes. Mais exigez d’elles le remboursement de la dot que vous avez versée en les épousant, de même que les infidèles ont le droit d’exiger le même remboursement des femmes devenues musulmanes. Telle est la décision de Dieu, statuant entre vous. Dieu est Omniscient et Sage.
[11] Si l’une de vos femmes passe du côté des infidèles, et que vous preniez votre revanche sur ces derniers, remboursez sur le butin, aux maris que leurs femmes auront abandonnés, le montant des sommes qu’ils ont dépensées pour les épouser. Craignez Dieu en qui vous croyez !
[12] Prophète ! Si des croyantes se présentent à toi pour te prêter serment d’allégeance en s’engageant à ne pas donner d’associés à Dieu, à ne pas voler, à ne pas commettre de fornication ni d’infanticide, à ne pas attribuer à leurs maris d’enfants illégitimes et à ne pas te désobéir en ce qui est réputé convenable, alors accepte leur pacte et implore le pardon du Seigneur en leur faveur, car Dieu est Plein d’indulgence et de miséricorde.
[13] Ô vous qui croyez ! Évitez de vous allier à ceux qui ont encouru la colère de Dieu et qui désespèrent de la vie future, au même titre que les infidèles qui désespèrent de voir revenir à la vie ceux qui sont dans les sépultures.

61. Sourate du Rang (As-Saff)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre célèbre la gloire du Seigneur, le Tout-Puissant, le Sage.
[2] Ô vous qui croyez ! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ? [3] C’est une chose abominable auprès de Dieu que vous disiez ce que vous ne faites pas.
[4] Dieu aime ceux qui combattent pour Sa Cause en ordre serré, tel un édifice compact.
[5] Souviens-toi de Moïse qui disait à son peuple : « Ô mon peuple ! Pourquoi m’offensez-vous, tout en sachant que je suis le Prophète de Dieu envoyé vers vous ? » Mais comme ils déviaient du droit chemin, Dieu fit dévier leurs cœurs, car Dieu ne guide point les êtres pervers.
[6] Souviens-toi également de Jésus, fils de Marie, qui disait : « Ô fils d’Israël, je suis le messager de Dieu envoyé vers vous. Je viens confirmer le Pentateuque qui m’a précédé, et vous annoncer la venue après moi d’un Prophète du nom d’Ahmad. » Mais quand celui-ci est venu leur en apporter les preuves, ils se sont écriés : « C’est de la magie manifeste ! » [7] Quelle injustice plus flagrante que celle que commet celui qui tisse des mensonges sur Dieu au moment même où il est convié à l’islam ? Dieu ne guide point les êtres iniques [8] qui veulent éteindre la lumière de Dieu par leurs calomnies, mais Dieu parachèvera Sa lumière, dussent les infidèles en souffrir ! [9] C’est Lui qui a envoyé Son Prophète pour tracer la voie à suivre et prêcher la vraie religion qu’Il élèvera au-dessus de toute autre croyance, dussent les idolâtres en souffrir !
[10] Ô croyants ! Voulez-vous que Je vous indique un commerce qui vous sauvera d’un châtiment cruel ? [11] C’est celui de croire en Dieu et à Son Prophète ; de lutter pour la Cause de Dieu par vos biens et vos personnes. Cela est dans votre propre intérêt, si vous pouviez savoir ! [12] En échange, Dieu vous pardonnera vos péchés et vous accueillera dans des Jardins baignés de ruisseaux et dans de magnifiques demeures au Paradis d’Éden. Et ce sera pour vous le triomphe suprême ! [13] Cela sans parler d’une autre faveur que vous n’avez cessé d’appeler de tous vos vœux, à savoir l’assistance de Dieu et une prochaine victoire sur l’adversaire. Annonce cette bonne nouvelle aux croyants ! [14] Ô croyants ! Soyez les auxiliaires de Dieu, comme l’avait dit Jésus, fils de Marie, aux apôtres : « Qui me soutiendra dans mon combat pour défendre la Cause de Dieu ? » – « Nous sommes les auxiliaires de Dieu », répondirent les apôtres. Et c’est ainsi qu’une partie des fils d’Israël se convertit, tandis que l’autre refusa de le faire. Mais soutenus par Nous contre leurs adversaires, les croyants ne tardèrent pas à remporter la victoire.

62. Sourate du Vendredi (Al-Jumu‘a)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre célèbre la gloire du Seigneur, le Souverain, le Saint, le Tout-Puissant, le Sage.
[2] C’est Lui qui a envoyé aux gentils un Prophète issu d’eux-mêmes pour leur réciter Ses versets, les purifier et leur enseigner le Coran et la sagesse, alors qu’hier encore ils étaient plongés dans l’égarement manifeste. [3] Et de ce message, Dieu fera bénéficier d’autres parmi ceux qui ne les ont pas encore rejoints. Il est le Puissant, le Sage. [4] Telle est la grâce de Dieu qu’Il accorde à qui Il veut, car Dieu est le Détenteur de la grâce infinie !
[5] Ceux qui ont été chargés de la Thora et qui ne l’ont point observée sont pareils à un âne pliant sous le poids de livres sans en tirer aucun profit. C’est là l’exemple détestable donné par ceux qui traitent de mensonges les versets de Dieu. Mais Dieu ne guide point un peuple inique.
[6] Dis : « Ô vous qui pratiquez le judaïsme ! Si vous prétendez être les seuls alliés de Dieu à l’exclusion des autres hommes, souhaitez donc la mort, si vous êtes sincères ! » [7] Mais jamais ils ne la souhaiteront, à cause des injustices qu’ils ont commises. Dieu connaît bien les agresseurs.
[8] Dis-leur encore : « Cette mort que vous fuyez viendra certainement un jour vous surprendre. Vous serez ensuite ramenés devant Celui qui connaît aussi bien le monde invisible que le monde visible et qui vous rappellera tous vos actes. »
[9] Ô vous qui croyez ! Lorsque l’appel à la prière du vendredi se fait entendre, hâtez-vous de répondre à cet appel en cessant toute activité ! Cela vaudra mieux pour vous, si vous le saviez ! [10] Une fois la prière achevée, répandez-vous sur la Terre, à la recherche des bienfaits de votre Seigneur, sans oublier d’en invoquer souvent le Nom ! Peut-être y trouverez-vous une source de bonheur. [11] Hélas ! À peine une affaire commerciale ou un divertissement se présentent-ils à eux qu’ils t’abandonnent alors qu’ils sont en pleine prière. Dis-leur : « Les bienfaits du Seigneur sont infiniment meilleurs que commerce et plaisir, car Dieu est le plus Généreux des bienfaiteurs ! »

63. Sourate des Hypocrites (Al-Munâfiqûn)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Lorsque les hypocrites viennent te voir, ils déclarent : « Nous témoignons que tu es l’Envoyé de Dieu. » Or, Dieu sait bien que tu es Son Envoyé, et Dieu est aussi Témoin que les hypocrites ne font que mentir. [2] Ils se servent de leurs serments comme d’un bouclier pour éloigner leurs semblables de la Voie de Dieu. Quelle odieuse conduite que la leur ! [3] Et ce, pour avoir cru puis renié leur foi. C’est alors qu’un sceau fut apposé sur leurs cœurs, les rendant incapables de rien comprendre. [4] Quand on les voit, on est séduit par leur stature ; et quand ils parlent, on les écoute volontiers. Pourtant, ils ne sont, en réalité, que des poutres en mal d’appui, que le moindre cri met en émoi. Ce sont ceux-là tes pires ennemis ! Méfie-toi d’eux ! Que Dieu anéantisse ces hypocrites, si prompts à se détourner de la Voie du Seigneur !
[5] Quand on leur dit : « Venez, afin que le Prophète de Dieu implore Son pardon en votre faveur ! », ils détournent la tête, et on les voit s’éloigner pleins de gloriole. [6] Il est d’ailleurs égal que tu demandes ou non le pardon de Dieu en leur faveur, Dieu ne leur accordera pas Son pardon, car Dieu ne saurait en vérité guider des gens pervers.
[7] Ce sont eux qui disent aux leurs : « Cessez toute assistance aux Compagnons du Prophète, afin qu’ils finissent par l’abandonner ! », comme si les trésors des Cieux et de la Terre n’appartenaient pas à Dieu ! Mais les hypocrites peuvent-ils le comprendre ? [8] Et ils ajoutent : « Si jamais nous retournons à Médine, le plus puissant en expulsera sûrement le plus faible », comme si la vraie puissance n’appartenait pas à Dieu, à Son Envoyé et aux croyants ! Mais les hypocrites semblent l’ignorer.
[9] Ô croyants ! Ne vous laissez pas distraire par vos richesses et vos enfants du rappel de Dieu ! Ceux qui agissent ainsi seront les véritables perdants. [10] Donnez donc en œuvres charitables une partie des biens dont Nous vous avons pourvus, avant que la mort ne vienne surprendre l’un de vous et qu’il ne dise : « Seigneur, accorde-moi un court délai pour que je fasse l’aumône et que je sois du nombre des vertueux ! »
[11] Or, Dieu n’accorde jamais de délai à une âme dont le terme a expiré. Dieu est bien Informé de ce que vous faites.

64. Sourate de la Déconvenue (At-Taghâbun)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Tout ce qui est dans les Cieux et sur la Terre célèbre la gloire du Seigneur. À Lui la royauté ! À Lui la louange ! Et Sa puissance n’a point de limite. [2] C’est Lui qui vous a créés. Tel parmi vous est impie et tel autre est croyant ; mais Dieu de tout ce que vous faites est Clairvoyant. [3] Ce n’est pas sans but précis qu’Il a créé les Cieux et la Terre ; et, en vous créant, Il vous a dotés d’une forme harmonieuse. Et c’est à Lui que tout fera retour. [4] Il sait ce qui se passe dans les Cieux et sur la Terre, comme Il sait ce que vous dissimulez et ce que vous divulguez, car Dieu connaît parfaitement ce que recèlent les cœurs.
[5] Le récit des peuples impies qui vous ont précédés et qui ont eu à subir les conséquences néfastes de leurs actes ne vous est-il pas parvenu ? Sachez qu’un autre châtiment plus cruel les attend encore dans la vie future, [6] car, lorsque leurs prophètes se présentaient à eux, munis de preuves évidentes, ils s’écriaient : « Comment ! Des hommes comme nous seraient-ils capables de nous guider ? », niant ainsi Dieu et rejetant Ses signes. Mais Dieu n’a que faire de leur foi, car Il est Celui qui Se suffit à Lui-même et Il est le Digne de louange. [7] Les dénégateurs prétendent qu’ils ne seront jamais ressuscités. Dis-leur : « Bien au contraire ! Par mon Seigneur, vous serez bel et bien ressuscités ! Et vos agissements vous seront bel et bien rappelés ! C’est une chose si aisée pour le Seigneur ! »
[8] Croyez donc en Dieu, à Son Prophète et à la lumière que Nous avons fait descendre, car de tout ce que vous faites, Dieu est parfaitement Informé ! [9] Le jour où Dieu vous rassemblera pour la grande réunion, ce jour-là sera celui de la Déconvenue. Quiconque aura cru et accompli de bonnes actions, Dieu effacera ses péchés et l’admettra pour l’éternité dans des Jardins baignés de ruisseaux. Et ce sera pour lui le comble de la félicité !
[10] Mais ceux qui ne croient pas et qui traitent Nos signes de mensonges seront pour l’éternité les hôtes de l’Enfer, et quelle triste fin sera la leur !
[11] Nul malheur ne peut atteindre l’homme sans la permission du Seigneur. Dieu guide le cœur de quiconque croit en Lui, car Il est parfaitement Informé de toute chose.
[12] Obéissez à Dieu, obéissez au Prophète ! Mais si vous vous en détournez, sachez que le Prophète n’a pour mission que de vous transmettre le Message en toute clarté. [13] Dieu ! Il n’est de divinité que Lui ! C’est à Lui que les croyants doivent se confier !
[14] Ô vous qui croyez ! Vous avez parfois de vrais ennemis en certaines de vos épouses et en certains de vos enfants. Méfiez-vous-en ! Mais si vous faites preuve d’indulgence à leur égard, en les excusant et en leur pardonnant, sachez que Dieu est infiniment Absoluteur et Miséricordieux. [15] Vos biens et vos enfants ne sont qu’une tentation pour vous, alors que c’est auprès de Dieu que se trouve une magnifique récompense.
[16] Craignez donc Dieu autant que vous le pouvez ! Écoutez, obéissez, faites l’aumône, dans votre propre intérêt, car ce sont ceux qui se prémunissent contre leur propre avarice qui seront les bienheureux. [17] Si vous faites à Dieu un prêt généreux, Il vous le rendra au décuple et vous accordera Son pardon, car Dieu est Plein de reconnaissance et de mansuétude.
[18] Il connaît le monde invisible et le monde visible. Il est le Puissant, Il est le Sage.

65. Sourate de la Répudiation (At-Talâq)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô Prophète ! Quand vous répudiez vos femmes, faites-le en respectant leur délai de viduité, dont vous compterez les jours avec soin. Craignez Dieu, votre Maître ! Avant ce délai, ne les renvoyez pas de leurs demeures, et qu’elles n’en sortent pas, à moins qu’elles n’aient commis une turpitude dûment prouvée. Telles sont les normes fixées par Dieu. Quiconque les enfreint se fait tort à lui-même. Qu’en sais-tu ? Peut-être que d’ici là Dieu suscitera un heureux changement ? [2] Puis, au terme de ce délai, reprenez-les de façon convenable ou séparez-vous d’elles décemment. À cet effet, assurez-vous le témoignage de deux de vos concitoyens connus par leur honorabilité et que ce témoignage soit pris au nom de Dieu. Voilà une exhortation à l’intention de celui qui a foi en Dieu et au Jour dernier, car le Seigneur ménage toujours une issue favorable à celui qui Le craint, [3] et Il lui accorde Ses dons par des voies insoupçonnées. Dieu suffira à quiconque s’en remet à Lui, et Ses arrêts s’accompliront toujours, car à toute chose Il a assigné une mesure.
[4] La période d’attente pour celles de vos femmes qui ont atteint l’âge de la ménopause sera de trois mois, pour plus de sûreté. Il en est de même pour celles qui n’ont pas encore atteint l’âge de la puberté. Quant à celles qui sont enceintes, la période de viduité prendra fin pour elles avec leur accouchement. Quiconque craint Dieu trouvera une grande facilité dans ce qu’il entreprend. [5] Tel est l’ordre que Dieu vous envoie. Dieu efface les péchés de celui qui Le craint et lui attribue une large récompense.
[6] Gardez les femmes répudiées dans vos propres demeures et traitez-les selon vos moyens, mais sans leur nuire en les faisant vivre à l’étroit. Si elles sont enceintes, assurez leur entretien jusqu’à l’accouchement. Si elles allaitent l’enfant né de vous, une pension leur sera servie, après concertation honnête avec elles. En cas de difficulté, faites appel à une nourrice pour assurer l’allaitement de l’enfant. [7] L’homme aisé versera une pension en rapport avec sa fortune, et l’homme aux ressources modestes paiera dans la limite de ce que Dieu lui a accordé. Dieu n’impose jamais à l’homme une charge qui excède ses moyens, mais fait plutôt succéder l’aisance à la gêne.
[8] Que de cités ont traité avec dédain l’Ordre de leur Seigneur et de Ses Envoyés ! Nous leur fîmes rendre un compte des plus sévères, et leur infligeâmes un châtiment des plus cruels. [9] Elles subirent ainsi les néfastes conséquences de leur comportement et sombrèrent dans la ruine qui en fut l’aboutissement, [10] car c’est là le châtiment rigoureux que Dieu leur avait préparé. Craignez donc Dieu, vous qui êtes doués d’intelligence et qui avez la foi ! Dieu a révélé à votre intention un Rappel, [11] et envoyé un Prophète qui vous récite Ses versets édifiants, afin de faire sortir ceux qui croient et font le bien des ténèbres vers la lumière ! Dieu admettra quiconque aura cru et fait le bien dans des Jardins baignés d’eaux vives, où il demeurera à jamais immortel. Telle est la belle rétribution que Dieu lui a réservée.
[12] C’est Dieu qui a créé sept Cieux et en a fait autant pour la Terre, et Ses ordres descendent graduellement des Cieux vers cette dernière, afin que vous sachiez que Sa puissance n’a point de limite et que Sa science embrasse toute chose.

66. Sourate de l’Interdiction (At-Tahrîm)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Prophète ! Pourquoi, voulant complaire à tes épouses, t’interdis-tu ce que Dieu te permet ? Dieu est infiniment Clément et Miséricordieux. [2] Dieu a pourtant institué pour vous un moyen de vous délier de certains de vos serments. Dieu est votre Maître et Il est l’Omniscient, le Sage.
[3] Le Prophète avait confié un secret à l’une de ses épouses, qui alla le divulguer auprès d’une autre. Averti par Dieu, le Prophète en fit la remarque à demi-mot à l’indiscrète qui, se sentant dévoilée, s’exclama : « Qui t’en a fait part ? » – « C’est, répondit-il, l’Omniscient, le Parfait Connaisseur qui m’en a avisé. [4] Si toutes deux vous vous repentez à Dieu, c’est que vos cœurs se sont inclinés au bien ; mais si, au contraire, vous vous liguez contre le Prophète, sachez qu’il a Dieu pour protecteur, et pour soutiens Gabriel, l’élite des croyants, et les anges. [5] Il se peut que son Seigneur lui donne en échange, s’il vous répudie, de meilleures épouses que vous, à la fois soumises à Dieu, croyantes, obéissantes, repentantes, assidues à la prière et au jeûne ; qu’elles aient été mariées auparavant ou qu’elles soient encore vierges. »
[6] Ô vous qui croyez ! Préservez vos personnes et vos familles de l’Enfer qui se nourrit d’hommes et de pierres, et dont la garde est assurée par des anges inflexibles et sévères, qui ne désobéissent jamais à leur Seigneur et qui exécutent tout ce qu’Il leur ordonne. [7] Et vous infidèles ! Désormais, vous n’avez plus d’excuses à fournir ! Vous serez récompensés uniquement suivant vos œuvres !
[8] Ô vous qui croyez ! Que votre repentir à Dieu soit sincère ! Il se peut que votre Seigneur vous fasse rémission de vos fautes et vous admette dans des Jardins où coulent des ruisseaux, le jour où Dieu épargnera toute humiliation au Prophète et à ceux qui ont cru avec lui, et où leur lumière évoluera devant eux et sur leur droite, tandis qu’ils diront : « Seigneur ! Fais briller d’un plus vif éclat notre lumière ! Accorde-nous Ton pardon, car Ta puissance n’a point de limite. »
[9] Ô Prophète ! Combats les infidèles et les hypocrites ! Sois sévère à leur égard ! Car leur dernière demeure sera la Géhenne, et quel horrible destin sera le leur !
[10] Dieu propose comme exemple aux infidèles la femme de Noé et celle de Loth. Toutes deux étaient unies à deux vertueux d’entre Nos serviteurs et elles les trahirent. Mais le fait d’avoir été leurs épouses ne les sauvera point du châtiment du Seigneur, lorsqu’elles s’entendront dire : « Entrez dans l’Enfer avec les autres damnés ! »
[11] Mais aux fidèles Dieu donne l’exemple de la femme de Pharaon lorsqu’elle dit : « Seigneur ! Réserve-moi, auprès de Toi, une demeure au Paradis ! Protège-moi de Pharaon et de ses manœuvres et délivre-moi des êtres iniques ! »
[12] Et Il leur propose aussi l’exemple de Marie, fille d’Imrân, qui sut préserver sa chasteté et en qui Nous avons insufflé une parcelle de Notre Esprit. Elle avait cru aux paroles de son Seigneur et à Ses Écritures. Elle fut du nombre des vertueuses.

67. Sourate du Pouvoir (Al-Mulk)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Béni soit Celui qui détient le pouvoir suprême et qui est Tout-Puissant, [2] qui a créé la mort et la vie pour vous éprouver et connaître ceux d’entre vous qui se conduisent le mieux. C’est Lui le Tout-Puissant, le Tout-Clément, [3] qui a créé sept Cieux superposés, sans qu’on puisse déceler dans l’œuvre du Tout-Clément aucune faille. Lève donc les yeux vers les Cieux ! Y aperçois-tu la moindre lacune ? [4] Lève-les encore par deux fois ! Ton regard reviendra vers toi, déçu et harassé. [5] Nous avons orné le ciel le plus proche de luminaires dont Nous faisons des projectiles pour lapider les démons auxquels Nous avons préparé le supplice de l’Enfer. [6] C’est le supplice de la Géhenne qui est réservé à tous ceux qui renient leur Seigneur. Et quelle triste fin sera la leur !
[7] Quand ils y seront précipités, ils entendront les sanglots des damnés au milieu du bouillonnement de l’Enfer [8] qui peu s’en faut n’explose de rage. Et chaque fois qu’une nouvelle fournée de damnés y est jetée, les gardiens leur demanderont : « Quoi ! Personne n’est donc venu vous avertir ? » [9] – « Mais si, répondront-ils. Nous avons bien eu un prophète ; seulement nous l’avons traité d’imposteur. Et nous lui avons dit : “Dieu n’a absolument rien révélé. Vous êtes, toi et tes adeptes, dans un profond égarement.” [10] Si nous avions écouté, ajouteront-ils, et si nous avions réfléchi, nous ne serions pas ici avec les hôtes de ce Brasier ! » [11] Ainsi avoueront-ils leurs péchés. Malheur donc aux hôtes du Brasier !
[12] Quant à ceux qui craignent leur Seigneur dans Son mystère, ceux-là obtiendront le pardon de leurs péchés, ainsi qu’une magnifique récompense,
[13] car peu importe que vous cachiez vos pensées ou que vous les divulguiez, Dieu saura toujours ce que recèlent les cœurs.
[14] Eh quoi ! Dieu ignorerait-Il ce qu’Il a Lui-même créé, Lui le Subtil, le si Bien-Informé ? [15] N’est-ce pas Lui qui vous a soumis la Terre ? Parcourez donc ses grandes étendues et mangez de ce que Dieu vous a octroyé. C’est vers Lui que se fera votre retour.
[16] Etes-vous sûrs que Celui qui est au Ciel ne vous fera pas engloutir par la Terre, lorsque celle-ci se mettra à trembler sous vos pieds ? [17] êtes-vous sûrs que Celui qui est au Ciel ne déchaînera pas contre vous une tempête de pierres ? Peut-être comprendrez-vous alors le sens de Mes avertissements !
[18] Les peuples qui les ont devancés avaient, eux aussi, crié au mensonge. Et quelle ne fut point alors Ma réprobation ! [19] N’ont-ils jamais observé les oiseaux planer au-dessus de leurs têtes, déployant et reployant leurs ailes sans rien qui les soutienne, hormis le Miséricordieux qui veille sur toute chose ? [20] Qui donc en dehors du Miséricordieux peut vous servir d’armée et vous soutenir ? En vérité, les négateurs nagent dans l’illusion et le leurre. [21] Qui vous assurerait votre subsistance, si Dieu venait à la retenir ? Et, cependant, les impies s’obstinent dans leur arrogance et dans leur haine. [22] Quel est le mieux guidé : est-ce celui qui va tête baissée ou celui qui marche redressé sur une voie de rectitude ?
[23] Dis : « C’est Dieu qui vous a créés, vous a donné l’ouïe, la vue et l’intelligence. » Mais vous Lui en êtes rarement reconnaissants !
[24] Dis : « C’est Lui qui vous a répandus sur la Terre, et c’est devant Lui que vous comparaîtrez un jour. » [25] – « Quand donc se réalisera cette promesse, si vous êtes sincères ? », demandent les infidèles. [26] Réponds-leur : « Dieu seul le sait. Ma mission se limite à vous avertir avec clarté. »
[27] Mais quand les impies seront mis en face du châtiment, leurs visages seront horrifiés. On leur dira alors : « C’est pourtant ce que vous réclamiez ! » [28] Dis-leur : « Réfléchissez bien ! Que Dieu me fasse périr moi et mes Compagnons, ou qu’Il nous fasse miséricorde, qui protégera alors les négateurs d’un châtiment douloureux ? » [29] Dis-leur encore : « C’est Lui le Tout-Clément en qui nous croyons et en qui nous plaçons notre confiance. Vous saurez bientôt qui de nous est dans un égarement évident. » [30] Dis-leur enfin : « Réfléchissez bien ! Si jamais l’eau que vous buvez venait à tarir, qui pourrait alors étancher votre soif ? »

68. Sourate de la Plume (Al-Qalam)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Nûn. Par la plume et par ce que les scribes mettent en lignes ! [2] Par la grâce de ton Seigneur, tu n’es point un possédé ! [3] En vérité, une récompense sans reproche t’est réservée [4] et tu es doué d’un caractère élevé. [5] Bientôt tu verras et les négateurs, eux aussi, verront [6] lequel d’entre vous a perdu la raison, [7] car c’est ton Seigneur qui connaît le mieux ceux qui s’égarent de Son chemin et ceux qui sont les bien-dirigés. [8] N’obéis donc point aux négateurs [9] qui aimeraient bien que tu sois accommodant avec eux, afin qu’ils le soient aussi avec toi. [10] Et n’obéis à aucun jureur méprisable, [11] détracteur médisant, [12] hostile à tout acte charitable, agressif, scélérat, [13] perfide et bâtard de surcroît ; [14] qui, se sentant pourvu de richesses et d’enfants, [15] s’écrie quand il entend réciter Nos versets : « Ce ne sont là que des fables qui remontent aux anciens ! »
[16] À celui-là Nous ferons porter un jour sur le museau la marque de l’avilissement. [17] Nous avons éprouvé ces impies comme Nous avions éprouvé les propriétaires du verger, quand ils jurèrent d’en cueillir les fruits de bon matin, [18] sans dire : « Si Dieu le veut. » [19] Or, pendant leur sommeil, un fléau déchaîné par ton Seigneur vint frapper leur verger [20] qui se trouva le lendemain complètement détruit. [21] Réveillés de bonne heure, les propriétaires s’interpellèrent : [22] » Partez vite à votre plantation si vous voulez en cueillir les fruits ! » [23] Et ils se mirent en route, en se disant à voix basse : [24] » Ne laissez aujourd’hui aucun pauvre y entrer ! » [25] Puis ils pressèrent le pas, décidés à ne rien donner aux pauvres, convaincus que cela était en leur pouvoir. [26] Mais, arrivés au verger, ils s’écrièrent : « Nous nous sommes sûrement trompés de lieu ! [27] Ou plutôt nous sommes complètement ruinés ! » [28] Le plus modéré d’entre eux leur dit alors : « Ne vous avais-je pas conseillé de glorifier votre Seigneur ? » [29] – « Que notre Seigneur soit exalté ! En vérité, nous étions injustes ! », s’écrièrent-ils. [30] Puis, se tournant les uns vers les autres, ils se mirent à se faire des reproches [31] et à dire : « Malheur à nous ! Nous avons agi avec démesure ! [32] Puisse Dieu nous donner en échange quelque chose de meilleur que ce jardin ! C’est en Lui que nous mettons notre espoir ! » [33] Tel fut leur châtiment. Mais plus dur encore est le châtiment de la vie future, si seulement ils pouvaient le savoir !
[34] Ceux qui craignent leur Seigneur auront auprès de Lui les Jardins du délice. [35] Eh quoi ! Traiterons-Nous ceux qui sont soumis à la volonté de Dieu sur le même pied d’égalité que les criminels ? [36] D’où tirez-vous cet étrange jugement ? [37] Est-ce d’un livre dont vous auriez fait votre bréviaire, [38] et dans lequel il serait dit que vous obtiendriez tout ce que vous désirez ? [39] Ou bien auriez-vous obtenu de Nous un engagement valable jusqu’au Jour dernier, vous permettant de tout obtenir à votre gré ? [40] Demande-leur alors qui d’entre eux s’en porterait garant ? [41] Ou bien auraient-ils des associés ? Eh bien, qu’ils les fassent venir, s’ils sont de bonne foi !
[42] Le jour où ils seront confrontés aux affres du Jugement dernier, où ils seront conviés à se prosterner et qu’ils n’auront pas la force de le faire,
[43] ce jour-là, ils auront les yeux baissés et les traits du visage avilis, car c’est en vain, jadis, qu’on les conviait à se prosterner quand ils jouissaient encore de toutes leurs facultés.
[44] Laisse-Moi donc avec ceux qui traitent de mensonge ce discours. Graduellement et à leur insu, Nous allons les conduire à leur perte. [45] Certes, Je leur accorderai un répit, mais Ma riposte sera implacable. [46] Leur aurais-tu jamais réclamé, pour ta mission, un salaire qui aurait pu leur peser ? [47] Ou détiendraient-ils la clef du mystère dont ils s’inspireraient pour écrire ? [48] Soumets-toi avec patience à l’arrêt de ton Seigneur et n’imite pas Jonas qui, suffoquant dans le ventre de la baleine, appela Dieu à son secours, [49] et qui aurait été jeté, comme une épave, sur le rivage, si la grâce du Seigneur ne s’était manifestée en sa faveur. [50] Et c’est ainsi que Dieu porta Son choix sur lui et en fit un saint. [51] Peu s’en faut que les négateurs ne te foudroient du regard quand ils entendent réciter le Coran. « C’est un vrai possédé ! », disent-ils. [52] Or, ce Coran n’est qu’un rappel qui s’adresse à tout l’Univers.

69. Sourate de l’Inéluctable (Al- Hâqqa)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] C’est l’Inéluctable ! [2] Qu’est-ce donc que l’Inéluctable ? [3] Et qui te donnera une idée de l’Inéluctable ? [4] Le peuple de Thamûd et celui de `Âd avaient qualifié le cataclysme de mensonge. [5] Les Thamûd furent anéantis par un grondement terrifiant [6] et les `Âd, exterminés par un ouragan mugissant, [7] que Dieu déchaîna contre eux, pendant sept nuits et huit jours consécutifs, au point qu’à voir leurs cadavres gisant par terre, on les prendrait pour des souches de palmiers évidés. [8] En aperçois-tu encore la moindre trace ?
[9] C’est le cas aussi de Pharaon, des peuples qui ont vécu avant lui et des cités ensevelies qui avaient également commis des péchés [10] et désobéi au messager de leur Seigneur. Aussi furent-ils balayés avec une force irrésistible.
[11] En vérité, c’est Nous qui, lorsque les eaux débordèrent, vous avons chargés sur l’arche, [12] afin d’en faire pour vous un rappel à conserver par toute oreille attentive.
[13] Puis, lorsqu’il sera soufflé une seule fois dans la Trompette [14] et que la Terre et les montagnes, broyées, voleront en éclats, [15] ce jour-là, l’Inéluctable se produira [16] et le Ciel, lézardé et sans consistance, se fendra. [17] Et pendant que les anges se tiendront sur les bords du Ciel, huit d’entre eux porteront sur leurs épaules le Trône de ton Seigneur.
[18] Ce jour-là, vous comparaîtrez sans fard, et aucun de vos secrets ne restera caché.
[19] Et c’est alors que celui à qui on remettra le bilan de ses œuvres dans la main droite dira : « Regardez ! Lisez mon bilan ! [20] J’étais sûr d’y trouver mon compte ! » [21] À celui-là une existence heureuse sera assurée, [22] dans un Jardin haut placé [23] et aux fruits à sa portée. [24] » Mangez et buvez en paix, pour prix de ce que vous aviez accompli dans le passé ! »
[25] Tandis que celui à qui on remettra son bilan dans la main gauche s’écriera : « Plût à Dieu qu’on ne m’ait pas remis mon bilan ! [26] Et que je n’eusse jamais connu mon compte ! [27] Plût à Dieu que ma mort fût définitive ! [28] À quoi donc m’ont servi toutes mes richesses ? [29] Et mon pouvoir s’est-il donc à jamais évanoui ? » [30] – « Attrapez-le !, sera-t-il ordonné. Ligotez-le ! [31] Et dans la Fournaise jetez-le ! [32] Puis à une chaîne de soixante-dix coudées, enroulez-le ! [33] Car il ne croyait pas en Dieu, le Sublime, [34] et n’incitait pas ses semblables à nourrir le pauvre !
[35] Il n’a donc nul ami, ici, pour l’assister, [36] ni d’autre repas que le pus des réprouvés, [37] qui constitue la nourriture habituelle des damnés. »
[38] J’en jure par ce que vous voyez [39] et par ce que vous ne pouvez voir [40] que c’est bien là la parole d’un noble Messager, [41] et non point le propos d’un poète, pour peu que vous croyiez, [42] ni d’un vulgaire devin, pour peu que vous réfléchissiez ! [43] Ce Coran est, en effet, une révélation émanant du Maître de l’Univers. [44] Et si le Prophète Nous avait attribué de faux propos, [45] Nous l’aurions saisi de la main droite [46] et Nous lui aurions tranché l’aorte, [47] et nul d’entre vous n’aurait pu s’y opposer.
[48] En vérité, ce Livre est un rappel pour ceux qui craignent le Seigneur. [49] Mais Nous savons qu’il en est parmi vous qui le traitent d’imposture. [50] Aussi constituera-t-il toujours pour les négateurs une véritable torture ! [51] Car il est l’expression de la Vérité dans toute sa certitude. [52] Glorifie donc le Nom de ton Seigneur, dans toute Sa majesté et Sa grandeur !

70. Sourate des Degrés (Al-Ma‘ârij)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Quelqu’un a demandé que se produise sans délai le châtiment inéluctable [2] qui doit frapper les négateurs et que nul ne pourrait repousser, [3] car ce châtiment provient de Dieu, le Maître des degrés célestes [4] que les anges et l’Esprit gravissent, dans leur ascension, vers Lui, en un jour d’une durée de cinquante mille ans ! [5] Fais donc preuve d’une belle patience ! [6] Ce châtiment qu’ils considèrent, eux, fort éloigné, [7] Nous le considérons, Nous, tout proche, [8] le jour où le ciel aura l’aspect d’un métal en fusion, [9] où les montagnes seront comme de la laine en flocons, [10] où même un ami intime ne s’enquerra plus de son ami,
[11] bien que se trouvant en face de lui, et où le criminel, pour se racheter des tourments de ce Jour, livrerait volontiers ses propres enfants, [12] sa compagne, son frère, [13] son clan tutélaire, [14] voire l’humanité tout entière, pourvu qu’il soit sauvé.
[15] Mais rien ne le sauvera ! Car l’Enfer aux flammes ardentes, [16] qui écorche brutalement les crânes, [17] happera quiconque se sera détourné du Seigneur [18] et n’aura songé qu’à amasser et à thésauriser.
[19] En vérité, l’être humain est, par nature, versatile : [20] il est pusillanime quand un malheur le touche, [21] et il est plein d’avarice quand il devient riche, [22] excepté les orants [23] qui accomplissent régulièrement leurs prières la salât, [24] qui prélèvent sur leurs biens la part due la zakât [25] au mendiant et au pauvre démuni, [26] qui croient fermement à la vie future [27] et qui redoutent le châtiment de leur Seigneur, [28] car nul, en vérité, n’est à l’abri de Ses rigueurs ; [29] ceux qui veillent à leur chasteté, [30] en n’ayant de rapports qu’avec leurs femmes ou leurs esclaves ; auquel cas, ils n’encourent aucun blâme, [31] contrairement à celui qui porterait ses désirs au-delà de ces limites et qui serait un véritable transgresseur ; [32] ceux qui gardent fidèlement les dépôts qu’on leur confie et qui respectent la foi jurée ; [33] ceux qui font honneur à leur témoignage ; [34] ceux qui sont assidus à leurs prières salât.
[35] Voilà ceux qui seront honorés dans les jardins du Seigneur. [36] Mais qu’ont-ils donc, ces négateurs, à se précipiter, le cou tendu, vers toi [37] et à t’entourer, par bandes, de toutes parts ? [38] Espèrent-ils, par hasard, avoir accès d’office au Paradis des délices ? [39] Quelle audace ! Oublient-ils de quoi Nous les avons créés ?
[40] Eh bien ! J’en jure par le Maître des Orients et des Occidents que Nous pourrons facilement [41] leur substituer d’autres êtres meilleurs qu’eux, et que nul ne saurait Nous en empêcher !
[42] Laisse-les donc à leurs intrigues et à leurs plaisirs frivoles jusqu’à ce que le jour promis vienne les surprendre ! [43] C’est le jour où ils surgiront de leurs tombes, comme lorsqu’ils se précipitaient jadis vers leurs idoles, [44] tête baissée, et tout accablés de honte ! Voilà bien le jour dont ils étaient menacés !

71. Sourate de Noé (Nûh)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] En vérité, Nous avons envoyé Noé à son peuple : « Avertis ton peuple, lui avons-Nous dit, avant qu’un châtiment implacable ne s’abatte sur lui. » [2] » Ô mon peuple, dit Noé, je vous apporte un message solennel qui vous invite [3] à adorer Dieu, à Le craindre et à m’obéir, [4] afin qu’Il vous pardonne certains de vos péchés et vous laisse subsister jusqu’au terme fixé, car, lorsque ce terme échoit, il ne saurait être différé ! Puissiez-vous le comprendre ! »
[5] Devant leur refus, Noé dit : « Seigneur ! J’ai prêché mon peuple nuit et jour ; [6] mais mes prédications n’ont fait qu’accroître leur répulsion. [7] Chaque fois que je les ai prêchés, pour que Tu leur pardonnes, ils se sont bouché les oreilles avec leurs doigts, se sont enveloppés dans leurs manteaux et se sont obstinés dans leur refus, faisant ainsi montre d’un orgueil extrême. [8] Je les ai à nouveau prêchés publiquement. [9] Je me suis adressé à eux tantôt en haussant le ton, tantôt en les entretenant secrètement. [10] Je leur disais : “Implorez le pardon de votre Seigneur ! Il est Plein de mansuétude !
[11] Il vous enverra du ciel des pluies abondantes, [12] accroîtra vos richesses et le nombre de vos enfants ; Il vous assignera des jardins, Il vous assignera des rivières. [13] Qu’avez-vous à ne pas espérer en la magnanimité du Seigneur, [14] alors qu’Il vous a créés par phases successives ? [15] N’avez-vous pas constaté comment Il a créé sept Cieux superposés ? [16] Comment Il y a placé la Lune comme une clarté et le Soleil comme un luminaire ? [17] Ne vous a-t-Il pas fait croître de la terre comme des plantes, [18] pour vous y faire retourner ensuite et vous en faire de nouveau surgir ? [19] N’a-t-Il pas établi pour vous la Terre comme un tapis [20] afin de vous permettre d’y circuler par des voies spacieuses ?” » [21] Déçu de nouveau, Noé dit : « Ô Seigneur ! Ils ont encore rejeté mon appel et préféré suivre ceux dont les richesses et la progéniture ne font qu’aggraver leur égarement. [22] Ils ont eu recours à une exécrable perfidie [23] et ont dit aux leurs : “N’abandonnez jamais vos idoles ! N’abandonnez ni Wadd, ni Suwâ`, ni Yaghûth, ni Ya`ûq, ni Nasr !”, [24] alors que ce sont ces idoles qui ont déjà égaré un grand nombre d’hommes. Seigneur ! Fais en sorte que les injustes s’enfoncent davantage dans leur égarement ! »
[25] Et c’est ainsi que, en punition de leurs péchés, ils furent engloutis, puis jetés dans l’Enfer, sans avoir pu bénéficier d’aucun secours en dehors du Seigneur. [26] » Seigneur, ajouta Noé, ne laisse subsister aucun négateur sur la Terre, [27] sans quoi ils égareraient Tes serviteurs et n’engendreraient que des libertins et des pervers ! [28] Seigneur ! Accorde-moi Ton pardon, ainsi qu’à mon père et à ma mère ; à toute personne ayant la foi qui pénètre dans ma demeure et à tous les croyants et à toutes les croyantes ! Puisses-Tu, Seigneur, enfoncer davantage les pervers dans leur perdition et dans leur erreur ! »

72. Sourate des Djinns (Al-Jinn)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Dis : « Il m’a été révélé qu’un groupe de djinns, ayant entendu réciter le Coran, s’écrièrent : “Nous venons d’entendre là une merveilleuse lecture [2] qui met sur la voie de la droiture, et nous y avons cru ! Désormais, nous ne donnerons plus aucun associé à notre Seigneur, [3] dont la gloire est trop pure pour qu’Il Se soit donné une épouse ou un enfant, [4] comme le prétendait notre insensé qui proférait des extravagances sur le compte du Seigneur ! [5] Et pourtant nous étions persuadés que jamais ni les hommes ni les djinns ne se permettraient de proférer de pareils mensonges sur le compte de Dieu. [6] Il est vrai que certains individus d’entre les hommes avaient cherché refuge auprès de quelques individus parmi les djinns. Mais cela ne fit qu’accentuer leur détresse. [7] En effet, ces humains croyaient comme vous, les djinns, que jamais Dieu n’enverrait de messager. [8] Nous avons frôlé le Ciel et nous l’avons trouvé plein de gardiens et de dards flamboyants ; [9] et alors qu’auparavant nous pouvions écouter ce qui s’y passait, aujourd’hui quiconque essaie de le faire risque d’être la cible d’un tison ardent, prêt à l’atteindre. [10] Aussi ne savons-nous guère si les habitants de la Terre sont voués au malheur ou si leur Seigneur veut les mettre sur la voie du bonheur. [11] Certes, il y a parmi nous des gens vertueux et d’autres qui le sont moins, car nous étions répartis en sectes différentes. [12] Mais nous n’avons jamais pensé que nous pourrions mettre en échec la puissance de Dieu sur Terre et encore moins nous y soustraire en fuyant ailleurs. [13] Aussi, ayant entendu la voix de la Vérité, nous y avons cru, car quiconque croit en Dieu n’aura à redouter ni dommage ni humiliation.
[14] Et il y a parmi nous des croyants comme il y a parmi nous des prévaricateurs. Et ce sont les croyants qui ont opté pour la voie de la raison, [15] tandis que les prévaricateurs serviront de combustible à l’Enfer.”« [16] Et s’ils s’étaient maintenus sur la bonne voie, Nous les aurions comblés de Nos faveurs, [17] afin de les mettre à l’épreuve, car quiconque se détourne du rappel du Seigneur, Celui-ci lui infligera un supplice qui ira en s’aggravant.
[18] En vérité, les mosquées sont la propriété exclusive de Dieu. N’y invoquez donc nul autre que Lui ! [19] Lorsque le Serviteur de Dieu se leva pour L’invoquer, ils se pressèrent autour de lui, au risque de l’étouffer. [20] Dis-leur : « Je n’invoque que mon Seigneur, sans rien Lui associer. » [21] Dis-leur : « Je ne détiens aucun pouvoir de vous nuire ni de vous guider. » [22] Dis-leur : « En vérité, nul ne pourra me protéger en dehors de Dieu, et jamais je ne trouverai de refuge en dehors de Lui ! [23] Je ne puis que vous transmettre le Message de Dieu et vous avertir. Quiconque désobéit à Dieu et à Son Prophète sera voué à jamais au Feu éternel ! » [24] Mais c’est quand ils seront mis en face des menaces qui leur étaient adressées qu’ils comprendront qui est le moins avantagé en secours et le plus faible en nombre. [25] Dis-leur enfin : « Mais j’ignore si ce dont vous êtes menacés est proche ou si mon Seigneur lui a fixé un terme plus éloigné, [26] car Lui Seul connaît le mystère dont Il ne révèle le secret [27] qu’à ceux qu’Il agrée comme messagers, et qu’Il fait précéder et suivre d’une escorte vigilante, [28] afin de S’assurer qu’ils ont bien transmis les messages de leur Seigneur, dont la science embrasse tous leurs faits et gestes, dans les moindres détails. »

73. Sourate de Celui qui s’enveloppe (Al-Muzzammil)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô toi qui t’enveloppes dans ton manteau ! [2] Lève-toi pour prier la plus grande partie de la nuit, [3] ou seulement la moitié, ou un peu moins [4] ou un peu plus, et pour réciter avec soin le Coran, [5] car Nous allons bientôt te transmettre des paroles d’une exceptionnelle gravité ! [6] En vérité, la prière de la nuit laisse une profonde empreinte et permet une plus grande concentration, [7] alors que durant le jour tu as à vaquer à de multiples occupations. [8] Invoque sans cesse le Nom de ton Seigneur et communie intensément avec Lui ! [9] Il est le Maître du Levant et du Couchant, et il n’y a point de divinité que Lui. Prends-Le donc pour seul Protecteur ! [10] Supporte avec patience les propos des infidèles et, au moment de les quitter, prends soin de ménager leurs susceptibilités ! [11] Quant aux négateurs, repus de biens de ce monde, laisse-Moi le soin de M’en occuper ! Accorde-leur encore un court répit ! [12] Nous disposons à leur intention de lourds carcans et d’un Brasier ardent, [13] ainsi que d’une nourriture répugnante et d’affreux tourments, [14] pour le jour où la Terre et les montagnes trembleront et où ces dernières se décomposeront en amas de sable mouvant.
[15] Nous vous envoyons un Prophète chargé de témoigner contre vous, comme Nous en avions envoyé un autre auprès de Pharaon. [16] Or, Pharaon a désobéi au messager et Nous avons durement sévi contre lui. [17] Mais vous, si vous reniez Dieu, comment éviteriez-vous un jour si terrible qu’il fera des nourrissons de véritables vieillards chenus, [18] et au cours duquel le Ciel se déchirera et Sa promesse s’accomplira ? [19] En vérité, ceci est un avertissement. Que celui qui le veut réellement prenne le chemin du Seigneur !
[20] Dieu sait, en vérité, que tu restes à prier, toi et un groupe de tes Compagnons, tantôt moins des deux tiers de la nuit, tantôt moins de la moitié et parfois moins du tiers. Mais Dieu qui règle la durée de la nuit et du jour sait que vous ne pourrez jamais passer toute la nuit en prière. Aussi use-t-Il d’indulgence à votre égard. Récitez donc ce que vous pouvez du Coran, car Dieu sait qu’il y a parmi vous des malades, des gens appelés à effectuer des voyages sur la Terre, en quête d’une grâce divine, ou à aller combattre pour la Cause de Dieu. Récitez donc ce que vous pouvez du Coran ! Accomplissez la salât ! Acquittez-vous de la zakât ! Accordez à Dieu un prêt gracieux ! Et tout ce que vous aurez avancé en ce monde, pour le salut de votre âme, vous le retrouverez auprès de votre Seigneur et il vous vaudra une magnifique récompense. Implorez le pardon de Dieu, car Dieu est toute bonté et toute clémence !

74. Sourate du Revêtu d’un manteau (Al-Muddaththir)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô toi qui te blottis sous un manteau ! [2] Lève-toi pour commencer tes exhortations [3] et glorifier le Nom de ton Seigneur ! [4] Hâte-toi de faire tes ablutions, [5] et de fuir toute abomination, [6] en évitant cependant de te vanter de trop en faire [7] et en te soumettant avec patience aux ordres de ton Seigneur, [8] car, lorsque retentira la Trompette, [9] ce jour-là sera un jour poignant [10] et sans aucune pitié pour les négateurs ! [11] Alors c’est à Moi qu’aura affaire cet être que J’ai créé démuni de tout, [12] à qui J’ai donné des richesses étendues [13] et des enfants nombreux, témoins de sa fortune. [14] Or, malgré les grandes facilités que Je lui ai accordées, [15] il demeure insatiable, Me réclamant toujours davantage ! [16] Mais aucun de ses souhaits ne sera satisfait, car il a toujours combattu avec acharnement Nos versets. [17] Aussi vais-Je l’épuiser dans une montée fort harassante.
[18] Certes, il a bien réfléchi et a bien supputé. [19] Eh bien ! Qu’il périsse d’avoir si bien supputé ! [20] Oui, qu’il périsse d’avoir si bien supputé ! [21] C’est ainsi que, après avoir dévisagé l’assistance, [22] il se renfrogna et fronça les sourcils ; [23] puis se détourna d’un air hautain [24] et dit : « Tout ceci n’est que sorcellerie fort bien imitée ! [25] Ce ne sont-là que des propos d’un mortel ! » [26] Aussi vais-Je livrer cet impie au feu de Saqar. [27] Mais sais-tu bien ce qu’est le feu de Saqar ? [28] C’est un feu ardent qui consume tout, sans rien épargner, [29] qui calcine le corps humain et le noircit. [30] Et ils sont dix-neuf gardiens à y veiller. [31] Nous n’avons pris comme gardiens de l’Enfer que des anges. Et Nous n’en avons précisé le nombre que pour jeter le trouble dans l’esprit des négateurs, fortifier la conviction des gens de l’Écriture et renforcer la foi des croyants. Et aussi, afin que les gens de l’Écriture et les fidèles n’aient plus de doute à ce sujet, pendant que ceux qui ont la foi chancelante ainsi que les impies seront réduits à se demander : « Quelle signification Dieu a bien voulu donner à cet exemple ? » C’est ainsi que Dieu égare qui Il veut et guide qui Il veut, car nul ne connaît les armées de ton Seigneur, hors Lui. Et ce n’est là qu’un rappel pour les hommes. [32] Oui, J’en jure par la Lune [33] et par la nuit quand elle se retire ! [34] Et par l’aurore quand elle jette ses premières lueurs ! [35] En vérité, l’Enfer est l’un des plus grands tourments, [36] servant d’avertissement pour les hommes, [37] pour qui d’entre vous veut avancer ou reculer, [38] car toute âme aura à assumer le poids de ses œuvres, [39] excepté les hommes de la dextre [40] qui seront dans des Jardins, s’interrogeant les uns les autres [41] sur les damnés. [42] » Qu’avez-vous fait pour mériter l’Enfer Saqar ? », demanderont-ils à ces derniers. [43] Et les damnés de dire : « Nous n’étions pas de ceux qui accomplissaient la salât. [44] Nous n’avions jamais soulagé un homme dans la misère. [45] Nous disputions de choses futiles avec les disputeurs. [46] Nous traitions de mensonge le Jugement dernier [47] jusqu’à ce que nous en eussions acquis la certitude. »
[48] Désormais toute intercession en leur faveur sera vaine. [49] Qu’ont-ils donc à se détourner du rappel ? [50] On dirait des onagres pris de panique, [51] fuyant devant un lion redoutable ! [52] Bien plus, chacun d’eux voudrait qu’on lui apporte de la part de Dieu des feuilles toutes déployées ! [53] La vérité est qu’ils ne redoutent nullement la vie future. [54] Qu’ils prennent donc garde ! Ce Coran est un vrai rappel. [55] S’en souvienne qui veut ! [56] Mais ils ne s’en souviendront qu’autant que Dieu l’aura voulu, car c’est Lui qui est le Seul Digne d’être craint et c’est Lui qui est le Seul à qui il appartient de pardonner.

75. Sourate de la Résurrection (Al-Qiyâma)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Non ! J’en jure par le Jour de la Résurrection ! [2] Non ! J’en jure par l’âme toujours prompte à se faire des reproches ! [3] L’homme s’imagine-t-il que Nous ne pourrons jamais regrouper ses ossements ? [4] Erreur ! Car Nous avons le pouvoir de remettre en place même ses phalanges ! [5] Mais l’homme voudrait plutôt continuer à vivre dans le libertinage [6] et à demander : « À quand donc le Jour de la Résurrection ? » [7] Quand le regard sera hébété, [8] quand la Lune sera éclipsée, [9] quand le Soleil et la Lune seront réunis, [10] ce jour-là, l’homme s’écriera : « Où fuir ? », [11] sans pouvoir trouver de refuge, [12] car c’est vers ton Seigneur, ce jour-là, que tout fera retour.
[13] Et, ce jour-là, l’homme sera mis en face de toutes ses œuvres, du début jusqu’à la fin. [14] Bien plus, l’homme se constituera en témoin oculaire déposant contre lui-même, [15] quelles que soient les excuses qu’il pourra par la suite présenter. [16] N’essaie pas, Prophète, de répéter sur-le-champ tout verset qui t’est révélé dans ton impatience de le retenir ! [17] C’est à Nous qu’il appartient de te l’apprendre et de t’en faciliter la lecture. [18] Au fur et à mesure que Nous l’énoncerons, suis-en la récitation [19] et ce sera à Nous, ensuite, de t’en éclairer le sens !
[20] Ah non ! Vous aimez plutôt la vie fugitive [21] et négligez la vie future ! [22] Ce jour-là, il y aura des visages qui brilleront d’un vif éclat [23] et qui seront tout absorbés dans la contemplation de leur Seigneur, [24] et des visages tout crispés [25] et tourmentés par les horribles tourments qu’ils devront subir. [26] Qu’on y pense ! Lorsque le souffle de vie parviendra aux clavicules ; [27] lorsque l’on réclamera partout un remède ; [28] lorsque l’agonisant sentira que sa fin est arrivée, [29] et que ses jambes se crisperont l’une sur l’autre, [30] c’est vers ton Seigneur, ce jour-là, qu’on le conduira, [31] alors qu’il n’a ni cru ni prié ; [32] mais a traité la Révélation de mensonge et s’en est détourné, [33] pour s’en aller vers les siens en se dandinant avec fierté. [34] » Malheur à toi ! Malheur ! » [35] Et encore une fois : « Malheur à toi ! Malheur ! »
[36] L’homme croit-il qu’il sera laissé à l’abandon ? [37] N’a-t-il pas été une goutte de sperme éjaculée, [38] puis un caillot de sang auquel Dieu prêta vie, et qu’Il forma avec harmonie, [39] pour en tirer ensuite les deux éléments d’un couple, l’homme et la femme ? [40] Alors ? Est-ce qu’un tel Dieu n’aurait pas le pouvoir de ressusciter les morts ?

76. Sourate de l’Homme (Al-Insân)

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ne s’est-il pas écoulé un laps de temps durant lequel l’espèce humaine n’était même pas digne d’être mentionnée ? [2] En vérité, Nous avons créé l’homme d’une goutte de sperme aux éléments de vie bien combinés. Et pour l’éprouver, Nous l’avons doté de l’ouïe et de la vue, [3] en lui indiquant le chemin à suivre, libre à lui ensuite de choisir la voie de la reconnaissance ou celle de l’infidélité. [4] Aux négateurs Nous avons préparé des chaînes, des carcans et un Brasier. [5] Mais les hommes vertueux boiront à des coupes remplies d’un breuvage ayant la fraîcheur du camphre,
[6] puisé à une source à laquelle les serviteurs de Dieu se désaltéreront et qu’ils feront jaillir à volonté, [7] car ces bienheureux non seulement tenaient fidèlement leurs promesses et redoutaient un jour d’une violence inouïe, [8] mais également nourrissaient l’indigent, l’orphelin et le captif, malgré leur propre dénuement, [9] en disant : « Nous vous nourrissons uniquement pour l’amour d